Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015"

Transcription

1 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

2 Automatismes du génie Climatique et de la Régulation Pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Vocation du syndicat Promouvoir les Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments en Partenariat avec des organismes Français et Européens Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

3 Automatismes du génie Climatique et de la Régulation Pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Les Adhérents Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

4 Les prestations des professionnels (rappel) Assistance à l élaboration des projets Préconisation de solutions techniques adaptées Assistance à la mise en œuvre Maintenance des Matériels et Logiciels Formation des utilisateurs Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

5 Le Syndicat ACR, un but permanent : l Efficacité Énergétique des Bâtiments Les objectifs demeurent : Promotion de la Régulation et de la GTB Participation active à l élaboration des normes et réglementations Création et animation des structures nécessaires Partenariats avec tous les organismes Officiels et/ou privés ayant les mêmes objectifs Les voies de réalisations évoluent Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

6 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les adhérents du Syndicat ACR ont comme domaine de compétence la RÉGULATION et la GTB dans les bâtiments. La loi de la Transition Énergétique pour la croissance verte dédie au bâtiment son Titre II «Rénover les bâtiments» : Objectifs : Diminuer de moitié la consommation d énergie d ici à 2050, Réaliser la rénovation de logements par an, Créer emplois dans le secteur sur tout le territoire. Agir dès maintenant : Accélérer la rénovation énergétique des logements, Renforcer les performances des nouvelles construction, Maîtriser la consommation par des outils d aide à la gestion active de l énergie, Développer les territoires à énergie positive. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

7 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les grands objectifs du projet de loi : Réduire de 40 % nos émissions de gaz à effet de serre en 2030 et les diviser par quatre en 2050 par rapport à 1990, Porter la production d énergie renouvelable à 32 % de notre consommation énergétique finale en 2030, Plafonner à 63,2 GW la puissance nucléaire installée en France soit son niveau actuel, Diminuer notre consommation d énergie de 20 % en Économiser l énergie dans les bâtiments et maîtriser les factures : Construire des bâtiments à énergie positive et profiter de la réalisation de travaux importants (ravalement, toiture, extension...) pour améliorer significativement la performance énergétique de tous les bâtiments. Permettre un tiers financement par des sociétés publiques. Cette nouvelle disposition permet l avance des fonds aux particuliers souhaitant engager des travaux. Généraliser les compteurs individuels de chaleur dans les immeubles pour permettre aux usagers de connaître et mieux maîtriser leur consommation et renforcer l information donnée aux usagers sur leur consommation grâce au déploiement des compteurs intelligents d électricité (Linky) et de gaz (Gazpar). Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

8 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Les mots clés de la loi sont (nous concernant) : Rénovation (les bâtiments existants), Réduction de l émission de CO 2, Énergie renouvelable, Gestion active de l énergie (Smart Building, Smart Home, Smart Grid, Smart Meetering ), Bâtiments à énergie positive. Donc augmenter la performance énergétique des bâtiments, introduisant d autres indicateurs Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

9 Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Directives européennes, Réglementation nationale, Standardisation, Certification et Labels Il y a deux Directives Européennes qui vont influencer nos activités au plan national et international en 2015 et dans les années à venir : Directive de Performance Énergétique des Bâtiments, Directive Éco-conception (ECODESIGN) complétée par celle relative à l Étiquetage des produits (26 Septembre 2015). La première Directive va amener l évolution de la RT2012 en 2017 voir 2018 pour pouvoir donner 3 indicateurs : Contenu en CO 2, Utilisation des énergies renouvelables, Prise en compte du cycle de vie des bâtiments. La deuxième Directive va demander au Syndicat ACR de fournir le support aux adhérents pour l étiquetage de 8 classes de régulateurs pour les Lots 1 et 2 (voire même les Lots 6 et 20). Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

10 PRIORITÉ ABSOLUE POUR LA FILIÈRE (Constructeurs, Distributeurs, Installateurs, Exploitants ) Pour la Certification et les Labels, nous allons continuer la coopération avec eu.bac. Pour la visibilité : une nouvelle revue, bi-annuelle, en anglais, allemand et français (voir site et bientôt sur le site : Préambule Le Syndicat ACR et la Transition Énergétique pour la croissance verte Travail pour élargir la couverture de la certification eu.bac (vannes rotatives et 6 voies, VAV) à celles déjà opérationnelles à ce jour. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

11 Préambule Quel est le rôle de la Régulation et GTB pour la Performance Énergetique d un Bâtiment? PEB = L énergie délivrée L énergie exportée Le rôle du BAC est d assurer l équilibre entre le confort humain desiré (qui doit être maximal) et l énergie utilisée pour obtenir ce but (qui doit être minimale) Les défis du confort Humain : Confort thermique (température ) Qualité de l air (CO 2 ) Confort à l humidité Confort de l éclairage Confort acoustique «utilisation standard du bâtiment» (VOIR rev EN ) Ces indicateurs ont une liaison avec notre santé et notre productivité Les défis énergétiques : Prendre en compte le Bâti et Les Systèmes Techniques du Bâtiment La part d énergies renouvelables L énergie verte Bâtiments à énergies passives ou BEPOS Valeur du bâtiment et Certification des bâtiments Coût de l énergie (Exprimé en kwhep/m²/an ) Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

12 Statistiques annuelles Recueil des informations sur l évolution du marché depuis 43 ans Collecte confidentielle des résultats de chaque adhérent Segmentation simple et réaliste Rapide Synthèse des différents Domaines Évaluation du Marché global Efficace Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

13 Statistiques annuelles Structure (rappel) Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Assistance technique - Formation Matériels de rechange - Dépannages Contrats de maintenance Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif Ventilation Climatisation Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

14 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

15 Régulation du Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Le Chauffage Électrique Effet de la RT 2012 : Le coefficient de transformation d Énergie Primaire de 2,58 accentue la régression dans le résidentiel neuf. Les délesteurs simples survivent dans le résidentiel existant. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

16 Régulation du Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Le Chauffage à eau chaude Les thermostats d ambiance sont en régression : apparition de modèles connectés (20000 unités vendues en 2014) ; une veille technico-commerciale s impose. Large reconnaissance de matériels à haute efficacité La famille des Robinets Thermostatiques évolue positivement grâce aux modèles électroniques communicants et aux programmateurs multi-zones. Les régulateurs f(text) sont en croissance, nette pour le résidentiel individuel et forte pour le collectif, en neuf et en rénovation. Mise en œuvre de solutions énergétiques plus performantes Les Modules Thermiques d Appartement sont en croissance forte. Ils combinent les avantages des chaufferies à haut rendement et ceux de l individualisation du chauffage et de la production d ECS. Les quatre principales applications sont maintenant intégrées dans la RT Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

17 Statistiques annuelles Résultats 2013 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

18 Régulation de la Climatisation 76,5 M +1,4% L importance du traitement de l air tend à devenir prépondérante La crise et les habitudes freinent la prise en compte des coûts globaux Par exemple : Les régulateurs non communicants encore trop présents dans la ventilation et la climatisation. Les moteurs thermiques de vannes terminales sont encore majoritaires malgré la supériorité des moteurs modulants. Le réalisme progresse et finira par l emporter Les régulateurs communicants utilisant le protocole ouvert BACnet progressent plus vite que KNX et LON; due à la rénovation, les régulateurs avec protocole propriétaire résistent plus que nous l avions pensé! Les modules pour stores et éclairage affichent une forte progression en raison de leur efficacité énergétique mieux reconnue. Le syndicat ACR a un rôle important à jouer dans la prise de conscience nécessaire, mais également les B.E et tous les autres prescripteurs. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

19 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

20 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

21 Gestion Technique des Bâtiments 76,7 M -4,5 % La crise financière est à la base de la majorité des dégradations Mais les effets sont contrastés et parfois encourageants : Le CA relatif aux prestations augmente, celui des matériels chute plus que leur nombre. La régression est moins sensible dans les canaux de vente aux exploitants et utilisateurs finaux. La GTB pilote les équipements de CVC, éclairage et stores Les Unités de Traitement Local croissent en nombre et en capacité de traitement : - elles peuvent assurer la totalité des fonctions de Gestion, - leurs applications web embarquées les rendent quasi complètes. Les nombres d appareils vendus améliorent la visibilité d ensemble Le rôle des postes centraux classiques évoluent pour disposer aussi des fonctions de GESTION ÉNERGÉTIQUE! L activité du syndicat ACR demeure centrée sur sa vocation première : l utilisation efficace de l Énergie, problème majeur du monde actuel. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

22 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB Services 56,9 M +6,9 % Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0% Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

23 Services associés à la Régulation et à la GTB 56,9 M +6,9 % Une croissance d autant plus significative que le marché global est en recul L historique de ce marché est encore plus encourageant : Après la croissance exceptionnelle de 2008 (18,5 %), l expansion ne s est jamais démentie puisque les 6 années qui ont suivi ont pratiquement majoré le marché de 50 % Les constructeurs demeurent les plus compétents pour assurer tous les Services liés à la GTB et conservent la confiance des utilisateurs. Ce domaine fait donc beaucoup mieux que résister aux crises successives. Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

24 Statistiques annuelles Résultats 2014 Ensemble du Marché Français de la Régulation et de la GTB 333,5 M -0,4 % Services 56,9 M +6,9 % Régulation des Équipements de Génie Climatique 199,9 M -0,7 % Gestion Technique Des Bâtiments 76,7 M -4,5 % Chauffage Individuel et Collectif 123,5 M -2,0 % Ventilation Climatisation 76,5 M +1,4 % Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

25 Marché français de la Régulation et de la GTB Estimations Valeur en millions d euros Année Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

26 Répartition du Marché 2014 Marché global Régulation - GTB - Services 60,1 % (+1,2) Services Régulation 15,9 % (+0,6) 24 % (+0,5) 2013 Chauffage Climatisation 62,2 % (-0,5) Marché de la Régulation Chauffage & Climatisation 37,8 % (+0,6) GTB 60 % (-0,1) 17 % (+1,1) % (-0,2) 38,2 % (+0,4) 23 % (-1) Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

27 Bilan 2014 et perspectives 2015 Ralentissement du taux de croissance en 2014 Dans un contexte économique difficile, une modeste croissance des domaines de marché de l ACR constituait déjà une performance. La permanence de ce contexte difficile a tiré le résultat global vers le bas, mais l ensemble est sauvé par la nette croissance des services et celle, plus limitée, de la Régulation de la CVC. En conclusion : le Syndicat ACR considère qu un marché annuel 2014 sensiblement constant constitue une satisfaction et un encouragement à continuer ses efforts en faveur de l utilisation efficace des Énergies. L année 2015 devrait être à minima égal à 2014, voir une croissance timide! Les mutations (technologiques, réglementaires, filière, ) vont s accentuer! Conditions pour l Efficacité Énergétique Paris 1 avril

28 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l efficacité énergétique des bâtiments Vous remercie de votre attention

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique 10 avril 2013 ROGER Marie-Christine Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation de la construction DGALN/DHUP/QC Le contexte

Plus en détail

Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes

Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes Building Technologies Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes Siemens, votre partenaire pour la conception et la rénovation de bâtiments intelligents et innovants Retrouvez

Plus en détail

Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements

Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements *Des réponses pour les infrastructures. www.siemens.fr/partenaires-bt Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements Answers for infrastructure.* 2 Respecter l environnement

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

La mise en œuvre de la Transition énergétique dans le domaine du bâtiment. Bérangère GALINDO DREAL Bretagne

La mise en œuvre de la Transition énergétique dans le domaine du bâtiment. Bérangère GALINDO DREAL Bretagne La mise en œuvre de la Transition énergétique dans le domaine du bâtiment Bérangère GALINDO DREAL Bretagne Gestion de patrimoine immobilier et transition énergétique : de la stratégie à l action 2 juin

Plus en détail

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE CONTEXTE L efficacité énergétique est un élément important de la politique française depuis les années 1970 et l approche de la France compte traditionnellement parmi les plus

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 64

Bulletin trimestriel de conjoncture n 64 Bulletin trimestriel de conjoncture n 64 2 ème trimestre 2015 La 4 e campagne de BOREAL montre un nouveau repli de l activité d entretien amélioration du logement de 2,4% en valeur, par rapport au 1 er

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail

QUI ET POURQUOI LA RT2012?

QUI ET POURQUOI LA RT2012? QUI ET POURQUOI LA RT2012? La réglementation thermique 2012 s applique à la quasi-totalité des bâtiments dont le permis de construire a été déposé après 01 janvier 2013, à quelques exceptions près. La

Plus en détail

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique)

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique) LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE (Synthèse de l audit énergétique) 1 Un constat alarmant Une consommation en augmentation légère mais régulière 195 190 185 180 175 170 165 160 Consommation

Plus en détail

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser Fiches pratiques Gérer - Informer - Préserver - Économiser 26 Labels Européens dans la construction neuve Poussée par son adhésion aux protocoles de Montréal et de Kyoto et par la prise de conscience de

Plus en détail

ENERGIEINFO Avril 2013

ENERGIEINFO Avril 2013 ENERGIEINFO Avril 2013 La plus grande étude en Europe consacrée à la consommation de chauffage dans les bâtiments résidentiels vient d être publiée 1 La transition énergétique se joue dans la salle de

Plus en détail

Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013»

Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013» Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013» Une année positive dans un contexte de crise Nous avons le plaisir de vous

Plus en détail

"Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte?

Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? "Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? ingéniosité Crédit images J. DOMEAU Quelles sont les vraies opportunités de développement pour vos entreprises?" 1 Contexte

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

DPE v/s règles Th et audit

DPE v/s règles Th et audit DPE v/s règles Th et audit DPE Règles Th (Th-C-E en neuf ; Th-C-E ex en existant) Audit énergétique 1 - chauffage 2 - refroidissement 3 - ECS 4 - auxiliaires 5 - éclairage contenu + bureautique ascenseurs,

Plus en détail

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 F. PIETRE-CAMBACEDES 11/11/2013 Centre de Recherche et Innovation Gaz et Energies Nouvelles DIRECTION

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS)

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Les économies d énergie dans le bâtiment sont aujourd hui une priorité : comme nous l avons vu, les secteurs résidentiel et tertiaire représentent 44% de la consommation

Plus en détail

Confort, sécurité et gestion énergétique

Confort, sécurité et gestion énergétique Fonctionnalités d une système de GTB Offre globale pour la productivité des bâtiments, Sécurité des personnes et des biens Sécurité Incendie Signalétique d évacuation Détection d Intrusion Vidéosurveillance

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 L élaboration de la RT 2012 Une concertation large et structurée 2 ans de travaux depuis septembre 2008 13 groupes de travail thématiques

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

La réglementation thermique 2012. Bienvenue à toutes et tous.

La réglementation thermique 2012. Bienvenue à toutes et tous. Bienvenue à toutes et tous. Programme de la session RT2012 : - Historique de la réglementation. - Pourquoi cette RT2012. - Qu est-ce que l énergie primaire? - A qui s applique cette RT2012 et à quelle

Plus en détail

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Direction Recherche & Innovation Centre Recherche et Innovation Gaz & Énergies Nouvelles Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Quels équipements techniques

Plus en détail

Avec ACTIS, optez pour la maison économe.

Avec ACTIS, optez pour la maison économe. Avec ACTIS, optez pour la maison économe. solutions ACTIS : ATTEINDRE LA CLASSE B DU DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DEVIENT POSSIBLE. Isolants minces multicouches réflecteurs Isolants en fibres

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif ÉTUDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE habitat collectif Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation ECS 1 er système centralisé de récupération d énergie sur VMC pour production d ECS Autres 20 % Chauffage 30 %

Plus en détail

Les Pompes à Chaleur : Filière d excellence en France Etat des lieux et Perspectives Valérie Laplagne et Thierry NILLE

Les Pompes à Chaleur : Filière d excellence en France Etat des lieux et Perspectives Valérie Laplagne et Thierry NILLE Les Pompes à Chaleur : Filière d excellence en France Etat des lieux et Perspectives Valérie Laplagne et Thierry NILLE L AFPAC 1-Le marché français des Pompes à Chaleur 2- Les technologies et destinations

Plus en détail

Conférence Habitat à basse consommation d énergie. 15 mai 2009 MEYRARGUES

Conférence Habitat à basse consommation d énergie. 15 mai 2009 MEYRARGUES Conférence Habitat à basse consommation d énergie 15 mai 2009 MEYRARGUES A chaque période ses priorités. Rappel des faits La demande faite au monde de la construction au XXème siècle a été de construire

Plus en détail

Bâtiments Performants, Règlementations Thermiques et Labels Environnementaux

Bâtiments Performants, Règlementations Thermiques et Labels Environnementaux Bâtiments Performants, Règlementations Thermiques et Labels Environnementaux 1 Agenda Contexte global Réglementation Thermique Les Labels Labels d état : HPE, THPE, BBC Label Effinergie Démarche HQE Démarche

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4»

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Conférence Internationale DERBI 2007 31 mai - 2 juin 2007 Perpignan Efficience énergétique : bonnes pratiques et innovations R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Pierre

Plus en détail

SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE

SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE kw 9 12 14 16 Unités Extérieures s s L 200 / 300 200 / 300 200 / 300 200 / 300 Ballon ECS m 2 Panneaux Compatibles Ballon ECS Panneaux Solaires Fiable et très

Plus en détail

Evolution des réglementations thermiques

Evolution des réglementations thermiques Salon BATIMOI Marche-en-Famenne Evolution des réglementations thermiques Le 28 janvier 2013 Nicolas SPIES Dans le cadre de la matinée d étude sur «L isolation thermique des façades» 1 Réglementations thermiques,

Plus en détail

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte Yann DEFFIN - DREAL Midi-Pyrénées RDV durables CCIR - 28 septembre 2015 1 Contexte : facture énergétique de la France : > 65 milliards

Plus en détail

La performance énergétique des bâtiments en France

La performance énergétique des bâtiments en France La performance énergétique des bâtiments en France 10 ans EPB ROGER Marie-Christine Cheffe du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction Ministère du logement et de l habitat

Plus en détail

Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs

Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs Zaio, système de chauffage multizones pour logements BBC Zaio, la réponse aux enjeux énergétiques La réglementation thermique 2012 s appliquera

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique.

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. D a n s l e c a d r e d u s a l o n E n e r g i e s E x p o Jeudi 23 septembre 2010 Dossier de presse Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. Présentation et lancement de l

Plus en détail

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Fédération Française des Tuiles et Briques 17, rue Letellier 75015 PARIS A l'attention de Hervé Pétard Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Indice 04 Dossier : n 13E496 Chargé

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage IGNES (les Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) rassemble 60 entreprises industrielles

Plus en détail

Comment rendre les bâtiments plus performants, plus sûrs, plus confortables et plus économes?

Comment rendre les bâtiments plus performants, plus sûrs, plus confortables et plus économes? Comment rendre les bâtiments plus performants, plus sûrs, plus confortables et plus économes? *Des réponses pour les infrastructures. Siemens, votre partenaire pour la conception et la rénovation de bâtiments

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité?

Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité? Le bâtiment change Comment Hager accompagne les professionnels de l électricité? Guidée par des contraintes réglementaires, des faits de société et des avancées technologiques, la mutation du bâtiment

Plus en détail

AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE

AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE ET ENVIRONNEMENTALE CONTEXTE DANS UN MONDE EN PROFONDE MUTATION DES SOLUTIONS ADAPTÉES AUX ENJEUX SPÉCIFIQUES DE CHAQUE CLIENT L engagement vers la transition énergétique

Plus en détail

Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées

Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées En présence de des Membres du Bureau du Comité Syndical du Pays des 6 Vallées, Jean-François Macaire, Président

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

L évolution des réglementations thermiques. De 2005 à 2020

L évolution des réglementations thermiques. De 2005 à 2020 L évolution des réglementations thermiques De 2005 à 2020 Bureau d études techniques Optimisation Thermique, Energétique et Ecologique du bâtiment Organisme de Formations Sur le territoire national, le

Plus en détail

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil Présentation et Mise en application de l outil Robert PELZER Bureaux d études BETEC Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise en application de l outil Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE

CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE 1 CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE Présentation du modèle RENESCO Ltd. Jérôme Adnot, Bruno Duplessis, Olivier Greslou, Mines ParisTech avec l autorisation d Eric Berman,

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

( ) Améliorer le chauffage. Roger Cadiergues L17. SOMMAIRE. Livraison 17. 30 avril 2009 (prochain livret le 7 mai 2009) 1. Introduction p.

( ) Améliorer le chauffage. Roger Cadiergues L17. SOMMAIRE. Livraison 17. 30 avril 2009 (prochain livret le 7 mai 2009) 1. Introduction p. Roger Cadiergues ( ) Améliorer le chauffage L17. SOMMAIRE 1. Introduction p. 3 1.01. Les trois familles d actions 1.02. Améliorer la distribution 1.03. Le rendement de production 1.04. Les voies de l amélioration

Plus en détail

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24 1 «HABITER» A quoi ressemblera le logement du futur, plus largement sur le cadre de vie, sur les façons d habiter, la ville, le territoire, la planète. Le choix du lieu d habitat est structurant : ce sont

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 21 novembre 2012)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 21 novembre 2012) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 21 novembre 2012) Les présentes Règles Techniques établies par l association

Plus en détail

Environnement et énergie : Les objectifs du Groupe en maîtrise d ouvrage

Environnement et énergie : Les objectifs du Groupe en maîtrise d ouvrage Environnement et énergie : Les objectifs du Groupe en maîtrise d ouvrage Les objectifs environnementaux du groupe ICF Dans la continuité de l'engagement de la SNCF, l Immobilière des Chemins de Fer souhaite

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

il y a des économies dans l air!

il y a des économies dans l air! Avec les Pompes à Chaleur... il y a des économies dans l air! Jusqu à 70% d économies de chauffage (1) Crédit d impôt possible jusqu à 8 000 (1) et 5 fois moins d émissions de CO 2 (1) Chauffage & Climatisation

Plus en détail

La maison connectée :

La maison connectée : La maison connectée : de e.quilibre vers la smart home Le monde de l énergie entre progressivement dans l ère numérique, et l avènement du compteur communicant, et de la maison connectée vont permettre

Plus en détail

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée) GARONNE 2050 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE VARIABLE : consommation d énergie Cette variable s intéresse à la consommation d énergie, un focus sur la consommation d électricité étant effectué. Elle peut

Plus en détail

Efficacité énergétique

Efficacité énergétique Efficacité énergétique Documentations ressources: HAGER; ISOVER; KONNEX; LEGRAND. G.LEROY LPO G BAUMONT SOMMAIRE Etude de cas d un pavillon Le Grenelle 1 et la RT 2012 Perméabilité du bâtiment et traitement

Plus en détail

Référentiels et labels pour le logement existant

Référentiels et labels pour le logement existant La réglementation sur l existant Les labels dans l habitat existant Le label BBC EFFINERGIE La certification CERQUAL Patrimoine Environnement Un exemple d opération labélisée BBC Rénovation Référentiel

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique Ségolène Royal soutient la rénovation énergétique des logements et la création d emplois pour la croissance verte en permettant le cumul de l éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) et du crédit d impôt transition

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

l Efficacité énergétique dans l'habitation

l Efficacité énergétique dans l'habitation l Efficacité énergétique dans l'habitation AIDELEC / Lyon Building Technologies / Cps Page L Efficacité énergétique dans l'habitation 2 3 4 5 La Norme Efficacité Energétique EN NF 523 Les certifications

Plus en détail

La plus large gamme de radiateurs connectés

La plus large gamme de radiateurs connectés Dossier de presse Une solution d efficience énergétique La plus large gamme de radiateurs connectés Une application simple à utiliser pour tout visualiser et piloter à distance pour bénéficier en plus

Plus en détail

«VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONCTION DE L OCCUPATION»

«VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONCTION DE L OCCUPATION» 1 «VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONTION DE L OUPATION» ontexte et Enjeux Une installation de ventilation performante est une installation qui apporte le débit d air hygiénique aux

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Exigences de performance énergétique des bâtiments

Exigences de performance énergétique des bâtiments Exigences de performance énergétique des bâtiments ATHERMYS - 27 03 2008 Olivier Servant Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Chef de projet Réglementation Thermique Performance

Plus en détail

SAUTER ecos504/505. Le régulateur d'ambiance modulaire pour une automatisation intégrale de locaux adaptée aux besoins.

SAUTER ecos504/505. Le régulateur d'ambiance modulaire pour une automatisation intégrale de locaux adaptée aux besoins. SAUTER ecos504/505 Le régulateur d'ambiance modulaire pour une automatisation intégrale de locaux adaptée aux besoins. Régulateur d'ambiance SAUTER ecos504/505. La solution intelligente. Une automatisation

Plus en détail

Congrès du Gaz. Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives?

Congrès du Gaz. Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives? Congrès du Gaz Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives? Patrice HENNIG - 14 septembre 2011 www.energies-avenir.fr Énergies

Plus en détail

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone.

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 01 40 42 46 37 / service-de-presse@edf.fr EDF, ACTEUR ENGAGÉ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

Les avantages de l immobilier neuf

Les avantages de l immobilier neuf exonération de taxe foncière pendant 2 ans * Les avantages de l immobilier neuf 1 L IMMOBILIER : VALEUR REFUGE ET PÉRENNE L immobilier reste sur le long terme une valeur sûre et pérenne loin des turbulences

Plus en détail

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives

L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives L Energie Solaire Giordano au service des Applications Collectives , expert en énergie solaire Un Industriel Français de renommée internationale Il y a plus de 30 ans, bien avant les préoccupations actuelles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

La consommation en gaz naturel

La consommation en gaz naturel GAZ Le secteur résidentiel représente 39 % de la consommation nationale de gaz naturel, contre, par exemple, 38 % pour l industrie ou 16 % pour le secteur tertiaire. La part des maisons individuelles chauffées

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

Les mauvaises pratiques en matière de chauffage. Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen

Les mauvaises pratiques en matière de chauffage. Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen Les mauvaises pratiques en matière de chauffage Projet de 3 ème année A. Amardeil, J. Challet, J. Drillaud, A. Felt, J. Nguyen Plan I. Le chauffage II. L isolation III. Sensibilisation IV. Le diagnostic

Plus en détail

Les solutions PAC : bilan et perspectives

Les solutions PAC : bilan et perspectives Mercredi 6 novembre 2013 Les solutions PAC : bilan et perspectives Intervenants: Valérie Laplagne, Responsable ENR, Uniclima Thierry Nille, Président AFPAC Les solutions PAC, bilan et perspectives 1 RASSEMBLONS

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê 2 011,Ê I SBNÊ :Ê 9 78-2 - 212-12979 - 3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie

Plus en détail

Comme l eau, l énergie est un bien précieux que nous devons économiser.

Comme l eau, l énergie est un bien précieux que nous devons économiser. économies d énergie Tous les jours, nous consommons de l énergie, pour l éclairage, le chauffage, pour la toilette, pour les déplacements, pour cuire les aliments ou les maintenir au frais, pour travailler

Plus en détail

Les solutions solaires thermiques compétitives

Les solutions solaires thermiques compétitives Mercredi 06 novembre 2013 Les solutions solaires thermiques compétitives Intervenants : Valérie LAPLAGNE, responsable ENR, UNICLIMA Philippe GAY, Coordinateur de missions, ENERPLAN RASSEMBLONS NOS ENERGIES

Plus en détail

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE AJENA, qui sommes nous? L AJENA, Energie et Environnement en Franche-Comté association loi de 1901 à but non lucratif plus de 400 adhérents

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

l évaluation de la consommation d énergie à l école

l évaluation de la consommation d énergie à l école l évaluation de la consommation comprendre la consommation d énergie de notre école Adapté de EcoSpark, Wattwize: Teacher Guide, document 1, accessible sous ecospark.ca. L évaluation de la consommation

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015 Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables mars 2015 Préambule : Certains guides et fiches non imprimés sont disponibles uniquement en ligne. L ensemble des guides et fiches (imprimés

Plus en détail

Sorbonne Immo RICS : L immobilier durable : combien ça coûte? Combien ça rapporte? : QUELQUES REPERES

Sorbonne Immo RICS : L immobilier durable : combien ça coûte? Combien ça rapporte? : QUELQUES REPERES 23 juin 2010 2007 Début de la concertation Août 2009 Loi Grenelle I Eté 2010? Loi Grenelle II 2011/2013 RT 2012 / BBC 2012 Annexe environnementale 2020 BEPOS BBC BEPOS BREEAM CEE CPE DPE HQE HPE LEED bâtiment

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires

STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires KNX, qu est-ce que c est? STANDARD mondial pour le contrôle des bâtiments résidentiels et tertiaires Plus de confort, plus de sécurité, énormes gains d énergie : la demande en systèmes de gestion des bâtiments

Plus en détail

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation 28 avril 2011 Grenelle de l'environnement Bâtiment Grenelle 2 et réglementation Assises nationales de l'aménagement et de l'économie durables en Montagne Commissariat Général au Développement durable Direction

Plus en détail

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement :

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement : OBJECTIF DU DIAGNOSTIC Le diagnostic énergétique doit permettre, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentées de programmes de sobriété énergétique

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail