Introduction. construire l avenir en Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. construire l avenir en Ile-de-France"

Transcription

1

2 Introduction Éducation à l environnement : construire l avenir en Ile-de-France L éducation à l environnement existe depuis plus de vingt ans. Ce secteur professionnel, fortement structuré par ses réseaux, a connu dernièrement un important essor mettant à profit le dispositif emplois jeunes. Le fort développement des projets et des emplois depuis cinq ans et l évolution de la demande locale engagent les structures et les employés vers de nouveaux défis. > Comment se former à la conduite de son projet et de sa structure? > Comment valider un parcours professionnel de plusieurs années? > Comment financer ses projets au plus près du territoire? > Comment faire valoir l utilité sociale et environnementale du service développé auprès des financeurs et des bénéficiaires? > Enfin pour toutes ces questions, quels accompagnements et quels échanges au sein des réseaux? Les membres du comité de pilotage de Territoires Environnement Emplois Ile-de-France, avec son relais thématique le GRAINE Ile-de-France, ainsi que les autres réseaux franciliens d éducation à l environnement souhaitent donner l occasion à l ensemble des acteurs de la filière : associations, collectivités et leurs employés, d échanger sur leurs expériences et leurs pratiques pour construire ensemble l avenir francilien de l éducation à l environnement. Les membres du comité d organisation VivaCités Ile-de-France Direction régionale de l environnement en Ile-de-France Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle Ile-de-France Direction régionale et départementale de la jeunesse et des sports Paris Ile-de-France Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 1

3 Sommaire Pages 3 & 4 : Rappel du programme de la journée du 24 septembre 2003 Pages 5 à 7 : Allocution d ouverture Pages 8 à 12 : Table ronde Professionnaliser les salariés et les structures... Pages 12 à 16 : Débats Page 17 à 21 : Table ronde Construire un partenariat... Pages 21 à 28 : Débats Pages 29 à 30 : Allocution d ouverture de l après-midi Pages 31 à 34 : Table ronde S ancrer sur son territoire pour construire l avenir en Ile-de-France... Pages 34 à 40 : Débats Pages 41 à 83 : Ateliers de travail thématiques: la V.A.E., l évaluation, la gestion de projets, l aide aux microprojets associatifs/fonds social européen, le fonctionnement en réseau Pages 84 à 86 : Allocution de fermeture Pages 88 à 90 : Liste 1 Les intervenants Pages 91 à 92 : Liste 2 Les personnes-ressources Pages 93 à 105 : Liste 3 Les participants Page 106 : Liste 4 Glossaire des signes utilisés Page 107 : Remerciements Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 2

4 Programme 8h30 Accueil des participants 9h00 Allocution d ouverture Yannick Bodin, vice-président de la Région Ile-de-France 9h15 Table ronde Professionnaliser les salariés et les structures... en valorisant le projet professionnel de chacun Association Belleville Insolite, Sabine Schaller, responsable formation et professionnalisation... en utilisant ses situations de travail pour développer ses compétences : la formation-action Association Les Petits débrouillards, Aurélien Riou, animateur produits pédagogiques... en utilisant la «VAE» pour construire son projet professionnel La Ferme pédagogique de la ville de Rosny-sous-Bois, Claude Paulin, responsable des services espaces verts. En présence du GRAINE, Jean-Marc Roussel ; VivaCités, Patrick Neveu ; Région Ile-de-France DDEEFP ; DAFCO de Créteil, Christine Dufrenne ; Bergerie nationale de Rambouillet, Mylène Thou, Marie-Sylvie Auffret. Animation par Mathias Ader, Territoires Environnement Emplois, coordinateur régional. 10h45 Table ronde Construire un partenariat... en repensant son modèle économique Agence des espaces verts de la région Ile-de-France, Les Forestiers juniors, Xavier Chazal, un éco-animateur.... en diversifiant les acteurs du projet Association Initiatives environnement, Michèle Cayol, directrice... en créant et expérimentant de nouveaux projets Association C.P.N.du Val de Seine, Florent Raulin, responsable pédagogique En présence de l Agence de l eau Seine-Normandie, Richard Dartout ; Adéo Conseil, Jérôme Oddon; Caisse des dépôts et consignations, Claudine Pierson ; DRDJS Paris Ile-de-France, Sylvie Chauchoy; DRTEFP cellule FSE, Stéphane Labonne. Animation par Patrick Neveu, VivaCités, président. 12h30 Déjeuner libre Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 3

5 14H00 à 14h15 Allocution d ouverture de l après-midi Michel Vampouille, vice-président de la Région Ile-de-France 14h30 Table ronde S ancrer sur son territoire pour construire l avenir en Ile-de-France... en montant des projets avec les citoyens pour mettre le territoire en ébullition Association La Bouilloire, David Lejeune, directeur... en s inscrivant dans la vie locale et en s imprégnant des richesses de son territoire Ferme pédagogique d Ecancourt, Jean-François Simon, directeur... en expliquant et en favorisant l implication des citoyens et des élus PNR de la Haute Vallée de Chevreuse, Frédéric Pouzergues, chargé de mission éducation à l environnement et au patrimoine En présence de l Agence de l eau Seine-Normandie, Richard Dartout ; CPIE Marne et Seine, Jean- Denis Bergemer. Animation par Jean-Marc Roussel, GRAINE, directeur. 16h00 Ateliers thématiques de travail Le financement des formations En présence du CAPARIF, Gwenn Moity, conseillère formation ; UNIFORMATION Paris Centre, Isabelle Boyer Chammerd, déléguée interrégionale. La validation des acquis de l expérience «VAE» En présence de l antenne d information conseil en VAE de Créteil, Joselyne Charlier, conseillère VAE ; un professeur d Education nationale en charge de l éducation à l environnement. Aide aux micro-projets associatifs/ Fonds social européen En présence de la Fédération nationale des associations d accueil et de réadaptation sociale (FNARS), Danielle Cornet ; Agence régionale pour le développement de la vie associative (ARDEVA), Jean-Pierre Coffin, délégué régional et Maria Bailleul, chargée de mission micro-projets associatifs. La gestion de projets En présence du GRAINE, Jean-Marc Roussel, directeur ; Délégation régionale Ile-de-France de l A- DEME, Christophe Béreaud, chargé de mission formation et éducation à l environnement. L évaluation En présence de l ARENE Ile-de-France, Christelle Insergueix, chargée de mission emploi environnement. Le fonctionnement réseau En présence du GRAINE, Maryline Lair, animatrice du réseau ; VivaCités, Patrick Neveu, président ; A la découverte de la ferme, Cécile Dispau, animatrice-coordinatrice du réseau. 17h30 Allocution de clôture Alain Pialat, directeur régional de l environnement Ile-de-France Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 4

6 Ouverture de la rencontre par Yannick BODIN Vice-président chargé de la vie scolaire et des lycées au Conseil régional Ile-de-France Photo: G. Calvoz Je vous prie d excuser Daniel Brunel, un imprévu de dernière minute l a retenu et c est en accord avec lui, que je suis chargé au niveau de l Exécutif d ouvrir ce forum. Je vous souhaite la bienvenue dans notre institution et sommes heureux de vous accueillir pour vos travaux dans le cadre du forum Éducation à l environnement : construire l avenir en Ile-de-France. Nous pouvons remercier les services de la Région et le réseau Territoires Environnement Emplois, pour l organisation de ce colloque. Les questions de l environnement, pour l Exécutif régional, ont été des orientations nouvelles à développer dans le cadre de ce mandat. La région se doit, de part sa place, de travailler à un développement, respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, supports de la vie sur Terre. Cela donne du sens et de l efficacité économique, pour ses finalités sociales au sens de projets communs que sont la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, contre les exclusions et la recherche de l équité. Nous nous sommes évertués à prendre en compte les aspirations des populations et des salariés, inscrivant ainsi la politique régionale dans des cohérences nouvelles de développement solidaire, durable et démocratique. Ainsi, en matière d environnement et de qualité de vie, notre exécutif a souhaité donner à la politique environnementale des orientations claires, arrêter la pratique d une politique de guichet en s appuyant sur des axes innovants. Dans une logique de développement durable Cette logique passe par la décision d inverser les priorités en faveur des transports collectifs et par la traduction de cette politique dans le Contrat de Plan Etat- Région. Par le souci de la qualité de la vie Il s agit de lutter contre le bruit en développant des circulations douces et en généralisant la démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE) lors des rénovations et reconstructions des lycées et centres de formation. Dans le cadre de l Agenda 21 Il nous faut prendre en compte la protection de l environnement, le développement humain, la solidarité, la participation et la citoyenneté dans l ensemble des décisions de politique régionale. Nous devons donc dans les années à venir réfléchir à une véritable politique régionale de l environnement intégrant le traitement de l eau, des déchets, de l air et la gestion des risques avec l ensemble Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 5

7 Allocution d ouverture de la journée des associations et structures impliquées. Ce Forum a donc été conçu comme un espace de dialogue entre des structures de terrain, auxquelles les institutions apportent leur expertise ou des éléments d information ou de réflexion et non comme un lieu questions des structures/ réponses des institutions. La Charte du réseau Territoires Environnement Emplois (TEE) a été adoptée par la Commission permanente du Conseil régional en mai Elle regroupe des signataires tels que la DIREN, la DRTEFP, la DRAF, l ARENE, l ADEME, l Agence de l eau Seine-Normandie et la Région Ile-de- France. D abord expérimental, ce réseau, porté par l Institut de l Ecologie en Milieu Urbain (IDEMU), a su faire preuve de son utilité par sa capacité à rapprocher les partenaires de ce secteur. Le TEE a pour mission de susciter et développer la création d emploi dans le domaine de l environnement, les relations auprès des employeurs, l information et le travail sur l utilité sociale de ces emplois. Il s agit d améliorer l accompagnement des projets sur le plan de la pérennisation et de la professionnalisation des services, de participer à la définition de nouveaux métiers et d organiser des évènements. Fin 2002, le Ministère de l Environnement a décidé sa pérennisation afin qu il poursuive sa mission dans le domaine de l environnement au-delà des dispositifs particuliers tels que les emplois jeunes. La région participe à son financement dans le cadre du programme développeur de l insertion. Le TEE a travaillé à l élaboration de la nouvelle offre de formation emplois jeunes dans le domaine de l environnement ainsi qu au référentiel sur les validations emplois jeunes. Il a par ailleurs réalisé une étude dans le cadre de la création d un pôle de pré-qualification des métiers de l environnement. En mars dernier, il a organisé en partenariat avec l ARENE, la rencontre régionale des métiers de l environnement «Quels emplois, quels services pour la gestion durable et la valorisation des territoires?» Le Forum sur l éducation à l environnement a pour enjeu de permettre aux acteurs de cette filière d échanger leurs expériences et leurs réflexions pour contribuer à faire reconnaître et pérenniser le service d éducation à l environnement au-delà du dispositif emplois jeunes ainsi que de mobiliser les acteurs et administrations de l emploi, la formation professionnelle et de l environnement sur l importance de contribuer à l avenir de cette filière. Qui sont les emplois jeunes de l éducation à l environnement? Quelques 250, voire 300 postes ont été créés dans cette filière en Ile-de-France et les employeurs sont autant des collectivités que des associations alors que les collectivités représentent 70% des employeurs dans le domaine de l environnement en général. Le territoire de Paris regroupe un tiers des postes créés et les jeunes sont majoritairement de niveau Bac et Bac+2. Leurs missions principales sont de faire de la médiation et de l information, d assurer des animations pour un public ciblé et de repérer les attentes des usagers afin de les mettre en valeur. La Région Ile-de-France s engage dans le domaine de l environnement et des emplois jeunes en finançant la formation pour des emplois jeunes et en mettant en œuvre une nouvelle offre de formation dans ce domaine notamment par la corémunération des emplois jeunes dans certaines structures comme les Parcs Naturels Régionaux. Suite à l adoption par la Commission permanente le 10 juillet 2003 du rapport emplois jeunes, la Région envisage pour la pérennisation de ces emplois un partenariat entre l Etat et la Caisse des Dépôts et Consignations. Celui-ci peut se concrétiser par la mise en place, en faveur des associations, d un dispositif d accompagnement à la pérennisation. La Région pourrait envisager que l environnement soit un secteur pour lequel elle apporterait son concours financier aux employeurs afin d accompagner la pérennisation des postes créés dans le cadre du programme Nouveaux Services Emplois Jeunes. Dans le cadre de la renégociation des contrats de Parcs naturels en 2006, la Région pourrait réexaminer le montant de son concours financier pour prendre en compte les frais de fonctionnement liés à la Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 6

8 Allocution d ouverture de la journée pérennisation de ces postes. A ce jour, l engagement de la Région en terme de formation à l environnement intervient, en CFA : dans le domaine de la chimie- traitement des eaux (niveau V), de l hygiène- propreté- environnement (niveau III, IV et V), des espaces verts (niveaux IV et V), de l agriculture- travaux paysagers (niveaux IV et V), du bâtiment avec les conseillers en maîtrise de l énergie et énergies renouvelables (niveau III), de l environnement- cadre de vie avec la gestion des déchets et l assainissement (niveau V à III) et dans le programme régional pré- qualifiant dans la création d un pôle de 90 places en 2004, dans le domaine de l environnement dans les métiers des déchets, des eaux, des espaces verts et des forêts. Ainsi, vous pourrez constater que pour nous c est bien devenu un enjeu de société et d engagement national en particulier par la mise en exergue d une stratégie nationale de développement durable. L objectif est aujourd hui de modifier les modes de production, de faire évoluer les pratiques de consommation et d assurer l équilibre entre économie compétitive et des enjeux écologiques. Je vous souhaite de bons travaux productifs qui nous aideront pour intégrer vos aspirations, dans nos futures politiques régionales. Mathias ADER, coordinateur régional du réseau Territoires Environnement Emplois Ile-de- France Ce forum a été organisé dans le droit fil des travaux permanents du réseau TEE pour identifier les problématiques et enjeux de l éducation à l environnement et contribuer à y répondre. Pour concevoir cette journée les membres du comité de pilotage et le GRAINE Ile-de-France, relais thématique de TEE ont souhaité associé la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports, la Bergerie Nationale, le réseau VivaCités Ile-de-France et le réseau A la découverte de la ferme. Rappelons que les réseaux TEE ont été créés à l initiative des Ministères de l Ecologie et celui des Affaires sociales dans huit régions. Les financeurs de TEE Ile-de-France sont les services déconcentrés de ces ministères: la Direction régionale de l Environnement (DIREN), la Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle (DRTEFP) et les représentations régionales des agences de l environnement: Agence de l eau Seine-Normandie, la délégation Ile-de-France de l A- DEME. La Région Ile-de-France finance et participe au comité de pilotage de TEE via la Direction du Développement Economique, de l Emploi et de la Formation Professionnelle (DDEEFP), la Direction de l Environnement et du Cadre de Vie (DECV) et l ARENE. Les objectifs de TEE sont de favoriser la création, la professionnalisation et la pérennisation des emplois de l environnement en Ile-de-France. Nous menons plusieurs actions : les échanges d expériences, la concertation entre acteurs, la circulation de l information, l accompagnement aux porteurs de projet, une veille et une expertise. Le forum est l occasion d échanges à partir de témoignages de porteurs de projet et de personnes ressources sur la professionnalisation des salariés et des structures, la consolidation économique des services et création de partenariats et l ancrage local des services. Ces trois questions sont indissociables. Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 7

9 Table ronde Professionnaliser les salariés et les structures... Animateur Mathias ADER, coordinateur régional du réseau Territoires Emplois Environnement Ile-de-France Intervenants...en valorisant le projet professionnel de chacun Sabine SCHALLER, responsable formation et professionnalisation à l association Belleville Insolite...en utilisant ses situations de travail pour développer ses compétences: la formation-action Aurélien RIOU, animateur de produits pédagogiques à l association française Les Petits Débrouillards...en utilisant la V.A.E. pour construire son projet professionnel Claude PAULIN, responsable des services Espaces verts et de la Ferme pédagogi que de Rosny-sous-Bois Catherine AFFRE-DESCHAMPS, directrice du CLSH, Ferme pédagogique du Parc des Meuniers de Villeneuve-le-Roi Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 8

10 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» Mathias ADER Pour mener à bien un projet, il est nécessaire d être professionnel dans la façon d accomplir sa mission. Nous avons souhaité apporter le témoignage de structures lesquelles, à travers leur effort de formation, ont permis de renforcer leur projet pour lui donner plus de chances d aboutir et de perdurer. Sabine SCHALLER L association Belleville Insolite a trois ans et demi d existence. Elle compte 17 salariés dont 14 emplois jeunes. Notre budget annuel s élevait en 2002 à euros avec une masse salariale équivalent à 80% du budget et un niveau de ressources propres d environ 11%. Notre activité accueille quelque 2500 personnes. Nos objectifs incluent la valorisation des quartiers peu ou mal connus de l Est parisien, la reconnaissance d une nouvelle activité : le tourisme durable et du métier lié d accompagnateur révélateur de quartier (soit l adaptation au milieu urbain du métier de guide accompagnateur de pays), la création d emplois et la professionnalisation (prioritairement de jeunes de niveau IV et moins). Les profils de postes à l intérieur de notre structure comptent, dans leur ordre chronologique de création, dix accompagnateurs en emplois jeunes, quatre responsables : trois emplois jeunes et un CEC formant un Comité de direction, un chargé d accueil/ secrétariat emploi jeune et deux chargés de mission, l un en recherche de financements et l autre en administration globale. Notre projet d accompagnement s inscrit dans une démarche de co-construction d un parcours professionnel. Notre outil de référence est l entretien annuel d activité. Cet outil n est pas novateur mais nous l avons re-conceptualisé dans le cadre de notre association en fonction de nos objectifs et de nos valeurs. Une phase préparatoire très importante conditionne la réussite de cet entretien. L outil d entretien est une grille d évaluation que nous avons construite entièrement, puisque le poste d accompagnateur révélateur de quartier était un profil de poste que nous avions créé. L entretien nourrit trois objectifs en parallèle : l élaboration du projet professionnel de la personne, le bilan étape poste/missions/compétences et l évaluation de l attente des objectifs fixés à N-1. Il permet d aboutir à l élaboration d un plan d actions en deux volets. Un premier volet est composé des voies de progrès à l horizon d un an, définies en commun en ciblant les objectifs à atteindre sur le plan d élaboration du projet du jeune et de son évolution dans la structure. Le second volet présente des moyens de types interne et externe pour atteindre les objectifs. Nous cherchons préférentiellement à mobiliser des moyens d ordre interne en fonction du besoin de compétence, nous essayons de mobiliser nos ressources que sont les salariés, les administrateurs, des personnes ressources Nous cherchons à mettre en rapport et à construire sur la base d un partage de compétences, une formation au sein de la structure. Les ressources internes présentent l avantage d être gratuites et s ajustent à notre offre d accompagnement sur le besoin de compétence. Les ressources externes quant à elles regroupent les intervenants extérieurs, les organismes de formation, les stages chez un partenaire et la documentation. Notre effort de professionnalisation représentait en 2002 : 7% du budget, un temps plein secondé d un mi-temps et 10% du temps de travail de l équipe, officiellement. En analysant la comparaison entre notre effort de professionnalisation et l évolution de nos ressources propres, nous observons que le développement des compétences permet une meilleure qualité des prestations, laquelle engendre l augmentation et la fidélisation d une clientèle et des usagers, la reconnaissance des institutionnels et un intérêt médiatique fort. Tout cela permet de développer de la clientèle, de nouveaux partenariats et de nouvelles prestations, alimentant notre notoriété et nos ressour- Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 9

11 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» ces propres. Notre effort de professionnalisation participe donc à la consolidation de notre structure. L accompagnement vers la professionnalisation des salariés : un levier pour la pérennisation Développement Compétences Qualité des prestations Augmentation et fidélisation des clientèles et usagers Reconnaissance des professionnels et institutionnels Intérêt médiatique développement clientèle nouveaux partenariats nouvelles prestations Notoriété Ress. Propres Schéma de conclusion de la présentation de Belleville Insolite Aurélien RIOU Les Petits Débrouillards est un réseau associatif couvrant tout le territoire national, dans 18 régions. Chaque région fonctionne selon un système indépendant. La formation-action est une formation intégrée dans le travail direct du salarié permettant de développer des compétences individuelles et collectives. Les Petits Débrouillards se sont inscrits dans cette formation suite aux souhaits d élargissement des différentes associations à de nouveaux domaines. Ces demandes impliquaient de notre part de nouvelles compétences, voilà pourquoi nous nous sommes intégrés dans ce système de formation afin de garantir la qualité sur le terrain et répondre aux besoins des coordinateurs d activité. La formation-action s est déclinée en deux axes. Elle a été le lieu d un partenariat entre un centre de formation, Laurence Bonnafous, et Les Petits Débrouillards. Le premier axe, tenu par Laurence Bonnafous, était de concevoir et mettre en œuvre le projet et le deuxième axe, tenu par Les Petits Débrouillards, touchait au côté technique à savoir les actions culturelles, scientifiques et techniques. Concrètement, nous nous sommes retrouvés tous les mois, pendant toute l année, pour travailler sur notre organisation de travail, le travail en équipe, des plans d actions, des carnets de liaison, le travail interne et externe au niveau de nos partenaires et l assurance face à un public. Nous avons beaucoup réfléchi au plan d action, lien direct avec notre travail. Cette formation était évolutive, le programme n avait pas été écrit et s est adapté au groupe et aux différents projets. En fin de stage, les participants géraient directement la formation. Au niveau technique, cette formation était spécialisée dans le domaine d animation scientifique et technique. Nous avons pour cela travaillé sur la démarche scientifique et nos préoccupations de terrain. Il est encore trop tôt pour voir les effets de cette formation sur le terrain. Beaucoup pensent qu elle ne Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 10

12 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» leur a rien appris mais a servi à mettre en pratique leurs outils et points théoriques. Ceux qui ne possédaient pas tous ces points théoriques et outils les ont maintenant et ont pu les utiliser sur le terrain. Mathias ADER Nous verrons que le réseau est un des éléments de structuration de la profession et d amélioration collective. Claude PAULIN Le Service Municipal des Espaces verts, en dehors de ses missions traditionnelles, remplit des fonctions d éducation à l environnement. Bien que nous exercions depuis longtemps des activités dans ce domaine, la création d une ferme pédagogique a été un élément important et très médiatique dans ce cadre. Même si la ferme était un projet latent du service, elle n a été créée que fin 1993 en 1998 à la suite d une exposition où étaient incorporés quelques animaux de basse-cour. Cette structure a évolué progressivement mais sans embauche. Philippe Crotta, titulaire d un BEP horticole et moi-même, titulaire d un BTS horticole et issu d une famille d agriculteurs, en sommes les deux principaux acteurs. Ne disposant que de compétences techniques suffisantes, nous avions besoin de formation et nous avons eu la chance de bénéficier de stages à la Bergerie Nationale de Rambouillet au Centre National de la Fonction Publique Territoriale. Philippe a également suivi un stage chez un éleveur. Nous avons essayé d avoir le tissu relationnel le plus large possible : nous avons adhéré au GRAINE, nous participons aux visites de l ARENE et nous avons des contacts avec l Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort. Nos besoins de formation restent importants, notamment en premiers soins vétérinaires et en animation. Les stages et notre tissu relationnel, même s ils ont demandé un investissement personnel fort, nous ont fortement aidés et nous ont permis de professionnaliser nos activités et d obtenir une reconnaissance des élus et du public. Ceci permettra une pérennisation de notre structure ce qui n était pas acquis au départ avec, nous l espérons, l embauche future d agents. Mathias ADER Il est intéressant de voir, à travers la diversité de ces expériences, que la démarche de professionnalisation est valable dans le cadre des collectivités et des associations. Catherine AFFRE-DESCHAMPS La Ferme du Parc des Meuniers est une association pluri-générationnelle, socio-éducative et culturelle du Val-de-Marne située à Villeneuve-le-Roi. Tous nos ateliers sont axés autour du monde animal et végétal. Titulaire d un BEP animalier, je dirige le centre de ressources de cette association (équivalent à un centre de loisirs sans hébergement), je coordonne les secteurs «enfance et famille» et je reçois également un public de personnes handicapées. J ai la responsabilité de tous les ateliers liés au monde animal. A l heure actuelle, je suis une procédure de Validation des Acquis de l Expérience en vue d obtenir un B.E.A.T.E.P. spécialité : activités sociales - vie locale, option : ferme pédagogique. Travaillant depuis seize ans en ferme pédagogique, je n avais jamais pris le temps de suivre cette formation étant très investie dans mon travail. Je fais aujourd hui cette démarche afin que ce titre me permette de recevoir 70 enfants au centre de ressources de ma structure sachant qu à ce jour je ne peux en accueillir que 50, faute de n avoir que mon B.A.F.A. C est une façon pour moi aussi de valider et de Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 11

13 faire reconnaître 16 années de travail en ferme pédagogique. Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» J ai choisi la V.A.E. pour son prix peu élevé (pris en charge par mon employeur), et parce qu elle me permet de peu m absenter de mon travail. Sur les 4 unités de formation à faire valider, mon choix est d en obtenir 3 par la V.A.E. (U.F. pédagogique, U.F. technique et la pratique), pour ce qui est de la quatrième U.F. générale, je la fais en formation normale sans passer par la V.A.E. Ce choix me paraît intéressant car il me permet de rencontrer différentes personnes avec chacune leur expérience, un échange peut donc se faire. Par contre la V.A.E. a pour moi quelques points négatifs : nous devons réaliser un dossier assez volumineux qui représente un travail conséquent, et nous avons peu ou pas d échange (travail de groupe) avec d autres personnes dans la même situation. Mathias ADER La VAE, inscrite dans la loi de modernisation sociale de 2002, permet de valider ses acquis par une formation. Il est nécessaire de détailler son parcours pour la faire valider d où l obligation de remplir un dossier conséquent. ECHANGES AVEC LA SALLE Hélène KUHN, chargée de communication, Eco-Emballages La VAE reste un dispositif obscur pour moi. Est-il possible de l évoquer plus avant? Christine DUFRENNE, Inspectrice de l Education Nationale chargée de la formation continue et responsable du Centre Académique de Validation des Acquis de Créteil La loi de 1992 introduisant la Validation des Acquis Professionnels reconnaissait déjà, qu il était possible d acquérir, tout en travaillant, des compétences de même valeur que si elles avaient été obtenues à la suite d une formation initiale ou d une formation continue. La loi de modernisation sociale de janvier 2002 a apporté des améliorations : une personne ayant trois ans d expérience professionnelle (au lieu de cinq du temps de la VAP) peut se voir délivrer une certification. Plusieurs ministères avaient déjà lancé la VAP en 1992 avec certains diplômes. Grâce à la loi de 2002, d autres ministères ont créé leurs certifications (titres ou diplômes) ou les ont aménagées pour être accessibles par la VAE ; il en est de même pour les branches professionnelles et leurs certificats de qualification professionnelle. Par ailleurs, si au temps de la VAP il fallait passer au moins une épreuve, aujourd hui le candidat peut demander une certification dans sa totalité. Sur l Ile-de-France, au niveau du Ministère de l Éducation nationale, un candidat sur deux en moyenne obtient son diplôme en totalité. C est une grande réussite sociale. L Éducation nationale propose des ateliers méthodologiques et des conseils individualisés pour accompagner à la constitution du dossier. Ce dossier est très important car c est le seul document (en dehors de l entretien) dont dispose le jury pour délivrer le diplôme. Patrick NEVEU, président du réseau VivaCités Ile-de-France Nous sommes passés de la VAP à la VAE, ce qui signifie que, dans le champ de l éducation à l environnement, des expériences autres que professionnelles permettent de développer des compétences. Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 12

14 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» Christine DUFRENNE La VAE a étendu le champ de la validation des acquis à l expérience qui peut maintenant être issue de l activité salariée, non-salariée ou bénévole. Pour les emplois jeunes de l Ile-de-France, nous nous sommes penchés, dans le cadre d une plateforme de pérennisation, sur leurs activités notamment sur le thème protection et valorisation de l environnement. Nous avons, par rapport à ces nouveaux métiers, établi, ministère par ministère, la liste des certifications accessibles par la VAE aux emplois jeunes. Nous allons par ailleurs entamer avec l Agence de l eau Seine-Normandie une procédure de VAE à destination de leurs emplois jeunes. Ce travail était nécessaire car tous les nouveaux métiers occupés par les emplois jeunes n étaient pas a priori rattachés à des diplômes. Nous avons donc fait en sorte d identifier les diplômes correspondants à ces emplois dans le champ de l environnement. Mathias ADER Dans le domaine de l environnement, le travail d identification des diplômes sanctionnant des activités identifiées dans le cadre des emplois jeunes a été mené dans le cadre de la plate-forme régionale de professionnalisation et de pérennisation, en partenariat avec les représentants régionaux des ministères valideurs et les membres de TEE. Il apporte une visibilité du type de diplôme auquel un emploi jeune peut prétendre. Xavier ROBERT, chargé de mission permanent à l Union Nationale des Centres Permanents d Initiation à l Environnement Comment l association Belleville Insolite, avec quatorze emplois jeunes sur dix-sept salariés, intègre-telle, dans la démarche de professionnalisation et l entretien individuel, la problématique de la consolidation économique? Y a-t-il un lien entre la démarche de chaque emploi jeune et la problématique de consolidation des quatorze emplois jeunes? Comment cela est-il géré? Y a-t-il une réflexion collective sur la pérennisation en fonction de chaque emploi? Sabine SCHALLER Les premiers contrats emplois jeunes s arrêteront chez nous en Nous avons mis en place cette année un projet de réflexion autour de la pérennisation, travail mené avec le chargé de mission recherche de financements. Nous avons élaboré un cahier des charges de nos besoins en matière d accompagnement de notre structure afin d élaborer des pistes d avenir concernant la pérennisation de nos emplois et activités. Nous savions qu existaient des pistes de financement possibles notamment l accompagnement par un cabinet d expert. Nous avons monté un dossier à partir de ce cahier des charges car nous avons trouvé le cabinet avec lequel nous souhaitions travailler. Actuellement le dossier est entre les mains de différentes personnes et notamment le Fonds Social Européen lequel, nous l espérons, va financer notre étude à hauteur de 50 % selon la mesure 7.2 de l Objectif 3. Nous nous sommes fortement mobilisés autour de cette question et le travail a aujourd hui concrètement commencé. Mathias ADER A propos de la pérennisation des activités, j ai cru entendre une réponse partielle à travers l augmentation de vos fonds propres liée aux activités. Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 13

15 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» Sabine SCHALLER L augmentation de nos ressources propres est évidemment une condition pour exister après 2005 mais nous devons également mener un travail plus précis autour des actions que nous voulons mener, les mesures d évaluation de nos actions et d orientation de nos projets etc. Karl CROCHART, président de URCAVIE/ Ferme du Bel-Air Comment articulez-vous recrutement et formation de façon à assurer étude environnementale d un côté et animation environnementale de l autre? Catherine AFFRE-DESCHAMPS Pour notre structure, les embauches ont été faites en premier lieu avec des personnes ayant des connaissances spécifiques animalières et végétales, l animation étant arrivée après. J ai pu observer ce mode de fonctionnement dans les fermes pédagogiques où j ai travaillé auparavant. Claude PAULIN Nous avons une formation horticole et nous avons acquis, grâce à des formations, des compétences d animation. Mathias ADER En quoi les animateurs de réseau ont et peuvent contribuer à faciliter la question de la professionnalisation? Patrick NEVEU Les gens arrivent en général dans le secteur de l environnement avec des connaissances spécifiques et manquent de connaissances méthodologiques, notamment en matière de pédagogie. Nous avons recherché les ressources en interne pouvant être mises en place pour accompagner ces personnes et nous avons été amenés à mettre en place des formations sur les aspects méthodologiques dont notamment la conduite de projet. L activité de réseau nous a permis de mettre en place des formations. Jean-Marc ROUSSEL, directeur du GRAINE Ile-de-France En 2000, nous avons réalisé une enquête régionale auprès des salariés emplois jeunes pour connaître leur profil et leurs demandes de formation. Suite à cela, nous avons monté des formations et nous nous sommes aperçus de besoins notamment en gestion de projet. Nous essayons de monter des formations correspondant à de nouveaux besoins ou nous orientons les jeunes vers les formations existantes dans notre région. Nous éditons en ce sens tous les ans un hors série sur la formation. Mathias ADER Le réseau TEE a essayé de répondre aux besoins de formation des acteurs et a abouti à une nouvelle offre de formation portée par la Région. L Agence de l eau Seine-Normandie, l ADEME Ile-de-France et la DIREN Ile-de-France sont intervenues en amont de cette question, peuvent-elles rappeler ces efforts? Richard DARTOUT, chargé de mission à l Agence de l eau Seine-Normandie L Agence de l eau Seine-Normandie a contribué à co-financer plus de mille emplois jeunes en Ile-de- Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 14

16 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» France et nous nous sommes attachés à rechercher, avec des partenaires en charge du développement de programmes de formations, les parcours de formation les plus adaptés. Nous nous sommes rapprochés du Conseil régional d Ile-de-France avec lequel nous avons signé un accord-cadre pour essayer de mettre au point des parcours de formations dans les domaines intéressant la gestion de l eau et des milieux naturels aquatiques. Nous avons publié plusieurs offres de formation proposant des parcours modulaires avec une perspective de professionnalisation. Ces offres n ont pas connu de grand succès. Elles n ont pas été pénalisées par le financement puisque nous avions une couverture de financement complète mais peut-être par leur côté fastidieux et le fait que les métiers que nous proposons se vendent difficilement à court terme sur le marché du travail. Nos offres de formation sont néanmoins toujours valables et nous souhaitons les affiner. Marianne MARGATE, chargée de mission emplois jeunes au Conseil régional d Ile-de-France Direction du Développement Economique, de l Emploi et de la Formation Professionnelle La Région a mis en place dès 1997 un système de prise en charge individuelle de formation intitulé chéquier formation ou chéquier adaptation selon les niveaux. Elle désirait ainsi soutenir et accompagner financièrement les employeurs souhaitant former leurs emplois jeunes en vue d une pérennisation de leur poste. Ce système assez libre a permis de prendre en charge de nombreuses formations. Ces dernières années, nous avons travaillé, au sein de la plate-forme régionale, sur la création d une nouvelle offre de formation adaptée aux nouveaux métiers et très spécialisée sur des modules de type ambassadeur de tri ou éducation à l environnement. Cette offre fonctionne en deçà de nos espérances. En effet les demandes de formation peuvent être de tout autre type car, quand une filière n est pas reconnue, demande et offre peuvent être incompatibles. Notre objectif était d assurer un travail réalisé en fort partenariat pouvant évoluer pour s adapter aux demandes de terrain. La Région a ouvert des droits à formation pour emplois jeunes en Ile-de- France ce qui représente un budget d environ 18 millions d euros. Mathias ADER La question de la professionnalisation nous préoccupe tous, en particulier les réseaux. Pour s informer sur les besoins de formation et disposer de l offre mise en place par la Région et ses partenaires, il est possible de consulter le site Isabelle BOYER, responsable du développement local et des actions pédagogiques à l association Belleville Insolite Qu en est-il du chéquier formation pour les emplois jeunes pour 2004? Marianne MARGATE Le CAPARIF ne va plus s occuper de la mission emplois jeunes, qui sera prise en charge par la Région. Cette dernière poursuit le programme chéquier formation. Lors de la Commission permanente de juillet 2003, elle a prévu de prendre en charge les formations qui débuteraient en épargne consolidée comme les formations qui se poursuivraient en convention pluriannuelle. Elle a donc choisi de prendre en compte cet effort d accompagnement par ces deux dispositifs et d accompagner, dans le domaine de la formation, les efforts portés par les associations et les différents partenaires. Mathias ADER J ai été marqué par l apport de la professionnalisation, à la consolidation de vos services, à leur qualité Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 15

17 Table-ronde: «Professionnaliser les salariés et les structures...» et à leur existence. Le fait qu aujourd hui tous ces dispositifs existent pour assurer une formation est encourageant. Le temps pris sur le travail pour se former n est pas du temps perdu mais peut au contraire s inscrire dans un véritable projet et structurer l activité. Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 16

18 Table ronde Construire un partenariat... Animateur Patrick NEVEU, président de VivaCités Ile-de-France, réseau d éducation à l environnement urbain Intervenants...en repensant son modèle économique Xavier CHAZAL, éco-animateur, Les forestiers juniors, Agence des espaces verts de la Région Ile-de-France Pierre CLAVEL, responsable du programme des Forestiers juniors de l Agence des espaces verts de la Région Ile-de-France...en diversifiant les acteurs du projet Michèle CAYOL, directrice de l association Initiatives Environnement en créant et expérimentant de nouveaux projets Florent RAULIN, coordinateur des C.P.N. du Val de Seine François CARREZ, animateur technicien des C.P.N. du Val de Seine Florence FLAURIE-VIDAL, adjointe au Maire du XIXè arrondissement de Paris chargée de l environnement Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 17

19 Table-ronde: «Construire un partenariat...» Patrick NEVEU L aspect économique de la construction d un projet préoccupe de nombreuses structures dans le champ de l environnement. Construire un partenariat, c est aussi se donner les moyens de pérenniser l activité. Photo: G. Calvoz Xavier CHAZAL Dans le cadre du Plan d aménagement des forêts régionales, le Conseil régional d Ile-de-France a fait de l accueil et de la sensibilisation du public une de ses priorités. Dans cet objectif, l Agence des espaces verts a embauché en 1998, neuf éco-animateurs afin de mettre en place le programme Forestiers juniors. Destiné aux primaires, il vise à sensibiliser et à inscrire les écoles dans une gestion de la forêt. Les interventions sont de trois voire six par classe tout au long de l année sur trois sites en région parisienne. En janvier 2002, le directeur de l Agence des espaces verts nous a informé qu il n avait pas les moyens de pérenniser nos emplois. Cinq éco-animateurs ont décidé de créer une association et de la transformer ensuite en SCOP (Société Coopérative de Production), structure qui nous paraissait plus adaptée pour nos démarches. En février, nous avons contacté la DDTEFP qui a mandaté le cabinet d étude ADEO Conseil pour nous accompagner, faire un bilan de notre activité et prévoir un plan de financement. L étude de faisabilité a commencé en avril. ADEO nous a aidé à acquérir une démarche commerciale puis nous sommes allés visiter plusieurs maires et les Conseils généraux du Val-d Oise et de Seine-et-Marne. A l Union régionale des SCOP, nous avons étudié toutes les subtilités économiques de cette structure. En octobre, nous avons demandé à la Région de nous aider techniquement et financièrement. En janvier 2003, nous avons demandé à la DDTEFP une rallonge financière et elle nous a orienté vers la Caisse des Dépôts et Consignations laquelle a accepté de financer la fin de notre étude à hauteur de 50 %. L Agence de l eau aurait pris en charge les animations autour de l eau. En février, nous avons créé l association de façon à acquérir un statut juridique. Nous avons préparé une convention avec l Agence des espaces verts afin d officialiser la mise à disposition de locaux, de véhicules et le budget de fonctionnement. En mars 2003, nous avons rencontré la représentante de la DDEEFP du Conseil régional pour bénéficier de formation en matière de gestion d entreprise. Elle nous a renvoyés vers le CAPARIF qui finance ces formations mais uniquement pour les créateurs d entreprise, nous avions donc besoin du statut SCOP. En juin, nous avons convenu avec la DDTEFP de signer une convention pluriannuelle sur trois ans, ce qui nécessitait un transfert d activité entre l Agence des espaces verts et les Forestiers juniors. L Agence des espaces verts était d accord. En juillet, elle nous a informés qu elle disposait des moyens de nous pérenniser. Elle nous propose aujourd- hui un contrat d un an renouvelable à condition de passer le concours d animateur territorial. Photo: G. Calvoz Pierre CLAVEL L Agence des espaces verts est un établissement public dépendant de la Région qui achète, aménage et gère des forêts et des sites écologiques et protège des terres agricoles de l urbanisation. Le programme Forestiers juniors fonctionne depuis 1998 sur trois sites avec neuf éco-animateurs. Il avait démarré sur Bondy-Sevran en 1992 avec un seul animateur. Devant le succès de cette démarche, en 1998, nous avions décidé, bénéficiant du dispositif nouveaux emplois nouveaux services, de l étendre sur deux autres sites. En janvier 2002, la fin de ces contrats se rapprochant, s est posée la question Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 18

20 Table-ronde: «Construire un partenariat...» de la pérennisation de ces emplois. Craignant qu elle ne soit pas possible, la Direction a proposé aux éco-animateurs de constituer une association de manière à poursuivre cette prestation que les bénéficiaires payeraient. Cinq éco-animateurs se sont engagés dans cette démarche, aidés par l Etat, la Région et ADEO. Nous avons constaté, au bout d un an, que demeuraient trois problèmes. D une part, les démarches faites par les éco-animateurs auprès des différentes communes ont fait apparaître qu environ 30 % seulement des crédits nécessaires pour pérenniser ces cinq postes faisaient l objet de promesses de financement. Pérenniser cinq postes paraissait alors difficile. D autre part, cette démarche étant le fait de cinq animateurs, pour quatre autres les questions de la pérennisation se posaient malgré tout. Enfin, jusqu à présent, le programme était une prestation gratuite et il se serait agit, via la SCOP, de faire payer cette prestation par les écoles et communes bénéficiaires avec le risque de conserver une prestation d éducation à l environnement uniquement dans des communes et écoles riches. Cette question préoccupe depuis longtemps l Agence et nous a conduit en juillet à rediscuter avec nos élus. Nous leur avons rappelé que le 27 janvier 2001, une délibération du Conseil régional avait reconnu l éducation à l environnement comme faisant partie de la valorisation des forêts régionales et avait confié à l Agence des espaces verts le soin de la mettre en œuvre par le biais du programme Forestiers juniors. Nous nous sommes faits soutenir par l Inspection générale de la Région, laquelle a reconnu que nous disposions d un argument majeur pour essayer de faire pérenniser ces postes. Nous avons entrepris auprès de la Direction des Affaires financières et de la Direction générale des Services de la Région, une demande de budget supplémentaire pour la pérennisation de ces postes en La Direction générale des Services a récemment accepté le projet de budget permettant d intégrer, dès janvier 2004, les neuf éco-animateurs en qualité d animateur territorial contractuel (cadre d emplois de catégorie B de la fonction publique territoriale), qui seront recrutés sur des contrats à durée déterminée. Ces contrats seront assortis d une clause obligeant ces animateurs à s inscrire et à passer le concours d animateur territorial. C est un élément qui devra être préalablement voté par le Conseil Régional en décembre 2003, lors de l examen et du vote du budget régional. Le budget de cette opération pour l Agence des Espaces Verts salaires formation et frais de gestion représente actuellement par an, pris en charge par l Etat, l Agence de l Eau Seine-Normandie et le CAPARIF. Il s agira demain d augmenter cette somme afin de tenir compte du passage d emplois dits «emplois jeunes» à des emplois de catégorie B qui est une reconnaissance officielle du niveau de formation des éco-animateurs. Patrick NEVEU Vos expériences font part de la nécessité de penser son modèle économique et de se professionnaliser pour évoluer vers d autres partenariats. Derrière le métier d animateur se profile le métier de gestionnaire. Michèle CAYOL Notre association est une association d éducation à l environnement urbain créée il y a cinq ans environ sur le territoire particulier de la Seine-Saint-Denis. Notre démarche est différente de celles des autres associations d éducation à l environnement. Le département ayant des préoccupations sociales sans visées environnementales, nous avons démarré sur un territoire vierge d associations d éducation à l environnement. L association est partie de l initiative d un porteur de projet. La démarche était de se positionner sur Conseil régional Ile-de-France - mercredi 24 septembre 2003 Page 19

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France

APPEL A PROJETS 2010. Axe d intervention 4. Version corrigée Mars 2010. PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France PO FSE 2007-2013 «Compétitivité régionale et emploi» Ile-de-France Contacts Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle d Ile de France Orientation et appui Service FSE

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence.

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence. 1 Une mission «coopération décentralisée» existe depuis 8 ans à l ARENE Île-de-France. Résultat d une délibération sur l action internationale votée par la Région Île-de-France souhaitant que celle ci

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics Délégation régionale Aquitaine /2015 Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics CALENDRIER PREVISIONNEL 1 CNFPT - DELEGATION AQUITAINE LES PREPARATIONS AUX CONCOURS ET

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Consolider le développement du Jardin

Consolider le développement du Jardin Association «Solidarité & Initiative» pour le développement du Jardin de Cocagne de la Haute Borne pour la création de la Table de Cocagne de la Haute Borne Projet 2014 Adresse : 10 rue Héloïse Europarc

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Les Chantiers de jeunes bénévoles

Les Chantiers de jeunes bénévoles Les Chantiers de jeunes bénévoles (instruction n 01-241 JS) I PREAMBULE Le chantier de jeunes bénévoles permet à des jeunes, à travers la réalisation collective d une activité utile, un apprentissage de

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2 1 - Objectifs de la formation La formation MOSSS vise à former les cadres managers, au sein d établissements privés ou publics des secteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux ou d organismes d insertion

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence La Déclaration de Rio et les textes européens et français encouragent les collectivités territoriales à adopter des plans d actions en faveur

Plus en détail

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports

Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installations et Services des Sports Comité Ile de France ATELIER du 9 avril 2013 INFORMATIONS STATUTAIRES ET EMPLOIS S.MILED Soyons plus performants

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Les Champs des Possibles

Les Champs des Possibles Les Champs des Possibles Association Loi 1901 Lancée en 2009 1 salarié Région Île-de-France Activité L association Les Champs des Possibles accompagne des porteurs de projet à l installation en agriculture

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI REUNION DU 7 FEVRIER 2014 RAPPORT N CR-14/17.030 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'innovation dans

Plus en détail

Un réseau de partenaires

Un réseau de partenaires Profession Sport 34 Une association départementale spécialisée dans le secteur du sport et de l animation Pour développer, structurer et consolider l emploi Profession Sport 34 Un conseil d administration

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Titre certifié par l Etat de niveau II - Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES LA FORMATION EN GESTION DES

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

o Sensibiliser les jeunes et les familles à l'utilisation des TIC, o Permettre le développement de nouveaux usages au sein des établissements.

o Sensibiliser les jeunes et les familles à l'utilisation des TIC, o Permettre le développement de nouveaux usages au sein des établissements. CONTRIBUTIONS ATELIER N 4 EVALUATION DU PRAI (Plan Régional d Actions Innovatrices) de la Région Réunion Plan d action en deux volet un premier volet sur la formation et un second (qui sera l objet de

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr La Validation des Acquis de l Expérience avec l IFPASS www.ifpass.fr Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS est au service des professionnels de l assurance, qu ils

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Gard / Lozère. Formations InterEntreprises. spéciales «territoires» Accompagnement de la personne âgée

Gard / Lozère. Formations InterEntreprises. spéciales «territoires» Accompagnement de la personne âgée Formations InterEntreprises Parcours PROFESSIONNALISANT Accompagnement de la personne âgée spéciales «territoires» 2010 Gard / Lozère Des thématiques spécifiques pour répondre aux besoins des territoires

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE ETUDE ET PROPOSITIONS SEPTEMBRE 2010 SOUS LA PRESIDENCE DE : Bruno BERTHIER, Président du CCC COMITE DE PILOTAGE : Bernard BELLER, GAM BNP Paribas Bruno BERTRAND,

Plus en détail