Situations de travail ou dilemmes génériques : deux propositions différentes pour concevoir des référentiels?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Situations de travail ou dilemmes génériques : deux propositions différentes pour concevoir des référentiels?"

Transcription

1 Situations de travail ou dilemmes génériques : deux propositions différentes pour concevoir des référentiels? Bernard Prot 1 Cette contribution aborde le rapport entre les référentiels et l analyse de l activité à partir du point de vue vygotskien sur l activité 2, tel qu il est développé actuellement en clinique de l activité 3 et depuis quelques travaux récents qui soutiennent l hypothèse qu on pourrait concevoir des référentiels à partir de «dilemmes d activité» 4. Il s agit d apporter quelques éléments de discussion avec la proposition que soutiennent les travaux de P. Mayen et ses collègues depuis la didactique professionnelle : on peut concevoir des «référentiels de situation» 5. La proposition de didactique s appuie sur un grand nombre d expériences en matière de conception de formation, à partir de la reprise par Vergnaud de l approche de Piaget et du déploiement de cette approche de la conceptualisation dans le domaine du travail et de la formation professionnelle par Pastré 6. En clinique de l activité quelques travaux réalisés dans des conditions assez différentes ne permettent pas de soutenir une comparaison systématique avec l approche didactique. On veut souligner quelques dimensions théoriques et méthodiques qui semblent différentes à partir d un fil conducteur, centré sur les gestes techniques et leur composante émotionnelle. On veut ainsi faire le lien avec le travail de M. Santos et M. Lacomblez, qui s interrogent, en 2007, sur la peur qu éprouvent des marinspêcheurs dans un dispositif de formation qui participe à la mise en place de règles internationales éloignées de leurs pratiques artisanales 7. Les professionnels développent ou construisent des connaissances qui n ont pas d équivalent dans les programmes d enseignement. C est un point de départ commun entre les approches discutées ici. Il est tout-à-fait déterminant pour échapper à l illusion qu il existerait une «adéquation» entre les concepts enseignés et les concepts professionnels. Ce point de départ tient à la distinction traditionnelle entre les concepts quotidiens et les concepts enseignés. Mais l idée s est beaucoup charpentée à partir de l analyse du travail en ergonomie francophone considérant qu il existe une différence entre les conceptions qui participent à définir plus ou moins précisément la tâche prescrite et les conceptions qui sont effectivement développées dans l expérience du travail. On veut souligner qu à partir de cette base commune, l approche clinique donne une place particulière et même une fonction importante aux sentiments professionnels dans le dialogue entre professionnels et concepteurs de référentiels, ce qui ne semble pas être le cas dans l approche didactique. 1 Maître de conférence en psychologie, CRTD CNAM, 2 Vygotski L., Pensée et langage, La Dispute, Paris, 1934/ Clot Y., Travail et pouvoir d agir, PUF, Paris, Prot B. (dir.), Les référentiels contre l'activité, Octares, Toulouse, Prot B., «Les dilemmes génériques dans la conception des référentiels d activité professionnelle : une piste de travail», dans F. Maillard, Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l injonction à la professionnalisation des diplômes, PUR, Rennes, Tomàs J.-L., Prot B., «Développement de l expérience et développement des concepts : de l activité syndicale à la production d un référentiel d activité», Travail et apprentissages, 6, 2011, p Mayen P., «Des situations potentielles de développement», Education Permanente, 139, 1999, p Mayen P., Métral J.-F., Tourmen C., «Les situations de travail, références pour les référentiels». Recherche et formation, 64, 2010, Pastré P., Mayen P., Vergnaud G., «La didactique professionnelle. Note de synthèse», Revue française de pédagogie, 154, 2006, p Santos M., Lacomblez M., «Que fait la peur d apprendre dans la zone prochaine de 4 (2), 2007, pp En ligne :

2 La situation et les concepts pragmatiques Dans la conduite de hauts-fourneaux, par exemple, R. Samurçay et P. Pastré écrivent : «la multiplicité, l enchevêtrement et l indétermination [des] règles d action sont telles que leur maîtrise ne suffit pas à fournir aux opérateurs tous les éléments permettant de déterminer la conduite à tenir» 8. Les opérateurs cherchent alors à stabiliser des «concepts pragmatiques». Et ce sont ces concepts pragmatiques que la didactique professionnelle cherche à identifier pour concevoir des référentiels et organiser des situations de formation. P. Pastré définit ce principe de caractérisation depuis le cas d une centrale nucléaire : on peut montrer que la conduite de la centrale est «très différente» selon que l installation est «en équilibre (entre le circuit primaire qui produit la chaleur et le circuit secondaire qui transforme cette chaleur en électricité)» ou bien en «déséquilibre transitoire» ou encore en «déséquilibre structural» 9. Les indicateurs que les professionnels vont prendre dans les différentes situations sont très différents et ne donnent pas les mêmes valeurs aux «concepts pragmatiques» qui permettent de guider l action. Pour P. Mayen et ses collègues, l hypothèse est ainsi posée : «Chaque emploi serait ainsi constitué d un ensemble de classes de situations prototypiques ou caractéristiques» 10. Les travaux de didactique professionnelle conduits par P. Mayen accordent une place primordiale à la situation, lorsqu il s agit de concevoir des référentiels sur cette base : «Ce qui est premier ce sont les situations qu un professionnel sera susceptible de rencontrer» peut-on lire dans un texte qui présente une synthèse de trois expériences 11. Un patient et méthodique travail d analyse est réalisé avec les professionnels pour «mettre à jour les éléments invariants de la situation», les «buts» qu ils cherchent à atteindre, les «ressources» qu ils mobilisent, les «objets à transformer», les conditions de réalisation» ; on identifie aussi «les variations les plus essentielles» qui se présentent. Ceci permet de «caractériser» des «classes de situation» 12. En clinique de l activité, les «concepts quotidiens» ne sont pas directement l objet de l analyse et ils ne constituent pas la pierre angulaire des référentiels. Les concepts quotidiens du travail sont des réponses aux contradictions rencontrées, en particuliers aux contradictions inhérentes à la conception de la tâche, dont la citation de P. Pastré vient de rappeler l importance. Si les concepts quotidiens restent fonctionnels, efficaces, c est qu ils ne sont pas détachés de ces contradictions vécues et qu ils restent discutés dans le collectif de travail. Ce sont là deux propriétés des concepts quotidiens du travail qu on cherche à garder «vivantes» dans la conception de référentiels. Pour le faire, on accorde une grande importance aux «gestes techniques», constituée notamment depuis la notion de technique du corps chez M. Mauss, sur laquelle la partie suivante va revenir avant d étudier un exemple. Le concept quotidien dans un geste technique Une caractéristique des concepts quotidiens est leur développement dans des gestes techniques. On rejoint ici l idée importante de «technique du corps» telle que M. Mauss l a développée à partir de la notion d habitus au fil des années Mais on notera aussitôt l instance de M. Mauss lorsqu il définit une technique du corps. Il ne la voit pas 8 Samurçay R., Pastré P., La conceptualisation des situations de travail dans la formation des compétences, Education permanente, 125, 1995, p Pastré P., «Situations d apprentissage et conceptualisation», Recherches en éducation, 12, 2011, p Mayen, Métral, Tourmen, 2010, Op. cit., p Ibidem. 12 Ibidem.

3 comme une «routine», une répétition à l identique, une habitude. Non qu il ignore que la répétition routinière puisse devenir le destin d un habitus. Mais il est d abord intéressé par la grande variété de ces techniques du corps, par leurs variations historiques et locales. La variation et l'idée de mélange des techniques est importante dans l œuvre de M. Mauss, pour considérer la vie sociale, comme dans ce texte de 1927 : "Et c'est dans cet immense bariolage de leurs variations successives et simultanées, c'est dans le kaléïdoscope de leurs dispositions toujours changeantes que réside le secret de ce mélange qui est particulier à une société, à tel moment, qui lui donne un aspect et à chacune de ses époques, pour ainsi dire, un style, un aspect spécial" 13. La variation et le particulier n'inquiètent pas le sociologue, qui en fait même un point de départ des recherches sociologiques, dans ce même texte : "C'est le système de ces rapports et de ces mélanges qu'il faut chercher, et que cherche l'histoire de chaque société" 14. Derrière tout fait social, soutient d ailleurs déjà M. Mauss dans une allocution tenue à l intention de psychologues en 1924, "il y a de l'histoire, de la tradition, du langage et des habitudes" et il ajoute, dans le même paragraphe, qu'un fait social ne doit pas seulement être regardé comme "tout chargé du passé", il ne doit jamais être "détaché complètement, même par la plus haute abstraction, ni de sa couleur locale, ni de sa gangue historique" 15. Arrivé à ce point de sa réflexion, M. Mauss souligne «ce foisonnement gigantesque de la vie sociale elle-même, de ce monde de rapports symboliques que nous avons avec nos voisins» 16 à travers ces techniques du corps. Ce point de vue le conduit d ailleurs à noter son désaccord avec J. Piaget, qui publie alors ses premiers textes sur le langage et la pensée chez l enfant, dans un débat de 1933 : "Nous attribuons à la notion de symbole une importance que M. Piaget ne lui attribue ni en psychologie collective ni en psychologie de l'enfant" 17. Ce désaccord tient sans doute à la place majeure que prennent les puissants processus affectifs liés à l'autorité, dans la transmission des gestes techniques chez M. Mauss, qui écrit que «l'enfant, l'adulte, imite des actes qui ont réussi et qu'il a vu réussir par des personnes en qui il a confiance et qui ont autorité sur lui. L'acte s'impose du dehors, d'en haut, fut-il un acte exclusivement biologique, concernant son corps. L individu emprunte la série de mouvements dont il est composé à l acte exécuté devant lui ou avec lui par les autres» 18. Pour L. Vygotski, l emprunt à d autres et aussi un point de départ de l analyse psychologique. Les concepts quotidiens ont leur origine dans l entourage qui participe à permettre, interdire, organiser les gestes de l enfant et son accès au langage, en même temps qu il constitue un milieu de significations explicites ou implicites. La qualité opératoire d un geste n est jamais dissociée de son histoire sociale. «Chaque fonction psychique supérieure apparaît deux fois au cours du développement de l enfant : d abord comme activité collective, sociale et donc comme fonction interpsychique, puis la deuxième fois comme activité individuelle, comme propriété intérieure de la pensée de l enfant, comme fonction intrapsychique 19. La signification et l habileté ne sont pas deux objets d études séparés. Le geste technique signifie en même temps qu il réalise. Il est toujours adressé à d autres, même s il porte sur un objet matériel. C est pourquoi cette approche ne sépare pas les affects et la 13 Mauss M., «Divisions et proportions de la sociologie», Œuvres III, p , Minuit, Paris, 1927/ 1968, p Ibid., p Mauss M., «Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie», Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1924/1995, p Mauss M., «Débats sur les rapports entre la sociologie et la psychologie», Œuvres III, Minuit, Paris, 1933/1968, p Ibidem. 18 Mauss, 1927/1968, op. cit., p Vygotski L., «Enseignement et développement mental», dans B. Schneuwly et J.-P. Bronckart (s/d), Vygotski aujourd hui, Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1985, p. 111.

4 cognition. «Celui qui a dès le départ séparé pensée et affect s est ôté à jamais la possibilité d expliquer les causes de la pensée elle-même» écrit L. Vygotski 20. Lorsqu on se situe dans un milieu de travail, les conséquences de cette idée sont importantes. Prenons un exemple qui nous permettra de relier cette question théorique avec un problème de méthode, dans la conception des référentiels. Du geste technique aux dilemmes Les analyses qui suivent sont reprises d une intervention et d une thèse réalisée par P. Simonet 21. L intervention elle-même n était pas tournée vers la conception d un référentiel. C est au cours des analyses que l idée de modifier la conception de la formation de ces professionnels est apparue. Il est bien possible que les sentiments éprouvés dans les dialogues entre fossoyeurs et concepteurs à propos des dilemmes d activité des fossoyeurs aient une grande importance dans ce retournement. C est cette piste d interprétation sur laquelle on travaille actuellement et qui est soumise à la discussion. Il n est pas question dans ce cas directement d un référentiel de certification, mais d un référentiel de formation en entreprise. Pourtant l analyse qu on propose ici porte sur des dimensions de méthode qui semblent pertinentes pour penser les rapports entre référentiels de certification et analyse d activité. Au départ, le personnel d encadrement et le service médical d une grande collectivité locale sont préoccupés par l importance des troubles musculo-squelettiques (TMS) qui affectent la santé des fossoyeurs municipaux. Les TMS liés au travail sont le plus souvent définies comme des maladies de l hypersollicitation des muscles activés dans l effectuation de son geste par le professionnel 22. A partir de cette définition, la plupart des référentiels des formations organisées par les organismes de prévention sont constitués de «bons gestes» et de «bonnes postures» visant à réduire les contraintes mécaniques qui pèsent sur un ou plusieurs points sensibles au niveau des muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs. Dans l étude réalisée par Simonet, le geste professionnel n est pas considéré depuis cette seule dimension biomécanique, il est rapporté d une part aux «automatismes» que les professionnels se constituent, qui sont de «véritables actions préformées, que l anticipation déclenchera au moment opportun» 23. Et le geste professionnel participe, d autre part, au mouvement qui engage l'attitude d'ensemble du professionnel. Un geste professionnel est toujours adressé à d'autres qu'à soi-même. Du point de vue de son analyse psychologique, on peut dire que le mouvement correspond donc à la partie la plus sociale du geste professionnel dans la mesure où il est partagé avec d'autres et réalisé en direction d'autrui 24. Le mouvement s inscrit ainsi dans ses manières d agir, de parler, de penser telles qu elles sont tenues pour adaptées ou déplacées dans ce milieu professionnel. Le mouvement est alors «le lieu d une correspondance plus ou moins réussie entre la singularité de l activité du sujet qui est adressée à ses destinataires et les ressources et contraintes sociales avec lesquelles, contre lesquelles, il tente de se déployer» 25. Dans ces ressources et contraintes, on 20 Vygotski L., 1934/1997, op. cit., p Simonet P., L hypo-socialisation du mouvement : prévention durable des troubles musculo-squelettiques chez des fossoyeurs municipaux, Thèse pour le doctorat de psychologie, Paris, CNAM, Aptel L., Claudon M., «Physiologie musculaire et travail», dans C. Hérisson et B. Fouquet (s/d), Muscles et pathologies professionnelles, Masson, Paris, 2004, p Fernandez G., Développement d un geste technique. Histoire du freinage en Gare du Nord, Thèse pour le Doctorat en psychologie, CNAM, Paris, 2004, p Clot Y., Fernandez G., «Analyse psychologique du mouvement : apport à la compréhension des TMS». Activités, 2 (2), 2008, p. 68. Enligne : 25 Simonet, op. cit., p. 74.

5 distinguera celles qui relèvent de la tâche prescrite, dans ses différentes dimensions, et celles qui ont leur histoire dans le genre professionnel. Une trentaine de fossoyeurs ont été associés à l étude et douze se sont directement impliqués dans une série d analyses réalisées sur trois années, dont une partie en coopération étroite avec des ergonomes. Avec le travail clinique qui s engage dans les observations, des images vidéo ont été associées pour certains à des mesures biomécaniques de l activité musculaire engagée, dans plusieurs gestes techniques lors de la préparation de la fosse ou en inhumation, ou pendant le démantèlement d un sépulture ancienne, ce qui a permis de constituer des graphiques montrant les sollicitations plus ou moins fortes des fixations musculaires. Autant de formalisations que les fossoyeurs ont interprétées et discutées entre eux, notamment dans le cadre d autoconfrontations croisées et d entretiens en instruction au sosie. Il s agit par exemple de la manière de porter le cercueil sur l épaule, en coordination, pendant le transport dans les espaces parfois très étroits entre les tombes ; de faire descendre le cercueil dans la tombe au moment où la famille entoure de près cet instant particulièrement intense de l inhumation. De nombreuses expressions portent sur le soin apporté à la réalisation de ces gestes. Prenons seulement deux expressions. Lorsque le cercueil descend, la corde, «il ne faut pas la faire crier». Et lorsqu on pose la corde sur le cercueil, on la pose «délicatement» 26. Ce travail d interprétation n est pas une «mise à plat» des compétences, mais tout au contraire une remise en volume de l expérience, à travers les multiples reprises gestuelles et verbales, d une réorganisation intellectuelle de la signification du geste et des contraintes rencontrées dans des évaluations controversées dans lesquelles le dialogue participe à rouvrir les liens entre le collectif et les styles d activité 27. Les fossoyeurs redécouvrent ainsi pour eux-mêmes que «l acte technique est traversé par la tension du rituel funéraire», le métier est «structuré par ce mouvement adressé au convoi de la famille et des amis endeuillés» 28. Lors de l inhumation «le fossoyeur va chercher à prendre soin de la douleur au travers d un geste calibré, du regard retenu, de la parole économe dans ce convoi où règne le silence ponctué de pleurs, de sanglots, de prières ( )». Avant l inhumation et en dehors de la présence de la famille, le travail du fossoyeur peut déjà prendre soin «de préparer une fosse digne d accueillir la famille» (ibidem). C est ce travail de formalisation qui montre que le geste technique est engagé dans «un mouvement symbolique qu il permet d accomplir» adressé aux endeuillés du convoi (idem, p. 173), en même temps qu il doit trouver une certaine économie corporelle. Mais les critères d économie physique et les critères de respect du rituel ne s accordent pas spontanément, l activité est inévitablement confrontée à ce conflit de critères. On peut alors considérer que le geste technique se forme dans ces «rapports ambivalents» entre l économie du corps individuel et la participation au rituel social. On saisit mieux alors que la portée corporelle des mouvements professionnels et leur portée symbolique sont indissociables. Les analyses des fossoyeurs montrent que leur activité individuelle se trouve confrontée à des contradictions relevant de cette double direction des mouvements. Il est possible qu on approche ici d un dilemme caractéristique de l exercice du métier de fossoyeur. Du dilemme à la conception de formation Les fossoyeurs redécouvrent comment ce dilemme traverse les gestes quotidiens. Mais les membres du comité de pilotage de l étude, responsables hiérarchiques et personnels des 26 Ibid., p Clot, 2008, op. cit. 28 Simonet, op. cit., p

6 services de santé et de prévention ont commencé eux aussi à le prendre en compte, au cours des six réunions qui se sont tenues durant les trois années de l intervention. Les conceptions du rituel funéraire des dirigeants, des concepteurs de situations de travail et de formation sont mises en relation dans le cadre de l intervention avec les dilemmes d activité des fossoyeurs et la fonction des dialogues entre eux pour développer leurs ressources en réponse à ces dilemmes. Un chef de service, par exemple, établit bien la correspondance entre ces analyses et l importance qu il accorde lui-même à l expression «pompe funèbre», dans laquelle la dignité des professionnels des services funéraires doit accompagner les bouleversements affectifs provoqués par la mort d un proche. Mais le voici en contradiction avec le fait que la collectivité locale envisage la mise en place d enterrement Low cost Les fossoyeurs et les responsables institutionnels s engagent dans l idée que la formation pourrait développer les ressources de chacun pour répondre aux conflits vécus, parfois même à son insu, dans l exercice du métier. Le comité de pilotage en vient à soutenir l idée d une expérience de formations à partir de ces analyses de gestes de métier, une formation qui s appuiera sur la formalisation d un certain nombre de controverses portant sur des gestes techniques traversés par des dilemmes. Cette initiative a donné lieu à une série de journées de formation, ce qui n est pas allé sans contradictions avec les conceptions de formation existantes, qui reposent sur des présentations de diapositives et des montages vidéos qui présentent certains dilemmes concrets rencontrés dans la réalisation de gestes de métier. Des fossoyeurs qui ont participé aux analyses animent la formation avec une psychologue qui travaille dans une perspective de clinique de l activité. Un tel référentiel, écrit Simonet, «est alors envisagé comme un support qui révèle ces impensés du métier», dans l objectif d organiser la reprise de ces problèmes non résolus auxquels chacun, novice ou non, est confronté dans l activité concrète de travail» 29. L action visant au départ à réduire la sollicitation spécifique de certaines zones corporelles par l apprentissage de «bons» gestes pour l organisme s est transformée. Revenons alors sur la notion de situation. On notera que dans les textes d ergonomie qui ont largement contribué à attirer l attention sur l activité au travail, la notion de situation est très présente, mais elle apparaît moins comme un concept que comme le moyen de penser l objectif même de l analyse du travail : la situation de travail n est pas seulement «donnée», elle doit aussi, bien souvent, être transformée. «Comprendre le travail pour le transformer» (Guérin, Laville, Daniellou, Duraffourg, Kerguelen, 2007) est le titre de l ouvrage de référence en ergonomie francophone, paru en 1991 et plusieurs fois réédité depuis. Dès les premières lignes de la présentation, les auteurs parlent justement des situations de travail : «Transformer le travail», telle est la finalité première de l intervention ergonomique, indiquent les auteurs qui ajoutent alors qu «il existe de nombreuses situations d aménagement, de transformation ou de conception de systèmes de production où la prédominance des aspects financiers, techniques ou organisationnels ne favorise pas la réflexion sur la place incontournable de l homme dans le système de production» (ibidem). Dans l exemple rapporté ci-dessus, on a montré que l intervention transforme profondément la situation quotidienne de travail, avec la présence des chercheurs, la série des enregistrements, des séquences d analyse des gestes professionnels individuelles et collective, et aussi la série de réunions avec les institutionnels. C est la conception du rituel funéraire des institutionnels qui est mise en relation dans ces cadres d analyse avec les dilemmes d activité des fossoyeurs et la fonction des dialogues pour développer les ressources pour répondre à ces dilemmes et qui favorise une reconsidération des buts et méthodes de formation, en lien avec l idée qu on se fait du travail des fossoyeurs. 29 Simonet, op. cit., p. 176.

7 * * * Bien des questions théoriques et de méthode se révèlent à partir de cette intervention, comme dans les expérimentations réalisées avec des cadres syndicalistes 30 ou avec des moniteurs d auto-école 31, ou encore avec des employés de bureau 32. Mais on veut souligner un point en conclusion, qui se rapporte au problème plus général de la conception de référentiels de certification dans les cadres contemporains. Dans notre période, la conception des référentiels de certification repose, en principe, sur un dialogue entre employeurs, représentants de salariés et organismes certificateurs. Depuis l instauration de la validation des acquis en 2002 et à travers la réforme des systèmes de certification qui à suivi la création Répertoire national de certifications professionnelles 33, se déploie ce que F. Maillard considère comme une «injonction à la professionnalisation» 34 des certifications, une injonction qui rencontre quelques paradoxes. C est ainsi que le président de la Commission nationale de la certification professionnelle déclare à la presse, à l occasion des dix ans de la loi de 2002, que, désormais, «le centre de gravité du diplôme» s est déplacé «du savoir aux compétences en lien avec l activité professionnelle» 35. Mais on sait que ce «déplacement» est loin d être simple à réaliser. Une certification, pour être inscrite au RNCP, doit être élaborée, selon la loi, «après avis d instances consultatives auxquelles les organisations représentatives d employeurs et de salariés sont parties» 36. L avis de ces instances porte notamment sur la conception d un «référentiel d emploi» 37, sur la base duquel les travailleurs pourront solliciter une validation des acquis de leur expérience. La conception d un tel référentiel est donc, en principe, le fruit d un «dialogue» entre des représentants qui doivent se mettre d accord, en principe, au milieu d enjeux multiples et parfois contradictoires. Non seulement les emplois peuvent se trouver dans des contextes d entreprises fort différentes, mais on doit constituer un document de référence sur le plan national au confluent avec des politiques qui veulent élever le niveau de certification en réponse au taux de chômage massif des personnes sorties de formation sans diplôme, avec des contraintes réelles de gestion d importants flux de formation, avec les logiques de concurrences entre organismes de formation L analyse du travail, lorsqu on la sollicite, doit alors apporter des éléments pour «nourrir» ce «dialogue social», avec d autres analyses économiques, sociologiques, démographiques. 30 Tomàs J.-L., Prot B., «Développement de l expérience et développement des concepts : de l activité syndicale à la production d un référentiel d activité», Travail et apprentissages, 6, 2011, p Prot B., «Apprentissage de la conduite et sécurité routière : Un dilemme de référence pour la conception d un référentiel de diplôme d enseignant», Activités, 8(2), 2011, p , En ligne : 32 Prot B., Mezza J., Ouvrier-Bonnaz R., Reille-Baudrin E., Vérillon P., «Les dilemmes d activité», Recherche et formation, 63, 2010, p En ligne : http ://rechercheformation.revue.org/ La CNCP doit veiller «au renouvellement et à l adaptation des diplômes et des titres à l évolution des qualifications et de l organisation du travail». Adossée sur ce principe d adaptation la commission établit et tient à jour le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), un document qui doit être accessible au public désireux de s informer sur les diplômes, les titres professionnels et les certificats de qualification professionnelle qui y seront inscrits. 34 Maillard F., Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l'injonction à la professionnalisation des diplômes, PUR, Rennes, Georges Asseraf interviewé par Saïma Kadri. Document en ligne sur le site de la CNCP : 36 Art du code de l éducation. 37 Le référentiel requis pour obtenir l inscription d une certification au Répertoire est défini par la CNCP comme «un document descriptif utilisé comme référence, dont le contenu (concepts utilisés, signification des termes, composantes, articulations entre les différents éléments...) est différent selon les cas. Le choix d un référentiel implique donc que ses utilisateurs en partagent le même sens» (site de la CNCP, Glossaire).

8 Dans ces conditions, on cherche à relier le dialogue des concepteurs de référentiels avec les dialogues quotidiens qui animent les collectifs de travail lorsqu ils sont confrontés aux dilemmes caractéristiques de l exercice de leur métier. Les concepts quotidiens ne sont pas considérés en eux-mêmes, pour être transposés dans des référentiels, mais «dans les processus vivants de la pensée» comme l écrivait Vygotski 38. L analyse contribue alors à s affranchir, sinon se libérer des «dominations de la situation concrète» 39, dans un dialogue entre concepteurs et professionnels qui constitue une «zone de développement potentielle» pour les uns et pour les autres, dans un «dialogue social» animé des raisons et des passions qui participent à faire du travail de qualité. 38 Vygotski, 1994/1997, op. cit., p Clot Y., «L affectivité en activité», dans Barbier J-M., Durand M. (s/d) (Sous presse), Encyclopédie de l analyse des activités, PUF, Paris, 2015.

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Problèmes et problématisation dans l enseignement et la formation

Problèmes et problématisation dans l enseignement et la formation 1 Symposium Problèmes et problématisation dans l enseignement et la formation Congrès international AREF 2007 (Actualité de la Recherche en Education et en Formation) Christian Orange* * IUFM des Pays

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX Table des matières Remerciements....VII Avant-propos....XV Préface....XVII Liste des auteurs... XIX Introduction générale... 1 Catherine Teiger et Marianne Lacomblez Partie I Analyses du travail, formations

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master domaine Sciences humaines et sociales, mention Sciences Du Langage, spécialité Didactique des langues et des cultures

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante

Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante Se former à l'analyse de l'activité pédagogique et soignante L approche par les compétences Marc NAGELS 17 Mars Conseil La pensée réflexive par l analyse de l activité en école paramédicale L'approche

Plus en détail

Accompagnement BPREA Mars 2008 Thierry Langouët : Eduter, site de Marmilhat de l ENESAD

Accompagnement BPREA Mars 2008 Thierry Langouët : Eduter, site de Marmilhat de l ENESAD Quelles ont été les influences de la «dynamique compétences» et de l analyse du travail (la didactique professionnelle en est un «versant») sur la rénovation des diplômes en UC? Accompagnement BPREA Mars

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels

Prévention des Risques Professionnels Prévention des Risques Professionnels Risques PsychoSociaux (RPS) - Troubles Musculo Squelettiques (TMS) Amélie DARCY Pôle Psychologie du Travail Sylviane POTIER Manager de la Prévention des risques professionnels

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Depuis le Loi du 17 janvier 2002, le Répertoire national

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche

Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche Le 2 juin dernier les partenaires sociaux de l Interbranches des Etablissements d enseignement privés (EEP) ont signé l accord

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Avenant créant le Certificat de Qualification Professionnelle «Coordinateur de vie scolaire»

Avenant créant le Certificat de Qualification Professionnelle «Coordinateur de vie scolaire» ACCORD NATIONAL INTERBRANCHES SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT 277 rue Saint-Jacques - 75240 PARIS Cedex 05 Tél : 01.53.73.74.40

Plus en détail

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Michel Vial UMR ADEF En introduction, je vais situer de quelle évaluation on parle ici et rappeler à grands traits ce qui la caractérise.

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves Centre Alain Savary INRP / vendredi 8 avril 2011 Séminaire «questions vives du partenariat et réussite éducative» La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Programme de formation 2013-2014 FDFP DEVELOPPEMENT PERSONNEL MANAGEMENT PRISE DE PAROLE EN PUBLIC RELATIONS MEDIAS ATELIERS CONFERENCES

Programme de formation 2013-2014 FDFP DEVELOPPEMENT PERSONNEL MANAGEMENT PRISE DE PAROLE EN PUBLIC RELATIONS MEDIAS ATELIERS CONFERENCES ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Programme de formation 2013-2014 DEVELOPPEMENT PERSONNEL MANAGEMENT PRISE DE PAROLE

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION Durée : 70H00 Public : - Consultant ou conseiller en orientation professionnelle et/ou en insertion professionnelle en activité

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Formation à la prévention des risques électriques

Formation à la prévention des risques électriques Formation à la prévention des risques électriques PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL DES TÂCHES PROFESSIONNELLES LIÉES À L HABILITATION ÉLECTRIQUE POUR LA FORMATION DES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea RPS QVT risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL l expertise obea RPS QVT l expertise obea Spécialiste des projets de transformations RH et Managériaux, Obea travaille à vos côtés autour des différentes

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Projet projets PROJET D ECOLE projets d écoles

Projet projets PROJET D ECOLE projets d écoles Projet projets PROJET D ECOLE projets d écoles Le mot projet est souvent employé dans le vocabulaire usuel ou dans celui de l éducation avec des sens différents. 1) le mot projet dans le champ usuel Littré

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION

PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION Les réformes en cours de la médecine du travail en France ont abouti, en ce début d année 2013, à la négociation

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail