Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive"

Transcription

1 Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question de l évaluation, Toulouse, 3 février Intervenante : Mme Verity DONNELLY va vous présenter son activité au niveau européen. Elle est au Danemark et va vous expliquer ce travail de recherche qu elle mène depuis de nombreuses années. Mme Verity DONNELLY.- Je suis heureuse d être à Toulouse, merci pour votre invitation. Je suis avant tout une professeure. J ai passé beaucoup de temps de ma vie à enseigner à des élèves qui avaient des handicaps cognitifs. Je travaille à la fois sur les politiques et la mise en œuvre de l éducation inclusive. L an dernier, l Agence a changé de nom et est devenue l Agence européenne pour le développement de l éducation des personnes à besoin particulier. Elle cherche à fournir un enseignement de qualité à tous les apprenants. Nous travaillons avec beaucoup de pays différents. Il est donc important de valoriser cette diversité car chaque pays a quelque chose à offrir. Nous travaillons ensemble. Nous faisons face au défi ensemble. Beaucoup de pays ont des points de départ différents et une histoire différente, particulièrement avec un problème aussi complexe que l inclusion. C est une force et nous devons en profiter pour apprendre. De nombreux pays ont de bons résultats mais d autres sont beaucoup plus en avance. Nous avons diverses activités. Nous collectons, analysons les informations sur des thèmes prioritaires. Les pays identifient les priorités et nous mettons en place des projets pour faire face à ce défi. Nous échangeons des informations et réalisons des rapports sur les mises à jour de la législation, les rapports des mises en pratique dans tous les pays et les principes-clés des politiques. Les rapports sont en 22 langues, il y a donc beaucoup d informations, en français comme dans de nombreuses autres langues. Nous participons à différentes conférences et séminaires. Tous les 4 ans, nous avons une conférence avec des jeunes gens pour discuter des problèmes de l éducation inclusive. Avec l Unesco et les instituts tels que le Bureau international de l éducation et l OCDE, la Banque mondiale Nous collectons des données de travail de différents pays pour les analyser. Je commence par insister sur l importance de la politique, de la mise en pratique de l évaluation inclusive qui a un effet important sur les apprenants que nous disons vulnérables. Cela a un rôle important puisqu il s agit de remonter le niveau d exigence. Je vais vous parler de l évaluation inclusive, d un système plus inclusif et notamment du rôle de l information dans l éducation inclusive. Le point le plus important de la présentation portera sur l évaluation pour les apprenants. Mon français n est pas très bon, mais j ai compris quelques mots des différentes interventions et j ai compris les discussions d hier et je les ai trouvées intéressantes.

2 Je vais vous parler de 2 projets, un premier qui a pris place depuis 2005 à 2008 qui s appelle «l évaluation dans des cadres inclusifs». Le deuxième projet : l organisation des moyens pour soutenir et apporter du soutien à l éducation inclusive. Ce qui est important dans l éducation inclusive c est que tous les apprenants sont aidés dans les systèmes d éducation. Le point sur lequel je vais beaucoup insister, c est que l éducation inclusive est bénéfique pour tous les apprenants. L éducation inclusive est conçue de manière à aider à améliorer les résultats de tous les élèves et pas seulement ceux à besoin particulier. Le but est bien sûr d inclure les personnes à besoin particulier. Au niveau national, les systèmes d éducation pour inclure les personnes ayant des besoins d éducation particuliers, pas simplement des personnes handicapées mais aussi ceux qui apprennent plus lentement, sont mis en place. La réflexion se fait sur les moyens d adapter les systèmes en place afin qu il puisse inclure tous les apprenants. Le but de l évaluation est d un côté de voir où on se situe, aider les apprenants mais également d introduire une notion de responsabilité dans les systèmes scolaires. Tous les pays ont identifié des défis communs auxquels ils font face. Le premier défi est de définir le but dans lequel l évaluation est utilisée pour tous les apprenants. Le but était de voir comment utiliser une même information pour des buts différents. L un des objectifs de l évaluation c est l identification précoce des personnes à besoins particuliers pour pouvoir les orienter au mieux dans leur scolarité. Un autre grand défi, c est l allocation des ressources. Il s agit de mettre l accent sur le soutien des apprenants. Nous voulons un système permettant d inclure les apprenants dès le début et non pas une fois que le problème est survenu. Nous avons besoin de systèmes d évaluation présents dès le début. Une petite chose un peu compliquée que vous voyez affichée à l écran, c est qu il faut être très clair sur les différences entre l évaluation pour l apprentissage et l évaluation de l apprentissage. Dans le premier, l évaluation pour l apprentissage, le but est de voir où les apprenants en sont alors que dans l autre, le but est d arriver à voir s ils ont atteint leur but. Dans l évaluation pour l apprentissage, on regarde surtout les buts que l on a atteint mais sur le court terme. On fixe des buts atteignables sur un court terme et pas sur le long terme comme pour l autre système d évaluation. Dans l évaluation pour l apprentissage, on s intéresse à l approche cognitive, c est-à-dire non seulement ce que les apprenants apprennent mais aussi comment ils l apprennent. Il ne s agit pas de fixer des buts que les apprenants ne peuvent pas atteindre. Il s agit plutôt de diviser les tâches dans des listes. Les enseignants peuvent essayer de se concentrer sur un domaine plus restreint. Il faut se concentrer sur la participation de tous les apprenants. Il faut s assurer que nous valorisons tous les aspects et que les évaluations prennent en compte tous les aspects et tous les traits des apprenants. Lorsqu on regarde les besoins supplémentaires pour les apprenants, on constate que certains apprenants sont un peu à la traîne dans certains aspects de la vie à l école. Il faudrait mettre en place un suivi dès que le problème est identifié. Il faut reconnaître le problème le plus tôt possible. Ce n est pas un processus à part pour les enseignants. On s intéresse de plus près à ces problèmes, il s agit de prendre en compte les problèmes dans toutes les matières, regarder ce qu il se passe réellement. Dans l Agence on 2

3 parle beaucoup d amélioration de capacité à l école. Lorsqu on commence l école, on rencontre une grande diversité de problèmes spécifiques. On apprend des langues étrangères : chaque classe à sa propre diversité. Les enseignants doivent être capables de faire face à toute cette diversité. Pour cela ils ont besoin de soutien pour pouvoir développer ces approches novatrices. Ils doivent essayer différentes organisations de regroupement et surtout la collaboration avec d autres enseignants. Ils travaillent et ils travaillent en collaboration avec leurs collègues, en particulier avec ceux spécialisés dans une ou deux matières. Enfin, il faut faire des rapports, pour toutes ces tentatives, qui serviront à laisser une trace de tout ce qu il s est passé. Tout cela doit être fait en consultant l apprenant. Si toutes les ressources de l école sont utilisées efficacement et que l apprenant ne fait toujours pas de progrès, il faut s intéresser à des aides extérieures pour mettre en place des aides adéquates. L évaluation pour l apprentissage profite mieux aux élèves selon les chercheurs. Cela permet d améliorer les résultats. Qui doit être impliqué? On a pris en considération une approche plus médicale pour mieux supporter l apprentissage dans la classe. Il faut remettre les apprenants au centre de l attention. Les enseignants, les écoles, les parents, les organisations et associations ou d autres spécialistes, équipe médicale, psychologique, etc.. Le projet a montré que le rôle des directeurs et directrices d école est crucial. Il permet de développer une éthique de l évaluation inclusive pour que toute l école se sente responsable, concernée et collabore. Oui, c est un défi. Il ne faut pas oublier les réalités des salles de classe. Nous devons être novateurs et créateurs. Quel est le processus de l évaluation pour l apprentissage? C est un processus qui est en cours et chacun adapte son enseignement. Les méthodes et les outils doivent sans doute être adaptés pour que chaque apprenant puisse participer. Certains apprenants auront peut-être besoin de moyens de communication différents pour apprendre. Il s agit peut-être d observer de plus près les apprenants. Il s agit de bien connaître les apprenants, de les observer et d interpréter. Il ne s agit pas seulement d un questionnement, il s agit de discuter, d écouter et d interpréter ce qui se dit, de s inquiéter et de s intéresser à la langue et au niveau de langue utilisée et de donner un retour aux apprenants. Il s agit d utiliser des commentaires plutôt que des notes pour encourager l apprentissage pour ne pas favoriser une culture de compétition dans la classe. Les apprenants peuvent aussi avoir des retours de leurs camarades de classe et discuter avec eux avant de s adresser à leurs enseignants. Je vais vous projeter une vidéo à présent. Ici vous avez un exemple d un apprenant avec des besoins très complexes, cette petite fille a environ 9 ans. Elle a beaucoup de mal à parler et a du mal à communiquer. On voit beaucoup de choses dans la vidéo. Si vous la regardez, cela en dit beaucoup sur ce que j essaie de vous expliquer. Après la vidéo, nous pourrons en parler quelques minutes. L inclusion consiste à inclure tout le monde. Il est difficile d inclure certains apprenants qui ont des besoins très complexes. Ces apprenants sont souvent à la marge quand on parle d inclusion. Avez-vous une idée de ce qui se passe en ce moment? Vous pouvez avoir un 3

4 échange avec votre voisin. Ce n est pas un test. Y a-t-il des commentaires? Souhaitez-vous poser des questions? Question de la salle : Sur la vidéo, j ai repéré la petite-fille qui s exprime en langue des signes. Par exemple, le geste que je montre signifie le ventilateur. Elle fait ce signe. Elle l oriente mais c est une hypothèse que j émets sur la langue des signes. Mme Donnelly : Je pense qu une partie de la communication veut dire qu elle est contente de cette activité. On voit qu elle est contente. Cela veut dire que l enseignant a bien compris quelle était la tâche qu il fallait lui montrer et cette tâche s est construite petit à petit. L apprenant est en train de suivre les indications du professeur. L enseignant lui donne des indications différentes et arrive à anticiper ce qu il faut que l apprenant fasse. On voit bien ici que l apprenant fait intervenir des facultés qui sont par exemple celles de la mémoire et que tout en faisant cela, elle est heureuse de réaliser cette tâche. Il y a une sorte d interactivité qui se produit entre l apprenant et l enseignant. L enseignant est très attentif aux réponses, aux réactions. Je crois que c est ce qui permet cette interactivité. Il est important qu il y ait cet interactivité parce qu il y a cette interprétation progressive de ce que fait l apprenant. Il y a un petit délai, c est-à-dire l attente : il faut attendre que l apprenant réagisse, généralement l apprenant à besoin d un certain temps et il faut être sûr que l on puisse synchroniser cette attente avec la suite des tâches à réaliser. Il y a des tâches à réaliser et il y a la réponse avec un certain délai. Il y a une construction progressive. C est un schéma ou une tendance qui pourrait s appliquer à peu près à tous les apprenants. C est finalement très complexe. Le processus se construit progressivement. Pour la plupart des apprenants, il est très probable qu il puisse y avoir d autres formes de communication, qu il puisse y avoir une discussion avec l enseignant qui doit vraiment observer. Cette information rétroactive, cette interactivité sont des éléments essentiels. Il y a des besoins complexes et comme ces besoins, les attentes sont complexes de la part de l apprenant, il faut que l enseignant soit conscient de cela, qu on comprenne les attentes et il y a un rôle plus important qui est joué par l apprenant qui indique ce qu il attend. On parle d inclusion, il s agit bien de promouvoir l inclusion et il ne s agit pas d avoir des apprenants qui sont dans des catégories fixes. Il faut valoriser la diversité, la complexité des réalisations qui ont lieu. Il faut également que cela implique toutes les parties prenantes, c est-à-dire les enseignants, les parents, et la participation des apprenants, une participation qui implique tout le monde. Il faut également expliquer ce que l on veut enseigner et il faut responsabiliser et motiver les apprenants. C est essentiel. Tout cela fait partie de cet enseignement. Il y a évidemment également un impact au niveau des émotions, un impact émotionnel. Parfois cela peut être négatif, parfois cela peut être un obstacle mais parfois aussi cela peut être un élément positif mais c est un processus marqué par l émotion. Grâce à ce projet d évaluation et grâce à cette organisation, qui suit un plan général, nous avons là la possibilité d avoir une attitude inclusive. Grâce à cela nous sommes inclusifs. Il ne faut pas oublier que les ressources, la formation, le soutien que l on peut apporter aux enseignants et aux parties prenantes sont également essentiels. Nous avons parlé aussi d une organisation qui devrait être souple qui doit être mise en place en collaboration avec toutes les 4

5 parties prenantes. Il faut que les méthodes et les procédures qui sont proposées permettent cet enseignement, cet apprentissage. Il faut qu au fur et à mesure les bonnes décisions soient prises concernant cet apprentissage. Une évaluation souple. Il ne faut pas avoir des contenus d enseignement ou des programmes rigides parce que cela peut être une véritable barrière pour l enseignement. Il faut que ce soit fluide. Quand je dis quelque chose de rigide, je veux dire par là des tests, des tests à questions fermées ou très formatées. Nous devons avoir des éléments permettant d évaluer cet enseignement, cet apprentissage et de prendre des décisions de façon progressive et continue. Il faut que cette évaluation inclusive à tous les niveaux implique le fait que l on valorise tous les apprenants, que l on encourage toutes les parties prenantes et qu on les encourage à prendre des responsabilités pour tous les apprenants qu ils ont à leur charge. Il faut également être très clair en ce qui concerne l information pour l évaluation car cela correspond à différents objectifs. Il faut que ces évaluations permettent d inclure tous les apprenants. Ceci n est pas seulement quelque chose qui est valable pour la formation initiale mais également pour la formation continue. Il faut que tous les apprenants puissent avoir un certain degré de responsabilités à des niveaux différents. Il faut qu il puisse participer et ceci à différents niveaux du système. Ce que je dis là est également valable pour les parties prenantes, qu il s agisse des personnes qui prennent les décisions en termes d enseignement mais aussi les enseignants. Comment utiliser l information concernant l évaluation? Il faut faire attention, parce que cette information n est pas utilisée dans un but unique. Il faut être très clair quant à l utilisation de cette information. Elle doit nous permettre d améliorer ce qui se passe dans la salle de cours mais également au niveau national, au niveau des instances qui prennent des décisions pour ce qui est de l évaluation et des contenus de l enseignement. Différentes évaluations doivent être prises en compte pour nos apprenants. Il ne s agit pas d avoir un système rigide où il n y aurait que certains apprenants qui serait pris en compte et les autres laissés-pour-compte. J ai déjà parlé du travail que nous faisons avec notre Agence. Nous avons entrepris un certain nombre de projet et nous travaillons avec l OCDE. Nous avons lancé un programme en 2015 pour permettre certaines réformes. Nous avons également insisté sur le fait que nous pouvons respecter à la fois l équité et la qualité pour tout le monde. Il est très important d avoir une culture de l évaluation. Il est important d avoir des données et il est important de savoir à quel stade de l évaluation on se trouve que ce soit au niveau régional, au niveau national. Il faut que cette évaluation corresponde à des objectifs précis. Il faut que nous sachions quelles sont les pratiques en termes d évaluation et ceci pour tous les apprenants concernés. En ce qui concerne l information, je vous propose de voir sur la diapositive un certain nombre de données. Vous avez déjà l adresse de la page Web, également mon courriel et l adresse de l Agence européenne. Je vous remercie et je voudrais remercier les interprètes. (Applaudissements). 5

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques

Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques Fiche descriptive - Clip vidéo anglais : Observation des formes tridimensionnelles en vue de résoudre des problèmes trigonométriques Informations générales Année de production : 2009 Pays : Langue : Age

Plus en détail

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching Bienvenue! POURQUOI ABORDER LA QUESTION DE LA RÉTROACTION? Aperçu 1. Importance de la rétroaction 2. Rétroaction

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

- Guide du participant -

- Guide du participant - Il se produit plusieurs centaines de tremblements de terre chaque année au Québec, répertoriés principalement dans trois zones distinctes, soit Charlevoix-Kamouraska, Ouest du Québec et Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord.

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

Lettre d information du Child Study Center

Lettre d information du Child Study Center Lettre d information du Child Study Center Centre d étude de l enfant de l Université de New York Volume 12 Numéro 1 Automne 2007 Soin Clinique Formation avancée recherché scientifique activités pédagogiques

Plus en détail

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Rolf Wipfli Juin 2007 1. Introduction Méthodologies de Recherche en Technologies Éducatives TECFA Université de Genève Le

Plus en détail

LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC

LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC Mardi 24 juin 2014 12h00 à 12h30 ICANN Londres, Angleterre Merci, je veux signaler quelque chose. Lorsque vous parliez de l URS,

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Brochure d information. Santé psychologique. Faciliter le changement : une approche humaine

Brochure d information. Santé psychologique. Faciliter le changement : une approche humaine Brochure d information Santé psychologique Faciliter le changement : une approche humaine FACILITER LE : UNE APPROCHE HUMAINE Selon Pierre Lainey, quatre croyances erronées peuvent miner la conduite des

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

Programme d Education personnalisé (IEP)

Programme d Education personnalisé (IEP) Nom du secteur scolaire : Adresse : Personne à contacter/ No. de téléphone : Programme d Education personnalisé (IEP) Date IEP : du au Nom de l élève : DDN : No. : Classe/Niveau : Préoccupations du parent

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Défis de la politique de la formation

Défis de la politique de la formation 1 Défis de la politique de la formation D après vous, les principaux défis de la politique de la formation sont-ils présentés? 1 1 1 Avez-vous des remarques à formuler concernant certains des défis de

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES)

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) 1 SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) EXPATRIÉS(ES) DÉVELOPPÉ EN PARTENARIAT AVEC Animation et présentation par : Céline Chabée, Formateur et coach certifiée RENCONTRE 2 Le point sur la rencontre 2: 3 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

La communication pour un conducteur de travaux

La communication pour un conducteur de travaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine de la formation Contenu : La communication Rédaction : Marc Doutaz / ETC 3 ème année Date : 03 janvier 2012 / Version 2 La communication pour un conducteur de travaux

Plus en détail

Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Forum sur le document de travail conceptuel

Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Forum sur le document de travail conceptuel Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Forum sur le document de travail conceptuel Mise en contexte Dans le cadre des engagements pris par les IRSC dans son deuxième plan stratégique, L innovation

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT

MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT MÉDECINS RÉSIDENTS DU CANADA QUESTIONNAIRE SUR LA PRÉPARATION À L AGRÉMENT Chères collègues, chers collègues, Tous les six ans, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

ALLOCUTION PAR KRIS PEETERS VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE L EMPLOI, DE L ECONOMIE, ET DES CONSOMMATEURS, CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR

ALLOCUTION PAR KRIS PEETERS VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE L EMPLOI, DE L ECONOMIE, ET DES CONSOMMATEURS, CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR Vice- Eerste Minister en Minister van Werk, Economie en Consumenten, Belast met Buitenlandse Handel Vice- Premier Ministre et Ministre de l Emploi, de l Economie et des Consommateurs, Chargé du Commerce

Plus en détail

Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais

Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais Chapitre 4 Section 4.07 Ministère de l Éducation Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.07 du Rapport annuel 2005 Chapitre

Plus en détail

AIM. L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR. d Inki Sjösten POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ

AIM. L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR. d Inki Sjösten POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ AIM L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ d Inki Sjösten 1 AIM - L entraînement par l objectif mental VUE D ENSEMBLE LA QUALITÉ DE LA RELATION : Une relation

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire Éducation artistique Manitoba Programmes d études Programme d immersion française Scénario d apprentissage exemplaire Ce scénario exemplaire vise des apprentissages en : Arts dramatiques Musique Arts visuels

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Dr Estelle Charpy, médecin coordonnateur MDPH Dr Valérie Chipier, médecin du travail, Réseau Rhône-Alpes SEP Mlle Annabelle Bouammari, psychologue

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental.

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental. Faculté de médecine et des sciences de la santé Programme des études médicales prédoctorales PROCÉDURE L admission au doctorat en médecine des candidates ou candidats avec un «déficit fonctionnel» La formation

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Projet Portfolio Numérique de l Elève.

Projet Portfolio Numérique de l Elève. Projet Portfolio Numérique de l Elève. 1/ Présentation. Bonjour et bienvenue sur cette présentation du projet de portfolio numérique de l élève. Ce projet a pour de but de donner à l élève un espace dans

Plus en détail

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2008 Hors-Thèmes La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Thomas LAPEN Centre Franco-Japonais Alliance Française d Osaka tlapen?yahoo.fr Au sein de la

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Remerciements Salutations Si la place de la femme dans notre société s est nettement

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

Comité des griefs des Forces canadiennes. Pour la période 2010-2011 à 2012-2013. Rapport sur les plans et les priorités

Comité des griefs des Forces canadiennes. Pour la période 2010-2011 à 2012-2013. Rapport sur les plans et les priorités Comité des griefs des Forces canadiennes Pour la période 2010-2011 à 2012-2013 Rapport sur les plans et les priorités L'honorable Peter Gordon MacKay Ministre de la Défense nationale Table des matières

Plus en détail

Amorcer la réconciliation

Amorcer la réconciliation AMORCER LA RÉCONCILIATION PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le cinquième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement? Oui En

Plus en détail

L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne

L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne (salon de l éducation, novembre 2003) L apprentissage précoce des langues étrangères en Allemagne Ulrich Reyher (Discours pour le Salon de l Education le 22 novembre 2003) Bonjour mesdames et messieurs,

Plus en détail

L enfance epanouie La Quête

L enfance epanouie La Quête Panorama général de l Aventure d Enfance Épanouie L objectif de l «Aventure d Enfance Épanouie» est d écouter les voix et la vision des enfants travailleurs, filles et garçons, de Bolivie, Burkina Faso,

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

Atelier sur les compétences d'évaluation

Atelier sur les compétences d'évaluation Atelier sur les compétences d'évaluation Obtenir la participation des clients dans le processus d'évaluation Pour les services de soutien communautaire et les services communautaires de santé mentale ASWPPT_20110919_v0.1_CSSCAP

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

«Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX

«Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX «Stage découverte» Une semaine en entreprise Le livret Bienvenue chez XXXX Le stagiaire : Le maître de stage : Le correspondant Ressources Humaines : Dates du stage : Inclure ici le logo de Sommaire -

Plus en détail

Chez les réparateurs de zém

Chez les réparateurs de zém Chez les réparateurs de zém Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Le webdocumentaire Indépendances africaines, documentaire conçu spécifiquement pour le web, offre un voyage dans 16 pays

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

LOS ANGELES Groupe de travail At Large sur l'accessibilité

LOS ANGELES Groupe de travail At Large sur l'accessibilité LOS ANGELES Groupe de travail At Large sur l'accessibilité Mardi 14 octobre 2014 07h00 à 08h00 ICANN Los Angeles, ÉTATS UNIS Bonjour mesdames et messieurs, nous allons bientôt commencer. Nous avons un

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à :

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à : CODE D ÉTHIQUE CODE D ÉTHIQUE RÉSEAU DE SANTÉ VITALITÉ Avant-propos Ce code d éthique définit les droits et les responsabilités des patients ainsi que les responsabilités des intervenants. Nous nous engageons

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique S orienter Les supports du scénario Document 1 : la fiche d entretien ENTRETIEN INDIVIDUEL

Plus en détail

Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global

Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global Donnez ici, en une page maximum, les éléments de contexte (géographique, institutionnel, architectural, social, technique, financier,

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail