Stratégie de placement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégie de placement"

Transcription

1 Private Banking Stratégie de placement No. 2 / : Sommes-nous à la veille d une reprise? Environnement de taux bas : Absolute Return, une alternative? Tactique : Positionnement au sein des mandats Baloise Investment Advice ( BIA ) Page 4 Page 8 Page 9

2 2 Stratégie de placement No. 2 / Editorial Editorial Editorial 2 4 Rétrospective 4 Suisse 5 Etranger 6 Marchés émergents 7 Marchés de capitaux 8 Tactique de placement 9 Positionnement dans les mandats Baloise Investment Advice ( BIA ) 9 Impressum 11 Comment nous contacter 12 Les conséquences d une sortie de la Grande-Bretagne de l Union européenne Le 23 juin 2016, la population britannique votera sur la sortie de la Grande-Bretagne de l Union européenne ( UE ). La probabilité d un «Brexit» est réelle et il est donc d autant plus important d évaluer ses conséquences. La faiblesse du cours de la Livre sterling par rapport au dollar US d environ 1,42 anticipe déjà en partie un Brexit. La monnaie britannique n avait plus atteint un niveau aussi bas depuis la crise financière en Cette dépréciation a été provoquée par Boris Johnson, le maire de Londres, qui s est prononcé en faveur d une sortie de la Grande-Bretagne de l UE GBP/USD Les raisons en faveur d un Brexit sont multiples. La Grande-Bretagne serait économiquement plus indépendante et la question des réfugiés qui se pose actuellement dans l UE serait également résolue. Les inconvénients l emportent cependant. En raison de l imbrication étroite avec l UE, les opposants s attendent à une forte baisse des exportations. Les conséquences seraient également très lourdes pour le secteur financier. La place bancaire londonienne qui sert de hub à l ensemble de l UE subirait des pressions massives. En cas de sortie, la place financière britannique risquerait des restrictions. Un départ de certaines banques pour d autres métropoles financières européennes telles que Paris ou Francfort serait inévitable. Les recettes fiscales du secteur financier diminueraient ainsi sensiblement. Des emplois seraient également menacés. Selon une étude de la société d audit PwC conduite à la demande de la fédération patronale CBI, emplois seraient menacés de disparition. La sortie de la Grèce ayant pu être évitée de justesse, un Brexit ferait par ailleurs renaître un risque de dislocation de l Union européenne. D autres États membres pourraient également envisager une sortie.

3 Stratégie de placement No. 2 / Editorial 3 L un des principaux dangers pour l économie britannique réside dans l incertitude persistante : concernant l issue du référendum d une part, la durée de la période d adaptation jusqu à la sortie complète de la Grande-Bretagne de l UE d autre part. En raison de cette période de transition qui s étendrait sur des années, les entreprises reportent leurs investissements. La conjoncture en pâtirait. Les risques d investissement en Grande-Bretagne ont fortement augmenté, notamment pour les entreprises étrangères. Les agences de notation ont elles aussi déjà prononcé des mises en garde concernant l abaissement de la note de la dette publique britannique en cas de sortie. Les propriétaires immobiliers étrangers vendraient par ailleurs leurs maisons et leurs appartements, compte tenu du moindre attrait de la place financière et du ralentissement des activités économiques. La part des objets loués du secteur financier est actuellement de 25 %, mais elle marque déjà un recul par rapport à la moyenne à long terme de 48 % antérieure à la crise financière mondiale. La pression sur le marché immobilier va croître avec l incertitude, car les prix dans la métropole financière européenne de Londres ont atteint de nouveaux plus hauts ces dernières années. L évolution des bénéfices de ces valeurs en profiterait, car 78 % des ventes des entreprises fortement capitalisées sont réalisés à l étranger. Les avantages d une sortie de l UE seraient toutefois limités pour la Grande-Bretagne. La question des réfugiés serait certes réglée. Mais la perte de confiance et l incertitude généralisée se traduiraient par une moindre volonté d investissement et le transfert d une partie du secteur financier entraînerait des pertes d emplois douloureuses. L effondrement du marché immobilier n est pas non plus exclu. L issue du Brexit n est pas encore tranchée, car selon les sondages la part des promoteurs est de 40 %, tout comme celle des opposants. Il faut donc s attendre à des turbulences sur les marchés britanniques mais aussi européens des actions d ici le vote en juin. Quelles sont les conséquences du référendum sur le marché britannique des actions? Les fluctuations devraient augmenter jusqu au référendum. Le marché britannique est cependant suffisamment diversifié et tourné vers l international. Les entreprises fortement capitalisées génèrent les trois-quarts de leur chiffre d affaires à l étranger. Les petites et moyennes entreprises se concentrent davantage sur les marchés domestiques. La dépréciation de la Livre améliorerait en revanche la compétitivité des entreprises exportatrices, ce qui est positif. Adrian Studer Responsable Succursales Olten-Schönenwerd

4 4 Stratégie de placement No. 2 / Rétrospective Les marchés des actions ont poursuivi cette année la tendance baissière amorcée l été dernier. Entre début août 2015 et la mi-février 2016, le Swiss Market Index ( SMI ) a perdu plus de 20 %. Conformément à la définition, nous nous trouvons donc sur un marché baissier. Les actions européennes n ont pas connu une évolution plus favorable : l Euro Stoxx 50 a reculé de 26 % sur la même période. Les investisseurs craignent que le ralentissement économique en Chine ( n 2 à l aune du produit intérieur brut ) se propage à d autres marchés. Les interventions des Chinois ont également provoqué des incertitudes. La Chine a dévalué le Renminbi à plusieurs reprises afin d encourager les exportations. Mais l effondrement redouté de l économie chinoise ne s est pas confirmé. La croissance économique était de 6,9 % en L objectif de croissance économique de 6,5 % redéfini pour l année 2016 n a pas non plus apaisé les marchés. La croissance économique mondiale est poussive. Ce phénomène est également qualifié de «cycle de la tortue». De façon générale, l économie mondiale a peiné à se redresser après la crise immobilière de Performance Equity Indices* 2016 march 24th ( in local currency ) SMI 10,2 % DAX ( Germany ) 8,0 % Euro Stoxx 50 8,8 % Dow Jones Industrial ( US ) 1,2 % Nasdaq Composite ( US ) 4,3 % Nikkei 225 ( Japan ) 11,1 % Hang Seng ( China ) 6,6 % *Dividends included L effondrement des prix des matières premières est une autre raison expliquant l incertitude généralisée sur les marchés actions. Le pétrole brut américain West Texas Intermediate ( WTI ) a atteint un nouveau plus bas avec 26,21 USD le baril en février. Pas même l effondrement de la demande durant la crise financière de 2008 / 09 n a autant pesé sur le prix. Les principales raisons de la baisse des prix actuelle résident dans l augmentation massive de l offre de pétrole brut. Grâce à la nouvelle technologie de la fracturation hydraulique ( extraction grâce à la puissance hydraulique, forage vertical et horizontal dans le schiste ), les Américains ont considérablement augmenté leur production, tout en réduisant les coûts. L abandon des sanctions économiques à l encontre de l Iran a également contribué à l accroissement de l offre avec l arrivée d un nouveau producteur de pétrole important. Pourquoi la baisse du prix du pétrole inquiète-t-elle les investisseurs? D une part, les primes de crédit chez les producteurs impliqués ont fortement augmenté et de nombreux acteurs du marché craignent que ceux-ci ne puissent plus assurer le service de leur dette. D autre part, cette baisse des prix affecte aussi d autres branches, p. ex. les équipementiers de l industrie des matières premières. Leur niveau de commandes s est significativement dégradé. L effondrement des prix des matières premières s est également accompagné d un risque de déflation accru, ce qui a de nouveau renforcé l inquiétude des acteurs du marché. Une déflation, c.-à-d. une évolution des prix à la baisse, se traduit par une diminution de la consommation. Les consommateurs reportent leurs achats jusqu à ce que les prix se stabilisent. Le ralentissement économique en Chine et l effondrement des prix des matières premières, doublés d un risque d inflation, ont entraîné une tendance négative sur le marché des actions. Aussi, les attentes à l égard du soutien apporté par les banques centrales étaient-elles fortes. Lors de sa séance de mars, la Banque centrale européenne ( BCE ) a annoncé de nouveaux assouplissements de la politique monétaire afin de remédier au risque de déflation dans la zone euro. Elle a abaissé le taux des dépôts bancaires au jour le jour de 10 points de base à 0,40 % et le taux principal de refinancement à 0,00 %. Elle a par ailleurs accru ses rachats d emprunts d EUR 60 à 80 milliards par mois et va également racheter des obligations d entreprises. Les taux d intérêt qui n ont jamais été aussi bas doivent inciter les banques d affaires à octroyer davantage de crédits aux entreprises. Les crédits à des taux intéressants doivent aussi se traduire par un accroissement des investissements. Les investisseurs ont réagi de façon positive à ces mesures d assouplissement de la BCE supérieures aux attentes. Conformément aux attentes, la Réserve fédérale américaine ( Fed ) n avait pas poursuivi son processus de normalisation des taux et un relèvement des taux d intérêt a été reporté en raison du ralentissement de l économie mondiale. Malgré la politique monétaire plus expansionniste de la BCE, la Banque nationale suisse n a opéré aucun changement lors de la séance de mars. Les marchés des actions, notamment l Euro Stoxx 50 qui a le plus profité de l assouplissement de la politique monétaire, ont gagné plus de 15 % depuis le plus bas de février.

5 Stratégie de placement No. 2 / Suisse Le marché suisse des actions peine à trouver son rythme cette année. Il a perdu plus de 20 % de sa valeur depuis août dernier. Cette année encore, la baisse du SMI était de près de 17 % à la mi-février, malgré une timide reprise. L évolution des cours ne correspond pas au schéma saisonnier. Normalement, la saison des actions ( tendance positive ) commence en décembre et se poursuit pendant six mois. Les risques géopolitiques et les incertitudes concernant l évolution économique chinoise préoccupent actuellement les marchés internationaux. Qui plus est, la parité EUR / CHF s établit à 1,09, ce qui équivaut à une surévaluation de la monnaie nationale d environ 25 %, selon la directrice de la Banque nationale suisse ( BNS ) Andréa M. Maechler. Cela restreint sans aucun doute la compétitivité des exportations suisses et pèse sur les marges bénéficiaires. Quant à l économie chinoise, les acteurs du marché ont craint que son effondrement ne soit si fort qu il en résulte une récession pour l économie mondiale ( définition de la récession mondiale : croissance économique 3 % ). Mais cette crainte était exagérée. Le Premier ministre chinois a confirmé un objectif de croissance de 6,5 à 7 % pour Or celui-ci ne pourra être atteint qu avec un déficit budgétaire de 3 %. La reprise du SMI de son plus bas à 7500 points n a été que de courte durée avec un franchissement du seuil des 8000 points. Il est peu probable que le marché suisse refasse son retard d ici le milieu de l année. 10'000 9'500 9'000 8'500 8'000 7'500 7'000 Swiss Market Index 6' Un autre facteur qui contraint les investisseurs à demeurer dans l expectative est le référendum sur le Brexit ( cf. également l éditorial ) prévu le 23 juin, qui aura des conséquences pour toute l Europe. Le marché devrait donc rester volatil jusqu en milieu d année. Mais la politique monétaire expansionniste de la BNS et de la BCE mérite toujours une appréciation positive. La reprise économique aux États-Unis est largement étayée grâce à un marché de l emploi solide qui stimule la consommation. L économie européenne affiche également des signes de reprise et celle-ci devrait monter en puissance en cours d année, en raison d un octroi croissant de crédits. Cela devrait également avoir un effet positif, quoique légèrement retardé, sur l économie suisse. L Europe reste la princi- dolomites-image

6 6 Stratégie de placement No. 2 / pale destination des exportations suisses. Nous pensons que les valeurs européennes offrent de bien meilleures possibilités de hausse, car la croissance économique prend de l ampleur et dispose d un important potentiel de rattrapage. Les valeurs financières font partie des principaux perdants au plan sectoriel, ce qui s explique par la réévaluation du secteur bancaire européen, les risques de crédit des entreprises du secteur de l énergie et l environnement de taux bas. Eu égard aux incertitudes, nous privilégions en Suisse les secteurs défensifs et les entreprises qui profitent de la reprise économique européenne. Les actions affichant un fort rendement sur dividendes et une distribution croissante devraient également tirer leur épingle du jeu dans cet environnement volatil. Étranger Les actions européennes ont également subi une forte baisse des cours depuis le début de l année. D avril 2015 jusqu à leur plus bas en février, elles ont reculé de 30 % ( Euro Stoxx 50 ). Selon la définition boursière, une baisse des cours de 20 % signifie que nous sommes sur un marché baissier. Les facteurs d insécurité, tels que le fort ralentissement conjoncturel en Chine avec un risque de propagation aux pays industrialisés, les risques de déflation et les tensions géopolitiques ont entraîné cet effondrement des cours. Les primes de crédit qui ont du coup fortement augmenté ont immédiatement eu une incidence négative sur l ensemble du secteur de l énergie et des équipements ainsi que sur les prêteurs, à savoir le secteur financier. Les prix globalement bas de l énergie devraient évincer les producteurs non rentables du marché à moyen terme et ainsi réduire l offre. Le prix du pétrole a connu une remonté surprenante de son plus bas pour s établir à 40 USD. L offre de toute façon excessive n ayant que peu diminué, nous prévoyons de nouvelles baisses de prix et de fortes variations, jusqu à ce que l équilibre entre l offre et la demande soit rétabli. 19'500 18'500 17'500 16'500 15'500 14'500 13'500 Dow Jones Index 12' Oil Price Brent in USD La baisse persistante des prix des matières premières a également constitué une source de préoccupation ; elle affecte tout particulièrement les pays émergents qui exportent principalement des matières premières. Le prix du pétrole qui a atteint un nouveau plus bas de 26,21 USD ( WTI ) par baril en février a fait naître la crainte que les emprunteurs les moins bien notés du secteur américain de la fracturation hydraulique ne seraient plus en mesure d assurer le service de leurs dettes. La confiance désormais moindre dans les banques centrales qui tentent de relancer l économie avec des mesures contestées est une raison supplémentaire de la baisse des cours. La Fed a dû procéder à pas moins de trois assouplissements quantitatifs depuis la crise financière. La BCE a également étendu son programme de rachat d obligations ( également un assouplissement quantitatif ) d EUR 60 à 80 milliards par mois en mars. Bien que les investisseurs se soient attendus à beaucoup moins, l effet sur le marché européen des actions a été relativement modéré. La tendance négative persistante n a pas pu être inversée. Les prévisions de bénéfices du consensus fondées sur l indice MSCI World, inférieures à la moyenne pour l année en cours, contribuent également au pessimisme généralisé. La croissance des bénéfices prévue n est que de 3,5 %. Les analystes sont beaucoup plus optimistes pour l année prochaine avec une prévision de 12 %. Nous pensons que la croissance inférieure à la moyenne de cette année pourra être légèrement dépassée, car l économie européenne progressera sensiblement d ici la fin de l année, grâce à une politique monétaire expan-

7 Stratégie de placement No. 2 / sionniste. Les valorisations sont donc faibles et anticipent déjà un net ralentissement de l économie. Nous pensons donc que les actions européennes offrent encore un fort potentiel de rattrapage. En matière de secteurs, nous recommandons une combinaison équilibrée de valeurs cycliques et défensives VIX Index S&P 500 (implied volatilities) chinois des actions qui ont contribué à l incertitude. Le Premier ministre chinois Li Keqiang veut atteindre l objectif de croissance de 6,5 à 7 % cette année, grâce à d autres mesures. Les réserves de change d USD 3,2 milliards peuvent être utilisées et le déficit budgétaire sera par ailleurs porté à 3 %. Une autre raison de l abandon de la dévaluation monétaire est que le dollar US a interrompu sa tendance haussière du fait du ralentissement de l économie US et qu il n y aura donc pas de relèvements supplémentaires des taux dans un prochain temps. La fin de la fermeté du dollar a un effet positif sur les pays émergents, car une grande partie des dettes des entreprises est libellée en dollar US. Il en résulte une baisse des primes des crédits en cours et des coûts de refinancement Emerging Markets MSCI Emerging Market Index Shanghai Stock Exchange Composite Index Aux États-Unis, nous privilégions les entreprises qui profitent de la tendance à la numérisation, en raison d un cycle économique plus avancé. Ce secteur de croissance inclut non seulement la communication numérique, mais aussi les équipementiers pour l Internet des objets ( communication entre l ordinateur et des machines ) tels que les robots. Marchés émergents La Chine est à l origine des turbulences sur le marché mondial. Fin août, les autorités monétaires chinoises ont tenté de freiner le ralentissement de la croissance en dévaluant le Renminbi. Une monnaie nationale moins forte accroît la compétitivité et relance les exportations. Ces interventions dont l ampleur n avait pas été anticipée ont eu un effet négatif sur les marchés financiers internationaux. L indice directeur américain Dow Jones a ouvert en baisse de plus de 10 % ce fameux 24 août Après s être quelque peu repris durant la journée, il a néanmoins clôturé en baisse de 5 %. Jusqu à la fin de l année, les marchés internationaux, notamment les marchés émergents, n ont jamais été en mesure de se redresser entièrement. La tendance négative s est également poursuivie en début d année. L indice Shanghai Shenzhen CSI 300 a perdu 21 % jusqu à la mi-février. Les dévaluations monétaires à grande échelle redoutées ne se sont toutefois pas produites. Le changement de politique consistant à renoncer à de nouvelles dévaluations s explique principalement par les fluctuations du marché La baisse boursière a particulièrement touché les marchés de croissance, à commencer par les marchés émergents. Entretemps, les valorisations ont atteint des plus bas historiques. Eu égard aux valorisations attrayantes, nous conseillons un engagement dans un ETF largement diversifié ( fonds négocié en bourse ) sur l indice MSCI Emerging Markets, afin de profiter d une reprise des pays émergents. Les marchés des actions anticipent par ailleurs souvent une évolution telle que la hausse des prix des matières premières de six à neuf mois. Nous pensons que les matières premières ne resteront pas éternellement à leurs plus bas record et qu elles parviendront à se redresser avec la reprise de la croissance économique mondiale et la réduction de l offre. Ceci devrait également avoir des conséquences positives sur des régions qui dépendent des exportations de matières premières, par exemple l Amérique latine, la Russie et l Australie.

8 8 Stratégie de placement No. 2 / Marchés des capitaux Marchés des capitaux Des alternatives dans un contexte de taux bas La tendance baissière des taux d intérêt se poursuit. Alors que les emprunts d'état suisses rapportaient encore près de 3,5 % en 2008, les taux d intérêt n étaient plus que de 1,5 % en 2011 et ils sont tombés en dessous de zéro pour la première fois l an dernier. Le rendement est actuellement de 0,35 %. La Banque nationale suisse ( BNS ) n a pas changé sa politique monétaire lors de sa séance de mars. Le franc suisse fortement surévalué et la faible inflation empêchent la BNS de mener une politique monétaire plus restrictive. Les rendements d un niveau bas record ont incité les investisseurs à rechercher des alternatives. Ainsi, ils ont notamment découvert les Absolute Return Bond Funds. Une gestion des risques extrêmement disciplinée est requise pour générer des revenus dans le contexte actuel des marchés. Les placements traditionnels se basent sur un indice de référence et ne peuvent pas toujours contrôler efficacement les risques, car ils sont tenus par certaines règles. Les Absolute Return Funds ont pour objectif de générer un rendement, quelle que soit la situation sur le marché. À l inverse, on trouve des Relative Return Funds qui visent à surperformer l indice de référence. L approche alternative offre bien plus de possibilités aux gestionnaires de fonds. Ils disposent de nombreux instruments pour générer des revenus. Ils peuvent investir dans différents secteurs et structures au plan international, afin de dégager des rendements positifs, quel que soit le contexte. Ils peuvent également spéculer sur une hausse des taux d intérêt grâce à des instruments dérivés, ce qui semble parfaitement logique dans le contexte actuel. Les Absolute Return Funds qui ont une meilleure tolérance au risque tentent de générer un rendement supplémentaire, grâce notamment aux monnaies étrangères. Le principal atout de ces stratégies alternatives réside cependant dans la faible corrélation avec les placements traditionnels, ce qui accroît la diversification et abaisse par conséquent le risque du portefeuille. En guise d échelle de comparaison, ces fonds utilisent généralement le taux d intérêt variable ( taux d intérêt du marché monétaire ) dans la monnaie correspondante et y ajoutent une prime de risque en fonction du niveau de risque. Grâce à l utilisation active de différents instruments, les frais de gestion d un concept Absolute-Return sont élevés comparativement à des fonds obligataires traditionnels. Ils manquent aussi de transparence pour l investisseur du fait de la politique de placement flexible. L univers des Absolute Return Bond Funds s est considérablement enrichi ces dernières années. Une analyse détaillée du produit correspondant est indispensable et ces fonds ne devraient être utilisés que pour compléter un portefeuille bien diversifié. Comme ils poursuivent leur objectif de rendement de manière relativement indépendante par rapport à l évolution du marché des actions ou des obligations, ils améliorent la diversification du portefeuille et réduisent le risque.

9 Stratégie de placement No. 2 / Tactique de placement 9 Tactique de placement Positionnement de la stratégie de placement Ralentissement de la dynamique de croissance mondiale La légère accélération de la croissance mondiale à laquelle on espérait encore assister en 2016 ne devrait pas se produire. La dégradation du prix du pétrole ainsi que les craintes concernant la croissance chinoise pèsent encore trop fortement sur l économie mondiale. Les banques centrales ont d ailleurs déjà réagi à la faible croissance, en engageant des mesures expansionnistes supplémentaires visant à empêcher une déflation. La Réserve fédérale américaine constitue la seule exception notable à cet égard, car elle vise toujours un relèvement des taux d intérêt, malgré un certain affaiblissement. Grâce à une demande de consommation solide et à une nouvelle reprise du marché immobilier, les États-Unis restent un moteur décisif de la croissance, même après l ajustement des prévisions. Le contexte reste néanmoins difficile pour l économie productive aux États-Unis et plus particulièrement pour le secteur de l énergie, à cause de l appréciation du dollar US et d une légèrement augmentation des coûts de refinancement. Les prévisions de croissance pour l Europe ont également été légèrement réduites à moins de 1,5 %, d autant que la croissance du vieux continent dépend fortement des exportations vers les pays étrangers affaiblis. Une sortie de la Grande-Bretagne de l UE ( Brexit ) ou même une amplification de la crise des réfugiés annuleraient évidemment ces prévisions. Après une année 2015 difficile, l économie suisse devrait en revanche connaître une certaine embellie et une croissance à peu près comparable à celle de l Europe, malgré la stagnation du secteur de la construction. Concernant les marchés émergents, les derniers chiffres conjoncturels permettent d escompter une stabilisation de l économie russe très éprouvée, alors que le Brésil est parvenu à atténuer quelque peu l effondrement de la croissance. La Chine a entre-temps confirmé son intention de maintenir le rythme de la croissance de 6,5 % dans la région au cours des cinq prochaines années. Instabilité des marchés des actions à l issue de la reprise Les craintes concernant l évolution de la conjoncture mondiale se sont traduites par une faiblesse record des actions au début de l année. Sous l effet des violentes turbulences sur les marchés boursiers chinois, les indices des actions mondiaux ont amorcé une forte descente qui ne s est arrêtée qu après six semaines et une baisse des cotations d environ 15 %. Malgré la correction consécutive à la hausse, la valorisation des actions reste un peu meilleure qu à la fin Eu égard aux données économiques certes en retrait mais pas totalement négatives, l incertitude actuelle et la prudence correspondante des investisseurs nous incitent à un certain optimisme, quant au fait qu il ne faut pas s attendre dans les prochains mois à un effondrement massif supplémentaire des cours des actions. A condition que l évolution économique internationale ne soit pas significativement perturbée par des influences politiques uzkiland

10 10 Stratégie de placement No. 2 / Tactique de placement ou météorologiques externes, notre scénario standard prévoit une croissance positive des bénéfices des sociétés et une nouvelle remontée des actions. Les titres de participation européens semblent plus attrayants à moyen terme que les valeurs US, en raison de la dynamique économie et du soutien de la politique monétaire qui garantit des taux bas et des conditions d exportation favorables. Ces dernières ont d ailleurs déjà compensé entièrement les pertes des six premières semaines de l année et sont donc déjà coûteuses en termes relatifs. Les actions suisses sont également confrontées à bon nombre de difficultés : l environnement reste donc très exigeant pour le secteur financier. Le secteur pharmaceutique pourrait par ailleurs être confronté à une certaine adversité en cas d élection d Hillary Clinton à la présidence américaine, en raison de son intention d abaisser les prix des médicaments. Les titres des entreprises fortement exportatrices sont certes encore sous pression, mais devraient profiter à moyen terme d une légère dépréciation supplémentaire du franc suisse par rapport à l euro et au dollar US. Les placements faiblement valorisés dans les pays émergents ont entre-temps également retrouvé un certain attrait, notamment grâce à la stabilisation des prix des matières premières et au ralentissement du relèvement des taux d intérêt par la Réserve fédérale américaine. Eu égard à l absence d alternatives, notre pondération des actions dans nos dépôts mixtes de clients est globalement légèrement supérieure au positionnement stratégique. Les obligations en franc suisse n offrent plus aucun potentiel après de nouvelles hausses des cours Le ralentissement économique ainsi que les mesures supplémentaires engagées par les banques centrales ont une nouvelle fois fortement comprimé à la baisse les taux d intérêt en Europe et en Suisse depuis le début de l année, ce qui s est notamment traduit par de nouvelles et fortes hausses des cours pour les titres à revenu fixe les plus sûrs. Suite à l amélioration des valorisations, le marché suisse global a durant plusieurs jours affiché une rémunération moyenne négative au cours de la deuxième quinzaine de février, qui ne s est que très légèrement améliorée depuis. Cette dernière évolution s explique sans doute aussi par le fait que la BCE vient également d ordonner des taux d intérêt négatifs sur certains dépôts. Avec son programme de rachat d obligations étendu, la BCE va sans aucun doute maintenir les taux d intérêt à un faible niveau dans la zone euro. Dans ce contexte, nous estimons que les obligations en CHF ainsi que les titres libellés en EUR ne sont guère attrayants. Les investisseurs doivent sans doute s attendre à une absence de rendements globaux, voire à des rendements négatifs pour le reste de l année. À l inverse, le marché obligataire américain offre toujours une rémunération supérieure d environ 2 % ainsi que la perspective de gains de change. Ces avantages offrent également une certaine protection contre une hausse des taux d intérêt, que nous prévoyons toujours à moyen terme pour toutes les grandes régions monétaires. La pression déflationniste engendrée par la baisse du prix du pétrole devrait ainsi s atténuer progressivement et autoriser des taux d intérêt nominaux plus élevés. Le risque d une dévaluation de la monnaie chinoise et donc d une nouvelle vague déflationniste internationale ne peut cependant pas encore être exclu. Après la dévaluation massive des monnaies des pays émergents, nous augmentons de nouveau prudemment nos investissements obligataires dans cette catégorie de placement, afin de profiter d un rendement courant nettement plus élevé, qui ne devrait désormais plus pâtir des fortes pertes de change. Marché immobilier en Suisse Après un début 2016 très positif, de forts gains de cours supplémentaires sur les placements immobiliers semblent moins probables. La demande d immeubles de rapports ne fléchit pas malgré l accroissement des vacances, en raison de l avantage en termes de rendement par rapport aux obligations qui se monte à plus de 3 % par an. Avec des majorations de prix de 25 %, les fonds immobiliers sont toutefois fortement valorisés, raison pour laquelle notre positionnement n est que légèrement positif. Stabilisation des prix des matières premières Les prix des matières premières et plus particulièrement du pétrole et du gaz naturel semblent avoir cessé de baisser, les pires craintes concernant l évolution conjoncturelle n ayant pas été confirmées. Les cotations profitent également du recul de la Réserve fédérale concernant le nombre des relèvements de taux prévus cette année, ce qui a quelque peu affaibli le dollar US. Compte tenu des incertitudes conjoncturelles et de l absence d un relèvement rapide des taux d intérêt aux États-Unis, les métaux précieux ont connu une embellie dont nous pensons cependant qu elle ne va pas durer.

11 Stratégie de placement No. 2 / *Risikofreudig *Ausgewogen*Si *Risikofreudig *Ausgewogen*Sicherheitsorientiert * Disposé à assumer les risques éléves 13% 1% * Disposé à assumer les risques éléves 13% 1% 86% 86% 16% * Equilibré 9% 23% Impressum * Equilibré 16% 9% 52% 23% * Axé sur la sécurité 22% 28% 52% 13% * Axé sur la sécurité 22% 28% 13% 37% Liquidités Obligations Placements alternatifs 37% Liquidités Obligations * ) Nous gérons en outre les stratégies suivantes : Prudent Placements alternatifs Axé sur la croissance Rédaction Bernard Genzoni, Analyst Sources Bloomberg Blackrock Brexit : big risk, little reward Feb NZZ Britische Wirtschaft warnt vor schweren Schock Tages-Anzeiger : Wie die Brexit-Ängste schon jetzt die Weltwirtschaft treffen, M. Diem Julius Bär, Insights März 2016 Vontobel, Investors Outlook 03 / 2016 ZKB, Anlagen International Nr. 3 3 / 16 ZKB, Aktien Schweiz Nr. 3 3 / 16 Parution 3 x par an Heure limite de la rédaction le Déni de responsabilité Ce document a été établi par la Baloise Bank SoBa. Il doit être utilisé à titre informatif et ne constitue pas une offre pas plus qu une invitation à l achat ou à la vente d instruments de placement. La Baloise Bank SoBa n assume aucune responsabilité pour les pertes liées à l utilisation de ces informations. Il est conseillé de prendre conseil auprès d un spécialiste qualifié. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas le résultat d une analyse financière. Les «Directives visant à garantir l indépendance de l analyse financière» de l Association suisse des banquiers ne s appliquent pas à ce document. Ces informations ne sont pas destinées à être diffusées aux Etats-Unis ou à être communiquées aux U.S. Persons. Les investisseurs des autres pays doivent se conformer aux restrictions de vente en vigueur pour les différents placements.

12 Comment nous contacter Téléphone / Internet Private Banking Baloise Service Line, , Aeschengraben 25, 4001 Bâle Murtenstrasse 143, 3027 Berne Centralstrasse 8, 2540 Granges Rue Pichard 13, 1002 Lausanne Frohburgstrasse 4, 4601 Olten Amthausplatz 4, 4502 Soleure Förrlibuckstrasse 10, 8037 Zurich Investment Center Amthausplatz 4, 4502 Soleure, AM Clientèle Institutionelle Amthausplatz 4, 4502 Soleure, Votre sécurité nous tient à cœur. f

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

GT Opportunités RAPPORT 2014

GT Opportunités RAPPORT 2014 GT Opportunités RAPPORT 2014 Code ISIN : FR0010308783 (Parts A) Dénomination : GT Opportunités Forme juridique : Fonds commun de placement de droit français Classification : OPCVM de fonds alternatif Objectif

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Stratégie de placement Février 2016 Résumé Divers événements ont eu raison d un bon début d année sur les places boursières : les craintes d une récession, le prix du pétrole en chute libre, les incertitudes

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Janvier 2008 Philipp Vorndran Senior Investment Strategist, Multi-Asset

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Is small beautiful?* Petites capitalisations

Is small beautiful?* Petites capitalisations Petites Is small beautiful?* Six années après l éclatement de la crise financière, et en dépit de perspectives de croissance qui restent au mieux modérées, l économie mondiale semble enfin sortir la tête

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Le tableau de bord de la reprise de Fidelity reflète le scénario d une amélioration de la croissance ciblée, avec

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement SG Private Banking Lettre de la Stratégie d Investissement AVRIL 2009. N 26 Éditorial Il est désormais acquis que l activité connaît dans les pays développés une récession sans

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

Baromètre bancaire 2012

Baromètre bancaire 2012 Septembre 2012 Baromètre bancaire 2012 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2012 ASB septembre 2012 1 Baromètre bancaire 2012 Executive summary 5 1 Evolution économique globale

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Mais pas la fin des turbulences

Mais pas la fin des turbulences Point conjoncturel d avril d 2009 Le creux de la récession r semble proche Mais pas la fin des turbulences Conférence de presse Wavre, le 22 avril 2009 1 Point conjoncturel avril 2009 Messages-cl clé Wallonie

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE JANVIER 2016 www.probtp.com PARTICULIERS RBTP 0001 V5 01/2016 Document non contractuel Édito Découvrez dans cette lettre annuelle, les nouveautés de l épargne salariale du BTP.

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2010 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Table des matières Inhaltsverzeichnis Résumé

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement #14 août/septembre 2007 Stratégie d investissement Comité du 27/07 et comités exceptionnels des 10 & 17/08/2007 Tendances n En dépit de la crise actuelle sur les crédits subprime américains qui secoue

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires Gilbert Koenig. L évolution de la valeur de l euro par rapport au dollar depuis 1999 semble déconnectée des «fondamentaux»

Plus en détail

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014 Perspectives des FNB canadiens en 2014 Janvier 2014 Monthly Strategy Report October 2011 Perspectives des FNB canadiens de BMO Gestion mondiale d actifs en 2014 2 Encore une année exceptionnelle pour le

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 17/10/ - 24/10/ Octobre - Semaine 333 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

Commentaires sur l évolution des marchés. Swisscanto Fondations de placement

Commentaires sur l évolution des marchés. Swisscanto Fondations de placement Commentaires sur l évolution des marchés Swisscanto Fondations de placement 1 Impression Editeur : la présente brochure est distribuée par la Fondation de placement Swisscanto, dont le siège est à Zurich

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Stratégie de placement octobre/novembre 2009

Stratégie de placement octobre/novembre 2009 Informations relatives aux décisions du comité de placement Stratégie de placement octobre/novembre 2009 Valiant Banque Privée Contenu Environnement macro-économique... 3 Évolution économique actuelle

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS

en Inde possibilités Tirer parti des d investissement LA PLUS FORTE CROISSANCE ÉCONOMIQUE NOUVEAU GOUVERNEMENT MAJORITAIRE OUVERT AUX INVESTISSEMENTS Tirer parti des possibilités L Authorité en matière de marchés émergents d investissement en Inde Classe moyenne très instruite Plus de 8 fois la population totale du Canada Dividende démographique Âge

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Un transfert historique de richesse est en cours

Un transfert historique de richesse est en cours ŒKONOMIA Analyse du 5 février 2016 Un transfert historique de richesse est en cours Le mois de janvier a été une entrée dans la nouvelle année particulièrement mouvementée sur les marchés financiers. Sous

Plus en détail

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois.

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. En juillet 2005 Chères Clientes, chers Clients, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 ALI AL-NAIMI (MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE) EN 2015 : «NO ONE CAN SET THE PRICE OF OIL IT S UP TO ALLAH» 100 90 80 70 60 50 40 30 20 novembre

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève?

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève? Rétrospective 2015 L année 2015 n a pas seulement été exceptionnelle en termes de conditions météorologiques. Cette année qui s achève nous a également réservé bien des surprises sur des thèmes tels que

Plus en détail

Rapport semestriel. Portefeuilles de placement diversifiés. 31 décembre

Rapport semestriel. Portefeuilles de placement diversifiés. 31 décembre Rapport semestriel Portefeuilles de placement diversifiés 31 décembre 2015 Rapport semestriel 31 décembre 2015 2 Prévisions économiques 3-5 Portefeuille diversifié 6-7 Protection du capital 8-9 Rendement

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

Interview. «Où va l Europe, Professeur Heise?»

Interview. «Où va l Europe, Professeur Heise?» Interview «Où va l Europe, Professeur Heise?» 34 UPDATE I/2015 INTERVIEW Notre rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s entretient avec le professeur Michael Heise, chef économiste du Groupe Allianz. Professeur

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Activité et résultats Dexia 4 e trimestre et année 2007 Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Plus en détail

PREVISIONS DE RENDEMENTS

PREVISIONS DE RENDEMENTS Perspectives PREVISIONS DE RENDEMENTS 2015-2019 Perspectives «L avenir est comme un couloir dans lequel nous ne voyons que grâce à la lumière venant de derrière.» Cette citation d Edward Weyer Jr. résume

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail