Association nationale de la meunerie française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association nationale de la meunerie française"

Transcription

1 Association nationale de la meunerie française

2 LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t

3 tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373 entreprises qui regroupent 441 moulins. 4 entreprises présentes au niveau national représentent 44 moulins et 57 % du blé écrasé en France, soit 3,15 Mt, 12 entreprises couvrent plusieurs régions, avec 34 moulins. Elles assurent 22 % de l écrasement contre 20 % en 2011, 53 entreprises régionales, avec 59 moulins, assurent 15 % de l écrasement, et 304 entreprises départementales, avec 304 moulins, représentent 6 % du blé écrasé. - Les 4 entreprises nationales : Nutrixo, Moulins Soufflet, Grands Moulins de Strasbourg et Axiane meunerie. - Les 12 entreprises multi-régionales : Terrena-Evelia, Minoterie Girardeau, Groupe Nicot, Dijon Céréales Meunerie, Groupe Maurey, Limagrain meunerie, Moulins Dumée, Minoterie Bellot, Minoterie Forest, Minoterie Batigne, Gers farines et Caproga. tstabilité t de la production et de la consommation de farine malgré une baisse des exportations de farine Mt 4,20 4,10 4,00 3,90 3,80 3,70 3,60 3,50 3,40 3,30 3,20 3,10 3,00 Evolution du marché français de la farine (source : ANMF, FAM) 3,85 3,94 4,00 4,06 4,01 4,04 4,04 4,02 4, En France, la production de farine reste relativement stable entre 2011 et 2012 et atteint 4,36 millions de tonnes, exportations comprises. En 2012, la consommation de farine sur le marché intérieur est de 4,07 millions de tonnes, soit une augmentation de tonnes par rapport à Les débouchés de farine sur le marché intérieur progressent de 1,4 %. Les exportations s élèvent à tonnes enregistrant une baisse significative de 6,2 %.

4 tla t panification : maintien du débouché majeur de la farine Le marché de la farine biologique, avec tonnes, représente 1,5 % des débouchés sur le marché intérieur. Près de 50 % des farines biologiques sont destinées à la panification. Avec 63,7 % des tonnages, la panification reste le principal marché de la farine en France. En 2012, 2,59 millions de tonnes de farine sont utilisées en panification, soit une stabilisation par rapport à Malgré un marché très concurrentiel, l activité en boulangerie artisanale enregistre un léger recul de 0,8 %, avec 1,51 million de tonnes de farine utilisées, tandis que la boulangerie industrielle voit son activité augmenter de 1,5 %, avec tonnes. La boulangerie artisanale représente 37,1 % de la totalité des débouchés de la farine sur le marché intérieur et 58,3 % des débouchés en panification. La boulangerie industrielle est le 3ème débouché de la farine avec 20,8 % des parts de marché de la farine sur le marché intérieur et 32,6 % des parts de marché de la panification. Les ateliers de boulangerie en grandes surfaces conservent 5,8 % des parts de marché de la panification, avec tonnes. tbiscuiterie, t biscotterie, panification fine : augmentation de la consommation Deuxième débouché de la farine après la boulangerie artisanale, le marché des industries utilisatrices (biscuiterie, biscotterie, panification fine...) est en légère augmentation (+ 2,7 %), avec de tonnes utilisées. Les industries utilisatrices représentent 28,6 % des débouchés de la farine. tla t farine en sachet : un secteur qui renoue avec la croissance Le marché de la farine en sachet connaît depuis plusieurs années de grandes variations. Cela se confirme une nouvelle fois en Après avoir enregistré une chute de 10 % des volumes en 2011, la farine destinée aux «sachets» renoue avec la croissance en 2012, avec tonnes, soit une augmentation de 4 %. (1) Pour la boulangerie artisanale, on considère qu elle est la principal débouché des négociants. (2) Les mixes représentent tonnes en 2012 et sont repartis au prorata des volumes entre la boulangerie artisanale et les ateliers de GMS. (3) En 2012, les importations de farines ont représenté , contre tonnes en Elles sont réparties entre la boulangerie industrielle, la boulangerie artisanale, les industries utilisatrices et les sachets.

5 tun t chiffre d affaires en augmentation La meunerie française maintient son chiffre d affaires (marché intérieur et export) au alentours de 2 Mds d. Il atteint 2,15 Mds d en 2012 contre 2,11 Mds d en 2011, soit une augmentation de 1,9 %. Cette augmentation traduit la répercussion partielle de la hausse moyenne des cours du blé en 2012, d environ 8 % par rapport à l année précédente. Comme lors de la campagne précédente, l évolution des cours du blé, selon l Insee (août 2013), se traduit par une variation modérée et décalée dans le temps de l indice de prix des farines en tles t chiffres clés de la meunerie européenne en 2012 La meunerie européenne est composée de moulins de petite et moyenne taille qui emploient près de salariés. Ils produisent environ 35 millions de tonnes de farine dont près de 70 % sont destinées à la panification. La farine de seigle représente 1,90 Mt et la France en a produit tonnes. Le chiffre d affaires de la meunerie européenne est de 15 Mds d.

6 t LA MEUNERIE FRANCAISE : son approvisionnement

7 tle t marché du blé durant la campagne 2012/2013 Durant la campagne 2012/2013, les prix mondiaux du blé, qui conditionnent les prix français, ont dépassé de plus de 15 % leur niveau moyen de la campagne 2011/2012. Des bilans mondiaux globalement fragiles associés à une réduction des récoltes de maïs aux Etats-Unis et de blé en Russie et en Ukraine ont généré une flambée des cours durant l été En France, la production de blé tendre a atteint 35,9 Mt, en légère hausse par rapport à 2012 malgré une baisse du rendement moyen, estimé à 71,9 q/ha ( 1,1 q/ ha sur un an). Après un pic observé en novembre 2012, les prix du blé ont reculé en fin d année et début 2013 tout en restant plus élevés qu à la même période de l année précédente. Les cours se sont globalement stabilisés à partir de février 2013, avant de repartir à la baisse durant le deuxième trimestre : fin mars, le rapport du département américain de l agriculture (USDA), a annoncé des stocks de fin de campagne plus hauts que prévu, en particulier pour le maïs, entraînant les cours à la baisse. Les perspectives de récoltes 2013/2014, prometteuses, ont également contribué à la détente des marchés. En mai puis surtout en juin 2013, les cours du blé français ont baissé mais restent plus élevés que ceux de la campagne 2011/ Cotation du blé tendre rendu Rouen ( /t base juillet) tles t meuniers Français utilisent du blé français Les meuniers Français utilisent quasi exclusivement du blé français : ils sélectionnent les variétés selon les débouchés de la farine (panification, biscuiterie ). La meunerie française est le premier utilisateur de blé sur le marché intérieur, suivi par l alimentation animale. Elle a écrasé, au cours de la campagne 2012/2013, 17 % du blé commercialisé en France. En 2012, les importations en provenance de l Union européenne ne représentent que 1,7 % des blés mis en œuvre par les meuniers Français, soit tonnes.

8 tdes t exigences variétales en blé tendre La meunerie française utilise près de 6 millions de tonnes de blé dont la majorité des achats se fait sur des mélanges de variétés répondant aux critères technologiques et sanitaires déterminés. Chaque année, l ANMF réactualise et publie, à l attention des meuniers et de leurs fournisseurs, la liste «blés meuniers». Composée de VRM (Variétés Recommandées par la Meunerie) et de BPMF (Blés Pour la Meunerie Française), la liste «blés meuniers» vise notamment à favoriser la culture de blés à forte valeur boulangère ou biscuitière qui permettent de produire du pain ou des biscuits d excellente qualité et définit les variétés qui peuvent composer les mélanges (assemblages) destinés à la meunerie, en fonction du débouché (panification ou biscuiterie). Pour la récolte 2013, les Variétés Recommandées par la Meunerie (VRM) représentent 38 % des surfaces cultivées. L ANMF, par la publication de la fiche «Blés meuniers», contribue à la qualité des blés français pour l ensemble des utilisateurs sur le marché intérieur et à l exportation. tune t démarche qualité soutenue Mis en place par l Institut de Recherches Technologiques Agro alimentaires des Céréales (Irtac) en collaboration avec l ANMF, le plan de surveillance sanitaire des céréales s adresse à tous les opérateurs de la filière blé tendre, autres céréales et produits transformés. Il permet : - d optimiser la surveillance des produits de meunerie en pratiquant des analyses d échantillons de blés, de farines, d issues et de produits de panification simple, - de disposer ainsi de données globales de la qualité sanitaire. Si les meuniers se sont engagés depuis plusieurs années dans l amélioration continue de la sécurité alimentaire des farines et des produits à base de farine, la traçabilité mise en place sur l ensemble de la filière en est le garant. En amont de la filière, avec les agriculteurs et les organismes stockeurs, des travaux ont été menés ces dernières années sur la gestion des Mycotoxines : les origines des contaminations sont mieux identifiées et les moyens d action ou de prévention sont mieux appréhendés par l ensemble des opérateurs. Les travaux conduits dans le cadre d Intercéréales ont abouti à la publication du Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière. La réactualisation de ce guide est prévue dans les prochains mois. En meunerie, en l absence de référence réglementaire, les critères microbiologiques pour la farine, établis par la meunerie fin 2008, sont régulièrement mis à jour, en relation avec les obligations réglementaires applicables aux produits finis. Par ailleurs, l ANMF a établi un partenariat avec différentes organisations professionnelles représentant les clients des meuniers, notamment pour les «biscuits, gâteaux et produits de panification sèche» et pour la «panification en boulangerie» ayant abouti à la mise en place de cahiers de charges. Recommandations pour la qualité sanitaire des blés tendres : - adhérer au plan de surveillance sanitaire des céréales de l Irtac, - utiliser des outils de prédiction du risque mycotoxine à la parcelle et sur la zone de collecte. - nettoyer les blés avant livraison à la meunerie.

9 La meunerie française, constituée de 373 entreprises, compte 441 unités de production qui ont utilisé 5,57 millions de tonnes de blé en 2012, soit plus de 17% des blés français commercialisés. La production de farine est de 4,36 millions de tonnes, dont près de tonnes destinées à l exportation. Le chiffre d affaires de la meunerie en 2012 est de 2,15 Mds d. Les entreprises de meunerie qui adhèrent à l Association nationale de la meunerie française représentent 95% de la production nationale.

10 Association nationale de la meunerie française Département communication Valérie Mousquès-Cami Tél: r: 66, rue La Boétie Paris -

Bilan d activité 2013 et actualité 2014. La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives

Bilan d activité 2013 et actualité 2014. La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives Bilan d activité 2013 et actualité 2014 La meunerie française : ses réalisations et ses perspectives Avant-propos Au cours de l année 2013 ainsi qu en 2014, l ANMF a été présente et active sur tous les

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture

Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture Le Crédit Agricole et le Financement de l Agriculture Jean-Marie Sander, Président de la Fédération Nationale du Crédit Agricole (France) Day 2 - Session I Agricultural finance : institutional issues 1

Plus en détail

Les Rencontres de la Boulangerie

Les Rencontres de la Boulangerie Les Rencontres de la Boulangerie Les Moulins Evelia et leur partenaire Gabopla, fournisseur de matières premières en boulangerie, organisent les premières Rencontres de la Boulangerie les 21, 22, 23 et

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Dossier de presse LA FILIÈRE CÉRÉALIÈRE EN RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS : UNE CULTURE DE L EMPLOI

Dossier de presse LA FILIÈRE CÉRÉALIÈRE EN RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS : UNE CULTURE DE L EMPLOI Dossier de presse LA FILIÈRE CÉRÉALIÈRE EN RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS : UNE CULTURE DE L EMPLOI LES CHIFFRES CLÉS RÉGIONAUX UNE MOISSON DE MÉTIERS D AVENIR DES FEMMES DES HOMMES PASSIONNÉS http://npdc.passioncereales.fr

Plus en détail

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 %

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 % Vilmorin & Cie SA Société Anonyme à Conseil d Administration au capital de 317 717 005,50 euros Siège social : 4, Quai de la Mégisserie 75001 PARIS R.C.S. Paris 377 913 728 Exercice social du 1 er juillet

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières o c p r o s p e c t i v e Date de parution : octobre 2012 Couverture : Nathalie Palous, Brigitte

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français

CARACTÉRISTIQUES. > ÉDITION septembre 2013 RÉCOLTE 2013. Qualité des blés durs français CARACTÉRISTIQUES > ÉDITION septembre 213 RÉCOLTE 213 Qualité des blés durs français ÉDITORIAL BLÉ DUR 213 : UNE PRODUCTION À 1,7 MILLION DE TONNES ET UNE QUALITÉ VARIABLE SELON LES SITUATIONS La production

Plus en détail

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain

Mots-clés : denrée, préemballé, étiquetage, ingrédient, information, consommateur, allergène, boulanger, pain Circulaire n 6252 2 Février 2015 Gestion de l entreprise Fabrication Réglementation hygiénique et sanitaire 7 0 5 Dossier suivi par : Flavie SOUPLY Rédactrice : Flavie SOUPLY Ligne directe : 01.43.59.45.08

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Plan Maroc Vert Stratégie de développement intégré de l Agriculture au Maroc Filière céréalière Casablanca, 24 juin 2009 PLAN

Plus en détail

Le MARCHE A TERME des CEREALES

Le MARCHE A TERME des CEREALES Le MARCHE A TERME des CEREALES Le 22 janvier 2013 Jean WART 1 Le MARCHE A TERME des Céréales Outil de sécurisation pour le producteur 2 1 Le MARCHE à TERME des CEREALES Outil de sécurisation pour le producteur

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

VERS DES AGRICULTURES À HAUTES PERFORMANCES

VERS DES AGRICULTURES À HAUTES PERFORMANCES 4 VOLUME VERS DES AGRICULTURES À HAUTES PERFORMANCES ANALYSE DES VOIES DE PROGRÈS EN AGRICULTURE CONVENTIONNELLE PAR ORIENTATION PRODUCTIVE Étude réalisée pour le Commissariat général à la stratégie et

Plus en détail

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454

reco Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine R.454 reco du comité technique national des services, commerces et industries de l'alimentation Du moulin à la boulangerie artisanale Prévention des risques liés aux manutentions manuelles des sacs de farine

Plus en détail

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten?

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten? Pour ou contre le gluten? C est un peu la grande mode du moment : «ouaih moi, une semaine avant la course, je supprime tous les aliments contenant du gluten parce que c est mauvais» hum hum. Savez-vous

Plus en détail

Note de conjoncture. >>> Sucre. > La note des évolutions économiques de la filière Sucre de FranceAgriMer

Note de conjoncture. >>> Sucre. > La note des évolutions économiques de la filière Sucre de FranceAgriMer >>> Sucre Note de conjoncture > La note des évolutions économiques de la filière Sucre de FranceAgriMer numéro / 2 janvier 213 / le marché du sucre Pour la seconde année consécutive, le marché mondial

Plus en détail

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES Contexte Européen Réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) 1992 : Baisse des prix garantis ( 25 %), compensés par des aides

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

L INDUSTRIE ALIMENTAIRE

L INDUSTRIE ALIMENTAIRE Formations pour les METIERS de L INDUSTRIE ALIMENTAIRE www.ifria-bfc.fr CATALOGUE DES FORMATIONS EN ALTERNANCE RENTREE 2015 IFRIA BFC 4, bd Docteur Jean Veillet BP 46524 21065 DIJON CEDEX Tél. 03 80 70

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

Programme VISIO Rencontres régionales grandes cultures Midi-Pyrénées 21 novembre 2012 1

Programme VISIO Rencontres régionales grandes cultures Midi-Pyrénées 21 novembre 2012 1 Programme VISIO Rencontres régionales grandes cultures Midi-Pyrénées 21 novembre 2012 1 Sommaire 3 Etapes ONIGC VISIOGrains = refonte des processus de collecte des données et dématérialisation VISIOGrains

Plus en détail

Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire

Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire Résumé et Impact sur les Importateurs et Exportateurs Août 2012 Le présent article contient des mises à jours importantes concernant la Loi américaine

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION 06.10.2015

RÉUNION D INFORMATION 06.10.2015 RÉUNION D INFORMATION 06.10.2015 ORDRE DU JOUR L ESSENTIEL RÉSULTATS ANNUELS 2014-2015 ACTUALITÉ PERSPECTIVES 2015-2016 ET AMBITIONS À MOYEN TERME AGENDA ANNEXES 1 L ESSENTIEL Chiffre d affaires annuel

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» :

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» : Echanges et ventes de semences et plants de variétés non inscrites au catalogue, que peut on faire dans le cadre réglementaire actuel? Les semences et plants commercialisés doivent appartenir à une variété

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants.

Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants. 1 Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants.8 La campagne de promotion 10 Les soutiens..11 Vos contacts..12 2 2

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

La biscotte : un aliment au coeur de la vie quotidienne

La biscotte : un aliment au coeur de la vie quotidienne Dossier de presse La biscotte : un aliment au coeur de la vie quotidienne Les secrets de la petite tranche croustillante et dorée La biscotte fait croustiller la vie! Contact presse : Agnès Mignonac et

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Authentique et artisanal LE MONDE DU MEILLEUR GOÛT

Authentique et artisanal LE MONDE DU MEILLEUR GOÛT Authentique et artisanal LE MONDE DU MEILLEUR GOÛT 1. Pains classiques pag. 06-09 Authentique et artisanal selon la tradition française. Epistar est le label de qualité de Dossche Mills et comprend un

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME

Gestion économique du produit agricole, dossier 3, Arnaud Diemer, IHEDREA, MCF Clermont-Ferrand LES MARCHES A TERME LES MARCHES A TERME Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 1 PLAN I ) CARACTERISTIQUES DES MARCHES A ) Objectifs B ) Fonctions C ) Conditions d existence D ) Types d intervention

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

Semences certifiées de céréales

Semences certifiées de céréales L argumentaire vendeur Semences certifiées de céréales Tout le monde y gagne! Les professionnels de la filière, qu ils soient sélectionneurs, agriculteursmultiplicateurs, techniciens agréés, responsables

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN?

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? Divana YOUSSEF Olga ZHADENOVA Ayoub BOUCHOUCHA Olivier GUILLAUME Anthéa SUPPLY Intervenant

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Univers BOULANGERIE. Dimanche 16 et lundi 17 octobre 2011 Palais des Congrès Futuroscope - Poitiers

Univers BOULANGERIE. Dimanche 16 et lundi 17 octobre 2011 Palais des Congrès Futuroscope - Poitiers Univers BOULANGERIE 2011 La fatalité n'existe pas... prenons les devants! Dimanche 16 et lundi 17 octobre 2011 Palais des Congrès Futuroscope - Poitiers Confédération Nationale de la Boulangerie et Boulangerie-Pâtisserie

Plus en détail

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Programme financé par l Union européenne Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie UN SECTEUR FORTEMENT TYPE Mouvement de privatisation de l économie

Plus en détail

GT lipides BISCUITS & GATEAUX. 1 avril 2008

GT lipides BISCUITS & GATEAUX. 1 avril 2008 GT lipides BISCUITS & GATEAUX 1 avril 2008 1 2 Les Biscuits et Gâteaux, un savoir-faire issu des traditions régionales et familiales Des aliments ancrés dans notre patrimoine alimentaire régional et familial

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE LE CONSEIL AGRICOLE : UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE SERVICE POUR LES AGRICULTEURS DOSSIER ROYAUME DU MAROC SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre 2011 SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

IMPORT - EXPORT. Concilier l art culinaire et la santé

IMPORT - EXPORT. Concilier l art culinaire et la santé IMPORT - EXPORT Celnat Concilier l art culinaire et la santé AUVERGNE 43 St-Germain-Laprade (Le-Puy-en-Velay 9 KM) Entreprise familiale de meunerie spéciale créée en 1834, Celnat est le spécialiste des

Plus en détail

La filière grain, du client...

La filière grain, du client... La filière grain, du client... rapport d'activités 13 14 à la semence Axéréal, groupe coopératif agro-industriel, ancré et leader sur ses territoires, expert de la filière céréalière 1 Axéréal, coopérative

Plus en détail

Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010

Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010 Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010 1 Sommaire 2 Sommaire 3 Chiffres clés de la robinetterie industrielle Marché mondial de la robinetterie industrielle : > 32 Mds USD (2009,

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

Chiffre d affaires au 30 juin 2015. Conférence téléphonique du 27 juillet 2015

Chiffre d affaires au 30 juin 2015. Conférence téléphonique du 27 juillet 2015 Chiffre d affaires au 30 juin 2015 Conférence téléphonique du 27 juillet 2015 Faits marquants du 1er semestre 2015 CA hors IFRIC 12 : + 3,2 % à change constant à 220,2 M (vs. 213,4 M au 30 juin 2014) Bon

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Ministère Chargé du Commerce Extérieur ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Présentation du secteur agroalimentaire (IAA) Le secteur des industries agroalimentaires

Plus en détail

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable!

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! Josée Vincelette, M.Sc. (Marketing) Conseillère en chaînes de valeur Consultium services-conseils 1 Quoi Une définition de la chaîne de valeur

Plus en détail

GROUPE MÉTIERS DE CULTURE ANNUELS SOMMAIRE. Valeurs et engagements. Les. Questions de. Comptes

GROUPE MÉTIERS DE CULTURE ANNUELS SOMMAIRE. Valeurs et engagements. Les. Questions de. Comptes SOMMAIRE Le mot du Président et du Directeur Général Chiffres Clés p 2 p 3 Le GROUPE 04 Implantations Structure Gouvernance Directions p 6 p 7 p 8 p 9 Valeurs et engagements Innovation, performance, pérennité,

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

La volatilité des marchés mondiaux des matières premières agricoles et l évolution des prix à la consommation de l alimentation en France

La volatilité des marchés mondiaux des matières premières agricoles et l évolution des prix à la consommation de l alimentation en France N 12 mars 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix La volatilité des marchés mondiaux des matières

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

GUIDE 2015-2016. Chaque jour l'innovation nous rapproche GRANDES CULTURES

GUIDE 2015-2016. Chaque jour l'innovation nous rapproche GRANDES CULTURES GUIDE 2015-2016 Chaque jour l'innovation nous rapproche GRANDES CULTURES À L ÉCOUTE DE NOS CLIENTS INNOVER POUR LEUR SATISFACTION SOMMAIRE BLÉS HYBRIDES 3-7 SEIGLES HYBRIDES 8 BLÉS TENDRES D HIVER 9-11

Plus en détail