Strasbourg, le 6 Août 1999 T-PVS (99) 19 CONVENTION RELATIVE A LA CONSERVATION DE LA VIE SAUVAGE ET DU MILIEU NATUREL DE L'EUROPE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Strasbourg, le 6 Août 1999 T-PVS (99) 19 CONVENTION RELATIVE A LA CONSERVATION DE LA VIE SAUVAGE ET DU MILIEU NATUREL DE L'EUROPE"

Transcription

1 Strasbourg, le 6 Août 1999 T-PVS (99) 19 [tpvs19f_99] Orig. fr CONVENTION RELATIVE A LA CONSERVATION DE LA VIE SAUVAGE ET DU MILIEU NATUREL DE L'EUROPE APPLICATION DE LA CONVENTION DE BERNE LES PAYS NORDIQUES ISLANDE Rapport au Conseil de l Europe par Cyrille de KLEMM

2 T-PVS (99) 19-2 ISLANDE L auteur remercie Jón Gunnar Ottòsson, Directeur général de l Institut islandais d histoire naturelle, pour toutes les informations qu il lui a fait parvenir pour la rédaction de ce rapport.

3 - 3 - T-PVS (99) 19 ISLANDE L Islande a ratifié la Convention de Berne le 27 juin En déposant son instrument de ratification, elle a formulé une série de réserves portant sur les espèces suivantes inscrites sur les Annexes de la convention : Saxifraga hirculus (Annexe I) ; Gavia stellata, Branta leucopsis, Alopex lagopus, Orcinus orca, Globicephala melaena, Phocoena phocoena, Hyperoodon rostratus, Lagenorhynchus albirostris, Sibbaldus musculus, Megaptera novvaengliae, Eubalaena glacialis, Balaena mysticetus, Thalarctos maritimus, Delphinus delphis, Tursiops truncatus, Lagenorhunchus acutus (Annexe II) ; Corvus corax et Stercorarius parasiticus (Annexe III). Elle a également émis des réserves portant sur deux autres espèces d oiseaux inscrites à l Annexe II, Sterna paradisaea et Bucephala islandica, mais uniquement en ce qui concerne le ramassage de leurs œufs. L Islande a également formulé par la suite des objections à l inscription à l Annexe II de la Convention, le 26 janvier 1996, de Monodon monoceros, Globicephala macrorhunchus, Stenella frontalis, Kogia breviceps, Balaenoptera edeni et Balaenoptera physalus.

4 T-PVS (99) 19-4 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 CHAPITRE 1 : LES POLITIQUES DE CONSERVATION... 5 CHAPITRE 2 : LES ZONES PROTÉGÉES... 6 CHAPITRE 3 : LA FAUNE ET LA FLORE SAUVAGES La flore La faune Le problème des dommages causés par les animaux prédateurs L introduction d espèces exotiques...12 CHAPITRE 4 : PROTECTION DES MILIEUX NATURELS...12 Conclusions et recommandations...13 Bibliographie...14

5 - 5 - T-PVS (99) 19 INTRODUCTION L Islande a une superficie de km² pour une population de habitants. Sa longueur de côtes est de plus de kilomètres. Pauvre en espèces de faune et de flore terrestres, l Islande est, au contraire, riche en espèces marines. Elle constitue également le lieu de reproduction de nombreuses espèces d oiseaux d eau migrateurs et d oiseaux de mer. Le déboisement est probablement l activité humaine qui a eu les conséquences les plus dommageables sur le milieu naturel : les zones boisées représentent en effet à l heure actuelle, moins de 1 % de la superficie totale du pays. Les forêts de bouleaux qui couvraient une grande partie de l île par le passé, ont presque complètement disparu, victimes des besoins en bois de chauffage. La disparition du couvert forestier, la mise en culture des terres et le surpâturage ont entraîné une érosion considérable. La superficie affectée par ce phénomène avoisinait en effet km². Un tel chiffre s explique également par la fragilité des sols, particulièrement sensibles à l érosion éolienne. Le surpâturage causé par les moutons et les chevaux continue d avoir des effets sensibles sur la stabilité des sols. Les zones humides ont particulièrement souffert des subventions accordées au drainage. De hectares en 1950, leur superficie est passée à hectares en La situation s est, depuis lors, stabilisée, principalement en raison d une réduction très importante des subventions. L Islande est pourvue, depuis 1990 d un ministère de l Environnement et d une Agence de la nature investie d un pouvoir réglementaire. Une loi du 20 mai 1993 a créé un Institut islandais d histoire naturelle compétent en matière de recherche et de surveillance continue dans le domaine de la conservation de la nature. La loi du 19 mai 1994 sur la conservation, la protection et la chasse des oiseaux sauvages et des mammifères terrestres a, en outre, instauré deux comités consultatifs. Le premier a en charge de conseiller le ministre pour toute décision portant sur la conservation des animaux sauvages. Le second assure la mission de représenter l Islande auprès de BirdLife International, dont ce pays est membre. CHAPITRE 1 : LES POLITIQUES DE CONSERVATION La Stratégie nationale de conservation des sols et le Plan national pour l environnement, publiés l un et l autre en 1991, définissent les grands axes des politiques nationales de conservation. D autres textes établissent des obligations reflétant le souci de développer une protection intégrée de l environnement. La loi du 16 avril 1971 sur la conservation de la nature a pour objet d encourager les rapports entre l homme et la nature. Les processus naturels doivent dans toute la mesure du possible pouvoir se dérouler librement. Les espaces naturels ayant un intérêt exceptionnel ou historique doivent être protégés (article 1 er ). L accès du public à la nature doit être facilité. Cette loi devrait être amendée substantiellement prochainement. Le nouveau texte devrait, entre autres, instituer un réseau d espaces protégés analogue au Réseau Natura 2000 de l Union européenne.

6 T-PVS (99) 19-6 La loi sur la conservation, la protection et la chasse des oiseaux et des mammifères sauvages du 19 mai 1994, établit, quant à elle, le cadre juridique de la protection des mammifères terrestres et des oiseaux en Islande et dans sa zone économique exclusive. Les objectifs de la loi, énumérés dans son article 2, sont d assurer l existence de populations animales saines ; de maintenir la diversité des populations d animaux sauvages ; et de permettre la pratique de la chasse et des autres formes d exploitation durable de la faune. Le ministre de l Environnement est maintenant également tenu de présenter, tous les cinq ans, au Parlement, une stratégie relative à la conservation de la nature aux fins de discussion. Cette stratégie doit contenir des informations détaillées sur les aires de conservation et sur les espèces nécessitant des mesures de protection. Le projet de loi sur la conservation de la nature prévoit également d étendre le droit d accès du public à la nature. CHAPITRE 2 : LES ZONES PROTÉGÉES La loi sur la conservation de la nature du 16 juin 1971 établit trois catégories de zones protégées : les parcs nationaux, les réserves naturelles et les monuments naturels. Les parcs nationaux doivent être représentatifs d espaces contenant des paysages, une végétation, ou une vie animale exceptionnels ou avoir une signification historique (article 25). Ils ne peuvent être créés que sur des terres appartenant à l Etat. Leur gestion et leur usage par le public sont organisés et réglementés par l Agence de la nature. Les réserves naturelles (article 24) ont pour finalité la protection de paysages inhabituels ou de la vie animale et végétale. La décision de classement énonce les mesures de protection applicables dans la réserve, ainsi que les éventuelles limitations à la circulation du public ou au droit de chasse et de pêche. Aucun aménagement, aucune construction ne peuvent être autorisés au sein d une réserve. La réglementation est applicable à tous, y compris aux propriétaires privés. Enfin, l Agence de la nature peut classer en monuments naturels des phénomènes naturels inhabituels tels que des chutes d eau, des sites volcaniques, des grottes ou des gisements de fossiles. Les sites ainsi protégés, et éventuellement la zone avoisinante, ne peuvent être détruits, endommagés ou modifiés sans autorisation préalable (article 22). L Etat bénéficie d un droit de préemption sur les terres incluses dans un monument naturel. Trois zones protégées de grandes dimensions ont, par ailleurs, été créées par des lois spéciales. Il s agit du parc national de Thingvellir, créé en 1928, de la zone protégée de Mývan-Laxá, créée en 1974 et de la réserve marine de Breidafjördur qui comprend, parce qu elle couvre un très grand nombre de petites îles, la moitié de la longueur de côte du pays. Créée par une loi spéciale du 8 mars 1995, cette zone protégée a une superficie de hectares et englobe plus de îles ou îlots. Enfin, l article 26 de la loi dispose que les communes peuvent demander à l Agence de la nature de créer des zones de loisirs sur les terres relevant de leur compétence. La

7 - 7 - T-PVS (99) 19 décision de classement peut comprendre des limitations au droit de propriété. Les propriétaires sont, dans ce cas, indemnisés. Etat des aires protégées Catégorie Nombre Superficie (hectares) Parcs nationaux Réserves naturelles Monuments naturels Zones de loisirs Zone de Mývatn-Laxá Réserve marine de Breidafjördur Total (à peu près 12 % du territoire) Chiffres de novembre 1996 (Rapport général de l Islande à la Convention de Berne, Conseil de l Europe, ). Alors que les zones protégées n occupaient, en 1970, que 0,5 % de la superficie du pays, elles couvraient, en 1998, entre 12 et 13 % du territoire et devraient, d après le rapport de l OCDE, atteindre prochainement le chiffre de 15 %. L Agence de la nature a la mission de dresser une liste de tous les espaces qu il serait souhaitable de classer en parc national, réserve naturelle ou monument naturel. L Etat possède un droit de préemption sur tous les sites inscrits à cet inventaire (article 34 de la loi sur la conservation de la nature), actuellement au nombre de 325. Plusieurs projets de nouveaux classements sont à l étude et, notamment, la création, courant 1998, d un nouveau parc national, le Snæefellsjökull. Ce dernier devrait comprendre un glacier et la zone qui l entoure. La création d une zone protégée est toujours précédée de négociations avec les propriétaires privés et les autorités locales intéressées afin d obtenir leur adhésion aux mesures de protection envisagées. En cas d échec de cette concertation, le projet de décision de classement est communiqué aux ayants droit qui peuvent faire valoir leurs objections et présenter des demandes d indemnisation. L administration s efforce alors de nouveau de parvenir à un accord. Le ministre compétent adopte ensuite la décision de protection. Il peut, le cas échéant, procéder à des expropriations d immeubles et de droits réels. Des difficultés se sont produites dans le passé en ce qui concerne le maintien de l intégrité de certaines zones protégées. Ainsi, le lac Myvatn, qui est un site inscrit sur la liste de la Convention de Ramsar, était menacé par l exploitation de la diatomite 1. Donnant suite cependant à la Recommandation C.4.9 de la 4 e Conférence des Parties à la Convention de Ramsar, adoptée en 1990, demandant au Gouvernement de l Islande de prendre bonne note de la recherche écologique sur l impact de dragage de sédiments dans le site Ramsar de Myvatn-Laxà avant de poursuivre cette activité, l Islande a décidé d arrêter complètement l extraction de la diatomite au plus tard en La diatomite est constituée par les restes des squelettes siliceux des diatomées qui se déposent sur le fond des plans d eau. Elle est utilisée comme abrasif.

8 T-PVS (99) 19-8 CHAPITRE 3 : LA FLORE ET LA FAUNE SAUVAGES La Liste rouge des plantes vasculaires, bryophytes, lichens et algues benthiques menacées en Islande est parue en Elle est fondée sur les nouveaux critères de l UICN. Une Liste rouge des animaux menacés est en cours d élaboration. Une étude de la répartition et de l abondance des invertébrés benthiques dans les eaux islandaises est également en cours de réalisation. Elle porte sur km² d espaces marins et devrait être achevée en l an Douze espèces nouvelles pour la science ont déjà été découvertes et il est vraisemblable que ce nombre sera sensiblement plus élevé lorsque l étude sera terminée. Il a déjà été inventorié quelque espèces, dont seulement étaient connues dans cette région avant le début des travaux. L article 23 de la loi sur la conservation de la nature de 1971 autorise l Agence de la nature à protéger des espèces animales et végétales pour prévenir leur extinction ou leur raréfaction. Les mesures de protection peuvent être applicables à l ensemble du territoire ou être limitées à certaines régions. Lorsque des projets d aménagement sont susceptibles de porter atteinte au milieu naturel au point que certaines espèces végétales ou animales deviendraient menacées d extinction ou subiraient d importants dommages, l Agence de la nature peut interdire de tels projets lorsqu elle procède au classement des espèces concernées. La loi de 1971 s applique à la flore sauvage et, pour les animaux, à tous les animaux terrestres autres que les mammifères et les oiseaux, qui relèvent de la loi sur la conservation, la protection et la chasse des oiseaux et des mammifères terrestres sauvages du 19 mai Les animaux aquatiques sont traités par la législation sur la pêche. 1. La flore Un règlement du 25 avril 1978, pris en application de la loi sur la protection de la nature, établit la liste des plantes protégées. Cette liste comprend actuellement 31 espèces. Il est interdit d en ramasser les feuilles, les bourgeons, les fleurs et les racines (mais pas les graines), de les endommager ou de les déraciner (arrêté du 25 avril 1978). Il est prévu de compléter cette liste prochainement sur la base de la nouvelle liste rouge. 2. La faune Aucune espèce animale n a été protégée jusqu à présent en application de la loi sur la protection de la nature. Lorsque la Liste rouge des animaux menacés en Islande aura été achevée, il est probable qu une liste d espèces protégées sera adoptée en conséquence. La loi sur la conservation, la protection et la chasse des oiseaux et des mammifères terrestres sauvages du 19 mai 1994 établit, pour sa part, un régime de protection générale de toutes les espèces appartenant à ces deux groupes, y compris celles qui visitent régulièrement l Islande, ainsi que de leurs œufs et leurs jeunes, à moins que leur chasse ne soit expressément autorisée par la loi. Le ministre peut réglementer la vente, l importation et l exportation d animaux sauvages, de leurs parties et de leurs œufs.

9 - 9 - T-PVS (99) 19 Sont exclus de cette protection générale : les rats, les souris domestiques, les mulots sylvestres Apodemus sylvaticus lorsqu ils se trouvent à l intérieur des maisons, et le vison d Amérique Mustela vison 2, qui peuvent donc être détruits sans autorisation en tout temps. Les cétacés et les phoques relèvent de la législation sur la pêche. L article 17 de la loi énumère les espèces d oiseaux qui peuvent être chassés, étant entendu qu il appartient ensuite au ministre de déterminer les dates d ouverture et de clôture de la chasse pour chaque espèce ainsi que les limites de capture éventuelles. Les périodes de l année pendant lesquelles la chasse au lagopède est ouverte sont cependant fixées par la loi elle-même. Certaines espèces : Larus marinus, Larus fuscus, Larus argentatus et Corvus corax peuvent être abattues toute l année à condition que l arme utilisée soit d un calibre inférieur à 12 et ne tire pas plus de deux coups (règlement n 345 du 20 juin 1994). Les œufs de Larus argentatus, Larus glaucoides et Rissa tridactyla peuvent être ramassés avant le 15 juin. Toute personne peut également s emparer d œufs de canards et d oies, à condition de laisser dans les nids un minimum de quatre œufs pour les canards et deux pour les oies (article 18). En raison de son caractère traditionnel, la collecte d œufs et de poussins de certaines autres espèces reste autorisée dans certaines zones très limitées. Le ministre peut également décider d éliminer les espèces introduites par l homme ou adopter des mesures de protection particulières pour les espèces très rares. Des dérogations aux règles de protection sont possibles, mais elles ne peuvent être accordées que pour des motifs limitativement énumérés : le ministre de l Environnement ne peut ainsi déroger, par règlement, à la protection conférée par l article 6 de la loi que pour permettre une chasse de subsistance, la destruction d animaux causant des dommages ou la recherche à des fins scientifiques (l Institut d histoire naturelle est habilité à chasser à des fins scientifiques). Les règlements doivent indiquer clairement les espèces dont la chasse est autorisée, les lieux où elle peut s exercer, la durée de la saison de chasse, les armes de chasse ainsi que les usages traditionnels autorisés (article 7). Les articles 8 à 11 de la loi établissent le cadre dans lequel la chasse peut être pratiquée. Ne sont autorisés à chasser que les seuls ressortissants islandais et les habitants de l Espace économique européen détenteurs d un permis de chasse. Une telle disposition traduit la volonté des autorités islandaises de limiter le tourisme cynégétique. L obtention ainsi que le renouvellement du permis de chasse sont soumis à une procédure particulière. Les chasseurs doivent passer un examen pour obtenir leur permis. En outre, tout chasseur désireux d obtenir le renouvellement de son permis est tenu de présenter un rapport portant sur les animaux qu il a abattu au cours de la saison précédente. La liste des méthodes de chasse interdites est fixée par l article 9 de la loi. Ces dispositions sont conformes à l Annexe IV de la Convention de Berne, sauf en ce qui concerne les macareux, espèce abondante en Islande, dont la capture au filet est autorisée dans certains cas. Les oiseaux capturés accidentellement dans les filets de pêche ne peuvent être cédés ou vendus et doivent être, dans toute la mesure du possible, relâchés. 2 Le ministre de l Environnement peut toutefois, par règlement, protéger le vison américain dans certaines zones si cela s avère nécessaire pour la recherche.

10 T-PVS (99) Enfin, la loi interdit de chasser à l intérieur des zones protégées. Cette interdiction n est toutefois pas absolue et peut être levée par le ministre à condition que la dérogation soit limitée dans le temps et que l administration chargée de la protection de la nature ait été consultée (article 10). L article 17 de la loi interdit de survoler par avion des colonies d oiseaux de mer établies sur des falaises et de faire des bruits inutiles dans un rayon de 200 mètres côté terre et 500 mètres côté mer de ces colonies. Il prohibe également formellement le tir des oiseaux en colonies, l utilisation de filets à moins de 200 mètres de celles-ci ainsi que l usage d armes à feu au voisinage des colonies d eiders. Le dérangement intentionnel est sévèrement réglementé puisqu un arrêté du 19 avril 1996, pris en application de la loi, interdit d utiliser des caméras, des enregistreurs de sons ou tout autre dispositif dès lors que ceux-ci sont susceptibles de déranger, en période de nidification : le gerfaut Falco rusticulus, le pygargue à queue noire Haliaeetus albicilla, la chouette harfang Nyctea scandiaca, le râle d eau Rallus aquaticus, le mergule nain Plautus alle, et le phalarope à bec large Phalaropus fulicarius. Ce même règlement interdit de s approcher, entre le 15 mars et le 15 août à moins de 500 mètres des nids de Haliaeetus albicilla, dont il ne subsiste pas plus de 40 couples nicheurs en Islande. La protection des colonies d eiders a été confiée aux autorités locales. C est à elles qu il appartient donc de choisir les colonies qu elles désirent conserver et d en dresser la liste. Des dispositions spéciales ont été adoptées pour les grands mammifères. Il s agit du renard polaire, de l ours blanc et du renne. Ce dernier peut être chassé dans la limite d un contingent. Des règlements précisent, au vu des résultats de la surveillance continue des populations, le nombre total, l âge et le sexe des rennes qui peuvent être abattus dans l année ainsi que les zones où ils peuvent être chassés. L ours blanc et le renard polaire sont protégés. Ils peuvent cependant être abattus dans certaines circonstances, en raison, pour le premier, du danger qu il représente ou, pour le second, des dommages qu il est susceptible d occasionner. Les mammifères marins, cétacés et phoques, relèvent, pour leur part de deux législations différentes. C est, en premier lieu, la loi de 1948 sur la chasse à la baleine, encore en vigueur, qui réglemente le prélèvement de cétacés en le soumettant à l obtention de licences. Il convient toutefois de noter que, bien que l Islande ait dénoncé la Convention baleinière, elle n accorde plus, depuis 1985, aucun permis, y compris pour la chasse scientifique. En revanche, le tourisme de vision a connu, depuis deux ans, un développement considérable dans au moins dix zones différentes du pays et est en passe de devenir une activité commerciale importante. La situation des phoques semble, à l inverse, moins enviable. La lecture du rapport de l Islande à la Convention de Berne pour la période montre que la protection accordée aux phoques au titre de la législation sur la pêche est faible. En témoigne notamment le déclin conséquent, au cours des quinze dernières années, de la population du phoque veau marin Phoca vitulina. La population de phoques gris Halichoerus grypus, pour sa part, a cependant connu et connaît encore une augmentation permettant d en autoriser la chasse. La chasse de Pusa hispida, Pagophilus groenlandicus, Erignatus barbatus et

11 T-PVS (99) 19 Cystophora cristata sont également autorisées. La chasse commerciale de phoques, pendant longtemps légale, est maintenant interdite. Une révision des lois existantes paraît nécessaire, d autant plus que trois ministères (Environnement, Agriculture et Pêche) continuent, semblet-il, de se partager la compétence sur ces espèces, ce qui ne simplifie pas la situation. La pêche aux salmonidés anadromes migrateurs, en mer et dans les eaux douces, et aux poissons d eau douce est régie par la loi sur la pêche au saumon, à la truite et à l omble chevalier du 5 juin 1957 et ses amendements successifs. Cette loi établit, entre autres, des périodes de fermeture et une réglementation de l usage des engins de pêche. 3. Le problème des dommages causés par les animaux prédateurs En Islande, ce sont essentiellement l ours blanc Ursus maritimus, le renard polaire Alopex lagopus et les phoques qui sont responsables de dommages causés aux personnes ou aux biens. L article 16 de la loi sur la conservation de la nature autorise en conséquence le ministre à déroger aux règles de protection de ces espèces. Il peut ainsi autoriser l Institut d histoire naturelle à capturer des ours se trouvant à terre et constituant un danger pour l homme ou les animaux domestiques afin de les transférer dans des zones plus isolées. Un ours peut néanmoins toujours être abattu en cas de danger imminent. L ours blanc ne vit pas en Islande mais il arrive, semble-t-il, souvent que certains animaux voyageant sur des glaces flottantes débarquent dans le pays. Ils ne s y reproduisent cependant pas. Le ministre peut également autoriser la chasse du renard polaire, espèce protégée, en raison des dommages qu il cause aux populations de lagopèdes, dont la chasse est autorisée. La loi n en fixe pas moins une série de conditions qui doivent être respectées puisqu elle interdit la chasse en période de reproduction et ne permet qu aux seules personnes figurant sur une liste établie par la commune et rémunérées à cette fin 3 de l exercer. Des exceptions sont néanmoins prévues pour les exploitants agricoles victimes de dommages et les éleveurs d eiders. Tous les abattages doivent être déclarés. Les autorités locales doivent également dresser la liste de tous les terriers de renards identifiés sur leur territoire. Elles sont assistées dans cette tâche par les chasseurs qui, s ils découvrent de nouveaux terriers, doivent les en informer (article 12 du règlement du 25 mars 1997). La population de renards polaires s élèverait à environ animaux. Quant aux phoques, la loi sur la pêche en eau douce établit un système complexe autorisant la destruction de colonies de phoques lorsque la valeur d une pêcherie de saumons, de truites de mer ou d ombles chevaliers est supérieure à celle que rapporterait l exploitation des phoques. En revanche, dès lors que la valeur commerciale des phoques l emporte sur celle des poissons, les phoques ne peuvent être détruits et les pêcheurs sont indemnisés. Bien que toujours en vigueur, un tel système semble maintenant être tombé en désuétude, d autant plus que la chasse commerciale des phoques, comme il a été mentionné plus haut, n est plus autorisée. 3 Les dépenses d abattage qui s élevaient à couronnes ont maintenant été réduites à couronnes et ont été mises à la charge des communes.

12 T-PVS (99) L introduction d espèces exotiques L Islande compte un certain nombre d espèces introduites. C est notamment le cas du renne dont la population s est maintenant stabilisée et du vison d Amérique qui occasionne des dommages. Les forestiers sont également à l origine de l introduction d assez nombreuses espèces exotiques, comme le peuplier et certains conifères, ainsi que d une plante herbacée, le lupin Lupinus nootkatensis, originaire d Amérique. Cette légumineuse, utilisée pour stabiliser les sols dégradés et les enrichir en azote, est devenue, au fil du temps, très envahissante. La législation en vigueur ne réglemente pas, pour le moment, les introductions d espèces terrestres. Un texte à cet effet est cependant en cours de préparation. En outre, la nouvelle loi sur la conservation de la nature, en cours d adoption, devrait interdire, sans autorisation, l importation, l élevage et le lâcher dans le milieu naturel des espèces exotiques figurant sur une liste. Le texte du projet de loi se fonde sur la Recommandation n 57 relative aux introductions d organismes appartenant à des espèces non indigènes dans l environnement, adoptée par le Comité permanent de la Convention de Berne le 5 décembre En ce qui concerne les espèces aquatiques, la loi sur la pêche au saumon, à la truite et à l omble chevalier de 1957 interdit l importation de salmonidés et d autres poissons d eau douce vivants. Le ministre ne peut autoriser l importation d œufs de ces poissons qu à condition qu il n y ait pas de danger de transmission de maladies et que les œufs soient accompagnés d un certificat sanitaire. Une autorisation est, en outre, nécessaire pour importer des poissons d ornement. Par ailleurs, lorsqu une autorisation est délivrée, les emballages qui contenaient les poissons ou les œufs, et les poissons eux-mêmes devront être désinfectés. En cas de nécessité, la désinfection du matériel de pêche utilisé à l étranger peut également être exigée avant que son importation en Islande ne soit autorisée. C est un comité spécial sur les maladies du poisson qui est compétent pour donner les autorisations. Ce comité peut aussi interdire l importation de poissons d eau douce morts, frais ou congelés (articles 74 à 80). Le développement de l élevage du saumon de l Atlantique peut menacer l intégrité génétique des populations sauvages de cette espèce, qui s hybrident avec des poissons échappés de captivité. Pour limiter ce risque, la loi sur la pêche au saumon, à la truite et à l omble chevalier autorise le ministre compétent à établir, en mer, au voisinage des zones de pêche importantes, des espaces où aucune activité d élevage de saumons ne peut être autorisée (article 15). CHAPITRE 4 : PROTECTION DES MILIEUX NATURELS La législation islandaise ne contient pas, à l heure actuelle, de dispositions portant sur la protection de types d habitats naturels. La nouvelle loi sur la conservation de la nature, en cours d adoption, devrait cependant comprendre des dispositions protégeant certains types d habitats. Il s agirait des champs de lave, des volcans, des lacs d eau douce de plus de 100 m², des zones humides, des vasières, des chutes d eau et des zones d activité géothermique. Toute intervention dans ces types d habitats nécessiterait une autorisation préalable qui ne pourrait être accordée qu avec l accord du Conseil de la conservation de la

13 T-PVS (99) 19 nature. L Islande se propose ensuite d établir un réseau semblable au Réseau Natura 2000 et de le faire approuver par le Parlement. L article 14 de la loi sur la conservation de la nature interdit de détruire ou d endommager la végétation sans nécessité. En outre, toute circulation inutile de véhicules hors des routes et chemins est interdite lorsque des dommages au milieu naturel sont susceptibles d en être la conséquence (article 12 du règlement d application de la loi). L article 29 de la même loi dispose que l Agence de la nature doit être consultée préalablement à la réalisation de tout projet de construction pouvant porter atteinte à des éléments naturels de valeur ou entraîner une pollution de l air ou de l eau. En cas de manquement à cette obligation, l Agence peut demander au chef de la police d empêcher le début ou la poursuite des travaux. Le règlement d application de la loi précise que les travaux d excavation sont également interdits sur les terres publiques, sans l autorisation du ministre. Sur les terres privées, l exploitation de graviers, de pierres, de sable, de scories et de pierre ponce est autorisée en dehors des zones protégées. Les collectivités locales peuvent néanmoins interdire l extraction de ces matériaux si elles estiment que celle-ci est susceptible de porter atteinte au paysage ou à des phénomènes naturels de valeur. Il est, par ailleurs, toujours possible d exiger que le site soit remis en état en cas d atteinte effective au paysage. La loi sur les études d impact du 21 mai 1993, actuellement en cours de révision, établira vraisemblablement, dans sa version modifiée, des liens entre la protection de la nature, d une part, et l aménagement du territoire et l urbanisme, d autre part. Les activités forestières entreront, en outre, probablement dans le champ d application de cette loi. Les organisations non gouvernementales devraient se voir reconnaître le droit d attaquer en justice les décisions entachées d illégalité. Ces recours seraient facilités par l obligation de soumettre l étude d impact à une procédure de validation permettant de vérifier qu elle a été menée conformément à la loi. Ces dispositions auront pour objet de permettre à l Islande de se conformer, comme son adhésion à l Espace économique européen l y oblige, à la directive communautaire sur les études d impact. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS La loi de 1971 sur la protection de la nature, maintenant dépassée, devrait être prochainement substantiellement amendée ou remplacée par un nouveau texte. Il faut exprimer le vœu que celui-ci comblera certaines lacunes de la législation actuelle. Il pourrait ainsi comprendre des dispositions portant sur la protection des types d habitats menacés en Islande, l introduction d espèces exotiques, et la protection du paysage, notamment par la création de paysages protégés. La législation sur les phoques devrait être harmonisée et une autorité compétente unique désignée pour réglementer leur chasse éventuelle. Certaines des réserves et objections émises par l Islande à l égard d espèces inscrites aux Annexes de la Convention de Berne ne paraissent plus avoir de sens, les espèces concernées étant maintenant protégées. Elles pourraient donc être retirées. Il s agit de celles

14 T-PVS (99) qui portent sur Ursus maritimus et Gavia stelata, ainsi que, au moins, sur les espèces de baleines menacées qui sont protégées par la Convention baleinière depuis plus d un demisiècle, c est-à-dire : Sibbaldus musculus, Megaptera novaengliae, Eubalaena glacialis et Balaena mysticetus. BIBLIOGRAPHIE OCDE, Examens des performances environnementales : Islande, Conseil de l Europe, Rapport général de l Islande, au Comité permanent de la Convention de Berne, document T-PVS (96) 28, pp BIOICE, Benthic Invertebrates in Icelandic Waters, 1996.

6. Une évaluation des effets environnementaux comprend les activités suivantes :

6. Une évaluation des effets environnementaux comprend les activités suivantes : FAC Politique régissant les examens préalables Loi canadienne sur l évaluation environnementale Date d entrée en vigueur : 2010-08-11 1. À titre de société d État fédérale, FAC est une autorité responsable

Plus en détail

DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D

DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D Le 21 novembre 2013 DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D Version consolidée au 25 avril 2012 Le Premier ministre,

Plus en détail

Classement de la Réserve naturelle régionale. Marais de Brière

Classement de la Réserve naturelle régionale. Marais de Brière Classement de la Réserve naturelle régionale Marais de Brière VU le Code Général des Collectivités Territoriales, VU le Code de l environnement, notamment ses articles L. 332-1 à L. 332-27, R.332-30 à

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 7 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009 14 ET 15 DECEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 7 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009 14 ET 15 DECEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2009/E7/243 ASSEMBLEE DE CORSE 7 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009 14 ET 15 DECEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : ORIENTATIONS

Plus en détail

Groupe : Géographie. 1 re secondaire Cahier d activités. Territoire protégé DOSSIER. Le parc naturel. Galápagos

Groupe : Géographie. 1 re secondaire Cahier d activités. Territoire protégé DOSSIER. Le parc naturel. Galápagos Nom : Date : Groupe : U NIVERS S OCIAL Géographie 1 re secondaire Cahier d activités DOSSIER 1 Territoire protégé Le parc naturel Galápagos 0 Chapitre 1 : Les territoires protégés p.232-235 1) Qu est-ce

Plus en détail

ACTE DE CLASSEMENT RESERVE NATURELLE REGIONALE DE SAINT-MAURIN. Commune de La PALUD SUR VERDON. Département des ALPES DE HAUTE PROVENCE

ACTE DE CLASSEMENT RESERVE NATURELLE REGIONALE DE SAINT-MAURIN. Commune de La PALUD SUR VERDON. Département des ALPES DE HAUTE PROVENCE ACTE DE CLASSEMENT RESERVE NATURELLE REGIONALE DE SAINT-MAURIN Commune de La PALUD SUR VERDON Département des ALPES DE HAUTE PROVENCE ARTICLE 1 : Dénomination et délimitation Sont classées en réserve naturelle

Plus en détail

CINQUIÈME RÉUNION DU COMITÉ PERMANENT 24 25 juin 2008, Bonn, Allemagne

CINQUIÈME RÉUNION DU COMITÉ PERMANENT 24 25 juin 2008, Bonn, Allemagne Secrétariat assuré par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) PoJ: 12 Doc. StC 5.16 23 juin 2008 CINQUIÈME RÉUNION DU COMITÉ PERMANENT 24 25 juin 2008, Bonn, Allemagne La législation

Plus en détail

FICHE DE RÉACTION LOCALE 3 PROTECTION ARBRES DES HAIES ET DES

FICHE DE RÉACTION LOCALE 3 PROTECTION ARBRES DES HAIES ET DES FICHE DE RÉACTION LOCALE 3 PROTECTION DES ARBRES ET DES HAIES 1 PROTECTION DES ARBRES ET DES HAIES VOUS CONSTATEZ : l abattage d un arbre ; la taille «exagérée» d une haie ; la destruction d une haie ou

Plus en détail

Commune d'ecublens/vd. Règlement communal sur les inhumations, les sépultures, les incinérations, les exhumations et le cimetière

Commune d'ecublens/vd. Règlement communal sur les inhumations, les sépultures, les incinérations, les exhumations et le cimetière Commune d'ecublens/vd Règlement communal sur les inhumations, les sépultures, les incinérations, les exhumations et le cimetière Edition 2014 Table des matières I. Dispositions générales 3 II. Cimetière

Plus en détail

Exigences. Exigences propres à chaque catégorie de parc. Office fédérale pour l environnement OFEV

Exigences. Exigences propres à chaque catégorie de parc. Office fédérale pour l environnement OFEV Office fédérale pour l environnement OFEV Exigences Pour pouvoir obtenir le label «Parc suisse» et les aides financières, un projet de parc doit remplir certaines exigences. La haute qualité de la nature

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Vu la Nouvelle Loi Communale, notamment l article 135, 2 et l article L1122-32 du Code de la Démocratie Locale ;

Vu la Nouvelle Loi Communale, notamment l article 135, 2 et l article L1122-32 du Code de la Démocratie Locale ; Le Conseil communal, Vu la Nouvelle Loi Communale, notamment l article 135, 2 et l article L1122-32 du Code de la Démocratie Locale ; Considérant que les communes ont pour mission de faire jouir les habitants

Plus en détail

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Contact presse : Murielle THERMED Directrice du Développement et de la Communication Parc Naturel Régional de la Martinique Tél. : 06

Plus en détail

DELIBERATION N 08-156 4 JUILLET 2008

DELIBERATION N 08-156 4 JUILLET 2008 DELIBERATION N 08-156 4 JUILLET 2008 ENVIRONNEMENT Classement de la Tour du Valat en réserve naturelle régionale VU le Code général des collectivités territoriales ; VU le code de l environnement, notamment

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 1407953 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Association pour la protection des animaux sauvages et autres

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 1407953 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Association pour la protection des animaux sauvages et autres TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 1407953 Association pour la protection des animaux sauvages et autres M.Fédi Juge des référés Ordonnance du 20 novembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec;

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec; TITRE : Politique relative aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction ORIGINE PAGE 1 de 20 Direction des services des ressources financières et matérielles RÉPONDANT Direction

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT

REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Communauté de Communes du Pays d Alby B.P. 39-74540 Alby-sur-Chéran Tél: 50.68.11.99. Fax: 50.68.14.47. REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT CHAPITRE PREMIER : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Objet

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL DES SEPULTURES ET DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE MOUDON

REGLEMENT COMMUNAL DES SEPULTURES ET DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE MOUDON COMMUNE DE MOUDON REGLEMENT COMMUNAL DES SEPULTURES ET DU CIMETIERE DE LA COMMUNE DE MOUDON du Règlement des sépultures et du cimetière de la Commune de Moudon 1 de 9 INDEX I. DISPOSITIONS GENERALES II.

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES CHAPITRE 1 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE Nh CARACTERISTIQUES GENERALES La zone Nh est une zone rurale comportant des constructions. Toute nouvelle

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME ARRETE n 2011-1412 fixant la liste prévue au 2 du III de l article L 414-4 du code de l environnement des documents de planification, programmes, projets, manifestations

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

Indemnisation - Cadre général

Indemnisation - Cadre général Indemnisation - Cadre général Dans la mesure où la plupart des déversements accidentels peuvent occasionner des préjudices de toute nature aux autorités locales, les dimensions juridiques et financières

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire

Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire Congrès des Maires de l Isère 11 Octobre 2014 Annick PILLEVESSE Département Conseil Juridique Association des Maires de France Le pouvoir

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON MUNICIPALITÉ DE SHANNON M.R.C. de La Jacques-Cartier Province de Québec REGLEMENT NUMÉRO 292 RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON Règlement #292, adopté le 4 novembre 2002 *

Plus en détail

Demande # 2 : SURVEILLANCE ET SUIVI ENVIRONNEMENTAUX

Demande # 2 : SURVEILLANCE ET SUIVI ENVIRONNEMENTAUX Demande # 2 : SURVEILLANCE ET SUIVI ENVIRONNEMENTAUX 1. En phase de conception et d ingénierie Le promoteur s engage à réaliser la conception et l ingénierie du projet de développement éolien conformément

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

ASSOCIATION COMMUNALE DE CHASSE AGREEE DE... (NB : en gras : articles à compléter en assemblée générale) REGLEMENT DE CHASSE

ASSOCIATION COMMUNALE DE CHASSE AGREEE DE... (NB : en gras : articles à compléter en assemblée générale) REGLEMENT DE CHASSE ASSOCIATION COMMUNALE DE CHASSE AGREEE DE... (NB : en gras : articles à compléter en assemblée générale) REGLEMENT DE CHASSE ARTICLE 1 - SECURITE DES CHASSEURS ET DES TIERS 1.1. Il est interdit de chasser,

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1017. Liège, le 22 août 2005

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1017. Liège, le 22 août 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.1017 Liège, le 22 août 2005 Objet : Demande de permis unique pour la construction et l exploitation d une station d épuration de 81 500 Equivalents- Habitants à Lives-sur-Meuse

Plus en détail

Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013

Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013 Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013 Loi sur les Préambule de la loi Ajouts Perspectives de développement durable et les ressources sont un «un bien collectif»

Plus en détail

PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES

PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DES EAUX ET FORETS - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Office

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Cette liste regroupe les arrêtés n 638/2011/DDT et n 022/2013/DDT et présente les articles concernant la ZPS Bassigny, partie Lorraine

Cette liste regroupe les arrêtés n 638/2011/DDT et n 022/2013/DDT et présente les articles concernant la ZPS Bassigny, partie Lorraine Listes locales de planification, programmes, projets d activités, de travaux, d aménagements, d ouvrages ou d installations, manifestations et intervention dans le milieu naturel ou le paysage soumis à

Plus en détail

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Strasbourg, 8.XI.2001 STE 183 Protection du patrimoine audiovisuel, 8.XI.2001 2 Préambule Chapitre

Plus en détail

Loi fédérale sur la protection des animaux

Loi fédérale sur la protection des animaux Loi fédérale sur la protection des animaux (LPA) 455 du 9 mars 1978 (Etat le 2 décembre 2003) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 25 bis, 27 sexies et 64 bis de la constitution

Plus en détail

2010-12-307 RÈGLEMENT RELATIF AU BRÛLAGE DE MATIÈRES COMBUSTIBLES

2010-12-307 RÈGLEMENT RELATIF AU BRÛLAGE DE MATIÈRES COMBUSTIBLES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE PAPINEAU MUNICIPALITÉ DE CHÉNÉVILLE RÈGLEMENT NUMÉRO 2010-039 2010-12-307 RÈGLEMENT RELATIF AU BRÛLAGE DE MATIÈRES COMBUSTIBLES CONSIDÉRANT CONSIDÉRANT que l article 555

Plus en détail

Première analyse des principes de Conservation en Chine

Première analyse des principes de Conservation en Chine 1 Première analyse des principes de Conservation en Chine (Traduction libre à partir de la version anglaise) Chapitre un : Principes généraux... 2 Chapitre deux : Le processus de la conservation... 3 Chapitre

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

PLAN DE CONSERVATION ET DE GESTION

PLAN DE CONSERVATION ET DE GESTION PLAN DE CONSERVATION ET DE GESTION Objectif 1. Réduire les causes directes et indirectes de la mortalité des tortues marines Avancement de la mise en oeuvre à 1.1 Identifier et documenter les menaces envers

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Loi concernant le parc national du Mont-Orford

Loi concernant le parc national du Mont-Orford PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 90 (2010, chapitre 9) Loi concernant le parc national du Mont-Orford Présenté le 23 mars 2010 Principe adopté le 22 avril 2010 Adopté le 25

Plus en détail

Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie

Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie L utilité publique d une opération La satisfaction de l intérêt général en matière de liberté de déplacement des citoyens, dispose de différents

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 46-10 RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE SUR LA PROTECTION DES BOIS DE LA M.R.C. DE LA VALLÉE-DU-RICHELIEU

RÈGLEMENT NUMÉRO 46-10 RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE SUR LA PROTECTION DES BOIS DE LA M.R.C. DE LA VALLÉE-DU-RICHELIEU PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE LA VALLÉE-DU-RICHELIEU RÈGLEMENT NUMÉRO 46-10 RÈGLEMENT DE CONTRÔLE INTÉRIMAIRE SUR LA PROTECTION DES BOIS DE LA M.R.C. DE LA VALLÉE-DU-RICHELIEU CHAPITRE

Plus en détail

(Etat le 15 mai 2012)

(Etat le 15 mai 2012) Accord entre la Confédération suisse et la République arabe d Egypte concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 7 juin 2010 Approuvé par l Assemblée fédérale le 8

Plus en détail

FÉDÉRATION AUTONOME DEPARTEMENTALE DE LA POLICE MUNICIPALE B.P. 34 34401 LUNEL Cedex - /fax : 04.67.64.51.92

FÉDÉRATION AUTONOME DEPARTEMENTALE DE LA POLICE MUNICIPALE B.P. 34 34401 LUNEL Cedex - /fax : 04.67.64.51.92 N 46/2007 13.05.2007 INFO 158 Règles applicables aux animaux dangereux La loi n 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a profondément modifié les dispositions du Code rural

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires

Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Les transferts de propriété entre le gouvernement et les personnes physiques ou morales; disposition des biens excédentaires Gilles Roy* Introduction............................ 329 1. Le nouveau règlement....................

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève,

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève, Loi sur l application de la loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre L 1 60 du 4 décembre 1998 (Entrée en vigueur : 6 février 1999) Le GRAND CONSEIL de la République

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

REGLEMENT DU CIMETIERE

REGLEMENT DU CIMETIERE Estavayer-le-Lac, le 4 octobre 005 REGLEMENT DU CIMETIERE Le Conseil général Vu : la loi du 6 novembre 999 sur la santé; l'arrêté du 5 décembre 000 sur les sépultures ; la loi du 4 février 97 sur le domaine

Plus en détail

Convention de Partenariat entre la Commune d Yerres et l Association «Potager Caillebotte»

Convention de Partenariat entre la Commune d Yerres et l Association «Potager Caillebotte» Convention de Partenariat entre la Commune d Yerres et l Association «Potager Caillebotte» ENTRE La Commune d Yerres, Hôtel de Ville, 60 rue Charles de Gaulle, 91330 YERRES, représentée par son Député-Maire,

Plus en détail

Convention d établissement entre la Confédération suisse et l Empire de Perse

Convention d établissement entre la Confédération suisse et l Empire de Perse Texte original Convention d établissement entre la Confédération suisse et l Empire de Perse 0.142.114.362 Conclue le 25 avril 1934 Approuvée par l Assemblée fédérale le 8 novembre 1934 1 Instruments de

Plus en détail

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)*

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (Ce texte remplace celui classé précédemment sous le même numéro de cote.) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (adopté à Genève le

Plus en détail

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Dernière mise à jour : 15 mars 2016 i Table des matières Introduction 1 Mise en contexte

Plus en détail

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service (Ordonnance sur les installations de tir) 510.512 du 15 novembre 2004 (Etat le 7 décembre 2004) Le Département fédéral de la défense, de

Plus en détail

Politique sur la gestion des prises accessoires

Politique sur la gestion des prises accessoires Politique sur la gestion des prises accessoires Cadre pour la pêche durable - 2 - Table des matières 1. Introduction... - 3-2. Portée... - 4-3. Objectif de la politique... - 5-4. Mise en œuvre de la politique...

Plus en détail

INVALIDITÉ PARTIELLE

INVALIDITÉ PARTIELLE SECOND PROJET DE RÈGLEMENT NUMÉRO 716-2007 modifiant le règlement de zonage no. 423-1990 concernant l abattage d arbres Le présent règlement vise à modifier la terminologie relative à l abattage d arbres

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

LES A.C.C.A. et SOCIETES de CHASSE

LES A.C.C.A. et SOCIETES de CHASSE Le Conseil d Administration et le personnel fédéral vous présentent leurs meilleurs vœux pour l année cynégétique 2014 LES A.C.C.A. et SOCIETES de CHASSE 1 LES SOCIETES DE CHASSE Le contrat d association

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE

POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE 1. Champ d application La présente politique (la «Politique») s applique à tous les financements et investissements et plus généralement à toutes les interventions

Plus en détail

ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES

ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES ANALYSE DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DES OPCVM ET DES OBLIGATIONS STRUCTUREES Points d attention au regard des évolutions des pratiques actuelles que commandent les nouvelles dispositions issues de la transposition

Plus en détail

NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE

NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE Le présent bulletin d information expose en détail les mesures fiscales qui seront mises en place pour tenir compte des recommandations

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE POUR LES PROJETS CONTRIBUANT À LA MISE EN PLACE DE LA TRAME VERTE ET BLEUE SUR LE TERRITOIRE MÉTROPOLITAIN

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE POUR LES PROJETS CONTRIBUANT À LA MISE EN PLACE DE LA TRAME VERTE ET BLEUE SUR LE TERRITOIRE MÉTROPOLITAIN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE POUR LES PROJETS CONTRIBUANT À LA MISE EN PLACE DE LA TRAME VERTE ET BLEUE SUR LE TERRITOIRE MÉTROPOLITAIN Crédits photo : Louis-Étienne Doré CMM FONDS DE DÉVELOPPEMENT MÉTROPOLITAIN

Plus en détail

Loi sur la protection des armoiries de la Suisse et des autres signes publics*

Loi sur la protection des armoiries de la Suisse et des autres signes publics* Délai référendaire: 10 octobre 2013 Loi sur la protection des armoiries de la Suisse et des autres signes publics* (Loi sur la protection des armoiries, LPAP) du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques 30.7.98 FR Journal officiel des Communautés européennes

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME Annexe 1 CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME LES SOUSSIGNES : d une part, Domicilié(e) Agissant(e) en tant que bailleur, ci-après désigné par «le bailleur», et, d autre part, Exploitant agricole Domicilié(e)

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Chapitre I : Dispositions générales

TABLE DES MATIERES. Chapitre I : Dispositions générales Règlement de police et d administration sur les cimetières et les sépultures de la commune de Waimes, arrêté par séance du Conseil communal en date du 25 juin 2015 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Dispositions

Plus en détail

Direction générale de l Aviation civile. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie

Direction générale de l Aviation civile. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie Observation et Gestion des milieux aquatiques, du nouvel usage des drones Yves GARRIGUES Directeur de la Sécurité de l Aviation Civile Ouest Réglementation applicable aux aéronefs télépilotés Table des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique)

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Commentaire Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 juin 2011 par

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite Arrêté n 07-1679 du 22 mai 2007 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA CHARENTE-MARITIME relatif à la lutte contre le bruit Santé-Environnement Le Préfet de la Charente-Maritime

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

EXEMPLE DU MARAIS AUDOMAROIS

EXEMPLE DU MARAIS AUDOMAROIS EXEMPLE DU MARAIS AUDOMAROIS Maud Kilhoffer, Chargée de mission Développement et Aménagement Animation du Contrat de Marais et des reconnaissances internationales Ramsar et Réserve de biosphère. Animation

Plus en détail

Les carrières et la biodiversité

Les carrières et la biodiversité Les carrières et la biodiversité Les carrières sont directement concernées par la biodiversité : l exploitation de carrières a un impact sur les écosystèmes, les habitats et les espèces ; l incidence sur

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 1/13 FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 (Art R414-23 I à III du code de l'environnement) Par qui? Ce formulaire est à remplir par le porteur du projet, en fonction des informations

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets La directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les préfets - à l attention de Mesdames et Messieurs les directeurs des archives départementales - à l attention de Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

PREFECTURE DE LA DROME

PREFECTURE DE LA DROME PREFECTURE DE LA DROME ENQUETE PUBLIQUE PREALABLE A LA DECLARATION D UTILITE PUBLIQUE DE L OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE DE L ILOT «MOUTON» A ROMANS-SUR-ISERE Mars 2015 Commissaire enquêteur :

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

NOR : DEVD1132602J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1132602J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Service de l économie, de l évaluation et de l intégration

Plus en détail

Commune d Hermance. Règlement du cimetière

Commune d Hermance. Règlement du cimetière 1 Commune d Hermance Règlement du cimetière 2 Chapitre I Dispositions générales Article premier - Le Cimetière de la commune d Hermance est la propriété de la commune. Art. 2 - Il est placé sous la garde

Plus en détail

Ordonnance sur l Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle

Ordonnance sur l Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Ordonnance sur l Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (Ordonnance sur l IFFP) 412.106.1 du 14 septembre 2005 (Etat le 1 er mars 2016) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 48,

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail