Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015"

Transcription

1 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

2 Automatismes du génie Climatique et de la Régulation Pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Vocation du syndicat Promouvoir les Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments en Partenariat avec des organismes Français et Européens Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

3 Automatismes du génie Climatique et de la Régulation Pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Les Adhérents Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

4 Les prestations des professionnels (rappel) Assistance à l élaboration des projets Préconisation de solutions techniques adaptées Assistance à la mise en œuvre Maintenance des Matériels et Logiciels Formation des utilisateurs Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

5 Le Syndicat ACR, un but permanent : l Efficacité Énergétique des Bâtiments Les objectifs demeurent : Promotion de la Régulation et de la GTB Participation active à l élaboration des normes et réglementations Création et animation des structures nécessaires Partenariats avec tous les organismes Officiels et/ou privés ayant les mêmes objectifs Les voies de réalisations évoluent Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

6 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les adhérents du Syndicat ACR ont comme domaine de compétence la RÉGULATION et la GTB dans les bâtiments. La loi de la Transition Énergétique pour la croissance verte dédie au bâtiment son Titre II «Rénover les bâtiments» : Objectifs : Diminuer de moitié la consommation d énergie d ici à 2050, Réaliser la rénovation de logements par an, Créer emplois dans le secteur sur tout le territoire. Agir dès maintenant : Accélérer la rénovation énergétique des logements, Renforcer les performances des nouvelles construction, Maîtriser la consommation par des outils d aide à la gestion active de l énergie, Développer les territoires à énergie positive. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

7 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les grands objectifs du projet de loi : Réduire de 40 % nos émissions de gaz à effet de serre en 2030 et les diviser par quatre en 2050 par rapport à 1990, Porter la production d énergie renouvelable à 32 % de notre consommation énergétique finale en 2030, Plafonner à 63,2 GW la puissance nucléaire installée en France soit son niveau actuel, Diminuer notre consommation d énergie de 20 % en Économiser l énergie dans les bâtiments et maîtriser les factures : Construire des bâtiments à énergie positive et profiter de la réalisation de travaux importants (ravalement, toiture, extension...) pour améliorer significativement la performance énergétique de tous les bâtiments. Permettre un tiers financement par des sociétés publiques. Cette nouvelle disposition permet l avance des fonds aux particuliers souhaitant engager des travaux. Généraliser les compteurs individuels de chaleur dans les immeubles pour permettre aux usagers de connaître et mieux maîtriser leur consommation et renforcer l information donnée aux usagers sur leur consommation grâce au déploiement des compteurs intelligents d électricité (Linky) et de gaz (Gazpar). Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

8 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les mots clés de la loi sont (nous concernant) : Rénovation (les bâtiments existants), Réduction de l émission de CO 2, Énergie renouvelable, Gestion active de l énergie (Smart Building, Smart Home, Smart Grid, Smart Meetering ), Bâtiments à énergie positive. Donc augmenter la performance énergétique des bâtiments, introduisant d autres indicateurs Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

9 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Directives européennes, Réglementation nationale, Standardisation, Certification et Labels Il y a deux Directives Européennes qui vont influencer nos activités au plan national et international en 2015 et dans les années à venir : Directive de Performance Énergétique des Bâtiments, Directive Éco-conception (ECODESIGN) complétée par celle relative à l Étiquetage des produits (26 Septembre 2015). La première Directive va amener l évolution de la RT2012 en 2017 voir 2018 pour pouvoir donner 3 indicateurs : Contenu en CO 2, Utilisation des énergies renouvelables, Prise en compte du cycle de vie des bâtiments. La deuxième Directive va demander au Syndicat ACR de fournir le support aux adhérents pour l étiquetage de 8 classes de régulateurs pour les Lots 1 et 2 (voire même les Lots 6 et 20). Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

10 PRIORITÉ ABSOLUE POUR LA FILIÈRE (Constructeurs, Distributeurs, Installateurs, Exploitants ) Pour la Certification et les Labels, nous allons continuer la coopération avec eu.bac. Pour la visibilité : une nouvelle revue, bi-annuelle, en anglais, allemand et français (voir site et bientôt sur le site : Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Travail pour élargir la couverture de la certification eu.bac (vannes rotatives et 6 voies, VAV) à celles déjà opérationnelles à ce jour. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

11 Préambule Quel est le rôle de la Régulation et GTB pour la Performance Énergetique d un Bâtiment? PEB = L énergie délivrée L énergie exportée Le rôle du BAC est d assurer l équilibre entre le confort humain desiré (qui doit être maximal) et l énergie utilisée pour obtenir ce but (qui doit être minimale) Les défis du confort Humain : Confort thermique (température ) Qualité de l air (CO 2 ) Confort à l humidité Confort de l éclairage Confort acoustique «utilisation standard du bâtiment» (VOIR rev EN ) Ces indicateurs ont une liaison avec notre santé et notre productivité Les défis énergétiques : Prendre en compte le Bâti et Les Systèmes Techniques du Bâtiment La part d énergies renouvelables L énergie verte Bâtiments à énergies passives ou BEPOS Valeur du bâtiment et Certification des bâtiments Coût de l énergie (Exprimé en kwhep/m²/an ) Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

12 Statistiques annuelles Recueil des informations sur l évolution du marché depuis 43 ans Collecte confidentielle des résultats de chaque adhérent Segmentation simple et réaliste Rapide Synthèse des différents Domaines Évaluation du Marché global Efficace Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

13 Statistiques annuelles Structure (rappel) Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Assistance technique - Formation Matériels de rechange - Dépannages Contrats de maintenance Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif Ventilation Climatisation Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

14 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

15 Régulation du Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Le Chauffage Électrique Effet de la RT 2012 : Le coefficient de transformation d Énergie Primaire de 2,58 accentue la régression dans le résidentiel neuf. Les délesteurs simples survivent dans le résidentiel existant. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

16 Régulation du Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Le Chauffage à eau chaude Les thermostats d ambiance sont en régression : apparition de modèles connectés (20000 unités vendues en 2014) ; une veille technico-commerciale s impose. Large reconnaissance de matériels à haute efficacité La famille des Robinets Thermostatiques évolue positivement grâce aux modèles électroniques communicants et aux programmateurs multi-zones. Les régulateurs f(text) sont en croissance, nette pour le résidentiel individuel et forte pour le collectif, en neuf et en rénovation. Mise en œuvre de solutions énergétiques plus performantes Les Modules Thermiques d Appartement sont en croissance forte. Ils combinent les avantages des chaufferies à haut rendement et ceux de l individualisation du chauffage et de la production d ECS. Les quatre principales applications sont maintenant intégrées dans la RT Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

17 Statistiques annuelles Résultats 2013 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

18 Régulation de la Climatisation 76,5 M +1,4% L importance du traitement de l air tend à devenir prépondérante La crise et les habitudes freinent la prise en compte des coûts globaux Par exemple : Les régulateurs non communicants encore trop présents dans la ventilation et la climatisation. Les moteurs thermiques de vannes terminales sont encore majoritaires malgré la supériorité des moteurs modulants. Le réalisme progresse et finira par l emporter Les régulateurs communicants utilisant le protocole ouvert BACnet progressent plus vite que KNX et LON; due à la rénovation, les régulateurs avec protocole propriétaire résistent plus que nous l avions pensé! Les modules pour stores et éclairage affichent une forte progression en raison de leur efficacité énergétique mieux reconnue. Le syndicat ACR a un rôle important à jouer dans la prise de conscience nécessaire, mais également les B.E et tous les autres prescripteurs. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

19 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

20 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

21 Gestion Technique des Bâtiments 76,7 M -4,5 % La crise financière est à la base de la majorité des dégradations Mais les effets sont contrastés et parfois encourageants : Le CA relatif aux prestations augmente, celui des matériels chute plus que leur nombre. La régression est moins sensible dans les canaux de vente aux exploitants et utilisateurs finaux. La GTB pilote les équipements de CVC, éclairage et stores Les Unités de Traitement Local croissent en nombre et en capacité de traitement : - elles peuvent assurer la totalité des fonctions de Gestion, - leurs applications web embarquées les rendent quasi complètes. Les nombres d appareils vendus améliorent la visibilité d ensemble Le rôle des postes centraux classiques évoluent pour disposer aussi des fonctions de GESTION ÉNERGÉTIQUE! L activité du syndicat ACR demeure centrée sur sa vocation première : l utilisation efficace de l Énergie, problème majeur du monde actuel. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

22 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services 56,9 M +6,9 % Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

23 Services associés à la Régulation et à la GTB 56,9 M +6,9 % Une croissance d autant plus significative que le marché global est en recul L historique de ce marché est encore plus encourageant : Après la croissance exceptionnelle de 2008 (18,5 %), l expansion ne s est jamais démentie puisque les 6 années qui ont suivi ont pratiquement majoré le marché de 50 % Les constructeurs demeurent les plus compétents pour assurer tous les Services liés à la GTB et conservent la confiance des utilisateurs. Ce domaine fait donc beaucoup mieux que résister aux crises successives. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

24 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB 333,5 M -0,4 % Services 56,9 M +6,9 % Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

25 Marché français de la Régulation et de la GTB Estimations Valeur en millions d euros Année Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

26 Répartition du Marché 2014 Marché global Régulation - GTB - Services 60,1 % (+1,2) Services Régulation 15,9 % (+0,6) 24 % (+0,5) 2013 Chauffage Climatisation 62,2 % (-0,5) Marché de la Régulation Chauffage & Climatisation 37,8 % (+0,6) GTB 60 % (-0,1) 17 % (+1,1) % (-0,2) 38,2 % (+0,4) 23 % (-1) Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

27 Bilan 2014 et perspectives 2015 Ralentissement du taux de croissance en 2014 Dans un contexte économique difficile, une modeste croissance des domaines de marché de l ACR constituait déjà une performance. La permanence de ce contexte difficile a tiré le résultat global vers le bas, mais l ensemble est sauvé par la nette croissance des services et celle, plus limitée, de la Régulation de la CVC. En conclusion : le Syndicat ACR considère qu un marché annuel 2014 sensiblement constant constitue une satisfaction et un encouragement à continuer ses efforts en faveur de l utilisation efficace des Énergies. L année 2015 devrait être à minima égal à 2014, voir une croissance timide! Les mutations (technologiques, réglementaires, filière, ) vont s accentuer! Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

28 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l efficacité énergétique des bâtiments Vous remercie de votre attention

Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013»

Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013» Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013» Une année positive dans un contexte de crise Nous avons le plaisir de vous

Plus en détail

Confort, sécurité et gestion énergétique

Confort, sécurité et gestion énergétique Fonctionnalités d une système de GTB Offre globale pour la productivité des bâtiments, Sécurité des personnes et des biens Sécurité Incendie Signalétique d évacuation Détection d Intrusion Vidéosurveillance

Plus en détail

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires L efficacité énergétique Présentation ETS5 16 octobre 2014 Lyon / 10h Les Enjeux Enjeux du bâtiment de demain Le Bâtiment

Plus en détail

La société Distech Controls

La société Distech Controls La société Distech Controls Distech Controls est un acteur majeur sur le marché mondial des automatismes du bâtiment depuis 1995. La société conçoit, produit et commercialise des offres innovantes pour

Plus en détail

Des solutions complètes pour la maison individuelle

Des solutions complètes pour la maison individuelle Gestion énergétique Des solutions complètes pour la maison individuelle Vous aider à réduire la consommation d énergie de votre habitation. www.siemens.fr/cps Réduire la consommation d énergie des bâtiments

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... Michael Rader Product Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 05 I 2008 Les bâtiments collectifs et tertiaires représentent plus de 40 pour cent de la consommation totale d énergie primaire en

Plus en détail

KERGRID PRESENTATION DESCRIPTION DU SITE CARACTERISTIQUES DU BATIMENT LE SMART BUILDING EN BREF

KERGRID PRESENTATION DESCRIPTION DU SITE CARACTERISTIQUES DU BATIMENT LE SMART BUILDING EN BREF DESCRIPTION DU SITE Opération : construction neuve Usage : bâtiment de bureaux Maître d ouvrage : Syndicat Départemental d Energies du Morbihan Date de livraison : 2013 Adresse : 27 rue de Luscanen 56010

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail

Les économies d énergie avec Synco

Les économies d énergie avec Synco Les économies d énergie avec Synco Conseils et astuces pour l utilisateur final *Des réponses pour les infrastructures Answers for infrastructure*. 1 2 Sommaire Situation actuelle et potentiels d économie...

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide?

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? 3 niveaux d actions d efficacité énergétique La gestion d énergie, les systèmes de comptage et d

Plus en détail

PARTIE 1 NICE LYCEE GUILLAUME APOLLINAIRE INTERETS, ANALYSES, SOLUTIONS

PARTIE 1 NICE LYCEE GUILLAUME APOLLINAIRE INTERETS, ANALYSES, SOLUTIONS 1 EFFICACITE ENERGETIQUE ACTIVE PARTIE 1 INTERETS, ANALYSES, SOLUTIONS LYCEE GUILLAUME APOLLINAIRE NICE 2 INTRODUCTION La démarche d amélioration de l efficacité énergétique des bâtiments doit être pensée

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Mise en œuvre d un système GTB/GTC et télégestion

Mise en œuvre d un système GTB/GTC et télégestion 1 Mise en œuvre d un système GTB/GTC et télégestion 2 Ø Présentation Ville de Mordelles Ø Présentation CYRISEA Ø Définitions Ø Intégration d une GTB : Ville de Mordelles. Ø Quels sont les enjeux d un tel

Plus en détail

Rénovation énergétique

Rénovation énergétique Rénovation énergétique Vers des feuilles de route pragmatiques pour les logements équipés de chauffage collectif Une étude confiée par Fedene à Cardonnel Ingénierie Conférence de presse 2 avril 2014 Flora

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Le Guide RT 2012 POUR LES PROFESSIONNELS DU BÂTIMENT. Les solutions Prolians

Le Guide RT 2012 POUR LES PROFESSIONNELS DU BÂTIMENT. Les solutions Prolians Le Guide RT 2012 POUR LES PROFESSIONNELS DU BÂTIMENT Les solutions Prolians SOMMAIRE Qu est-ce que la RT 2012? I Trois exigences de résultats 1 Exigence d efficacité énergétique du bâti 2 Exigence de consommation

Plus en détail

STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires

STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires KNX, qu est-ce que c est? STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires Plus de confort, plus de sécurité, énormes gains d énergie : la demande en systèmes de gestion des bâtiments

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude?

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Jeudi 7 novembre 2013 RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Intervenants: Marie-Hélène HUZE, directeur technique adjoint, COSTIC Jérôme MALDONADO, porte-parole

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 Programme de l intervention La certification du logement : quelle contribution

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Plan maîtrise de l énergie Les enjeux Les leviers Travaux sur le bâti Réduire la facture et lutter contre la précarité énergétique Réduire

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC 24 Juin 2015 TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC Afin de répondre aux attentes des locataires et aux enjeux de l environnement, en collaboration avec les membres du Conseil de Concertation

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

L Intelligence Energétique au service des collectivités Application sur un territoire de Rennes Métropole

L Intelligence Energétique au service des collectivités Application sur un territoire de Rennes Métropole L Intelligence Energétique au service des collectivités Application sur un territoire de Rennes Métropole PUCA, 13 septembre 2013 Philippe Outrequin, Catherine Charlot-Valdieu (La Calade), Daniel Guillotin,

Plus en détail

Je découvre. La Réglementation Thermique (RT) Règlementation thermique des bâtiments existants RT existant

Je découvre. La Réglementation Thermique (RT) Règlementation thermique des bâtiments existants RT existant La Réglementation Thermique (RT) De quoi s agit-il? La réglementation thermique définit les niveaux obligatoires de performance énergétique à atteindre pour la globalité d un bâtiment, en termes de consommations

Plus en détail

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Lieu : Bastia, place St Nicolas Maître d'ouvrage : Mairie de Bastia Mandataire Maîtrise d œuvre : BET FOBIS Avignon

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

Réussir la rénovation énergétique en copropriété

Réussir la rénovation énergétique en copropriété Réussir la rénovation énergétique en copropriété Étude janvier 2015 Réussir la rénovation énergétique en copropriété Étude janvier 2015 Contexte...4 Aspects réglementaires...4 Evolution du vote en copropriété...4

Plus en détail

Chaudières gaz à condensation individuelles

Chaudières gaz à condensation individuelles Chaudières gaz à condensation individuelles Présentation Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ArchiWIZARD de RayCREATIS Version 2.7.0 du 05/07/2013 Logiciel évalué conforme à la RT 2012 sous le

Plus en détail

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE Modules thermiques individuels La performance au service du confort thermique INGENIERIE Réseau primaire chauffage urbain Tubes pré-isolés Solutions thermiques au service du chauffage collectif EFFICAL

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission AG spéciales des immeubles Rappel des objectifs et méthodes Pour les immeubles Faire un point du potentiel des techniques

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES

JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES LES BÂTIMENTS MÉDITERRANÉENS PERFORMANTS JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES RT 2012 C est quand qu on va où? André POUGET Sommaire Domaine d application 3 exigences de performances globales Coefficient

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments

L efficacité énergétique dans les bâtiments https://intranet.swe.siemens.com/fr/intra/infrastructure-cities/bt/offre/ssp/buildingautomation/energie/pages/notre-offre.aspx L efficacité énergétique dans les bâtiments siemens.com/answers Kurt Detavernier

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

à votre écoute! 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 GDF Suez DolceVita

à votre écoute! 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 GDF Suez DolceVita Logements neufs en Copropriété GDF Suez DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Tout savoir

Plus en détail

DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments

DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments * Des réponses pour les infrastructes Answers for infrastucture.* DESIGO : haute performance énergétique et flexibilité pour protéger vos investissements

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY Les labels de rénovation thermique Journée rénovation du patrimoine des Collectivités Frédéric SAILLY Les actions de l ARCAD/PQE sont financés par Quels labels en rénovation? Arrêté du 29 septembre 2009

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global Questure Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global 1. État des lieux : consommations totales en 2013 - non normalisées Électricité Gaz Eau kwh EURO kwh EURO m 3 EURO 2009 932 272

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

Travaux d amélioration de la performance énergétique du bâtiment éligibles aux prêts adossés au Livret Développement durable

Travaux d amélioration de la performance énergétique du bâtiment éligibles aux prêts adossés au Livret Développement durable Travaux d amélioration de la performance énergétique du bâtiment éligibles aux prêts adossés au Livret Développement durable (Arrêté du 4 décembre 2008 relatif aux règles d emploi des fonds collectés au

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement José NAVETEUR (1), Christian BRUSS (2) (1) EDF Département EnerBat - BP 46-77818 Moret-sur-Loing

Plus en détail

Conclusion. Enjeux et perspectives. Agir en Auvergne

Conclusion. Enjeux et perspectives. Agir en Auvergne Conclusion Enjeux et perspectives Agir en Auvergne Enjeux et perspectives Le bâtiment : un secteur en 1 ère ligne / transition énergétique Emissions de GES Consommation d énergie Transports : 28 % Bâtiment

Plus en détail

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 L immeuble neuf pour un syndic La préparation à la mise en route d un immeuble neuf La réception d un ouvrage neuf...22310.0369 7 La livraison de l ouvrage neuf....22310.0370

Plus en détail

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel articulation des réglementations

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Cadre réglementaire bruxellois et européen PEB travaux PEB chauffage - Ecodesign Jonathan

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

Logement certifié. Signature :

Logement certifié. Signature : Logement certifié Rue : Rue de l'industrie n : 1 boîte : 022 CP : 6000 Localité : Charleroi Certifié comme : Appartement Date de construction : Entre 1971 et 1980 Performance énergétique La consommation

Plus en détail

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE LABEL PROMOTELEC RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Retour d expérience LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Édition 215 LOGEMENTS COLLECTIFS - MAISONS INDIVIDUELLES Sommaire Préambule 4 1 - ANALYSE DU MARCHÉ DE LA LABELLISATION

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Matinée technique RT 2012, l'enjeu de la gestion d'éclairage

Matinée technique RT 2012, l'enjeu de la gestion d'éclairage Matinée technique RT 2012, l'enjeu de la gestion d'éclairage RT 2012, L enjeu de la gestion d éclairage 1 18 février 2010! Evolutions RT2005 / RT2012 & Gestion de l éclairage TCHANG Nathalie Directrice

Plus en détail

R 7. Isolation en toiture-terrasse R 4,5 Isolation en rampants de toiture et combles aménagés R 6 18 %

R 7. Isolation en toiture-terrasse R 4,5 Isolation en rampants de toiture et combles aménagés R 6 18 % Crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC

Plus en détail

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants

Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Présentation du cadre réglementaire Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable benoit.fourez@spw.wallonie.be 1 Sommaire Contexte

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Spécialisée dans le domaine de la gestion technique des bâtiments tertiaires et industriels, notre société développe

Plus en détail

Partie 2 Le contexte légal. Eléonore Cren Agence de Développement et d Urbanisme de la Sambre

Partie 2 Le contexte légal. Eléonore Cren Agence de Développement et d Urbanisme de la Sambre Partie 2 Le contexte légal Eléonore Cren Agence de Développement et d Urbanisme de la Sambre Protocole de Kyoto- PEB PMDE- Paquet climat énergie -PRÊT VERT ATG - RÉGLEMENTATION THERMIQUE Crédit d impôt

Plus en détail

MONTPELLIER : INNOVATIONS DANS LA CONCEPTION D ECOLES BEPOS ET RÉSULTATS OBTENUS

MONTPELLIER : INNOVATIONS DANS LA CONCEPTION D ECOLES BEPOS ET RÉSULTATS OBTENUS MONTPELLIER : INNOVATIONS DANS LA CONCEPTION D ECOLES BEPOS ET RÉSULTATS OBTENUS Michel IRIGOIN Directeur Energie Moyens Techniques www.montpellier.fr ZeMed S 7/10/15 ORGANISATION À MONTPELLIER : UNE FORTE

Plus en détail

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Lundi 18 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Cette réunion permettra de faire un point et d'étudier les perspectives

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Une technologie innovante pour connecter votre maison

Une technologie innovante pour connecter votre maison Vivez connectée Une technologie innovante pour connecter votre maison io-homecontrol est une technologie de communication radio sans fi l, bidirectionnelle, intégrée dans une large gamme d équipements

Plus en détail

La performance Energétique des logements français

La performance Energétique des logements français La performance Energétique des logements français Etude statistique menée par EX IM sur la base de plus de 150000 Diagnostics de Performance Energétique La Performance Energétique des logements français

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

CHAUDIERES - GAZ. CHAUDIERES - gaz. inox. PULSATOIRE 20 et 40. Le principe de la chaudière Pulsatoire, économique et respectueuse de l environnement

CHAUDIERES - GAZ. CHAUDIERES - gaz. inox. PULSATOIRE 20 et 40. Le principe de la chaudière Pulsatoire, économique et respectueuse de l environnement CHAUDIERES - gaz PULSATOIRE 20 et 40 GAZ NATUREL OU PROPANE RT 2000 CONDENSATION L innovation de la chaudière Pulsatoire introduit une véritable révolution technologique dans l univers des chaudières à

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

RT 2012 et responsabilités

RT 2012 et responsabilités RT 2012 et responsabilités UDAF Valence 24/05/2012 Source :Christian Blachot Architecte Nicolas Estrangin (ADIL Information Energie) 1.MODALITÉS TECHNIQUES 24/05/2012 RT2012 et responsabilités 2 Objectifs

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

AQUAHEAT ADVANCE POMPES À CHALEUR MONOBLOCS INVERTER NEUF ET RÉNOVATION AN AIRWELL GROUP COMPANY

AQUAHEAT ADVANCE POMPES À CHALEUR MONOBLOCS INVERTER NEUF ET RÉNOVATION AN AIRWELL GROUP COMPANY AQUAHEAT ADVANCE POMPES À CHALEUR MONOBLOCS INVERTER NEUF ET RÉNOVATION AN AIRWELL GROUP COMPANY AQUAHEAT ADVANCE-006 ADVANCE-R-006 AQUAHEAT ADVANCE-012/016 ADVANCE-R-012/016 LES + PRODUITS Technologie

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation INGENIERIE Bureau d Etudes Thermiques Dossier de présentation Mise à jour mai 2012 Kalisaya Ingenierie, 20 montée de Beauregard 07200 AUBENAS. Tél. : 06 86 41 11 47 Site internet : www.kalisaya-ingenierie.fr

Plus en détail

En route vers la troisième révolution industrielle!

En route vers la troisième révolution industrielle! En route vers la troisième révolution industrielle! Transition énergétique, Smart Home, Smart Buildings, Smart Cities Quelle place, quel positionnement, quel avenir pour votre entreprise?... Les Spécialistes

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Journée micro et mini-cogénération du 29 janvier 2015 Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Régis Contreau, Chef de Produits Production décentralisée, GrDF Une production décentralisée

Plus en détail

La mesure des consommations d énergie électrique dans le bâtiment

La mesure des consommations d énergie électrique dans le bâtiment La mesure des consommations d énergie électrique dans le bâtiment Documentations ressources: HAGER; KONNEX; G.LEROY LPO G BAUMONT Sommaire Problématique; Les exigences de l électricien envers la RT 2012

Plus en détail