Bienvenue à l Academy PwC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.pwc.ch/academy Bienvenue à l Academy PwC"

Transcription

1 Bienvenue à l Academy

2 Tax Excellence on Tour Forum fiscal 2014 Un événement de l Academy relatif aux nouveautés et récents développements en matière fiscale

3 Forum fiscal 2014 Imposition des personnes physiques et des sociétés 18 novembre 2014 Céline Chanson Manager Conseil fiscal et juridique

4 Agenda Rapports de travail transfrontaliers Une opération coûteuse? Limites à la planification fiscale privée Page 4

5 Rapports de travail transfrontaliers Une opération coûteuse?

6 Rapports de travail transfrontaliers Introduction De plus en plus de sociétés ont des employés qui exercent leurs activités à l'étranger. Ces activités transfrontalières soulèvent différentes questions pour la société et les employés et peuvent avoir des conséquences fâcheuses en termes de coûts en cas de planification insuffisante. Page 6

7 Rapports de travail transfrontaliers Une opération coûteuse? Détachement

8 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Coûts pour l'employeur Convention de salaire net / brut Qualification des éléments de salaire du point de vue fiscal et des assurances sociales différente selon les États Contributions aux institutions de prévoyance professionnelle (part sur-obligatoire) Forum fiscal novembre 2014 Page 8

9 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Autres aspects Autorisation de travail et de séjour dans le pays-hôte (pays de travail) Impôt sur le revenu dans le pays-hôte (pays de travail) - Shadow-payroll Page 9

10 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Que faut-il encore prendre en considération? La motivation de l'employé ne doit être compromise à cause (par exemple): - du risque de péjoration de la couverture de prévoyance du détaché; - de considérations «net en poche» du point de vue de l'employé comparaison avant et pendant le détachement. Page 10

11 Rapports de travail transfrontaliers États de fait Détachement Domicile en CH CH Contrat de travail depuis le Domicile M. X: Épouse sans activité lucrative, 1 enfant mineur Monsieur X 100% actif F CH-SA Détachement 5 ans F-SA Page 11

12 Rapports de travail transfrontaliers Détachement État de fait Monsieur X, domicilié à Lausanne avec sa famille; Marié, épouse sans activité lucrative; 1 enfant mineur; Cadre depuis le 1 er janvier 2013 auprès d'une société anonyme avec siège dans le canton de Vaud (CH-SA); Dès le 1 er janvier 2015, détachement pour une durée de 5 ans auprès d'une société-fille avec siège à Paris (F-SA). Page 12

13 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Situation personnelle du cadre Propriétaire de son logement au lieu de domicile de sa famille; La famille (épouse et enfant) du cadre reste domiciliée en Suisse durant la période de détachement; Le cadre rentre de manière régulière au domicile familial; Voiture d'entreprise, y.c. part privée; Indemnité forfaitaire pour frais; Solution de prévoyance professionnelle sur-obligatoire; Possibilité de rachat dans la caisse de pension. Page 13

14 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Ce qui est convenu Dédommagement par CH-SA pour les frais de logement et de retour au domicile familial pendant la durée du détachement. Egalisation fiscale de la charge supplémentaire entre le pays d'origine (Suisse) et le pays-hôte (France). Contrat de travail avec CH-SA demeure. Refacturation des coûts liés au salaire à F-SA. Page 14

15 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Questions Dans quel pays le cadre et sa famille sont-ils soumis à l'impôt et aux assurances sociales pendant la durée du détachement? Risque de double imposition / double obligation de cotisation? Page 15

16 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Impôts Principe Selon le droit fiscal suisse, le cadre et sa famille sont imposables de manière illimitée en Suisse en raison de leur domicile (rattachement personnel domicile en CH). Imposable sur le revenu et la fortune mondiaux. Selon le droit fiscal français, le cadre est imposable de manière illimitée en France en raison de son lieu de séjour principal, respectivement du lieu de l exercice de son activité professionnelle. Imposable sur le revenu mondial. Page 16

17 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Impôts Elimination de la double imposition (I/III) Convention de double imposition entre la Suisse et la France (CDI CH/F) Selon l'art. 4 al. 2 let. a) CDI CH/F, la Suisse doit être considérée comme l'etat de résidence (foyer d habitation permanent/ relations personnelles les plus étroites): - Tout est imposable en Suisse, sauf - Le revenu de l'activité lucrative dépendante, qui est imposable en France o Art. 17 al. 1 en lien avec art. 25 let. B al. 1 CDI CH-F Page 17

18 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Impôts Elimination de la double imposition (II/III) - Comment sera imposé le revenu selon la CDI CH-F si une partie de l activité est exercée en Suisse? - Jours de travail en Suisse F = exemption avec réserve de progressivité CH = imposition effective Jours de travail en France F = imposition effective CH = exemption avec réserve de progressivité Page 18

19 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Sécurité sociale (I/III) Accord de libre-circulation CH EU / Règlement (CE) N 883/2004 Le détachement est subordonné aux conditions suivantes: - Travail effectué uniquement en France pour le compte et dans l'intérêt de CH-SA; - Détachement possible jusqu'à 24 mois. Possibilité de demande directe auprès de l'ofas pour 5 ans; - Relation de travail directe entre Monsieur X et CH-SA pendant toute la durée du détachement. Page 19

20 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Sécurité sociale (II/III) Immédiatement avant le détachement, Monsieur X doit avoir été soumis au minimum durant un mois au droit des assurances sociales suisses. Pas possible de "succéder" à un employé précédemment détaché. Attestation de détachement: - CH-SA demande un formulaire A1 auprès de la caisse de compensation. Effets du détachement: - Monsieur X reste soumis au droit suisse pendant la durée du détachement. Monsieur X n'est soumis à aucune cotisation en France. Page 20

21 Rapports de travail transfrontaliers Détachement Solution Sécurité sociale (III/III) Membres de la famille sans activité lucrative - Etant donné que l'épouse sans activité lucrative et l'enfant mineur ne déplacent pas leur domicile selon le droit civil en France durant le détachement de Monsieur X, ils restent assurés en Suisse (AVS/AI/LAMal). - Pas de cotisations, puisque Monsieur X est actif au sens de l'avs et verse des cotisations pour un montant minimum de CHF 960. Page 21

22 Limites à la planification fiscale privée

23 Limites à la planification fiscale privée Thèmes Rachat d'années de cotisations au 2 e pilier et retrait du capital Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Dénonciation spontanée

24 Limites à la planification fiscale privée Rachat d'années de cotisations au 2 e pilier et retrait du capital

25 Limites à la planification fiscale privée Rachat d'années de cotisations au 2 e pilier et retrait du capital Imposition du retrait de capital Imposition séparée des autres revenus (impôt annuel) Confédération: 1/5 du barème ordinaire Les cantons sont libres de choisir le barème applicable Rachat et retrait successifs (trop) rapprochés (1/2) Limitation de droit fiscal basée sur l'art. 79b al. 3 1 re phrase LPP selon la jurisprudence du Tribunal fédéral: Pas de déductibilité du rachat dans la mesure où un retrait en capital a lieu dans les 3 ans suivants (délai d'attente objectivisé, la preuve d'une évasion fiscale à apporter par l'autorité fiscale n'est plus requise). ATF 2C_658/2009 du 12 mars 2010 Page 25

26 Limites à la planification fiscale privée Rachat d'années de cotisations au 2 e pilier et retrait du capital Rachat et retrait successifs (trop) rapprochés (2/2) Le versement de l'avoir de prévoyance avec prise en considération du délai de 3 ans est possible selon le principe "First-In-First-Out". Mais d'un point de vue fiscal, c'est le principe "Last-In-First-Out" qui prévaut! Conséquence: L'institution de prévoyance peut certes verser l'avoir de prévoyance accumulé avant le rachat dans le délai de 3 ans, néanmoins dans ce cas, la déductibilité du rachat sera refusée (augmentation du revenu imposable). Page 26

27 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société

28 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Cas pratique État de fait Charles Clever est actionnaire à 100% de X SA. En 2011, Charles Clever a acheté pour sa cave privée des vins rares d'une valeur de CHF 100'000. La facture a été payée par X SA et les coûts ont été comptabilisés dans X SA en tant que frais de publicité. Après que Charles Clever et X SA ont été taxés de manière définitive pour la période fiscale 2011, les Autorités fiscales qualifient en 2014 la comptabilisation de ces frais privés de dépenses non justifiées par l usage commercial et donc de prestation appréciable en argent. Page 28

29 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Cas pratique Questions Quelles sont les conséquences fiscales pour: X SA? Charles Clever? Page 29

30 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour X SA (1/2) Conséquences en matière de droit pénal fiscal X SA est, en tant que sujet fiscal, responsable des impôts dus et qu'elle aurait soustraits (art. 181 LIFD). Les dépenses privées comptabilisées doivent être qualifiées de distributions dissimulées de bénéfice. La taxation ayant force de chose jugée, il s'agit d'une soustraction consommée, commise de manière intentionnelle (art. 175 LIFD): Procédure pénale avec amende (en fonction de la faute, selon art. 175 al. 2 LIFD; en cas de faute grave, jusqu'à 3 fois le montant de l'impôt soustrait). Page 30

31 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour X SA (2/2) Impôt sur le bénéfice Procédure en rappel d'impôt selon les art. 151 ss. LIFD. Réintégration dans le bénéfice imposable de la charge de CHF 100'000 pour l'année Prélèvement d'intérêts de retard sur la dette fiscale additionnelle. Impôt anticipé Versement de l'impôt anticipé sur la prestation appréciable en argent de CHF 100'000 à l'afc (CHF 35'000 dans le cas où Charles Clever supporte la charge, sinon CHF 53'846, calcul "brut pour net"). Déclaration de l'impôt anticipé au moyen de la formule 102. Intérêts de retard de 5% (dès 30 jours après l'exigibilité). Page 31

32 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (1/10) Conséquences en matière de droit pénal fiscal (1/4) La taxation ayant force de chose jugée, il s'agit d'une soustraction consommée, commise intentionnellement (art. 175 LIFD): Procédure pénale avec amende (en fonction de la faute, selon art. 175 al. 2 LIFD; en cas de faute grave, jusqu'à 3 fois le montant de l'impôt soustrait). Page 32

33 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (2/10) Conséquences en matière de droit pénal fiscal (2/4) Partant du principe que Charles Clever a signé la déclaration d'impôt et les comptes annuels de X SA, il se rendrait coupable de complicité de soustraction fiscale par X SA (art. 181 al. 3 LIFD en lien avec l'art. 177 LIFD): Procédure pénale avec amende (en fonction de la faute, selon art. 175 al. 2 LIFD; en cas de faute grave, jusqu'à 3 fois le montant de l'impôt soustrait, avec éventuellement réduction en raison de l'amende pour la soustraction fiscale personnelle). Page 33

34 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (3/10) Conséquences en matière de droit pénal fiscal (3/4) Par la comptabilisation des coûts relatifs au vin en tant que frais de publicité, un titre (comptes annuels) a été falsifié, ce qui a conduit à induire les Autorités fiscales en erreur: Faits constitutifs d'un usage de faux (Art. 186 LIFD, en concours avec la soustraction fiscale). Procédure pour usage de faux punie de l'emprisonnement (jusqu'à 3 ans), respectivement de l'amende (art. 186 al. 1 LIFD). Page 34

35 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (4/10) Conséquences en matière de droit pénal fiscal (4/4) De même, la Confédération s'est vue privée de l'impôt anticipé correspondant à cette prestation appréciable en argent: Faits constitutifs d'une soustraction de l'impôt anticipé (art. 61 let. a LIA). Amende (en fonction de la faute, selon l'art. 61 LIA jusqu'à CHF 30'000 ou 3 fois le montant d'impôt soustrait). Page 35

36 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (5/10) Impôt sur le revenu Procédure en rappel d'impôt selon les art. 151 ss. LIFD. Réintégration des CHF 100'000 au revenu imposable Eventuellement: imposition privilégiée. Prélèvement d'intérêts de retard sur l'impôt sur le revenu supplémentaire dû. Amendes et éventuelle peine d'emprisonnement. Page 36

37 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (6/10) Impôt anticipé Charles Clever (contribuable) doit payer l'impôt anticipé sur la prestation appréciable en argent à X SA (débitrice de l'impôt). A défaut, calcul "brut pour net" dans X SA (montant complémentaire à qualifier de nouvelle prestation appréciable en argent). Page 37

38 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (7/10) Restitution de l'impôt anticipé (1/4) Requiert entre autres une déclaration conforme aux exigences légales par Charles Clever des revenus et de la fortune soumis à l'impôt anticipé aux Autorités fiscales. Restitution en cas de déclaration conforme aux exigences légales au sens de l'art. 23 LIA selon la circulaire AFC n 40 du 11 mars 2014: Déclaration des revenus frappés de l'impôt anticipé et de la fortune d'où proviennent de tels revenus (1) par le contribuable (2) dans la première déclaration fiscale consécutive à l'échéance du rendement (3) aux Autorités fiscales compétentes. Page 38

39 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (8/10) Restitution de l'impôt anticipé (2/4) Les revenus imposables annoncés spontanément par le contribuable après le dépôt de la déclaration fiscale, mais au plus tard jusqu'à l'entrée en force de la taxation ordinaire, sont également considérés comme correctement déclarés. La demande doit être déposée dans les 3 ans après l'expiration de l'année civile au cours de laquelle la prestation est échue (art. 32 al. 1 LIA). Page 39

40 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (9/10) Restitution de l'impôt anticipé (3/4) Pas de restitution à défaut de déclaration conforme aux exigences légales au sens de l'art. 23 LIA selon la circulaire AFC n 40 du 11 mars 2014: Déclaration des rendements effectuée suite à une demande, une injonction ou une quelconque intervention de l'autorité fiscale au sujet de ces rendements. MAIS: de simples corrections (erreur de transcription, différence d'évaluation, etc.) par l'autorité fiscale ne conduisent pas à la déchéance du droit au remboursement sur le montant repris. Page 40

41 Limites à la planification fiscale privée Risques fiscaux lors de la comptabilisation de frais privés dans une société Conséquences fiscales pour Charles Clever (10/10) Restitution de l'impôt anticipé (4/4) Charles Clever n'a pas de droit à la restitution, puisque la période fiscale 2011 a déjà été taxée de manière définitive et que la prestation appréciable en argent ne peut pas être déclarée ultérieurement. Même si la taxation n'était pas encore définitive, le droit à la restitution ne serait pas ouvert, puisque suite à la découverte par les Autorités fiscales, il n'est plus possible de procéder à une déclaration spontanée. L'impôt anticipé (impôt de garantie) prend la forme d'une charge fiscale définitive! Page 41

42 Dénonciation spontanée

43 Dénonciation spontanée Cadre légal Possibilité d éviter toute amende lorsque le contribuable annonce une soustraction d impôt de manière spontanée et pour la première fois, à condition: - Que l autorité fiscale n en ait pas connaissance - Qu il collabore sans réserve avec l administration - Qu il s efforce d acquitter le rappel d impôt dû. Contexte politique - Amnistie fiscale? - Secret bancaire? - Recommandations du GAFI Page 43

44 Personnes de contact et experts François Burgat Directeur, Conseil fiscal et juridique Neuchâtel Frédéric Dubois Senior Manager, Conseil fiscal et juridique Neuchâtel Céline Chanson Manager, Conseil fiscal et juridique Neuchâtel Forum fiscal November 2014 Page 44

45 Franchir les barrières fiscales et douanières L actualité du commerce transfrontalier de marchandises 18 novembre 2014 Olivier Comment Senior Manager TVA/Douane

46 Que se passe-t-il au niveau international? Page 46

47 La vision Page 47

48 La réalité Aspects juridiques/ Conditions générales de vente Archivage Classement tarifaire Incoterms Sécurité Archivage Déclaration d origine Documentation Entrepôts Commerce et Logistique Vérification des documents TVA Evaluation douanière Produits dangereux Accords avec Partenaires «Logistique» Droits de douane Programmes commerciaux Partage de connaissances Equipe de douane Normes existantes Entreprise Processus IT Personnes Technologie Respect Gouvernance Aspects de la révision interne ERP Rôles et responsabilités Formation Directives Procédé de contrôles Page 48

49 Franchir les barrières douanières Acteurs concernés Administration des douanes Administration des douanes Expéditeur Bureau de douane Exportateur Déclarant FRONTIERE Bureau de douane Importateur Déclarant Destinataire Transitaire Page 49

50 Franchir les barrières douanières Nationalité des marchandises Indications de provenance apposées sur les produits «Swiss Made», Institut fédéral de la Propriété Intellectuelle Origine non préférentielle Pays sans accord de libre-échange, réglementations nationales Autres, entraves non tarifaires aux échanges commerciaux Certification par la chambre de commerce Origine préférentielle Allégement douanier Pays avec accord de libre-échange, en vertu de l accord respectif Application via l administration des douanes concernée Il y a origine et origine! Différences de réglementation Page 50

51 Franchir les barrières douanières «Jouer» avec l accord de libre-échange Chaussures de sport (partie supérieure en matière textile), Numéro de tarif douanier Importation UE : Droit de douane 16.9% CH CN Origine préf. CH-CN Origine préf. CH-EU UE Importation CH : Droit de douane 0.00 CH CH Importation CH : Droit de douane 0.00 Page 51

52 Franchir les barrières douanières et fiscales Documentation Commerce & Logistique Personnes Gouvernance Page 52

53 Le programme de la Commission Européenne DK CY IE LT GR IT LV LU Présidence de l'ue Évaluation des structures actuelles de taux de TVA Propositions de nouvelles structures de taux de TVA Rapport sur les mesures de lutte contre la fraude Introduction d un accord pour un mini guichet unique Élargissement de l'accord sur le guichet unique Examen du système de destination et régime de taxation des flux commerciaux intra-ue Propositions de régime définitif Rapport «Article 12» Propositions d'un mécanisme d intervention rapide en cas de fraude Propositions pour l'élargissement de la base d'imposition - incluant une proposition concernant les organismes publics Étude sur une déclaration standardisée de la TVA Proposition pour une déclaration standardisée de la TVA Standardisation des autres obligations liées à la TVA, telles que l'immatriculation et la facturation Enquêtes supplémentaires sur les nouvelles méthodes de collecte des impôts et SAFT-T Forum européen tripartite sur la TVA et coopération des pays du tiers monde Faisabilité sur la création d'une équipe d'audit transfrontalière et élargissement d'un accès automatisé à l'information Publication des lignes directrices du Comité sur la TVA et notes explicatives sur la nouvelle législation avant l'entrée en vigueur des nouvelles règles Création d'un portail web pour la TVA européenne impleun système Un système Protection et Principe de de TVA plus de TVA fiabilité contre Forum fiscal 2014 destination simple efficace les fraudes 18 novembre 2014 Page 53

54 Sommaire L harmonisation et la coopération s accélèrent!! Le programme de la Commission Européenne Les rulings transfrontaliers L OCDE a formé un groupe de travail sur la TVA Page 54

55 Le FEC Page 55

56 FEC et TVA : un outil redoutable ou un gadget? Aucun recul à ce jour Les informations fournies par le FEC 1. Le code journal de l écriture comptable 2. Le libellé journal de l écriture comptable 3. Le numéro sur une séquence continue de l'écriture comptable 4. La date de comptabilisation de l'écriture comptable 5. Le numéro de compte (PCG 99) 6. Le libellé de compte 7. Le numéro de compte auxiliaire 8. Le libellé de compte auxiliaire 9. La référence de la pièce justificative 10. La date de la pièce justificative 11. Le libellé de l'écriture comptable 12. Le montant au débit 13. Le montant au crédit 14. Le lettrage de l écriture comptable 15. La date de lettrage 16. La date de validation de l écriture comptable 17. Le montant en devise 18. L identifiant de la devise Page 56

57 Personne de contact Olivier Comment Senior Manager, TVA/Douane Lausanne Page 57

58 Merci! This publication has been prepared for general guidance on matters of interest only, and does not constitute professional advice. You should not act upon the information contained in this publication without obtaining specific professional advice. No representation or warranty (express or implied) is given as to the accuracy or completeness of the information contained in this publication, and, to the extent permitted by law, PricewaterhouseCoopers AG, its members, employees and agents do not accept or assume any liability, responsibility or duty of care for any consequences of you or anyone else acting, or refraining to act, in reliance on the information contained in this publication or for any decision based on it All rights reserved. In this document, refers to PricewaterhouseCoopers AG which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity.

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers www.pwc.lu Conférence Kluwer Actualités comptables et fiscales Le projet de loi 6376 : un complément à la loi du 10 décembre 2010 Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers Agenda 1. Le processus

Plus en détail

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement www.pwc.lu Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement Laurent Gateau Introduction Différents systèmes comptables au sein de l entreprise Les différentes définitions du terme «système»

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015

www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015 www.pwc.com CCIG - Petit déjeuner des PME et des start-up Genève - 27.02.2015 Stratégie commerciale & opérationnelle Alexandre Cherix, Advisory Consulting Suisse 2 «Top 10» des erreurs fréquentes pour

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

TVA en matière douanière

TVA en matière douanière www.pwc.com Petits Déjeuners 2016 Genève TVA en matière douanière 25 November 2016 Olivier Comment Directeur/Fiscalité indirecte Introduction: le commerce mondialisé le bol de spaghettis PwC 2 Concepts

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016

AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016 www.pwc.com AGA Macron et autres mesures d attractivité mars 2016 Régime des impatriés (articles 155-B du CGI) étendu par la 1/2 Changement du régime applicable depuis 2005 selon lequel le changement d'employeur

Plus en détail

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013 www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie Plan 1. Introduction: le projet budgétisation et gouvernance publique transparente en Tunisie 2. Le plan du rapport

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

Conférence Fidélisation des collaborateurs par la prévoyance BIENVENUE

Conférence Fidélisation des collaborateurs par la prévoyance BIENVENUE Conférence Fidélisation des collaborateurs par la prévoyance BIENVENUE Fribourg, le 17 octobre 2013 Accessjob The HR differently La fidélisation des collaborateurs The HR differently / Les RH autrement

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology Global State of Information Security Survey 2013 24 mai 2013 Etat des Lieux dans le monde, en Europe et en Suisse Antoine Berthaut Director Business Technology Que se passe-t-il? Mai 2013 2 Florilège d

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

La liquidation partielle indirecte: les nouvelles disposition dans la pratique

La liquidation partielle indirecte: les nouvelles disposition dans la pratique La liquidation partielle indirecte: les nouvelles disposition dans la pratique Genève, le 17 octobre 2006 En collaboration avec: Avec la participation de: Modération: M. Ralph Hefti, Conseiller en rachat

Plus en détail

Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève

Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève FONCTIONNAIRES INTERNATIONAUX Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève Administration fiscale cantonale Direction de la taxation 10 avril 2014 Bertrand BANDOLLIER 1 Bases théoriques [pages 3

Plus en détail

Instructions concernant le règlement des examens

Instructions concernant le règlement des examens Instructions concernant le règlement des examens édictées par la Conférence suisse des impôts 1 re édition / 29.11.2004 / 6.12.2006 / 15./16.1.2009 / 13.6.2013 / 21 juillet2014 Instructions concernant

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise www.pwc.ch/academy Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise 26 septembre 2012 Centre Patronal Programme 17h00 Introduction Dino Venezia, Président de la Fédération patronale

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES CANTON DE VAUD DEPARTEMENT DES FINANCES ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES Disparition du statut spécial de l article 59 ter de la loi du 26 novembre 1956 sur les impôts

Plus en détail

Attirer, motiver et fidéliser par la rémunération. Le 18 mars 2016

Attirer, motiver et fidéliser par la rémunération. Le 18 mars 2016 www.pwc.com Attirer, motiver et fidéliser par la rémunération Petit déjeuner des PME et des start-up du Service de la promotion économique de Genève Le Agenda Stratégie d entreprise et de rémunération

Plus en détail

COMMUNE DE BAGNES SERVICE DES CONTRIBUTIONS. Déclaration des contribuables Hors-Pays. Présentation AGIV

COMMUNE DE BAGNES SERVICE DES CONTRIBUTIONS. Déclaration des contribuables Hors-Pays. Présentation AGIV Déclaration des contribuables Hors-Pays Présentation AGIV Présentation AGIV 1) Généralités 2) Déclaration Hors-Pays 2012 3) Revenus d immeubles 4) Achat et vente en cours d année 5) Dettes et intérêts

Plus en détail

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3 www.pwc.com 27 novembre 2012 Jean-Sebastien Lassonde Xavier Franquet Jean-Baptiste Bluche 1. Vue d ensemble Diapositive 3 1. Vue d ensemble Type d investisseur Compagnies d assurance Propriétaires Portefeuilles

Plus en détail

Newsletter. N 1/2011 Novembre 2011 EDITORIAL

Newsletter. N 1/2011 Novembre 2011 EDITORIAL Newsletter N 1/2011 Novembre 2011 EDITORIAL 2011 aura été synonyme de changements et d évolution tant pour notre entreprise qu en matière de fiscalité. En effet, «à l interne», nous avons eu le plaisir

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Comment remplir le formulaire «Demande de rectification 2014»

Comment remplir le formulaire «Demande de rectification 2014» Comment remplir le formulaire «Demande de rectification 2014» DONNEES PERSONNELLES DU CONTRIBUABLE... 1 DONNÉES PERSONNELLES DU CONJOINT... 3 DONNÉE DES ENFANTS... 3 COORDONNEES BANCAIRES POUR UN EVENTUEL

Plus en détail

Gestion des assurés. Aperçu. Caractéristiques. Les avantages

Gestion des assurés. Aperçu. Caractéristiques. Les avantages Aperçu La gestion des assurés comprend tous les processus opérationnels et les fonctions qui se réfèrent à une personne assurée. Leurs fonctions élémentaires sont également à la disposition des autres

Plus en détail

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014 www.bdo.lu 1 11 Introduction Cher client, La loi concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures a

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen»

La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen» www.pwc.com/lu/sustainability «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen» Agenda Les critères du système DGNB Avantages d une Certification DGNB Projets actuels «certification DGNB» 2 «Deutsches Gütesiegel

Plus en détail

La nouvelle loi sur la TVA Généralités, pourquoi, comment?

La nouvelle loi sur la TVA Généralités, pourquoi, comment? La nouvelle loi sur la TVA Généralités, pourquoi, comment? Les petits déjeunersd des PME et des start-up Intervenant Alexandre Sadik Expert fiscal diplômé Associé Tax & Legal Services Responsable du Conseil

Plus en détail

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010 La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers Entrée en vigueur le 01.01.2010 Pascale Maudry-Vonlanthen, Inspection fiscale et des remises 1 I. Bases légales

Plus en détail

Salon des Frontaliers Edition 2015. La création d entreprise en Suisse

Salon des Frontaliers Edition 2015. La création d entreprise en Suisse Salon des Frontaliers Edition 2015 La création d entreprise en Suisse Sommaire 1. Entreprise individuelle (EI) 2. Succursale d une entreprise étrangère 3. Société à responsabilité limitée (Sàrl) 4. Société

Plus en détail

La génération Y au travail Comprendre la main-d œuvre à venir

La génération Y au travail Comprendre la main-d œuvre à venir www.pwc.com/ca La génération Y au travail Comprendre la main-d œuvre à venir Présentation pour la semaine de PP 2013 de l Institut de la gestion financière Présentateurs Lori Watson Partner Ryan Lotan

Plus en détail

Enumération non exhaustive - Tous les chiffres sont en CHF ICC : Impôt Cantonal et Communal / IFD : Impôt Fédéral Direct

Enumération non exhaustive - Tous les chiffres sont en CHF ICC : Impôt Cantonal et Communal / IFD : Impôt Fédéral Direct DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2013 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Enumération non

Plus en détail

Remplacée. basées sur le web

Remplacée. basées sur le web Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA concernant la pratique 06 Nouveau droit comptable; comptabilité simplifiée et limitée dans le cadre de la TVA Département fédéral des finances DFF Administration

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure épargne 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu MODIFICATION DES REGLES DE COORDINATION DES SYSTEMES DE SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPEENNE A PARTIR DU 1 er MAI 2010 Règlement CE 883/2004 et règlements d application CE 987/2009 et CE

Plus en détail

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE)

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) REGLEMENT DES STRUCTURES D ACCUEIL COLLECTIF - UAPE DU RESEAU AJERE 1.- CADRE GENERAL L Unité d accueil pour écoliers (ci-après UAPE) de

Plus en détail

Nouveautés fiscales 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Laurent Gillioz

Nouveautés fiscales 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Laurent Gillioz Nouveautés fiscales 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Laurent Gillioz Agenda Personnes physiques Frais de garde et déductions pour enfants Versements en faveur de partis politiques Impôt confiscatoire

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 25 janvier 2013 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP)

concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP) 8.. Ordonnance du 8 novembre 0 concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du novembre 995 d application de la loi fédérale sur l assurance-maladie

Plus en détail

La transnationalisation de la relation de travail appliquée au sport professionnel : le concept de la succursale luxembourgeoise

La transnationalisation de la relation de travail appliquée au sport professionnel : le concept de la succursale luxembourgeoise La transnationalisation de la relation de travail appliquée au sport professionnel : le concept de la succursale luxembourgeoise Presentation UCPF 04/2006-1- Deloitte est l un des premiers cabinets de

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015 Petit déjeuner des PME et start-ups Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable Katharina Blattner 27 novembre 2015 Sommaire SUJET 3 types d assujettissement pour sociétés suisses 3 Assujettissement

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante (OIBL) 642.114 du 17 février 2010 (Etat le 1 er janvier 2011) Le Conseil fédéral

Plus en détail

La création d entreprise en Suisse

La création d entreprise en Suisse La création d entreprise en Suisse Sommaire 1. Entreprise individuelle (EI) 2. Succursale d une entreprise étrangère 3. Société à responsabilité limitée (Sàrl) 4. Société anonyme (SA) 5. TVA : Réaliser

Plus en détail

Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle?

Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle? Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle? Florian Magnollay, Partner Expert-comptable diplômé Expert en finance et en controlling Responsable du marché Assurances Suisse Romande

Plus en détail

Planning the Year End

Planning the Year End www.pwc.be Quels sont les changements TVA à partir du 1er janvier et les développements majeurs en matière de commerce international? Lionel Wielemans Director Nicolas Urien Manager www.pwc.be Table des

Plus en détail

Performance environnementale des bâtiments tertiaires. Comparaison du cycle de vie de bâtiments acier et béton - Etude de cas : CIMbéton

Performance environnementale des bâtiments tertiaires. Comparaison du cycle de vie de bâtiments acier et béton - Etude de cas : CIMbéton www.pwc.com Performance environnementale des bâtiments tertiaires Comparaison du cycle de vie de bâtiments acier et béton - Etude de cas : CIMbéton Novembre 2011 Plan de l exposé L ACV appliquée au bâtiment

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

Incidences fiscales: La nouvelle loi fédérale sur l'imposition des participations de collaborateur

Incidences fiscales: La nouvelle loi fédérale sur l'imposition des participations de collaborateur Incidences fiscales: La nouvelle loi fédérale sur l'imposition des participations de collaborateur Ralf Pawolleck, Executive Director, Ernst & Young Genève La nouvelle loi sur l imposition des participations

Plus en détail

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne Règlement de subventions Décembre 2014 Page 2/ 11 Table des matières Contenu 1. Situation actuelle... 5 2. Proposition d organisation...

Plus en détail

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE DES FONDATIONS ET DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Rue du Stand 26 CP 3937 1211 Genève 3 Tél. 022 / 546.05.00 Fax 022 / 546.05.13 Circulaire d'information à toutes les

Plus en détail

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source (du 23 novembre 1998) A. Conditions pour l'imposition complémentaire 1 Sont soumis à l'imposition

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE Les procédures de rectification de l'impôt Introduction L'administration fiscale procède régulièrement à des contrôles des sommes

Plus en détail

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Conseil national Session de printemps 05 e-parl 8.0.05 :58 - -.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du novembre 0 Propositions de la Commission

Plus en détail

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP)

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Feuille d information du 1 er janvier 2006 1. Base juridique et but

Plus en détail

Règlement de la Fondation Epargne 3

Règlement de la Fondation Epargne 3 Le présent règlement a été édicté par le Conseil de Fondation le 15 novembre 2006 en vertu de l article 4 des Statuts de la Fondation de prévoyance Epargne 3 et, notamment, de la loi fédérale du 25 juin

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Michael Sime : Directeur Associé, EY Paris Bâle, le 28 novembre 2013 Régime fiscal des frontaliers Petit rappel

Plus en détail

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier

Règlement de placement de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier de REVOR Fondation communautaire 2 e pilier Approuvé par le Conseil de fondation le 15 décembre 2010 Sommaire 1. Principes réglementaires et légaux... 2 2. Solution de compte... 2 3. Stratégie de placement...

Plus en détail

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Fondation collective Vita L essentiel en bref Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Le présent guide permet de regrouper pour vous les principales informations

Plus en détail

POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE

POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE GUIDE POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE Petite enfance Page 1/10 Tél. +41 (0)22 899 10 37 Fax +41 (0)22 899 10 20 541.01.021 Politique tarifaire 12.12.docx SOMMAIRE 1 COTISATION

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up La rémunération et ses composantes

Petit-déjeuner des PME et des start-up La rémunération et ses composantes Petit-déjeuner des PME et des start-up La rémunération et ses composantes Mme Emanuelle Brulhart, titulaire du brevet d avocat M. Patrick Couasnon, titulaire du brevet d avocat, LLM Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

Réforme de l imposition des entreprises

Réforme de l imposition des entreprises Réforme de l imposition des entreprises 30 novembre 2010 - Martigny Laurent Tschopp Expert fiscal diplômé lic. oec. HSG Martigny Sion Sierre Crans-Montana Monthey Structure de la présentation Rappel des

Plus en détail

Les Incitations Fiscales à l Exportation. Thème animé par: Mr Sami OUANNES Expert Comptable

Les Incitations Fiscales à l Exportation. Thème animé par: Mr Sami OUANNES Expert Comptable Les Incitations Fiscales à l Exportation Thème animé par: Mr Sami OUANNES Expert Comptable Les Incitations Fiscales à l Exportation Cadre réglementaire: Code d incitation aux Investissements Régime totalement

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Règlement interne Edition 2015

Règlement interne Edition 2015 Règlement interne Edition 2015 En vertu de l article 5 des statuts du 16 juin 2014, le Conseil de Fondation édicte le règlement suivant : Art. 1 Indemnisation des membres du Conseil de Fondation 1. Pour

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Aperçu des avantages et des inconvénients nients du choix de la forme juridique (raison individuelle / SA ou Sàrl) Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Nicolas Cottier Avocat Sommaire 1.

Plus en détail

Page 1. Actualité fiscale de l entrepreneur et de sa société. Généralités (1) Les rendez-vous de l économie. Centre Patronal Paudex

Page 1. Actualité fiscale de l entrepreneur et de sa société. Généralités (1) Les rendez-vous de l économie. Centre Patronal Paudex Les rendez-vous de l économie Actualité fiscale de l entrepreneur et de sa société Centre Patronal Paudex 6 mars 2014 La nouvelle loi sur les participations de collaborateurs et l impact en cas de vente

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Planification de la retraite et caisse de pension: Rente ou capital?

Planification de la retraite et caisse de pension: Rente ou capital? Conférence AROMED du 23 septembre 2015 Planification de la retraite et caisse de pension: Rente ou capital? Par Jean-Marc Morier Conseiller en planification patrimoniale ROUTE DE BERNE 52, CP 128, 1000

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 204 du brevet Allocations pour perte de gain (APG), Allocations de maternité (AMat) et Allocations

Plus en détail

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013)

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) 1. Définition Solution Libre Revenu est une offre présentée sous forme d un contrat unique et structurée autour d un compte d épargne

Plus en détail

Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt

Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt Rapport complémentaire au rapport «Passage du principe de l imposition selon la capacité économique subjective au principe de l

Plus en détail

Table des matières. adopté par l'organe paritaire le 19. novembre 2007 - Etat au 1 er janvier 2015

Table des matières. adopté par l'organe paritaire le 19. novembre 2007 - Etat au 1 er janvier 2015 Règlement de prévoyance pour les personnes employées et les bénéficiaires de rentes de la Caisse de prévoyance de l'institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle (RP-IPI) adopté par l'organe paritaire

Plus en détail

Swiss Post GLS Dédouanement UE pour les colis à l exportation

Swiss Post GLS Dédouanement UE pour les colis à l exportation Swiss Post GLS Dédouanement UE pour les colis à l exportation Leading partnership in parcel logistics De nouvelles possibilités pour les exportations suisses: les solutions de dédouanement UE de Swiss

Plus en détail

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR ACI - NOVEMBRE 2013 Département des finances et des relations extérieures Administration cantonale des impôts Nouvelles dispositions fédérales entrées en vigueur au 1 er

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 30 mars 2012 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009 Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Présentation de la nouvelle loi sur la taxe sur la valeur ajoutée Court aperçu sur les changements essentiels de la nouvelle loi sur la TVA Assujettissement

Plus en détail

Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes

Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes Ordonnance concernant l'assurance-maladie obligatoire et les réductions individuelles des primes du 16 novembre 011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 17 de la loi cantonale sur l'assurance-maladie

Plus en détail

Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013

Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013 20 septembre 2012 Elisabeth Ashworth, Anne Grousset, Nathalie Pétrignet, avocats associés, Caroline Moroni-Seror et Marie-Odile Duparc,

Plus en détail

Les produits de rentes viagères des Rentes Genevoises. Conférence 2015 - Salon des transfrontaliers

Les produits de rentes viagères des Rentes Genevoises. Conférence 2015 - Salon des transfrontaliers Les produits de rentes viagères des Rentes Genevoises Conférence 2015 - Salon des transfrontaliers Présentation succincte du système des 3 piliers en Suisse Le système des 3 piliers en Suisse 1 er pilier

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT 1) DEFINITION LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT Fiche techniq Document comptable qui constate les conditions de vente de biens ou de services, elle est obligatoire pour toutes les ventes entre professionnels

Plus en détail

Philippe SCHWARM Administrateur délégué Gonet Conseils Finances SA

Philippe SCHWARM Administrateur délégué Gonet Conseils Finances SA Philippe SCHWARM Administrateur délégué Gonet Conseils Finances SA Thèmes Le système de prévoyance en Suisse Les différentes assurances sociales Coordination Prestations des différentes assurances sociales

Plus en détail

Société fiduciaire Lausanne

Société fiduciaire Lausanne Société fiduciaire Lausanne Centre Général Guisan, Pully Intervenants -2- Société fiduciaire Lausanne Imposition du couple et de la famille Sommaire Introduction Contexte et objectifs de la réforme Principes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail