Quand les questions bioéthiques de début et de fin de vie interrogent la vie religieuse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand les questions bioéthiques de début et de fin de vie interrogent la vie religieuse"

Transcription

1 Quand les questions bioéthiques de début et de fin de vie interrogent la vie religieuse Rueil-Malmaison, 28 janvier 2012

2 Introduction - Définition de la bioéthique : La bioéthique s intéresse à la mise en œuvre des soins du malade ainsi qu aux recherches et aux techniques biomédicales impliquant l utilisation des éléments du corps humain. Elle cherche à répondre le mieux possible aux questions soulevées par le progrès scientifique et technique, au regard des valeurs de notre société pour le respect de la dignité humaine du début à la fin de l existence. A partir des questionnements bioéthiques devraient naître des lois justes, au sens où ces lois préservent la dignité de la personne humaine en toute situation, et notamment dans celles où la personne apparaît le plus vulnérable. Mais les lois et les institutions tiennent-elles promesse? - Problématique : Il s agit donc de nous exercer à un regard critique à partir de notre place en société en tant que religieux et religieuses. La vie religieuse, comme mode de vie croyant, a-telle quelque chose à dire sur les grandes questions de bioéthique? Quelle société se dessine, par rapport à «la justice du Royaume»? Que devient la personne humaine aujourd'hui, créée «à l image et à la ressemblance de Dieu»? D un autre côté, ces questionnements ont-ils quelque chose à nous dire sur notre manière d être au monde aujourd hui en tant que consacré(e)s? - Présentation : Nous aborderons ces interrogations à travers cinq thèmes de bioéthique choisis : 1/ le diagnostic prénatal, 2/ la recherche sur les cellules souches, 3/ l assistance médicale à la procréation, 4/ l autonomie décisionnelle du patient, et 5/ la demande de mort en fin de vie. 2

3 1. Diagnostic Pré Natal - Qu est-ce que le DPN? La loi relative à la bioéthique du 6 août 2004 dit que «le diagnostic prénatal s entend des pratiques médicales ayant pour but de détecter in utero chez l embryon ou le fœtus une affection d une particulière gravité.» Art. 23 Mais qu appelle-t-on une «affection d une particulière gravité»? La loi ne précise pas. - Comment se fait le DPN? On retient trois types de techniques pour identifier une anomalie chez le fœtus - Des échographies chez la femme enceinte. Cet examen d imagerie permet d explorer la morphologie du fœtus. - Des prélèvements de liquide amniotique (amniocentèse), de cellules placentaires (biopsie de trophoblaste), ou de sang fœtal (ponction de sang fœtal) pour faire des études biologiques (recherches génétiques en particulier). - Des prélèvements de sang maternel permettront probablement dans le futur d identifier des anomalies fœtales avec une moindre agressivité. Le DPN permet de détecter en pratique, surtout par l échographie et l amniocentèse, de nombreuses pathologies : - atrophie d un membre - grave lésion neurocérébrale : anencéphalie, spina bifida - handicap mental sévère : trisomie 21 - maladie gravement invalidante : myopathie, mucoviscidose Le bien de l enfant à naître justifie amplement l usage de l échographie qui peut permettre des traitements voire une intervention chirurgicale précoce. De même, une prise de sang maternel peut déboucher sur des examens plus précis de l enfant. Ainsi, la toxoplasmose détectée dans le sang maternel peut entraîner une cécité chez l enfant à naître, voire sa mort. Il est important de détecter cette infection le plus tôt possible et de la traiter par voie médicamenteuse. Le DPN a donc toute sa légitimité. - Cependant, il convient de distinguer les examens de diagnostic proprement dit des examens de dépistage. Diagnostiquer, c est affirmer la présence d une anomalie. Dépister, c est repérer un risque d anomalie dans une population donnée. Le dépistage de la trisomie 21 est un exemple paradigmatique du glissement en France du DPN au dépistage Le DPN de la trisomie 21 avait essentiellement pour but, à ses débuts, de rassurer des couples qui avaient déjà donné naissance à un enfant trisomique. Puis un glissement s est opéré : on est passé d un diagnostic de T21 dans les populations à risque à un dépistage systématique chez toutes les femmes enceintes. Aujourd'hui, un test est obligatoirement proposé par le médecin à toute femme enceinte pour dépister, non une trisomie 21, mais une probabilité augmentée que l enfant soit porteur d une trisomie 21. L analyse de sang, qui s appelle le dosage des marqueurs sériques, est couplée à une échographie sur laquelle on va rechercher une clarté nucale. Le résultat est donné en risque : si, au vu des ces examens, le risque pour le fœtus d être porteur de l anomalie est 3

4 supérieur ou égal à 1 sur 250, on propose une amniocentèse pour établir un caryotype. L amniocentèse consiste à prélever du liquide amniotique grâce à une aiguille introduite à travers l abdomen de la mère. Ce n est pas un geste anodin puisqu il peut provoquer une fausse couche dans un cas sur 100. Les limites de ces tests de dépistage sont réelles: - Ce n est pas un diagnostic mais un calcul statistique de risque. Il entraîne la pratique d une amniocentèse avec risque de fausse couche, alors que dans 98% des cas, le caryotype du fœtus est normal. - Ce calcul statistique est anxiogène pour la femme enceinte quand le risque est élevé (alors que l enfant sera normal). - Il n y a pas de geste thérapeutique possible : la trisomie 21 ne peut se guérir. Ce genre de test débouche donc sur deux attitudes : - Soit se préparer à accueillir un enfant trisomique. - Soit décider une IMG, interruption de grossesse pratiquée pour un motif médical. L avortement est le choix de 90% des couples concernés par un diagnostic prénatal de trisomie En conclusion : attention à la dérive eugéniste Derrière DPN, on peut entendre : tri, sélection Il faut donc être attentif à la capacité de la société à accepter des enfants handicapés. Moins la société est accueillante, plus l exigence d une normalité sera revendiquée. Certains pensent que l on peut appliquer le principe de précaution à la naissance d un enfant (ne prendre aucun risque d écart par rapport à ce qui est considéré comme la norme ou l idéal : l enfant «zéro défaut») Mais que penser d une société qui ne supporte plus le doute ou le divers? ALTERNATIVES : encourager la recherche sur les maladies concernées plutôt que l éradication des malades. Annexe 1 La France au risque de l eugénisme Le Monde, 03/02/07 Didier Sicard, président du Comité consultatif national d éthique. Propos recueillis par Michel Alberganti et Jean-Yves Nau. «Il me paraît hautement préoccupant que l on passe d un dépistage généralisé à une forme d éradication sociale. Le cas des trisomies 21 et 18 en sont un exemple paradigmatique. Tout s est passé comme si, à un moment donné, la science avait cédé à la société le droit d établir que la venue au monde de certains enfants était devenue collectivement non souhaitée, non souhaitable. Et les parents qui désireraient la naissance de ces enfants doivent, outre la souffrance associée à ce handicap, s exposer au regard de la communauté et à une forme de cruauté sociale née du fait qu ils n ont pas accepté la proposition faite par la science et entérinée par la loi. En France la généralisation du dépistage est, certes, fondée sur la notion de proposition, mais dans la pratique il est, de fait, devenu quasi obligatoire. Le dépistage de la trisomie concerne désormais en France, gratuitement, la quasi-totalité des grossesses. Osons le dire : la France construit pas à pas une politique de santé qui flirte de plus en plus avec l eugénisme.» 4

5 2. Recherche sur cellules souches Grâce aux progrès de la médecine, dans un pays développé comme la France, la longévité augmente, et, avec elle, des maladies dites dégénératives liées au vieillissement cellulaire. Un exemple typique est la maladie d Alzheimer, entraînant des handicaps importants, tant intellectuels que physiques. Les recherches sur les cellules souches et embryonnaires tentent de traiter ces maladies en remplaçant les cellules abîmées c est ce qu on peut appeler une thérapie cellulaire ou «médecine régénératrice» (Pierre d Ornellas, «Bioéthique Propos pour un dialogue», Lethielleux, Paris, 2009). - Que sont les cellules souches? Les cellules souches sont des cellules très jeunes dont on distingue trois types : - Les cellules souches adultes, qui sont différenciées en type d organe (sang, peau par exemple). - Les cellules souches pluripotentes, qui sont des cellules souches adultes mais qui ont subi une modification pour les rendre indifférenciées et donner donc différents types de tissus. - Les cellules souches embryonnaires, provenant des embryons et qui sont indifférenciées et donc également aptes à produire différents tissus. Ces embryons pourraient être produits par génie génétique. C est ce qu on appelle le «clonage», car de fait, les embryons produits et le sujet à traiter ont les mêmes gènes. L intérêt des cellules indifférenciées est qu elles pourraient remplacer les cellules de plusieurs organes, voire n importe quel organe. Alors que la thérapie cellulaire à partir des cellules souches adultes a déjà quelques applications (maladies sanguines, greffe de peau), il n y a pas pour le moment de possibilités réelles de traitement avec des cellules souches pluripotentes ou embryonnaires car le risque de provoquer des cancers est grand. - Problématique du statut de l embryon : Il y a une première problématique concernant la recherche sur les cellules embryonnaires qui affecte l intégrité de l embryon: les prélèvements de cellules pour recherche entraînent sa destruction. Si on considère, à l instar de l Eglise, que l embryon dès sa conception est un être humain, une telle attitude non seulement serait : - une transgression de l interdit de meurtre, - mais serait également une atteinte de la dignité humaine, l embryon n étant plus considéré comme une personne mais comme un objet. - Problématique du rapport au traitement hautement technique : La question de l embryon ne se pose pas lorsqu il s agit de cellules souches adultes, et on peut se réjouir des recherches à partir de telles cellules qui peuvent apporter un progrès dans le traitement des maladies. Mais on peut s interroger sur le rapport que l on peut avoir par rapport à ces éventuels traitements de pointe : - tous ne pourront y avoir accès, à cause du coût ; 5

6 - compte tenu des besoins que nécessitent certaines maladies dégénératives aujourd hui, il est bon de chercher à guérir, mais il ne faut pas non plus oublier tout l accompagnement médico-social nécessaire (institutions, personnel, formation) c'est-à-dire l aspect relationnel du soin. Le questionnement éthique serait ici alors de l ordre de la justice et de la justesse de la place de la technologie dans le soin médical. Annexe 2 «Certains hommes de science, privés de tout repère éthique, risquent de ne plus avoir comme centres d intérêt la personne et l ensemble de sa vie. De plus, certains d entre eux, conscients des potentialités intérieures au progrès technologique, semblent céder, plus qu à la logique du marché, à la tentation d un pouvoir démiurgique sur la nature et sur l être humain lui-même.» In Jean-Paul II, Encyclique Fides et ratio, n 46. 6

7 3. Assistance Médicale à la Procréation - Qu est-ce que l AMP? «L assistance médicale à la procréation s entend des pratiques cliniques et biologiques permettant la conception in vitro, le transfert d embryons et l insémination artificielle, ainsi que toute technique d effet équivalent permettant la procréation en dehors du processus naturel» Art. L du Code de la Santé Publique L AMP vise donc à remédier à l infertilité de l un des deux membres d un couple hétérosexuel par une technique en dehors du processus naturel. Aujourd'hui, 2,4% des enfants sont issus de l AMP en France. - L AMP recouvre plusieurs techniques : l insémination artificielle et la FIV - L insémination artificielle intra-utérine avec les spermatozoïdes du conjoint (IAC) ou d un tiers «donneur» (IAD) - La fécondation in vitro et transfert d embryon (FIVETE) avec transfert d embryons «frais» ou après congélation, avec ou sans donneur de gamètes extérieur au couple. La fécondation in vitro avec ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection : cette technique permet l introduction sous le contrôle du microscope d un seul spermatozoïde dans l ovocyte mais cette technique pourrait être cause d infertilité chez le garçon ainsi conçu?) Autrefois, on introduisait de nombreux embryons pour favoriser les chances de grossesse, mais cette conduite a entrainé un risque de multiparité dangereux. Aujourd'hui, on tend à limiter les embryons introduits à deux seulement. Les autres embryons issus de la FIV restent au congélateur : embryons surnuméraires Pourquoi féconder plus d embryons qu on en implante? parce que le prélèvement des ovocytes chez la femme n est pas simple (cela suppose une hyperstimulation ovarienne qui n est pas agréable à supporter) : tant qu à faire, il vaut mieux prélever plusieurs ovocytes. Or, on ne sait pas conserver des ovocytes : il faut les féconder immédiatement et congeler les embryons. En 2006, 93% des enfants nés par AMP l étaient suite à une technique intra conjugale (gamètes du couple). Efficacité globale moyenne de l AMP : 17,5% - Quelles sont les conditions d accès à l AMP selon la loi : - Conditions médicales : infertilité pathologique du couple médicalement diagnostiquée risque de transmission d une maladie d une particulière gravité à l enfant ou à l autre membre du couple (VIH, virus hépatite B et C). - Conditions sociales : un couple hétérosexuel, stable dont les deux membres sont vivants et consentants les gamètes provenant d au moins un des membres du couple. - Les grandes questions que pose l AMP - Instrumentalisation du don de la vie. C est toute la question du respect de l embryon humain et de son identité. Qui est-il? Une personne potentielle? Une potentialité de 7

8 personne? Ce qui est sûr, c est que l embryon est engagé dans un processus continu et graduel. Définir un seuil dans l humanité serait illusoire. - Les embryons surnuméraires que suppose toute tentative d AMP. Certains ne seront jamais transférés car de qualité insuffisante ou par abandon du «projet parental».ils peuvent être utilisés à des fins de recherche, ou seront éliminés. - La réduction embryonnaire : c est le fait d interrompre la vie d un (ou de plusieurs) des embryons qui a été implantés avec succès dans l utérus de la femme suite à une AMP. La finalité est d éviter les risques d une grossesse multiple. - En conclusion, la revendication du «droit à l enfant» ignore quelquefois le «droit de l enfant». Les gamètes (c'est-à-dire les spermatozoïdes et les ovocytes) sont devenus des produits échangeables, vendables dans certains pays, congelables. La question culturelle de la filiation s en trouve bouleversée avec le risque de distorsion des liens familiaux qui peut remettre en cause les notions de maternité et de paternité. ALTERNATIVES : - promotion des recherches et investissements consacrés à la prévention de la stérilité - faciliter la procédure d adoption Annexe 3 Histoire d un couple des années Désir de grossesse mais stérilité - Engagement dans une procédure d Assistance Médicale à la Procréation - Implantation de 3 embryons, avec succès les 3 se développent - Décision de «réduction embryonnaire» : restent 2 embryons - Diagnostic prénatal de trisomie 21 chez un des 2 jumeaux qui restent - Décision d IMG sur l embryon trisomique - Naissance d un enfant prématuré 8

9 4. Autonomie du malade Le principe d autonomie du malade lui reconnaît le droit de prendre part aux décisions médicales le concernant. La question d autonomie se pose dans deux domaines en particulier : celui du consentement ou refus de soin et celui de l information. - Le consentement au soin : En ce qui concerne le consentement ou le refus de soin, la législation française stipule : - «Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.» - Lorsqu il y a impossibilité pour le malade d exprimer sa volonté, il y a obligation pour les soignants de s en informer via «la personne de confiance [prévue à l article L ] ou la famille ou, à défaut, un de ses proches et, le cas échéant, les directives anticipées de la personne» et de décider en collégialité. Ce qu est la personne de confiance : désignée par le malade, «l'avis de cette dernière, sauf urgence ou impossibilité, prévaut sur tout autre avis non médical, à l'exclusion des directives anticipées, dans les décisions d'investigation, d'intervention ou de traitement prises par le médecin.» Ce que sont les directives anticipées : «Ces directives anticipées indiquent les souhaits de la personne relatifs à sa fin de vie concernant les conditions de la limitation ou l'arrêt de traitement. Elles sont révocables à tout moment.» La collégialité implique la consultation d un ou de plusieurs médecins extérieurs au service. Cela a pour objectif d apporter une évaluation plus distanciée des situations. Mais devant la perspective de la mort et de la souffrance, de l angoisse qu elles peuvent entraîner, cette autonomie peut-elle s exercer et dans quelle mesure? Comment le soignant peut-il en tenir compte? L attention à l autonomie de décision du malade serait davantage une attention aux conditions d exercice de cette autonomie. - Un premier élément à considérer est que cette liberté s exerce en relation avec d autres libertés : celle des soignants, celle des proches. - Cela suppose donc un cadre propice à une telle relation, à savoir du temps pour le dialogue et le soulagement des symptômes pour les rendre possibles. - Cette relation va permettre l expression et l interaction des différentes subjectivités pour discerner les motivations profondes du malade : les subjectivités des soignants selon leurs différentes perspectives ; les subjectivités des proches qui font partie du monde relationnel du malade ; et surtout la subjectivité du malade, par rapport à ses désirs et sa compréhension de sa maladie. - Information du malade : L information du malade au sujet de sa maladie est ainsi liée à son autonomie décisionnelle. Mais la question de l information est délicate, surtout si elle porte sur un diagnostic ou pronostic grave : - Elle risque de causer un traumatisme psychologique important. De plus cela n efface pas pour autant l asymétrie dans la relation entre soignant et malade dans la 9

10 mesure où ce dernier est en situation vulnérable par sa maladie et qu il revient au médecin de poser la décision d un soin. - L information du malade, et donc son autonomie décisionnelle, doivent être comprises au regard du principe de bienfaisance en matière de soin : ne pas nuire. - Ce qui fait la vérité dans la relation du malade avec ses proches et les soignants, c est moins la communication à tout prix d une vérité objective, que l authenticité d une relation d accompagnement et de soutien par le soignant et les proches à travers des paroles et des gestes, en vue d une participation du malade aux choix qui le concernent. - Au sein d une relation asymétrique entre soignant et soigné, un partenariat est donc possible. Annexe 4 Des demandes paradoxales Les demandes des patients en phase palliative sont diverses. Parfois clairement explicites tout savoir pour pouvoir organiser sa fin de vie ou, à l inverse, ne pas savoir elles ont le plus souvent déroutantes pour les équipes parce que paradoxales. Mademoiselle V, 28 ans, atteinte d un cancer métastatique, a constamment exprimé depuis le début de sa maladie son souhait d être informée de l évolution de celle-ci. A plusieurs reprises, elle a dit son projet de se suicider en cas de déchéance physique ou de troubles des fonctions supérieures. Alors que sa maladie s aggrave et que les doses d antalgiques majeurs sont en augmentation régulière, son médecin référent essaie de l informer ; il est déconcerté par la demande de la patiente : «Je veux que vous me disiez tout comme vous l avez toujours fait, pour pouvoir me battre et guérir.» Le caractère paradoxal d une telle demande se comprend comme une tentative pour contenir l angoisse de mort. Celle-ci peut se révéler extrêmement déstructurante pour la personne, l empêchant de mobiliser les ressources nécessaires pour élaborer des choix.» In Pascale Vinant, Soins palliatifs, quelle autonomie pour le patient?, Revue Laennec vol. 1/2006, p

11 5. La fin de vie Depuis les années 1975, les immenses progrès thérapeutiques ont fait reculer la date de la mort et mourir est devenu une affaire de la médecine. Et quand la médecine ne peut plus rien, elle peut encore accélérer le processus terminal : c est la question récurrente de l euthanasie. - Euthanasie? L euthanasie, selon l étymologie et ses premiers usages, signifiait de façon très large, l art de bien mourir. Ce n est que depuis environ un siècle que son emploi s est focalisé sur l acte de donner la mort. L euthanasie est comprise aujourd'hui comme : «L acte d un tiers qui met délibérément fin à la vie d une personne dans l intention de mettre un terme à une situation jugée insupportable». CCNE (Comité Consultatif National d Ethique 2000) Les positions face à la demande de mort sont diverses dans la société française: L Eglise catholique : pose l interdit absolu de l euthanasie (fondé sur l interdit biblique du meurtre et sur le caractère sacré du corps) Pour l ADMD : association pour le droit de mourir dans la dignité = l agonie est indigne de l humanité. L ADMD promeut l euthanasie Le CCNE : dans son avis 63 en 2000, a rappelé l importance des soins palliatifs et ouvert la porte en des cas rares à «l exception d euthanasie». Cela a suscité beaucoup de commentaires. Loi Léonetti du 22 avril 2005 : une étape capitale dans le refus de l obstination déraisonnable. En effet, elle affirme que: L acharnement thérapeutique est illégal Le malade a le droit de refuser un traitement, quel qu il soit Le médecin doit tout mettre en œuvre pour soulager la douleur Chacun peut exprimer par avance ses souhaits pour organiser ses derniers moments (personne de confiance, directives anticipées) Enfin, elle maintient l interdit fondamental de donner délibérément la mort - Les pratiques euthanasiques en Europe - L euthanasie est légalisée aux Pays-Bas et en Belgique. - L Allemagne est franchement hostile. - Le Conseil de l Europe n a pas franchi le pas. - En Suisse : l assistance médicale au suicide n est pas poursuivie pénalement si elle n est pas effectuée pour des motifs égoïstes. Cependant, il semble que la demande de mort surgisse surtout dans deux situations : quand la personne en fin de vie souffre et qu elle se sent isolée. Les soins palliatifs, d origine anglosaxonne, répondent à ce besoin d accompagnement des personnes en fin de vie. - Que sont les soins palliatifs? Les malades arrivés à un stade avancé d une maladie incurable peuvent bénéficier d une thérapeutique qui leur permettra d obtenir une stabilisation ou un soulagement de leur pathologie sans pouvoir bénéficier toutefois d une guérison. L objectif est donc de contrôler au mieux les différents symptômes présents : douleurs, vomissements, essoufflement, confusion mentale, etc 11

12 " Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle. Les soins palliatifs et l'accompagnement considèrent le malade comme un être vivant et la mort comme un processus naturel Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort» SFAP (Société Française d Accompagnement et de soins Palliatifs) La notion de total pain est au cœur de la prise en charge, c'est-à-dire de douleur totale : il faut prendre en compte en effet : o la douleur physique : douleur cancéreuse, douleur du membre fantôme chez les amputés o mais aussi la souffrance psychologique : dépression et sentiment d impuissance, o la souffrance sociale : perte de la position sociale, perte du rôle familial o et spirituelle : perte du sens de la vie, réévaluation des croyances religieuses Pour assurer cette prise en charge globale, il faut une équipe interdisciplinaire : médecin, infirmières, aides-soignants, kinés, psychologues, assistantes sociales, psychomotriciens qui travaillent ensemble et en partenariat avec le malade et ses proches. La relation fait ainsi partie intégrante du soin et contribue à sa qualité. ALTERNATIVES à la demande de mort: développer la culture palliative de façon à ce qu elle diffuse par capillarité dans l ensemble de la médecine et tisse de nouveaux types de relations entre soignants et soignés. Annexe 5 «Les dernières années nous ont fait assister à un développement prodigieux des connaissances médicales et des institutions sanitaires. Nous en sommes tous les bénéficiaires. Mais ce progrès a son revers : l homme d aujourd hui est beaucoup moins familier qu autrefois de la maladie et de la mort ; il est donc décontenancé et ne sait plus comment se comporter en face de celui qui meurt. La plupart des hôpitaux, orientés vers la recherche de la guérison, sont devenus inadaptés à la situation de celui pour qui les remèdes ont perdu toute efficacité. Sans renoncer en quoi que ce soit aux bienfaits apportés par la médecine moderne, il est temps de retrouver des attitudes de simple humanité et de chercher des réponses adéquates aux besoins et aux demandes de ceux dont la vie va vers son achèvement.» Patrick Verspieren, «Sur la pente de l euthanasie», Études, Tome 360, janvier

13 Conclusion - Aux interrogations de départ sur le modèle de société et le devenir de la personne, nous pouvons à présent esquisser quelques bribes de réponse. - A travers les vœux qui démasquent l illusion de la toute puissance, l illusion du désir immédiatement assouvi, l illusion de la connaissance qui nous rendrait auto suffisant, la vie religieuse promeut une certaine vision de la personne humaine, qu on pourrait qualifier d anthropologie de la vulnérabilité. Par la vie fraternelle qu elle met en œuvre, elle encourage une vie d interdépendance heureuse où chacun a sa place. - Dans les lieux, en début comme en fin de vie, où la question est posée de façon récurrente : «cette vie vaut-elle le coup d être vécue?», la vie religieuse réaffirme la dignité comme intrinsèque à toute vie humaine, aussi abîmée soit-elle. La promotion de la vie, depuis ses balbutiements jusqu à son crépuscule, n est pas éloignée de ce qu on appelait en d autres temps «l option préférentielle pour les pauvres». - «Cette vie vaut-elle le coup d être vécue?» La question est posée parfois pour le fœtus atteint d une malformation ou pour le mourant qui présente une altération de ses fonctions supérieures. Une approche relativiste de l existence proposera comme critère le concept de «qualité de vie» pour répondre à cette question. Une perspective personnaliste s appuiera sur la notion de «dignité» inhérente à toute vie humaine. - Une autre question se cache derrière cette interrogation, qui nous est posée par tout humain en situation de vulnérabilité : «Pour vous, qui suis-je?» Il est probable que la vie religieuse puisse proposer une réponse existentielle à cette interrogation. Anne CHAPELL, sscj Clément NGUYEN, sj 13

14 Annexe 6 Remontées du Forum «Open Space» des jeunes religieux(ses) Diagnostic prénatal CHANCE? RISQUE? - Se préparer à l accueil de l enfant handicapé - Risque d eugénisme QUELLE PAROLE DE LA VIE RELIGIEUSE? - Impuissance ressentie devant des parents qui attendent un enfant handicapé - Proposition d un rapport à la vie qui n est pas de l ordre d une maîtrise Recherche sur cellules souches - Il existe de vraies pistes thérapeutiques - Non respect des embryons sur lesquels sont prélevés des cellules souches - Interrogation sur la valeur de la vie Assistance médicale à la procréation - Possibilité de «déblocage» d une stérilité psychologique au sein d un couple - Attention à la technicité galopante! - Atteinte à la dignité du couple et de l enfant - Respect de la vie comme don de Dieu Autonomie du malade Fin de vie - Eclairer la conscience du patient sur sa maladie et les thérapeutiques possibles - Les soins palliatifs comme proposition d accompagnement de fin de vie - Isolement de la relation médecin-malade qui ne tiendrait pas compte de l environnement du patient - Non-compréhension du vocabulaire médical (langage technique) - Risque de légalisation de l euthanasie dans ce domaine - Accompagnement plus technique que relationnel - Temporalité (prendre le temps) qui permet l accès à l autonomie - Richesse de la diversité des points de vue (interdisciplinarité) - Et quelle autonomie dans la vie religieuse? (Recherche d une attitude qui ne soit ni individualisme ni dépendance) - Complexité de l accompagnement de la fin de vie dans les communautés - Témoigner du sens de la vie et de la place de la mort au cœur de l existence 14

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE 650 000 enfants naissent chaque année en France, tandis que le pays déplore 530 000 décès. Le différentiel entre émergence et effacement est étroit.

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. La conservation. des embryons

Assistance médicale à la procréation. La conservation. des embryons Assistance médicale à la procréation La conservation des embryons Sommaire La conservation des embryons, pourquoi, comment? 2 Le transfert des embryons congelés en pratique 5 Un choix éclairé et encadré

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel

anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel Editorial par Elizabeth Montfort et Nicole Thomas-Mauro Présidente de l Alliance pour un

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes APCH juin 202 Définition du DPN et de l IMG Organisation en

Plus en détail

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA)

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) Devenir parents, l aventure d une vie Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) La vie contrarie parfois vos plus beaux projets La décision de fonder une famille est un projet primordial pour

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Enjeux éthiques des progrès de la science

Enjeux éthiques des progrès de la science Enjeux éthiques des progrès de la science Pierre Boyer 16 mars 2009 Service de Médecine et Biologie de la Reproduction Hôpital Saint Joseph de Marseille L Assistance Médicale à la Procréation au cœur du

Plus en détail

Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION

Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION SUR LA REVISION DES LOIS

Plus en détail

L assistance médicale à la procréation

L assistance médicale à la procréation L assistance médicale à la procréation Introduction L assistance médicale à la procréation (AMP) renvoie à la sphère de l intime, elle met en jeu le désir de procréer de personnes infertiles, l intérêt

Plus en détail

Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales. Prise de position de Procap

Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales. Prise de position de Procap Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales Prise de position de Procap Introduction Ces dernières semaines, les médias ont titré «Nouveau check de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on?

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? Annie MEINIEL Joelle VERGE Qu est-ce que la bioéthique? Bio = Vivant Éthique = Morale C'est la discipline qui étudie les problèmes moraux soulevés par la recherche biologique

Plus en détail

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie La dignité de la personne humaine Principe selon lequel une personne ne doit jamais être traitée comme un objet ou comme un moyen, mais comme une entité

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Suivre et évaluer l activité d AMP

Suivre et évaluer l activité d AMP L assistance médicale à la procréation Suivre et évaluer l activité d AMP L évaluation des activités et des résultats d AMP est une tâche confiée à l Agence de la biomédecine, tout comme le dispositif

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

A.P.I.C. Accompagnement Psychologique Individuel et Collectif Rhône Alpes INTERVENTIONS DU 10 JUIN 2011

A.P.I.C. Accompagnement Psychologique Individuel et Collectif Rhône Alpes INTERVENTIONS DU 10 JUIN 2011 A.P.I.C. Accompagnement Psychologique Individuel et Collectif Rhône Alpes INTERVENTIONS DU 10 JUIN 2011 2/ INTERVENTIONS DE MESDAMES OLLAGNON ET DIAZ : DIMENSION GENETIQUE ET RARETE a. QUELQUES CHIFFRES

Plus en détail

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie..

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. LE PATIO, Unité de Soins Palliatifs Hôpital Saint- Joseph, Marseille Introduction L accompagnement des

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Introduction La maladie grave = événement traumatisme pour le malade et les proches Bouleversement

Plus en détail

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières.

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières. Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité 2013 des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal (CPDPN), des laboratoires de diagnostic prénatal (DPN) et de l activité 2014

Plus en détail

L AMP Assistance médicale à la procréation

L AMP Assistance médicale à la procréation L AMP Assistance médicale à la procréation Introduction 14% des couples Le délai nécessaire à concevoir est pathologique s il est sup à 2 ans Parmi les causes d infertilité: 30% sont d origine féminine

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants,

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des ovocytes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit pour un bonheur très grand. 3 familles de

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

Accompagner en PMI une femme enceinte d un enfant porteur d un handicap

Accompagner en PMI une femme enceinte d un enfant porteur d un handicap Accompagner en PMI une femme enceinte d un enfant porteur d un handicap Sylviane Elbe sage-femme de PMI Patricia Vasseur sage-femme coordinatrice Bureau technique de la Protection Maternelle et Périnatalité,

Plus en détail

Plateforme régionale de préservation de la fertilité

Plateforme régionale de préservation de la fertilité Plateforme régionale de préservation de la fertilité Christine Denoual-Ziad Annie Benhaim denoualziad-c@chu-caen.fr benhaim-a@chu-caen.fr En 2008, 7641 nouveaux cas annuels sont diagnostiqués chez l homme

Plus en détail

Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013

Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013 Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013 Introduction : Définition/Historique Quelques grands thèmes Définition Bio : Vivant Ethique : du latin Ethica : la morale (?) Loi : disposition normative et abstraite

Plus en détail

QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE?

QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE? QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE? Préparé par : Docteur Oleg Soroko, chef du département de gynécologie Sylvain Boisvert, chef de l unité familiale Direction des soins infirmiers 2011-04-18 Qu est-ce que l'amniocentèse?

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie?

Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie? Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie? Loi du 22 avril 2005 dite «Loi Léonetti» FMC Dinan - 8 novembre 2012 1 Ses principes u L obstination déraisonnable est illégale. u Le

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation

Centre d Assistance Médicale à la Procréation Centre d Assistance Médicale à la Procréation Hôpital Privé de Parly II Le Chesnay 21, Rue Moxouris 78150 Le Chesnay EQUIPE CLINIQUE Cliniciens agréés: Dr Marie José BOCQUET Dr Xavier GUETTIER Dr Guy KERBRAT

Plus en détail

SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION

SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION Madame, Monsieur Vous allez prochainement bénéficier d'une tentative d'assistance Médicale à la Procréation. Pour cela, un dossier complet doit être remis au Secrétariat

Plus en détail

CHARTE ALZHEIMER. Ethique et Société 2007. Préambule

CHARTE ALZHEIMER. Ethique et Société 2007. Préambule CHARTE ALZHEIMER Ethique et Société 2007 Préambule Les personnes souffrant d'une maladie d'alzheimer ou d'une maladie apparentée -quel que soit leur âge- ne peuvent se définir uniquement par leur maladie

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1 Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 Diagnostic prénatal pour les risques maternels liés à l âge... 3 Tests diagnostics

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est?

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est? Don d ovocytes Qu est-ce que c est? Depuis la loi de bioéthique du 29 juillet 1994, le don d'ovocytes et le transfert d'embryons ont donné aux femmes un moyen d être enceintes et donner naissance à un

Plus en détail

CONNAÎTRE ET COMPRENDRE LA LOI LEONETTI

CONNAÎTRE ET COMPRENDRE LA LOI LEONETTI DROITS DES MALADES ET FIN DE VIE CONNAÎTRE ET COMPRENDRE LA LOI LEONETTI Loi Droits des malades et fin de vie du 22 avril 2005 en partenariat avec le CLUD 1 Quelques définitions ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

Une relation de soins qui implique le patient?

Une relation de soins qui implique le patient? 1/5 Souvent perçus comme incapables d être acteurs de leur santé, du fait de leur déficit cognitif, les patients vivant avec une pathologie neurodégénérative semblent fréquemment exclus de la relation

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

PACES - Année 2015-2016

PACES - Année 2015-2016 PACES - Année 2015-2016 Nom : Prénom : Numéro d anonymat : UE 7 : Santé Société Humanité Epreuve de SHS 22 mars 2016 Durée de l épreuve : 1 heure. Vérifiez que votre fascicule comporte 6 pages et 9 QROC.

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN Suite au bilan dont elle a bénéficié, Mme Gerusa consulte le chirurgien qui lui a été conseillé, dans la clinique où celui-ci exerce. Elle sait qu elle a une tumeur qui doit

Plus en détail

Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique

Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique Secteur Politique Familiale Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique LA FAMILLE DU CHEMINOT Siège social : 7/13, ruede Château Landon 75010 PARIS Tél : 01 40 38 12 38 Fax : 01 42 09 51 58 Tél SNCF

Plus en détail

Inllusion Works. Positions de Procap. Diagnostic prénatal Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales

Inllusion Works. Positions de Procap. Diagnostic prénatal Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales Inllusion Works Positions de Procap Diagnostic prénatal Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales Introduction Durant le premier semestre 2012, le thème du diagnostique

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Regards portés sur la maladie d Alzheimer par les malades et leurs aidants proches Dossier de presse Septembre 2010 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

La loi du 21 décembre 1941 a

La loi du 21 décembre 1941 a Stéphanie SÉGUI Consultante au Centre de droit JuriSanté (CNEH) MOTS-CLÉS archives conservation dossiers des consultations externes Le délai de conservation de certaines archives Les dossiers des consultations

Plus en détail

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre Dossier n 11 HOMMES «OSEZ LE METIER DE» SAGE-FEMME Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues La biologie m a toujours intéressé. En

Plus en détail

Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale

Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale Lyon Neuroscience Research Center Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale Damien Sanlaville Journée mondiale de la trisomie 21 Lyon, le 22 mars 2014 Un point crucial Bien comprendre

Plus en détail

LE ROLE DU PSYCHOLOGUE

LE ROLE DU PSYCHOLOGUE LE ROLE DU PSYCHOLOGUE I INTRODUCTION Aux états généraux des malades du cancer de novembre 2000 organisés par la Ligue Nationale contre le Cancer, la demande de psychologue était comme un cri adressé par

Plus en détail

Approches politiques du diagnostic préimplantoire

Approches politiques du diagnostic préimplantoire Colloque Pro Infirmis - Vaud 30 août 2011 Josiane Aubert, conseillère nationale, membre commission science éducation culture Approches politiques du diagnostic préimplantoire Historique des décisions politiques

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Ce webinaire débutera à 12 h HE.

Ce webinaire débutera à 12 h HE. Webinaire de l AIIC : Évitez l euthanasie: soyez mieux informés Après avoir choisi le lien dans votre courriel, vous devez joindre la portion audio du webinaire : Suivez les directives qui apparaissent

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Samedi 18 octobre 2014 9 ème Journée de Lorraine de Soins Palliatifs - Thionville Docteur Eric KARIGER, Gériatre Directeur Médical

Plus en détail

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE Mme Gipsy BILLY, conseillère en génétique Pr Pierre Simon JOUK, généticien Colloque médical du jeudi:

Plus en détail

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI

Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école. Anne WISNIEWSKI Pourquoi? Les professionnels de la petite enfance et la «refondation» de l école Anne WISNIEWSKI Au début, on dit de l enfant qu il est dépendant des gens qui l entourent, que seuls ses sens le maintiennent

Plus en détail

Surdité et système de santé

Surdité et système de santé Surdité et système de santé LA SURDITE EN QUESTION L ACCESSIBILITÉ EN RÉPONSE Association des parents d'enfants déficients auditifs de Franche-Comté Maison de la famille 12, rue de la Famille 25000 Besancon

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr Mariage pour tous à la française Les véritables conséquences www.mairespourlenfance.fr Le projet de loi Contient : le mariage et l adoption pour les couples de même sexe Ne contient pas : la PMA pour les

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Intervention en EHPAD d une EMSP. Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois

Intervention en EHPAD d une EMSP. Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois Intervention en EHPAD d une EMSP Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois Le cadre législatif Loi 99-477 du 9 Juin 1999 «des soins palliatifs et un accompagnement»

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé

La fausse-couche. Page 1/6 - La fausse-couche. Page 2/6 - Fausse-couche précoce et fausse-couche tardive. 05/09/2011 - Par Destination Santé 05/09/2011 - Par Destination Santé La fausse-couche On estime le nombre de fausses-couches par an à 20.000 en France. Quels sont les signes d'une faussecouche? Quelles en sont les causes, et quels traitements

Plus en détail

CENTRE A.M.P. DU TERTRE ROUGE

CENTRE A.M.P. DU TERTRE ROUGE ,, Vous êtes certains que tous les éléments précédents sont à jour, c'est-à-dire que : - vos 100% TS sont toujours valables (regarder les dates). 3 mois avant l échéance, penser à en parler à votre gynécologue

Plus en détail

Vous pouvez associer votre signature ou celle de votre institution à la Charte Alzheimer éthique & société 2011 : www.espace-ethique-alzheimer.

Vous pouvez associer votre signature ou celle de votre institution à la Charte Alzheimer éthique & société 2011 : www.espace-ethique-alzheimer. 2011 Vous pouvez associer votre signature ou celle de votre institution à la Charte Alzheimer éthique & société 2011 : www.espace-ethique-alzheimer.org La liste des signataires sera mise à jour sur le

Plus en détail

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux.

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. Soins Palliatifs à domicile, l'indispensable réunion de concertation pluridisciplinaire. Congrès de Montréal. Mai 2013. Atelier C6. Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Instructions relatives aux «Directives anticipées»

Instructions relatives aux «Directives anticipées» Instructions relatives aux «Directives anticipées» Le texte qui suit est une version abrégée des directives et recommandations médicoéthiques «Directives anticipées». Il ne remplace pas la version intégrale

Plus en détail

Je dépasse mes peurs et mes angoisses

Je dépasse mes peurs et mes angoisses Christophe André & Muzo Je dépasse mes peurs et mes angoisses Seuil Une précédente édition de cet ouvrage est parue sous le titre Petites Angoisses et Grosses Phobies en 2002 aux éditions du Seuil. isbn

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail