Services publics de l eau potable et de l assainissement collectif. Synthèse. Eau potable & Assainissement collectif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Services publics de l eau potable et de l assainissement collectif. Synthèse. Eau potable & Assainissement collectif"

Transcription

1 Services publics de l eau potable et de l assainissement collectif 2012 Synthèse Eau potable & Assainissement collectif

2

3 Présentation générale du SYDEC Consolidation Eau potable Consolidation Assainissement collectif Consolidation par comité territorial 2012 Synthèse des services publics de l eau potable et de l assainissement collectif 1

4 // Faits marquants 2012 Le SYDEC fête ses 75 ans > Les nouvelles adhésions Pour les domaines de compétences de l eau potable et de l assainissement collectif, les adhésions : au 20 juillet 2012 de Capbreton (exploitation en régie à partir du 1 er janvier 2013) au 24 août 2012 d Angresse > > La coopération entre régies publiques françaises La création de France Eau Publique La participation pour la 3 e année consécutive à l analyse comparative des services publics d eau potable et d assainissement menée par la FNCCR Les audits croisés avec la régie des eaux de Grenoble Qualité sécurité La certification ISO 9001 pour l ensemble des activités du SYDEC La démarche santé sécurité au travail en vue de la certification OHSAS (exploitation en régie à partir du 1 er janvier 2013) au 8 septembre 2011 de Villeneuvede-Marsan (exploitation DSP SAUR) Pour les domaines de compétences de l eau potable les adhésions : du SI Saint-Martin-d Oney (Geloux, Uchacq et Parentis, Campet et Lamolère, Saint-Martin-d Oney, Campagne et Meilhan) (exploitation DSP SOGEDO), SI Pouy des Eaux (Lacquy, Sainte-Foy et Pouydesseaux) (exploitation DSP SAUR) Pour les domaines de compétences de l assainissement collectif : Campagne Estibeaux Lacquy L adhésion du SIPEP pour la production d eau potable à partir du 1 er janvier L adhésion et l exploitation des services publics d eau potable de Commensacq et de Trensacq depuis le 1 er janvier 2012 L adhésion et l exploitation du service public d assainissement collectif de Préchacq-les-Bains depuis le 1 er janvier

5 > Qualité de service apportée à l usager Procédure des impayés (prise en compte des usagers défavorisés) Délai moyen de réalisation des branchements < 50 jours > Qualités des eaux potables et eaux usées 100% des ouvertures de compteurs en moins de 24h 100% de conformité des analyses d eau potable > Tarification Des tarifs choisis par chaque comité territorial en fonction de leurs investissements Une structure tarifaire modifiée par certains comités territoriaux : 0,10 /m 3 et suppression de la part fixe pour les usagers bénéficiaires de la CMU Complémentaire les établissements touristiques > 100% de conformité des rejets d eaux usées des stations d épuration La prise en compte de l évolution de la réglementation La mise en œuvre de la participation pour le financement de l assainissement collectif (PFAC) en remplacement de la participation pour le raccordement à l égout (PRE) > Sécurisation eau potable > Des nouvelles infrastructures Les programmes de sécurisation de l alimentation ou amélioration de la qualité d eau en eau (interconnexion Lesperon-Lévignacq, forage à Villenave) Le plan de crise eau potable La mise en service de l usine de production d Ondres Le bâtiment d exploitation de Roquefort hautement isolé (réduction de 40% des coûts d énergie) Des nouvelles stations d épuration A Linxe et à Saint-Aubin 3

6 SOMMAIRE Faits marquants Présentation générale du SYDEC 5 Des choix politiques de fond Des actions transversales au service de l intérêt général Le SYDEC, un outil au service d une stratégie Consolidation générale eau potable 31 Préambule Données techniques générales La qualité d eau La qualité de service à l usager Le prix du service et son évolution La gestion du patrimoine Consolidation générale assainissement collectif 55 Préambule Données techniques générales Conformité et efficacité de la collecte et du traitement La qualité du service à l usager Données sur le prix du service et son évolution La gestion du patrimoine Consolidation générale par comité territorial 81 4

7 Présentation générale du SYDEC 5

8 La compétence eau en 7 questions clés La publication des comptes-rendus 2012 est l occasion de faire le point sur la compétence eau du SYDEC. Autour de la table Alain Siberchicot, président du SYDEC, Joël Goyheneix, Vice-Président chargé des domaines de l eau et de l assainissement et Laurent Civel, Directeur général des Services. Un échange qui permet de repositionner les choix politiques départementaux dans le paysage français de l eau potable et de l assainissement et de montrer que ces engagements sont bénéfiques pour tous tant sur la qualité du service que des coûts pour les particuliers et pour les collectivités. 6 1 Le SYDEC, une idée qui a pris de l ampleur, le SYDEC, une histoire banale ou précurseur? Alain Siberchicot Précurseur! Peu de syndicats du même type existaient déjà (le SIVEER dans la Vienne, le SDEA dans le Bas Rhin, etc.) mais ils ne gèrent que de l eau et de l assainissement. Dans les Landes, le pari a été de s appuyer sur le syndicat départemental d électrification existant en élargissant sa compétence aux domaines de l eau et de l assainissement. L idée de développer la compétence Eau au SYDEC a germé au conseil général en suite à une étude comparative du prix de l eau dans les communes des Landes. L eau consommée dans les communes en régie était moins chère que celle des communes affermées. Les agglomérations les plus importantes (Dax, Mont-de-Marsan, Saint- Paul-les-Dax) étaient déjà en régie, mais pas les petites communes ; ces dernières n ayant pas les moyens de revenir en régie. Il a été décidé de créer un embryon de service au SYDEC pour aider les communes à faire la maîtrise d oeuvre à entretenir leurs installations avec la mise à disposition de deux électromécaniciens. Dès , le prix de l eau exploité par le SYDEC est moins cher que celui des fermiers, et comparable à celui de ceux déjà en régie. Entre 1999 et 2005, de nombreux contrats d affermage arrivaient à échéance, ainsi nous avons reçu beaucoup de demandes. Nos offres étaient jusqu à 40% inférieures au prix des fermiers. Des élus s en sont servis pour faire baisser les prix des fermiers sans nous rejoindre pour autant! Évidemment, ils repartaient pour ans de contrat. Mais malgré tout, Il y a eu un effet boule de neige. Ainsi, alors que 1/3 des collectivités géraient en régie et 2/3 en affermage il y a 15 ans, aujourd hui, nous sommes dans les mêmes proportions, mais inverses : 2/3 en régie et 1/3 en affermage. Joël Goyheneix L eau n est pas un bien comme un autre. S agissant d un bien public, son accès constitue un droit fondamental pour tout citoyen. Dans de nombreux pays libéraux, sa gestion repose d ailleurs uniquement sur le service public.

9 Alain Siberchicot, Président du SYDEC Joël Goyheneix, Vice-Président chargé des domaines de l eau et de l assainissement Laurent Civel, Directeur général des Services «Qualité de service, prix compétitif, investissements d avenir.» Dans le département des Landes, cette volonté politique forte a incité les collectivités à s approprier sa gestion afin de donner sa place aux valeurs citoyennes et au seul intérêt général. En effet, la gestion publique de l eau potable et/ou de l assainissement repose sur une gestion directe et effective du service par les élus. La volonté politique de faire évoluer le mode de gestion se prolonge bien évidemment par la définition d une nouvelle politique du service notamment en matière sociale, patrimoniale et économique : c est ce projet que nous avons voulu initier au travers du Sydec. Au final, quels sont les apports du SYDEC pour les Landais? Alain Siberchicot Une mutualisation pour les communes de moyens humains, financiers et techniques à un prix de l eau maîtrisé avec une capacité de financement importante. 2 Pourquoi le SYDEC s est engagé dans France Eau Publique? Alain Siberchicot Jusqu à maintenant, le seul interlocuteur des pouvoirs publics était la FP2E qui regroupe la quasi-totalité des entreprises privées assurant la gestion des services d eau et d assainissement en France. Des opérateurs publics gestionnaires des services publics d eau et d assainissement se sont rendus compte qu il était utile de se regrouper pour être un interlocuteur crédible. Joël Goyheneix Oui, il fallait une autre voix qui fasse la promotion de la gestion publique de l eau. Outre, sa mission de représentation, cette fédération nous permet d avoir des échanges d expérience, des réflexions communes sur la valorisation de nos patrimoines, la qualité de service, de réaliser des audits croisés entre régies. 3 Le SYDEC a mis en place une nouvelle organisation, quel est l intérêt des comités territoriaux? Alain Siberchicot Nous avons fait le choix dès 2009 d une nouvelle gouvernance pour être au plus près des besoins des collectivités. Nous avons décentralisé! C est la mise en place des comités territoriaux (il y en a 15 à ce jour) que nous avons calés sur les anciens syndicats d adduction d eau potable ou des regroupements de communes déjà existants afin de poursuivre les relations qui existaient entre 7

10 «Des comités territoriaux en prise directe avec le terrain.» 8 les élus. Ce sont les comités territoriaux qui décident de leur politique de prix et d investissement avec l appui des services techniques du SYDEC. Joël Goyheneix Aujourd hui en France, le morcellement de la gestion des services publics de l eau et de l assainissement fragilise la mise en œuvre des grands enjeux de demain : sécurisation de la production de l eau potable (interconnexions, nouvelles ressources), renouvellements des réseaux d eau, modernisation des services publics de l assainissement collectif et mise en œuvre de ce service dans les communes rurales. Pour ce faire, le périmètre de gestion doit être optimisé et organisé collectivement afin de faire jouer les effets d échelle et de mettre en œuvre un service public de qualité. Toutefois, deux points, en apparence contradictoires, sont incontournables : la gouvernance doit rester locale afin que l intercommunalité élargie ne donne pas l impression aux élus d une perte de pouvoir de décision. Ceci nous a conduits à l instauration des comités territoriaux. L outil technique, lui, doit être mutualisé afin d être performant au meilleur coût. Ce sont les enjeux de notre certification «qualité». A ce jour, les échelles du département ou des agglomérations paraissent les plus pertinentes. C est pourquoi de nombreux élus font confiance au SYDEC, véritable régie départementale. Laurent Civel Chaque commune, chaque comité fait des demandes de travaux, les services techniques du SYDEC font les études, apportent Focus Comment assurer une bonne coordination entre politique et technique? Laurent Civel Pour éviter d avoir les techniciens d un côté et les élus de l autre, nous avons mis en place un rapporteur parmi les élus qui fait l interface. C est très positif. Les élus qui tiennent ce rôle sont très impliqués. Ce sont les rapporteurs qui animent les réunions de printemps au cours desquelles nous faisons un retour sur les résultats de l année antérieures. De plus, les réunions de comité permettent de débattre sur de nombreux sujets comme en ce moment la tarification sociale ou l incitation à moins consommer d eau. Alain Siberchicot Évidemment, cela fait plus de travail pour les services : plus de réunion, plus de négociation. Mais au bénéfice d une implication et d une efficacité bien meilleure. Laurent Civel En effet, notre action est plus intelligente. Pour le choix des investissements, nous avons besoin des services et des élus. Les élus nous demandent de plus en plus de détail sur l état des contacts avec les usagers. Nous avons encore du travail pour affiner la connaissance et les analyses de ces contacts. leur expertise sur l état des patrimoines, les investissements à prévoir, donnent les informations chiffrées et les différents scénarios de prix. Ensuite, se sont les comités territoriaux qui choisissent les prix. Alain Siberchicot Pour les derniers adhérents, cette gouvernance et l existence de ces comités territoriaux sont déterminantes.

11 4 L investissement, gage de pérennité? Joël Goyheneix Seule la gestion publique garantit que «l argent de l eau reste à l eau» car les résultats financiers d exploitation permettent de couvrir une partie des investissements de demain. Elle garantit que le prix acquitté par l usager est «le prix juste» intégrant, sur le long terme, les moyens financiers nécessaires à une véritable politique patrimoniale des ouvrages comme par exemple les renouvellements des réseaux. Une gestion privée a toujours tendance à privilégier les bénéfices immédiats afin de dégager des bénéfices et répondre ainsi aux souhaits des actionnaires. Laurent Civel En effet, l une des grandes difficultés pour les petites communes sous affermage était de pouvoir entretenir leur patrimoine et investir dans de nouvelles installations. Ces engagements financiers se font à partir d une taille critique, que le Sydec a atteint. Pour l eau potable et l assainissement collectif, c est le cas depuis 3-4 ans. La mutualisation entre les collectivités permet à l ensemble du territoire de profiter d investissements importants. Aujourd hui, le SYDEC investit en moyenne 10 millions d euros par an pour entretenir le patrimoine existant et construire de nouvelles installations. Le Sydec investit même sur des secteurs du département où les collectivités sont en affermage (notamment sur des forages). 5 De quoi êtes-vous. fiers pour le SYDEC? Alain Siberchicot A chaque transfert de compétence vers le syndicat, nous faisons une étude avec des prévisions. Jusqu à présent, ces dernières se sont toujours avérées exactes! Nous tenons nos engagements vis à vis de nos adhérents. Toute la filière de l assainissement est couverte et la qualité de l eau potable et de l eau usée traitée est bonne partout. Depuis mon arrivée à la présidence du SYDEC, j ai vu le syndicat changer, notamment par le souci permanent de nous rapprocher des élus comme des usagers, en déployant de nouvelles implantations sur tout le territoire. La démarche qualité (ISO 9001) nous a permis de structurer, organiser notre action afin de nous assurer que tous les usagers soient traités de la même manière où qu ils vivent dans le département. Aujourd hui, le SYDEC est connu et reconnu. Nous sommes traités à jeu égal avec de gros syndicats en France. 6 Quels impacts pour les compétences Energie, électricité et gaz? Alain Siberchicot Le SYDEC est historiquement un syndicat de distribution d énergie électrique. La certification ISO 9001 a été initiée par le Service Eau, puis a été déployée au Service Electricité : la démarche qualité est maintenant intégrée par tous. Laurent Civel En termes de compétences, c est le photovoltaïque qui nous lie : nous avons installé plus de 5000 panneaux sur nos installations. Les services supports ont également appris à ne pas travailler qu avec des électriciens! 7 Les enjeux d avenir? Alain Siberchicot La sécurisation de l approvisionnement en eau potable et de l assainissement des eaux usées en terme de qualité et de quantité. Les forages landais sont souvent en nappes profondes, très protégées, donc peu soumises aux variations saisonnières. Mais il nous faut anticiper les évolutions démographiques comme l augmentation de la population sur la côte et dans le sud-ouest du département. Ainsi le SYDEC intègrera dans ses comptes la station de production d eau potable d Ondres, initialement portée par le Conseil général. Joël Goyheneix L enjeu de la gestion de l eau est politique : mais nous ne pourrons gagner ce combat qu à deux conditions : - Que les citoyens usagers nous y aident! - Que le SYDEC soit exemplaire! 9

12 // Des actions transversales au service de l intérêt général Création de France Eau Publique «France Eau Publique» dans le but d aider «celles qui veulent revenir en gestion publique de l eau», a annoncé le président du Conseil Général des Landes, Monsieur Henri Emmanuelli. Pour le grand public, cette entité peut paraître abstraite. Elle concerne pourtant la gestion du bien sans doute le plus précieux : l eau. Aujourd hui, les collectivités locales peuvent gérer la production et la distribution d eau potable ainsi que l assainissement de deux manières : soit en régie directe, soit par délégation de service public. Le mouvement de création de régies locales s est amplifié et leur nombre a quasiment doublé ces dernières années, et cela malgré les fortes pressions exercées pour dissuader les collectivités de revenir en régie. Cette nouvelle alliance, dont le SYDEC fait partie, a pour but de promouvoir la gestion publique de l eau et d être un lieu d échanges et de mutualisation de moyens. Il s agit d offrir aux élus locaux un interlocuteur qui puisse donner à la fois les informations nécessaires, mais surtout les assister techniquement et leur fournir le mode d emploi pour la gestion publique de l eau. Les grands principes de la gestion de l eau publique ont été rédigés dans une charte adoptée le jour-même. Selon ce document, «l eau est un bien commun, l accès à l eau de tous constitue un droit humain inaliénable et la nécessaire performance de sa gestion doit être mise au service exclusif de l intérêt général». France Eau Publique est en quelque sorte pour les collectivités publiques le pendant de la Fédération professionnelle des entreprises de l eau (FP2E) pour le secteur privé. Les treize signataires de la charte - Eau de Paris - La Ville de Besançon - Régie des eaux de Grenoble - Syndicat départemental du Bas Rhin - Syndicat départemental de la Vienne - Communauté d agglomérations des Lacs de l Essonne - Régie Noréade (Pas de Calais, Somme, Aisne) - Syndicat départemental Eau et Assainissement de la Haute -Garonne - Communauté d agglomérations d Annecy - Régie La Roannaise des eaux - Régie d assainissement Haganis de Metz - La Communauté urbaine de Strasbourg - Syndicat départemental des Landes Ci-dessous, de gauche à droite : Etienne Durger, syndicat départemental du Bas Rhin, Gabriel Amard, communauté d agglomérations des Lacs de l Essonne, Christophe Lime, ville de Besançon, Henri Emmanuelli, président du conseil général des Landes, Alain Siberchicot, syndicat départemental des Landes, Gilbert Beaujaneau, syndicat départemental de la Vienne, Danièle Mametz, Noréade. 10

13 Les démarches de performances : certifications ISO 9001 et OHSAS 18001, participation aux travaux de la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) et de France Eau Publique (FEP) Pour la direction technique de l eau, et ce depuis l année 2000, le SYDEC a connu un nombre croissant d adhésions dont la conséquence fut un important développement de ses métiers et de ses effectifs. Les exigences de plus en plus fortes des abonnés des services publics ainsi que les contraintes techniques et réglementaires ont imposé au SYDEC d organiser et de mieux structurer ses services et ses activités. La politique qualité, dans laquelle les élus et la direction du SYDEC se sont engagés, permet de promouvoir le SYDEC en tant qu outil public au service des collectivités pour exploiter leurs services publics. Elle vise également au travers d un rôle renforcé des élus à mettre en œuvre des politiques publiques adaptées aux territoires. Ainsi, très attentif à la satisfaction des usagers et des élus tout en souhaitant s améliorer en permanence, le syndicat s est engagé dans une démarche qualité sécurité environnement afin de mettre en place : > dans un premier temps, un Système de Management Qualité en vue d une certification ISO 9001 > dans un deuxième temps, un Système de Management Intégré (SMI) de type ISO QSE regroupant ISO 9001 (Qualité), OHSAS (Sécurité) en 2014 et ISO (Environnement) en > Toutes les activités du SYDEC sont certifiées ISO 9001 Les axes de la politique qualité > apporter dans chaque territoire la meilleure qualité de service tout en renforçant la mutualisation des moyens > adapter les programmes d investissements aux besoins des territoires afin d améliorer et de développer le patrimoine des services publics > offrir aux collectivités et aux abonnés un coût des services publics le plus bas possible > informer et rendre compte aux élus ainsi que mieux communiquer avec les usagers > garantir la santé et la sécurité des travailleurs Le point de vue de Clémence Lelong Clémence Lelong, Directrice technique adjointe de l eau et de l assainissement sous-direction Pilotage La certification : un véritable outil de management «La certification constitue un véritable levier stratégique de management au sein du SYDEC : harmonisation des pratiques, définition d une organisation à long terme, déploiement d une stratégie avec des objectifs précis, élaboration de plans d actions fondés sur l écoute, pilotage des activités par des indicateurs et culture de l amélioration continue, elle permet également de fédérer le personnel autour d une démarche de progrès commune. C est un moyen privilégié de démontrer la modernité, l efficience et le professionnalisme du service public. Pour le syndicat, l approche des certifications est collective, la réussite aussi!» 11

14 Le point de vue de Jean-Michel Saint-Pé Jean-Michel Saint-Pé, Responsable du service technique général et Responsable Sécurité La certification santé et sécurité au travail OHSAS «au SYDEC, la sécurité c est vraiment l affaire de tous» «Après avoir mis en place un système de management de la qualité pour l ensemble des activités du SYDEC, la sécurité au travail demeure une priorité. Les instances du SYDEC ont donc souhaité engager dès 2012, l ensemble des services dans la mise en place d un système de management intégré qui viendra s appuyer sur les processus et la méthodologie «qualité» déjà en place. Il ne s agit pas d un système qui va se déployer en parallèle de celui de la qualité mais bien d une intégration des deux systèmes. Dans le cadre de sa démarche en santé et sécurité au travail, les élus du SYDEC souhaitent obtenir la certification selon l OHSAS A cet effet, un état des lieux a été réalisé dans l ensemble de l établissement entre les mois de mars et juin 2012, qui a permis pour le SYDEC : - d établir à l instant «t» un diagnostic des pratiques en matière de santé sécurité au travail, - d analyser la situation administrative, technique, législative et règlementaire face à ses obligations en matière de santé et sécurité au travail. De cet état des lieux, un premier plan d actions a été élaboré qui comprend par exemple : - - la maîtrise des Entreprises Extérieures, - l évolution du Document unique, - la prévention des situations d urgence, - la définition du travailleur isolé, - Pour chacune de ces actions, un chef de projet a été nommé avec un planning à respecter. Parallèlement, des réunions d information et de sensibilisation du personnel sont menées car au SYDEC, la sécurité c est vraiment l affaire de tous!» Les modèles de management fondés sur les normes ISO 9001, ISO et OHSAS représentent des référentiels éprouvés et reconnus au plan international. Parce que le SYDEC ne vit pas en autarcie, parce que le SYDEC dont le seul objectif est de servir l intérêt général veut être chaque jour plus performant, le Syndicat s associe à des démarches de performances menées sur les plans national et européen. Depuis 2009, le Syndicat participe à l analyse comparative des services d eau potable et d assainissement collectif pilotée par la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies) et qui s inscrit dans une démarche de bonne gouvernance des services publics d eau et d assainissement. Les expériences et échanges de connaissance qui émanent de cette démarche s avèrent particulièrement enrichissants. En complément, le Syndicat collabore étroitement aux groupes de travail menés par France Eau Publique (FEP) sur des préoccupations communes (par exemple : groupe valorisation du patrimoine, groupe achat, groupe ressources humaines). Afin de poursuivre dans cette dynamique et parce que le SYDEC croit en la force du collectif, des synergies se créent entre les différents acteurs. C est dans ce cadre qu ont été initiés en 2012 les audits croisés (voir encart ci-après). Ces derniers permettent aux entités de progresser et de conforter ces démarches de performance. Toutes ces entreprises contribuent à renforcer la légitimité des services publics que les communes adhérentes ont confiés au Syndicat. 12

15 Clémence Lelong, Directrice technique adjointe de l eau et de l assainissement sous-direction Pilotage Questions à Clémence Lelong L expérience concluante des audits croisés entre régies Qu est ce que des audits croisés? Les audits croisés, qui se substituent aux audits internes imposés par la norme ISO 9001, sont réalisés par petit groupe de deux à quatre régies. Chaque régie envoie un ou plusieurs auditeurs expérimentés capables à respecter la charte des auditeurs croisés, rédigée dans le cadre de France Eau Publique (FEP). Quel a été le déroulement? Grenoble en juin, puis ce sont deux auditeurs internes grenoblois qui sont venus en octobre évaluer l efficacité du fonctionnement du syndicat. Quel est l intérêt? Les intérêts de cette collaboration sont multiples : l audit croisé apporte une véritable valeur ajoutée pour les audités, mais également pour les auditeurs, il favorise les échanges de bonnes pratiques, il permet la mise en commun de documents et de logiciels, il améliore le système de management de qualité audité et enfin crée de l émulation pour réussir collectivement dans la démarche de performance. gestion publique de l eau au niveau national. De gauche à droite : David Chirle (SYDEC), Gladys Marmoex (Grenoble), Benoît Auguin (SYDEC), Clémence Lelong (SYDEC) et Patrick Beau (Grenoble) Communiquer, améliorer les relations avec les usagers et rendre compte aux élus : une volonté de transparence Avoir un prix bas et le plus juste possible, est un objectif prioritaire mais n est pas suffisant. L amélioration continue du service rendu à l usager constitue une action du SYDEC. Servir au mieux l abonné, répondre le plus clairement à ses demandes et à ses attentes, renforcer et améliorer la relation services-usagers, disposer d un service client irréprochable sont des enjeux majeurs pour le syndicat dont le mot d ordre est transparence. Le bilan des contacts avec les usagers Être à l écoute des usagers a imposé au SYDEC de se doter d un outil de gestion de la «clientèle» performant pour répondre à leurs besoins, leur assurer une grande disponibilité et une réactivité performante, garantir la traçabilité parfaite de nos services, mais également leur délivrer des informations fiables et précises tout en simplifiant l ensemble de leurs démarches. Afin de pouvoir satisfaire ces objectifs, tout contact avec l usager que ce soit pour des demandes ou des réclamations écrites ou orales est enregistré et l origine du contact en est précisé. L abonné est suivi tout au long du traitement de sa demande et orienté vers le service adéquat. La saisie sur un écran de suivi clientèle permet également de s assurer d un traitement identique entre les différents centres d exploitation et d apporter des 25,8% des usagers ont contacté le SYDEC 19,4% des usagers pour des demandes de renseignement 6,4% des usagers pour des réclamations commentaires techniques et historiques sur le traitement des demandes et des réclamations. Le pôle indicateurs établit des requêtes mensuelles par type de contact pour : > d une part, mesurer la satisfaction de nos usagers et vérifier l efficacité de nos services, > d autre part, proposer des actions visant à améliorer la relation avec le consommateur et le traitement des demandes et réclamations. Ce sont contacts (non compris les contacts spécifiques aux mouvements d abonnés) qui ont été enregistrés pour % de ces contacts se font par téléphone, 17% par écrit et 5 % par déplacement de l usager dans un centre d exploitation. 13

16 68 % des contacts enregistrés sont relatifs à la facturation et la plupart concerne des demandes de renseignements sur la facture et les tarifs (19,5% du total des contacts). Les contacts spécifiques du service public de l eau potable et du service public de l assainissement collectif, sur le périmètre des adhérents en régie directe, sont détaillés respectivement page 42 et page 66. Eau 20,3 % Assainissement collectif 11,6 % Facturation 68,1 % Catégorie Types de contacts Nombre de contacts %par rapport au nombre de contacts total %par rapport au nombre d usagers Rappel 2011 Rappel 2010 Eau potable Réclamations Renseignements ,3% 2% 20,3% 7,1% 7,1% 3,5% 4,2% Assainissement Réclamations Renseignements ,9% 11,6% 2,1% 2,2% 4,2% 2,1% 2,3% 4,4% 1,2% 2,9% Facturation Réclamations Renseignements ,8% 68,1% 0,2% 19,3% 19,5% 0,3% 16,3% 0,4% 10,1% Réclamations Renseignements ,8% 100% 19,4% 25,8% 18,1% 24,8% 5,1% 12,1% 17,2% Nota : Contacts intégrant les usagers de la Communauté des Communes du pays d Albret Contacts 2012 mensuels Nb Globalement l activité a été assez régulière au cours de l année. On observe un pic en février du à la période de fort gel ayant entraîné beaucoup de problèmes sur les branchements d eau et les compteurs janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre Contacts Eau Contacts Assainissement Contacts Facturation 14

17 Répondre 24h/24 Un numéro Azur accessible 24 heures sur 24 et 365 jours par an a été mis en place. Ce numéro a pour objectifs : larges plages horaires h/24 et 7j/7 Les centres d accueil (Mont-de-Marsan, St-Paul les Dax, Capbreton, Tartas, Roquefort) répondent par téléphone aux abonnés, traitent leurs courriers et mails et les accueillent de 7h45 à 12h00 et de 13h30 à 17h45 les jours ouvrables. En dehors de ces heures, le service d astreinte (assuré 24 h/24 et 7 j/7) est organisé et déclenché suivant la nature et la gravité de l incident, par simple appel téléphonique au numéro Azur ou par les organes de télésurveillance : l organisation de l astreinte permet ainsi une intervention rapide d un ou des agent(s) qualifié(s) du SYDEC. Les règlements de service remis à jour Plus de 2 ans de concertation avec les associations de consommateurs ont permis de réactualiser les règlements des services publics de l eau potable et de l assainissement, qui sont les documents de référence définissant les engagements respectifs de l usager et du SYDEC. La facturation : les différents moyens de paiement et la politique sociale Le SYDEC met à disposition des abonnés tous les moyens de paiement pour faciliter le règlement des factures : chèques ou espèces, TIP, prélèvement automatique, mensualisation, paiement en ligne sur le site web (www.sydec40.fr). > Fin 2012 a vu naître la régie d avance et de recettes. Pour les trop-perçus, le SYDEC rembourse désormais dans le mois qui suit. Le point de vue de Véronique Coudroy Véronique Coudroy Responsable du Service facturation La politique sociale et le traitement des impayés «En complément des tarifications sociales mises en place par les élus des comités territoriaux, ceux-ci en liaison avec les associations de consommateurs, le comptable public du SYDEC et le Fonds de Solidarité au Logement (FSL) ont souhaité aborder la gestion des impayés en tenant compte de la précarité toujours grandissante de nos usagers. Ainsi, cette volonté se traduit par un double objectif : - pouvoir à tout moment identifier des personnes en difficultés Quelques chiffres en 2012 : - permettre un effacement de tout ou partie des sommes dues. Pour ce faire, la procédure mise en œuvre de recouvrement des impayés prévoit une saisine du Maire de la commune afin qu il puisse identifier sur une liste transmise par les services du SYDEC, les ménages en difficultés. Contact est pris alors avec l usager concerné pour l orienter vers les services sociaux de sa commune ou du FSL. Dès l avis du FSL, le SYDEC informe le comptable public du montant des sommes à effacer.» Nombre de foyers aidés : 302 Montant du Fonds de Solidarité au Logement (FSL) : ,63 soit 8 982,49 sur le budget eau potable et ,14 sur le budget assainissement 15

18 Questions à Benoît Auguin Les alertes en cas de surconsommation : un peu de réglementation Benoît Auguin, Directeur technique adjoint sous-direction Métiers carte «relevé du compteur d eau» en cas d impossibilité d accès au compteur soit un carton «avis de forte consommation». Quels sont les moyens mis en œuvre pour répondre aux obligations de l article L du Code général des collectivités territoriales (CGCT) et notamment, aux nouvelles exigences fixées au III bis[1] dudit article relatif à une augmentation anormale de la consommation (Loi Warsmann II)? Lors de la relève des compteurs, les agents releveurs ont la possibilité de laisser directement dans la boîte aux lettres de l abonné soit une Dès que le releveur entre le nouvel index sur son portable de saisie, un calcul automatique est réalisé par rapport à la consommation précédente. Si la consommation relevée est supérieure de 50% à la relève précédente, un message de surconsommation s affiche sur l écran. Alors, le releveur laisse dans la boîte aux lettres de l abonné un «avis de forte consommation». traçabilité des informations communiquées. de deux : 1 - Écrêtement de la facture en cas de surconsommation Pour les écrêtements de facture en cas de surconsommation, le SYDEC a adopté dans ses règlements modalités d écrêtement prévues aux règlements de service sont : - après compteur a entraîné une consommation supérieure à 50% de la consommation moyenne des deux dernières années, la consommation sera ramenée à la moyenne des consommations des deux années précédentes. A défaut de références suffisantes, un niveau de consommation moyen de 3 par semestre sera retenu. Pour les compteurs équipés de module pour la radiorelève ou la télérelève permettant la comptabilisation des fuites, la consommation sera diminuée des volumes de fuite indiqués par le système. Cette disposition ne pourra s appliquer que sur présentation d un justificatif de réparation de la fuite et qu une fois tous les 4 ans. Cette demande de dégrèvement ne pourra être consentie que pour les consommations des deux semestres de l année objet de la facturation.» - domestiques d une part et les eaux usées assimilées domestiques d autre part. «Si l abonné constate qu une fuite d eau potable après compteur a entraîné une consommation supérieure à 50% de la consommation moyenne des deux dernières années, la consommation sera ramenée à la moyenne des consommations des deux années précédentes. A défaut de références suffisantes, un niveau de 3 par semestre sera retenu. Cette disposition ne pourra s appliquer que sur présentation d un justificatif de réparation de la fuite et qu une fois tous les 4 ans. Cette demande de dégrèvement ne pourra être consentie que pour les consommations des deux semestres de l année objet de la facturation.» 2- Droit de l abonné à être informé en cas de surconsommation d eau entre en vigueur au 1 er juillet Les abonnés dont une surconsommation est détectée lors de la relève sont informés directement par l avis de surconsommation laissé dans la boîte aux lettres par le releveur du SYDEC. Afin d améliorer l information aux usagers en particulier pour les résidences secondaires, le SYDEC va optimiser son logiciel de facturation afin d automatiser l information des surconsommations au travers des factures d eau. 16

19 Les relations étroites avec les associations de consommateurs : la Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL) La Commission Consultative des Services Publics Locaux composée de six associations locales (Indecosa CGT, Adeic, Afoc, UFC Que choisir, Confédération Syndicale des familles, Association des familles Rurales) a pour mission d apporter aux usagers consommateurs une information sur les services publics du SYDEC mais également de prendre davantage en compte leurs attentes pour leur amélioration. La CCSPL s est réunie deux fois en 2012 pour traiter de sujets relatifs à l eau et à l assainissement (sans compter une journée de formation aux finances publiques). Elle a participé très étroitement à la révision des règlements de service (eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif). Son statut lui confère un rôle de médiation auprès des usagers. Elle peut évoquer des cas litigieux d abonnés, défendre le droit des abonnés et accorder des dérogations au règlements de service. Le point de vue de Jean-Pierre Dumartin Jean-Pierre Dumartin, INDECOSA CGT, membre de la CCSPL Le consommateur : un véritable acteur du service public «La CCSPL est un espace, un lien entre l usager de l eau, de l assainissement et le service public. Les associations de consommateurs sont les interlocutrices privilégiées pour faire valoir les droits et besoins des usagers et des abonnés. La CCSPL est allée au-delà de la réglementation, puisque les associations de consommateurs qui siègent, ont pu amender les règlements des services. Sur proposition des associations, la CCSPL examine les litiges que les usagers peuvent avoir avec le SYDEC. Je souhaite que les usagers domestiques de l eau s approprient davantage cette commission consultative, peut être pourrions nous envisager dans l avenir que les représentants des usagers soient élus au suffrage universel, comme les locataires le font pour leurs représentants dans les organismes H.L.M. Nous devons réfléchir ensemble pour que l usager de l eau soit un véritable acteur de son service public. Il faut aussi que le législateur donne les moyens aux «militants bénévoles» des associations de consommateurs, afin que ceux-ci puissent siéger en toute quiétude. Le statut du militant associatif devrait être à l ordre du jour. J ai participé le 15 novembre 2012 à un colloque sur les CCSPL organisé par la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies, ce qui a permis d échanger et de s enrichir les différentes facettes de la démocratie participative.» Les enquêtes de satisfaction Pour améliorer sa qualité relationnelle avec les abonnés, le SYDEC s est engagé à réaliser une enquête de satisfaction auprès des élus et des usagers tous les 4 ans. La dernière vaste enquête date de 2011 et avait montré un taux global de satisfaction de 93 %. Par ailleurs, des questionnaires de satisfaction sont envoyés à chaque abonné après la réalisation d un branchement eau potable et/ou assainissement collectif. Réalisation d un branchement : taux de satisfaction 95 %. Tout questionnaire retourné avec remarques est analysé par les services, et une réponse écrite est adressée à l abonné dans un délai maximum de 15 jours. 17

20 Les actions de communication envers les abonnés > Une lettre d information (explication des choix politiques, tarifaires et stratégiques par comité territorial) est envoyée à chaque abonné une fois par an. > Un guide de l abonné, présentant les grands principes qui guident les actions et décisions du SYDEC est transmis à tout nouvel abonné. > Des journées portes ouvertes sont organisées comme ci-dessous à la station d épuration de Saint- Vincent de Paul. La lettre des abonnés Comité territorial d Aire Les services de l eau et de l assainissement certifiés ISO Pensez à déclarer vos forages, puits et récupérateurs d eau de pluie Adoption de nouveaux règlements de service EAU ET ASSAINISSEMENT Accueil téléphonique (coût d'un appel local) Le site Internet Journée portes ouvertes à Saint-Vincent de Paul 18 Afin d apporter un service public de qualité et de proximité à ses abonnés, le SYDEC a mis en service un site internet à la fois convivial, fonctionnel et moderne qui se décline en six rubriques dont une spécialement dédiée aux consommateurs (espace abonné). Il est proposé aux abonnés de choisir leur mode de paiement, de payer, d archiver, d imprimer leur facture d eau, de résilier en ligne le contrat... On comptabilise : inscriptions en ligne (+53% par rapport à 2011) paiements de factures en ligne (+72% par rapport à l année dernière) soit environ 3,5% de paiement des factures en ligne. Adresse du site :

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

Caractérisation technique du service

Caractérisation technique du service rapport sur le prix et la qualité du service public de l assainissement non collectif 2012 3 Caractérisation technique du service Présentation du territoire desservi Le service est géré au niveau communal

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Communauté de Communes Gisors Epte Lévrière CONVENTION N.. Nom / Prénom : Commune :.

Communauté de Communes Gisors Epte Lévrière CONVENTION N.. Nom / Prénom : Commune :. COMMUNAUTÉ DE COMMUNES GISORS EPTE LEVRIERE 5, Rue Albert Leroy BP 39 27140 GISORS Téléphone : 02.32.27.89.50 - Fax : 02.32.27.89.49 Site : www.cdc-gisors.fr CONVENTION RELATIVE A L ENTRETIEN / VIDANGE

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU Le décret n 2008-652 du 2 juillet 2008 précise le dispositif prévu par la loi sur l eau

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans.

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans. Objet : entretien assainissement individuel Madame, Monsieur, Votre habitation est équipée d un système d assainissement non collectif pour le traitement de vos eaux usées. Le bon fonctionnement de cet

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Bilan de la concertation 2011-2015

Bilan de la concertation 2011-2015 Bilan de la concertation 2011-2015 Dès sa création en 2011, l association de préfiguration a mis en place une méthode destinée à impliquer au maximum les acteurs locaux dans l écriture de charte (méthode

Plus en détail

Convention entre le Centre Communal d Action Sociale de la TOURCOING et EDF

Convention entre le Centre Communal d Action Sociale de la TOURCOING et EDF Convention entre le Centre Communal d Action Sociale de la TOURCOING et EDF Entre les soussignés : Le Centre Communal d Action Sociale de la ville de TOURCOING, représenté par M Michel François DELANNOY,

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA

SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA RAPPEL DU CONTEXTE Sur l île d Anjouan, l UCEA est à ce jour la principale entité opérationnelle et fonctionnelle

Plus en détail

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés PROJET ASSOCIATIF 2015-2020 Le présent projet associatif a été élaboré par le comité de pilotage composé des personnes ci-dessous : -

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT

Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT COMMUNIQUE DE PRESSE Laon, le jeudi 1 er octobre 2015 AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton d Etrépagny

Communauté de Communes du Canton d Etrépagny Communauté de Communes du Canton d Etrépagny COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU CANTON D ETREPAGNY 3 rue Maison de Vatimesnil 27150 ETREPAGNY Téléphone : 02.32.27.04.36 - ax : 02.32.55.71.73 Mail : spanc@cccetrepagny.fr

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN.

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. LES RECOMMANDATIONS ISSUES DES ATELIERS Ateliers 1.1 Création d un cadre incitatif

Plus en détail

1 er Comité de Pilotage. Etude départementale sur le déploiement de bornes de charge pour véhicules électriques. 16 septembre 2014

1 er Comité de Pilotage. Etude départementale sur le déploiement de bornes de charge pour véhicules électriques. 16 septembre 2014 1 er Comité de Pilotage Etude départementale sur le déploiement de bornes de charge pour véhicules électriques 16 septembre 2014 Introduction Présentation du Comité de Pilotage Présidé par le SYANE (JP

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS L agence de l eau Seine-Normandie est un établissement public du Ministère de l Ecologie, de l Energie et du Développement durable et de la mer. Sa mission est de financer les ouvrages et les actions qui

Plus en détail

jouer collectif et viser l excellence pour un service public de l eau performant

jouer collectif et viser l excellence pour un service public de l eau performant jouer collectif et viser l excellence pour un service public de l eau performant ÉDITO La force du collectif Promouvoir la gestion publique de l eau au niveau européen en faisant la preuve de sa performance

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Africa Smart Grid Forum Session B2 Le Projet de compteurs Linky en France Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Chiffres clés d ERDF Production & trading Transport Distribution Commercialisation 35 millions

Plus en détail

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC Organisation territoriale Eléments clés du réseau de distribution du Nord-Pas de Calais (31/12/2012) Calais Saint Martin Boulogne Boulogne-sur-Mer Saint

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Référentiel Engagement de service

Référentiel Engagement de service Toute reproduction intégrale ou partielle faite en dehors d une demande expresse d AFNOR Certification ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite (code de la propriété intellectuelle artt. L122-4

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton d Etrépagny

Communauté de Communes du Canton d Etrépagny Communauté de Communes du Canton d Etrépagny COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU CANTON D ETREPAGNY 3 rue Maison de Vatimesnil 27150 ETREPAGNY Téléphone : 02.32.27.04.36 - Fax : 02.32.55.71.73 Mail : spanc.cccetrepagny@yahoo.fr

Plus en détail

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions

Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Une alliance unique pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs évolutions Les collectivités territoriales font face à des enjeux toujours plus complexes Une gestion publique en évolution

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Pour l'exploitation du Parc des expositions de la Beaujoire RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 1 er juin 2010

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012

Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 375 DACP REF : DACP2012059 Signataire : ED/ESP Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012 RAPPORTEUR : Tedjini-Michel

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif

Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif Convention relative à l entretien d une installation d assainissement non collectif Entre : Mme, M, Demeurant à : Téléphone :. Désigné ci-après par l appellation «le propriétaire», Et La Communauté de

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

CONVENTION N OBJET : ENTRETIEN DES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Entre : M Demeurant ET :

CONVENTION N OBJET : ENTRETIEN DES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Entre : M Demeurant ET : CONVENTION N (A compléter par la C.C.N.) OBJET : ENTRETIEN DES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Entre : M Demeurant Téléphone : Désigné ci-après par l appellation : «l usager», ET : La Communauté

Plus en détail

QUEL SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE POUR DEMAIN? «Qualité de service et Tarification» ANNEXES

QUEL SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE POUR DEMAIN? «Qualité de service et Tarification» ANNEXES COMMISSION CONSULTATIVE DES SERVICES PUBLICS LOCAUX QUEL SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE POUR DEMAIN? «Qualité de service et Tarification» ANNEXES Contribution des associations de la Commission Consultative

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux. Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00)

Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux. Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00) Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00) Centre de conférences Pierre MENDES-FRANCE Eléments pour

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES

COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES 1 1 UN ENVIRONNEMENT EN MUTATION 2 Un environnement en mouvement La pression

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Société anonyme au capital de 10 130 830,84 euros Siège social : 8, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS

Société anonyme au capital de 10 130 830,84 euros Siège social : 8, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS Société anonyme au capital de 10 130 830,84 euros Siège social : 8, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS Rapport du Président du conseil d administration sur les conditions de

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail