Infos. Sommaire. Transition énergétique, Le SERCE se mobilise. n 12

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infos. Sommaire. Transition énergétique, Le SERCE se mobilise. n 12"

Transcription

1 Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique Infos 2/3 ACTUALITÉS - 20 : dégradation de l activité sur les 9 premiers mois - Révision des prix : la refonte de l index TP12 - Le Concours Lumières 2015 est lancé 4/5 ÉNERGIE & ENVIRONNEMENT - Transition énergétique : les propositions du SERCE - Le BIM : le bâtiment s ouvre à l ère numérique - Environnement : l éco-organisme ECOLOGIC se rapproche du SERCE 6 SÉCURITÉ Sommaire - Prévention du risque amiante : projet «CARTO» de l OPPBTP et guide SERCE Transition énergétique, 7 FORMATION Le SERCE se mobilise - Les Greta ont 40 ans - ESTP : une nouvelle option «Ingénierie et efficacité énergétique» - FORMAPELEC, nouvelle identité, nouvelle stratégie et nouveau catalogue 2015 À lire p. 4 8 EN BREF - Les supports de communication à la disposition des adhérents du SERCE - Les commissions du SERCE - Agenda n 12 Novembre 20

2 ACTUALITÉS Édito Conjoncture économique 20 enregistre une détérioration de l activité au cours des neuf derniers mois La dégradation de l activité des entreprises de génie électrique et climatique amorcée au printemps dernier s est poursuivie durant l été. Le chiffre d affaires global s est détérioré de 1,5 % par rapport au 3ème trimestre La fin de l année s annonce difficile avec très peu de visibilité sur ème trimestre Édito Après des mois de préparation, associant pouvoirs publics, société civile et professionnels, l Assemblée Nationale a discuté et adopté le projet de loi «Transition énergétique» en ouverture de la rentrée parlementaire. Les députés ont apporté de nombreuses modifications au texte préparé par le gouvernement, qui prévoit notamment un certain nombre d obligations en matière de rénovation énergétique des bâtiments ; la mise en place de dispositifs facilitant le développement du véhicule électrique et des infrastructures de recharge, en particulier par des obligations portant sur les flottes de véhicules publics ; le lancement d expérimentations visant à tester les modèles de développement des réseaux intelligents et des boucles locales d énergie Ce texte qui doit encore être discuté par les sénateurs est une première étape importante, mais insuffisante, au développement d une économie de la transition énergétique, créatrice d emplois et de valeur. Certes il comporte de nombreuses dispositions susceptibles de donner des signaux positifs sur des marchés qui peinent encore aujourd hui à se structurer. Cependant, il ne résout pas un problème pourtant majeur et qui est aujourd hui source de blocage : je pense bien sûr à l enjeu du financement, à la fois pour les entreprises, mais aussi et surtout pour les collectivités locales. Pour répondre à leurs difficultés, une enveloppe de 20 Mds de prêts aux collectivités a été mise en place par la Caisse des Dépôts d ici à C est un dispositif important qui va dans le bon sens, mais encore faut-il s assurer que cette ligne de crédit ira effectivement soutenir des investissements, en particulier ceux susceptibles de réduire leurs dépenses de fonctionnement. Il faut notamment aider les collectivités locales à réduire leurs consommations d énergie en éclairage public qui peuvent représenter jusqu à 40% de leur facture d électricité. Il ne s agit pas d éteindre, au risque de porter atteinte à la sécurité des habitants, mais bien de rénover les installations et de mettre en place des systèmes de gestion adaptés qui auront un impact direct sur l abonnement et donc sur les dépenses de fonctionnement. Il faut également que le Gouvernement publie enfin le décret sur la rénovation des bâtiments tertiaires, attendu depuis 3 ans maintenant, afin de sortir de l attentisme des projets qui représentent un gisement d emplois et de croissance. Il est aujourd hui urgent d inciter les acteurs publics à prendre des décisions importantes dans ce domaine. La France bénéficie de nombreux atouts et de filières d avenir fortes. Repousser ces décisions c est repousser d autant le développement de segments porteurs de croissance, et prendre le risque que nos industries prennent du retard. Alain Le Du Président du SERCE 4% 2% 0% -2% -4% 0% -2% -4% -6% -8% -10% 1,5% 1,0% 0,5% 0% -0,5% RÉSEAUX & INFRASTRUCTURES 2,5% 1T INDUSTRIE -1% 1T MARCHÉ -3% -4% 2T -8% 2T TERTIAIRE / BATIMENT 1,5% 1T 0% 2T 3T Source SERCE/I+C 1% 3T Source SERCE/I+C -0,5% 3T Source SERCE/I+C Révision des prix : la refonte de l index TP 12 entrera en vigueur en janvier 2015 Désormais gérés par l Insee, les index nationaux «TP» et «BT» font l objet d une révision de leur mode de calcul et de leur composition. Animé par le SERCE, un groupe de travail réunissant des représentants d entreprises ont partagé leurs expériences des marchés et proposé, après analyse d une centaine de chantiers représentatifs, de scinder l index TP 12 «Réseaux d électrification avec fournitures» en 3 catégories : TP 12a : Réseaux d énergie et de communication TP 12b : Éclairage public Travaux d installation TP 12c : Éclairage public Travaux de maintenance Tous les marchés sont touchés par cette dégradation. L activité des réseaux et infrastructures enregistre une baisse de -4%. Plus de deux entreprises sur cinq (44 %) indiquent que le carnet de commandes à fin septembre est en baisse par rapport à fin juin et un tiers d entre elles estime que le niveau des commandes stagne. Dans le domaine des réseaux et infrastructures, le changement des équipes municipales, les incertitudes liées à la réforme territoriale ainsi que la baisse des dotations contribuent au blocage des projets de travaux proposés par les syndicats départementaux d énergie et les communes. Les entreprises notent également un allongement des délais de paiement en provenance des collectivités locales qui pèse sur leur trésorerie. La question du financement des investissements des communes devient prégnante. L activité dans l industrie, mal orientée depuis le début de l année, amorce une légère reprise (+ 1%) comparativement à la même période il y a un an. La moitié des entreprises constate une diminution de leur carnet de commandes à la fin septembre par rapport au 2ème trimestre 20. Quant à l activité dans le tertiaire, qui était en légère hausse en début d année elle est à l arrêt depuis les deux derniers trimestres par rapport à la même période en Presque 2 entreprises sur 5 (39%) jugent leur carnet de commandes en baisse à fin septembre par rapport à fin juin 20 ; quasiment la moitié (48 %) l estime inchangé. Cette nouvelle segmentation permettra de mieux prendre en considération la réalité économique de ces différents marchés, dont ceux liés au déploiement de nouvelles technologies, comme la fibre optique par exemple. Quant aux métiers de l installation et de la maintenance en éclairage public ils ont évolué et ne sont pas porteurs de la même part de main d œuvre : une réalité que les nouveaux index permettront de mieux traduire dorénavant. Transmises par la Fédération Nationale des Travaux publics, les propositions du SERCE ont été validées par l Insee. Les nouveaux index BT et TP sont applicables depuis octobre 20. Leur valeur sera publiée en janvier La nouvelle série sera en base 100 en

3 SERCE Infos - n 12 / Novembre 20 Zoom sur LA 27 ème ÉDITION DU CONCOURS LUMIèRES EST LANCÉE Le Concours Lumières 2015 créé par le SERCE et Philips Lighting propose aux maîtres d ouvrage, publics ou privés, de mettre en valeur leur patrimoine grâce à des mises en lumière exemplaires et originales, porteuses d animation et d attractivité. Le Concours est ouvert aux projets réalisés entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 20. Les réalisations présentées doivent être opérationnelles, pérennes et visibles par tous gratuitement. Elles peuvent concerner un monument, un site urbain ou rural, un jardin ou un ensemble paysager, ancien ou contemporain. Les illuminations festives temporaires ne seront pas prises en compte, ni celles réalisées à partir de simples projections. Trois prix seront décernés, d un montant total de Le règlement et les dossiers d inscription sont à retirer avant le 15 janvier 2015 auprès de Marielle Mourgues. Les dossiers de candidatures devront être retournés au SERCE avant le 27 février Tél. : Cette manifestation s adresse aux entreprises chargées du déploiement, aux centres de formation, aux collectivités territoriales et aux acteurs publics de l emploi et de la formation professionnelle. Les débats consisteront à échanger sur les enjeux associés au Plan Très Haut Débit. DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE : UNE MOBILISATION EN ORDRE DE MARCHE Le 18 décembre prochain à Paris, la plateforme interprofessionnelle «Objectif Fibre» organise un colloque sur le thème «Déploiement de la fibre optique : les défis de l emploi, de la formation et des compétences.» Une première table-ronde, à laquelle participeront des représentants des entreprises du SERCE, permettra de mieux cerner les enjeux et opportunités représentés par le déploiement de la fibre optique pour les entreprises de la filière. Deux autres tables-rondes aborderont les stratégies territoriales nécessaires au développement de ces emplois et compétences ainsi que les conséquences sur la politique de l emploi et de la formation professionnelle. En ouverture de cette manifestation, une courte vidéo sur le métier d installateur de fibre optique sera présentée. Elle a été réalisée à l initiative du SERCE et de la plateforme Objectif fibre, dans le cadre de l opération «Beau travail» menée par le MEDEF afin d assurer la promotion des métiers en tension. Lieu : MEDEF 55, avenue Bosquet PARIS Café d accueil à partir de 8 h 30 Le colloque (9 h /12 h 30) sera suivi d un cocktail Renseignements : LES JOURNÉES NATIONALES DE LA LUMIèRE 20 PLACÉES SOUS LE SIGNE DE LA «TRANSITION ÉCLAIRAGISTE» Placer la «transition éclairagiste» au coeur de la transition énergétique, tel a été le mot d ordre décliné cette année à l occasion des Journées Nationales de la Lumière. Un parti pris mobilisateur alors que le projet de loi fait peu de place à l un des usages de l électricité le plus répandu, source de confort, de sécurité et d économies d énergies. Ces deux journées ont permis d aborder la question de l éclairage sous différents angles : collaboration nécessaire entre les différents acteurs, construction durable et efficacité énergétique, enjeux économiques de la rénovation énergétique, innovations technologiques, retombées économiques et sanitaires de l éclairage autant d aspects sur lesquels les professionnels ont des solutions éprouvées à proposer, porteuses de compétitivité, de maîtrise des dépenses publiques et de maintien de pouvoir d achat des ménages. Pourquoi et comment agir de manière concertée dans le sens de l efficacité énergétique au service des usagers? La problématique de la table-ronde à laquelle participait Guy Lacroix, PDG de Cofely Ineo, Vice-Président du SERCE, a été l occasion de rappeler le rôle joué par les entreprises du SERCE tant dans le bâtiment que dans le domaine de l éclairage public. Le débat ayant abordé la question de la réduction des moyens financiers des collectivités locales, Guy Lacroix a rappelé que les contrats de partenariats étaient une solution intéressante pour la rénovation de l éclairage public notamment pour des projets d une certaine taille. Il a également indiqué que l éclairage intérieur était un élément important dans la rénovation des bâtiments et que les fabricants proposaient des innovations Guy Lacroix, Vice-Président du SERCE importantes qui vont permettre de développer des nouveaux services et des nouveaux usages. C est l objectif d expérimentation telle que la plateforme SmartCity à Toulouse. Il reste cependant encore à trouver le modèle économique lié à l optimisation des usages mais la question actuelle du financement de la rénovation des bâtiments reste prioritaire. 3

4 ÉNERGIE & ENVIRONNEMENT Transition énergétique Adopté par les députés le octobre dernier, le projet de loi Transition énergétique pour la croissance verte constitue une première étape importante qui doit donner une trajectoire claire à notre pays. Il doit permettre le développement de nouvelles filières créatrices d emplois et porteuses d innovations. à titre d exemple, la progression de 1% par an du taux de rénovation des bâtiments tertiaires générerait un potentiel de création d environ emplois pour les entreprises du SERCE. Le SERCE a proposé des modifications rédactionnelles permettant de mieux répondre aux objectifs du projet de loi et susceptibles de dynamiser l emploi lié aux services à l énergie. Tout au long des discussions, le SERCE est intervenu auprès des députés et du Cabinet de François Brottes, Président de la commission spéciale chargée d examiner le projet de loi Transition énergétique. LES PROPOSITIONS PRESENTÉES PAR LE SERCE à cette occasion il a défendu différentes propositions en faveur de : > l élargissement des mesures concernant la rénovation énergétique des logements à tous les bâtiments ; > la prise en compte de la qualité de l air intérieur ; > la mise en place de mesures en faveur de l amélioration de la performance de l éclairage public ; > l intégration de l efficacité énergétique active ; > l accompagnement des utilisateurs ; > le développement des smart grids et du stockage en permettant de tester les modèles d affaires et en levant les freins à leur développement (double paiement du TURPE ; problème de la rémunération des investissements évités sur le réseau) dans le cadre d expérimentations. Si le texte adopté par l Assemblée Nationale permet d avancer sur un grand nombre de sujets, le SERCE regrette toutefois que l éclairage public n apparaisse dans le projet de loi que par le biais de la réduction de la durée d éclairage. Les collectivités bénéficieraient d un bonus dans le calcul de la Dotation de Solidarité Rurale par le simple fait d éteindre tout ou partie des luminaires à certains moments de la journée, quand bien même ils seraient énergétiquement obsolètes le reste du temps. Jugeant cette disposition dommageable pour la sécurité et le confort des citoyens, le SERCE préconise en revanche de réduire les consommations par des actions d amélioration de la performance énergétique, ce qui a un impact direct sur le budget de fonctionnement de ces installations. Le BIM : qu est-ce que c est? Rénovation énergétique et réglementation thermique au menu de la rencontre avec la DHUP La Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages (DHUP) lance un travail interne de révision de la Réglementation thermique (RT) sur les bâtiments neufs et existants. En octobre, la Commission «Efficacité énergétique» du SERCE lui a présenté ses propositions de simplification réglementaire, issues des attentes des entreprises. La convergence des critères de la RT existante et de la RT 2012 (puis 2020), tout en conservant des exigences différentes entre le neuf et l existant, a été évoquée ainsi que la possibilité de faire reposer la règlementation thermique sur les consommations réelles du bâtiment, et non sur des données théoriques. Le SERCE souhaite que la RT intègre les systèmes de gestion et de pilotage des consommations ainsi que l éclairage. Il a également pris position en faveur d un rapprochement des règlementations portant sur les consommations du bâtiment et sur la qualité de l air intérieur. Les exigences de la réglementation pourraient également être élargies au commissionnement, à la maintenance et au confort d été. Pour répondre au mieux aux objectifs climatiques nationaux, le SERCE défend l idée de fixer un objectif de réduction des émissions de carbone. Enfin, il a proposé d intégrer une obligation pour le maître d ouvrage de sensibilisation et de communication sur les comportements à adopter pour améliorer l efficacité énergétique. Le SERCE est également intervenu sur le projet de décret d obligation de rénovation des bâtiments tertiaires attendu par toute la filière depuis 2010 et a renouvelé son souhait de pouvoir aboutir à une publication rapide de ce texte en l accompagnant d un objectif d amélioration de la performance énergétique ambitieux. Le SERCE propose de réduire de 25 % les consommations dans un premier temps, puis de réviser périodiquement cet objectif pour réaliser une baisse de - 60% des consommations énergétiques finales sur l ensemble du parc d ici Le BIM, maquette numérique ou «Bâtiment et Information Modélisés» incarne une petite révolution du secteur du bâtiment vers le numérique et l avenir de la profession. Appelée à devenir un outil de conception et d exploitation à part entière, cette plateforme de travail coopérative, est utilisable tout au long de la vie du bâtiment, depuis sa conception jusqu à sa destruction, aussi bien en neuf qu en rénovation. «Mémoire vive des bâtiments», cet outil constitue une véritable base de données, mise à jour en temps réel et évolutive pendant toute la durée de vie des édifices. Gilles DUROUX, Président de la Commission «Efficacité énergétique» du SERCE «L intérêt collectif du BIM est multiple et extrêmement intéressant pour les entreprises. Le fonctionnement de cette plateforme permet d optimiser et rationnaliser l échange d informations entre chaque corps d état lors de la construction et de l exploitation d un bâtiment. Il croise les données, enrichit la base et aide à la décision concernant l amélioration des performances des bâtiments. Outre l aspect pratique, le BIM permet de raisonner en coût global (impact financier des investissements tout au long de la vie du bâtiment), de connaître l impact de chaque bâtiment dans son environnement, d impliquer dès la conception du projet l exploitation future du bâtiment et donc de concevoir pour l occupant une utilisation facile et enfin de faciliter l obtention de labels environnementaux aussi bien intrinsèques que performantiels. Pour les entreprises du Serce, qu il s agisse de PME ou de plus grands groupes, le BIM permet notamment de réduire les délais d exécution (possibilité de préfabrication), gagner en productivité (en phase de construction), augmenter la qualité en limitant les malfaçons. Dans tous les cas, le BIM n est ni un logiciel ni une démarche réservé aux grands projets. Néanmoins, le coût d investissement est important en termes d achat et de formation et il reste également à valider un protocole d échange de données permettant l interopérabilité qui soit réellement un standard mondial. Le BIM est un formidable levier pour la transition énergétique et numérique du bâtiment. En ce sens, il faudrait laisser dans un premier temps aux entreprises la latitude de s équiper à moindre coût, promouvoir les appels d offres publics et privés de construction, de rénovation et d exploitation sous format BIM et inciter les sociétés foncières, gestionnaires et propriétaires de bâtiments à utiliser la démarche BIM pendant toute la durée de vie du bâtiment». 4

5 SERCE Infos - n 12 / Novembre 20 Réseaux Éclairage public : le CEREMA élabore un guide À la demande du CEREMA, Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement, la Commission «Éclairage public et Régulation du trafic» du SERCE participe au projet de rédaction d un guide de suivi sur les travaux d installation d éclairage public. Ce projet, vient en appui du fascicule 36 du Cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG) des marchés publics du BTP. Un groupe de travail composé de représentants de l Association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF), du Syndicat de l Éclairage et du SERCE a effectué une relecture générale du projet le octobre dernier à Lyon. Ce travail d échange va se poursuivre jusqu à la fin de l année, le CEREMA s orientant vers une parution du guide début Éric EVENAS, membre de la Commission «Éclairage public» «Le guide CEREMA représente un important travail de recherche et une véritable compilation de compétences. Ce guide doit permettre de faire converger, harmonieusement, à la fois les intérêts des collectivités et ceux des entreprises. Il s adresse aux collectivités territoriales, et principalement aux ingénieurs et techniciens, qui ont en charge le suivi et la réalisation des chantiers d éclairage public ou la rédaction administrative des pièces «marchés». Il permettra de disposer d un référentiel officiel des bonnes pratiques et appuis techniques pour l élaboration de ces chantiers. Il propose de distinguer clairement les obligations des recommandations. La commission «Éclairage public» du SERCE a insisté sur ce dernier point, en demandant que soient bien mis en exergue les éléments indispensables. Pour en faciliter la compréhension, elle s est également attachée à une construction chronologique du guide, en adéquation avec la logique de construction d un ouvrage. Pour cette même raison, la commission a insisté sur la nécessité d éditer «des règles de l art» afin de correspondre aux réelles exigences en matière de construction d un ouvrage d éclairage public en France». FACÉ, état à date D après le projet de loi de Finances pour 2015, le montant attribué en 20 au financement des aides aux collectivités territoriales pour l électrification rurale (l ex FACÉ, Fonds d Amortissement des Charges d Électrification) serait reconduit à l identique en Il s élèverait ainsi à 368,2 millions d euros pour le programme principal et 7,4 millions d euros pour le programme spécial. Abondé par les collectivités locales, il représente un volant potentiel de travaux de 469 M consacrés à l amélioration et l entretien des réseaux de distribution électrique en zones rurales. Le SERCE s inquiète cependant des investissements proposés par les syndicats d énergie qui pourraient être bloqués du fait de la non-participation financière des communes. Dominique-Nicolas JANE, Direction Générale Énergie Climat du Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie. «Depuis 2012, année de transition dans la mise en œuvre du nouveau dispositif, le Facé s est stabilisé et répond aux attentes des élus et des syndicats d énergie. Ceci grâce notamment à l assouplissement du texte initial qui a eu lieu en 20 et qui a permis de s adapter aux contraintes territoriales. Le programme avance désormais au rythme qu il avait avant Il reste 138 millions d euros non engagés à la date de début octobre pour la programmation de l année en cours. Une situation assez classique, due en partie aux difficultés que rencontrent parfois les départements et les syndicats lors d opérations coordonnées ou nécessitant une autorisation de passage qui tarde à venir, mais également parce que le volume d opérations n est pas toujours totalement prévisible. Ils ont jusqu au 31/12/20 pour faire connaître leurs programmations prévisionnelles. Le budget, qui sera voté en janvier prochain, prévoit une reconduction des 377* millions d euros pour Un niveau d investissement adapté à la réalité et qui n a pas baissé depuis Comme le prévoient les règles d intervention du Facé, les travaux programmés d ici la fin de l année 20, sont subventionnés à hauteur de 80% de la dépense éligible et concernent des travaux dont la réalisation peut s échelonner jusqu à N+3». * dont 1,4 M pour les dépenses de fonctionnement Environnement deee : l éco-organisme Ecologic se rapproche du SERCE Une série d arrêtés du 8 octobre 20, finalise la transposition de la directive 2012/19/UE du 4 juillet 2012 relative aux Déchets d Équipements Électriques et Électroniques (DEEE). La commission «Environnement» du SERCE a participé aux travaux de transposition au sein d un groupe de travail animé par le Ministère de l Écologie, du Développement Durable et de l Énergie (MEDDE). Cela a permis la préservation des intérêts de la profession sur un certain nombre de points, en particulier les limites respectives des responsabilités des producteurs et des installateurs. En parallèle, la Commission «Environnement» a rencontré l éco-organisme ECOLOGIC. Agréé par le MEDDE pour organiser la collecte, la dépollution et la valorisation des DEEE, son périmètre d intervention concerne le recyclage des appareils de génie climatique, de traitement de l air et du froid professionnel ainsi que les matériels informatiques, télécoms, audio, vidéo et d affichage. De premiers échanges ont permis de présenter les besoins des entreprises notamment en termes de dimensionnement du réseau de collecte. Afin de faciliter la mise en œuvre de la collecte de ces déchets, les membres des Commissions «Environnement» et «Questions juridiques» du SERCE travaillent en collaboration avec ECOLOGIC pour définir des contrats types. L ensemble des modalités ainsi précisées devrait être formalisé dans le cadre d une prochaine convention de partenariat. Ce futur partenariat, associé à celui préexistant avec Recylum, éco-organisme partenaire du SERCE depuis 2007, permettrait de recouvrir la totalité du périmètre des DEEE et d optimiser leur collecte dont le taux fixé par la Directive européenne 2012/19/UE devra atteindre, dès 2016, 45 % du poids moyen des DEEE mis sur le marché au cours des trois dernières années. En 2019, le taux de collecte sera porté à 65 %. 5

6 SÉCURITÉ 3ème trimestre 20 : la bonne orientation du taux de fréquence se confirme Titre Graphique Chaque trimestre, le service «Prévention & sécurité» du SERCE recueille auprès des entreprises adhérentes les données relatives aux arrêts de travail et accidents survenus durant la période. Il établit différents indicateurs, dont le taux de fréquence*, et en assure un suivi régulier et détaillé. L analyse des informations recueillies permet aux entreprises de se comparer à la performance moyenne de la profession et au SERCE de proposer des actions de sensibilisation au service des entreprises toujours soucieuses d améliorer leurs performances en ce qui concerne la prévention des risques et la sécurité au travail. L enquête réalisée au 3ème trimestre 20 indique un taux de fréquence pour les salariés permanents inférieur à 10, ce qui constitue la meilleure performance jamais enregistrée. Sur douze mois glissants, cet indicateur poursuit donc son amélioration et s abaisse pour la première fois en dessous de 11 (10,8). Une tendance toutes activités confondues qui masque une disparité entre l activité «Réseaux et infrastructures HTA-BT» dont le taux de fréquence sur 12 mois est un peu supérieur à 20 et l activité dans les secteurs «industriel et tertiaire» dont le taux de fréquence sur les 12 derniers mois reste stable autour de 7. SERCE - Taux de fréquence glissants des salariés permanents *Taux de fréquence (TF) = (nb des accidents avec arrêt/heures travaillées) x T4 T1 T2 T3 T1 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T Amiante : le projet «Carto» sur les mesures d empoussièrement est lancé Afin d aider les pouvoirs publics et les entreprises à apprécier le niveau d empoussièrement qui s attache au processus des interventions de maintenance propres au BTP, l Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) a entrepris, en liaison avec le Ministère du travail (DGT) et l Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), de conduire une campagne de mesures d empoussièrement, baptisée projet «Carto». La Fédération Nationale du Bâtiment (FFB), la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) et leurs adhérents apporteront leur concours. Le financement des mesurages sera assuré par l OPPBTP, mais les adaptations significatives des chantiers exigées par ces mesures resteront à la charge des entreprises. Ces contraintes préfigureront au demeurant les dispositions à prendre ultérieurement pour toute opération de mesurage d empoussièrement réglementaire. L OPPBTP a fait savoir début septembre que le projet «Carto» était en ordre de marche. Il ne reste plus qu à trouver des sites de mesure. Le SERCE a informé les entreprises sur les conditions et procédures de participation à cette campagne. Elles peuvent retrouver un descriptif et les modalités de participation sur le site extranet du SERCE, en rubrique «Informations professionnelles» (IP -62 du 20/10/20). Guide pour les interventions de maintenance exposées à l amiante Le groupe de travail «Amiante» du SERCE a produit au début de l été une première version d un guide pour les interventions de maintenance («sous-section 4») exposées à l amiante dans les activités de génie électrique et climatique (IP -41 du 7 juillet 20). Ce guide, destiné aux adhérents du SERCE, comprend : > un exposé des données réglementaires et techniques nécessaires à la compréhension des mesures de prévention ; > les éléments utiles à la rédaction des «notices de poste» (habillage, déshabillage, décontamination, mise en œuvre de l outillage, des appareils de protection respiratoire, etc.) ; > un recueil de 12 modes opératoires de «processus amiante» caractéristiques des activités de génie électrique et climatique. Le groupe de travail poursuit son action en vue d expliciter les modalités du contrôle de l empoussièrement et de la Valeur Limite d Exposition Professionnelle (VLEP) à l aide de la méthode META (Microscopie Électronique à Transmission Analytique) qui est désormais la seule réglementaire et se caractérise par la lourdeur de sa mise en œuvre. Le guide sera actualisé à l issue de cette seconde étape. Réservé aux entreprises adhérentes du SERCE, le guide est téléchargeable sur l extranet du site SERCE, rubriques «Informations professionnelles» (IP -41 du 7 juillet 20) et «Actualités Sécurité». Amiante, la réunion du SERCE avec GRDF Le SERCE et GrDF se sont rencontrés courant octobre pour échanger sur leurs travaux en cours sur le dossier amiante tant sur la question des enrobés que sur la problématique des travaux dans le résidentiel groupé ou diffus. La discussion a montré un intérêt commun sur la nécessité d avoir une distinction entre l amiante rapportée (chrysotile) et l amiante naturelle (actinolite), de définir un protocole d analyse pour la caractérisation des amiantes dans les enrobés ou de manière plus générale de trouver des points de simplification permettant d éviter le blocage de chantiers. Une concertation plus large au sein de la filière pourrait permettre d élaborer des propositions en ce sens. 6

7 FORMATION SERCE Infos - n 12 / Novembre 20 Les Greta ont 40 ans! Les Greta, c est quoi? Le SERCE a participé à la célébration des 40 ans du réseau des GRETA, organisée à l école Boulle le 6 octobre dernier, en présence de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche. Cette manifestation a également réuni des représentants de collectivités territoriales, d OPCA, d entreprises, des partenaires institutionnels et des stagiaires en formation. à cette occasion, le SERCE a témoigné de la collaboration exemplaire, entamée il y a plusieurs années avec le Greta industriel de la région Lyonnaise (GIAL) et les entreprises locales pour initier la mise en place d un cursus innovant de formations continues, ouvert aux salariés ainsi qu aux demandeurs d emploi. Les GRETA sont des groupements d établissements publics locaux d enseignement qui mutualisent leurs compétences et leurs moyens (locaux et enseignants) pour proposer des formations continues pour adultes, salariés ou demandeurs d emploi. Il existe ainsi 191 GRETA en France, au moins un par département. Ils fédèrent près de 4750 lieux où se déroulent les formations, du CAP au BTS. Cette collaboration entre l Éducation nationale et la profession a permis la réalisation d une plateforme pédagogique de formation continue dédiée aux métiers de la fibre optique. Une initiative pionnière, saluée par le référencement, en début d année, du GIAL comme organisme de formation reconnu par les professionnels de la filière regroupés au sein d Objectif fibre. L offre de formations continues «Technicien FTTH» et «Chargé d intervention sur les réseaux fibre optique» est en parfaite adéquation avec les besoins des entreprises du SERCE attentives à l évolution des compétences. Cette collaboration se poursuivra en 2015 avec la mise en place de sessions de certification dans le cadre du CQP de Monteur raccordeur FTTH. ESTP : une nouvelle option «Ingénierie et efficacité énergétique» L école d ingénieurs ESTP, qui compte parmi les partenaires historiques du SERCE dans le domaine de la formation initiale, propose une nouvelle option «INGENIERIE ET EFFICACITE ENERGETIQUE» (I2E) aux élèves ingénieurs de 3ème année. L énergie en général et l électricité en particulier font partie des enjeux majeurs de demain. Sensibiliser et former les ingénieurs aux nouvelles contraintes énergétiques est donc indispensable, dans un contexte où savoir consommer juste et piloter la production et la consommation, figurent parmi les seuls moyens d atteindre les objectifs de la transition énergétique. Romain-Gaël RICHARD, Chef de groupe AIR chez SATELEC, membre du Conseil de Perfectionnement de l ESTP «La précédente option ITE (Ingénierie et Travaux Electriques) créée avec le SERCE en 1994 avait besoin d évoluer afin de mieux répondre aux réalités du marché. Cette nouvelle option I2E (Ingénierie et Efficacité Energétique) en conserve les fondamentaux tout en intégrant les nouveaux enjeux énergétiques. Destinée principalement aux élèves de la spécialité Génie Mécanique et Électrique (GME), elle est également ouverte aux élèves de 3ème année des trois autres spécialités : Bâtiment (B), Travaux Publics (TP) et Topographie (T). La session compte 35 élèves dont 31 en GME. Cette option complètera leur formation et leur permettra de postuler aux fonctions d Ingénieurs d Affaires ou de Responsables de Projets dans les différents secteurs de l énergie électrique (énergies renouvelables, réseaux électriques et de télécommunication, installations électriques, gestion énergétique du bâtiment...). Elle élargit leurs capacités à répondre aux nouveaux métiers du génie électrique, en intégrant de nouvelles connaissances et compétences en matière de conseil et préconisation en efficacité énergétique. Grâce à l option I2E, nous souhaitons que les ingénieurs issus de l ESTP deviennent les relais opérationnels de la transition énergétique, en étant force de propositions et en apportant des solutions à la fois écologiques et économiques à leurs clients.» Certificats de Qualification Professionnelle Le 19 septembre dernier, le SERCE a organisé une session du CQP «Monteur de lignes caténaires», en la présence d Yves de Vasselot, Président de jury. Les dix candidats ont tous réussi avec succès les épreuves du QCM et de l entretien avec le jury. Chaque année, pour répondre aux besoins des entreprises du secteur et valoriser les compétences de leurs collaborateurs, le SERCE organise une session de certification. La prochaine se tiendra au second semestre Deux centres de formation référencés par le SERCE accueilleront les premières certifications mises en œuvre dans le cadre du CQP «Monteur raccordeur FTTH» avant fin 20. Le Centre de formation et de professionnalisation Les Lacs de l Essonne de Grigny (91), recevra les candidats présentés par les entreprises de la région parisienne. Le plateau technique du Réseau Ducretet à Vénissieux (69) accueillera les candidats des entreprises de la région Rhône-Alpes. D autres centres de formation référencés par le SERCE viendront compléter ce maillage territorial. FORMAPELEC, nouvelle identité, nouvelle stratégie et nouveau catalogue 2015 Marc LAURENT, Directeur FORMAPELEC FORMAPELEC est le spécialiste de la formation en génie électrique. Créé en 1972 et implanté à Paris, Lyon et Clermont-Ferrand, il propose des formations techniques qui ont su évoluer au cours des années pour s adapter au nécessaire renforcement des connaissances et du savoir-faire auxquels font face les entreprises. Les formations et stages FORMAPELEC revendiquent «la culture de l excellence» dans les métiers de l électricité et répondent aux besoins de toutes les structures. Véritable enjeu pour la filière du génie électrique, FORMAPELEC étoffe son offre (LINKY, fibre optique ), répond à une demande accrue de la part des entreprises en formations «sur-mesure», et introduit dans ses cursus des formations spécifiques en lien étroit avec les politiques de formation internes des sociétés. Nouvelle identité visuelle, nouveau logo, 2015 marque le tournant d une nouvelle dynamique pour FORMAPELEC, mû par un seul objectif : apporter des solutions de formations adaptées aux professionnels en resserrant davantage les liens avec les entreprises! Plus d écoute, plus de proximité et plus de flexibilité dans les solutions apportées, telle est la devise de FORMAPELEC. La nouvelle offre du catalogue 2015 sera renforcée par la possibilité d animer des formations en intra, dans les entreprises ou dans les nouveaux centres qui seront créés en FORMAPELEC est à la disposition des entreprises pour le développement des compétences de leurs salariés : Contact

8 EN BREF L Agenda du SERCE NOVEMBRE DES SUPPORTS DE COMMUNICATION POUR LES ADHÉRENTS SERCE Infos - n 12 / Novembre 20 Le SERCE met à disposition des entreprises adhérentes un ensemble d outils de présentation qui permettent d animer stands et expositions en présentant l éventail des activités des entreprises du SERCE, tous marchés confondus ou bien par thèmes : «Activités Réseaux et infrastructures», «Déploiement du Très Haut Débit», «Croissance verte» 25 au 27 novembre Salon des Maires Stand SERCE : Hall 3 M57 26 novembre Conférence SERCE : «Déploiement de la fibre optique : pour quoi faire? Comment faire?» (Hall 3 salle 30) 26 novembre Commission des «Postes HTB» 27 novembre Bureau du SERCE DéCEMBRE 2 décembre Commission «Réseaux de communication» Commission «Questions sociales» 3 décembre FNTP : Commission des marchés 4 décembre Rencontre avec les entreprises de la région Ile-de-France Commission «Caténaires» Commission «Prévention & Sécurité» 5 décembre Commission «Environnement» 8 décembre Présentation des activités des entreprises du SERCE aux élèves ingénieurs de l ESTP 10 décembre Réunion des Délégués et Conseillers régionaux du SERCE 11 décembre Conseil d administration du SERCE 12 décembre Commission des «Centrales et du nucléaire» 16 décembre Commission «Qualification» 18 décembre Colloque Objectif Fibre «Déploiement de la fibre optique : les défis de l emploi, de la formation et des compétences» Paris (cf. page 3) 19 décembre Commission «Éclairage public» JANVIER 15 janvier Bureau du SERCE 22 janvier Commission «Signalisation ferroviaire» 23 janvier Commission «Questions juridiques» nouvel adhérent : RESEELEC à Arques (62) le SERCE soutient l action d Électriciens sans frontières Retrouvez sur le site internet du SERCE, dans «Actualités / publications». Et pour plus d informations, consultez aussi les communiqués de presse et les événements. LES COMMISSIONS DU SERCE : Seize commissions de travail du SERCE sont présidées et animées par des représentants d entreprises, qui étudient et font progresser, chacun dans leur domaine, la profession en termes de qualité, sécurité, compétences humaines et techniques. Caténaires Centrales et nucléaire Éclairage public Efficacité énérgétique Environnement Formation professionnelle Contact presse : Agence C-Comme Vous Tél. : / Il propose également un diaporama de présentation permettant de décrire brièvement les domaines d action du SERCE et son organisation. Il est complété d un panorama des marchés et métiers des entreprises adhérentes au SERCE. Les utilisateurs peuvent personnaliser la présentation et l adapter en ajoutant ou en modifiant les diapositives. Pour toute demande de supports : contactez Marielle Mourgues Infrastructures de réseaux de distribution Lignes aériennes HTB Lignes souterraines HTB Postes Prévention & sécurité Qualification Questions juridiques Questions sociales Réseaux de communication Signalisation transport Contact SERCE : Marielle Mourgues Tél. : Crédits photos : Photothèques : AFE : Jean-Baptiste Guerlesquin Fabienne Simon - ALSTOM - COFELY INEO - EIFFAGE ENERGIE GROUPE LE DU - SPIE Xavier Boymond RECYLUM - ERDF lsz2013 MEDDE 40 ans GRETA : Fabienne Simon SERCE : Concours Lumières Arthur Péquin, Barbara Cabo, Patrick Rimoux, FOTOLIA : David Debray 8

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Communication et organisation : les nouveautés 2013

Communication et organisation : les nouveautés 2013 Table ronde : Les relais de l IDRRIM apportés aux ingénieurs territoriaux Communication et organisation : les nouveautés 2013 Laurianne Rossi, Responsable "Communication et Diffusion des connaissances"

Plus en détail

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités CERC Ile de France 22 novembre 2011 Jérôme Gatier, Directeur Plan Bâtiment Grenelle 1 Le Plan Bâtiment Grenelle : un pilotage inédit Mission d animation

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

OBJECTIF FIBRE. une initiative des acteurs de la filière fibre optique en faveur d un déploiement massif en France. Présentation institutionnelle

OBJECTIF FIBRE. une initiative des acteurs de la filière fibre optique en faveur d un déploiement massif en France. Présentation institutionnelle 14/01/2013 OBJECTIF FIBRE une initiative des acteurs de la filière fibre optique en faveur d un déploiement massif en France Présentation institutionnelle Objectif Fibre, une initiative de toute la filière

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

BIM Journées de l Ecoconstruction

BIM Journées de l Ecoconstruction BIM Journées de l Ecoconstruction 09 octobre 2015 Lorraine Qualité Environnement Sommaire 1. Présentation du pôle Fibres Energivie 2. Qu est ce que le BIM 3. Les enjeux du BIM et de la transition numérique

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique 1 Une structure inédite fortement partenariale sa gouvernance, ses moyens L'Agence Parisienne du climat

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment, qui consomme près de 40 % de l énergie en France, est l un des principaux gisements pour atteindre l objectif européen de 27

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 Département Génie Civil Point presse 06/02/2014 La 5e édition du challenge national Construction Durable accueillie à Belfort Les 24 départements

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015

APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015 APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE 1 CONTEXTE ACTUEL : Le froid représente une part importante

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé Préambule : Le service de Conseil en Energie Partagé est un Service d Intérêt Général qui vise à promouvoir et accompagner la réalisation d économies

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr DOSSIER DE PRESSE Deuxième saison : Service de prêt de matériels de mesures pour les pertes d énergie (chauffage, électricité, eau) à destination des Bisontins : résidents et activités tertiaires Contacts

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012 Dossier de presse Solar Decathlon 2014 à Versailles Paris, le 15 octobre 2012 Contact presse : Marielle Chaumien - marielle.chaumien@developpement-durable.gouv.fr - 01 40 81 15 96 www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Bureau d'études et conception technique de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE. Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE

CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE. Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE «ACTION FILIERE BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS» ENTRE LES SOUSSIGNES Le Conseil

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Energies renouvelables et efficacité énergétique de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS EXTERNE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Réponses à des questions techniques à partir d un dossier portant sur

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Former les acteurs du bâtiment à l économie de l énergie

Former les acteurs du bâtiment à l économie de l énergie association négawatt 22 bd Foch, 34140 Mèze www.negawatt.org contact@negawatt.org Mesure négawatt Former les acteurs du bâtiment à l économie de l énergie Proposition 4c du Manifeste nw Rédaction Olivier

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES Socateb, expert en traitement de façades. SOCATEB, ACTEUR DU SALON DE LA COPROPRIÉTÉ LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2015 Le mot du Président

Plus en détail

REFERENTIEL DU CONCOURS. TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique

REFERENTIEL DU CONCOURS. TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique REFERENTIEL DU CONCOURS 25 e CONCOURS 2013-2015 Groupe XVII Classe 3 TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique L ŒUVRE LES CONDITIONS A REMPLIR LES

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS DANS L EFFICACITE ENERGETIQUE DES ENTREPRISES

APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS DANS L EFFICACITE ENERGETIQUE DES ENTREPRISES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS DANS L EFFICACITE ENERGETIQUE DES PREAMBULE Le soutien aux investissements dans l efficacité énergétique des entreprises s inscrit dans un plan d actions,

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle des bâtiments de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 ign.fr En partenariat avec Accélérer les projets de géoservices des PME 1 ère ÉDITION JUILLET 2014 Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 Nicolas Lambert (IGN) Eric Dubois (Cap Digital) LE PROGRAMME

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires. Laurent COUSSEDIERE

ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires. Laurent COUSSEDIERE ET DEMAIN? Proposition et retombées du comité interministériel à l'égalité des territoires Laurent COUSSEDIERE Une démarche en 5 points pour diffuser les modèles et en assurer une amélioration consolidée

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Maîtriser l énergie est un enjeu majeur pour nos territoires. Face à des réglementations encore plus strictes, à une augmentation sans cesse

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

«La formation, une condition de la réussite du déploiement de la fibre optique jusque chez l abonné»

«La formation, une condition de la réussite du déploiement de la fibre optique jusque chez l abonné» Sous la présidence de Mme MOULIN CIVIL Rectrice de l Académie de Lyon, Chancelière des Universités «La formation, une condition de la réussite du déploiement de la fibre optique jusque chez l abonné» CONFERENCE

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE La transition écologique et énergétique est une nécessité pour les entreprises. Le réchauffement climatique affectera toutes les entreprises

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie 28/03/2014 1 FEDER 2014-2020 28/03/2014 2 FEDER 2014-2020 Axe 5 «Soutenir

Plus en détail

PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013

PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013 Plan de rénovation énergétique de l Habitat En réponse : aux difficultés de logement à un secteur de la construction durement impacté

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif Assainissement non collectif les règles changent le coin de la réglementation au 1 er juillet 2012 Pourquoi? Une rénovation progressive du parc d installations d assainissement non collectif Deux arrêtés,

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail