LES QUALIFICATIONS RÉGLEMENTÉES DANS LES SECTEURS AUTRES QUE CELUI DE LA CONSTRUCTION: LE CAS DE LA MÉCANIQUE DE MACHINES FIXES CLASSE 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES QUALIFICATIONS RÉGLEMENTÉES DANS LES SECTEURS AUTRES QUE CELUI DE LA CONSTRUCTION: LE CAS DE LA MÉCANIQUE DE MACHINES FIXES CLASSE 4"

Transcription

1 LES QUALIFICATIONS RÉGLEMENTÉES DANS LES SECTEURS AUTRES QUE CELUI DE LA CONSTRUCTION: LE CAS DE LA MÉCANIQUE DE MACHINES FIXES CLASSE 4 Germain Gaudreault Directeur des relations industrielles Conseil de l industrie forestière du Québec 26 AVRIL 2013

2 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Objectifs 2. Historique 3. Cadre légal 4. Certificats de qualification 5. Processus de qualification 6. Durée de l apprentissage 7. Quelques dispositions réglementaires 8. Position de l industrie forestière 2

3 1. Objectifs Présenter le processus de qualification (origine, nature et étendue) Faire le point sur l évolution du dossier des qualifications réglementées (changements récents, position de l industrie) 3

4 2. Historique 1934 Loi relative à l extension des conventions collectives Visait à rendre plus performante une main-d œuvre peu instruite 1945 Loi d aide à l apprentissage Avait pour but d accélérer la formation des jeunes apprentis pour répondre à la demande de main-d œuvre qualifiée, principalement dans les métiers du secteur de la construction (création des centres d apprentissage) 1964 Création du ministère de l Éducation Faisait suite au rapport Parent en1963 Apparition des premières commissions scolaires en 1966 et des premiers cégeps en Adoption de la Loi R-20 La formation des travailleurs du secteur de la construction est encadrée par la Commission de l industrie de la construction 1969 Création du ministère du Travail et de la Main-d œuvre Abolition des centres d apprentissage et adoption de la Loi sur la qualification professionnelle de la main-d œuvre (devenue F5): Mobilité géographique et professionnelle Système de formation souple et uniforme Création des commissions de formation professionnelle 4

5 3. Cadre légal Loi sur la formation et la qualification professionnelle de la main-d œuvre (F5) COMPÉTENCES Règlement sur les certificats de qualification et sur l apprentissage en matière de gaz, de machines fixes et d appareils sous pression (F5, r.2) INSTALLATIONS, SURVEILLANCE Loi sur les mécaniciens de machines fixes (M6) Règlement sur les mécaniciens de machines fixes (M6, r.6) Loi sur les appareils sous pression (A-20.01) FABRICATION, QUALIFICATIONS DES SOUDEURS Règlement sur les appareils sous pression (A-20.01, r.1.1) 5

6 4. Certificats de qualification - catégories Il existe 27 certificats de qualification couverts par deux règlements (F5, r.1 et F5, r.2) On retrouve 14 certificats dans le règlement F5, r.2 Le certificat de qualification en mécanique de machines fixes comprend deux catégories: Production d énergie: classes 4, 3, 2, et 1 Appareils frigorifiques: classes B et A Le certificat en mécanique de machines fixes (MMF): pour diriger, surveiller, vérifier ou entretenir une machine fixe et voir à sa réparation et à sa modification, selon les catégories et les classes établies à l article 4 6

7 4. Certificats de qualification puissance des installations Types de machines au sens du règlement Chaudières haute pression Chaudières à vapeur basse pression Chaudières à serpentin haute ou basse pression Chaudières à eau chaude basse pression Puissance maximale permise en Kw Production d énergie Classe 4 Classe 3 Classe 2 Classe Tous Tous Tous Tous Tous Tous Tous Tous Tous Tous 7

8 4. Certificats de qualification champ d application «Le présent règlement régit l admission à l apprentissage, la délivrance des certificats de qualification et l exercice des métiers ou des professions décrits à l article 3 pour des travaux exécutés en matière de gaz, de machines fixes et d appareils sous pression» Exclusions: Les travaux exécutés par un fabricant Dans ses ateliers sur les appareils au gaz Sur les appareils sous pression qu il fabrique Les mines, usines de bouletage, usine de concentration d une substance minérale et équipements de transport de cette substance Les certificats sont requis pour l exécution des travaux qui y sont décrits à l égard de chacun d eux 8

9 5. Processus de qualification 1. Obtention du guide d apprentissage (inscription); 2. L apprenti complète les heures d apprentissage requises; 3. La carte d apprenti est renouvelée à chaque année; 4. Supervision de l apprenti par le compagnon et confirmation de la maîtrise de chacune des compétences (signature dans le guide d apprentissage); 5. Réussite par l apprenti des formations obligatoires mentionnées dans le guide (Lois, codes et règlements, Thermodynamique, Opération des chaudières à vapeur et à l eau chaude); 6. L apprenti réussit l examen de qualification (reprise de l examen en cas d échec); 7. Emploi-Québec lui émet un certificat de qualification; 8. Une fois le travailleur qualifié, Emploi-Québec peut lui imposer des formations pour conserver son certificat; 9. Le certificat est renouvelé gratuitement à intervalles de quatre ans. 9

10 6. Durée de l apprentissage EXIGENCES DE DURÉE DES QUALIFICATIONS RÉGLEMENTÉES QUALIFICATION DURÉE APPRENTISSAGE MOYENNE DURÉE APPRENTISSAGE MINIMALE NOMBRE DE COURS HEURES DE COURS MMF classe MMF classe MMF classe MMF classe TOTAL:

11 7. Quelques dispositions importantes F5, r.1 Supervision Surveiller M6, r.1 Installation Machine fixe Surveillance Surveillance à distance Mode de surveillance (continue, interrompue, périodique) 11

12 8. Position de l industrie forestière Changements récents Depuis 2008, plusieurs changements ont été apportés à la réglementation Désassujettissement de certaines qualifications, comme celles d opérateur de pont roulant et de tuyauterie de procédés techniques Création d un certificat restreint en connexion d appareils électriques Renouvellement des certificats à intervalles de quatre ans et gratuité 12

13 8. Position de l industrie forestière Prochains défis Régler le cas de la tuyauterie de procédés technique, conformément au consensus établi par les parties patronale et syndicale Obtenir un certificat restreint pour la surveillance des installations de classe 1 Obtenir des outils pour faciliter la préparation aux examens Continuer à éliminer les irritants dans la réglementation (ex.: signature du guide par un représentant qualifié de l employeur, meilleure correspondance entre le contenu de l examen et l apprentissage, etc.) Simplification de la réglementation (ex.: multiplicité des certificats en lien avec la flexibilité des tâches) 13

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL EMPLOI-QUÉBEC

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL EMPLOI-QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL UNE QUALIFICATION OFFICIELLE UNE MAIN-D ŒUVRE COMPÉTENTE DU PERSONNEL EXPÉRIMENTÉ VALORISÉ UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ UN PROGRAMME BRANCHÉ

Plus en détail

PLOMBERIE EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CONNAÎTRE LA QUALIFICATION 2015-03-31 LES FONCTIONS DU TRAVAIL

PLOMBERIE EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CONNAÎTRE LA QUALIFICATION 2015-03-31 LES FONCTIONS DU TRAVAIL EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E PLOMBERIE CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en plomberie est obligatoire pour toute personne

Plus en détail

L obligation d être titulaire du certificat ou de la carte d apprenti et les modalités d obtention de ces documents sont définies par :

L obligation d être titulaire du certificat ou de la carte d apprenti et les modalités d obtention de ces documents sont définies par : EMPLOI-QUÉBEC LA Q U A L I F I C A T I O N O B L I G A T O I R E CHAUFFAGE CONNAÎTRE LA QUALIFICATION LES FONCTIONS DU TRAVAIL Le certificat de qualification en chauffage est obligatoire pour toute personne

Plus en détail

SPÉCIAL PAIE. Modification de certaines cotisations pour l année 2014. Sommaire LA PRÉPARATION DES IMPÔTS ARRIVE À GRANDS PAS!

SPÉCIAL PAIE. Modification de certaines cotisations pour l année 2014. Sommaire LA PRÉPARATION DES IMPÔTS ARRIVE À GRANDS PAS! Une publication de l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec Enregistrée sous poste-publications n 40065623 VOLUME 45 NUMÉRO SPÉCIAL JANVIER 204 SPÉCIAL PAIE Sommaire Service

Plus en détail

Consultation 2015 en lien avec la juridiction de métiers dans l'industrie de la construction du Québec

Consultation 2015 en lien avec la juridiction de métiers dans l'industrie de la construction du Québec Consultation 2015 en lien avec la juridiction de métiers dans l'industrie de la construction du Québec Distinction entre le métier d électricien et la spécialité d installateur de systèmes de sécurité

Plus en détail

Testeuse ou testeur de jeux vidéo

Testeuse ou testeur de jeux vidéo Description du métier Testeuse ou testeur de jeux vidéo La testeuse ou le testeur de jeux vidéo réalise principalement des tests afin de détecter et de rapporter des bogues dans un jeu électronique. Les

Plus en détail

Description de l expérience de travail Plombier

Description de l expérience de travail Plombier Description de l expérience de travail Plombier Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d'imprimerie.) Prénom officiel Initiale du second prénom Nom de famille officiel Date de naissance

Plus en détail

La Réfrigération mécanique. Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling

La Réfrigération mécanique. Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling La Réfrigération mécanique Journée de consultation sur les systèmes de réfrigération dans les arénas et clubs de curling Par : Madiha Kotb, ingénieure, Régie du bâtiment du Québec Date : 9 décembre 2010

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/6 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : INSTALLATIONS THERMIQUES DE GÉNIE CLIMATIQUE Date d application : 12 avril

Plus en détail

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies Apprentissage Présenté par : Kim Jefferies 2011 Comment participer à cet atelier au moyen de l ordinateur Comment poser des questions à l animateur Que faire si je ne peux pas entendre Phase 1 : Apprentissage

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT ET DE RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE

FONDS DE DÉVELOPPEMENT ET DE RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE FONDS DE DÉVELOPPEMENT ET DE RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE PROGRAMMES DE SUBVENTION 2012-2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 1 2 3 SOUTIEN AUX PROMOTEURS COLLECTIFS POUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

programmes de formation spécialisée

programmes de formation spécialisée programmes de formation spécialisée L École de technologie gazière (ÉTG) a développé quatre programmes de formation en fonction de besoins identifiés par des employeurs et des travailleurs du milieu. Les

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) 38 Programme d apprentissage en milieu de travail (PAMT) ALINE GRENIER ET PIERRE MASSIE POURQUOI LE

Plus en détail

ACTIVITÉS PRODUITS SERVICES

ACTIVITÉS PRODUITS SERVICES ACTIVITÉS PRODUITS SERVICES Comité sectoriel Le Comité sectoriel de main-d œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine a vu le jour en 1994. L organisme sans but lucratif

Plus en détail

Description de l expérience de travail Vitrier

Description de l expérience de travail Vitrier Description de l expérience de travail Vitrier Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d'imprimerie.) Prénom officiel Initiale du second prénom Nom de famille officiel Date de naissance

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa version 2.0 Qu est-ce que la CMMTQ, d où vient elle, quel est son statut et son rôle. La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa

Plus en détail

certificat de qualification professionnelle

certificat de qualification professionnelle Examen du certificat de qualification professionnelle Guide à l intention des candidats Imprimé sur du papier recyclé 10-117 ISBN 978-1-4435-4041-4 (PDF) ISBN 978-1-4435-4042-1 (TXT) Imprimeur de la Reine

Plus en détail

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune

Plus en détail

EMPLOYEUR. Vous êtes un employeur et aimeriez faire reconnaitre les compétences d un ou de plusieurs de vos employés?

EMPLOYEUR. Vous êtes un employeur et aimeriez faire reconnaitre les compétences d un ou de plusieurs de vos employés? La reconnaissance des compétences en milieu de travail est un processus officiel de l industrie par lequel on identifie, évalue et confirme les compétences acquises à travers l expérience professionnelle

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES (PROGRAMME EN ATTENTE) AEC en ASSURANCE DE DOMMAGES DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T 1 888 758-3654 -

Plus en détail

Par Me Eric Théroux. Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec

Par Me Eric Théroux. Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec Par Me Eric Théroux Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec L Entente France-Québec sur la reconnaissance mutuelle des

Plus en détail

Commission de la construction du Québec 2012-11-08

Commission de la construction du Québec 2012-11-08 de la construction 1 Contenu de la session... L'industrie de la construction Rôles et mandats de la CCQ Les conventions collectives et la Loi R-20 Enregistrement d'entreprise Certificats de compétence

Plus en détail

Chapitre 7. Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur

Chapitre 7. Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Chapitre 7 Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Chapitre 7 Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Nous avons cru bon de faire le tour des

Plus en détail

Stage. Politique de stage industriel et procédures

Stage. Politique de stage industriel et procédures Février 2008 2 Stage Politique de stage industriel et procédures La Politique de stage industriel, Février 2008, est une version actualisée. Elle ne présente que des changements cosmétiques, par rapport

Plus en détail

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011)

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011) Arrêté étendant le champ d application des conventions collectives de travail pour les métiers de la métallurgie du bâtiment soit : CCT pour le métier d installateur en chauffage, ventilation et climatisation,

Plus en détail

Tâche Sous-tâches Notation 1. Entretenir les outils et l équipement. 1.01 Entretenir les outils à main. 0 1 2 3 4 5

Tâche Sous-tâches Notation 1. Entretenir les outils et l équipement. 1.01 Entretenir les outils à main. 0 1 2 3 4 5 Description de l expérience de travail Ébéniste Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d'imprimerie.) Prénom officiel Initiale du second prénom Nom de famille officiel Date de naissance

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Le profil de poste sert à décrire tous les aspects entourant chacun des postes de l entreprise, à savoir les compétences requises, les tâches et les responsabilités, la rémunération prévue

Plus en détail

Année scolaire 2012-2013

Année scolaire 2012-2013 Année scolaire 2012-2013 Partenariat: Le Certificat de capacité, aussi appelé «certificat 95» - carte de qualification de conducteur à l étranger pour chauffeurs des catégories C/C1 et D/D1 L Union européenne

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL. Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013. (Modifié le 3 juillet)

RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL. Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013. (Modifié le 3 juillet) RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013 (Modifié le 3 juillet) L augmentation de salaire est : À la signature : 2 % (0,63$)

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/7 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : GESTION ET MAINTENANCE D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION Date

Plus en détail

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Cerfa FA14 Avant de conclure un contrat d apprentissage, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues dans

Plus en détail

Annexe clause sociale de formation

Annexe clause sociale de formation Annexe clause sociale de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune (RAJ)... 2 2. Le régime d apprentissage construction (RAC)... 5 3. La convention d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

LA FORMATION DES MARINS-PECHEURS

LA FORMATION DES MARINS-PECHEURS LA FORMATION DES MARINS-PECHEURS 15 ans 55 ans lycéen jeune adulte adulte expérimenté formation initiale alternance formation continue VAE Compétences/financement : Etat,Lycées, Région,OPCA, Taxe d apprentissage,

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

Systèmes de séchage professionnels

Systèmes de séchage professionnels Systèmes de séchage professionnels Laundry Solutions Nouveaux systèmes de séchage Laundry Solutions Séchage, un procès simple mais très important! Comme complément de base du processus de lavage industriel,

Plus en détail

Liste des outils de formation adaptés au secteur de la transformation alimentaire

Liste des outils de formation adaptés au secteur de la transformation alimentaire Mot du CSMOTA L intensification de la concurrence, les exigences de plus en plus élevées des consommateurs et les changements constants de la technologie exigent que vous puissiez compter sur une main-d

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

COMMISSIONS SCOLAIRES - OUVRIERS

COMMISSIONS SCOLAIRES - OUVRIERS COMMISSIONS SCOLAIRES - OUVRIERS 5102 ÉBÉNISTE 5103 ÉLECTRICIENNE OU ÉLECTRICIEN, CLASSE PRINCIPALE 5104 ÉLECTRICIENNE OU ÉLECTRICIEN 5106 MÉCANICIENNE OU MÉCANICIEN, CLASSE I 5107 MÉCANICIENNE OU MÉCANICIEN

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES MEMBRES DU PERSONNEL

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES MEMBRES DU PERSONNEL POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES MEMBRES DU PERSONNEL 1. OBJET Cette politique a pour objet de doter la Commission scolaire d'un cadre de référence pour l'élaboration de ses programmes de perfectionnement

Plus en détail

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Fi che te chnique d en treti en pr é ven ti f Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Il est primordial, pour rendre le fonctionnement des chaudières automatiques (bouilloires)

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications

Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications Qualification professionnelle Reconnaissance professionnelle interprovinciale pour les titulaires d un certificat provincial Accord sur le

Plus en détail

PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS

PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS 1. OBJET Cette procédure définit les pratiques encadrant l utilisation de nacelles élévatrices automotrices à bras articulé, de nacelles élévatrices automotrices

Plus en détail

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 PERMIS DE TRAVAIL A, B, C Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 Loi du 30 avril 1999 relative à l occupation des travailleurs étrangers Arrêté royal du 9 juin 1999 portant exécution de la

Plus en détail

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air Appellations Agent / Agente de maintenance en climatisation Agent / Agente de maintenance en conditionnement d'air Agent / Agente de maintenance en génie climatique Monteur-dépanneur / Monteuse-dépanneuse

Plus en détail

EcoCondens BBS Centrale de chauffe gaz à condensation

EcoCondens BBS Centrale de chauffe gaz à condensation EcoCondens BBS Centrale de chauffe gaz à condensation chauffez comme vous souhaitiez toujours le faire Avec une centrale de chauffe gaz à condensation de BRÖTJE combinable individuellement pour des puissances

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail dans l enseignement

La santé et la sécurité du travail dans l enseignement La santé et la sécurité du travail dans l enseignement Outils pratiques et moyens réalistes Solange Picard, conseillère en prévention jeunesse Direction régionale de la Chaudière-Appalaches 14 mars 2014

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. DEP en ÉLECTRICITÉ. Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. DEP en ÉLECTRICITÉ. Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière DEP en ÉLECTRICITÉ DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T Commission scolaire des Affluents (450) 492-3411 C

Plus en détail

Réflexions sur quelques défis actuels de la FP. Réseau pédagogique de la Fédération des syndicats de l enseignement sur la FP 24 novembre 2010

Réflexions sur quelques défis actuels de la FP. Réseau pédagogique de la Fédération des syndicats de l enseignement sur la FP 24 novembre 2010 Réflexions sur quelques défis actuels de la FP Réseau pédagogique de la Fédération des syndicats de l enseignement sur la FP 24 novembre 2010 Environnement concurrentiel Concurrence externe Les centres

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Présentation basé sur le Guide d intégration du gaz naturel à un bâtiment Par Serge Rivard, Formateur, École des Technologies Gazières 11 novembre

Plus en détail

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE

Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE Bâtiment INSTALLATEUR SANITAIRE INSTALLATEUR SANITAIRE L installateur sanitaire pose et entretient des équipements sanitaires (éviers, baignoires, douches, chauffe-eau ) et des réseaux de canalisations.

Plus en détail

2007-9 23 novembre 2007

2007-9 23 novembre 2007 Mesures visant à soutenir le secteur manufacturier Le présent bulletin d information a pour but de rendre publiques les modalités d application du nouveau crédit d impôt remboursable pour la formation

Plus en détail

La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085

La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085 La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085 CLIQUEZ POUR AJOUTER LE TITRE DE LA PAGE 1 INTRODUCTION La norme EN ISO 3834 spécifié les exigences de qualité appropriées aux procédés

Plus en détail

EEC.1V. Techniques de mécanique du bâtiment

EEC.1V. Techniques de mécanique du bâtiment EEC.1V Techniques de mécanique du bâtiment [Techniques physiques] EEC.1V Techniques de mécanique du bâtiment Le programme de Techniques de mécanique du bâtiment (AEC) vise à former des spécialistes qui

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE DANS L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION ENTRE LE QUÉBEC ET L ONTARIO

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE DANS L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION ENTRE LE QUÉBEC ET L ONTARIO Feuillet d information ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE DANS L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION ENTRE LE QUÉBEC ET L ONTARIO RECONNAISSANCE DES TRAVAILLEURS QUÉBÉCOIS DE LA CONSTRUCTION PAR L ONTARIO

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE L ONTARIO SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE

ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE L ONTARIO SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DE L ONTARIO SUR LA MOBILITÉ DE LA MAIN-D ŒUVRE ET LA RECONNAISSANCE DE LA QUALIFICATION PROFESSIONNELLE, DES COMPÉTENCES ET DES EXPÉRIENCES DE

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

La valeur ajoutée du partenariat québécois

La valeur ajoutée du partenariat québécois La valeur ajoutée du partenariat québécois Emploi-Québec Le service public d emploi au Québec Regroupe les mesures actives associées à la Politique active du marché du travail (PAMT) Les partenaires associés

Plus en détail

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés

Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés les infos DAS - n 081 16 juillet 2015 Nouvelle aide à l apprentissage pour les entreprises de moins de onze salariés Conformément au décret n 2015-773 du 29 juin 2015, est créée une aide en faveur des

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières

RÈGLEMENT NUMÉRO 3. Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants. Table des matières RÈGLEMENT NUMÉRO 3 Admission, sélection et inscription des étudiantes et étudiants Table des matières Table des matières... 1 Article 1 - Champ d application... 2 Article 2 - Définitions... 2 Article 3

Plus en détail

Guide d apprentissage pour la qualification de. réseau de distribution d eau potable (ORD)

Guide d apprentissage pour la qualification de. réseau de distribution d eau potable (ORD) Renseignements sur l identité de l apprenti Numéro de dossier : Prénom et nom : (en caractères d imprimerie) Guide d apprentissage pour la qualification de réseau de distribution d eau potable (ORD) 01-1130

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

- L apprenti sera en alternance sur son lieu de travail et en formation à l ESSSE Lyon.

- L apprenti sera en alternance sur son lieu de travail et en formation à l ESSSE Lyon. SEPTEMBRE 2015 FORMATION EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS PAR APPRENTISSAGE ACCESSIBLE PAR LA SELECTION EJE VD (FORMATION INITIALE) via le CFA (Centre de Formation par l Apprentissage) de la SEPR (Sous réserve

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Formation envisagée : Intitulé précis du diplôme préparé : Raison Sociale Nom et Prénom du Chef d entreprise :

Formation envisagée : Intitulé précis du diplôme préparé : Raison Sociale Nom et Prénom du Chef d entreprise : Rectorat DEC DEMANDE DE DÉROGATION POUR ADAPTER UN PARCOURS DE FORMATION POSITIONNEMENT RÉGLEMENTAIRE (1) Signature du contrat hors période légale ; positionnement est une procédure réglementaire qui vise

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

Une formation obligatoire pour les frigoristes et les mécaniciens en protection-incendie qui travaillent avec les halocarbures.

Une formation obligatoire pour les frigoristes et les mécaniciens en protection-incendie qui travaillent avec les halocarbures. Une formation obligatoire pour les frigoristes et les mécaniciens en protection-incendie qui travaillent avec les halocarbures. À compter du 1 er juin 2007, les frigoristes* et les mécaniciens en protection-

Plus en détail

Aperçu du programme d agrément CPA

Aperçu du programme d agrément CPA Aperçu du programme d agrément CPA Comité de direction CPA et ses groupes de travail consultatifs Formé de professionnels de la formation en comptabilité, le Comité de direction CPA travaille à la conception

Plus en détail

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Conseil - Experts Pack n N 52 Infodoc Régions LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Document réalisé par le service de consultation téléphonique du Conseil supérieur de l Ordre

Plus en détail

+ + PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. Avec une gamme complète de 2 solutions, Arianext s adapte à toutes les configurations d installation :

+ + PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. Avec une gamme complète de 2 solutions, Arianext s adapte à toutes les configurations d installation : PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Les solutions Arianext assurent la production du chauffage et de l eau chaude sanitaire. Elles sont constituées de deux modules : > Le module extérieur : il puise l energie dans

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles + SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles Formation générale des jeunes (FGJ) Formation générale des adultes (FGA) Formation professionnelle (FP) Édition

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION FICHES DE PARCOURS DE FORMATION Ce document comprend : 3 fiches générales L industrie de la métallurgie Parcours de formation Conditions d admissibilité générales Fiches de métiers, dont : Électricien

Plus en détail

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER SERRURIER- MÉTALLIER Le serrurier-métallier travaille tout type de construction métallique : serrurerie, rampe d escalier, porte, fenêtre, véranda, pont, passerelle, pylône...

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES DE L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION

CONVENTIONS COLLECTIVES DE L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION Faits saillants CONVENTIONS COLLECTIVES DE L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION 2014-2017 Convention collective 2014 2017 Secteur Institutionnel et commercial Convention collective 2014 2017 Secteur Industriel

Plus en détail

POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES RÈGLEMENT POLITIQUE PROCÉDURE POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Adoptée par le conseil d'administration du Collège Le 24 novembre 2004 La direction des services

Plus en détail

Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC

Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC Formation de base: Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC Editeur : 2roues Suisse Commission développement professionnel et qualité Ordonnance de formation du 05.09.2011 2roues Suisse

Plus en détail

Direction générale du travail Le Ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement

Direction générale du travail Le Ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle Direction générale du travail Le Ministre de l'emploi,

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. ASP en SECRÉTARIAT MÉDICAL

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DE RECONNAISSANCE DÉMARCHE. ASP en SECRÉTARIAT MÉDICAL ASP en SECRÉTARIAT MÉDICAL DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T Commission scolaire des Samares (450) 758-3552,

Plus en détail

Marmites rectangulaires

Marmites rectangulaires La ligne 900 Electrolux, équipements modulaires de cuisson, a été conçue pour répondre aux exigences requises dans une cuisine professionnelle. La flexibilité du design modulaire, avec ses unités monoblocs

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière brevet fédéral d informaticien de gestion... pour booster sa carrière formation continue...clé du succès 25 milliards C est en CHF. le PIB engendré par les TIC en Suisse. Entreprendre pour conduire son

Plus en détail

Référence : Date : -------------

Référence : Date : ------------- Titre : SALARIES ETAM : - PROCEDURE DE RECLASSEMENT - GRILLE DE CLASSIFICATION - SALAIRES MINIMA ETAM Référence : Date : IP-Bât 08 001 01.2008 Le 26 septembre 2007, les partenaires sociaux du Bâtiment

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

MASTERS PROFESSIONNELS

MASTERS PROFESSIONNELS Jeudi 02 avril 2015 à 17H30 MASTERS PROFESSIONNELS Management de la Chaine Logistique Management de la Qualité Informatique et Innovation Sécurité des Systèmes d Information L EQUIPE ORGANISATION @ LIST

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 12 DÉCEMBRE 2007

ACCORD COLLECTIF DU 12 DÉCEMBRE 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MAISONS FAMILIALES RURALES (Travail de nuit dans les établissements d enseignement et de formation professionnelle)

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail