Techniques de questionnement axées sur les solutions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Techniques de questionnement axées sur les solutions"

Transcription

1 Techniques de questionnement axées sur les solutions 1 Questions circulaires 1.1 Brève description de la méthode Les questions circulaires ont été développées dans les domaines du coaching et de la consultation en matière de thérapie systémique et elles y sont appliquées avec succès. Elles servent à découvrir des processus circulaires dans les systèmes relationnels et à assouplir les modèles de communication et d interaction rigides générant des conflits au sein d un système, en adoptant diverses positions d observateur et en changeant de perspectives. Par le biais de ses questions triadiques, l interrogateur (consultant ou coach) donne au participant la possibilité de se mettre à la place d autres personnes et de changer ainsi de perspective au sein du système. Le mode de questionnement triadique génère une «conjecture en présence des autres», car les participants sont incités à exprimer des suppositions sur les souhaits, les besoins, les opinions, les relations, etc. des autres participants. Grâce aux suppositions des uns sur les autres, de nouveaux processus de pensée sont introduits et des changements sont dès lors possibles. «Un symptôme, un problème, une maladie ne sont pas des choses mais des processus générés par des actions et des communications de différentes personnes.» (Schlippe/Schweitzer 1998, 141). Chaque comportement au sein d un système a une signification. Il est possible de comprendre cette signification par le biais de modèles de relations interdépendantes au sein du système. Selon Schlippe et Schweitzer, chaque comportement au sein du système social doit être considéré comme une offre de communication. 1.2 Objectifs des questions circulaires en situation thérapeutique 1. Récolter des informations sur le contexte de communication ; 2. Mettre en évidence les offres de communication pour tous les participants et expliquer leur signification ; 3. Remettre en question les modèles de comportement et de communication rigides ainsi que les constellations relationnelles ; 4. Donner des idées pour de nouveaux modèles d interprétation et de nouvelles possibilités d action. Le mode de questionnement du consultant doit également conduire à un élargissement des perspectives ou à un changement des perspectives de tous les participants. La position de l observateur doit être modifiée de manière à ce que la personne interrogée fasse uniquement part de conjectures, d observations et d interprétations personnelles de modèles de communication précis concernant les autres et les fonctions des autres au sein du système. Cela se produit en présence des autres de façon à «cancaner» sur les personnes se trouvant dans la pièce, contrairement aux règles de bienséance usuelles. Exemple : la personne A est en colère. Une personne présente pourrait lui demander la raison de sa colère (perception linéaire). Mais cela dévoilerait uniquement son propre point de vue. La personne B voit que A s énerve. A sait que B perçoit son sentiment de colère. Afin d éclaircir l aspect communicatif, l interrogateur pourrait demander à A quelle 1

2 signification il pense que B donne à sa propre colère. Si une personne C est présente, l interrogateur peut lui demander son avis sur les conséquences de la colère de A sur B. A reçoit ainsi des informations sur la perception éventuelle de sa colère par B, alors que B reçoit des informations sur l intention éventuelle de A. A et B reçoivent finalement un feedback sur leur relation du point de vue de C. Comme le montre cet exemple, les questions circulaires ont ici un caractère triadique. Cet exemple met en évidence comment le mode de questionnement circulaire fournit à tous les participants de nombreuses informations supplémentaires, générées par les nouvelles perceptions et les nouveaux processus de pensée. Dans la pratique, différentes formes et techniques de questionnement sont ressorties de cette circularité. Celles-ci sont présentées de manière détaillée ci-après. 1.3 Techniques et formes du questionnement circulaire Les types de questions énumérés ci-après ne doivent pas être considérés comme des questions standard mais plutôt comme un fil conducteur pour expliquer les principes généraux du questionnement circulaire. Le contenu concret de ces principes généraux dépendra ensuite du contexte de la conversation concernée. Il existe différentes tentatives de classification et de catégorisation des questions circulaires : elles se distinguent par leur forme, leurs objectifs ou encore par le contenu des questions. Le caractère triadique se retrouve dans presque tous les types de questions. Le classement ci-après se base sur la catégorisation de Schlippe et Schweitzer, complétée par Simon et illustrée par des exemples. 1.4 Questions axées sur les différences Il est plus facile de décrire un phénomène lorsqu on le distingue d un autre. La distinction se fait par la différenciation, ou plus exactement par la mise en évidence de caractéristiques de différenciation observables distinguant le phénomène. Les questions axées sur les différences doivent donc contribuer à éclaircir dans le contexte les concepts et les attributions de significations. On fait alors une distinction claire entre description, explication et évaluation. Le client ou le participant apprend ainsi que le phénomène décrit n est pas forcément lié à son explication ou à son évaluation subjective. Il apprend à réfléchir à son modèle d interaction et de communication adopté jusqu à présent par rapport à ce nouveau contexte. Il peut en découler de nouvelles conséquences d action. Les questions axées sur les différences peuvent être subdivisées en deux catégories : questions sur les différences qualitatives et questions sur les différences quantitatives. 1.5 Questions de classification Les questions de classification sont axées sur les différences qualitatives. Le client doit classer les acteurs en tenant compte de la situation d interaction et de communication. Cela permet de mettre en évidence les différences de perception et de relation. Exemples : «Qui serait en premier, qui serait en dernier?» «Si l on établissait un classement selon, qui occuperait la première position, la deuxième,, la dernière?» «Qui se réjouit le plus de l obtention de votre maturité dans la famille? Qui se réjouit le moins?» «Qui est le plus actif et le plus aventureux dans la famille, qui est le moins actif?» 2

3 1.6 Questions de pourcentage Les questions de pourcentage permettent entre autres une meilleure différenciation et une précision des idées, des convictions, des ambiances, des concepts de maladie, des opinions des uns sur les autres, etc. sous un angle quantitatif. Des échelles supplémentaires peuvent être introduites en fonction des besoins. Exemple : «A quel pourcentage considérez-vous cela comme et à quel pourcentage comme?» «A quel pourcentage considérez-vous que votre problème est médical, et à quel pourcentage que votre problème est psychique?» 1.7 Questions de concordance Les questions de concordance ont deux fonctions. D une part, elles donnent des informations sur les coalitions et, d autre part, elles offrent une possibilité de feed-back sur les déclarations précédentes. Exemple : «Qui est d accord ou n est pas d accord avec qui?» «Etes-vous d accord avec lui ou voyez-vous les choses différemment?» «Ton père pense que tu as une relation plus étroite avec ta mère qu avec lui. Ta mère pense exactement le contraire. Quel est l avis de ta sœur?» «Vos parents prennent-ils au sérieux l opinion de votre sœur en matière de politique?» «En tant que fille, pensez-vous que votre mère s entend actuellement mieux avec votre père ou avec votre frère?» 2 Questions axées sur les ressources (questions d amélioration) Dans un contexte chargé de problèmes, l attention des participants est souvent centrée uniquement sur ces problèmes. Une telle vision étroite empêche la perception de ressources qui pourraient résoudre les problèmes. On s éloigne ainsi toujours plus d une solution éventuelle. Les questions axées sur les solutions déplacent cette attention. Questions axées sur les exceptions de problèmes Les participants du système perçoivent souvent le problème/symptôme comme étant la règle générale : «La personne X est toujours dépressive.» Les questions axées sur les exceptions permettent de souligner que le problème n est pas omniprésent. Exemple : «Combien de fois (pendant combien de temps, quand, où) le problème n est-il pas survenu?» «Qu avez-vous fait ou qu ont fait les autres de différent pendant ces périodes?» «Comment pourriez-vous procéder pour faire davantage de ces choses que vous avez faites pendant les périodes où le problème ne se faisait pas ressentir?» a. Questions axées sur les ressources Les questions axées sur les ressources donnent aux participants un aperçu de leurs forces et de leurs compétences. Le problème est ainsi relégué au second plan. 3

4 Exemple : «Qu est-ce qui ne doit pas changer dans votre vie? Que trouvez-vous de positif à cela?» «Qu est-ce qui vous plaît chez vous et chez les autres?» b. Questions miracle Les questions «miracle» aspirent à résoudre le problème par un «miracle». Il ne s agit donc pas de poser la question du «Comment?» mais plutôt du «Qu y a-t-il après?». L objectif est ainsi de s imaginer, sans engagement, les possibilités de résolution du problème. Le fait que cela n engage à rien, implique que les participants ne se sentent pas responsables de trouver une solution. Exemple : «Imaginons qu une fée vienne cette nuit et qu elle vous enlève votre problème. Qu est-ce qui serait différent le lendemain matin?» «Qui reconnaîtrait en premier qu un miracle s est produit durant la nuit, et comment?» «En quoi les personnes qui vous entourent changeraient-elles leur comportement?» c. Questions axées sur les problèmes (questions d aggravation) Par le biais de questions axées sur les problèmes, chaque participant doit prendre conscience du rôle actif qu il joue dans le maintien du problème et de la forme de ce rôle. Le fait de présenter les problèmes de manière consciente met également en évidence que ceux-ci peuvent aussi être écartés de manière consciente. Exemple : «Que pourriez-vous faire pour vous sentir encore plus mal?» «Que pourraient faire les autres pour maintenir le problème?» Scénarios axés sur les problèmes et les solutions Lorsque tous les participants ont pris conscience de leur participation active au maintien du problème et qu il en est ressorti des représentations de solutions éventuelles (questions d amélioration/d aggravation), il est alors possible de déterminer le caractère instrumental du problème. Cela signifie que les problèmes peuvent être utilisés comme des instruments visant à satisfaire des besoins ou à combler des lacunes. Par exemple, une maladie peut être introduite (inconsciemment) afin d échapper à l anxiété générée par le quotidien professionnel et d éviter une confrontation avec le problème d origine. Questions sur les avantages de maintenir le problème Ce type de question permet de mettre en évidence l instrumentalité du problème. Exemple : «Quels seraient les avantages pour le système si le problème perdurait encore un temps?» Questions sur les projets temporels et d avenir Dans la perception du participant, les problèmes peuvent exister de manière illimitée dans le temps ou uniquement pour une certaine période. Les questions sur les projets temporels et d avenir visent à découvrir ces perceptions. Exemple : «Pendant combien de temps ce problème va-t-il encore vous accompagner? Quand allez-vous vous en défaire?» 3 Echelles 4

5 Grâce à des échelles, il est possible de représenter des situations actuelles de manière concrète et compréhensible. Les progrès réalisés peuvent également bien être concrétisés par des échelles. Les échelles chiffrées permettent de faire des différenciations et aide les clients ainsi que leurs interlocuteurs à éviter de penser de manière manichéenne. Les échelles permettent de planifier de petites étapes et d identifier les petits succès. Les échelles peuvent être utilisées lors de nombreuses phases de discussion. Elles peuvent être utilisées de manière associée ou dissociée. Associée walking scale, ligne du temps Dissociée scale board 3.1 Questions d échelle typiques o «Sur une échelle de 0 à 10, où vous situez-vous actuellement?» o «Comment avez-vous réussi à atteindre X?» o «En-dehors de vous-même, qui a contribué à ce que vous soyez à X et non à 0?» o «Comment remarqueriez-vous que vous êtes à X+1?» o «Quand avez-vous déjà été au-dessus de X+1?» Future Perfect A. Sur une échelle de 1 à 10, quel est le niveau que vous souhaiteriez atteindre? 1 2 Réponse X B. Qu allez-vous changer lorsque vous aurez atteint X? Et quoi d autre encore? C. Quels seront les effets de tout ce que vous allez faire lorsque vous aurez atteint X? Et quels autres effets encore? D. Comment votre entourage va-t-il remarquer que vous êtes à X? Et comment d autre? 3.2 Autres questions d échelle Si 10 est la solution du problème et 0 le contraire, où te situes-tu actuellement? Si 0 représente l incertitude totale et 10 la clarté totale concernant cette question, où te situes-tu maintenant? Si tu progressais d un niveau sur l échelle, qu est-ce que cela changerait? A quel stade le problème n en serait justement plus un? Comment remarquerais-tu que tu as atteint le niveau de manière stable? 5

6 Quel serait selon toi le niveau satisfaisant? Qu est-ce qui serait également différent? Et quoi d autre encore? Les changements seraient-ils perçus uniquement par toi ou par d autres personnes également? Choisis l une de ces personnes! Quel changement remarquerait-elle? Ce changement représenterait-il une difficulté pour quelqu un? Y a-t-il autre chose que j aurais dû demander et que j ai omis de demander? Y a-t-il autre chose que tu aimerais partager? Comment remarquerais-tu que cette progression est bénéfique pour toi? Quelle serait pour toi la preuve que notre travail a été utile/réussi? Comment d autres personnes le remarqueraient-elles? 3.3 Autres types d échelles a. Echelle de progrès «Imaginez-vous une échelle de 0 à signifie que vous êtes en plein dans le problème et 10 que vous avez atteint entièrement votre objectif. Où vous situez-vous sur cette échelle aujourd hui?» Quelles sont les étapes que vous avez déjà atteintes? 1 = 10 = L échelle est également idéale pour concrétiser les étapes ultérieures visant à résoudre le problème : «Comment remarquerez-vous que vous avez atteint un niveau supérieur sur l échelle?» b. Echelle de confiance A quel point êtes-vous confiant quant à vos perspectives de réussite? Sur notre échelle de 0 à 10, à quel point êtes-vous sûr d atteindre un niveau supérieur? 1 = Je n ai aucune chance d y arriver. 10 = Je suis absolument certain d y arriver. c. Echelle d apprentissage A quel point cette situation/méthode a-t-elle été utile pour votre apprentissage? 1 = Aucun défi, une pure question de routine 10 = Cela faisait longtemps qu une situation/méthode n avait pas été aussi enrichissante. 6

7 d. Echelle de motivation A quel point êtes-vous motivé actuellement pour prendre les choses en main? 1 = Il y a beaucoup d autres choses dans la vie qui me sont beaucoup plus importantes. 10 = Je mettrai toute mon énergie dans la chose. 4 Question miracle La «question miracle» est une méthode de thérapie brève qui vise à sortir de la situation problématique et à se transporter dans la situation ciblée. La situation ciblée permet d élaborer des solutions éventuelles. La question miracle n est en fait pas une question mais un processus visant à vivre la solution ou des éléments de solution dès maintenant : la réalisation partielle d un événement futur au présent. Le client tente ainsi d élaborer un nouveau cadre axé sur la solution. La question miracle travaille avec une ressource universelle, elle génère un acte créatif. Caractéristiques du miracle : Il est soudain. Il est surprenant. Il rend tout possible. Il exclut moins de choses. Il cache le chemin pour y arriver. La question miracle peut être employée dans la plupart des méthodes systémiques axées sur les solutions (ligne du temps, échelle, stratégie Disney, etc.). Le processus J aimerais vous poser une question inhabituelle et particulière (pause attendre le signal du client) Admettons ou imaginez que (longue pause) Après un certain temps, vous rentrez chez vous, etc. (longue pause) Vous allez vous coucher (longue pause) et durant la nuit, il se passe quelque chose de surprenant, de très surprenant (longue pause) Le problème que vous avez mentionné lors de la consultation ou de la thérapie a tout simplement disparu Il n existe plus cela serait presque un miracle, n est-ce pas? que cela arrive aussi vite ---pause --- mais tout cela se passe pendant votre sommeil et vous ne savez donc pas que cela s est produit : --- pause --- Le jour suivant, comment remarquez-vous que ce miracle a vraiment eu lieu? «Qu y aurait-il de différent le matin suivant lorsque vous vous réveillez?» «Comment remarqueriez-vous que le miracle a eu lieu?» «En-dehors de vous-même, qui d autre le remarquerait également?» «A quoi cela se verrait-il chez vous?» (le changement de comportement devient évident) «Comment réagissent les autres à cela?» (contexte du miracle) 7

8 «Confirmeriez-vous ce qui a changé?» L attente paraît souvent plus longue qu elle ne l est réellement. Lorsque le client dit quelque chose, il faut alors essayer d obtenir autant de détails que possible : «Quand, où, comment, avec qui, quoi exactement?» «Comment votre meilleur ami remarquerait-il qu un miracle s est produit, sans que vous lui en ayez parlé?» «Comment votre partenaire le remarque-t-il, votre chien, vos enfants, vos parents, vos collègues, vos voisins, etc.?» Conclusion Les questions ouvertes axées sur les compétences encouragent le client à penser différemment ; laissent présumer les compétences et les ressources du client tout en suscitant une réponse axée sur le processus et peuvent être élargies par des questions supplémentaires («Et comment encore? Et quoi d autre?») ; donnent majoritairement la parole au client ; nécessitent beaucoup de temps. 8

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Reconnaître et écouter

Reconnaître et écouter Pour aider son jeune à s orienter Reconnaître et écouter L E R Ô L E D E S P A R E N T S D A N S L O R I E N T A T I O N D E L E U R S J E U N E S! Une conférence offerte par: Diane Fortin, conseillère

Plus en détail

Ressource en communication orale

Ressource en communication orale Convaincre un public de son point de vue Ressource en communication orale Lancer une invitation Prendre part à une entrevue Présenter une marche à suivre Participer à un jeu de détecteur de mensonges Décrire

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Virginie Nicaise Maître de Conférences Université de Lyon Préparatrice Physique

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

Activité d apprentissage

Activité d apprentissage Activité d apprentissage Civisme et citoyenneté, 10e année, cours ouvert Des citoyens actifs dans la communauté scolaire : une campagne pour l économie d énergie Aperçu Dans cette activité d apprentissage,

Plus en détail

Négociation: Des Positions aux Intérêts

Négociation: Des Positions aux Intérêts Négociation: Des Positions aux Intérêts Jean Gay Cemaj et Unine, Colloque du 5 décembre 2008 Plan I. Une métaphore initiale à titre de fil rouge II. De la négociation traditionnelle à la négociation «éclairée»

Plus en détail

Le questionnaire suivant n a pas été validé et n a jamais été utilisé non plus.

Le questionnaire suivant n a pas été validé et n a jamais été utilisé non plus. 1 Le questionnaire suivant n a pas été validé et n a jamais été utilisé non. Nous l introduisons dans l espoir qu il incite un chercheur à le perfectionner en vue de l administrer. Il a été conçu pour

Plus en détail

S informer Poser des questions Donner son opinion

S informer Poser des questions Donner son opinion Guide pratique pour aider les citoyennes et les citoyens à participer à une consultation publique S informer Poser des questions Donner son opinion Adaptation en texte simplifié Simplicom 2 L auteur a

Plus en détail

CARNET DE LECTURE NOM :

CARNET DE LECTURE NOM : CARNET DE LECTURE NOM : MES RÉACTIONS ÉCRITES THÈMES POUR LES RÉACTIONS ÉCRITES Textes littéraires Le livre Que pensez-vous de la page couverture du livre? Que pensez-vous du titre que l auteur a choisi?

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

Comment maîtriser sa colère

Comment maîtriser sa colère Comment maîtriser sa colère La résolution de problemès Homewood Solutions Humaines MC, 2011. Ce cahier d exercices accompagne le cours électronique intitulé Comment maîtriser sa colère et est destiné à

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. CyCle 2 ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Nous

Plus en détail

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique Vous êtes présentement dans le processus de reconnaissance pour devenir responsable d un service de garde

Plus en détail

OUTILS D AIDE AU RECRUTEMENT. Définition du profil de poste. A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement

OUTILS D AIDE AU RECRUTEMENT. Définition du profil de poste. A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement Définition du profil de poste A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement NECESSAIRE SOUHAITABLE SERAIT UN PLUS REDHIBITOIRE Formation Expérience Compétences Langues Savoir-être Pré-sélection

Plus en détail

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre.

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Une phrase, qui accompagnait le dévoilement de l illustration,

Plus en détail

DESCRIPTION. Introduction

DESCRIPTION. Introduction ANIMATION Fiche 7 Notre modèle de société, un modèle unique? Thèmes abordés Notre modèle de société Vivre en harmonie dans nos sociétés contemporaines Notre rapport à l argent D autres thématiques : la

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

Accueillir un stagiaire : la coformation professionnelle

Accueillir un stagiaire : la coformation professionnelle Accueillir un stagiaire : la coformation professionnelle Patrick Parent Professeur invité Département de kinanthropologie UQAM parent.patrick@uqam.ca Parent, P. (2011). Accueillir un stagiaire : la coformation

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

Soutien scolaire. Mode d emploi

Soutien scolaire. Mode d emploi Soutien scolaire Mode d emploi Raïssa MALU Madimba KADIMA-NZUJI Soutien scolaire Mode d emploi L Harmattan, 2011 5-7, rue de l Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr

Plus en détail

Mener à bien ses entretiens

Mener à bien ses entretiens Cycles d evaluation Mener à bien ses entretiens Fil conducteur collaborateurs Table des matières Introduction... 3 Entretien de fonction... 7 Entretien de planification... 9 Entretien de fonctionnement...

Plus en détail

Activité AO 1 (dimensions de l identité)

Activité AO 1 (dimensions de l identité) Activité AO 1 (dimensions de l identité) Nom de l activité AO : Une pub changer les choses! Réalisation de l activité (mois/année) : Mars 2012 Discipline : Éthique et culture religieuse (thème de la Tolérance)

Plus en détail

Prénom : Je raconte des histoires séquentielles. Date de retour :

Prénom : Je raconte des histoires séquentielles. Date de retour : Prénom : Je raconte des histoires séquentielles Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix des activités

Plus en détail

Un patient parmi d autres. À la suite de cette vidéo : Déroulement. Objectifs

Un patient parmi d autres. À la suite de cette vidéo : Déroulement. Objectifs L entrevue motivationnelle L art d accélérer le processus naturel de changement Auteurs : Nathalie Allard, md Danielle Saucier, md Matériel adapté avec la permission du Dr Jacques Bédard, Professeur titulaire

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles

Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles CONGRÈS DE L ACSQ 2014 Communiquer autrement Pour transformer vos relations professionnelles Manon Deschênes, M.Ps., CRHA Directrice principale Gestion de carrière et psychologie du travail MAI 2014 PLAN

Plus en détail

1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans un environnement professionnel. En fait, qui êtes-vous?

1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans un environnement professionnel. En fait, qui êtes-vous? Avez-vous envie de progresser dans votre carrière? Posez-vous les 10 seules questions qui vous permettront d y répondre. 1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans

Plus en détail

AS level Questions point de départ pour l examen oral

AS level Questions point de départ pour l examen oral AS level Questions point de départ pour l examen oral Les médias La télévision 1. La télévision joue-t-elle un rôle important dans votre vie? 2. Vous la regardez combien de temps par semaine, en moyenne?

Plus en détail

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie!

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! VOUS POUVEZ Y ARRIVER! j u l i e @ r i c h e r t r a n s f o r m a t i o n s. c o m Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa

Plus en détail

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Avant tout j aimerais remercier tous les enfants qui ont fait l effort d avoir répondu au questionnaire (il y en a eu 16). Et même si ce questionnaire

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Formation de base en Relation d aide. Présentée par Dre Céline Lafrenière, md conseil en allaitement

Formation de base en Relation d aide. Présentée par Dre Céline Lafrenière, md conseil en allaitement Formation de base en Relation d aide Présentée par, md conseil en allaitement Objectifs Connaître les éléments essentiels pour établir une relation d aide en particulier: L écoute active Le respect de

Plus en détail

L art des objectifs. Antoine Henry de Frahan

L art des objectifs. Antoine Henry de Frahan L art des objectifs Antoine Henry de Frahan L e concept d «objectif» est au cœur de la pratique du coaching. La maîtrise de cet outil est une compétence essentielle du coach. Quelles sont les règles de

Plus en détail

Bienvenue à l école Maternelle!

Bienvenue à l école Maternelle! Tu viens d être inscrit(e) à l école maternelle. Ton nom est marqué dans le grand cahier des élèves de l école. Voici des photos de ton école : Bienvenue à l école Maternelle! colle ici ta photo Ecole

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

d amener l élève à réfléchir et à se prononcer par rapport à certaines compétences, attitudes ou valeurs

d amener l élève à réfléchir et à se prononcer par rapport à certaines compétences, attitudes ou valeurs Accompagnement personnalisé BAC PRO 3 ans Le positionnement L auto-positionnement est l occasion : d obtenir des informations concernant le profil de l élève Ce sont des informations généralistes concernant

Plus en détail

Un guide étape par étape pour les militants du climat

Un guide étape par étape pour les militants du climat Un guide étape par étape pour les militants du climat GO FOSSIL FREE Ce manuel est un guide étape par étape pour initier le changement à travers votre propre campagne locale contre les combustibles fossiles.

Plus en détail

Activité : Le message-je

Activité : Le message-je CPS : Communication, Pensée critique Thème : Affirmation de soi Type d'activités : Entrainement /Appropriation Activité : Le message-je Niveau : 8-12 ans Participants : indifférent Durée : 30 30 mn Objectifs

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

Activités - Mon Journal

Activités - Mon Journal Activités - Mon Journal Volume 64 Les cinq tâches ainsi que les activités d'apprentissage explorent les six grandes compétences énoncées dans le cadre du curriculum en littératie des adultes en Ontario

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

LE BUREAU DES OBJETS PERDUS

LE BUREAU DES OBJETS PERDUS Fiche pédagogique LE BUREAU DES OBJETS PERDUS Catherine Grive Auteur : Catherine Grive Editeur : Rouergue Année d édition : 2015 Public concerné : dès 12 ans Mots-clés: adolescence, amitié, famille, France

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Compagnonnage en milieu de travail

Compagnonnage en milieu de travail Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs Note Dans le but d alléger

Plus en détail

Comment t accueillir dans la classe?

Comment t accueillir dans la classe? Comment t accueillir dans la classe? Souvent, l accueil des élèves en début d année est limité à son strict minimum (visite, présentation rapide et informelle, quelques activités d échanges ) En plus de

Plus en détail

14. Projet d écoute. Français 20-2. Extrait de roman : En porcelaine. Cahier de l élève. Nom :

14. Projet d écoute. Français 20-2. Extrait de roman : En porcelaine. Cahier de l élève. Nom : 14. Projet d écoute Extrait de roman : En porcelaine Français 20-2 Cahier de l élève Nom : En porcelaine DESCRIPTION DU PROJET Les parents qui se quittent est une réalité que toi ou tes proches connaissez

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Protocole de passation questionnaire parents lien complet : http://ppe.orion.education.fr/academie/itw/answer/j5he1yww4tzy1stg9ozhfa lien raccourci : http://goo.gl/6laokl

Plus en détail

FAVORISER LA COMMUNICATION

FAVORISER LA COMMUNICATION 5 FAVORISER LA COMMUNICATION Communication efficace Promotion de l estime de soi Gestion du stress Promotion de l assertivité Promotion des compétences sociales Promotion de la résolution de problèmes

Plus en détail

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Vision Enfance et Famille est un organisme qui regroupe des personnes-ressources du milieu des services

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF

CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF Rappel du principe de l entretien semi-directif un ensemble de thèmes imposés et qui doivent être tous abordés, avec des questions ouvertes et en laissant la liberté

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Comment aborder la question du tabagisme en appui du jeu «Parcours sans T»: EXPERIENCES DE TERRAIN

Comment aborder la question du tabagisme en appui du jeu «Parcours sans T»: EXPERIENCES DE TERRAIN Comment aborder la question du tabagisme en appui du jeu «Parcours sans T»: EXPERIENCES DE TERRAIN Bonjour Vous êtes? Enchanté Objectifs de l atelier Partage des pratiques pour un sentiment d auto-efficacité

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE 21 QUESTIONS POUR EXPLIQUER LE COLLEGE SAINT-ANATOILE TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 CE QU ON APPREND AU COLLEGE 1. Qu est-ce-que le collège? 2. Qu est-ce que l enseignement privé? 3. A quoi servent les

Plus en détail

Résultats de l enquête. satisfaction 2009

Résultats de l enquête. satisfaction 2009 Résultats de l enquête satisfaction 2009 80 % de participation, merci de votre collaboration! Votre participation Vous avez été 2 038 à être sollicités et 1 638 à répondre à l enquête Quille Satisf Action.

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

BREVET DE L ENGAGEMENT

BREVET DE L ENGAGEMENT BREVET DE L ENGAGEMENT Prendre part à la vie de la cité Faire, avec d autres des choses qui t intéressent Entraîner les plus jeunes à un sport, accompagner des jeunes dans leur scolarité organiser un festival

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Comprendre et pratiquer. la Process. Communication (PCM)

Comprendre et pratiquer. la Process. Communication (PCM) Comprendre et pratiquer la Process Communication (PCM) Bruno Dusollier Comprendre et pratiquer la Process Communication (PCM) Un outil efficace de connaissance de soi, management et coaching Avant-propos

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009 RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009 Les informations contenues dans le présent document sont strictement confidentielles. Elles sont la propriété de EMCC et toute reproduction, diffusion ou exploitation

Plus en détail

La soupe de la discorde

La soupe de la discorde 1. Dans un grand immeuble de la ville, est connue pour les odeurs de sa cuisine. Chaque fois qu elle fait sa fameuse soupe aux choux, tous les voisins ferment les fenêtres pour ne pas être dérangés par

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS Francine Ducharme, Ph. D. Véronique Dubé, Ph. D. Université de Montréal 16 avril 2015 L APPUI Estrie

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

«Billes en tête partages : j enquête»

«Billes en tête partages : j enquête» «Billes en tête partages : j enquête» Des partages inégaux Type d outil : Activité d apprentissage, visant la compétence d intégration Savoir Etablir des Liens Logiques et la compétence spécifique Résoudre,

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression GUIDE D ENTRETIEN CONTENU A propos de nous 1 Finance 2 Business support 3 La préparation: la clé du succès 4 Laisser une bonne impression 5 L entretien 7 Répondre aux questions d entretien 8 A PROPOS DE

Plus en détail

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 D'après le travail réalisé en 1996 pour son mémoire professionnel par Fabienne MARILL, professeur d'école. 1 Interview du chercheur par les C.E. 2 de

Plus en détail

La Communication Laurent Monney

La Communication Laurent Monney La Communication Laurent Monney St- Germain 29 1030 Bussigny www.lm- coaching.ch Devenez un communicateur qui crée un impact Pourquoi on fait ce qu'on fait? Pourquoi votre conjoint(e), enfant(s), se comporte-il/elle

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

Comportement organisationnel Matériel complémentaire. Exercice d autoévaluation 3.5 Grille de pointage Le degré d adaptation aux situations

Comportement organisationnel Matériel complémentaire. Exercice d autoévaluation 3.5 Grille de pointage Le degré d adaptation aux situations Comportement organisationnel Matériel complémentaire CLÉS DE CORRECTION Exercices d autoévaluation Chapitre 3 Exercice d autoévaluation 3.5 Grille de pointage Le degré d adaptation aux situations Instructions

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

SOMMAIRE. (Modèle économique) MODULE RÊVER SON PROJET COMPRENDRE TRANSMETTRE

SOMMAIRE. (Modèle économique) MODULE RÊVER SON PROJET COMPRENDRE TRANSMETTRE MODULE RÊVER SON PROJET (Modèle économique) COMPRENDRE LA MAQUETTE DU PROJET Les objectifs de la maquette Les éléments constitutifs de la maquette PENSER SON PROJET A LONG TERME La maquette projet, fixée

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail