Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent"

Transcription

1 Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent

2 Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique François Campana M2 Conduite de projets culturels et connaissance des publics Paris X Nanterre SOMMAIRE Introduction (page 3) I. Les particularités et les publics du Collectif Jeune Cinéma (page 3) 1. Pourquoi le cinéma expérimental est il difficile à diffuser? 2. Présentation générale du Collectif Jeune Cinéma 3. Les publics du Collectif Jeune Cinéma II. Comment une coopérative distribue, diffuse et promeut un cinéma expérimental et différent? (page 6) 1. Les activités d une coopérative de distribution, diffusion et promotion cinématographique à travers l exemple du Collectif Jeune Cinéma 2. Le Festival des Cinémas Différents de Paris 2

3 3. Les actions de sensibilisation et d éducation à l image Conclusion Documents annexes : Retranscription de l entretien avec Louis Dupont, cinéaste expérimental et responsable de la communication et du pôle transmission et sensibilisation du Collectif Jeune Cinéma D Hyères à aujourd hui : un document du Collectif Jeune Cinéma sur l investissement du collectif dans le domaine de l éducation 3

4 INTRODUCTION Le cinéma expérimental, notamment de part son esthétique hors norme et son absence d obéissance à des règles prédéfinies, est un cinéma différent. Il se situe en effet en marge du système industriel et commercial du cinéma traditionnel. A cause de cette marginalité, les films expérimentaux éprouvent des difficultés à se faire diffuser et les festivals sont parfois les seuls moyens pour les cinéastes de montrer leurs films. C est pour cette raison qu est né, en 1970, le Collectif Jeune Cinéma : «pour montrer et distribuer des films dont aucune autre structure ne voulait assurer la diffusion, car ils ne correspondaient ni aux normes artistiques, ni aux normes commerciales de la cinématographie française» 1. Aujourd hui encore, malgré un développement certain, le cinéma expérimental parvient difficilement à trouver des structures de diffusion et le Collectif Jeune Cinéma continue de participer activement à une meilleure distribution de celui ci. Cette note de synthèse traitera de la ligne d action du Collectif Jeune Cinéma par rapport à un cinéma en marge. Nous nous demanderons d abord quelles sont les particularités du collectif, notamment en termes de publics, pour ensuite évoquer les actions concrètes réalisées, afin de comprendre comment, aujourd hui, on distribue et on diffuse du cinéma expérimental ou différent. Tout au long de cette note de synthèse, nous ferons référence à un entretien avec Louis Dupont, cinéaste expérimental et responsable de la communication et du pôle transmission et sensibilisation du Collectif Jeune Cinéma, dont la retranscription se trouve en annexe. I. LES PARTICULARITES ET LES PUBLICS DU COLLECTIF JEUNE CINEMA 1 Extrait du site Internet du Collectif Jeune Cinéma : rubrique «présentation» 4

5 1. Pourquoi le cinéma expérimental est il difficile à diffuser? Il me semble tout à fait important de se poser cette question si l on veut étudier l action du Collectif Jeune Cinéma car celui ci agit justement en fonction de la quasi absence du cinéma expérimental sur les écrans français. Mais pourquoi ce cinéma, dit différent, ne trouve t il pas de structure de diffusion? Tout d abord, interrogeons nous sur la notion de «cinéma différent». Par cette expression, le collectif entend un cinéma «expérimental, d avant garde, autre, indépendant, personnel, underground, même d'intervention, parallèle, nouveau, singulier, militant, de création, d art 2». Le cinéma expérimental est souvent défini comme non narratif. Or, selon Louis Dupont, tout film raconte quelque chose et est donc narratif. Simplement, le cinéma expérimental utilise un mode de narration qui n est pas usuel, ou bien encore, c est une «expression audiovisuelle non soumise aux règles du cinéma narratif traditionnel. C est donc un cinéma qui, contrairement au cinéma traditionnel, n utilise pas de règles prédéfinies mais utilise ses propres codes». D où, la notion de cinéma «différent». Pourquoi ce cinéma différent n est il pas diffusé comme le cinéma traditionnel? Nous tenterons de trouver quelques éléments de réponse, mais la liste est loin d être exhaustive. C est une question qui nécessiterait un travail plus approfondi. Cette liste peut tout de même fournir quelques pistes intéressantes. D abord, peut être pour une raison purement technique : les films expérimentaux peuvent nécessiter un matériel de projection peu conventionnel, comme par exemple un projecteur Super 8 pour les films tournés dans ce format. Toutes les salles ne disposent pas d un tel matériel. Aussi, le cinéma expérimental a été totalement absent des opérations scolaires comme par exemple «collège au cinéma» et il commence seulement à l être un peu plus. De la même manière, il n est pas présent non plus dans l enseignement cinématographique universitaire. 2 Voir sur le site du Collectif Jeune Cinéma, rubrique «présentation» 5

6 Pour cette raison, un public, dont l œil n a pas été formé à voir ce cinéma différent, préfère et se reconnaît plus dans une forme de cinéma traditionnelle. Le cinéma expérimental est également absent des revues consacrées à la culture et au 7 ème art. Ce désintérêt est peut être du à une méconnaissance du sujet par les critiques ou bien à des difficultés pour écrire sur un cinéma différent. Toutefois, cette quasi absence (on y parle quand même d installation vidéos, qui peuvent rentrer dans la catégorie) est paradoxale par rapport à l expansion que vit en ce moment le cinéma expérimental. Du fait de cette absence, le public ne connaît pas cette forme de cinéma. Face à cette situation, un manifeste a été écrit par un certain nombres de réalisateurs de films expérimentaux et de structures diverses, dont le Collectif Jeune Cinéma, pour «faire bouger les choses». Ce document, qui s intitule Expérimental? C est pas mon genre! 3 a été écrit en 2002 et fait d une part un état des lieux du réseau du cinéma expérimental en France, et d autre part, des propositions pour les différentes structures ayant un lien avec le cinéma expérimental en France. Ce manifeste a largement contribué à la reconnaissance du cinéma expérimental par des institutions comme le Centre Cinématographique National par exemple (une avancée même si le CNC reconnaissait déjà plus ou moins le cinéma expérimental). 2. Présentation du Collectif Jeune Cinéma Il s agit de la première coopérative de distribution française, créée en 1970, créée sur le modèle américain. Les toutes premières coopératives de cinéma expérimental étaient basées sur une non sélection des films, une gestion de la structure par des cinéastes, la conservation des droits par le cinéaste qui dépose sont film et l absence de but lucratif. Aujourd hui, certaines de ces caractéristiques sont abandonnées, notamment parce qu il faut s adapter à la production de films, qui est beaucoup plus importante. Il était important pour le collectif que leur structure de diffusion ne soit ni commerciale ni associative. 3 Le manifeste est trouvable sur Internet : 6

7 Le Collectif Jeune Cinéma a trois missions principales : distribuer, diffuser et promouvoir le cinéma expérimental. Nous détaillerons ces missions par la suite. Il est constitué de trois pôles : le pôle distribution, le pôle transmission et sensibilisation et un pôle diffusion, qui s occupe des projections du mercredi. Il existe d autres coopératives de cinéma expérimental en France, comme Lightcone par exemple, avec qui le collectif a travaillé (les deux coopératives, qui occupaient le même local se partageaient les subventions). Aujourd hui, Lightcone et le Collectif Jeune Cinéma sont deux coopératives distinctes. Lightcone est plutôt spécialisé dans les nouvelles images, l art vidéo, alors que le collectif est plus axé sur un cinéma corporel, poétique, avec beaucoup de films en format super 8. Le collectif a d ailleurs collaboré avec le centre Pompidou sur le cycle Super8, qui s est déroulé du 1 er au 22 décembre En ce qui concerne l équipe du collectif, il y a trois salariés : une coordinatrice générale (à temps plein), qui coordonne les trois pôles, une coordinatrice festival (qui est présente plus ponctuellement, en amont du festival et un petit peu après) et un responsable communication (à mi temps), Louis Dupont. Le collectif est financé par le CNC, la DRAC Ile de France, le Conseil Régional Ile de France et la Ville de Paris. 3. Les publics du Collectif Jeune Cinéma D une manière générale, le cinéma expérimental a un public peu important en nombre mais tout de même présent. Le collectif draine deux types de publics : les professionnels (programmateurs de festivals ou de chaînes de télévision, qui consultent notamment le catalogue) et un public plus large, les particuliers, qui se rend au festival ou aux séances du mercredi. Le Collectif n a pas de pôle consacré au développement des publics mais il a un pôle transmission et sensibilisation très important, dont le responsable est Louis Dupont. 7

8 L important pour le collectif est de toucher un public toujours plus large, mais en visant avant tout les plus jeunes, d où l existence de ce pôle (nous y reviendrons plus en détail dans la seconde partie). Louis Dupont évoque la nécessité de montrer des images à un public le plus jeune possible. Pour conclure cette première partie, le Collectif Jeune Cinéma est un lieu spécifique pour un public spécifique. II. COMMENT UNE COOPERATIVE DISTRIBUE, DIFFUSE ET PROMEUT LE CINEMA EXPERIMENTAL ET DIFFERENT? 1. Les activités d une coopérative de distribution, diffusion et promotion cinématographique à travers l exemple du Collectif Jeune Cinéma En ce qui concerne la mission de distribution du collectif, il s agit de la distribution des films de son catalogue. Un réalisateur peut déposer un film au catalogue si il le souhaite. Le film passera devant un comité de sélection qui se réunit une fois par mois pour décider des films qui vont apparaître dans le catalogue. Dans l idéal, le collectif souhaiterait accepter tous les films reçus, mais pour des raisons de stockage, ce n est pas possible, d autant plus qu avec les moyens d aujourd hui (en informatique notamment), la production de films expérimentaux s intensifie. Le catalogue du Collectif Jeune Cinéma est consultable en ligne sur le site Internet de la structure ( Il est consulté majoritairement par des programmateurs (de festivals ou de chaînes de télévision 4 ) qui viennent puiser dedans. Pour sa mission de diffusion d un cinéma différent, le Collectif Jeune Cinéma a mis en place deux évènements qui lui permettent de projeter des films expérimentaux : un festival et 4 Les chaînes Pink TV et ARTE sont notamment intéressées par des films un peu «différents». 8

9 un rendez vous hebdomadaire. Le festival en question est celui des Cinémas Différents de Paris qui a lieu en fin d année, et dont c était la 8 ème édition du 8 au 16 décembre Il organise aussi des séances mensuelles, le mercredi, où il diffuse des films de son catalogue ou invite une autre structure à faire la programmation, sous la forme de cartes blanches. Toutes ces projections ont lieu au centre culturel La Clef 5. En ce qui concerne la promotion du cinéma expérimental, cela passe par beaucoup de choses à la fois : des projections de films aux ateliers proposés aux lycées, en passant par la signature de textes comme le fameux manifeste «Expérimental? C est pas mon genre!». La suite de cette note de synthèse se concentre sur deux manières spécifiques de promouvoir le cinéma expérimental : la mise en place d un festival, la Festival des Cinémas Différents de Paris et les actions sensibilisation d un public plus jeune et d éducation à l image. 2. Le Festival des Cinémas Différents de Paris Comme certains cinémas qui organisent leurs propres festivals, le Collectif Jeune Cinéma a mis en place le sien. Il a lieu un fois par an et son objectif est d encourager la diffusion du cinéma expérimental en France. Nous distinguerons deux types d objectifs : les objectifs internes au Collectif Jeune Cinéma et les objectifs plus généraux. En ce qui concerne les objectifs internes, ce festival permet de montrer au public des films du catalogue du collectif pour en faire la promotion. Le festival permet aussi de donner de la visibilité au Collectif Jeune Cinéma, et d aller à la rencontre d un nouveau public, de plus en plus jeune : cette année, les séances jeune public s adressaient même à des enfants de 2 à 5 ans! Et d après Louis Dupont, les enfants adorent. Il y avait aussi des séances pour les jeunes de 6 10 ans et les adolescents rue de la Clef, Paris 9

10 Pour ce qui est des autres objectifs, le festival invite d autres structures à travers des cartes blanches, ce qui diversifie la programmation. Il s agit aussi de faire découvrir aux gens la diversité du cinéma expérimental, et nous pouvons parler de diversité d une année sur l autre. Pas un festival ne se ressemble : en effet, tous les ans, le thème ainsi que le directeur du festival change. Un concept qui permet d injecter du sang neuf dans le festival qui est donc constamment en renouveau. 3. Les actions de sensibilisation et d éducation à l image du collectif jeune cinéma Le pôle transmission et sensibilisation, dirigé par Louis Dupont est le fer de lance du Collectif Jeune Cinéma. La nomination de Louis Dupont comme directeur de ce pôle va de soi aux vues de son parcours : enseignement en lycée, travail avec des jeunes en difficulté, animation d ateliers cinéma, etc. Louis Dupont est également le responsable communication du Collectif Jeune Cinéma, ce qui n est pas sans cohérence vu la conception originale qu a le collectif de la communication : si on parle de communication à Louis Dupont, ce dernier ne va pas penser «affiche» ni «tract» mais «sensibilisation». En effet, il s agit de faire découvrir le cinéma expérimental à des enfants ou adolescents, le plus tôt possible, pour que ces derniers se tournent vers le collectif une fois plus grands. C est donc une manière originale de promouvoir ce cinéma différent. L article intitulé «d Hyères à aujourd hui», en annexe, reprend les grandes actions du Collectif Jeune Cinéma en matière d éducation. Le collectif est de plus en plus présent dans les lycées, notamment dans ceux qui ont une section cinéma audiovisuel. Il sensibilise les lycéens à un cinéma différent, en organisant des projections et en animant des ateliers de pratique artistique dans les lycées. Grâce au collectif, la pratique est désormais présente à l épreuve de cinéma du BAC. Aujourd hui, la demande d intervention du Collectif Jeune Cinéma dans les lycées par les professeurs est croissante : de plus en plus, ces derniers veulent sensibiliser leurs élèves à un cinéma différent. C est le rôle du Collectif Jeune Cinéma. 10

11 CONCLUSION Du fait de sa dimension industrielle et commerciale, le cinéma est un secteur qui ne laisse pas facilement de place aux formes marginales. Cependant, le cinéma expérimental prend aujourd hui de plus en plus d importance. Des évènements cinématographiques de plus tourné vers un cinéma différent (festival Némo à Paris, mois du super 8 à Beaubourg, etc.) Louis Dupont est même très optimiste sur l avenir de ce dernier. Le Collectif Jeune Cinéma contribue incontestablement à ce développement du cinéma expérimental. Ses actions reviennent à un combat quotidien pour la présence du cinéma expérimental dans les collèges, les universités, les salles de cinéma, etc. Le collectif jouit même aujourd hui d une notoriété internationale, en contribuant à une meilleure circulation d œuvres cinématographiques différentes à travers le monde. 11

Licence professionnelle Commercialisation des produits culturels : Cinéma et audiovisuel

Licence professionnelle Commercialisation des produits culturels : Cinéma et audiovisuel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits culturels : Cinéma et audiovisuel Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Sommaire. Sigles. Note

Sommaire. Sigles. Note Les dispositifs de financement spécifiques aux Arts Sommaire Aide à la création - DMDTS... 2 Aide à l'itinérance des cirques - DMDTS... 2 Aide a la résidence - DMDTS... 3 Jeunes Talents Cirque DMDTS /

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Septembre 2007. Qu est-ce qu un animateur en centre social?

Septembre 2007. Qu est-ce qu un animateur en centre social? Septembre 2007 Qu est-ce qu un animateur en centre social? INTRODUCTION Qu est-ce qu un animateur en centre social? Emplois repères majoritaires En juillet 2007, l Observatoire a réalisé une synthèse des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Etudes cinématographies et audiovisuelles de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Le Guide de compétences Licences Université Jean Monnet Saint-Etienne

Le Guide de compétences Licences Université Jean Monnet Saint-Etienne Le Guide de compétences ou comment traduire des diplômes en compétences professionnelles - Contexte - Pour qui, pourquoi? - La démarche suivie - Méthodologie Le Guide de Compétences Mieux nous faire comprendre

Plus en détail

D ans la vie d une entreprise, l accroissement de la taille est une question

D ans la vie d une entreprise, l accroissement de la taille est une question DE LA DIFFICULTÉ DE CONCILIER CONTRÔLE ET DÉMOCRATIE Le cas des groupes coopératifs et d économie sociale par François Soulage (*) (*) François Soulage est président du Groupe Esfin-Ides. S il existe des

Plus en détail

Une nouvelle formation diplômante pour les professeurs de danse

Une nouvelle formation diplômante pour les professeurs de danse Rentrée 2012 L APPSEA Nord-Pas de Calais, L UNIVERSITE LILLE 3, Centre Chorégraphique National, DANSE A LILLE / CDC Une nouvelle formation diplômante pour les professeurs de danse Une mutualisation des

Plus en détail

Note au CA sur la pérennisation de la revue Agronomie, environnement & sociétés

Note au CA sur la pérennisation de la revue Agronomie, environnement & sociétés Note au CA sur la pérennisation de la revue Agronomie, environnement & sociétés La revue de l Afa a été lancée en juin 2011, et deux numéros ont été publiés : - le numéro 0, en juin 2011, correspondant

Plus en détail

Les artistes et les travailleurs culturels du théâtre québécois

Les artistes et les travailleurs culturels du théâtre québécois LES CHANTIERS DE RÉFLEXIONS Ce document est le résultat de consultations et de concertations avec l ensemble des composantes du milieu théâtral : praticiens, associations professionnelles et syndicats

Plus en détail

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014 3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 SaintLô 23 October 2014 Pratiques vocales en prison : la situation in France par Mériam Khaldi Lois, dispositifs et obligations spécifiques en

Plus en détail

Collège au cinéma en Val-de-Marne Mode d emploi

Collège au cinéma en Val-de-Marne Mode d emploi Collège au cinéma en Val-de-Marne Mode d emploi Tomboy Chantons sous la pluie Rumba Dossier réalisé par l'association Cinéma Public T 01 42 26 03 14 collegeaucinema@cinemapublic.org Depuis avril 1989,

Plus en détail

Le documentaire d auteur sur abonnement

Le documentaire d auteur sur abonnement Le documentaire d auteur sur abonnement Tënk est la première plateforme européenne de vidéo à la demande sur abonnement (SVOD) entièrement dédiée au documentaire d auteur ou de création. Véritable diffuseur

Plus en détail

N agrégation : P 201 114. Belgique/Belgïe P.P. Bruxelles 5 BC3204

N agrégation : P 201 114. Belgique/Belgïe P.P. Bruxelles 5 BC3204 N agrégation : P 201 114 Belgique/Belgïe P.P. Bruxelles 5 BC3204 B ELGIQUE U NE OFFRE SPÉCIFIQUE décembre 2013 DÉCEMBRE 2013 A cette occasion, SOMMAIRE P. 3 Edito P. 4 Paris P. 5 Amsterdam P. 6 Suisse,

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information

Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en système d information Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Développement de la médiation sociale par la création des emploi-jeunes en 1997, Une médiation sociale dont les missions sont fortement

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2622 DU 16/02/2009

CIRCULAIRE N 2622 DU 16/02/2009 CIRCULAIRE N 2622 DU 16/02/2009 CIRCULAIRE Informative Administrative Projet OBJET COLLABORATIONS ENTRE CULTURE ET ENSEIGNEMENT APPEL A PROJETS DESTINATAIRE Direction Enseignement obligatoire tous niveaux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit français - Droit italien de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Règlement du concours

Règlement du concours Règlement du concours ALIMENTERRE : une campagne coordonnée par le Comité Français pour la Solidarité Internationale. www.cfsi.asso.fr Avec le soutien de : En partenariat avec : Ce document a été réalisé

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Novembre 2012

COUR DES COMPTES. Novembre 2012 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2012 Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

Bénévoles en EHPAD ;

Bénévoles en EHPAD ; Bénévoles en EHPAD ; Ils accompagnent la vie! Delphine Delahaye - Psychologue EHPAD - Centre Hospitalier de Corbie (80800) delphine.delahaye@ch-corbie.fr Mots-clés : EHPAD, lieu de vie, accompagnement,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

Appel à projets de l AFSSU pour 2011

Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Appel à projets de l AFSSU pour 2011 Titre «Au théâtre de la citoyenneté, il fait bon vivre» Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mmes Cécile Leveugle, Aude Deneuville, Ghislaine Lubaska.

Plus en détail

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Préconisations pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Enjeux principaux Diversité et attractivité Les enjeux liés à l existence d espaces d expressions des cultures

Plus en détail

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants chartesanté-2 24/06/04 21:43 Page 1 Équipe santé Qualité de vie et santé en milieu étudiant CHARTE Recueil des principes fondamentaux pour promouvoir la santé et la qualité de vie en milieu étudiant. Service

Plus en détail

Année scolaire 2016-2017

Année scolaire 2016-2017 Ministère de la culture et de la communication, direction régionale des affaires culturelles du Nord Pas-de-Calais, Ville de Roubaix, dans le département du Nord, Ministère de l éducation nationale académie

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Niveaux et services : Tous (enseignement obligatoire) Etablissements scolaires et opérateurs culturels Contact

Niveaux et services : Tous (enseignement obligatoire) Etablissements scolaires et opérateurs culturels Contact CIRCULAIRE N 2200 DU 20/02/2008 Objet : Décret du 24 mars 2006 relatif à la mise en œuvre, la promotion et le renforcement des collaborations entre la Culture et l Enseignement. Appel à projets pour les

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE Ministère du travail, de l emploi et de la santé Paris, le 24 janvier 2011 SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE - Mercredi

Plus en détail

Objet : Contribution du BNEI au Projet de Loi Santé

Objet : Contribution du BNEI au Projet de Loi Santé Paris, le 06/08/2012 Maxime Gaudubois president@bnei.org 06 82 20 74 02 Madame la Député, Présidente de la Commission des Affaires Sociales, Catherine Lemorton Assemblée Nationale 126 rue de l Université

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme de la presse hebdomadaire régionale de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles de

Plus en détail

PLAN DE COMMANDITE 2014. BELLASTOCK QUÉBEC c est :

PLAN DE COMMANDITE 2014. BELLASTOCK QUÉBEC c est : PLAN DE COMMANDITE 2014 BELLASTOCK QUÉBEC c est : 11 membres fondateurs 20 bénévoles 4 ateliers exploratoires pendant l année + de 350 mentions «j aime» sur la page facebook 150 participants au festival

Plus en détail

Manque de sommeil chez les jeunes

Manque de sommeil chez les jeunes Nicolas Kurek 1 Février 2016 Manque de sommeil chez les jeunes Dangers, conséquences et prévention Nicolas Kurek 2 Février 2016 Table des matières: P.3 Introduction, Idée P.4 But P.6 Planning P.7 Moyens

Plus en détail

Prestation sur mesure

Prestation sur mesure DEVIS PRESTATION PERSONNALISEE UBIFRANCE / MISSION ECONOMIQUE-UBIFRANCE A MOSCOU Dossier numéro : Projet N 17582 Responsables: Virginie LEYTES et Stéphanie MORLEY Revu par : Laurent DINE Date : 23 décembre

Plus en détail

INGÉNIEUR D AFFAIRES. Henri Georges Minyem. et chef de projet. Compléments en ligne sur : editions-eyrolles.com. Tout pour réussir dans le métier de

INGÉNIEUR D AFFAIRES. Henri Georges Minyem. et chef de projet. Compléments en ligne sur : editions-eyrolles.com. Tout pour réussir dans le métier de Henri Georges Minyem Tout pour réussir dans le métier de INGÉNIEUR D AFFAIRES et chef de projet Les meilleures pratiques et les outils Une méthode facile à mettre en œuvre Les techniques sectorielles L

Plus en détail

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!»

Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» Projet de Résidence d Artiste en Milieu Scolaire, proposition artistique : «Sors les Mains de tes Poches!» L équipe pédagogique et artistique de la Compagnie Gazelle missionnée en milieu scolaire pour

Plus en détail

etre être publicitaire

etre être publicitaire etre être publicitaire etre publicitaire sommaire 8 Introduction 13 De l affichiste au concepteur : la construction du métier 14 Le marché publicitaire français : une histoire récente 21 Les affichistes,

Plus en détail

ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016)

ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016) ACCORD-CADRE NATIONAL D ENGAGEMENT DE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES POUR L AUTONOMIE (2014-2016) Exposé des motifs En France, les personnes âgées de 60 ans et plus, au nombre de 15 millions

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

DIAGNOSTIC CULTUREL SOMMAIRE

DIAGNOSTIC CULTUREL SOMMAIRE Conseil de Développement du Pays de Dinan Commission Culture DIAGNOSTIC CULTUREL DOCUMENT DE SYNTHÈSE. SOMMAIRE 1 L exercice des compétences culturelles territoriales.... 2 1.1 Les Communes... 2 1.2 Les

Plus en détail

MASTER CRÉATION ARTISTIQUE

MASTER CRÉATION ARTISTIQUE MASTER CRÉATION ARTISTIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master Domaine ministériel : Arts, Lettres, Langues Présentation La mention Création artistique est une mention particulièrement originale

Plus en détail

Jean-François Astier succède à Gérard Brochoire Cérémonie de passation, le 5 octobre 2012 à Rouen

Jean-François Astier succède à Gérard Brochoire Cérémonie de passation, le 5 octobre 2012 à Rouen Information presse 19/09/2012 Passation de pouvoir à la direction générale de l, l Institut national de la boulangerie pâtisserie 1 Jean-François Astier succède à Gérard Brochoire Cérémonie de passation,

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique linguistique Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 25 octobre 2004 281-CA-4048 Modification(s)

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Quelles pistes pour stimuler la participation à la vie culturelle? Regard international

Quelles pistes pour stimuler la participation à la vie culturelle? Regard international Quelles pistes pour stimuler la participation à la vie culturelle? Regard international Pour qui? France Stratégie, organisme de réflexion, d expertise et de concertation placé auprès du Premier ministre

Plus en détail

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées Synthèse de rapport La gouvernance des sociétés cotées (Version française) Rapport pour la Commission Européenne, remis par la Fondation pour le droit continental et rédigé par Michel Germain, Véronique

Plus en détail

B I L A N S. du Pôle d éducation à l image 2014/15. du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand

B I L A N S. du Pôle d éducation à l image 2014/15. du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand B I L A N S du Pôle d éducation à l image du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand 2014/15 Sommaire Préambule...03 Les missions du Pôle...04 Récapitulatif des publics touchés en 2014/15...05 ACTIONS

Plus en détail

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR.

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR. Le secteur du Théâtre Jeune Public a une cinquantaine d année d existence en Fédération Wallonie-Bruxelles. De nombreuses créations théâtrales qui en sont issues, ont connu non seulement un grand succès

Plus en détail

les ateliers vélo mode d emploi

les ateliers vélo mode d emploi les ateliers vélo mode d emploi un service à la mobilité et à l autonomie, des lieux participatifs et solidaires pour encourager la pratique individuelle Comment ça marche? Comment s y prendre? Qui contacter?

Plus en détail

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma Le meilleur des cours Personnalisés En Entreprise Pour l Hôtellerie Pour Étrangers Préparation examens Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma www.idealog.ma COURS en ENTREPRISE

Plus en détail

Année préparatoire (candidats sourds)

Année préparatoire (candidats sourds) Année préparatoire (candidats sourds) en vue de préparer le diplôme d Educateur Spécialisé ou d Educateur de Jeunes Enfants (et valider une Licence d État «Education et intervention sociale») Pour vous

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Développement social et médiation par le sport de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Note de Synthèse Former, Innover, Transmettre. Hugo Romand-Ferroni

Note de Synthèse Former, Innover, Transmettre. Hugo Romand-Ferroni Note de Synthèse Former, Innover, Transmettre - 2014/2015 Introduction Comment faire la transition entre la parenthèse imaginé par notre scénario et le dévellopemet futur du site? Est il possible que les

Plus en détail

Convention de partenariat. Académie de Musique et d Arts Sacrés de Sainte-Anne d Auray. Pontivy Communauté

Convention de partenariat. Académie de Musique et d Arts Sacrés de Sainte-Anne d Auray. Pontivy Communauté 056-245614433-20140708-N35BC080714-DE Convention de partenariat Entre les soussignés : Académie de Musique et d Arts Sacrés de Sainte-Anne d Auray & Pontivy Communauté L Académie de Musique et d Arts Sacrés

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Problématique : Depuis 2004, on observe une perte de dynamisme commercial sur le secteur de l Intra-Muros avec une augmentation du nombre

Plus en détail

La Pédagogie Différenciée

La Pédagogie Différenciée 1 juin 2012 La Pédagogie Différenciée Pourquoi me suis- je intéressée à la pédagogie différenciée? Après dix ans à enseigner le français et l histoire-géographie en lycée professionnel auprès d élèves

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

UNE AUTRE FAÇON DE VIVRE LE COMPTE PRORATA

UNE AUTRE FAÇON DE VIVRE LE COMPTE PRORATA UNE AUTRE FAÇON DE VIVRE LE COMPTE PRORATA Le syndicat de la maçonnerie et du gros œuvre de la Haute-Garonne a récemment mis au point une méthode de traitement du compte prorata inspirée par la volonté

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

Demande de soutien sélectif

Demande de soutien sélectif SÉRIE TV D ANIMATION OU SPÉCIAL TV Soutien au développement Dossier 2016 Version octobre 2015 Demande de soutien sélectif Vous trouverez dans ce document le règlement du soutien sélectif de Ciclic au développement

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett.

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. Association loi de 1901 1398 chemin de saint esprit, 83300 Draguignan France (métropolitaine)* www.lolinefayard.org

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

CONTRAT DE PROJET ANNEE 2015-2016 INTITULE DU PROJET CONTEXTE DEFINITION DU PROJET

CONTRAT DE PROJET ANNEE 2015-2016 INTITULE DU PROJET CONTEXTE DEFINITION DU PROJET CONTRAT DE PROJET ANNEE 2015-2016 INTITULE DU PROJET CONTEXTE DEFINITION DU PROJET 1 OBJECTIF GLOBAL OBJECTIFS SECONDAIRES RESULTAT ET PRODUIT ATTENDUS 2 METHODOLOGIE PROPOSEE COMPETENCES MOBILISEES, LEUR

Plus en détail

Vers Fátima 2008 Premiers éléments préparatoires

Vers Fátima 2008 Premiers éléments préparatoires PROJECTS PROJETS PROYECTOS CHRISTIAN LIFE COMMUNITY COMMUNAUTÉ DE VIE CHRÉTIENNE COMUNIDAD DE VIDA CRISTIANA No. 137, Juillet 2007 Lien entre le Conseil Exécutif et la CVX mondiale Vers Fátima 2008 Premiers

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Dossier de presse, le 14 Avril 2014 On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Locatme.fr, désigné comme le Meetic de l immobilier, est un concept de service en ligne qui facilite et optimise

Plus en détail

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL 1.1. POUR LE MINISTERE FRANÇAIS DE L EDUCATION NATIONALE Le MEN, utilisant son expertise technique et pédagogique, sélectionne et met à disposition du Centre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Encadrement d'ateliers de pratique théâtrale de l Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac Manuel de présentation à l usage des professeurs des écoles annexe n 2 au Projet d Etablissement Préambule

Plus en détail

Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat. www.urma-mp.fr

Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat. www.urma-mp.fr Lancement du site internet de l URMA Midi Pyrénées Université Régionale des Métiers et de l Artisanat www.urma-mp.fr 15 avril 2013 La Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat de Midi-Pyrénées lance

Plus en détail

Association VENIR À BORDEAUX DOSSIER DE PRESSE. Octobre 2010. www.venirabordeaux.com

Association VENIR À BORDEAUX DOSSIER DE PRESSE. Octobre 2010. www.venirabordeaux.com Association VENIR À BORDEAUX DOSSIER DE PRESSE Octobre 2010 www.venirabordeaux.com SOMMAIRE 1. POURQUOI VENIR A BORDEAUX? La philosophie de VENIR A BORDEAUX Une alternative aux guides existants 2. UN CONCEPT

Plus en détail

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 TABLE DES MATIÈRES Lexique La Charte OK en bref Introduction La Charte OK Engagement mutuel Engagement de l établissement Matériel de protection Matériel

Plus en détail

Charte départementale de développement. de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire. en Yvelines

Charte départementale de développement. de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire. en Yvelines Entre Charte départementale de développement de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire en Yvelines Signataires de la Charte L Académie de Versailles représentée par Monsieur Jean-Michel COIGNARD,

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2283 DU 05/05/2008. Objet : Circulaire d informations générales. Période : Mai 2008

CIRCULAIRE N 2283 DU 05/05/2008. Objet : Circulaire d informations générales. Période : Mai 2008 CIRCULAIRE N 2283 DU 05/05/2008 Objet : Circulaire d informations générales Réseaux : Tous Période : Mai 2008 -- Aux Pouvoirs organisateurs des établissements de l'enseignement subventionné - Aux Chefs

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail