Association nationale de la meunerie française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association nationale de la meunerie française"

Transcription

1 Association nationale de la meunerie française

2 LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t

3 tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373 entreprises qui regroupent 441 moulins. 4 entreprises présentes au niveau national représentent 44 moulins et 57 % du blé écrasé en France, soit 3,15 Mt, 12 entreprises couvrent plusieurs régions, avec 34 moulins. Elles assurent 22 % de l écrasement contre 20 % en 2011, 53 entreprises régionales, avec 59 moulins, assurent 15 % de l écrasement, et 304 entreprises départementales, avec 304 moulins, représentent 6 % du blé écrasé. - Les 4 entreprises nationales : Nutrixo, Moulins Soufflet, Grands Moulins de Strasbourg et Axiane meunerie. - Les 12 entreprises multi-régionales : Terrena-Evelia, Minoterie Girardeau, Groupe Nicot, Dijon Céréales Meunerie, Groupe Maurey, Limagrain meunerie, Moulins Dumée, Minoterie Bellot, Minoterie Forest, Minoterie Batigne, Gers farines et Caproga. tstabilité t de la production et de la consommation de farine malgré une baisse des exportations de farine Mt 4,20 4,10 4,00 3,90 3,80 3,70 3,60 3,50 3,40 3,30 3,20 3,10 3,00 Evolution du marché français de la farine (source : ANMF, FAM) 3,85 3,94 4,00 4,06 4,01 4,04 4,04 4,02 4, En France, la production de farine reste relativement stable entre 2011 et 2012 et atteint 4,36 millions de tonnes, exportations comprises. En 2012, la consommation de farine sur le marché intérieur est de 4,07 millions de tonnes, soit une augmentation de tonnes par rapport à Les débouchés de farine sur le marché intérieur progressent de 1,4 %. Les exportations s élèvent à tonnes enregistrant une baisse significative de 6,2 %.

4 tla t panification : maintien du débouché majeur de la farine Le marché de la farine biologique, avec tonnes, représente 1,5 % des débouchés sur le marché intérieur. Près de 50 % des farines biologiques sont destinées à la panification. Avec 63,7 % des tonnages, la panification reste le principal marché de la farine en France. En 2012, 2,59 millions de tonnes de farine sont utilisées en panification, soit une stabilisation par rapport à Malgré un marché très concurrentiel, l activité en boulangerie artisanale enregistre un léger recul de 0,8 %, avec 1,51 million de tonnes de farine utilisées, tandis que la boulangerie industrielle voit son activité augmenter de 1,5 %, avec tonnes. La boulangerie artisanale représente 37,1 % de la totalité des débouchés de la farine sur le marché intérieur et 58,3 % des débouchés en panification. La boulangerie industrielle est le 3ème débouché de la farine avec 20,8 % des parts de marché de la farine sur le marché intérieur et 32,6 % des parts de marché de la panification. Les ateliers de boulangerie en grandes surfaces conservent 5,8 % des parts de marché de la panification, avec tonnes. tbiscuiterie, t biscotterie, panification fine : augmentation de la consommation Deuxième débouché de la farine après la boulangerie artisanale, le marché des industries utilisatrices (biscuiterie, biscotterie, panification fine...) est en légère augmentation (+ 2,7 %), avec de tonnes utilisées. Les industries utilisatrices représentent 28,6 % des débouchés de la farine. tla t farine en sachet : un secteur qui renoue avec la croissance Le marché de la farine en sachet connaît depuis plusieurs années de grandes variations. Cela se confirme une nouvelle fois en Après avoir enregistré une chute de 10 % des volumes en 2011, la farine destinée aux «sachets» renoue avec la croissance en 2012, avec tonnes, soit une augmentation de 4 %. (1) Pour la boulangerie artisanale, on considère qu elle est la principal débouché des négociants. (2) Les mixes représentent tonnes en 2012 et sont repartis au prorata des volumes entre la boulangerie artisanale et les ateliers de GMS. (3) En 2012, les importations de farines ont représenté , contre tonnes en Elles sont réparties entre la boulangerie industrielle, la boulangerie artisanale, les industries utilisatrices et les sachets.

5 tun t chiffre d affaires en augmentation La meunerie française maintient son chiffre d affaires (marché intérieur et export) au alentours de 2 Mds d. Il atteint 2,15 Mds d en 2012 contre 2,11 Mds d en 2011, soit une augmentation de 1,9 %. Cette augmentation traduit la répercussion partielle de la hausse moyenne des cours du blé en 2012, d environ 8 % par rapport à l année précédente. Comme lors de la campagne précédente, l évolution des cours du blé, selon l Insee (août 2013), se traduit par une variation modérée et décalée dans le temps de l indice de prix des farines en tles t chiffres clés de la meunerie européenne en 2012 La meunerie européenne est composée de moulins de petite et moyenne taille qui emploient près de salariés. Ils produisent environ 35 millions de tonnes de farine dont près de 70 % sont destinées à la panification. La farine de seigle représente 1,90 Mt et la France en a produit tonnes. Le chiffre d affaires de la meunerie européenne est de 15 Mds d.

6 t LA MEUNERIE FRANCAISE : son approvisionnement

7 tle t marché du blé durant la campagne 2012/2013 Durant la campagne 2012/2013, les prix mondiaux du blé, qui conditionnent les prix français, ont dépassé de plus de 15 % leur niveau moyen de la campagne 2011/2012. Des bilans mondiaux globalement fragiles associés à une réduction des récoltes de maïs aux Etats-Unis et de blé en Russie et en Ukraine ont généré une flambée des cours durant l été En France, la production de blé tendre a atteint 35,9 Mt, en légère hausse par rapport à 2012 malgré une baisse du rendement moyen, estimé à 71,9 q/ha ( 1,1 q/ ha sur un an). Après un pic observé en novembre 2012, les prix du blé ont reculé en fin d année et début 2013 tout en restant plus élevés qu à la même période de l année précédente. Les cours se sont globalement stabilisés à partir de février 2013, avant de repartir à la baisse durant le deuxième trimestre : fin mars, le rapport du département américain de l agriculture (USDA), a annoncé des stocks de fin de campagne plus hauts que prévu, en particulier pour le maïs, entraînant les cours à la baisse. Les perspectives de récoltes 2013/2014, prometteuses, ont également contribué à la détente des marchés. En mai puis surtout en juin 2013, les cours du blé français ont baissé mais restent plus élevés que ceux de la campagne 2011/ Cotation du blé tendre rendu Rouen ( /t base juillet) tles t meuniers Français utilisent du blé français Les meuniers Français utilisent quasi exclusivement du blé français : ils sélectionnent les variétés selon les débouchés de la farine (panification, biscuiterie ). La meunerie française est le premier utilisateur de blé sur le marché intérieur, suivi par l alimentation animale. Elle a écrasé, au cours de la campagne 2012/2013, 17 % du blé commercialisé en France. En 2012, les importations en provenance de l Union européenne ne représentent que 1,7 % des blés mis en œuvre par les meuniers Français, soit tonnes.

8 tdes t exigences variétales en blé tendre La meunerie française utilise près de 6 millions de tonnes de blé dont la majorité des achats se fait sur des mélanges de variétés répondant aux critères technologiques et sanitaires déterminés. Chaque année, l ANMF réactualise et publie, à l attention des meuniers et de leurs fournisseurs, la liste «blés meuniers». Composée de VRM (Variétés Recommandées par la Meunerie) et de BPMF (Blés Pour la Meunerie Française), la liste «blés meuniers» vise notamment à favoriser la culture de blés à forte valeur boulangère ou biscuitière qui permettent de produire du pain ou des biscuits d excellente qualité et définit les variétés qui peuvent composer les mélanges (assemblages) destinés à la meunerie, en fonction du débouché (panification ou biscuiterie). Pour la récolte 2013, les Variétés Recommandées par la Meunerie (VRM) représentent 38 % des surfaces cultivées. L ANMF, par la publication de la fiche «Blés meuniers», contribue à la qualité des blés français pour l ensemble des utilisateurs sur le marché intérieur et à l exportation. tune t démarche qualité soutenue Mis en place par l Institut de Recherches Technologiques Agro alimentaires des Céréales (Irtac) en collaboration avec l ANMF, le plan de surveillance sanitaire des céréales s adresse à tous les opérateurs de la filière blé tendre, autres céréales et produits transformés. Il permet : - d optimiser la surveillance des produits de meunerie en pratiquant des analyses d échantillons de blés, de farines, d issues et de produits de panification simple, - de disposer ainsi de données globales de la qualité sanitaire. Si les meuniers se sont engagés depuis plusieurs années dans l amélioration continue de la sécurité alimentaire des farines et des produits à base de farine, la traçabilité mise en place sur l ensemble de la filière en est le garant. En amont de la filière, avec les agriculteurs et les organismes stockeurs, des travaux ont été menés ces dernières années sur la gestion des Mycotoxines : les origines des contaminations sont mieux identifiées et les moyens d action ou de prévention sont mieux appréhendés par l ensemble des opérateurs. Les travaux conduits dans le cadre d Intercéréales ont abouti à la publication du Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière. La réactualisation de ce guide est prévue dans les prochains mois. En meunerie, en l absence de référence réglementaire, les critères microbiologiques pour la farine, établis par la meunerie fin 2008, sont régulièrement mis à jour, en relation avec les obligations réglementaires applicables aux produits finis. Par ailleurs, l ANMF a établi un partenariat avec différentes organisations professionnelles représentant les clients des meuniers, notamment pour les «biscuits, gâteaux et produits de panification sèche» et pour la «panification en boulangerie» ayant abouti à la mise en place de cahiers de charges. Recommandations pour la qualité sanitaire des blés tendres : - adhérer au plan de surveillance sanitaire des céréales de l Irtac, - utiliser des outils de prédiction du risque mycotoxine à la parcelle et sur la zone de collecte. - nettoyer les blés avant livraison à la meunerie.

9 La meunerie française, constituée de 373 entreprises, compte 441 unités de production qui ont utilisé 5,57 millions de tonnes de blé en 2012, soit plus de 17% des blés français commercialisés. La production de farine est de 4,36 millions de tonnes, dont près de tonnes destinées à l exportation. Le chiffre d affaires de la meunerie en 2012 est de 2,15 Mds d. Les entreprises de meunerie qui adhèrent à l Association nationale de la meunerie française représentent 95% de la production nationale.

10 Association nationale de la meunerie française Département communication Valérie Mousquès-Cami Tél: r: 66, rue La Boétie Paris -

FICHE STATISTIQUE 2005

FICHE STATISTIQUE 2005 66, rue la Boétie 75008 PARIS Tél. 01 43 59 45 80 Fax 01 43 59 45 90 E.mail : anmf@anmf.com.fr - www.meuneriefrancaise.com FICHE STATISTIQUE 2005 La Meunerie Française c'est : 488 unités de production

Plus en détail

Variétés de blé tendre Récolte 2013

Variétés de blé tendre Récolte 2013 ÉDITION Février 2013 Variétés de blé tendre Récolte 2013 LES ÉTUDES DE LES ÉTUDES DE Récolte 2013 : Blés panifiables majoritaires Les blés panifiables dominent avec 92 % des surfaces en blé tendre. La

Plus en détail

Bilan d activité 2013 et actualité 2014. La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives

Bilan d activité 2013 et actualité 2014. La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives Bilan d activité 2013 et actualité 2014 La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives Avant-propos Au cours de l année 2013 ainsi qu en 2014, l ANMF a été présente et active sur tous les

Plus en détail

Blés meuniers. VRM Variétés Recommandées par la Meunerie. semis 2014. BPMF Blés Pour la Meunerie Française. récolte 2014

Blés meuniers. VRM Variétés Recommandées par la Meunerie. semis 2014. BPMF Blés Pour la Meunerie Française. récolte 2014 Blés meuniers 2014 VRM Variétés Recommandées par la Meunerie semis 2014 Variétés recommandées Variétés en observation Variétés admises dans les essais ANMF/ARVALIS BPMF Blés Pour la Meunerie Française

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

Des chiffres et des céréales L essentiel de la filière

Des chiffres et des céréales L essentiel de la filière Des chiffres et des céréales L essentiel de la filière www.passioncereales.fr Les céréales, une filière qui compte L agriculture française, et notamment la filière céréalière, ont à cœur de répondre quotidiennement

Plus en détail

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014 Réunion d information activité céréales SCA DE MILLY 21 octobre 2014 ORDRE DU JOUR Bilan collecte moisson 2014 Marché céréalier au 20 octobre 2014 Normes de réception des blés moisson 2014 Rémunération

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture

Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture Jean-Marie Sander, Président de la Fédération Nationale du Crédit Agricole (France) Day 2 - Session I Agricultural finance : institutional issues 1

Plus en détail

Marché céréalier : fonctionnement et actualités

Marché céréalier : fonctionnement et actualités Marché céréalier : fonctionnement et actualités IAG - Grangeneuve 11 mars2015 FSPC - Fédération suisse des producteurs de céréales Pierre-Yves Perrin La FSPC FSPC = Organisation de producteurs, fondée

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

08.06.2009. Ordre du jour. Visuel d intro N 1 : DA Rapport annuel 2008. Profil. Les clés d une croissance durable. Vilmorin et ses actionnaires

08.06.2009. Ordre du jour. Visuel d intro N 1 : DA Rapport annuel 2008. Profil. Les clés d une croissance durable. Vilmorin et ses actionnaires Réunion Visuel d intro FFCI/CLIFF N 1 : - Rennes 08.06.2009 Ordre du jour Profil Les clés d une croissance durable Vilmorin et ses actionnaires Tendances et perspectives Visuel d intro N 1 : 1 Visuel d

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière

Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Edition 2009 CE GUIDE A ÉTÉ ÉLABORÉ PAR LES

Plus en détail

En novembre, les cours des céréales et des oléagineux se consolident après

En novembre, les cours des céréales et des oléagineux se consolident après Agreste Synthèses Grandes cultures Céréales et Oléagineux Décembre 212 n 212/196 Grandes cultures Céréales et Oléagineux - Décembre 212 Synthèses n 212/196 Pour la campagne 212/213, les cours du maïs s

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Une production dynamique depuis le début de l année

Une production dynamique depuis le début de l année 1 Contexte mondial 2 Une production dynamique depuis le début de l année Etats-Unis Production 2013 : 89,6 MT Production 12 mois 2013 :+0,7% (0,6 MT) 9 mois 2014 : +2,0% UE à 27 Production 2013 : 152 MT

Plus en détail

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 %

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 % Vilmorin & Cie SA Société Anonyme à Conseil d Administration au capital de 317 717 005,50 euros Siège social : 4, Quai de la Mégisserie 75001 PARIS R.C.S. Paris 377 913 728 Exercice social du 1 er juillet

Plus en détail

Volatilité des matières premières de l alimentation animale

Volatilité des matières premières de l alimentation animale Volatilité des matières premières de l alimentation animale Baptiste Lelyon Institut de l Elevage - Département Economie Février 2011 2007 2010 : Bis Repetita Une situation en apparence identique Une explosion

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Faire une baguette qui a du goût

Faire une baguette qui a du goût Faire une baguette qui a du goût Pourquoi faire son pain? La principale raison est pour le goût du pain. En effet, les boulangeries sont souvent le terminal des grands meuniers. Bien que les dernières

Plus en détail

Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes cultures franciliennes en 2011

Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes cultures franciliennes en 2011 Numéro 124 - Avril 2013 Île-de-France Réseau d information comptable agricole : exploitations spécialisées en grandes cultures Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

Grangeneuve 23 décembre 2011 4. Oléagineux : pool de production et actualités

Grangeneuve 23 décembre 2011 4. Oléagineux : pool de production et actualités Contenu 1. La FSPC en bref Actualités du marché céréalier 2. Céréales panifiables Marché, protection à la frontière et actualités 3. Matières fourragères Marché, protection à la frontière et actualités

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Technicien Spécialisé en Fabrication en Industrie Agroalimentaire

Technicien Spécialisé en Fabrication en Industrie Agroalimentaire en Fabrication en Industrie Agroalimentaire Le en Fabrication en Industrie Agroalimentaire est un professionnel chargé de la gestion et de l animation d un atelier de production dans le cadre des directives

Plus en détail

C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ---------------------------- Séance du 21 janvier 2010 ---------------------------

C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ---------------------------- Séance du 21 janvier 2010 --------------------------- C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ---------------------------- Séance du 21 janvier 2010 --------------------------- SITUATION DES MARCHES DES PPAM 1. Considérations générales Le contexte général

Plus en détail

Repli du prix de porc au mois de juillet

Repli du prix de porc au mois de juillet Agreste Infos rapides Animaux de boucherie - Porcins Août n 7/11 Août Porcins n 7/11 E Animaux de boucherie Repli du prix de porc au mois de juillet Infos rapides n juillet, les abattages de porcins progressent

Plus en détail

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013)

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013) FRANCE BOIS FORÊT Observatoire économique Filière Forêt Bois SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 20 (octobre-novembre-décembre 20) Evolutions différenciées en fin

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Analyse des facteurs de risque de la contamination des céréales c par les mycotoxines

Analyse des facteurs de risque de la contamination des céréales c par les mycotoxines Journée séminaire Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales de grande culture Pau-Montardon 11/02/2010 Journée séminaire : Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales

Plus en détail

Le périmètre du Groupe Siclaé

Le périmètre du Groupe Siclaé RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXAMEN DE L ACTIVITE, DES RESULTATS ET DE LA SITUATION FINANCIERE DU GROUPE Le périmètre du Groupe Siclaé Le Groupe a continué à renforcer sa position sur le

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières o c p r o s p e c t i v e Date de parution : octobre 2012 Couverture : Nathalie Palous, Brigitte

Plus en détail

NEWSLETTER MARCHÉ Nº 68 Janvier 2013

NEWSLETTER MARCHÉ Nº 68 Janvier 2013 I. ÉVOLUTION DES IMPORTATIONS D HUILE D OLIVE ET D OLIVES DE TABLE AU BRÉSIL 1. Huile d olive et huile de grignons d olive Les importations brésiliennes d huile d olive et de grignons d olive au cours

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004 Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies Présentation

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015

CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015 CANADA : PERSPECTIVES DES PRINCIPALES GRANDES CULTURES Le 23 janvier 2015 Groupe de l analyse des marchés/division des céréales et oléagineux Direction du développement et de l analyse du secteur, Direction

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2013-14

Marchés à la production vrac 2013-14 Avril Marchés à la production vrac - / Volumes cumulés depuis le début de la campagne* Rouges Rosés Blancs cépage cépages (-%) (-9%) (-%) (-8%) (-6%) (-9%) (+7%) (-9%) (+%) (+%) (+%) (+9%) France AOC /

Plus en détail

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE A L ENTREPRISE PAIN DE BELLEDONNE 1 / IDENTITE, HISTORIQUE ET CROISSANCE 2 / LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION DE PAIN DE BELLEDONNE 3/ LE PAIN: ORGANISATION ET PROCESS

Plus en détail

qualtech groupe L union au service de la performance du secteur agroalimentaire

qualtech groupe L union au service de la performance du secteur agroalimentaire qualtech groupe AGROBIO A. BIO. C L union au service de la performance du secteur agroalimentaire Des laboratoires aux compétences complémentaires pour une expertise toujours plus qualitative Regroupant

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français CARACTÉRISTIQUES > ÉDITION septembre 213 RÉCOLTE 213 Qualité des blés durs français ÉDITORIAL BLÉ DUR 213 : UNE PRODUCTION À 1,7 MILLION DE TONNES ET UNE QUALITÉ VARIABLE SELON LES SITUATIONS La production

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX DECOUVRIR le marché à terme céréales et oléagineux LA SECURISATION DES PRIX est un enjeu fort. Pourquoi? La décision de produire ne peut aujourd hui être indépendante de la capacité de vendre. Les produits

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DES FILIERES GERSOISES EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

ETAT DES LIEUX DES FILIERES GERSOISES EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES Fiche thématique ETAT DES LIEUX DES FILIERES GERSOISES EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES Mieux connaître les filières pour mieux positionner les productions locales biologiques Un état des lieux des filières

Plus en détail

Commercialisation des céréales, quelles réglementations?

Commercialisation des céréales, quelles réglementations? Réseau Semences paysannes Biodiversité des semences et plants dans les fermes Cazalens 81 600 Brens Tel/ fax : 05 63 41 72 86 Mail: contact@semencespaysannes.org www.semencespaysannes.org Commercialisation

Plus en détail

Les Rencontres de la Boulangerie

Les Rencontres de la Boulangerie Les Rencontres de la Boulangerie Les Moulins Evelia et leur partenaire Gabopla, fournisseur de matières premières en boulangerie, organisent les premières Rencontres de la Boulangerie les 21, 22, 23 et

Plus en détail

Dossier de presse Cizeron Bio 2014-2015

Dossier de presse Cizeron Bio 2014-2015 Sommaire Fiche 1 Cizeron Bio, l entreprise Fiche 2 Valeurs et historique Fiche 3 Activités Fiche 4 Recherche et développement Fiche 5 Bio Agri Fiche 6 Informations et contacts Contact Cizeron Bio Jean-Charles

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux

Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux - Observatoire des sites de stockage VISIOStockage - Stockage à la ferme BASSE ET HAUTE NORMANDIE RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES 2015

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Sommaire de la note portant sur les céréales

Sommaire de la note portant sur les céréales Les subventions alimentaires s élèvent en 2011 à 1 150 millions de dinars soit plus de 6 % des dépenses publiques totales. Sommaire de la note portant sur les céréales Par Mohamed Salah Bachta - Professeur

Plus en détail

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain Circulaire n 6252 2 Février 2015 Gestion de l entreprise Fabrication Réglementation hygiénique et sanitaire 7 0 5 Dossier suivi par : Flavie SOUPLY Rédactrice : Flavie SOUPLY Ligne directe : 01.43.59.45.08

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES MEUNERIE

ESSAIS INTERLABORATOIRES MEUNERIE ESSAIS INTERLABORATOIRES MEUNERIE A02 Farine : analyses physico-chimiques et alvéographe 03 Farine : Pain courant français 07 Semoule 16 Filth Test A25 Farine : farinographe et mixolab A41 Farine : rhéofermentomètre

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements www.sodexo.com SOMMAIRE 1. Notre organisation 2. Nos produits 3. Nos fournisseurs 4. La qualité de nos approvisionnements 1. Notre organisation Notre vision des achats La Direction des Achats de Sodexo

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

Comment Gérer la Nécessaire Approche Pluridisciplinaire des Programmes de Recherche en Bio? L exemple du programme «Pain Bio»

Comment Gérer la Nécessaire Approche Pluridisciplinaire des Programmes de Recherche en Bio? L exemple du programme «Pain Bio» Comment Gérer la Nécessaire Approche Pluridisciplinaire des Programmes de Recherche en Bio? L exemple du programme «Pain Bio» P. Viaux 1, B. Taupier-Letage 2, L. Fontaine 2, J. Abécassis 3 1 ARVALIS Institut

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références SEMENCES et PROTÉAGINEUX les variétés références 2014 / 2015 Blé tendre d hiver Solehio Blé tendre filière Bologna Blé dur d hiver Alexis / Surmesur Orge d hiver Kws Salsa Escourgeons Laverda / Henriette

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval L envolée brutale des cours des céréales à l été 2010 a mis en exergue l insuffisante prise en compte des coûts de revient

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1. I. Rappel historique... 1

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1. I. Rappel historique... 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. Rappel historique... 1 CHAPITRE I : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME DE COMPENSATION... 5 I. Mode de fonctionnement... 5 II. Mécanismes de subvention des produits alimentaires...

Plus en détail

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés Information au marché Lille, le 7 août 2015 Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés Chiffre d'affaires de 960 millions d'euros, vs. 1 055 millions au premier

Plus en détail

Conservation des grains de céréales et des farines

Conservation des grains de céréales et des farines Les calculatrices sont autorisées conformément à la circulaire no 99-186 du 16 novembre 1999. La clarté du raisonnement et la qualité de la rédaction interviennent dans l appréciation des copies. Conservation

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

MEUNERIE À LA FERME FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS RECHERCHES DINOS EN UN TEMPS, DEUX MOTS, ET TROIS MOUVEMENTS

MEUNERIE À LA FERME FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS RECHERCHES DINOS EN UN TEMPS, DEUX MOTS, ET TROIS MOUVEMENTS DINOS EN UN TEMPS, DEUX MOTS, ET TROIS MOUVEMENTS MEUNERIE À LA FERME FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS RECHERCHES «Le présent est un cadeau de la vie Qui surgit Et s enfuit Le présent est à saisir

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2016 SOMMAIRE CHAPITRE I : RAPPEL HISTORIQUE DU SYSTEME DE COMPENSATION... 1

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2016 SOMMAIRE CHAPITRE I : RAPPEL HISTORIQUE DU SYSTEME DE COMPENSATION... 1 SOMMAIRE CHAPITRE I : RAPPEL HISTORIQUE DU SYSTEME DE COMPENSATION... 1 I.1. HISTORIQUE DES PRODUITS PETROLIERS... 1 I.2. HISTORIQUE DU SUCRE... 2 I.3. HISTORIQUE DU BLE TENDRE ET DE LA FARINE... 3 CHAPITRE

Plus en détail

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE Présentation de GEORGE L. BRINKMAN DÉPART. DE L ÉCONOMIE ET DE L INDUSTRIE AGRICOLES UNIVERSITÉ DE GUELPH APERÇU DE LA PRÉSENTATION VIABILITÉ AGRICOLE Revenus,

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-130 du 7 octobre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif d actifs du groupe Sodistock SA par la société CAF Grains, filiale du groupe Invivo L Autorité de la

Plus en détail

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Les contrôles et la certification du vin bio Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Présentation de la démarche de certification 2 Comment s appliquera la nouvelle règlementation? Les contrôles réalisés

Plus en détail

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Plan Maroc Vert Stratégie de développement intégré de l Agriculture au Maroc Filière céréalière Casablanca, 24 juin 2009 PLAN

Plus en détail

Recommandations issues du groupe de travail «fibres» Février 2014

Recommandations issues du groupe de travail «fibres» Février 2014 Recommandations issues du groupe de travail «fibres» Février 2014 Les recommandations présentées ci-dessous partent du constat que l apport moyen en fibres des français est insuffisant pour assurer la

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail