L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I. Consommer autrement. L Atelier / Séb! Godefroy - Association Dédale et le fil d Ariane

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I. Consommer autrement. L Atelier / Séb! Godefroy - Association Dédale et le fil d Ariane"

Transcription

1 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer L Atelier / Séb! Godefroy - Association Dédale et le fil d Ariane Agriculture biologique, commerce équitable, finances solidaires, centres mutualistes, toutes les alternatives de consommation proposées par l économie sociale et solidaire au service d un développement durable Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

2 Consommer Notre consommation, un projet de société onsommer, c est faire le choix de biens ou de services pas C seulement en fonction de leur prix, de leur qualité technique ou de leur marque, mais aussi pour la qualité sociale et environnementale de leur mode de production. Il s agit de se transformer en «consom acteur» qui s interroge sur le modèle économique que ses choix de consommation favorisent. Mais encore faut-il trouver des produits plus «éthiques» et savoir comment les identifier. Aujourd hui, des filières comme l agriculture biologique, le commerce équitable ou les finances solidaires disposent de labels garantissant une plus-value sociale ou environnementale. Mais cela ne concerne qu un nombre limité de produits. Aucun label ne permet de dire que tel contrat d assurance ou de service à la personne est plus éthique. C est pourquoi le statut ou la finalité de l entreprise qui le produit est un élément important à prendre en compte au moment de faire des choix de consommation. Les entreprises de l économie sociale et solidaire offrent de nombreux biens et services aux consommateurs, dans les domaines de l alimentation, du logement, de la santé, des transports, des services à la personne Ce chapitre les présente en mettant en avant leur spécificité sociale ou environnementale. La plupart s adressent à tous les consommateurs ; certains sont fournis spécifiquement pour des personnes à faibles ressources, ce qui est, en soi, un engagement éthique. Client, sociétaire ou usager? Dans l économie dite traditionnelle ou classique, un client n a pas d autres relations à l entreprise que le fait d acheter le bien qu elle lui propose. Il en va tout dans l économie sociale et solidaire, où les clients sont souvent conduits à acquérir une part de propriété de l entreprise dont ils utilisent les services. Tout client d une mutuelle d assurances est à la fois assuré (il cotise pour une couverture de risque) et assureur (il contrôle la structure qui couvre les risques, car son contrat lui donne automatiquement le droit de vote à l assemblée générale de la mutuelle). Cette organisation traduit la volonté de démocratiser les choix économiques et de ne pas laisser les décisions aux mains de quelques-uns, détenteurs des capitaux. L usager est une autre façon de considérer le public. Ainsi, le monde associatif dont l activité est la plus proche des services publics préfère parler d «usager» plutôt que de client. En effet, ses services sont parfois gratuits pour la personne qui en bénéficie et leur coût est pris en charge par la collectivité. Il est ainsi difficile pour un centre d hébergement d urgence de considérer que la personne en grande difficulté qu il héberge est un client. Un débat anime néanmoins le secteur de l économie sociale et solidaire entre ceux qui souhaitent mettre l accent sur l originalité de cette relation, qui dépasse largement celle de clients à fournisseurs de services, et ceux qui souhaitent valoriser davantage la nature économique et commerciale de leur offre. Alternatives Economiques Pratique - juin

3 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer Une alimentation de qualité et de proximité P ollution des eaux par les nitrates, assèchement des nappes phréatiques lié à l irrigation massive en été, le modèle intensif de production agricole dégrade sérieusement l environnement. Dès les années 60, des agriculteurs ont préféré produire avec des rendements moins élevés, mais sans pesticides ni engrais chimiques, en respectant le rythme de vie des animaux, etc. Ils suivent les règles de l agriculture paysanne et, notamment, celles de l agriculture biologique. Celle-ci représente 2 % des surfaces agricoles cultivées en France et 0,8 % de celles cultivées en Ile-de-France. La région compte 80 exploitations bio certifiées, soit 1,2 % de l ensemble des exploitations franciliennes. Depuis 1996, la surface agricole cultivée en biologique en Ile-de-France a été multipliée par 12,5. Près de la moitié des Français consomment au moins occasionnellement des produits biologiques, et l Ile-de-France constitue le plus grand bassin de consommation de ces produits, avec 30 % des volumes. Comment reconnaître un produit bio? Le label le plus répandu est le label AB. Il est la propriété du ministère de l Agriculture et de la Pêche depuis Un produit porteur du sigle AB garantit l origine biologique d au moins 95 % des ingrédients qui le composent. Dans la production agricole, les pesticides de synthèse, qui sont à la fois polluants et peu sélectifs dans leurs attaques, sont remplacés par des procédés plus respectueux de l environnement : par exemple, la réintroduction d un insecte prédateur naturel de parasites précis. Pour l élevage, le cahier des charges réglemente notamment le traitement vétérinaire afin d éviter que le bétail ne soit «dopé» aux antibiotiques. Deux autres labels permettent de reconnaître des produits biologiques : Nature & Progrès et Demeter. Ces deux labels historiques, aux cahiers des charges plus contraignants que celui d AB, sont surtout présents dans les circuits de vente spécialisés comme Biocoop. Cet équilibre va sans doute être profondément modifié, car le Conseil des ministres européens a adopté en juin 2007 un règlement sur la production biologique : à compter de 2009, tous les produits bio seront certifiés par un seul et même label, afin d harmoniser les critères dans tous les Etats membres. Ce règlement sera moins contraignant que les critères français actuels. Par exemple, il autorisera la présence de 0,9 % d organismes génétiquement modifiés (OGM) dans les produits bio au titre de la «contamination accidentelle». De plus, les Etats membres qui en feront la demande pourront assouplir certaines règles. Afin de 14 - Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

4 Consommer zoom Aux Lilas, La Courgette est solidaire L Atelier / Séb! Godefroy Grâce à La Courgette solidaire, nous avons découvert le panais, le pâtisson et le topinambour, que nous n aurions jamais achetés en grande surface!» Emmanuelle Servière et son mari font partie de l association pour le maintien d une agriculture paysanne (Amap) La Courgette solidaire, créée en 2005 sur la commune des Lilas (93). L Amap compte aujourd hui 90 adhérents de cette ville et des environs, qui viennent chercher leur panier de fruits et légumes bio tous les mercredis soir dans un petit local prêté par la mairie. Pour 12 euros, ils reçoivent 5 à 7 kg de fruits et légumes. Basé à Dourdan, dans l Essonne, le maraîcher Daniel Evain fournit quatre Amap en Ile-de-France, ce qui lui assure des perspectives stables et lui a permis d embaucher deux personnes en CDI. «150 personnes sont sur liste d attente pour faire partie de l Amap! Nous avons créé, toujours sur Les Lilas, La Tomate solidaire, qui commencera cette année. Nous manquons de maraîchers en Ile-de- France pour répondre à la demande croissante», explique Pascale Solignac, une des fondatrices de l Amap. Elle souligne aussi les avantages du système : «Les adhérents participent à une économie parallèle à la grande distribution qui crée de l emploi, développe les terres bio en Ile-de-France, privilégie la proximité et leur procure des produits de qualité.» En projet pour 2008 : garnir les paniers de pain, d œufs et de volaille. La Courgette solidaire est l Amap pilote d Ile-de-France sur les questions de solidarité. Deux systèmes sont mis en œuvre pour élargir l accès aux paniers bio : l abonnement solidaire, dont la moitié du prix est payé par une subvention de la ville, et le panier solidaire intermittent, dont 4 euros sont pris en charge par l association. Les 8 euros restants sont payables avec le chèque service aide alimentaire d urgence. Grâce à La Courgette solidaire, le réseau Amap d Ile-de-France est accrédité pour recevoir ces chèques, ce qui fait du panier solidaire un système applicable par toutes les Amap de la région. Seul bémol : «Aucun abonnement solidaire n a pu être mis en place en 2007, et les trois paniers solidaires prévus chaque semaine restaient parfois sans acheteur, faute de communication, déplore Pascale Solignac. Cette année, ces systèmes seront développés en étroite relation avec les services sociaux de la ville pour de meilleurs résultats!» Laure Verhaeghe Contact : La Courgette solidaire, 80bis rue de Romainville, Les Lilas, tél. : , site : www. lacourgettesolidaire.asso.fr, courriel : pierre. Alternatives Economiques Pratique - juin

5 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer [1] Pour en savoir plus sur cette réglementation : rubrique «La réglementation». maintenir les normes françaises, la Fédération nationale d agriculture biologique (Fnab) envisage de créer un label privé plus exigeant que le futur règlement européen [1]. U Pour en savoir plus : Sur le label AB et le bio en France : Nature & Progrès : Demeter : Où trouver des produits agricoles de qualité près de chez vous? Un légume sur trois consommé en France est produit à l étranger. Dans un contexte de crise énergétique et de réchauffement climatique, comment réduire les transports liés à l alimentation? Les circuits courts de distribution de produits alimentaires se caractérisent par la proximité géographique et humaine entre le producteur et le consommateur : entre les deux, un nombre limité de kilomètres et d intermédiaires. Les attentes croisées de producteurs à la recherche de plus d autonomie et de valeur ajoutée et de consommateurs soucieux de la qualité et de la sécurité alimentaire s y rencontrent sur fond de lien social retrouvé. Trois sortes de circuits courts existent : la vente directe au consommateur (vente à la ferme, sur les marchés, associations pour le maintien d une agriculture paysanne Amap et cueillettes), la vente directe à la distribution (un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur), la vente sur les marchés de gros (comme Rungis en Ile-de-France). U Contact : le Groupement d agriculture biologique et biodynamique (GAB) est la référence sur le bio en Ile-de-France. Membre de la Fédération nationale d agriculture biologique (Fnab), il regroupe les 80 producteurs franciliens agréés en agriculture biologique ou en conversion et œuvre pour le développement de l agriculture biologique. GAB Région Ile-de-France : 10 rue des Frères-Lumière, Meaux, tél. : , site : Les boutiques. Les produits bio sont présents dans tous les supermarchés. Mais des réseaux spécialisés offrent une gamme beaucoup plus importante et sont engagés dans une démarche globale. C est le cas notamment du principal réseau de distribution spécialisé, Biocoop, constitué en coopérative. Biocoop compte 232 magasins en Ile-de-France. Vous pouvez en trouver à Avon (77), à Saint-Germain-en-Laye (78), à Montgeron (91), etc. Il y en a par ailleurs cinq à Paris. Ces magasins proposent références, parmi lesquelles des produits alimentaires équitables. Dans un souci de relocalisation de l économie et de respect de l environnement, Biocoop privilégie des produits locaux et de saison. Citon aussi la coopérative Les nouveaux Robinson qui a ouvert des magasins à Montreuil (93), Neuilly-sur-Seine (92) et Boulogne (92). La liste des magasins Biocoop est disponible sur rubrique «Magasins Biocoop». Les nouveaux Robinson : site : Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

6 Consommer Les marchés. Avec souvent moins de choix que dans les magasins spécialisés, on peut également trouver des produits bio directement auprès des producteurs. Il existe un marché bio à Paris, le samedi matin, boulevard des Batignolles, dans le 17 e arrondissement. Le 6 e arrondissement (boulevard Raspail, le dimanche matin) ou encore le 15 e arrondissement (rond-point Saint-Charles, le vendredi matin) accueillent également des marchés bio. De nombreux agriculteurs biologiques participent aussi à des marchés traditionnels. Voir le Guide bio, distribué par le Groupement d agriculture biologique (GAB) d Ile-de-France, et sur le site de ce dernier, rubrique «Grand public», puis «Où et comment acheter bio?». GAB-Région Ile-de-France : 10 rue des Frères-Lumière, Meaux, tél. : , site : La liste des marchés bio de la région se trouve sur rubrique «Au quotidien», puis «Bio : foires et marchés», «Marchés bio» et «Ile-de-France». Les maraîchers d insertion. Il est également possible de s approvisionner auprès de maraîchers d insertion qui produisent des légumes bio. 10 % des 230 maraîchers franciliens sont bio. Le réseau le plus développé est celui des Jardins de Cocagne, jardins maraîchers biologiques à vocation d insertion sociale et professionnelle. Il compte 90 jardins en France, dont trois se trouvent en Ile-de-France. Les adhérents consommateurs ont un panier par semaine de fruits et légumes de saison labellisés AB, qu ils vont chercher dans les jardins ou dans des points relais. Le prix du panier (pour quatre personnes) est d environ 12 euros. zoom Le pain «Bio d Ile-de-France» Un pain bio entièrement fabriqué en Ile-de-France? Le Groupement d agriculture biologique (GAB) d Ile-de- France a monté une filière régionale pour y parvenir. Depuis 2004, 30 agriculteurs, 2 meuniers et 12 boulangers, tous bio, sont associés pour produire ce pain semi-complet moulu à la meule de pierre et élaboré selon une méthode de panification traditionnelle. «Cette méthode assure au pain de grandes qualités nutritionnelles et gustatives, explique Bastien Fitoussi, responsable de la filière au GAB. La farine de meule procure plus de vitamines et de minéraux que la farine blanche.» En 2007, 61 tonnes ont été produites et distribuées dans des boulangeries et des magasins bio, des cantines scolaires et des restaurants d entreprises en Ile-de-France. 2 millions de repas ont été servis avec ce pain en 2007, dont la moitié en restauration scolaire. Il contribue à l activité économique de la région et limite les pollutions liées aux transports, sans compter ses apports nutritionnels. Pour le reconnaître, rien de plus simple! Il se présente sous la forme d une boule de 400 g dans une barquette en bois octogonale, symbole des huit départements de la région, marquée du logo «Bio d Ile-de-France» qui garantit son origine 100 % biologique et régionale. Son prix varie entre 5,50 et 6 euros le kilo en boulangerie. L. V. Contact : GAB-Région Ile-de-France, tél. : , courriel : bioiledefrance.fr La liste des points de vente est disponible sur rubrique «Pain Bio d Ile-de-France». Alternatives Economiques Pratique - juin

7 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer Jardins de Cocagne, antenne de Paris : 21 rue du Val-de-Grâce, Paris, tél. : Le jardin maraîcher : 72 rue Désiré-Clément, BP 308, Conflans-Sainte-Honorine, tél. : , courriel : Ce maraîcher exploite un deuxième site à Cergy-Pontoise. Les potagers de Marcoussis : chemin de la Ronce, Marcoussis, tél. : , courriel : Il possède un point de dépôt à Paris, dans le 11 e arrondissement. Plaine de vie, chantier d insertion de maraîchage dans le Val-d Oise : 42 rue du Chemin- Vert, Ezanville, tél. : , courriel : Pour en savoir plus sur les Jardins de Cocagne : et sur les jardins d insertion franciliens en général : Les Amap, ou «associations pour le maintien d une agriculture paysanne», réunissent chacune un groupe de 20 à 100 consommateurs qui contractualisent avec un agriculteur, souvent bio et situé en zone périurbaine, la vente directe d une production financée à l avance par leur souscription. Le prix et les modalités de distribution sont discutés entre les consommateurs et le producteur. Le plus souvent, la distribution a lieu chaque semaine et comporte de quoi constituer des paniers de légumes ou de fruits de saison. Créé en 2001 en Provence, le réseau est aujourd hui constitué de presque 300 Amap en France, dont une soixantaine en Ile-de-France. Elles sont une vingtaine à Paris, deux à Vanves (92), une à Montreuil (93), à Cesson (77), à Dourdan (91) U Contact : réseau des Amap en Ile-de-France, tél. : , site : Le réseau Alterconsos regroupe près de 500 familles franciliennes dans le cadre d un circuit court avec 22 producteurs normands. Réparties en 15 groupes, elles reçoivent une livraison mensuelle dont elles ont au préalable Les coopératives agricoles Nées à la fin du XIX e siècle, les coopératives agricoles constituent une forme d organisation très répandue dans le monde rural. En Ile-de-France, elles sont regroupées au sein de la Fédération régionale des coopératives agricoles (FRCA) d Ile-de-France, qui représente agriculteurs adhérents et 450 salariés permanents, pour un chiffre d affaires annuel de 460 millions d euros. Leur principe repose sur l association volontaire d agriculteurs qui se regroupent pour commercialiser ensemble leur production ou acquérir ensemble du matériel (dans les coopératives d utilisation de matériel agricole, ou Cuma). La coopérative appartient aux agriculteurs qui en sont à la fois les actionnaires et les fournisseurs. Elle n est donc pas délocalisable et garantit à ses membres un débouché à leur production. Ces coopératives ont été un des éléments de la modernisation de l agriculture française, mais aussi de la diffusion d un modèle de production intensif dont on reconnaît maintenant les limites en termes environnementaux. Pour survivre face à la concurrence des grands groupes de l agroalimentaire, elles sont entrées dans une phase de concentration ; une trentaine de coopératives géantes assurent aujourd hui 80 % du chiffre d affaires total des coopératives. Contact : FRCA Ile-de-France, 42 rue du Louvre, Paris, tél. : , courriel : 18 - Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

8 Consommer défini le contenu (viande, produits laitiers, légumes ). Tous les produits sont issus de l agriculture biologique. U Contact : pour faire partie d un groupe ou monter le vôtre, voir le site des Alterconsos du Val de Bièvre : courriel : Les Paniers du Val de Loire proposent une livraison hebdomadaire de fruits et légumes dans 40 points de dépôt en Ile-de-France. L association Comment allier cohésion sociale et consommation responsable Entretien avec Muriel Rochut, d Iris Ilede-France, initiative connue également sous le nom de «Territoires responsables» qui cherche à démocratiser l accès à l alimentation de qualité pour les plus modestes et fait le lien entre les structures de l économie sociale et solidaire qui travaillent sur l insertion et celles qui développent notamment les circuits courts. Quel est l objectif de l initiative Territoires responsables, dont le Conseil de l Europe est à l origine? La philosophie de cette initiative est de relier deux problématiques qui ne se croisent pas souvent : la cohésion sociale, et notamment la lutte contre la pauvreté, et la consommation responsable. Nous sommes convaincus que la consommation responsable peut être un outil de cohésion sociale, et pas simplement une mode pour des consommateurs aisés. C est pourquoi nous faisons travailler ensemble des réseaux européens spécialisés dans le commerce équitable, les finances solidaires, les circuits courts, ou encore les entreprises d insertion, afin de développer des expériences nouvelles de lutte contre l exclusion et la pauvreté. Par exemple, nous envisageons de créer dans le 14 e arrondissement, à l endroit où le périphérique sera couvert, un restaurant associatif à vocation d insertion qui servira majoritairement des produits bio, équitables ou cultivés localement, et ce à des prix abordables. Il s agira d un projet intercommunal porté par les acteurs de trois villes : Vanves, Paris et Malakoff. Ce sera à la fois un moyen de créer du lien entre des clients urbains et des producteurs ruraux, et de donner du travail à des personnes en difficulté. Quand cette initiative a-t-elle commencé en Ile-de-France? En 2006, quatre territoires ont été choisis en Europe : la province autonome de Trento en Italie, la région de Timisoara en Roumanie, la ville de Mulhouse et la région Ile-de-France. Dans cette dernière, en janvier 2007, a été créée, avec le soutien du conseil régional, l initiative Territoires responsables, une déclinaison régionale de l Inter-réseau européen des initiatives éthiques et solidaires (Iris). Depuis, nous avons recensé une trentaine d expériences innovantes qui relient consommation responsable et lutte contre la pauvreté, comme les boutiques Alter Mundi (voir page 23) ou encore l Amap (voir page 18) de Montreuil, Les Pirates de Moyembrie, dont les paniers de fruits et légumes sont cultivés par des salariés d un chantier d insertion qui travaille notamment avec des prisonniers en fin de peine. Notre objectif est maintenant de mieux faire connaître ces initiatives afin de les démultiplier. Par ailleurs, en avril 2008, nous avons commencé à expérimenter, toujours dans le 14 e arrondissement de Paris, la méthode des «indicateurs de bienêtre» mise au point par le Conseil de l Europe. Nous avons réuni des habitants par groupe de 10 pour leur permettre d exprimer leurs besoins et leur vision idéale de la ville, à la fois pour eux et pour la collectivité. Propos recueillis par P. C. Contact : Iris Ile-de-France, 9 place Marcel- Paul, Paris, tél. : , site : courriel : Alternatives Economiques Pratique - juin

9 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer regroupe des fermes familiales, cinq structures d insertion professionnelle, un établissement et service d aide par le travail (Esat, anciennement CAT) et un lycée horticole de la région Centre. L abonnement est annuel. U Contact : Val Bio Centre, Les Paniers du Val de Loire, 7 rue de la Vacquerie, Blois, tél. : , site : courriel : wanadoo.fr Une alimentation de qualité pour tous 3,6 millions de personnes en France ont 7 euros par jour pour se nourrir et se vêtir. Partant de ce constat, l Association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes) développe sur tout le territoire français des épiceries solidaires, où les produits sont vendus pour 20 % environ de leur prix classique, en s approvisionnant notamment sur des stocks d invendus. Ces épiceries permettent à des personnes exclues des circuits de vente traditionnels d accéder à des denrées de qualité et de pouvoir choisir leur nourriture. L accès à une épicerie solidaire se fait par l intermédiaire des services sociaux et des associations partenaires du réseau, en fonction du revenu et de la situation familiale. Les épiceries organisent des activités diverses, de l atelier de cuisine à l atelier parents-enfants, et chaque usager des épiceries solidaires doit définir, avec un membre de la structure, un projet destiné à améliorer sa vie quotidienne. Une épicerie accueille en moyenne 100 foyers par an. Elle est pour eux un lieu d accueil et d écoute, un outil de réinsertion sociale et professionnelle. L Ile-de-France compte 64 épiceries solidaires membres de l Andes, présentes sur tous les départements. Par exemple, l épicerie Coup de pouce, à La Ferté-sous-Jouarre, fait partie des cinq épiceries solidaires présentes en Seine-et-Marne. U Contact : pour trouver toutes les épiceries solidaires de la région : rubrique «Le réseau». Le commerce équitable L e commerce équitable est né à la fin des années 50. Initié au Nord par des organisations non gouvernementales, il garantit au consommateur que les producteurs sont rémunérés selon un prix juste et stable, fixé en fonction des coûts réels de production et non uniquement par les marchés mondiaux. Il assure un partenariat commercial dans la durée, évite la multiplication des intermédiaires, et permet aux producteurs, organisés collectivement, de bénéficier de prix rémunérateurs et de développer des projets économiques et sociaux au bénéfice de la communauté. Enfin, il garantit que l achat du produit profite à des producteurs marginalisés et qu il les aide à acquérir leur indépendance économique Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

10 Consommer La notoriété du commerce équitable croît d année en année : le nombre total de foyers qui consomment des produits de commerce équitable en France a augmenté de 1,6 million entre 2005 et 2007, selon les enquêtes de TNS Worldpanel. Dans le monde, le commerce équitable offre des revenus à plus d un million de producteurs du Sud. U Contact : Plate-forme pour le commerce équitable (PFCE), 61 rue de la Chapelle, Paris, tél. : , site : courriel : Comment reconnaître un produit issu du commerce équitable? Aujourd hui, il n existe pas pour le commerce équitable de label public officiel, comme le label AB pour les produits biologiques. Toutefois, un certain nombre de garanties privées permettent de reconnaître les produits issus du commerce équitable. Max Havelaar est le label le plus connu et le plus répandu, notamment dans la grande distribution. L association Max Havelaar est née en Hollande en Max Havelaar France labellise depuis 1992 des filières de produits alimentaires équitables (café, banane, jus d orange, thé, sucre de canne, miel, riz, mangue, cacao, ananas ), mais aussi de coton transformé en linge pour la maison et des cosmétiques. Plusieurs marques et enseignes membres de la PFCE proposent des produits qui peuvent porter le logo de la Plate-forme. Cela signifie que l association ou l entreprise qui commercialise le produit a fait l objet d une évaluation interne sur la base de la charte de la PFCE. Celle-ci comporte des engagements impératifs, dont une juste rémunération des producteurs. On trouve également d autres labels généralistes, moins répandus, comme Bio équitable, ESR ou celui de l ONG Oxfam. Ils sont présents dans les boutiques du réseau Artisans du monde et apportent des garanties équivalentes à celles de Max Havelaar. U Pour en savoir plus : Les boutiques de commerce équitable près de chez vous Des produits du commerce équitable sont présents dans presque toutes les grandes surfaces (hors discounters, comme ED ou Leader Price par exemple) via les marques propres des distributeurs ou des marques spécifiques, comme Alter Eco ou Ethiquable (première coopérative de production spécialisée dans le commerce équitable en termes de chiffre d affaires). 80 % des produits alimentaires issus du commerce équitable sont distribués en grandes et moyennes surfaces. Mais les réseaux spécialisés proposent beaucoup plus de choix (une gamme plus complète de produits alimentaires, du textile, de l artisanat, des jouets ) Alternatives Economiques Pratique - juin

11 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer et ils s intègrent dans une démarche globale de commerce équitable, à la différence des grands distributeurs aux pratiques commerciales souvent abusives. L Ile-de-France compte 59 boutiques de commerce équitable, dont 23 appartiennent au réseau Artisans du monde. Ce réseau dispose d un catalogue de plus de produits d artisanat (décoration, habillement, vaisselle, jouets ) et de 120 produits alimentaires provenant de leur centrale d importation Solidar Monde, située à Vitry-sur-Seine. Ses boutiques sont tenues essentiellement par des bénévoles, qui ne se contentent pas de vendre des produits mais mènent aussi des actions de sensibilisation (voir page 118). De son côté, le réseau de franchises Alter Mundi dispose de trois magasins et d un bar-restaurant à Paris, ainsi que d une boutique à Fontainebleau (77). Enfin, la société coopérative Andines importe des produits du commerce équitable depuis Elle travaille avec 250 groupes de producteurs de 20 pays et dont les produits sont revendus à plus de 450 magasins ou collectivités situés dans toute la France. Certaines boutiques se trouvent dans des quartiers populaires et associent solidarité internationale et solidarité locale. C est le cas notamment de Terroirs du monde (voir zoom ci-dessous), implantée dans le quartier des Larris à Fontenay-sous-Bois (94), et d Eki, située à Stains (93). D autres boutiques sont organisées en Scic (voir page 89), comme La Câpre, à Clos-Fontaine (77). zoom Terroirs du monde Il ne restait plus qu une pharmacie, un tabac et une supérette dans le centre commercial des Larris de Fontenay-sous-Bois [94] quand nous y avons ouvert notre boutique de commerce équitable en Nous avons voulu revitaliser cet espace déserté, explique Nathalie Gautrais, responsable de l association Terroirs du monde, créée en 2003 par des habitants du quartier des Larris. Nous étions les premiers à implanter une boutique de commerce équitable dans un quartier populaire en Ile-de-France! Et l association tourne bien, preuve que l achat équitable n est pas réservé aux classes aisées.» Terroirs du monde vend des produits alimentaires et de l artisanat issus du commerce équitable et de trois établissements et services d aide par le travail. «Nos produits de la gamme Ethiquable sont moins chers qu au magasin Auchan de Fontenay-sous-Bois, ce qui nous assure une clientèle fidèle. Nous baissons nos marges sur certains produits de l artisanat pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Notre action est plus tournée vers le social que vers le profit.» L association, qui compte une vingtaine de bénévoles et deux salariés en emploi tremplin, est également un lieu d accueil, où l on vient poser des questions et discuter. A part la pharmacie, Terroirs du monde est aujourd hui la boutique la plus ancienne du centre commercial, les autres changeant de propriétaires très régulièrement. La clé de cette longévité? L organisation par Terroirs du monde du collectif Equitess, qui regroupe sept associations de Fontenay-sous-Bois et dont le but est de les faire connaître, ainsi que de mutualiser les animations et les savoir-faire. Le collectif compte un grand nombre d activités qui profitent les unes aux autres : soutien scolaire, restauration, création/mode «Le restaurant de l association Montevideo a ouvert le 26 novembre dans le centre commercial. Les spécialités sud-américaines qu il propose attirent une clientèle qui vient voir ici ce que nous vendons, et inversement», explique Nathalie Gautrais. Terroirs du monde, Niaso Event, Kaloumbo et Nuevo Concepto Latino, toutes membres du collectif, ouvriront une deuxième boutique d artisanat équitable dans le centre commercial au premier trimestre L. V. Contact : Terroirs du monde, Centre commercial des Larris, Fontenay-sous-Bois, tél. : , courriel : gmail.com 22 - Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

12 Consommer Pour trouver les boutiques et restaurants proposant des produits du commerce équitable les plus proches de chez vous, rendez-vous sur et qui proposent des moteurs de recherche par thème et par ville. Alter Eco : 36 bd de la Bastille, Paris, tél. : , site : com, courriel : Alter Mundi boutique : 41 rue du Chemin-Vert, Paris, tél. : , site : courriel : Andines : 6 rue Arnold-Géraux, L Ile-Saint-Denis, tél. : , site : courriel : La Câpre : 2 rue des Ménards, Clos-Fontaine, tél. : , courriel : Eki : 28 av. Paul-Vaillant-Couturier, Stains, tél. : , site : www. eki-table.org Ethiquable : 6 rue Sadi-Carnot, Bagnolet, tél. : , site : Fédération Artisans du monde : 53 bd de Strasbourg, Paris, tél. : , site : courriel : S habiller D es chaussures fabriquées par des enfants au Bangladesh, des usines qui brûlent avec leurs salariés en Inde, l industrie textile a très largement délocalisé sa production dans des conditions sociales parfois peu reluisantes. De plus, nos vêtements ont un impact sur l environnement. Ainsi, la culture du coton consomme un quart de l ensemble des pesticides utilisés dans le monde, alors qu elle ne représente que 3 % de la surface cultivée. C est pourquoi des marques alternatives ont été lancées par des entrepreneurs soucieux de limiter leur impact environnemental (coton bio, absence d encres chimiques ) et de garantir le respect des exigences de santé et de sécurité au travail. En quelques années, près de 40 marques françaises, dont 16 situées en Ile-de-France, sont apparues sur le marché, sans compter les marques traditionnelles qui intègrent dans leur gamme quelques modèles équitables ou bio. Style «ethnique», tee-shirts «tendance» ou vêtements pour bébés, il y en a pour tous les goûts. Qu est-ce qu un vêtement «propre»? Quelques notions pour faire la différence entre vêtements bio, écologiques, équitables et recyclés. Vêtement bio : la matière première doit être produite sans pesticides ni engrais chimiques, en limitant la consommation d eau et d énergie. Le coton est le seul textile qui dispose d un cahier des charges bio officiel. Certains fabricants utilisent le lin, le chanvre, la laine, le caoutchouc produit de manière Alternatives Economiques Pratique - juin

13 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer écologique, mais sans pouvoir apposer le logo «bio» car il n existe pas de cahier des charges officiel pour ses matières. Vêtement écologique : en plus de la garantie d une matière première bio, le vêtement doit se plier à un ensemble de contraintes à chaque étape de sa fabrication (filage, tissage, teinture, confection, finition), telles que l usage de teintures naturelles, l absence ou la restriction des produits chimiques, ou encore la limitation de l impact environnemental lié au transport. Vêtement équitable : à partir d une matière première cultivée par des petits producteurs, le vêtement est fabriqué par des groupements d artisans bénéficiant d un partenariat durable avec la marque. Les rémunérations à chaque étape assurent un niveau de vie décent aux producteurs. Il faut noter que la conversion au coton bio est souvent difficile pour ces derniers, car les rendements sont plus faibles et leur exploitation n est reconnue bio qu au bout de trois ans. En préfinançant les récoltes, les opérateurs du commerce équitable permettent aux producteurs de passer le cap. Vêtement recyclé : des créateurs réutilisent des matériaux comme le verre, des emballages en plastique recyclable ou encore de vieux tissus pour réaliser de nouveaux vêtements ou accessoires de mode. Ils économisent ainsi des matières premières naturelles. Les labels pour reconnaître un vêtement bio et équitable Pour juger de la qualité écologique et équitable d un vêtement, il faut s intéresser à l ensemble de la filière de fabrication, et pas seulement à la matière première utilisée. Un certain nombre de labels et de certifications apportent leur lot de garanties en fonction du niveau de performance sociale et environnementale visé. Les labels répertoriés ci-dessous sont ceux que vous pourrez trouver sur des produits commercialisés en France ou sur Internet. Ils sont classés par ordre décroissant d exigence écologique et sociale : La mode éthique a son rendez-vous Avec l ambition de faire de Paris la capitale de la mode éthique, l Ethical Fashion Show rassemble depuis quatre ans des créateurs du monde entier qui s engagent à respecter une charte de bonne conduite défendant de bonnes conditions de travail, le respect des savoir-faire traditionnels, la protection de l environnement, etc. Défilés, tables rondes, rencontres, remise de prix, showrooms, sur cinq jours, la mode éthique dévoile ses procédés de fabrication. Tous les styles s y retrouvent : prêt-à-porter, streetwear, vêtements pour enfants, etc. L édition 2007 de l Ethical Fashion Show présentait plus de 90 créateurs venus du monde entier, contre 20 pour la première édition en 2004, et a accueilli plus de personnes. Contact : Ethical Fashion Show, 4 rue Trousseau, Paris, tél. : , site : courriel : 24 - Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

14 Consommer Label EKO Skal : pour en savoir plus, voir Label Max Havelaar : pour en savoir plus, voir org Label BioRe : pour en savoir plus, voir Label IMO Label Textile biologique Ecocert : pour en savoir plus, voir www. ecocert.com Le label Œko tex standard (ou Confiance textile) 100 ou : pour en savoir plus, voir Ecolabel européen textile : pour en savoir plus, voir com/french Les marques Vêtements «ethniques», streetwear ou plus classiques, la mode équitable et bio a multiplié son offre ces dernières années. A vous de choisir parmi un grand nombre de marques dont les points de vente sont mentionnés sur leur site Internet respectif. Toutes sont présentées avec leur style et leur plus-value éthique sur le site Vous pouvez également les trouver dans les magasins spécialisés en produits équitables et/ou écologiques comme les boutiques du réseau Artisans du monde (voir page 23) Donner ses vêtements pour créer des emplois Avez-vous déjà pensé à donner les vêtements que vous ne mettez plus? Le Relais, groupement de quinze structures à vocation d insertion en France, met à votre disposition plus de conteneurs en Ile-de-France pour récupérer ces vêtements qui traînent au fond de vos placards. Il est également possible de les donner grâce au ramassage en porte-àporte, ou par un don direct au Relais le plus proche de chez vous. Trois structures couvrent la totalité de la région : le Relais nord-est de l Ile-de-France, le Relais 75 et le Relais Val de Seine. Ils emploient près de 100 personnes dans la collecte, le tri, le recyclage et la vente des 600 tonnes de vêtements récupérées chaque mois dans la région. Chômeurs de longue durée, personnes non qualifiées ou connaissant de graves difficultés sociales, ils ont retrouvé un emploi stable grâce à l activité des Relais. Les plus beaux vêtements sont revendus dans l une des six boutiques Relais de la région. 45 % des vêtements sont recyclés en chiffons d essuyage et en isolants thermiques et acoustiques pour le bâtiment, 15 % sont détruits. L. V. Contacts : Le Relais nord-est de l Ile-de-France, pour la Seine-et-Marne, l Essonne, la Seine-Saint- Denis, le Val-de-Marne et le Val-d Oise : 29 rue de la Terrière, Soissons, tél. : , courriel : Le Relais Val de Seine, pour les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Vald Oise : ZAC des Cettons, rue Panhard- Levassor, Chanteloup- les- Vignes, tél. : , courriel : Le Relais 75, pour Paris et la proche banlieue : 28 av. Edouard-Vaillant, Pantin, tél. : , courriel : Retrouvez les adresses des points de collecte sur le site dans la rubrique du Relais correspondant à votre département. Alternatives Economiques Pratique - juin

15 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer ou les Biocoop (voir page 16). A titre d exemples, voici quatre marques créées par des entrepreneurs franciliens : Altheane propose de la lingerie de nuit pour les femmes et des vêtements pour enfants, le tout équitable. Cette marque permet à la fondation Théa, créée en 1987 à Manille, aux Philippines, d employer plus de 100 femmes issues de milieux défavorisés. Site : Bébés en vadrouille est à la fois une marque et une boutique parisienne qui propose tout l univers du bébé en équitable et/ou bio. Les vêtements et accessoires sont réalisés par des artisans du Laos, du Pérou, du Guatemala et du Togo. Boutique : 47 bd Henri-IV, Paris, site : Numanu label of love! travaille avec huit organisations de producteurs et des ateliers de confection en Inde et au Cambodge qui utilisent du coton biologique. Vente exclusive dans la boutique au 8 rue de Turenne, Paris. Site : Nu propose une collection streetwear, avec notamment des jeans et des tee-shirts en coton labellisés Max Havelaar (voir page 21). Site : www. nu-jeans.com Se déplacer A irparif, qui mesure la qualité de l air en Ile-de-France, souligne que le transport routier est responsable du tiers des émissions de particules fines nocives pour la santé et de CO2 de la région. Le Conseil régional et le syndicat des transports d Ile-de-France (Stif) ont engagé un plan de modernisation des transports en commun visant à mieux desservir la grande couronne, améliorer la régularité des trains, optimiser la tarification, renouveller le matériel roulant et mieux prendre en compte les nouveaux modes de transport. Par ailleurs, de nombreuses initiatives de l économie sociale et solidaire proposent des solutions pour se déplacer. Partager sa voiture Pour partager sa voiture, il existe l autopartage ou le covoiturage. Deux systèmes différents et complémentaires. L autopartage correspond à l utilisation successive d une même voiture par différents usagers inscrits auprès d un opérateur qui gère une flotte de véhicules disponibles 24 heures sur 24 en «libre-service». Une voiture d autopartage remplace entre cinq et huit véhicules privés. Un label «Autopartage, label Paris», attribué par la ville de Paris, existe depuis février Il garantit le respect par les trois opérateurs qui l ont reçu d un certain nombre de critères, dont un taux d émission de CO 2 inférieur à 140 g/km pour les véhicules Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

16 Consommer Caisse commune : tél. : , site : Pour en savoir plus sur l autopartage : le site de la mairie de Paris, rubrique «Déplacements», puis «Voitures et deux roues motorisés». Le covoiturage est un mode de déplacement où plusieurs personnes utilisent une seule voiture pour faire le même trajet ou presque. Les avantages sont économiques (partage des frais), environnementaux (réduction du trafic et de la pollution), sociaux et solidaires (rencontres, entraide). En France, plusieurs sites de covoiturage existent, gratuits pour la plupart. En faveur de la mobilité durable, le réseau associatif Fondaterra a mis en place le système de covoiturage gratuit «T.écovoiturage», disponible pour plus de étudiants d Ile-de-France et accessible par Internet ou par téléphone mobile. Ce service s inscrit dans un projet global, la Plate-forme francilienne de la mobilité durable inter-campus, qui concernera à terme toutes les universités de la région. Au programme : parcs à vélos, autopartage et stage d éco-conduite. 123 en voiture : Voitures & Co : Covoiturage : Radio France bleu Ile-de-France : dans la rubrique «Covoiturage». T.écovoiturage : Deux sites proposent des services de covoiturage propres au Val-de-Marne : Covoiturage94 : Covoiturage Ador94 : s adresse à ceux qui travaillent sur le pôle Orly-Rungis. A bicyclette La petite reine gagne du terrain en Ile-de-France : + 40 % pour les déplacements à vélo dans Paris depuis 2001, + 50 % de pistes cyclables dans la région en dix ans Selon l association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB), le vélo représente 3 % des déplacements. Entre 300 mètres et 6 kilomètres de trajet, il est le mode de transport le plus rapide en ville. Et si vous voulez promouvoir le vélo en ville, rejoignez la Vélorution de Paris! Cette association, dont le modèle se développe dans toutes les grandes villes de France, organise des manifestations mensuelles. Du militant endurci au cycliste ponctuel mais convaincu, les vélorutionnaires réclament des mesures concrètes, telles qu une augmentation du nombre de pistes cyclables. Pour acheter ou louer un vélo à Paris, voire réparer le vôtre, l association Cyclo- Pouce vous propose ses services. Elle a conçu des remorques à trois roues, tractée par un vélo classique, pour que les personnes à mobilité réduite puissent également visiter la capitale à vélo, et propose des promenades à thèmes pour des groupes ou des particuliers. Cyclo-Pouce : 38bis quai de la Marne, Paris, tél. : , site : Alternatives Economiques Pratique - juin

17 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer premiumwanadoo.com/cyclo.pouce, courriel : Mieux se déplacer à bicyclette : 32 rue Raymond-Losserand, Paris, tél. : , site : courriel : Fédération française des usagers de la bicyclette (Fubicy) : regroupe 140 associations de cyclistes urbains. Retrouvez-les dans la rubrique «Liens», sur Vélorution : 20 rue Edouard-Pailleron, Paris, tél. : , site : www. velorution.org U Cartes : Toutes les pistes cyclables de la région, avec les parcs à vélos pour se garer, les points de location et de réparation, sont visualisables sur rubrique «Cartes interactives de la région». Les itinéraires cyclables de Paris, à télécharger sur le site de la ville de Paris, fr, rubrique «Déplacements», puis «Vélo et circulations douces» et «Pistes cyclables et aménagements vélo». Carte IGN : 100 circuits en Ile-de-France, avec trois niveaux de difficulté, disponibles dans les points de vente IGN ou sur Prix : 7,95 euros. L accès aux transports pour les plus démunis et les personnes à mobilité réduite De nombreuses associations ont pour mission de faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite. La Scop (voir page 85) AS Transport minibus propose un service de transport pour tout déplacement dans les Yvelines et la région parisienne. Ses véhicules sont adaptés pour l accueil et la sécurité de ses clients, et les chauffeurs ont reçu une formation aux premiers secours. Dans le Val-de-Marne, l association Vilcena compte 20 véhicules qui permettent à plus de personnes âgées et/ou à mobilité réduite de se déplacer quotidiennement. Apar Location est quant à elle une agence de location de voitures adaptées à la conduite et aux transports pour les personnes en situation de handicap dans le département de l Essonne. Le syndicat des transports d Ile-de-France (Stif) et le Conseil régional d Ilede-France financent un dispositif de transport spécialisé de personnes handicapées appelé PAM. Le dispositif de réservation et de gestion pour assurer un service de transport porte à porte est confiée au département. Après PAM 75 en 2003, PAM 94 en 2005, PAM 78 en 2006, PAM 93 en 2007et PAM 77 courant 2008, le réseau s agrandit et achèvera bientôt son déploiement en Ilede-France. PAM 91 et PAM 92 devraient être mis en service courant Pour les personnes en situation de difficulté financière, des associations proposent également des facilités de déplacement. Ainsi, sur la communauté d agglomération Melun Val de Seine, l association d aide à la mobilité pour l emploi en Seineet-Marne (AAME 77) met des véhicules à disposition des demandeurs d emploi pour qu ils se rendent, par exemple, sur le lieu de leur formation. Pour les jeunes et les bénéficiaires des minima sociaux, entre autres, Promotion d initiatives jeunes pour l emploi (Pije) prépare au permis de conduire pour 180 euros, au brevet de sécurité routière (gratuit) et assure un service de transport solidaire en Seine-et-Marne pour le coût d un déplacement en autobus. Par ailleurs, depuis le 31 mars 2007, les bénéficiaires du RMI et les membres de leur famille peuvent emprunter gratuitement les transports en commun en 28 - Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

18 Consommer Ile-de-France après en avoir fait la demande auprès du conseil régional. Les bénéficiaires des autres minima sociaux ont droit à une réduction de 75 % sur la carte orange. AAME 77 : 1 quai Victor-Hugo, Nemours, tél. : , courriel : Apar Location : 315 square des Champs-Elysées, Evry Cedex, tél. : , site : courriel : AS Transport minibus : 14 rue de Montfort, Maurepas, tél. : , site : courriel : Promotion d initiatives jeunes pour l emploi (Pije) : C/o Association départementale de sauvegarde de l enfance et de l adolescence 77, 55 rue Sermonoise, Combs-la-Ville, tél. : , courriel : Vilcena : 6 av. Pierre-Brossolette, Vincennes, tél. : , site : www. vilcena.com, courriel : Région Ile-de-France : rubrique «Transports», puis «Des transports accessibles à tous». Voir notamment le dispositif PAM qui permet aux personnes handicapées de bénéficier, sur réservation, d un service de transport de porte à porte. La santé D es mutuelles au Samu social, en passant par le planning familial, les structures de l économie sociale et solidaire sont fortement présentes dans le secteur de la santé, en termes de prévention et d accès aux soins. Les mutuelles de santé Premier mouvement social par son ancienneté, les mutuelles de santé trouvent leur origine dans les sociétés de secours mutuel nées dès le XIV e siècle. En 1848, sociétés regroupaient en France 1,6 million de personnes. Elles prenaient notamment en charge les obsèques et les maladies des ouvriers, et menaient aussi des luttes revendicatives. A partir de la fin de la Première Guerre mondiale, l Etat développera un système de protection sociale obligatoire qui modifiera le rôle des mutuelles. Lors de la création de la Sécurité sociale, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elles trouveront, après avoir craint de disparaître, une place complémentaire à la protection sociale obligatoire. Aujourd hui, 38 millions de personnes sont protégées par une mutuelle de santé. Ce chiffre est donné par la Mutualité française, qui regroupe la quasitotalité de ces mutuelles dont l objet est de couvrir les personnes en cas de maladie ou d accident, en prenant en charge le ticket modérateur, c est-à-dire la partie des dépenses de soins non remboursée par la Sécurité sociale. Organismes à but non lucratif, les mutuelles interviennent comme premiers financeurs, après l assurance maladie, des dépenses de santé. Elles prennent ainsi en charge 12 % des frais liés aux soins hors hôpitaux, ainsi qu à l achat de médicaments, lunettes, etc. Alternatives Economiques Pratique - juin

19 L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Chapitre I Consommer Leur rôle est déterminant dans l accès aux soins, notamment lorsque les niveaux de remboursement de la Sécurité sociale sont faibles, comme pour l optique ou les soins dentaires, voire inexistants, comme dans le domaine de la chirurgie dentaire. Et même si elles sont critiques vis-à-vis des dépassements d honoraires des professionnels de santé, les mutuelles les prennent parfois en compte à la demande de leurs adhérents. En proposant le meilleur rapport qualité-prix possible et en menant une politique de prévention très active, elles contribuent aussi à la maîtrise des dépenses de santé. Elles sont en concurrence avec les assureurs commerciaux, mais s en distinguent notamment par leur volonté de ne pas sélectionner leurs adhérents uniquement en fonction de leur état de santé. Et la Mutualité française a fait, à de nombreuses reprises, des propositions afin d assurer à tous un accès aux soins équitable. En pratique, les mutuelles de santé sont spécialisées par métier (par exemple, la mutuelle nationale des sapeurs-pompiers), par tranche d âge (comme la mutuelle des étudiants, dont le siège social est à Ivry-sur-Seine, dans le Valde-Marne), par statut (on dénombre une trentaine de mutuelles différentes pour les agents de la fonction publique) ou sont généralistes, comme Releya. Leur liste est disponible sur le site rubrique «Trouver une mutuelle». Pour y adhérer, deux voies sont possibles : par voie collective, en passant par son entreprise (le contrat est parfois obligatoire), ou de façon individuelle, pour les retraités, les demandeurs d emploi, les salariés d une entreprise sans contrat collectif, etc. Les mutuelles de santé, ce sont également services de soins et d accompagnement en France, dont plus de 90 en Ile-de-France. Le groupe FMP Mutualité francilienne, créé en 1903, rassemble 230 mutuelles de santé, réparties sur les huit départements de la région. Il couvre plus de 4 millions de Franciliens et constitue le premier organisme social du secteur privé de la région. En Ile-de-France, un grand nombre de ces services de soins sont gérés par l union régionale : des cabinets médicaux, des centres d optique et d audioprothèse, ou de santé dentaire Ces établissements sont conventionnés et ne pratiquent donc pas de dépassements d honoraires. Ouverts à tout le monde et pas seulement aux adhérents mutualistes, ils ne sélectionnent pas leurs clients en refusant, par exemple, les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU). La liste de ces services est disponible directement Les centres de planning familial Portés par le Mouvement français pour le planning familial, les centres de planning familial régionaux sont des associations qui informent sur la contraception, orientent vers les médecins, pratiquent des tests de grossesse, assurent un suivi avant et après un avortement, donnent la pilule du lendemain, distribuent des préservatifs. Ces services sont gratuits pour les mineurs et personnes non couvertes par l assurance maladie. Contact : retrouvez toutes les coordonnées des centres de planning familial sur le site tél. : Alternatives Economiques Pratique - juin 2008

20 Consommer sur rubrique «Trouver un service de santé». Fédération nationale de la Mutualité française : 255 rue de Vaugirard, Paris, tél. : , site : courriel : mutualite.fr Groupe FMP Mutualité francilienne : 24 rue Saint-Victor, Paris, tél. : , site : courriel : Les services de santé aux plus démunis Pour les personnes sans domicile fixe. Les établissements de santé traditionnels, comme les hôpitaux, sont centrés sur les soins médicaux lourds. Pour les maladies bénignes des sans-abri, des structures se sont développées dans la région à l initiative du Samu social de Paris : les centres d hébergement d urgence avec soins infirmiers et les lits dits «halte soins santé». Ces derniers sont des hébergements d urgence ouverts aux personnes sans domicile fixe qui ont besoin d une prise en charge sanitaire et sociale. Ils assurent des soins médicaux, un service d hébergement et de restauration, un accompagnement social. Au nombre de quatre à Paris et de trois dans les autres départements d Ile-de-France, les lits halte soins santé disposent d un personnel médical et paramédical pour accompagner et soigner jusqu à 225 personnes. Pour un signalement ou une demande d hébergement, il faut composer le 115, numéro gratuit. Pour les pathologies nécessitant un hébergement de plus longue durée, il existe neuf appartements de coordination thérapeutiques (ACT) à Paris et quinze dans le reste de la région. Gérés par des associations, ils peuvent accueillir jusqu à 360 personnes en situation de précarité sociale atteintes d un cancer et d autres maladies sévères comme la sclérose en plaques. L état de santé des personnes accueillies ne requiert pas d hospitalisation, mais des soins et un suivi médical quotidiens assurés par l équipe de l ACT. Un suivi psychologique et social est également dispensé (écoute, démarches administratives, aide à l insertion sociale ). A noter également que le foyer post-hospitalier Les Maraîchers, situé à Paris, propose un hébergement pour les personnes sans domicile fixe qui sortent d une hospitalisation, qui sont autonomes dans leur traitement médical mais dont l état de santé nécessite un repos et ne permet pas d entrer en centre d hébergement d urgence. Quelques dispositifs publics Les conseils généraux proposent de nombreuses offres de soins gratuites, du dépistage à la vaccination, en passant par les centres de protection maternelle et infantile. Par ailleurs, plus de 5,5 millions de personnes bénéficient en France de la couverture maladie universelle (CMU), de la CMU complémentaire et de l Aide médicale de l Etat (AME). Pour en savoir plus : ou contactez votre caisse d assurance maladie (trouvez la caisse d assurance maladie la plus proche de chez vous sur le site rubrique «Votre caisse»). Alternatives Economiques Pratique - juin

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

Guide. solutions locales pour une consommation dur ble

Guide. solutions locales pour une consommation dur ble Guide de solutions locales pour une consommation dur ble L achat éco-responsable passe par des choix qui concilient au mieux les enjeux économiques, sociaux et environnementaux liés aux produits (biens

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A :

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : Cette charte est le résultat de trois années de travaux de consultations nationales et locales menées en région Rhône-Alpes, visant à identifier et adapter les principes

Plus en détail

«Les Potagers de Marcoussis»

«Les Potagers de Marcoussis» «Les Potagers de Marcoussis» Chantier d insertion par le maraîchage biologique Le «Projet conserverie» : Création d une unité de transformation de fruits et légumes locaux, sous forme de structure d insertion

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement!

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Dossier de presse Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Novembre 2010 Plus de 100 rendez-vous en Rhône-Alpes! Service presse 04 72 59 40

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE!

DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO DEVENEZ LES ACTEURS DE VOTRE BANQUE! * Au Crédit Coopératif, être client associé de sa banque, c est participer à sa vie coopérative et

Plus en détail

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX! «Agir rend heureux» Yann Arthus-Bertrand FONDATEUR DE LA FONDATION GOODPLANET POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION

LIVRET DE PRESENTATION LA GENÈSE DES JARDINS DE CONTRAT 1992, Château-Renault Trois passionnés ouvrent un chantier d'espaces verts et un atelier de menuiserie. Leur but : faire partager leur savoir-faire, l association Contrat

Plus en détail

Charte One Heart Spots

Charte One Heart Spots Charte One Heart Spots Bienvenue sur les One Heart Spots Merci d avoir choisi notre application mobile. Ce service est fourni par la SAS One Heart Communication (OHC), implantée à Paris (75009), au 2 rue

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES BIOCOOP

CAHIER DES CHARGES BIOCOOP CAHIER DES CHARGES BIOCOOP En bleu : modifications adoptées en AG de juin 2012 1 SOMMAIRE SOMMAIRE 2 CHARTE BIOCOOP 3 VALEURS FONDAMENTALES 4 CONVENTION DISTRIBUTION 5 CONVENTION GESTION 8 CONVENTION SOCIALE

Plus en détail

Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages

Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages Le cœur du projet associatif d AlterVie est d initier, d accompagner les pratiques alternatives développant le Lien social

Plus en détail

CREDIT COOPERATIF. Le Crédit Coopératif BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management COOPERATIVE

CREDIT COOPERATIF. Le Crédit Coopératif BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management COOPERATIVE COOPERATIVE CREDIT COOPERATIF Crédit Coopératif NPdC 2 Bis, rue de Tenremonde BP 565 59023 LILLE Cedex Tél : 03 20 12 36 30 Fax : 03 20 30 77 66 Site : www.credit-cooperatif.fr Email : lille@coopanet.com

Plus en détail

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org

Pour en savoir plus : www.commercequitable.org Des centaines de millions de personnes sur la planète travaillent dans des conditions extrêmement précaires et pour des salaires dérisoires pour cultiver ou fabriquer des matières premières et des biens,

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Les Champs des Possibles

Les Champs des Possibles Les Champs des Possibles Association Loi 1901 Lancée en 2009 1 salarié Région Île-de-France Activité L association Les Champs des Possibles accompagne des porteurs de projet à l installation en agriculture

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Consolider le développement du Jardin

Consolider le développement du Jardin Association «Solidarité & Initiative» pour le développement du Jardin de Cocagne de la Haute Borne pour la création de la Table de Cocagne de la Haute Borne Projet 2014 Adresse : 10 rue Héloïse Europarc

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange dossier de presse septembre 2013 Sylvie Duho Mylène Blin 01 44 44 93 93 service.presse@orange.com 1 la flotte automobile d Orange en chiffres

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

Impact Social et Responsabilité Sociale et Environnementale 2004-2014

Impact Social et Responsabilité Sociale et Environnementale 2004-2014 Impact Social et Responsabilité Sociale et Environnementale 2004-2014 www. ongconseil.com /ONGConseil @ONGConseil Rester cohérent... ONG Conseil France s est toujours donnée les moyens de réaliser une

Plus en détail

Créer une AMAP. Les autres "paniers" S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple :

Créer une AMAP. Les autres paniers S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple : S informer et agir! Créer une AMAP Qu'est-ce que c'est? L'AMAP est une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (marque déposée), dont l'objet principal est de "mettre en lien paysans et

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COMMERCES DE GROS RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE des salariés non cadres MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR LE RÉGIME DE PRÉVOYANCE DE VOS SALARIÉS NON CADRES*

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Nom de l aide. Nature. Publics. A qui s adresser. Conditions. Démarches. Le Service complémentaire d aide à la mobilité (S.A.

Nom de l aide. Nature. Publics. A qui s adresser. Conditions. Démarches. Le Service complémentaire d aide à la mobilité (S.A. Le Service complémentaire d aide à la mobilité (S.A.M) Pole Emploi Les demandeurs d emploi qui souhaitent se rendre à un entretien d embauche éloigné de leur lieu d habitation et dont les horaires de transport

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Pôle Économie Solidaire - Chemin du Larris - 91150 ÉTAMPES - Tél 01 69 16 11 11 - Fax 01 69 16 11 10 - contact@pole91.fr - www.pole91.

Pôle Économie Solidaire - Chemin du Larris - 91150 ÉTAMPES - Tél 01 69 16 11 11 - Fax 01 69 16 11 10 - contact@pole91.fr - www.pole91. Pôle Économie Solidaire - Chemin du Larris - 91150 ÉTAMPS - Tél 01 69 16 11 11 - Fax 01 69 16 11 10 - contact@pole91.fr - www.pole91.fr Des Services aux Particuliers, Collectivités, ntreprises par la réinsertion

Plus en détail

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS?

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? Organisateur CENTRE D ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) Coordinateur Thierry GOUIN, Chargé

Plus en détail

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable 1.1. Commerce équitable Oxfam Magasins du monde 1.2. Achats socialement responsables de vêtements de travail achact Action Consommateurs Travailleurs

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace 1 Vous avez dit AMAP? En bref, une AMAP c est quoi? AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Une AMAP est un système écologique,

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio Dans quels circuits de commercialisation vont évoluer vos produits?

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M.

1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M. 09/02/2012. 1 er Pôle d Economie Sociale et Solidaire de Midi-Pyrénées «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» M. YUNUS 22 rue Mérigonde 81100 CASTRES - les-ateliers@hotmail.fr

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

«So Fair, So good!» *

«So Fair, So good!» * Vitry-sur-Seine avril 2012 Artisans du Monde lance 3 nouvelles boissons rafraîchissantes Bios et Equitables! «So Fair, So good!» * *Si juste, si bon! PRESENTATION DES PRODUITS Nouvelle gamme de boissons

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

Guide pratique sur la mobilité durable. MACIF, accompagnateur de L éco-mobilité 1

Guide pratique sur la mobilité durable. MACIF, accompagnateur de L éco-mobilité 1 MACIF, accompagnateur de l éco-mobilité Guide pratique sur la mobilité durable MACIF, accompagnateur de L éco-mobilité 1 OMMAIRE Qu, est-ce que L éco-mobilité? 1 Se déplacer autrement, On est tous gagnants!

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

www.wattmobile.fr L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain

www.wattmobile.fr L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain www.wattmobile.fr Dossier de presse Wattmobile 1 1. Vision et Missions

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER Nous vous remercions de l intérêt que vous portez au label Gîtes de France Nous avons le plaisir de vous adresser les informations utiles pour vous accompagner dans votre

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires. en Haute-Normandie

Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires. en Haute-Normandie Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires en Haute-Normandie VIDEO Entreprendre autrement Economie sociale et solidaire? Mutuelles, banques coopératives, fondations Associations

Plus en détail

CHECKLIST MANIFESTATION DURABLE

CHECKLIST MANIFESTATION DURABLE CHECKLIST MANIFESTATION DURABLE 1. Préserver les ressources Déchets Réduire la production de déchets Utiliser de la vaisselle réutilisable (gobelets, assiettes, couverts) Consigner le PET (ex. demander

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

«Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS

«Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS . «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS 22 rue Mérigonde 81100 CASTRES - les-ateliers@hotmail.fr - 06 73 69 10 88 Un porteur de projet Un constat commun Une association

Plus en détail

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL Découvrez notre nouveau fonds socialement responsable et solidaire Déjà présents auprès d un entrepreneur sur quatre, nous avons décidé d accélérer notre soutien

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL)

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) Objectif du projet : La demande en produits maraîchers frais locaux en circuit court est très forte dans les régions urbaines du Québec.

Plus en détail

Santé Offre collective. une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés

Santé Offre collective. une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés Santé Offre collective une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés La Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Née de la fusion de la MNPLC,

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse Evénement à Valenso ole : ouvre son magasi n de produc cteurs 5 juillet 2012 Contact presse Catherine Habas 06.27.20.64.08 catherine.habas@wanadoo.fr Evénement à Valensolee! ouvre son magasin de producteurs

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI)

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) SOMMAIRE POUR COMMENCER Qu est-ce qu un ACI? Quels sont les enjeux? Quels sont les points de vigilance à prendre en considération? ETATS DES LIEUX Les chiffres

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013

SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 SÉMINAIRE PRODUCTIF 18, 19 AVRIL 2013 Cergy-Pontoise REPLAY* D UN ENTRE DEUX À UN TERRITOIRE DU GRAND PARIS : LA PLAINE DE PIERRELAYE BESSANCOURT * Innover, comprendre, inventer, renouveler, régénérer,

Plus en détail

Nous pouvons faire beaucoup ensemble

Nous pouvons faire beaucoup ensemble Santé Prévoyance Protéger Prévenir Aider Soigner Solidariser Nous pouvons faire beaucoup ensemble Protéger Pour préserver ce bien inestimable qu est la santé En complément de la Sécurité sociale, la Mutuelle

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment?

Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment? Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment? Yuna Chiffoleau Beaulieu,, 25 mars 2010 Introduction Les circuits courts : quelles possibilités s aujourd hui? Quelles limites? - Circuits courts

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail