RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES"

Transcription

1 RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité des Experts Durée de l étude Objectif de l étude Efficacité à 6 mois de la cure thermale dermatologique La Roche Posay sur la xérose cutanée de la zone cicatricielle chez des patientes traitées pour un cancer du sein par la séquence chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie SENOTHERMES 2013-A AFSOS - Association Francophone pour les Soins Oncologiques de Support représenté par le Pr Ivan KRAKOWSKI Institut de Cancérologie de Lorraine 6 avenue de bourgogne CS Vandœuvre-lès-Nancy Cedex Dr Nicolas JOVENIN Institut Jean Godinot 1 avenue du Général Koenig Reims Cedex Nicolas JOVENIN Paul De BOISSIEU Francoise SOFFRAY Fadila FARSI Didier KAMIONER Ivan KRAKOWSKI Véronique TUAL Phillipe COLOMBAT Brigitte DRENOT Méthodologiste de l étude Méthodologiste de l étude Chirurgien, Bordeaux Médecin Coordonnateur, Lyon Oncologue, Trappes Oncologue, Nancy Cadre de Santé Infirmier, Paris Hématologue, Tours Dermatologue, Nantes Durée des inclusions : 5 mois Durée de participation par patient : 32 semaines L objectif principal de cette étude est d évaluer l efficacité à 6 mois d une cure thermale dermatologique à La Roche Posay sur la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) chez des patientes traitées pour un cancer du sein par la séquence chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Les objectifs secondaires sont : - Evaluer l efficacité à 1 semaine et à 3 mois de la cure thermale sur la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la douleur au niveau de la zone traitée (cicatrice(s) et champs d irradiation) ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la qualité de vie ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur le lymphœdème du membre supérieur homolatéral à la chirurgie ; - Evaluer l efficacité à 1 semaine, à 3 mois et 6 mois de la cure thermale sur la mobilité (amplitudes articulaires) du membre supérieur homolatéral à la chirurgie ; - Evaluer la tolérance et les effets indésirables de la cure thermale. Page 1 sur 7

2 Méthodologie Nombre de patients Critères d inclusion et de non inclusion L étude est conçue comme un essai comparatif en ouvert randomisé en 2 bras parallèles selon un schéma «cure immédiate» versus absence d intervention (appelée «cure différée»). Les patientes seront randomisées en 2 bras selon un ratio 1:1 : «cure immédiate» versus «cure différée». Un équilibre par centre sera respecté. Les patientes du bras «cure immédiate» partiront en cure thermale à La Roche Posay entre 8 et 12 semaines après la fin des traitements spécifiques du cancer (en l occurrence la radiothérapie). Les patientes du bras cure différée partiront en cure thermale après la fin du suivi de l étude soit au moins 9 mois après la fin des traitements spécifiques du cancer (en l occurrence la radiothérapie). La «cure» consiste en une cure thermale de 21 jours à La Roche Posay. 120 patientes seront randomisées. Les patientes du groupe «cure immédiate» qui ne débuteront pas la cure dans les 12 semaines après la dernière séance de radiothérapie seront sorties d étude et remplacées. Critères d inclusion - Femme âgée de 18 ans ou plus. - Patiente traitée pour un cancer du sein par la séquence chirurgie + chimiothérapie + radiothérapie - Fin des séances de radiothérapies depuis au moins 4 semaines et au plus 8 semaines - Patiente souffrant de xérose cutanée (au niveau de la zone traitée) avec une EVA > 4/10 - Patiente ayant engagé des démarches de prise en charge auprès de la sécurité sociale pour une cure thermale dans l orientation dermatologique dans la station thermale agréée de la Roche Posay - Les patientes encore en cours de traitement par HERCEPTIN (DCI : trastuzumab) sont acceptées - Patiente présentant un score OMS 2 - Patiente disponible pour partir en cure (21 jours) - Consentement écrit signé Déroulement de l étude Critères de non inclusion - Antécédent de cancer du sein traité par une autre séquence «chirurgie + chimiothérapie + radiothérapie» (chimiothérapie néoadjuvante, chirurgie seule, par chirurgie + radiothérapie sans chimiothérapie ou sans chirurgie ) - Patiente en cours de cycle de chimiothérapie ou de radiothérapie - Patiente porteuse d une prothèse mammaire - Score OMS > 2 - Présence d une contre-indication à une cure thermale : maladie inflammatoire en poussée, infections actives, insuffisance cardiaque (stade NYHA > 1), insuffisance respiratoire chronique, hypertension artérielle labile, maladie bulleuse - Contre-indication à la participation à une cure thermale - Antécédent de maladie dermatologique chronique - Patiente ayant déjà participé à une cure thermale depuis la chirurgie du cancer du sein - Participation à un autre essai thérapeutique en cours - Patiente sous mesure de protection juridique - Patiente enceinte ou ayant l intention de débuter une grossesse pendant la période de suivi (32 semaines maximum) - Absence de consentement écrit signé L étude comporte une visite d inclusion (évaluation initiale), et 3 visites de suivi (évaluation post cure, évaluation intermédiaire et évaluation finale) pour le groupe «cure immédiate» et 2 visites de suivi (évaluation intermédiaire et évaluation finale) pour le groupe «cure différée». Page 2 sur 7

3 Une évaluation est réalisée par la patiente et par l investigateur à chaque visite de l étude. L évaluation est détaillée ci-dessous : - par la patiente : érose cutanée (EVA), Questionnaire QLQ-C30 et module BR23, Douleur (EVA et DN4) - par l investigateur : Score OMS, érose cutanée (SRRC), Amplitude articulaire, Lymphœdème, Score de Vancouver Visite1 initiale (Inclusion / Randomisation) - La visite 1 se déroule entre 4 et 8 semaines après la dernière séance de radiothérapie de la patiente. Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Revue des critères d inclusion et de non inclusion - Obtention du consentement éclairé par le patient - Recueil de l âge, de la taille et du statut tabagique - Recueil des antécédents médicaux et chirurgicaux significatifs - Recueil des caractéristiques de la chirurgie, de la chimiothérapie, de la radiothérapie, des caractéristiques de la tumeur et du type histologique - Recueil des pathologies et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Réalisation de l évaluation initiale Visite 2 post-cure (groupe «cure immédiate» uniquement) - La visite 2 se déroule dans les 7 jours suivant la cure pour les patients du groupe «cure immédiate» uniquement. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation post-cure - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueils de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) - Recueil des activités hors cure thermale lors du séjour à La Roche Posay Visite 3 intermédiaire - La visite 3 se déroule 24 semaines (+/- 7 jours) après la dernière séance de la radiothérapie. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation intermédiaire - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueils de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) Page 3 sur 7

4 Visite 4 finale Critères de jugement - La visite 4 se déroule 36 semaines (+/- 7 jours) après la dernière séance de la radiothérapie. - Lors de cette visite les actions suivantes sont réalisées : - Réalisation de l évaluation finale - Recueil du statut vital - Recueil des événements indésirables et des traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) - Recueil de la consommation de stupéfiants - Recueil des soins paramédicaux (kinésithérapie, acupuncture, sophrologie ) Le critère de jugement principal est la comparaison de l évaluation visuelle de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée par une EVA à 6 mois de la cure thermale pour le groupe cure immédiate et 7 mois de la randomisation pour le groupe cure différée. On conclura à une efficacité de la cure thermale de La Roche Posay si la proportion succès de l évaluation visuelle de la xérose cutanée du groupe «cure immédiate» à 6 mois de la fin de la cure est statistiquement significativement plus élevée que la proportion de succès du groupe «cure différée» à 6 mois de la randomisation. Les critères de jugement des objectifs secondaires sont : - L évaluation visuelle de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) à 3 mois de la fin de la cure pour le groupe «cure immédiate» et 3 mois de la randomisation pour le groupe cure différée. - Une comparaison sera faite entre la proportion de sujets ayant amélioré leur score de xérose cutanée évaluée par EVA, entre le bras «cure immédiate» et le bras «cure différée». - L évaluation de la xérose cutanée au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) par le score SRRC à 3 et 6 mois. - Le score de qualité de vie QLQ-C30 + BR23 à 6 mois. - L évaluation de la douleur au niveau de la zone traitée (cf. partie 1) par une EVA. - L évaluation du lymphœdème, par la prise de 6 mesures aux 2 membres supérieurs. - L évaluation des amplitudes articulaires du membre supérieur homolatéral à la chirurgie. - L évaluation de la cicatrice par le score de Vancouver. Page 4 sur 7

5 Analyse statistique Les variables quantitatives seront décrites (distribution) par leur effectif (n), moyenne (m), écarttype (é.-t.), médiane (med), quartiles 1 et 3 (q1 et q3), valeurs extrêmes (minimum (min) et maximum (max)) et le nombre de données manquantes (dm). Les variables qualitatives seront décrites (répartition) par leur effectif (n), le nombre de données manquantes (dm) et le pourcentage (%) de chacune des modalités de réponse. Les données manquantes ne seront pas intégrées dans les pourcentages. La comparaison des groupes à l inclusion sera effectuée à l aide : - Du test t de Student pour les variables quantitatives distribuées normalement (les effectifs étant supérieurs à 30 sujets, nous appliquons le théorème central limite), - Du test du Chi2 pour les variables qualitatives ou du test exact de Fisher dans le cas d effectifs théoriques inférieurs à 5. Tous les tests seront bilatéraux avec un risque égal à 5%. L analyse sera réalisée à l aide du logiciel SAS 9.0 (Cary, NC, USA). Page 5 sur 7

6 Schéma récapitulatif de la recherche Page 6 sur 7

7 INITIALE POST CURE* INTERMEDIAIRE FINALE T0 : Dernière séance de radiothérapie T0 +4 semaines < Visite 1 < T0 +8 semaines Visite 2* dans les 7 jours après la cure Visite 3 T0 +24 Semaine +/- 7 jours Visite 4 T0 +36 Semaine +/- 7 jours Vérification des critères d inclusion et de non inclusion Signature du consentement éclairé Age, taille, statut tabagique Caractéristiques de la tumeur, Type histologique Caractéristiques de la chirurgie (date mastectomie), de la chimiothérapie (date/type/doses) et de la radiothérapie (dates et doses) Antécédents médicaux et chirurgicaux significatifs Poids * par l investigateur : Score OMS, érose cutanée (SRRC), * Amplitude articulaire, Lymphœdème, Score de Vancouver par le patient : érose cutanée (EVA), Questionnaire QLQ-C30 et module BR23, Douleur (EVA et DN4) * Traitements concomitants (notamment antalgiques locaux ou généraux) * Statut vital * Evénements indésirables * Recueil des soins para- médicaux complémentaires (kinésithérapie, * acupuncture, port d un manchon de contention, ostéopathie ) Recueil des activités hors soins thermaux lors du séjour à La Roche Posay * pour le groupe «cure immédiate» uniquement Consommation de stupéfiants * * seulement pour le groupe «cure immédiate» Page 7 sur 7

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Sommaire des protocoles Page Carcinome des voies aérodigestives supérieures - GORTEC 2004-01 - IMRT Étude randomisée de phase 3 comparant la radiothérapie

Plus en détail

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 N EudraCT 2004-001984-22 Essai randomisé de phase III comparant l association traitement hormonal + docétaxel au traitement hormonal seul dans les cancers de la prostate

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Soins Oncologiques de support. Soins Oncologiques de support. Les soins de support 25/09/2013. Quand et pourquoi?

Soins Oncologiques de support. Soins Oncologiques de support. Les soins de support 25/09/2013. Quand et pourquoi? Soins Oncologiques de support Quand et pourquoi? Dr Nicolas Jovenin Institut Jean Godinot, RRC Oncocha. Journée Régionale ANFH, Troyes, Mardi 24 septembre 2013 Soins Oncologiques de support Définition

Plus en détail

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2 Utilisation en pratique courante d Agents Stimulants l Erythropoïèse chez 2310 patients cancéreux au regard des recommandations des sociétés savantes : Une sous-analyse de l étude française ORHEO Auteurs

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Plateforme de génétique moléculaire des cancers de l Arc Alpin CHU de Grenoble Les incontournables

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET Federaal Kenniscentrum Voor de Gezondheidszorg Centre Fédéral d Expertise Des Soins de Santé ÉTUDE NATIONALE SUR LA PRÉVALENCE DES INFECTIONS LIÉES AUX SOINS DANS LES HÔPITAUX AIGUS ET LEUR IMPACT SUR

Plus en détail

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité.

Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. Le Centre Thermal de La Roche Posay soutient des initiatives de qualité. «Travailler en cancérologie, c est d abord rencontrer des patients, découvrir leur parcours, leur combat, leurs besoins, leurs envies.

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas)

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Laura SPICA 1, Marc-Karim BENDIANE 1,2, Dominique REY 1,2, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 "Economic & Social

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité. Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité

LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité. Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité LA ROCHE POSAY CURE POST Obésité Réparer sa peau après une chirurgie de l obésité 1 er centre Européen de Dermatologie Thermale Plus de 5 siècles de thermalisme médicalisé : > 8 dermatologues thermaux

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

TOUT DOSSIER INCOMPLET NE SERA PAS PRIS EN COMPTE PAR LE SECRETARIAT

TOUT DOSSIER INCOMPLET NE SERA PAS PRIS EN COMPTE PAR LE SECRETARIAT Comité Consultatif de Protection des Personnes dans la Recherche Biomédicale C.C.P.P.R.B. Paris Saint-Louis Madame, Monsieur, Veuillez trouver ci-joint les informations vous permettant de déposer une demande

Plus en détail

TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la

TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation de la sécurité et des conditions de réalisation de l autogreffe de tissu adipeux dans la chirurgie reconstructrice, réparatrice et esthétique

Plus en détail

La Commission Référentiels Réseaux Recommandations - C3R de l'afsos

La Commission Référentiels Réseaux Recommandations - C3R de l'afsos EDITO Nantes a le plaisir d accueillir les 6 èmes journées de mise en commun des référentiels en SOS! Venez profiter de quelques jours au sein de la cité des Ducs de Bretagne, aux portes de l Estuaire

Plus en détail

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667)

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Tableau 1 : Description de la population Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Effectifs Moyenne±écart-type Valeurs [Mini-Maxi] Patient Age en années 5664 64,3±11.5 [27-96] Age en 4 classes 50 ans 783 13,8 51-60

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Pour cette quatrième édition des Journées Référentiels Réseaux, les J2R, nous

Pour cette quatrième édition des Journées Référentiels Réseaux, les J2R, nous EDITO Pour cette quatrième édition des Journées Référentiels Réseaux, les J2R, nous repasserons en cette belle capitale des Gaulles ; déjà touchés sans aucun doute par l esprit de Noël! L esprit du partage

Plus en détail

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE 27 janvier 2010 Service évaluation des dispositifs Ce dossier est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 5 octobre 006 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes.

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes. Traitement des lésions pigmentaires et vasculaires cutanées par lasers : évaluation de l efficacité et de la tolérance du Cytolnat Centella crème en soin post-opératoire à visée cicatrisante. M. BASPEYRAS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

Annonce de la 3 e édition des «RCP» de la SFSPM Announcement of the 3rd annual SFSPM multidisciplinary cooperation meeting event

Annonce de la 3 e édition des «RCP» de la SFSPM Announcement of the 3rd annual SFSPM multidisciplinary cooperation meeting event 0022013 - RCP Revue 210x279.indd 2 21/03/2013 12:08:13 206 Oncologie (2013) 15: 206 Springer-Verlag France 2013 DOI 10.1007/s10269-013-2263-4 Les pages de la SFSPM Actualités de la SFSPM Article SFSPM

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. sept 2009 1

Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. sept 2009 1 Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN sept 2009 1 La fonction ovarienne après cancer du sein Est très variable en fonction du traitement de la carence estrogènique profonde

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

CORTISEL. «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit?

CORTISEL. «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit? CORTISEL «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit?» Investigateur coordonnateur : Pr. Loïc Guillevin Pôle de Médecine interne

Plus en détail

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Fertilité après cancer du sein Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Introduction Cancer du sein=1er cancer de la femme Cancer du sein chez

Plus en détail

Le CRF : optimisation du recueil de données (remplissage, queries, les différents types de CRF )

Le CRF : optimisation du recueil de données (remplissage, queries, les différents types de CRF ) DU Infirmier TEC Le CRF : optimisation du recueil de données (remplissage, queries, les différents types de CRF ) 28/11/2014 Estelle MARCAULT URC PARIS 24/11/2014 NORD_DU IRC et URC PARIS NORD 1 Conception

Plus en détail

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon RESEAU GERIATRIQUE DE L EST PARISIEN RESEAU ONCOLOGIE PARIS EST Associations loi 1901 Bureaux : 2, Rue Plichon 75011 Paris Tél : 01 46 36 08 12 Séance de Formation Pluridisciplinaire Jeudi 17 Décembre

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de

Plus en détail

Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate

Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate AVIS SUR LES ACTES Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité par voie rectale d un adénocarcinome localisé de la prostate Classement CCAM : 08.03.01.01 code : JGNJ900 Décembre 2010 Ce document

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

Méthodologie de la recherche. Laurent Bosquet Université Lille 2

Méthodologie de la recherche. Laurent Bosquet Université Lille 2 Méthodologie de la recherche Laurent Bosquet Université Lille 2 Plan du cours Méthodologie de la recherche 1. Introduction 2. Comment identifier le problème 3. Comment présenter le problème 4. Comment

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles),

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles), Diminution rapide de la pression artérielle chez des patients présentant une hémorragie cérébrale aiguë (Article traduit et modifié d après N Engl J Med 2013;368:2355-65). L hémorragie cérébrale aiguë

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] La pratique

Plus en détail

Les soins de support en oncologie à l ère de la médecine personnalisée

Les soins de support en oncologie à l ère de la médecine personnalisée 6ème Du 15 au 17 octobre 2014 Palais Brongniart - Paris 2 ème Les soins de support en oncologie à l ère de la médecine personnalisée PROGRAMME 1 è r e ANNONCE APPEL À COMMUNICATIONS Déposez vos projets

Plus en détail

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉTUDE TONUS Laura Moisy Neuropsychologue Unité de Recherche

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support. w w w. a f s o s. o r g

L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support. w w w. a f s o s. o r g L Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support w w w. a f s o s. o r g Création de l AFSOS et historique Créée en 2008, l AFSOS est une société savante qui a pour objet de promouvoir

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 L avis de la Commission de la transparence adopté le 18 février 2015 a fait l objet d une audition le 18 mars 2015 VITAROS 300 µg, crème B/4 (CIP : 3400927543876)

Plus en détail

Lyon - 6 et 7 novembre 2014 Ecole Normale Superieure de Lyon

Lyon - 6 et 7 novembre 2014 Ecole Normale Superieure de Lyon 3 emes rencontres Cancer sexualite & Fertilite Lyon 6 et 7 novembre 2014 Ecole Normale Superieure de Lyon L intimité, la sexualité et la fertilité dans les cancers digestifs Pourquoi et comment intégrer

Plus en détail

Coopérations professionnelles Ophtalmologie

Coopérations professionnelles Ophtalmologie Coopérations professionnelles Ophtalmologie Bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 50 ans Promoteur: Jean-Bernard

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

PREMIERE ANNEE COMMUNE DES ETUDES DE SANTE. Faculté de Médecine Lyon Est Année Universitaire 2010-2011 UE4. Epreuve du jeudi 16 décembre 2010

PREMIERE ANNEE COMMUNE DES ETUDES DE SANTE. Faculté de Médecine Lyon Est Année Universitaire 2010-2011 UE4. Epreuve du jeudi 16 décembre 2010 PREMIERE ANNEE COMMUNE DES ETUDES DE SANTE Faculté de Médecine Lyon Est Année Universitaire 2010-2011 UE4 Epreuve du jeudi 16 décembre 2010 Dr Claire BARDEL, Dr Marie-Aimée DRONNE, Dr Delphine MAUCORT-BOULCH

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997 7.2.1. Introduction Les consultations ambulatoires chez un médecin spécialiste constituent en Belgique, par le fait que les soins de deuxième ligne sont directement accessibles, une part importante de

Plus en détail

ENQUETE AUPRES DES MEDECINS

ENQUETE AUPRES DES MEDECINS ENQUETE AUPRES DES MEDECI LIBERAUX DE FRANCHE-COMTE SUR LES RENDEZ-VOUS NON HONORES PAR LES PATIENTS URPS-ML-Franche-Comté U R P S - M L - F r a n c h e - C o m t é 2 8 r u e d e l a R é p u b l i q u

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 23 mars 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 23 mars 2012 Communiqué de presse Bâle, le 23 mars 2012 Herceptin de Roche injecté par voie sous-cutanée offre un plus grand confort au patient et réduit les coûts de la prise en charge globale par rapport à une perfusion

Plus en détail

Cancer primitif du système nerveux central de l adulte

Cancer primitif du système nerveux central de l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 - Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer primitif du système nerveux central de l adulte mars 2012 2 1

Plus en détail

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus.

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus. FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie Technique de massage manuelle, basée sur la micropalpation des différents tissus du corps, afin de recueillir des informations spécifiques, quand

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

Forme pharmaceutique. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril

Forme pharmaceutique. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril. 2,5 mg de ramipril ANNEXE I LISTE REPRENANT LES NOMS, LES FORMES PHARMACEUTIQUES, LES DOSAGES DES MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES, LES ESPÈCES ANIMALES, LA VOIE D ADMINISTRATION, LE TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN PATHOLOGIE MAMMAIRE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE D INFORMATION

Plus en détail

REQUITE Note d information v1.1 ; 22 avril 2014 Page 2 of 6

REQUITE Note d information v1.1 ; 22 avril 2014 Page 2 of 6 NOTE D INFORMATION DESTINEE AUX PERSONNES PARTICIPANT AU PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE Etude REQUITE Version 1.1, 22 avril 2014 Titre de l étude : REQUITE - Validation de modèles prédictifs et des

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

3 ÈME JOURNÉE D ÉCHANGES DES ÉQUIPES EN MAISONS ET PÔLES DE SANTÉ DE LA FEMASIF

3 ÈME JOURNÉE D ÉCHANGES DES ÉQUIPES EN MAISONS ET PÔLES DE SANTÉ DE LA FEMASIF 3 ÈME JOURNÉE D ÉCHANGES DES ÉQUIPES EN MAISONS ET PÔLES DE SANTÉ DE LA FEMASIF Anne-Lise HANOT sage-femme Virginie TRUMEAU infirmière sophrologue MSP Léonie Chaptal 6 février 2016 LA PRISE EN CHARGE PLURI-PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Priorisation et promotion d essais par l EMRC

Priorisation et promotion d essais par l EMRC par l EMRC Pr Claude Linassier Journée du Réseau Matinée de l EMRC : la recherche clinique en réseau Château royal de Blois 5 décembre 2013 Les missions de l EMRC Répondre aux besoins des investigateurs

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE 1/5 ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE Acte chirurgical Produit Dose initiale Ré-injection et durée Hystérectomie (voie basse ou haute) (si durée 4 heures, réinjecter 1g) Cœlioscopie

Plus en détail

Résumé du protocole d étude

Résumé du protocole d étude Résumé du protocole d étude Titre de la demande: No du protocole: Catégorisation: Demandeur: Autres collaborateur/trice(s): Version de la demande / date: Irradiation crânienne précoce et prophylactique

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Université de Lyon Laboratoire de Virologie et Pathologie Humaine Hospices Civils de Lyon. FluMeD. Protocole d'étude 02 février 2012

Université de Lyon Laboratoire de Virologie et Pathologie Humaine Hospices Civils de Lyon. FluMeD. Protocole d'étude 02 février 2012 Université de Lyon Laboratoire de Virologie et Pathologie Humaine Hospices Civils de Lyon FluMeD Validation de l effet antiviral du Midodrine identifié par l analyse de la signature transcriptomique cellulaire

Plus en détail

Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine

Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine Etude Clinique Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine (Etude randomisée en double insu avec bénéfice individuel direct). Clinical and microcirculatory

Plus en détail