Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas"

Transcription

1 Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas

2 Situation du problème Survie médiane 11 mois - 80 % d obstruction biliaire - 20 % d obstruction duodénale Maire F,Am J Gastroenterol. 2006

3 Cancer de la tète du pancréas + ictère OUI Résécabilité? NON DPC sans drainage* prealable sauf si : Angiocholite Prurit invalidant Drainage biliaire palliatif : - Endoscopique? - Chirurgical? - Radiologique? Prothèse extractible * Povoski SP Ann Surg. 1999

4 Endoscopie vs chirurgie Méta-analyse (Moss AC et al. The Cochrane Library 2006) : 3 études controlées Avantage Avantage Avantage NS endoscopie chirurgie NS endoscopie

5 Avantage endoscopie en terme de : - Cout. - Complications. - Qualité de vie ( mais évaluée à J30 et J60.).

6 Prothèses plastiques vs métalliques Prothèses plastiques Prothèses métalliques Extirpables OUI NON Diamètre max 3.8 mm 10 mm Perméabilité 3-5 mois 6-8 mois ( non couvertes) mois ( couvertes Prat F, Gastrointest Endosc 1998 Isayama, Gut 2004; Nakai, Gastrointest Endosc 2005

7 NS Avantage métal Moss AC et al. The Cochrane Library 2006

8 NS P<0.05 Métallique couverte versus métallique non couverte Isayama H Gut. 2004

9 Histoire naturelle des prothèses biliaires Une seule prothèse métallique au cours de la maladie. = 70 % des patients. Maire F,Am J Gastroenterol. 2006

10 CPRE + Prothèse

11 Obstruction de prothèse Evoquer une obstruction de prothèse devant : - Prurit. - Cholestase. - Fievre. - Septis inexpliqué. - Douleur de l hypochondre droit. 2 signes en faveur ( Echo/TDM): - Retrodilatation des voies biliaires - Absence d aerobilie Peu Sensible Changement de prothèse

12 Attitude en cas d obstruction prothétique Complications, efficacité Taux de réocclusion Délai de réocclusion nouvelle prothèse métallique insertion d une prothèse plastique désobstruction NS NS NS 32 % 25 % 60 % 75 J 90 J 34 J Tham TC, Gut May;42(5): Bueno JT, Gastrointest Endosc. 2003

13 Les dérivations chirurgicales Entre 5 et 15 % de mortalité Moss AC et al. The Cochrane Library 2006 A anastomose cholédochoduodénale B anastomose hépaticojéjunale anastomose gastrojéjunale ( prb : gastroparésie dans 10 % des cas ) Place de ces techniques : constatation de non résécabilité du cancer du pancréas en per-opératoire

14 Drainage biliaire percutané Endoscopie vs drainage percutané n = 75 endoscopie percutané Succès clinique 81 % p = % Speer AG, Lancet Mortalité à J % p = Les possibilités par voie radiologique : Prothèse plastique. Prothèse métallique. Drain externe. Drain interne externe. 30 % Complications : - Angiocholite - Hémobilie ( intérêt du drain externe de sécurité? ) - Fuite biliaire - Pneumothorax

15 Drainage percutané: - Pas d études contrôlées - 8 à 22 % de complications Lameris JS, Radiology 1991 Beissert M, Z Gastroenterol 2002 Prothèse métallique percutanée Drain interneexterne

16 Algorithme : Ictère et cancer du pancréas OUI Résécabilité? NON DPC sans drainage* préalable sauf si : CPRE + prothèse métallique ( couverte) Angiocholite Ictère invalidant Succes Echec Prothèse extractible Puis DPC Drainage radiologique par voie percutanée

17 A l étude : le drainage sous echoendoscopie en cas d échec de la CPRE.. - alternative au drainage radiologique ( échec de CPRE) - Accès au cholédoque ou aux voies biliaires intra hépatiques gauches par voie transbulbaire voir transgastrique. Bories E, Endoscopy Kahaleh M, Gastrointest Endosc Püspök A, Am J Gastroenterol. 2005

18 Sténose duodénale et cancer du pancréas Clinique : Vomissement post prandiaux précoces 80% : Sténose du genu superius ( cancer de la tete) 20 % : Sténose de D3-D4 (cancer du crochet) Maire F and al, Am J Gastroenterol Apr;101(4):735-42

19 Tableau d obstacle digestif haut Ou - TDM avec opacification digestive haute - TOGD ( longueur de la sténose) Sténose duodénale : >>> Prothèse Carcinose péritonéale : CI Prothèse +++ Pas de sténose : Gastroparésie?, Morphiniques?, Post chimio?

20 Prise en charge de la sténose duodénale Dérivation chirurgicale versus prothèse par voie endoscopique : Succès techniques Survie morbidité Durée d hospitalisation Délai de réalimentatio n Fiori 2004 ns Prothèse Prothèse Prothèse Hosono 2007 Prothèse Prothèse Prothèse Prothèse Fiori E,Anticancer Res Hosono S, J Gastroenterol. 2007

21 Efficacité des Prothèses duodénales Une seule prothèse duodénale au cours de la maladie. = 96 % des patients.

22

23 Complications biliaires associées aux sténoses duodénales : CAT? 1. Ictère + sténose duodénale : «tout endoscopique» dilatation duodénale prothèses biliaire puis duodénale 2. Ictère après pose de prothèse duodénale (rare) : prothèse biliaire par voie trans-hépatique ou endoscopique si la prothèse ne couvre pas la prothèse duodénal ne couvre pas la papille 3. Ictère après pose de prothèses duodénale et biliaire : Pose d une nouvelle prothèse biliaire par voie endoscopique ou transhépatique

24 Prise en charge de la douleur Douleur neuropathique Douleur osseuse Douleur par exces de nociception Douleur morale

25 Nociceptives Neuropathiques Mécanisme Excès de stimulation des nocicepteurs Lésion d un nerf Topographie Loco-régionale Dermatomes: racines plexus, troncs horaires Caractère Fond: mécanique et inflammatoire Surajoutées: incidentes, recrudescentes, paroxystiques Torsion, écrasement, compression, hématome, coup, pesanteur, déchirure, poignard, broiement, arrachement Fond +- permanent avec fulgurances inopinées Fond: brûlure, striction Fulgurances: éclairs, arcs électriques, piqûres. Traitements Antalgiques classiques OMS Antiépileptiques Antidépresseurs, TENS, neurochirurgie

26 Coter la douleur Echelle visuelle analogique Echelle verbale simple : 0: Absente 1: Faible 2: Modérée 3: Forte 4: Extreme EVA > 3 : traitement insuffisant EVA > 7 ou EVS à 4 : morphine injectable

27 Paliers OMS et douleurs nociceptives

28 Molécule Nom commercial Délai d action Durée d action Morphine LI IV Sol injectable 10, 20, 50, 100, 200, 250, 400, 500 PO Actiskénan 5, 10, 20, 30 PO Sévredol 10, 20 (sécable) PO Oramorph Sol Buv 10, 30, 100 mg 7 IV 20 SC 60 per os 4 heures Morphine LP PO Skénan 10, 30, 60, 100, 200 PO Moscontin 10, 30, 60, 100, à 2 h 12 h Oxycodone LI PO OxyNorm 5, 10, 20 1 h 4 h Oxycodone LP PO OxyContin 10, 20, 40, 80 1 h 12 h Hydromorphone LP PO Sophidone 4, 8, 16, 24 1à2 h 12 h Fentanyl IV Fentanyl TD IV Sol injectable 100, 250 µg TD Durogésic 25, 50, 75,100, 200 TM Actiq 100 à 1600 µg 2 24 h 15 2 h 72 h 2 h

29

30 Rappel du bon usage des antalgiques de palier III Recommandations OMS Prescription par voie orale en première intention, Prescription claire, détaillée, Prescription à heures régulières, Prescription en respectant l échelle OMS à 3 niveaux, Prescription personnalisée en fonction de l intensité de la douleur, Prescription systématique de laxatifs et si besoin d anti-émétiques, Surveillance. Adaptation individuelle des doses : Posologie de départ : 60 mg par 24 h (30 mg matin et soir par voie orale) Réduction des doses (20 mg matin et soir) chez les malades fragiles, âgés ou si insuffisance rénale ou hypoprotidémie Éviter l association des médicaments ayant le même mode d action Informer le patient des objectifs du traitement, des effets indésirables et de leur prévention Prescription systématique d interdoses si accès douloureux : 1/6 de la dose totale toutes les 4 heures si besoins adaptation LP toutes les 48 h en tenant compte et en intégrant les interdoses

31 Surveillance des morphiniques Efficacité: Nb d ID nécessaire Intensité et moments de la douleur Tolérance: Constipation: 100% => laxatifs systématiques Nausées vomissements: 40% => Haldol 0,2 % V à XV gttx3/j Somnolence: en début de Ttt: tient la stimulation? Rétention urinaire => sondage évacuateur +/- alpha bloquant ( Homme) Sueurs, hypotension, hypothermie, bradycardie : rare Prurit => deroxat, naloxone Dépression des centres de la toux : baisse posologie, naloxone Psychodyslepsie, hallucinations et troubles du comportement => Rotation des opioides

32 Douleurs neuropathiques Le trileptal paliers de 300 mg à augmenter selon le schéma «Soir puis matin et soir» tous les 5 jours ( sommolence en début de ttt) Chez p. âgée ou ins rénale : début à demi dose. Palier demi dose. Augmenter jusqu à la poso efficace, répartie en 2 prises quotidiennes. Paliers max de 600 mg / semaine Poso max 2400 mg/j chez l adulte, Surveillance: natrémie, Bilan hépatique, cytopénie

33 Intéret du bloc coeliaque? 1 étude controlée alcoolisation sous scanner versus sous échoendoscopie : avantage échoendoscopie (Gress F et al Am J Gastroenterol Apr;94(4):900-5.)

34 Utiliser les co-antalgiques Corticoïdes : Carcinose péritonéale Nausées rebelles Visée orexigène AINS : Envahissement cœliaque Douleurs osseuses Anxiolytiques, anti-dépresseurs 21 % des patients atteints d un cancer du pancréas ont une dépression associée (Sheibani-Rad S et al Pancreas Jan;32(1):58-61.) Radiothérapie, bisphosphonates en cas de douleurs osseuses

35 Ascite et cancer du pancréas Aucun intérêt à compenser une ascite de carcinose par de l albumine Denis B et al, Gastroenterol Clin Biol 2004;28:D17-D25

36 Carcinose péritonéale et management Laval G et al, J Pain Symptom Manage Jun;31(6):

37 Dénutrition et cancer du pancréas Pesez les malades : BMI : Poids (kg) / Taille 2 (m 2 ) Indice de masse corporelle (poids/taille2) > Dénutrition : < 18,5 pour les patients de moins de 65 ans < 22 pour les patients de 65 ans et plus et/ou Perte de poids récente d au moins 5 kg

38 Conclusion Les traitements endoscopiques sont le plus souvent éfficaces dans la prise en charge de : Ictère Sténose duodénale Adresser les patients a des centres d endoscopie interventionnelles Bien différentier douleur nociceptive et douleur neurogène afin d optimiser la prise en charge + rotation des opioides. A côté de la prise en charge technique : Explications des choix thérapeutiques Accompagnement psychologique

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

Carcinose péritonéale.

Carcinose péritonéale. Carcinose péritonéale. C est quoi? Diagnostic. Prise en charge dans objectif «curatif». Prise en charge dans objectif «palliatif». Carcinose péritonéale. La carcinose péritonéale est la présence de nodules

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive

Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive Dispositifs Médicaux Implantables Endoscopie Digestive Dr Romain GERARD Cliquez Service pour des modifier Maladies le style des l Appareil sous-titres du Digestif masque Hôpital Huriez CHU Lille FOGD Endoscopie

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE du. CANCER du PANCREAS OPERABLE. Ombeline de Boissieu 11.02.2012

PRISE EN CHARGE du. CANCER du PANCREAS OPERABLE. Ombeline de Boissieu 11.02.2012 PRISE EN CHARGE du CANCER du PANCREAS OPERABLE Ombeline de Boissieu 11.02.2012 Plan 1 / Contres indications opératoires Liées au terrain Liées à la tumeur 2 / Chirurgie 3 / Traitements adjuvants 4 / Traitements

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

ECHOENDOSCOPIE ET PATHOLOGIE BILIO-PANCREATIQUE

ECHOENDOSCOPIE ET PATHOLOGIE BILIO-PANCREATIQUE ECHOENDOSCOPIE ET PATHOLOGIE BILIO-PANCREATIQUE Dr M Le Rhun IMAD Nantes SCVO 13/01/2006 Il existe plusieurs échoendoscopies 1985 : EE mécanique radiale diagnostique 1995 : EE linéaire (Ponction) Minisondes

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal?

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Ou la prise en charge de la douleur modérée à forte chez le patient substitué par buprénorphine ou méthadone 1 Alain HOUCHARD, USS CHU

Plus en détail

Lithiase de la voie biliaire principale

Lithiase de la voie biliaire principale Lithiase de la voie biliaire principale Diagnostic et prise en charge RATONE Jean-Philippe, juin 2013 Hôpital La Conception, Gastroentérologie Plusieurs possibilités thérapeutiques Chirurgie coelioscopique

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr «La méthadone pour les nuls» Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr C21H27NO Méthadone Morphine MISE AU POINT SUR L UTILISATION PRATIQUE DE LA MÉTHADONE DANS LE

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Complications loco-régionales et générales au cours du cancer du pancréas

Complications loco-régionales et générales au cours du cancer du pancréas Complications loco-régionales et générales au cours du cancer du pancréas Clémence Horaist (interne) 8/02/2013 STENOSES DOULEUR Cancer du pancréas DENUTRITION Situation du problème Pronostic sombre : -

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

STENOSES BILIAIRES OU DUODENALES : CHIRURGIE OU ENDOSCOPIE. Alain SAUVANET

STENOSES BILIAIRES OU DUODENALES : CHIRURGIE OU ENDOSCOPIE. Alain SAUVANET STENOSES BILIAIRES OU DUODENALES : CHIRURGIE OU ENDOSCOPIE Alain SAUVANET Service du Prof. Fekete Hôpital Beaujon 100, Bld du Général Leclerc 92118 CLICHY CEDEX alain.sauvanet@bjn.ap-hop-paris.fr 52 Les

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Prise en charge de la Douleur

Prise en charge de la Douleur Prise en charge de la Douleur Troisième soirée CAS CONCRETS 4 Décembre 2003 François CHRISTIANN Mme C., 45 ans... Conversion II-III Pose - Dépose de fentanyl TTS Cas n 1 (1) Mme C., 45 ans Néoplasie mammaire,

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON SEPTEMBRE 2015 Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON Foie Vésicule biliaire Estomac Voies biliaires Duodénum Pancréas Canal de Wirsung Cholédoque Sphincter d Oddi eau 95%,

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente.

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente. DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Douleur, oncologie, sida, soins palliatifs, nutrition : apports de la médecine de rééducation. Bordeaux : 21, 22 et 23 février 2007 Titre : Douleurs

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame CONSTIPATION OU OCCLUSION Constipation: c est le passage de selles dures et rares, un effort est requis

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon

Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP. B. Napoléon, Lyon Apport des nouvelles techniques endoscopiques dans l exploration des sténoses de la VBP B. Napoléon, Lyon Conflit d intérêt Boston Scientifics Sténoses de la VBP Causes multiples, dominées par les tumeurs

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE Dr Nadia BOUAMRANE Unité Douleur Sce de Médecine Interne Pr Brouri (H.Birtraria) PNP diabétiques Définition, généralités NEUROPATHIES

Plus en détail

DOULEURS NEUROPATHIQUES

DOULEURS NEUROPATHIQUES DOULEURS NEUROPATHIQUES Dr Colette PEYRARD UF Douleur / EMDSP BP 127 38209 Vienne @ FORGENI 2010 Document sous licence Creative Commons GENERALITES Pas de consensus Souvent réfractaires aux analgésiques

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS Présenté par : Dr Réal Villemure Département clinique de médecine générale Le 8 janvier 2002 SOINS PALLIATIFS : GUIDE D'UTILISATION DES OPIACÉS Ce que

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS

LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS Faculté de Médecine ULP Strasbourg Année 2002 219 LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS A. ADENOCARCINOME CANALAIRE Connaître les principaux symptômes révélateurs d un adénocarcinome

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006 Prise en charge de la douleur Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel octobre 6 EVALUATION DE LA DOULEUR Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 979) La douleur

Plus en détail

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008 Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux Journée APHNEP 13 mars 2008 La douleur neuropathique Appartient aux douleurs neurogènes avec la névralgie Ensemble des douleurs

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges Définitions: Douleur: Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + 2 Questions 1. Résultats de l évaluation gériatrique? 93 ans 89 ans 92 ans 87 ans 2. Balance Bénéfices-

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

GROSSESSE et MALADIES DIGESTIVES. Pathologie biliopancréatique. T Ponchon Hôpital Edouard Herriot Lyon

GROSSESSE et MALADIES DIGESTIVES. Pathologie biliopancréatique. T Ponchon Hôpital Edouard Herriot Lyon GROSSESSE et MALADIES DIGESTIVES Pathologie biliopancréatique T Ponchon Hôpital Edouard Herriot Lyon LITHIASE BILIAIRE PANCREATITE AIGUË LITHIASE BILIAIRE PANCREATITE AIGUË LITHIASE BILIAIRE FREQUENCE

Plus en détail

Traitement endoscopique de la lithiase intra-hépatique

Traitement endoscopique de la lithiase intra-hépatique Traitement endoscopique de la lithiase intra-hépatique Benoit Desaint Paris Saint Antoine Traitement endoscopique Les buts du traitement Traiter l angiocholite Evacuer les calculs Empêcher la stase biliaire:traiter

Plus en détail

DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE Dr Michèle BECKER-SCHNEIDER CHU Besançon 6 MAI 2011 1 La douleur concerne 73% des PA > 75ans 79% > 85 ans seulement 6% des PA ne se plaignent pas nécessité d une prise en charge

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail