LES TISSUS CONJONCTIFS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TISSUS CONJONCTIFS"

Transcription

1 LES TISSUS CONJONCTIFS UE2 Les tissus conjonctifs (TC) sont un mélange en proportion variable de : Cellules + fibres + substance fondamentale Ils permettent de faire le lien entre les tissus et les organes. Composition : Cellules non jointives au sein d une MEC Classification : Conjonctif classique : on prend comme exemple TC lâche (chorion des muqueuses) Tissu de soutien : cartilage et tissus osseux Rôles : Mécanique, Structural, Métabolique et de Défense o o o o Soutien des autres tissus, notamment épithéliaux et définissent la forme Assurent la liaison entre les tissus Rôle de nutrition des tissus par vascularisation Fonction de défense de l organisme via des réactions immunitaires I. LES CELLULES DU TISSU CONJONCTIF Deux types de populations cellulaires : Population permanente : fibroblastes et adipocytes Population transitoire : passage dans le tissu sanguin : plasmocyte, mastocyte, macrophage, lymphocytes et polynucléaires A. Les Fibroblastes Ce sont des cellules spécifiques du tissu conjonctif toujours présentes SANS exceptions Présence de jonctions communicantes entre 2 fibroblastes aux extrémités Origine : mésenchymateuse tissu embryonnaire Morphologie Cellule de 30 µm de long, 10 µm de large, forme allongée Prolongements en relation avec d autres fibroblastes : Jonctions communicantes. L ensemble forme un réseau au sein du TC. Ce sont les cellules qui synthétisent l essentiel des composants de la matrice extracellulaire 1 sur 10

2 Elle peut présenter des degrés d activité variables : Fibrocytes - - (activité faible, au repos) Fibroblaste + + (riche en organites, active) Elles possèdent la capacité de se diviser très activement cicatrisation. On peut les cultiver sur de longues périodes Fonctions des fibroblastes 1. Elaboration de l essentiel de la matrice extrac (contrôle la composition de la matrice) - Macromolécules fibrillaires - Macromolécules non fibrillaires 2. Fibroclasie - Destruction des fibres de collagènes par la collagénase - Destruction de l élastine par l élastase 3. Rôle dans le métabolisme des lipoprotéines et du cholestérol - Incorporation et dégradation des LDL Rôle protecteur - Transfert du cholestérol des LDL (lipides de faible densité, mauvais cholestérol) sur les HDL 4. Rôle dans les défenses anti-infectieuses et antivirales - Sécrétion de cytokines - Sécrétion de facteurs chimiotactiques pour les cellules de défense facteurs qui vont attirer d autres cellules (sang) Myofibroblates «Fibroblastes particuliers» Ils sont riches en actine et en myosine : filament contractiles Ils vont synthétiser la MEC + Capacité contractile Observées surtout dans les processus de cicatrisation B. Les Mastocytes Origine : Elles ont pour origine des précurseurs hématopoïétiques (moelle osseuse) puis maturation dans les tissus. Pas de mastocytes dans le sang!!!! Cellules arrondies ou ovalaires bourrées de granulations Morpho : Cellule arrondie/ovalaire, bourrée de granules médiateurs préformés Localisation Dans les tissus et dans presque tous les tissus conjonctifs : cellule mobile Plus abondant dans la peau, les voies respiratoires, l appareil digestif c est à dire près du milieu extérieur. Fréquemment disposés le long des capillaires et des petits vaisseaux. 2 sur 10

3 Cellules qui nécessitent une activation (celle ci dépend du sujet) Libérations de 2 types de médiateurs : Médiateurs préformés : granules morphologiquement identifiables o Histamine ++ : vasoactive o Héparine (GAG appartenant à la MEC) o Protéases o Acide Hyaluronique Médiateurs néoformés : non détectable morphologiquement. Ils se forment très rapidement lors de la formation et libération après la libération des préformés o Médiateurs lipidiques pré-inflammatoires o Cytokine + Chimiokines o Facteurs de croissance Activation Synthèse de médiateurs Libération immédiate Médiateurs préformés : (immédiat) Médiateurs néoformés lipidiques (20 min) Médiateurs néoformés protéiques (qlq heures) Histamine vasoactive Héparines (GAG) anticoagulant Protéases remodelage tissu conjonctif Acide hyaluronique (GAG) Proin=lammatoires Facteurs de croissance Cytokines Chimiokines 2 types : Activation immunologique : dépendante du sujet réaction d allergie Activation non immunologique : indépendante du sujet contact avec des venins, plantes L histamine a un rôle déterminant. Elle est vasoactive et entraîne donc une vasodilatation. Contraction des muscles lisses bronchoconstriction Exemple : Phénomène d allergie 3 sur 10

4 Réactions allergiques : Mb contient un récepteur (R) à IgE 1er contact : Sujet en contact pour la 1ère fois avec l allergène. Synthèse d IgE par le plasmocyte qui se fixent sur le récepteur de la membrane 2ème contact (1ère étape de la réaction allergique) 1. Dégranulation excessive 2. libération histamine +++ et autres substances 3. Vasodilatation locale avec perméabilité capillaire 4. Afflux de polynucléaires éosinophiles et macrophages (Cf facteurs chimiotactiques) 5. Phagocytose des complexes Ag-IgE par les polynucléaires éosinophiles Conséquences sur l organisme de la dégranulation excessive 1. Modifications locales : urticaire, eczéma 2. Modifications plus générales : asthme, rhinite, bronchoconstriction 3. Dégranulation excessive, brutale et massive : choc anaphylactique (vasodilatation, chute de la tension artérielle, état de choc) Autre rôle : dans l angiogénèse (création de nouveauux vaisseaux sanguins) C. Plasmocytes Absents en état normal au sang et de la lymphe. Cellules du système hématopoïétique + appartient à la famille des lymphocytes B (fabriquent les immunoglobulines) : cellule de l immunité Cellule présente uniquement au niveau des tissus tissus conjonctif lâche (ex des chorions des muqueuses et dans le tissu des organes lymphoïdes et hématopoïétiques) Etape finale de maturation Cellule qui ne se divise plus elle va agir et mourir en quelques jour Morpho : forme ovoïde Taille µm Noyau excentré avec une chromatine en rayon de roue Coloration bleue cellule basophile (++ REG) Autour du noyau, un halo clair qui ne contient pas beaucoup d organites 4 sur 10

5 Rôle : sécrétion des Ig (A, G, M, E, D ) Ils constituent une étape de maturation finale des lymphocytes B. Sécrétion des anti corps. Plasmocytes élabore toujours le même type d Ig Dans le chorion des muqueuse plasmocytes nombreux, ils sécrètent en abondance des Ig A (surtout muqueuse intestinale) Plasmocytes qui sécrètent les Ig G et M sont surtout présents au niveau de la moelle hématopoïétique D. Macrophages Origine : moelle osseuse hématopoïétique Ces cellules vont ensuite transiter par le sang et vont passer dans les tissus pour exercer leur fonction de défense. Morpho : Cellule volumineuse : 20 à 50 µm prolongements = pseudopodes Organites compartiments Compartiment médullaire Cellules souches Précurseurs médullaires de la lignée Compartiment sanguin Monocytes : Inactif, lysosomes I Compartiments tissulaires Fonction de défense Macrophage Localisation très variée : Tissus conjonctifs classiques Tissus conjonctifs de soutien (ostéoclastes) SNC (microglie) Etc Monocytes = macrophage qui n a pas encore agi Macrophage = forme tissulaire du monocyte Le macrophage sera actif lorsqu il passera dans les tissus Cellule à vie longue elle peut garder des corps résiduels après la digestion 5 sur 10

6 Propriétés des macrophages : Très mobile Phagocytose de grosses particules Phagosomes = particules inertes ou vivantes à digérer Fusion avec les lysosomes primaires, puis formation de phagolysosomes = lysosomes secondaires corps résiduels Sécrétion Nombreuses substances Cytokines (interleukines I pro-inflammation) Facteurs hématopoïétiques (GM-CSF : facteur de croissance ) Fraction du complément (opsonisation) Etc Grandes fonctions du macrophage : Les macrophages sont impliqués dans tous les mécanismes de défense de l organisme contre les agents étrangers et surtout : dans la réaction inflammatoire : recrutement des cellules qui interviennent dans l inflammation dans la réaction immunitaires Dans l initiation : cellules présentatrices d antigènes (CPA) aux lymphocytes T Dans la phase effectrice également Devenir : Vie longue En cas de pathologie : cellules géantes multinuclées 6 sur 10

7 II. MACROMOLECULES FIBRILLAIRES Fibres élastiques Fibres de collagène A. Fibres élastiques : élastine + microfibrilles Définition Cellules qui ont la propriété d être extensibles et de revenir à leur longueur initiale quand on les relâche Elles donnent leur élasticité au tissu, elles sont très résistantes Localisation Localisation préférentielle : abondantes dans le derme, dans la paroi artérielle, dans le conjonctif du poumon et également enveloppe conjonctives de nombreux organes, là où il y a besoin d élasticité. Structure En MO : ces fibres sont des éléments de 2 µm de diamètre qui sont soit isolés, soit ce sont des éléments qui forment des réseaux En MET : +++ Elastine Sécrétées par les fibroblastes dans l espace cellulaire Forme des réseaux, elles sont reliées entre elles par les liaisons transversales. Ensemble du réseau peut se tendre et se détendre phénomène d étirement de relâchement Rôles Organisation des fibres lors de leur formation = constitution d un échafaudage Microfibrilles permettent l adhésion avec le reste de la MEC Formation et vieillissement des fibres élastiques : Apparaissent relativement tard au cours de l embryogénèse Chez l adulte peu ou pas de nouvelle formation de fibres élastiques Exemple : lors d une cicatrice = perte d élasticité Vieillissement intrinsèque des fibres élastiques qui commence à ans Il peut être accéléré par des radiations lumineuses intrinsèques : radiations lumineuse vieillissement plus rapide Dégradé par l élastase, sécrétée par les macrophages, les polynucléaires et les fibroblastes. 7 sur 10

8 B. Les fibres de collagène 2 types : réticuline et collagène Fibre de réticuline Fibres fine : 0,2 à 2 µm. Invisibles avec les colorations usuelles : spécificité augmentée Disposition en mailles Striation périodique : bande sombre/bande claire Plus extensibles et déformables que le collagène Fibres réticulées : majoritaires, résistantes aux forces de traction, extensibles et déformables Localisation des fibres réticulées ou de réticulines FR particulièrement abondantes au sein des tissus conjonctifs dans certaines localisations : o Autour des vaisseaux o Au niveau de la peau, du derme et de l hypoderme (hypoderme = TC) o Dans les lobules adipeux (et le tissu adipeux) Quand FR est le composant fibrillaire majoritaire du tissu conjonctif alors le tissu est dit réticulaire ou réticulé o Stroma des organes hématopoïétique et lymphoïdes : ganglions lymphatiques, rate, moelle osseuse o Stroma du foie Stroma = TC Fibre de collagène Fibre composée de Fibrilles 20 à 100 nm Striation périodique avec alternance bande claire/bande sombre Fibres les plus nombreuses des tissus conjonctifs qui se présentent comme des formations très longues de 1 à 12 µm de diamètre (non anastomosées) Lorsque ces fibres sont présente en grande quantité aspect blanchâtre des tendons En MO (nécessite une coloration donc) : Disposition dans le sens des tractions du tissu. Elle confèrent au tissu une très grande résistance mécanique aux tractions subies par le tissus (exemple : tendons) Collagène = 25 % des protéines du corps humain Il y différents types de collagènes (30 types) : Collagène peuvent former DES FIBRILLES o Type I +++ : dans le tissu conjonctif lâche, dans le tissu conjonctif dense, dans le tissu osseux (90 % de l ensemble de collagène) : fibrilles fibre et faisceaux o Type II : surtout présent dans le cartilage : tissu conjonctif de soutien : fines fibrilles o Type III : fibres de réticuline 8 sur 10

9 Collagène donnant DES RÉSEAUX o Type IV : au niveau des membranes basales o Type X : collagène très spécialisé produit par les chondrocytes hypertrophiés Synthèse du collagène : Dégradation du collagène : Résistant mais peut être dégradé Dégradation en 2 temps 1. Action des collagénases dénaturation de l hélice. Origine des collagénases : fibroblastes ++, macrophages, polynucléaires, origine bactérienne 2. Action des protéases non spécifiques dégradation des chaines peptidiques Renouvellement permanent : Lent dans les tissus stables Rapide dans certaines circonstances (cicatrisation des plaies) 9 sur 10

10 C. Les composants non fibrillaires de la MEC La substance fondamentale amorphe 1. Acide hyaluronique (PM élevé) GAG non sulfaté o Hydrophile 2. Protéoglycannes (PM élevé) capable de fixer une très grande quantité d eau permet la mobilité des molécules dans la matrice o Hydrophile 3. Glycoprotéines d adhérence = fibronectine, laminine 4. Eau + mol diverses + cytokine + hormones III. CLASSIFICATION DES TISSUS CONJONCTIFS 1. Tissu conjonctif lâche Rôle mécanique + Rôle métabolique ++ Rôle de défense de l organisme +++ (très cellulaire) 2. Les tissus conjonctifs denses collagéniques (fibres +++) Rôle mécanique +++ Les tissus conjonctifs denses orientés (tendons, ligaments) Les tissus conjonctifs denses non orientés (derme, réticulaire) 3. Les tissus conjonctifs à prédominance de fibres élastiques Fibre +++ Rôle mécanique +++ Média des gros vaisseaux Ligaments de la colonne vertébrale 4. Le tissu réticulaire (Collagène de type III) Tissu conjonctif des organes lymphoïdes et hématopoïétiques 5. Les tissus adipeux 10 sur 10

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

Les tissus cartilagineux

Les tissus cartilagineux Les tissus cartilagineux Introduction Pr. P. Dubus Les tissus cartilagineux Tissus conjonctifs spécialisés appartenant avec les tissus osseux aux tissus squelettiques. Les tissus cartilagineux sont composés

Plus en détail

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE 1. Définition L'inflammation ou réaction inflammatoire est la réponse des tissus vivants, vascularisés, à une agression. 2. Causes des réactions

Plus en détail

Chapitre 4 : le tissu cartilagineux

Chapitre 4 : le tissu cartilagineux Chapitre 4 : le tissu cartilagineux Les tissu cartilagineux sont des tissus conjonctifs qui sont d origine mésenchymateuse, ils sont constituées de cellules appelées les chondrocytes. Ces chondrocytes

Plus en détail

Pathologie Générale. Pathologie Générale. Cicatrisation

Pathologie Générale. Pathologie Générale. Cicatrisation Pathologie Générale Pathologie Générale Cicatrisation Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012 Références: Robbins: Basic Pathology, 9th Ed. PP Saint-Maur: Anatomie Pathologique

Plus en détail

Le tissu conjonctif / soutien

Le tissu conjonctif / soutien Le tissu conjonctif / soutien Introduction Le tissu conjonctif est le terme traditionnellement appliqué à un type de base du tissu d'origine mésodermique qui fournit un support structural et métabolique

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

LE PLACENTA. Arrondi ou ovalaire

LE PLACENTA. Arrondi ou ovalaire LE PLACENTA UE 8 : UNITÉ FŒTO-PLACENTAIRE I. Généralités Le placenta est une annexe fœtale indissociable de l embryon. permet la survie du blastocyste connecte physiquement et biologiquement l embryon

Plus en détail

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire Déductions thérapeutiques Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES PLAN Les collagènes Le tendon, la jonction musculo-tendineuse et ostéotendineuse

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Chap.2: L HEMATOPOIESE

Chap.2: L HEMATOPOIESE Chap.2: L HEMATOPOIESE PLAN I- Définition II- Localisation II- Déroulement III- Régulation IV- L Érythropoïèse Durée de vie des cellules du sang Érythrocytes Leucocytes Thrombocytes 120 jours 2 à 10 jours

Plus en détail

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est

Plus en détail

TISSU CONJONCTIF A. Bouaziz

TISSU CONJONCTIF A. Bouaziz TISSU CONJONCTIF A. Bouaziz Le tissu conjonctif est ubiquitaire, sauf au niveau du système nerveux où il est substitué par le tissu glial T. C. Rôles Soutien Remplissage Connexion Nutrition Défense Cellules

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle 1. Définition : C est l organe effecteur du mouvement. a. fonction Il a 2 fonctions essentielles : - Production de force : énergie chimique transformée en énergie

Plus en détail

Ontogenèse= 1e maquette à partir de laquelle se formeront les os. Phylogénique= lors de l évolution; Tcartilagineux= le plus ancien.

Ontogenèse= 1e maquette à partir de laquelle se formeront les os. Phylogénique= lors de l évolution; Tcartilagineux= le plus ancien. TISSUS SQUELETTIQUES -Cartilagineux. -Osseux. Ces deux tissus constituent le squelette avec les TC. Ces tissus appartiennent à la grande famille des TC; Ils dérivent tous du 3e feuillet qui se met en place

Plus en détail

Polynucléaires, monocytes et macrophages.

Polynucléaires, monocytes et macrophages. Polynucléaires, monocytes et macrophages. Marianne Gougerot-Pocidalo, Lionel Prin, Sylvie Chollet-Martin I-Introduction... 2 II-Facteurs chimio-attractants... 2 III-Origine et devenir des polynucléaires

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines 10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines Deux sources principales de lipides pour l organisme : Exogènes : via l intestin Endogènes : via le foie Les lipides circulent dans le sang en association

Plus en détail

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire LA CICATRISATION I - Reconstitution tissulaire La cicatrisation d'une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires Jonctions Intercellulaires et Adhérence Licence de Biologie Cellulaire (L2) Module Biologie Moléculaire de la Cellule II Arnauld Sergé Organismes multicellulaires L émergence des organismes multicellulaires

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier INTRODUCTION Processus à la fois bien et trés incomplétement connu! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération,

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes,

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, POILS ET CHEVEUX Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, sabots ) CARACTERISTIQUES MORPHOLOGIQUES DES POILS ET DES CHEVEUX Les cheveux

Plus en détail

CHAPITRE III : LE NOYAU INTERPHASIQUE ET LE CYCLE CELLULAIRE

CHAPITRE III : LE NOYAU INTERPHASIQUE ET LE CYCLE CELLULAIRE CHAPITRE III : LE NOYAU INTERPHASIQUE ET LE CYCLE CELLULAIRE III.1 LE NOYAU INTERPHASIQUE III.1. 1 STRUCTURE L organite le plus proéminent de la cellule est le noyau. Il est le centre vital de la cellule.

Plus en détail

Folliculogenèse. G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1

Folliculogenèse. G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1 Folliculogenèse G. JOUVE 22/01/15 UE BDR M1- Université Rennes 1 Tractus génital féminin : anatomie Tractus génital féminin : fonctions Ovaires : Ovogenèse/Folliculogenèse Trompes de Fallope : fécondation

Plus en détail

LES TISSUS CONJONCTIFS

LES TISSUS CONJONCTIFS LES TISSUS CONJONCTIFS Plan général: Définition et généralité. Origine des tissus conjonctifs. Les constituants de la MEC. -La substance fondamentale. -Les fibres (conjonctives). Les cellules. Classification

Plus en détail

CAPILLAIRES SANGUINS LES CAPILLAIRES 07/10/12. Pr John DE VOS

CAPILLAIRES SANGUINS LES CAPILLAIRES 07/10/12. Pr John DE VOS CAPILLAIRES SANGUINS Pr John DE VOS Unité de Thérapie Cellulaire, CHU de Montpellier IRB, Institut de recherche en biothérapie INSERM U1040, john.devos@inserm.fr Faculté de Médecine de Montpellier/Nîmes

Plus en détail

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure Chapitre n : La cellule animale L étude des cellules est la cytologie. Définition : Une cellule est l unité fonctionnelle de

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet)

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) 1) Introduction 2) Structure générale 3) Oesophage 4) Jonction oeso-gastrique 5) Estomac 6) Jonction gastro-duodénale Pressez «Page Down» pour

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Université de Mostaganem faculté de médecine module d histologie (Dr Messala)

Université de Mostaganem faculté de médecine module d histologie (Dr Messala) Tissus conjonctifs I. Définition Les tissus conjonctifs sont des tissus d'origine mésenchymateuse. Ils sont formés : de cellules conjonctives, éparpillées (ce qui fait la différence avec les tissus épithéliaux);

Plus en détail

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate UFR de Médecine de l Université de Bordeaux2 Hématologie - PCEM 2 Dr S LEPREUX 2013-2014 La moelle osseuse Introduction: L os en tant

Plus en détail

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Dr Cécile BORDES, MCU-PH Laboratoire d Immunologie Université Victor Segalen, CHU Pellegrin Bordeaux BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Objectifs Présenter les bases physiopathologiques

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Rachel Frély Les allergies alimentaires Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol CHAPITRE 1 Les allergies alimentaires en questions 1. Quels sont les mécanismes de l allergie? Au début du

Plus en détail

Faculté de Médecine de Sousse Tunisie Année Universitaire Première Année Médecine Support pédagogique illustré relatif au cours:

Faculté de Médecine de Sousse Tunisie Année Universitaire Première Année Médecine Support pédagogique illustré relatif au cours: Faculté de Médecine de Sousse Tunisie Année Universitaire 2009-2010 Première Année Médecine Support pédagogique illustré relatif au cours: LE TISSU CONJONCTIF Pr. Ag. ELGHEZAL Hatem I INTRODUCTION Cellules

Plus en détail

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas.

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. La rate. La Rate en MTC : La Rate en MTC est un emblème représentant les fonctions organiques d une grande partie du système digestif (l estomac,

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1 Jonctions Intercellulaires et Adhérence Les intégrines 1- Jonctions étanches 2- Jonctions d'ancrage 2.1- ancrage cellule - cellule par les cadhérines 2.2- ancrage cellule - matrice par les intégrines 2.3-

Plus en détail

Inflammations granulomateuses

Inflammations granulomateuses Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation Inflammations granulomateuses Pr Gérard ABADJIAN USJ 2014 Définitions et introduction Granulome inflammatoire ensemble des éléments cellulaires (leucocytaires,

Plus en détail

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE Immunite innee Ancienne chez tous les organismes multicellulaires Rapide premiere ligne de defense Immediate pas besoin d activation prealable Forte Elimine la majorite des pathogenes / microorganismes

Plus en détail

Ils dérivent de cellules mésenchymateuses. - substance fondamentale. les cellules ne sont pas jointives

Ils dérivent de cellules mésenchymateuses. - substance fondamentale. les cellules ne sont pas jointives C H E B A B - B 1 Ils dérivent de cellules mésenchymateuses Ils sont formés de : - cellules - fibres - substance fondamentale M E C les cellules ne sont pas jointives C H E B A B - B 2 Rôles : : - soutien

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

FICHE TISSUS CONJONCTIFS

FICHE TISSUS CONJONCTIFS FICHE TISSUS CONJONCTIFS Alina Zerbi (TSN) Eie : énergie SNC : système nerveux central LT : lymphocyte T LB : lymphocyte B MO : microscopie optique ME : microscopie électronique TISSU CONJONCTIF = tissu

Plus en détail

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir Décontracter Drainer Réduire Détoxiner Modeler Remplir Redessiner Raffermir Câliner Combler Le but n a pas changé. Les objectifs sont toujours les mêmes. Arrêter le vieillissement, lisser les traits du

Plus en détail

Dermatologie et Rhumatologie

Dermatologie et Rhumatologie 3ème Colloque Interface 14 mars 2006 Dermatologie et Rhumatologie Deux disciplines soeurs Le contenu de ces pages est rédigé sous la seule responsabilité de ses auteurs Mastocytoses cutanées Bernard Cribier

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin Le cycle de division cellulaire D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin I. Les phases du cycle cellulaire 1. L interphase Phase G1, Phase S, Phase G2 2. La mitose ou phase M Prophase, Prométaphase,

Plus en détail

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 U.E. 1 : Atomes - Biomolécules - Génome - Bioénergétique - Métabolisme 10 ECTS BIOCHIMIE Acides aminés/peptides/protéines

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

La cellule, unité de vie

La cellule, unité de vie Chapitre 13 luminastock Fotolia.com La cellule, unité de vie Savoirs à à acquérir Savoirs à acquérir Organisation de base des cellules animales : savoir reconnaître sur un schéma fourni l organisation

Plus en détail

FAYET. Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg

FAYET. Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg AURORE FAYET TCAPC Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg 1 I) Définitions allergies : Réaction anormale et excessive d'un organisme à une substance particulière hypersensibilité : Réaction d un

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Les tissus de soutien

Les tissus de soutien Les tissus de soutien Introduction : Le terme de tissu de soutien s applique traditionnellement à un type de tissu fondamental d origine mésodermique, constituant un support structural et métabolique pour

Plus en détail

Le cancer, le grand envahisseur.

Le cancer, le grand envahisseur. Le cancer, le grand envahisseur. Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques & Oncologie thoracique Institut Jules Bordet (ULB) www.pneumocancero.com Définition et histoire naturelle

Plus en détail

plusieurs types de cellules différenciées. Cellules hématopoïétiques: CS adulte.

plusieurs types de cellules différenciées. Cellules hématopoïétiques: CS adulte. RENOUVELLEMENT ET DIFFÉRENCIATION CELLULAIRE. I. Généralités. 1. Potentialités cellulaires. Toutes les cellules ont hérités de la même information génétique œuf fécondé. Mais, les cellules ont différé

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie D.U. cicatrisation Paris 7. Mai 2012 Pr Marc REVOL Plan de la présentation Pierre Ruelle Kinésithérapeute / Orthésiste 06 Antibes 1 les différentes cicatrices

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

LE TISSU CONJONCTIF. Objectif 1 : donner la définition, l origine embryologique et les fonctions du tissu conjonctif.

LE TISSU CONJONCTIF. Objectif 1 : donner la définition, l origine embryologique et les fonctions du tissu conjonctif. Liste des objectifs spécifiques. LE TISSU CONJONCTIF Objectif 1 : donner la définition, l origine embryologique et les fonctions du tissu conjonctif. Objectif 2 : classer les tissus conjonctifs d après

Plus en détail

Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire. Dr Bernadette Pasquini

Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire. Dr Bernadette Pasquini Traitement de la cellulite par mésothérapie sans lyse adipocytaire Dr Bernadette Pasquini La cellulite Pathologie inflammatoire chronique: aucun traitement définitif Différentes couches de graisse différentes

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation Les protéines peuvent être classées sur la base de: leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation leur

Plus en détail

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves)

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) dates Connaissances Capacités 1.1 Les organismes vivants présentent une unité et une diversité 7/9 L observation des organismes vivants témoigne

Plus en détail

Les fonctions du système génital chez l homme

Les fonctions du système génital chez l homme 1 Les fonctions du système génital chez l homme Une fonction exocrine : production des spermatozoïdes (= spermatogenèse) Une fonction endocrine : sécrétion de testostérone Spermatogenèse La spermatogenèse

Plus en détail

LES VAISSEAUX SANGUINS

LES VAISSEAUX SANGUINS LES VAISSEAUX SANGUINS PLAN DU COURS: LES VAISSEAUX SANGUINS (chap.20) STRUCTURE ET FONCTIONS DES VAISSEAUX SANGUINS introduction structure des parois vasculaires réseau artériel capillaires réseau veineux

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice Cours Mercredi 4 septembre Introduction Ce chapitre est un chapitre un peu à part puisqu on ne décrit pas une cellule toute seule, mais la façon

Plus en détail

Immunopathologie. Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences. Filière SVI Semestre 4. Pr. Saaïd AMZAZI. Département de Biologie

Immunopathologie. Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences. Filière SVI Semestre 4. Pr. Saaïd AMZAZI. Département de Biologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Département de Biologie Année Universitaire : 2004-2005 Filière SVI Semestre 4 Immunopathologie Module optionnel (M 16.1): Biologie Humaine Élément : Immunologie

Plus en détail

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie TISSU NERVEUX Sommaire : CELLULES - Histologie CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie SUBSTANCE GRISE et BLANCHE - Anatomie - Physiologie NEURONES et NERFS

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys).

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys). A partir d une protéine hépatique on a isolé, par hydrolyse trypsique, le peptide N-terminal P. L étude de sa structure primaire a montré la présence de 12 acides aminés : 2 Cys ; 2 Gly ; 1 Ala ; 1 Leu

Plus en détail

Le noyau interphasique

Le noyau interphasique Chapitre 1 Le noyau interphasique COURS 1.1 Généralités Certaines cellules ne possèdent pas de noyau : ce sont les procaryotes. Les autres, les eucaryotes, possèdent un noyau. Le reste de la cellule (à

Plus en détail

Collagène Laminine Glycoprotéines. Collagène (réseau) Fibronectine Glycoprotéines

Collagène Laminine Glycoprotéines. Collagène (réseau) Fibronectine Glycoprotéines Collagène Laminine Glycoprotéines Collagène (réseau) Fibronectine Glycoprotéines 1 Classification des épithéliums Nombre de couches Forme des cellules 2 4 types d épithéliums simples Épithélium simple

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires stage de formation 5 & 6 février 2015 atelier n 2 NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires Nathalie Noris contact nathalie.davoust-nataf@ens-lyon.fr informations et ressources http://acces.ens-lyon.fr/acces/ressources/immunite-et-vaccination

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain L'OPEN CLASS REVISION GRATUIT EN LIGNE Informations Auteur : Philippe OLIVE Mis en ligne le 10 juin 2014 Modifié le 13 octobre 2014 Catégorie : CAP Petite Enfance CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

!"#$%&%'("%'*($'("+! "#$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5!

!#$%&%'(%'*($'(+! #$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5! Motilité et domiciliation cellulaires I- Définitions Motilité cellulaire : aptitude à effectuer des mouvements spontanés ou réactionnels avec consommation d'énergie. Mobilité Vs Motilité : La mobilité

Plus en détail

Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique

Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique Place de la Glucosamine dans le cartilage articulaire Liens avec la chondroïtine sulfate Liens avec l acide hyaluronique SMI LABRHA 02-01-2007 Plan : Qu est-ce qu une articulation saine? Qu est-ce qu un

Plus en détail

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Connaître les caractéristiques des tissus cicatriciels en phase de remodelage. Connaître la différence entre

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport 1 INTRODUCTION Le sport demande au muscle : FORCE ENDURANCE

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé?

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Simone Schaumberger DVM Chef Produit, Gestion du Risque Mycotoxines Nicole Reisinger Dr. vet. med. Chef Projet, Endotoxines Les endotoxines chez la

Plus en détail

Tissus épithéliaux et tissu conjonctif

Tissus épithéliaux et tissu conjonctif Tissus épithéliaux et tissu conjonctif Histologie Nentari et Shae Tissus épithéliaux Introduction Épithélium de revêtement Épithélium glandulaire Introduction Tissus épithéliaux (TE) & Tissus conjonctifs

Plus en détail