RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES"

Transcription

1 RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité des Experts Durée de l étude Objectif de l étude Efficacité à 6 mois de la cure thermale dermatologique La Roche Posay sur la xérose cutanée de la zone cicatricielle chez des patientes traitées pour un cancer du sein par la séquence chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie SENOTHERMES 2013-A AFSOS - Association Francophone pour les Soins Oncologiques de Support représenté par le Pr Ivan KRAKOWSKI Institut de Cancérologie de Lorraine 6 avenue de bourgogne CS Vandœuvre-lès-Nancy Cedex Dr Nicolas JOVENIN Institut Jean Godinot 1 avenue du Général Koenig Reims Cedex Nicolas JOVENIN Paul De BOISSIEU Francoise SOFFRAY Fadila FARSI Didier KAMIONER Ivan KRAKOWSKI Véronique TUAL Phillipe COLOMBAT Brigitte DRENOT Méthodologiste de l étude Méthodologiste de l étude Chirurgien, Bordeaux Médecin Coordonnateur, Lyon Oncologue, Trappes Oncologue, Nancy Cadre de Santé Infirmier, Paris Hématologue, Tours Dermatologue, Nantes Durée des inclusions : 5 mois Durée de participation par patient : 32 semaines L objectif principal de cette étude est d évaluer l efficacité à 6 mois d une cure thermale dermatologique à La Roche Posay sur la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) chez des patientes traitées pour un cancer du sein par la séquence chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Les objectifs secondaires sont : - Evaluer l efficacité à 1 semaine et à 3 mois de la cure thermale sur la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la douleur au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la qualité de vie ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur le lymphœdème du membre supérieur homolatéral à la chirurgie ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la mobilité (amplitudes articulaires) du membre supérieur homolatéral à la chirurgie ; - Evaluer la tolérance et les effets indésirables de la cure thermale. Page 1 sur 7

2 Méthodologie Nombre de patients Critères d inclusion et de non inclusion L étude est conçue comme un essai comparatif en ouvert randomisé en 2 bras parallèles selon un schéma «cure immédiate» versus absence d intervention (appelée «cure différée»). Les patientes seront randomisées en 2 bras selon un ratio 1:1 : «cure immédiate» versus «cure différée». Un équilibre par centre sera respecté. Les patientes du bras «cure immédiate» partiront en cure thermale à La Roche Posay entre 8 et 12 semaines après la fin des traitements spécifiques du cancer (en l occurrence la radiothérapie). Les patientes du bras cure différée partiront en cure thermale après la fin du suivi de l étude soit au moins 9 mois après la fin des traitements spécifiques du cancer (en l occurrence la radiothérapie). La «cure» consiste en une cure thermale de 21 jours à La Roche Posay. 120 patientes seront randomisées. Les patientes du groupe «cure immédiate» qui ne débuteront pas la cure dans les 12 semaines après la dernière séance de radiothérapie seront sorties d étude et remplacées. Critères d inclusion - Femme âgée de 18 ans ou plus. - Patiente traitée pour un cancer du sein par la séquence chirurgie + chimiothérapie + radiothérapie - Fin des séances de radiothérapies depuis au moins 4 semaines et au plus 8 semaines - Patiente souffrant de xérose cutanée (au niveau de la zone traitée) avec une EVA > 4/10 - Patiente ayant engagé des démarches de prise en charge auprès de la sécurité sociale pour une cure thermale dans l orientation dermatologique dans la station thermale agréée de la Roche Posay - Les patientes encore en cours de traitement par HERCEPTIN (DCI : trastuzumab) sont acceptées - Patiente présentant un score OMS 2 - Patiente disponible pour partir en cure (21 jours) - Consentement écrit signé Déroulement de l étude Critères de non inclusion - Antécédent de cancer du sein traité par une autre séquence «chirurgie + chimiothérapie + radiothérapie» (chimiothérapie néoadjuvante, chirurgie seule, par chirurgie + radiothérapie sans chimiothérapie ou sans chirurgie ) - Patiente en cours de cycle de chimiothérapie ou de radiothérapie - Patiente porteuse d une prothèse mammaire - Score OMS > 2 - Présence d une contre-indication à une cure thermale : maladie inflammatoire en poussée, infections actives, insuffisance cardiaque (stade NYHA > 1), insuffisance respiratoire chronique, hypertension artérielle labile, maladie bulleuse - Contre-indication à la participation à une cure thermale - Antécédent de maladie dermatologique chronique - Patiente ayant déjà participé à une cure thermale depuis la chirurgie du cancer du sein - Participation à un autre essai thérapeutique en cours - Patiente sous mesure de protection juridique - Patiente enceinte ou ayant l intention de débuter une grossesse pendant la période de suivi (32 semaines maximum) - Absence de consentement écrit signé L étude comporte une visite d inclusion (évaluation initiale), et 3 visites de suivi (évaluation post cure, évaluation intermédiaire et évaluation finale) pour le groupe «cure immédiate» et 2 visites de suivi (évaluation intermédiaire et évaluation finale) pour le groupe «cure différée». Page 2 sur 7

3 Une évaluation est réalisée par la patiente et par l investigateur à chaque visite de l étude. L évaluation est détaillée ci-dessous : - par la patiente : érose cutanée (EVA), Questionnaire QLQ-C30 et module BR23, Douleur (EVA et DN4) - par l investigateur : Score OMS, érose cutanée (SRRC), Amplitude articulaire, Lymphœdème, Score de Vancouver Visite1 initiale (Inclusion / Randomisation) - La visite 1 se déroule entre 4 et 8 semaines après la dernière séance de radiothérapie de la patiente. Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Revue des critères d inclusion et de non inclusion - Obtention du consentement éclairé par le patient - Recueil de l âge, de la taille et du statut tabagique - Recueil des antécédents médicaux et chirurgicaux significatifs - Recueil des caractéristiques de la chirurgie, de la chimiothérapie, de la radiothérapie, des caractéristiques de la tumeur et du type histologique - Recueil des pathologies et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Réalisation de l évaluation initiale Visite 2 post-cure (groupe «cure immédiate» uniquement) - La visite 2 se déroule dans les 7 jours suivant la cure pour les patients du groupe «cure immédiate» uniquement. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation post-cure - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueils de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) - Recueil des activités hors cure thermale lors du séjour à La Roche Posay Visite 3 intermédiaire - La visite 3 se déroule 24 semaines (+/- 7 jours) après la dernière séance de la radiothérapie. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation intermédiaire - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueils de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) Page 3 sur 7

4 Visite 4 finale Critères de jugement - La visite 4 se déroule 36 semaines (+/- 7 jours) après la dernière séance de la radiothérapie. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation finale - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueil de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) Le critère de jugement principal est la comparaison de l évaluation visuelle de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée par une EVA à 6 mois de la cure thermale pour le groupe cure immédiate et 7 mois de la randomisation pour le groupe cure différée. On conclura à une efficacité de la cure thermale de La Roche Posay si la proportion succès de l évaluation visuelle de la xérose cutanée du groupe «cure immédiate» à 6 mois de la fin de la cure est statistiquement significativement plus élevée que la proportion de succès du groupe «cure différée» à 6 mois de la randomisation. Les critères de jugement des objectifs secondaires sont : - L évaluation visuelle de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) à 3 mois de la fin de la cure pour le groupe «cure immédiate» et 3 mois de la randomisation pour le groupe cure différée. - Une comparaison sera faite entre la proportion de sujets ayant amélioré leur score de xérose cutanée évaluée par EVA, entre le bras «cure immédiate» et le bras «cure différée». - L évaluation de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) par le score SRRC à 3 et 6 mois. - Le score de qualité de vie QLQ-C30 + BR23 à 6 mois. - L évaluation de la douleur au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) par une EVA. - L évaluation du lymphœdème, par la prise de 6 mesures aux 2 membres supérieurs. - L évaluation des amplitudes articulaires du membre supérieur homolatéral à la chirurgie. - L évaluation de la cicatrice par le score de Vancouver. Page 4 sur 7

5 Analyse statistique Les variables quantitatives seront décrites (distribution) par leur effectif (n), moyenne (m), écarttype (é.-t.), médiane (med), quartiles 1 et 3 (q1 et q3), valeurs extrêmes (minimum (min) et maximum (max)) et le nombre de données manquantes (dm). Les variables qualitatives seront décrites (répartition) par leur effectif (n), le nombre de données manquantes (dm) et le pourcentage (%) de chacune des modalités de réponse. Les données manquantes ne seront pas intégrées dans les pourcentages. La comparaison des groupes à l inclusion sera effectuée à l aide : - Du test t de Student pour les variables quantitatives distribuées normalement (les effectifs étant supérieurs à 30 sujets, nous appliquons le théorème central limite), - Du test du Chi2 pour les variables qualitatives ou du test exact de Fisher dans le cas d effectifs théoriques inférieurs à 5. Tous les tests seront bilatéraux avec un risque égal à 5%. L analyse sera réalisée à l aide du logiciel SAS 9.0 (Cary, NC, USA). Page 5 sur 7

6 Schéma récapitulatif de la recherche Page 6 sur 7

7 INITIALE POST CURE* INTERMEDIAIRE FINALE T0 : Dernière séance de radiothérapie T0 +4 semaines < Visite 1 < T0 +8 semaines Visite 2* dans les 7 jours après la cure Visite 3 T0 +24 Semaine +/- 7 jours Visite 4 T0 +36 Semaine +/- 7 jours Vérification des critères d inclusion et de non inclusion Signature du consentement éclairé Age, taille, statut tabagique Caractéristiques de la tumeur, Type histologique Caractéristiques de la chirurgie (date mastectomie), de la chimiothérapie (date/type/doses) et de la radiothérapie (dates et doses) Antécédents médicaux et chirurgicaux significatifs Poids * par l investigateur : Score OMS, érose cutanée (SRRC), * Amplitude articulaire, Lymphœdème, Score de Vancouver par le patient : érose cutanée (EVA), Questionnaire QLQ-C30 et module BR23, Douleur (EVA et DN4) * Traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) * Statut vital * Evénements indésirables * Recueil des soins para- médicaux complémentaires (kinésithérapie, * acupuncture, port d un manchon de contention, ostéopathie ) Recueil des activités hors soins thermaux lors du séjour à La Roche Posay * pour le groupe «cure immédiate» uniquement Consommation de stupéfiants * * seulement pour le groupe «cure immédiate» Page 7 sur 7

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité.

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. «Travailler en cancérologie, c est d abord rencontrer des patients, découvrir leur parcours, leur combat, leurs besoins, leurs envies.

Plus en détail

L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support. w w w. a f s o s. o r g

L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support. w w w. a f s o s. o r g L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support w w w. a f s o s. o r g Création de l AFSOS et historique Créée en 2008, l AFSOS est une société savante qui a pour objet de promouvoir

Plus en détail

LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité. Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité

LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité. Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité 1 er centre Européen de Dermatologie Thermale Retrouver une VITALITé cutanée Plus de 5 siècles de thermalisme médicalisé

Plus en détail

La Commission Référentiels Réseaux Recommandations - C3R de l'afsos

La Commission Référentiels Réseaux Recommandations - C3R de l'afsos EDITO Nantes a le plaisir d accueillir les 6 èmes journées de mise en commun des référentiels en SOS! Venez profiter de quelques jours au sein de la cité des Ducs de Bretagne, aux portes de l Estuaire

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Le cancer du sein touche 1 femme sur 9 * au cours de sa vie. Si la prévention, la recherche et les traitements font d

Plus en détail

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE www.monkinevoitrose.fr Le nouveau portail LPG entièrement dédié au cancer du sein! Déjà très impliquée dans la prise en charge post-chirurgie des patientes atteintes d un cancer du sein, LPG Systems met

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009

Communiqué de presse. Bâle, le 12 décembre 2009 Communiqué de presse Bâle, le 12 décembre 2009 Meilleures chances de guérison pour les patientes souffrant de cancer du sein HER2- positif de stade précoce lorsqu elles reçoivent Herceptin pendant un an

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE Centre Hospitalier Guy de Chauliac Unité Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Chirurgie Maxillo-Faciale RECONSTRUCTION MAMMAIRE De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

Du 16 au 18 octobre 2013 Palais Brongniart - Paris 2 ème. > Les soins de support pour mieux soigner. Inscriptions au congrès sur www.afsos.

Du 16 au 18 octobre 2013 Palais Brongniart - Paris 2 ème. > Les soins de support pour mieux soigner. Inscriptions au congrès sur www.afsos. PROGRAMME_02_13_BAT13_Mise en page 1 15/03/13 15:51 Page1 Nouveauté 2013 Changement de lieu : Rendez-vous au Palais Brongniart Du 16 au 18 octobre 2013 Palais Brongniart - Paris 2 ème Le congrès de référence

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie 1.Un peu d'histoire 2.La Médecine thermale 3.La Recherche thermale et les évaluations de l'efficacité d'une cure 4.Les nouvelles formes de prise

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006)

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006) Indicateurs de qualité : cancer du sein (2001-2006) 1 1 Survie observée Dans le cadre du projet du KCE sur l évaluation d indicateurs de qualité pour le cancer du sein, la survie observée et relative à

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Magali Niederoest-Dejode

Magali Niederoest-Dejode UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2007 N T H E S E pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (Diplôme d Enseignement Supérieur de Gynécologie - Obstétrique) par Magali Niederoest-Dejode

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE BOIS-CERF CLINIQUE CECIL TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE LA RADIOTHÉRAPIE A FAIT D ÉNORMES PROGRÈS

Plus en détail

Les soins de support en oncologie. à l ère de la médecine personnalisée. 6ème. Du 15 au 17 octobre 2014. Palais Brongniart - Paris 2 ème

Les soins de support en oncologie. à l ère de la médecine personnalisée. 6ème. Du 15 au 17 octobre 2014. Palais Brongniart - Paris 2 ème 6ème Les soins de support en oncologie Du 15 au 17 octobre 2014 Palais Brongniart - Paris 2 ème à l ère de la médecine personnalisée PROGRAMME 2 è m e ANNONCE Inscriptions au congrès sur www.afsos.org

Plus en détail

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions Rôle de l ARCl 1 Définitions ARC : Assistant de Recherche Clinique TEC : Technicien d Étude Clinique Promoteur : Personne physique ou morale qui prend l initiative de la recherche Investigateur principal

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire Dr Anne MOURREGOT 24/06/2011 Historiquement, la chirurgie est ambulatoire 1230: création de la faculté de Médecine de Montpellier: la chirurgie est pratiquée dans des boutiques

Plus en détail

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute Dix conseils pour bien choisir son thérapeute Plus de la moitié des patients pensent que les médecines alternatives et complémentaires pourraient les aider en complément des traitements classiques. D autres,

Plus en détail

Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP

Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP Dr Annie Felten, Dr Olivier Duhamel, Dr Marie Koechlinet Dr Thierry

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012 Communiqué de presse Bâle, le 1 er octobre 2012 L analyse finale de l étude de phase III HERA a confirmé Herceptin administré pendant un an comme traitement standard du cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC)

QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC) QUESTIONS-REPONSES Femmes porteuses ou ex-porteuses de prothèses mammaires et survenue de lymphomes anaplasiques à grandes cellules (LAGC) 17 mars 2015 LE CONTEXTE ET LA SITUATION On estime à 400 000 le

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

Les clés de la maladie de Verneuil

Les clés de la maladie de Verneuil Adresses utiles pour plus d informations : Association Française pour la Recherche sur l Hidrosadénite (AFRH) 772 avenue du Professeur Louis Ravas 34080 Montpellier http://www.afrh.fr - http://ados.afrh.fr

Plus en détail

Item 180 : Prescription d'une cure thermale

Item 180 : Prescription d'une cure thermale Item 180 : Prescription d'une cure thermale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Définition et

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?»

«Docteur j ai encore mal, est ce normal?» «Docteur j ai encore mal, est ce normal?» Journée de formation médicale en cancérologie. Angers 5 mars 2015 Dr Thierry Delorme Département anesthésie réanimation douleur (ICO- Paul Papin) Exemple clinique

Plus en détail

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent Protocoles dans le cancer du sein CancerEst Joseph Gligorov Stéphane Provent Organisation de la recherche en oncologie mammaire à CancerEst Les acteurs Services Médicaux d Oncologie Médicale Tenon, St

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015

Communiqué de presse. Bâle, le 26 juin 2015 Communiqué de presse Bâle, le 26 juin 2015 L UE recommande l approbation de Perjeta, médicament de Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce Le protocole

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

QUICK Comparaison d une anesthésie ostéocentrale avec assistance électronique à injection à une anesthésie conventionnelle par infiltration

QUICK Comparaison d une anesthésie ostéocentrale avec assistance électronique à injection à une anesthésie conventionnelle par infiltration CAHIER D OBSERVATION QUICK Comparaison d une anesthésie ostéocentrale avec assistance électronique à injection à une anesthésie conventionnelle par infiltration Cahier d observation (étude split-mouth)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

CANCER DU SEIN ET GROSSESSE OPTIMISATIONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES 10 JANVIER 2015 CHRISTOPHE AMIEL

CANCER DU SEIN ET GROSSESSE OPTIMISATIONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES 10 JANVIER 2015 CHRISTOPHE AMIEL CANCER DU SEIN ET GROSSESSE OPTIMISATIONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES 10 JANVIER 2015 CHRISTOPHE AMIEL DEFINITIONS Cancer du sein survenant pendant la gestation Cancer du sein survenant

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment?

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Centre des Maladies du sein Mise à jour 2014 Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Christine Desbiens md Chirurgienne oncologue professeure agrégée de clinique septembre 2014 Mastectomie prophylactique

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Pr Louis BERNARD CHRU de Tours - Université F. Rabelais CRIOGO

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 mai 2003 NEULASTA 6 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue de verre préremplie Laboratoires AMGEN S.A.S Liste I Prescription

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

INTERVENTIONS SUR LE SEIN CONTROLATÉRAL POUR SYMETRISATION AU DÉCOURS D UNE CHIRURGIE CARCINOLOGIQUE MAMMAIRE CADRAGE.

INTERVENTIONS SUR LE SEIN CONTROLATÉRAL POUR SYMETRISATION AU DÉCOURS D UNE CHIRURGIE CARCINOLOGIQUE MAMMAIRE CADRAGE. INTERVENTIONS SUR LE SEIN CONTROLATÉRAL POUR SYMETRISATION AU DÉCOURS D UNE CHIRURGIE CARCINOLOGIQUE MAMMAIRE CADRAGE Juillet 2010 Service Évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (4) : 22-26 22 Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et reconstructeur Pr Véronique Martinot-Duquennoy, CHU Lille,

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015

Orientations de l'appel à projets Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie PRME K 2015 Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015 Références : Instruction n DGOS/PF 4/2014/349 du 19 décembre 2014 relative aux programmes de recherche

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7)

Avis 9 janvier 2013. HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 flacon en verre de 15 ml (CIP : 562103-7) Laboratoire ROCHE DCI Code ATC (année)

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains. Carlo Diederich Directeur Santé

Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains. Carlo Diederich Directeur Santé Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains Carlo Diederich Directeur Santé Cures thermales Cures thermales pour rhumatismes avec rééducation (94% des cures) des voies respiratoires inférieures des voies

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Professeur CF ROQUES Université Toulouse Sabatier Lyon Novembre 2014 Quelques éléments clefs Une intervention thérapeutique complexe

Plus en détail

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda.

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda. Communiqué de presse Bâle, le 27 août 2012 De nouvelles données issues de l étude de phase III EMILIA montrent que le trastuzumab emtansine (T-DM1), médicament de Roche, a permis d améliorer significativement

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE KELLY SHIRES DE LA FONDATION DU CANCER DU SEIN DU QUÉBEC

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE KELLY SHIRES DE LA FONDATION DU CANCER DU SEIN DU QUÉBEC PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE KELLY SHIRES DE LA FONDATION DU CANCER DU SEIN DU QUÉBEC FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE Réservé à l administration Date de réception de la demande : / / Les pièces

Plus en détail

PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH)

PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH) PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH) à Lamalou-les-Bains (Hérault) Que soigne-t-on à Lamalou-les-Bains. Les eaux de Lamalou-les-Bains constituent un véritable petit bassin hydrologique. Leur

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail