Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle. Hémovigilance. Aspects réglementaires. Aspects réglementaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle. Hémovigilance. Aspects réglementaires. Aspects réglementaires"

Transcription

1 Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle Hémovigilance Aspects réglementaires Définition de l hémovigilance : loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique l ensemble des procédures de surveillance organisées depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu au suivi des receveurs, en vue de recueillir et d évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l utilisation thérapeutique des Produits Sanguins Labiles (PSL) en vue d en prévenir l apparition ainsi que les informations sur les accidents graves ou inattendus survenus chez les donneurs. Aspects réglementaires Définition de l hémovigilance : décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Art.R L hémovigilance est un élément de la sécurité transfusionnelle. Elle comporte pour tout don de sang et pour tout PSL : le signalement et la déclaration de tout incident grave ; le signalement et la déclaration de tout effet indésirable grave survenu chez un donneur, le signalement et la déclaration de tout effet indésirable survenu chez un receveur 1

2 Aspects réglementaires Définitions : décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Effet indésirable : réaction nocive survenue chez un donneur (prélèvement) ou un receveur liée ou susceptible d être liée au don de sang ou à l administration d un PSL Incident : accident ou erreur susceptible d affecter la sécurité ou la qualité du PSL et d entraîner des effets indésirables Lié au prélèvement, à la qualification, à la préparation, à la conservation, à la distribution, à la délivrance ou à l utilisation de PSL Gravité : entraînant la mort ou mettant la vie en danger, entraînant une invalidité ou une incapacité, ou provoquant ou prolongeant une hospitalisation ou tout autre état morbide 4 Janvier 1993 : «Loi relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine et de médicaments» Création de l Agence Française du Sang : AFS Homogénéisation des établissements de transfusions : 43 ETS Mise en place du dispositif d hémovigilance : confié à l AFS Création de l Agence du Médicament Création du Laboratoire Français de fractionnement et des Biotechnologies: LFB 1er Juillet 1998 : «Loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la Sécurité Sanitaire des produits destinés à l homme» H I S T O R I Q U E Création du Comité National de Sécurité sanitaire Création de l Institut National de Veille Sanitaire Création de l Etablissement Français du Sang : E.F.S Création de l Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé : Afssaps Coordonnateur Régional ETS Le Système Transfusionnel Français ais Ministère de la santé/ DGS Afssaps EFS ETS ETS n = 18 Site Site Site Site Site Site n = 140 distributeur distributeur distributeur distributeur distributeur distributeur ES n = 2200 ES ES ESESES ESESES ESESES ES ES ES ES ES ES ASPECTS REGLEMENTAIRES Décret n du 4 mars 1999 complété par le décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Précise les objectifs et les moyens de l hémovigilance assurer la traçabilité des PSL depuis le donneur jusqu au receveur assurer le recueil des événements indésirables (EI) liés au prélèvement ou à l utilisation des PSL - évaluer et exploiter les informations ci-dessus en vue de prévenir la survenue de tout EI réaliser les études épidémiologiques nécessaires pour prévenir l apparition des EI 2

3 LE RESEAU D HEMOVIGILANCE NIVEAU LOCAL Correspondants d hémovigilance (le plus souvent des médecins) pour : - chaque Etablissement de Transfusion Sanguine - chaque Etablissement de Santé (1502) LE RESEAU D HEMOVIGILANCE (1) Etablissements de Transfusion Sanguine NIVEAU REGIONAL 27 Coordonnateurs Régionaux d Hémovigilance NIVEAU NATIONAL Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Assaps) - Unité d hémovigilance Sites de Transfusion Cellule d hémovigilance (EFS siège) LE RESEAU D HEMOVIGILANCE (2) LE RESEAU D HEMOVIGILANCE (3) Etablissements de Transfusion Sanguine Etablissements de Santé x 10 Site de Transfusion Etablissements Healthcare centers de SantéX x 10 Coordonnateurs Régionaux d Hémovigilance Coordonnateurs Régionaux d hémovigilance 3

4 Comité de SécuritS curité Transfusionnelle et d Hémovigilanced décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Comité de SécuritS curité Transfusionnelle et d Hémovigilanced décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Composition : Représentants des acteurs impliqués dans le processus transfusionnel Obligatoire dans les établissements publics et privés Règlement intérieur fixe les modalités de composition, d organisation et de fonctionnement du comité Se réunit 3 fois /an, Directeurs ES et EFS ou représentants, Correspondants d Hémovigilance ES et EFS, Représentants des personnels médicaux, soignants, médico administratifs de ES un représentant de la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques,du comité technique d établissement, du comité d hygiène et de sécurité et des conditions de travail Représentants des usagers Coordonnateur Régional d hémovigilance(crh), responsable ou correspondant du Centre Régional de Pharmacovigilance (s ils le souhaitent) Comité de SécuritS curité Transfusionnelle et d Hémovigilanced décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Missions..de contribuer par ses études et ses propositions à l amélioration de la sécurité des patients qui sont transfusés dans l ES Veille à la mise en œuvre des règles et procédures d Hémovigilance et coordonne ces actions au sein de l ES : présence dans le dossier médical des documents relatifs aux actes transfusionnels et le cas échéant de la copie de la Fiche d Effet Indésirable Receveur (FEIR), s assure de la collaboration des correspondants d Hémovigilance des circuits de transmission des informations entre les établissements Comité de SécuritS curité Transfusionnelle et d Hémovigilanced décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Missions.. Surveille la gestion des dépôts de sang, Gère les données d hémovigilance (incident grave et EIR),présente un bilan et conçoit toute mesure nécessaire pour prévenir ces évènements, Peut saisir le CRH (et l Afssaps) de toute question relative à l hémovigilance et lui demander de procéder à toute investigation sur les circonstances de survenue d un incident grave ou d un EIR 4

5 Comité de SécuritS curité Transfusionnelle et d Hémovigilanced décret n du 1er fév relatif à EFS et à l hémovigilance Remet à la CME un rapport annuel d activité, Un plan de formation L Afssaps, le CRH, le préfet du département sont destinataires des comptes-rendus, rapports et autres documents élaborés par le CSTH Qui? Médecin ou pharmacien Désigné par le directeur de l ES, Conditions particulières de qualification et de formation peuvent être imposées par arrêté Missions Correspondant d Hémovigilanced Déclaration de tout effet indésirable survenu chez un receveur ainsi que tout incident grave, Recueil et conservation, des informations nécessaires à l hémovigilance (traçabilité) : LE RESEAU D HEMOVIGILANCED Personnels soignants information des patients prescription des produits sanguins surveillance de l acte transfusionnel : * reconnaissance des effets indésirables, * signalement des effets indésirables, proposition de suivi Patients transfusés identité du patient surveillance de l acte transfusionnel reconnaissance et signalement des effets indésirables acceptation et adhésion au suivi LA TRACABILITE Elément primordial de l hémovigilance Retour d information sur le devenir de chaque PSL distribué par un ETS Obligatoire, effectuée à ce jour par un formulaire papier (efficacité moyenne > 99 %) informatisation pour certains établissements 5

6 SCHEMA DE LA TRACABILITE examens R E C E P T I O N demande réalisation traçabilité Etablissement de Soins Identification Patient Etablissement de Transfusion Fiche de Délivrance PSL Attribué Transfusion Fiche de Retour Information Fichier Traçabilité La destination du colis Les conditions de transport La conformité des produits livrés BORDEREAU DE DELIVRANCE LAFLEUR Marguerite F/ 19/09/1923 L identité du patient Le numéro de don Le groupe sanguin Les qualifications Identification PSL Délivrance Fichier Traçabilité En cas d anomalie contacter le Service de Distribution de l EFS La date de péremption L aspect du produit L intégrité de la poche Un seul document! Une seule page! BORDEREAU DE DELIVRANCE examens demande réception réalisation T R A C A B I L I T E Identification ES / patient Données Immunohématologiques patient Confirmation de l identité du receveur àretourner àl EFS Données correspondant au(x) produit(s) Données à renseigner pour la traçabilité Inscription de la transfusion dans le dossier transfusionnel 6

7 T R A C A B I L I T E examens demande réception réalisation T R A C A B I L I T E Inscription de la transfusion dans le dossier transfusionnel Confirmation de transfusion Traçabilit abilité de destruction X X EDIVERT Jeanne TEST Seulement 3 PSL par fiche 7

8 LA TRACABILITE EN FRANCE (données 2007) Moyenne Nationale : 99,40 % 99,47% EVOLUTION DE LA TRACABILITE ENQUETE DESCENDANTE Donneur régulier Année 2004 % Traçabilité 99,20 PSL Distribués PSL Non Tracés er DON Sérologie négative 2 e DON Sérologie HCV , , DISTRIBUTION CHU BORDEAUX Année 2006 % Traçabilité 99,61 PSL Distribués Données Conférence Nationale des Coordonnateurs d Hémovigilance PSL non Tracés 201 Receveur CGR Receveur Plaquettes Receveur Plasma 8

9 ENQUETE DESCENDANTE Information post don: 1100 par an en 2008 DON J 0 Information post don Syndrome fébrile J+ 2 ENQUETES ASCENDANTES ET DESCENDANTES DON Sérologie inconnue < 1990 Sérologie négative > 1990 Conservation EFS? Conservation dépôt? Délivrance? Receveur CGR Retrait PSL Retrait PSL Blocage PSL? Information prescripteur Receveur Plaquettes DISTRIBUTION? Receveur Plaquettes Receveur Plasma DISTRIBUTION Receveur CGR HCV + Total PSL PSL homologue PSL autologue Intérêt médico économique Destruction de PSL au CHU de Bordeaux : 3,07 % CGR PFC CP CGR PFC Transfusés Détruits % 3,07 2,1 2,19 2,7 0, ,7 Les Effets Indésirables Receveurs (EIR) Toute personne, médecin, pharmacien, chirurgien dentiste, sage femme ou infirmier qui constate un effet inattendu ou indésirable dû ou susceptible d être dû à un PSL, doit le signaler sans délai au correspondant d hémovigilance. En France, la déclaration est obligatoire, pour tous les effets indésirables quelque en soit la gravité et l imputabilité. 9

10 Les Effets Indésirables Receveurs Signalement Taux 2006 National 2,8 EIR / PSL transfusés régional 3 EIR / PSL transfusés Signalement dans les 8 heures heure : 0 e - FIT Correspondant hémovigilance ES GRADE Coordonnateur Régional Correspondant hémovigilance ETS FICHE EFFET INDESIRABLE RECEVEUR GRADE 2-4 Afssaps GRADE 2-4 EFS heure : 8 heure : ,5 3 2,5 2 1,5 1 0, PSL distribués FIT FIT / PSL distribués Transmission électronique sécurisée jours Données Afssaps Gravité et Imputabilité 5 degrés de gravité ont été définis : 0 : Transfusion de produit inapproprié sans effet secondaire (2002) 1 : Absence de menace vitale immédiate ou à long terme 2 : Morbidité à long terme 3 : Menace vitale immédiate 4 : Décès Imputabilité : 0 : exclue 1 : douteuse 2 : possible 3 : vraisemblable 4 : certaine Nombre d incidents déclarés par an Base nationale (Rapport EFS 2004) 0 : Produit inapproprié 1 : Absence de menace 2 : Morbidité long terme 3 : Menace vitale 4: Décès Grade % Grade % 7380 FIT pour 2004 Toute imputabilité FIT Imputabilité 3 à 4 Grade % Grade 4 7 0,2% Grade % 10

11 Origine du dysfonctionnement initial 145 FIT de Grade 0 données Hémovigilance- EFS 2004 Incidents immédiats, tous grades & imputabilités ETS N = 36 ES N = 78 Allergies 26 % ABO 1 % Rh 0% Culture Positive PSL: 1% Incompatibilité Immunologique 2 % Inefficacité transfusionnelle 3 % DEPOT N = 25 Inconnus 54 % - HLA et leuco plaquettaires 6 % Autres Incidents Immédiats 3 % Surcharges volémiques 4 % Source Afssaps : données cumulatives Effets Indésirables Receveurs (EIR) d imputabilité 1 à 3 66 Réactions allergiques dont 3 de grade 3. Elles représentent 34,7 % des EIR d imputabilité de 1 à 3. Le risque global est de 1 pour 848 PSL et de 1 pour 111 CP. 43 Réactions Fébriles Non Hémolytiques (RFNH): Le risque est de 1 pour PSL transfusés 31 Diagnostics «Inconnus» soit 18 % des EIR d imputabilité 1 à 3. Une de grade 3 (hyperta, douleur thoracique) 14 Incompatibilités immunologiques : 3 avec des CGR, 11 avec des CPA Immunisations anti-hla en baisse depuis Aucun EIR lié à une incompatibilité ABO. 22 allo-immunisation 2 Surcharges volémiques Elles ont concerné 2 personnes de 57 et 92 ans (avec des CGR). Une contamination bactérienne : un CPA (Serratia marcescens): choc nécessitant un transfert en réanimation. Aucun TRALI ni séroconversion Incidents immédiats de grades 3 et 4 imputabilités > =2 ( 2002) Culture positive de PSL N= 57 6 % Allergies N= % Source Afssaps : données cumulatives Incompatibilité ABO Rh N=62 6 % N = 6 1 % Surcharges volémiques N= % Autres Incomp. Immuno N=59 6 % Ineff. transfusionnelle N=32 3 % Incompatibilités HLA et leuco-plaq N=47 5% Inconnus N= % Autres incidents N=54 5% 11

12 Décès (grade 4) : imputabilités >= 2 12 à 20 par an : risque de 1/ PSL Surcharges volémiques Incompatibilités immunologiques Inconnu Infections bactériennes RFNH TRALI Allergie Source Afssaps : données cumulatives Surcharges volémiques : imputabilités >=2 Risque ~ 1 pour PSL FIT 2003 n = 209 Grade 4 : 6 Grade 3 : 73 Grade 2 : 0 Grade 1 : 130 Les surcharges volémiques Accidents relativement fréquents Observés chez les nouveau-nés, les patients âgés ou avec insuffisance cardiaque ou anémie chronique à volume sanguin total conservé Tableau initial : dyspnée, toux, oppression thoracique Examen : râles crépitants Augmentation de la PVC Évolution vers un tableau d'œdème aigu du poumon... Source Afssaps : données cumulatives 12

13 Les surcharges volémiques Prise en charge Incident pulmonaire : conduite à tenir Devant dyspnée, toux, désaturation, hypoxie OAP clinique Arrêt de la transfusion Appel médecin Mesures de réanimation Prévenir correspondant d hémovigilance Bilan radio pulmonaire - gazométrie échographie cardiaque BNP TRALI : imputabilités >=2 Risque ~ 1 pour PSL Source Afssaps : données cumulatives FIT 2003 n = 17 Grade 4 : 3 Grade 3 : 11 Grade 2 : 0 Grade 1 : 3 Diagnostic Positif Complications allergiques : imputabilités >=2 Risque ~ 1 pour PSL En cas de doute sur le diagnostic étiologique et de formes graves: seront pratiqués: Radiographie du thorax ECG Échographie cardiaque Gazométries Dosage du BNP ou de son extrémité N terminale. (peptides natriurétiques sécrétés en réponse à une distension de la paroi ventriculaire dûe à une surcharge volémique) FIT 2003 n = 1543 Grade 4 : 0 Grade 3 : 37 Grade 2 : 0 Grade 1:

14 Manifestations allergiques Manifestation la plus fréquente Dues aux protéines plasmatiques apportées par le PFC Les CGR, CPA et CPS Parfois lié à Anti Ig A chez déficitaire en IgA Le plus souvent réaction anaphylactique mineure : urticaire limitée rash cutané Rarement réaction anaphylactique majeure : choc œdème de Quincke décès Homme de 53 ans, immunodéprimé A déjà fait un épisode de frissons-fièvre Transfusion d'un CPA. Au bout de 10 minutes : prurit, érythème. Arrêt de la transfusion par une élève infirmière. L'IDE est prévenue, et à son arrivée - collapsus - dyspnée, sibillants - urticaire géante. Transfert en Réa, remplissage vasculaire, corticoïdes Bactério. négative, AC anti-iga négatifs TRANSFUSER DES PRODUITS DEPLASMATISES ALLERGIE : prise en charge thérapeutique Attitude vis à vis du receveur Conduite à tenir immédiate [1] arrêter la transfusion conserver la voie d abord débrancher PSL, le conserver selon protocole de l ES mesurer paramètres vitaux (FC, PA, T, FR, SaO²) toutes les 15 min ou adapter selon prescription médicale appliquer le traitement prescrit par le médecin prolonger et intensifier la surveillance et prévenir immédiatement le Service de Distribution de l ETS (pour les mesures préventives éventuelles) signaler au Correspondant d Hémovigilance de l ES et/ou de l ETS en cas de suspicion de contamination bactérienne, les PSL sont adressés en microbiologie selon le protocole de Investigations EIR allergie grave Explorations IMMEDIATES mécanisme de la réaction Dosage de l histamine et de la tryptase (3 échantillons sanguins) : Délai de prélèvement < 30 min 30 min à 2 h > 24 h Type de dosage Histamine Tryptase Tryptase (taux de base) Type de tube EDTA EDTA ou sec EDTA ou sec Dosage des IgA et/ou recherche d AC anti IgA 14

15 Accidents ABO : imputabilités >=2 Risque ~ 1 pour PSL Accidents ABO : imputabilités >=2 Risque ~ 1 pour PSL 40 FIT 2006 n = FIT 2006 n = Grade 4 : Grade 4 : Grade 3 : Grade 3 : 0 15 Grade 2 : 0 15 Grade 2 : Grade 1 : Grade 1 : Grade 0 : Grade 0 :17 Source Afssaps : données cumulatives Source Afssaps : données cumulatives Accidents ABO (données Afssaps ) Lieu du dysfonctionnement Non précisé 28 % ETS = 2 % ETS et ES = 11 % Inconnu = 2 % ES 57 % Les sources d erreurs ABO erreur de Produit Sanguin Labile 72 % erreur de patient 11 % erreur de carte de groupe 4 % transfusion avec une seule détermination 4 % absence de vérification de la concordance PSL/Patient 2 % erreur de patient (homonymie) 1 % erreur de prélèvement pour groupage 1 % transfusion en urgence sans groupe 1 % non respect des BPT en néo-natalogie 1 % inconnu 1 % + Défaut de contrôle d identité + Contrôle ultime au lit du malade mal ou non fait 15

16 Réactions Fébriles Non Hémolytiques : imputabilités >= 2 Risque ~ 1 pour PSL Incidents avec culture PSL Positive : imputabilité >=2 Risque ~ 1 pour PSL 1800 FIT FIT n = 1762 Grade 4 : n = 16 Grade 4 : Grade 3 : 10 Grade 2 : 0 Grade 1 : Grade 3 : 3 Grade 2 : 0 Grade 1 : 10 Source Afssaps : données cumulatives Source Afssaps : données cumulatives Quand les suspecter? Conduite à tenir dans le service de soins Tableau clinique évocateur survenant en général dans les 90 min suivant le début de la transfusion. Ce tableau comprend un ou plusieurs signes tels que : T 39 C ou augmentation de la température basale 2 C, frissons, tachycardie 120/mn ou augmentation de la fréquence cardiaque 40/mn, baisse de la pression artérielle systolique 30mn Hg, choc dans certains cas (30% des cas - étude BACTHEM), autre signes Vis à vis du receveur : arrêter la transfusion, débrancher la transfusion selon des modalités précisées (voir annexe B), conserver une voie d abord veineuse, Alerter le médecin responsable de la prise en charge du malade : mise en route des mesures symptomatiques appropriées. Le tableau clinique peut être plus fruste... 16

17 Hémovigilance Risque de contamination virale d un receveur Estimation à partir du suivi des Dons de sang Avant le DGV VIH 22 (6-38) VHC 66 (38-94) VHB 46 (25-109) Après le DGV VIH HTLV VHC Risque résiduel r de transmission viral ( ) 2006) Taux Incidence/10 5 P-A (IC 95 %) 1,30 p (0,89 1,88) 0,09 p (0,02 0,35) 0,48 p (0,25 0,88) Risque résiduel (IC 95 %) 1/ (0-1/ ) 1/ (0-1/ ) 1/ (0-1/ ) Estimation du risque résiduel de transmission virale par transfusion VIH VHC VHB Période Risque résiduel 1 / an en France 0,3 / an en France 1,5 / an en France VHB* 0,79 p (0,46 1,24) 1/ (0-1/ ) * données ajustées pour tenir compte du caractère re transitoire de l Ag l HBs Source : InVS,, INTS, EFS, CTS 17

18 Contrôle prétran sfusionnel au lit du malade (CGR, PFC, CP) Réactions concordantes? 10 - Conservation - poche transfusée vide 2 h - c ar ton -test 48 h Evolution du risque transfusionnel Risque erreur transfusionnelle Evolution du risque transfusionnel Risque résiduel contamination VIH 1 / dons (INVS, INTS) Risque contamination Virale 1 erreur transfusionnelle pour transfusions (Afssaps) Le signalement des incidents transfusionnels Le signalement des événements indésirables 1 - Information du patient 2 - Prescription médicale 3 - Examens prétransfusionnels 4 - Commande des PSL à l EFS 5 - Réception des PSL Conservation temporaire IT ( ) pour PSL transfusés 3 incompatibilités ABO 4 erreurs de transfusions compatibles (grade 0) 4 CPA, 1 PFC, 2 CGR Erreur de distribution EFS/Dépôt IH 102 signalements observés en % à l EFS, 22,5 % au niveau du transporteur, 32 % au CHU Retard de prise en charge du patient Retard acheminement des tubes 8% Retard transmission des résultats 7% A U no n Conformité Retour immé diat du pr oduit? des PSL à l EFS ou i 6 - Préparation de l acte transfusionnel Défaut de vérification des produits lors de la réception PSL Problème lors de la distribution 27% Retard d acheminement des PSL 26% L I T D U M A L A D E Contrôle ultime de compatibilité au lit du malade (CGR) no n ou i 7 - Branchement de la tra nsfusion 8 - Surveillance du patient Incident? non 9 - Traçabilité 11 - Remise des documents post-transfusionnels au patient Pas de vérification de concordance patient/produit/documents Défaillance du contrôle ultime de compatibilité Discordance de groupe sanguin 10% Mauvaise identification des tubes Usurpation d identité Non respect de la procédure de prélèvement Défaut dans la pratique du CUP 10% Erreurs de distribution 4% 18

19 Retour sur EXpérience Dynamique de survenue d un événement indésirable Patient Contexte institutionnel Tâches Conditions de travail Organisation Equipe Soignant USTH Retour d expérience - MHL 17 avril 2008 D après J. Reason Le Dimanche 13 janvier 2001 Madame Prévue. âgée de 90 ans de groupe O positif reçoit un CGR O positif prescrit et distribué pour une autre patiente (Mme Autre). Les faits Dysfonctionnements Solutions Le vendredi 12/01 l'interne prescrit 2 CGR pour Mme S. Un CGR à passer le samedi 13 et un le dimanche 14. Cette patiente hospitalisée depuis 2 semaines a une anémie modérée (Hb 9.7g stable et tolérée). La transfusion est programmée en perspective de son transfert en maison de convalescence le 15/01. Le samedi 13 au matin Mme S reçoit le 1 er CGR prévu. L'IDE du matin signale à sa collègue d'après-midi qu'un 2 e CGR est prévu. Le samedi 13 après-midi, Mme S reçoit un CGR O rhésus Positif conservé dans le réfrigérateur du service. L'IDE s'étonne de l'absence de fiche de confirmation d'administration mais pense qu'elle a été rangée ailleurs. Le contrôle ultime est concordant. Le dimanche 14 l'efs-al livre le 2 e CGR commandé pour Mme S. C'est alors que l'ide s'étonne de l'arrivée de ce 2 e produit qui est censé avoir été administré la veille. L'enquête menée par les IDE et la Surveillante du service permet de retrouver que le 2 e CGR transfusé à Mme S le samedi 13 après-midi est en fait le 2 e CGR distribué le 12/01 pour Mme P. décédée entre temps. Les CGR distribués pour Mme P étaient non isogroupe (O positif pour une patiente A positif ) et compatibles pour les deux patientes. Entre les deux transfusions prévues pour Mme P le 2 e CGR a été conservé dans le réfrigérateur et n'a pas été détruit après le décès de Mme P. L 'IDE de nuit ennuyée de devoir jeter un CGR conservé dans le réfrigérateur a interrogé le personnel du bloc pour savoir si le dépôt de sang reprenait les produits, il lui a été répondu que non. L'IDE du lendemain matin n'a pas osé elle non plus jeter la poche de sang. Il est à noter que d'habitude les CGR sont acheminés 1 par 1dans le service, cette situation est exceptionnelle. Indication discutable. La patiente aurait pu être transfusée plus tôt. La prescription notée sur le dossier de soins ne reprécise pas la répartition des poches dans le temps. L'information de transfusion 1 poche le 13 et une le 14 s'est perdue car elle n'a pas été reprise sur la prescription. L'IDE transfuse un CGR sans avoir vérifié la concordance entre le bon d'attribution, la prescription et le produit délivré. Le 2 e produit est conservé au réfrigérateur en attente de transfusion. Ce mode de conservation rassure faussement les IDE qui se croient autorisées à conserver les CGR au delà des 6 heures réglementaires. Réticence à éliminer un produit conservé au réfrigérateur par soucis d'économie. Méconnaissance du fonctionnement du dépôt de sang de l'établissement. Difficultés à gérer une situation exceptionnelle (d'habitude les PSL sont transfusés rapidement après réception). Veiller à limiter les transfusions le week end et la nuit aux seuls cas urgents. Rédiger avec plus de précision les prescriptions médicales sur le dossier de soins. Etre plus rigoureux et ne transfuser qu'après s'être assuré de la concordance entre le bon d'attribution le produit délivré et la prescription médicale. En attente de transfusion les PSL seront conservés soit à T ambiante, soit dans le sac isotherme. Tout PSL non transfusé dans un délai de 6 heures après la réception dans le service doit être détruit. Noter l'heure d'arrivée du produit dans le service sur le bon d'attribution. Continuer à acheminer les PSL 1 par 1. Cartographie du risque transfusionnel Cartographie du risque transfusionnel Erreurs d administration Pratiques professionnelles Retard de prise en charge du patient organisation Examens prétransfusionnels Distribution (EFS/Dépôt) Contrôles à la réception Contrôles pré transfusionnels Examens prétransfusionnels Distribution (EFS) Transport Problèmes d identitd identité Non respect de la procédure de prélèvement Défaillance lors de la distribution Non respect des bonnes pratiques de distribution Diversité des modes d acheminement Non respect des contrôles à la réceptionr Absence de vérification v de l identitl identité Mauvaise pratique du contrôle ultime de compatibilité Retard d acheminement d des tubes Retard de transmission des résultatsr Retard de distribution Non respect des bonnes pratiques de distribution Non disponibilité du transporteur Retard d acheminementd 19

20 Bilan Tableau d activité 5 : Répartition des IT par 2009 gravité CHU Bordeaux : actions d Hémovigilance Gestion des Incidents de la chaine Transfusionnelle Incidents transfusionnels 240 incidents signalés niveau 1 Non-conformité ou anomalie non bloquante pour la suite du processus transfusionnel niveau 2 toute défaillance entraînant un arrêt du processus transfusionnel sans conséquence directe sur la prise en charge du patient Niveau 3 58% niveau 3 tout EI avec conséquence directe sur le patient niveau 4 tout EI ayant causé le décès du patient ou ayant mis en jeu son pronostic vital ou responsable de séquelle Niveau 4 0% Niveau 1 13% Niveau 2 29% Incidents transfusionnels Catégories d IT Incidents transfusionnels Répartition des Lieux des défaillances Tableau 2 : Lieu des défaillances ayant conduit à l IT Destruction de PSL 9% Transfusion inappropriée 4% Discordance de groupe 14% Autres 11% Non-conformité 62% Discordance de groupe Transfusion inappropriée Destruction de PSL Non-conformité Autres Unité de soins Dépôts de sang Coursier CHU Transporteur CHU Transporteur EFS AL Antenne EFS EFSAL

21 Incidents transfusionnels Incidents transfusionnels zones de défaillances Identification patient zones de défaillances liées aux EIH Gestion du dossier transfusionnel Examen immuno hématologique IH Traçabilité Prescription de PSL Prescription IH Surveillance du patient Transmission prescription médicale d PSL Acheminement de la demande 9 Prélèvement IH Contrôle de compatibilité Contrôle ultime de concordance Distribution Délivrance des PSL Interprétation des résultats Réalisation analyse Conservation de PSL Réception de PSL Livraison de PSL Acheminement des PSL Transmission résultat Incidents transfusionnels lieux de défaillances concernant l'identification du patient Service des Admissions 23 Labo, extérieurs Accueil dans service EFS 43 Chevet du malade 21

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2013 Sfar. Tous droits réservés. Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents E. Peynaud-Debayle 1, C. Trophilme

Plus en détail

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014 Remerciements aux organisateurs Pas de conflit d'intérêt 1 V. Lovi Reims Juin 2014 De la prescription des PSL à la gestion du stock au dépôt de 2 V. Lovi Reims Juin 2014 délivrance Vème Journée inter-régionale

Plus en détail

SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE

SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE Sécurité en anesthésie 63 SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE F. Forestier 1, G. Janvier 1, P. Fialon 2, B. David 3-1 Département d Anesthésie- Réanimation Chirurgicale II, CHU de

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle

Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle Hémovigilance Aspects réglementaires Définition de l hémovigilance : loi 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique l ensemble des procédures

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE Hémovigilance Historique Traçabilité des produits sanguins: enregistrer la preuve de la transfusion de telle poche pour tel patient Effets indésirables

Plus en détail

INDICATEUR DE QUALITE

INDICATEUR DE QUALITE Direction de la Santé Publique et de l Offre Médico-Sociale Département de Sécurité des Soins et des Produits de Santé Cellule Régionale d Hémovigilance LE DOSSIER TRANSFUSIONNEL : INDICATEUR DE QUALITE

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES Dr Isabelle SALIMBENI Biologiste Dr Françoise CARMAGNOL Biologiste Dominique TONELLOT Cadre du Pôle Parents-Femme-Enfant

Plus en détail

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 Titre : Cahier des charges prélèvements sanguins pour analyses d immuno-hématologie Erythrocytaire (manuel de prélèvement) Référence : PRO IHC 002 E 10 Responsable

Plus en détail

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur 5ème journée de transfusion pratique de la SFVTT Jeudi 06 Octobre 2011 Institut Montsouris V ème journée de transfusion pratique - Institut

Plus en détail

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS 1 Enceinte de stockage Personnel Responsable + remplaçant Dossier de qualification À la mise en service Après maintenance curative Entretien

Plus en détail

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE Gette S., Audibert G., Charpentier C., Schneider T., Tinard X., Viry-Babel F., Mertes PM. Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Central, Nancy ; DRASS de

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.)

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Expérience des E.H.du Bessin Mise en place du logiciel d hémovigilance CURSUS 2 Logiciel CURSUS 2 PC des salles de soins Avril 2003 : opérationnel

Plus en détail

Montbéliard Strasbourg

Montbéliard Strasbourg Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse Contrôle ultime pré-transfusionnel Travail interrégional Alsace - Franche-Comté Version 1-2008 Ont participé à la réalisation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE LES NOUVELLES DONNES Marie-Odile MANSARD 5 février 2008 DEUX DECRETS Décret n 2006-99 du 1er février 2006 relatif à l'etablissement français du sang et à l'hémovigilance

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TRANSFUSE

LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TRANSFUSE Commentaires : LA PRISE EN CHARGE Page : 1 sur 6 Description Objet : Ce protocole décrit l acte transfusionnel. Objectif : s assurer du respect des règles transfusionnelles. Documentation Documents de

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURES

POLITIQUE ET PROCÉDURES 1. BUT Déclarer les incidents et les accidents en lien avec c est-à-dire, toute erreur, et dérogation à la procédure ou tout effet indésirable survenu durant le processus transfusionnel ou après l administration

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance

Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance Georges Andreu Institut National de la Transfusion Sanguine 1 Quelques notions juridiques de base - 1 Communauté Européenne Règlement

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS M. DELHOUME(), S.GIRAULT(2), N.DUBOSC-MARCHENAY(2),

Plus en détail

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Dr. Christine André-Botté 20 mai 2010 Les partenaires Risque vital Besoin de PSL particuliers EFS Laboratoire

Plus en détail

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins SEMAINE SECURITE DES PATIENTS 2013 25 au 29 novembre 2013 OMEDIT CHU Poitiers, coordination des vigilances Principe «La

Plus en détail

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr Un accident grave évitable, la surcharge TACO (Transfusion-Associated Circulatory Overload) Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation Chronologie des faits Le 4 septembre

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES:

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES: Nom : AÏNAS Prénom: Lahlou Date et lieu de naissance : 12 Avril 1951 à CHEMINI (Sidi-Aich, W de BEJAIA) Doctorat en Sciences Médicales en Hématologie DESM (04 Octobre 1998) Docent (Admis au concours de

Plus en détail

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Journées APHAL 24 Avril 2012 Un contexte complexe : 55 domaines de risques Sécurité d utilisation des produits et vigilance

Plus en détail

Etablissement de Soins

Etablissement de Soins Sécurité transfusionnelle au niveau d un Etablissement de Soins 1 Sur prescription médicale prélever en deux temps, en deux points de ponction et par deux opérateurs différents la première puis la seconde

Plus en détail

La sécurité du patient

La sécurité du patient La sécurité du patient Nos établissements sont vigilants et s engagent En tant que patient vous êtes acteur de votre prise en charge et de votre sécurité Hôpital Privé les Franciscaines Polyclinique du

Plus en détail

Acte transfusionnel. Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011

Acte transfusionnel. Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011 Acte transfusionnel Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011 Textes réglementaires Circulaire DGS/DHOS/AFSSAPS n 03/582 du 15 décembre 2003 relative

Plus en détail

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE PROTOCOLE D INTERCHANGE Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ALPES-MEDITERRANEE ET LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection SFR - CIRTACI EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique :

Plus en détail

Groupe de travail ALLERGIE. Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs. Allergie

Groupe de travail ALLERGIE. Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs. Allergie Groupe de travail ALLERGIE Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs Allergie Qu est-ce qu une réaction allergique ou de type allergique 3 et quels en sont les mécanismes physiopathologiques? Quand

Plus en détail

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé M.Sandlarz, D.Taverne réunion inter-régionale hémovigilance, 2 octobre 2008 Quelques chiffres (2006) nombre de PSL : 168 645 /

Plus en détail

journée ANTAB 21 octobre 2011

journée ANTAB 21 octobre 2011 Réingénierie du Diplôme d État de Technicien de Laboratoire Médical Françoise DEMOULIN Directrice de l Institut de Formation de Technicien de Laboratoire Médical : IFTLM d Amiens) Cadre règlementaire Cadre

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Le bon soin au bon patient 28 MAI 2009 Annick Macrez - Bertrand Le Corre CHU Bichat Claude Bernard Deux axes Prévention des erreurs

Plus en détail

Rapport d Hémovigilance des Coordonnateurs Régionaux d Hémovigilance

Rapport d Hémovigilance des Coordonnateurs Régionaux d Hémovigilance Rapport d Hémovigilance des Coordonnateurs Régionaux d Hémovigilance Année 2013 Marie-France ANGELINI-TIBERT (Réunion Mayotte) Martine BESSE-MOREAU (Limousin) Bachir BRAHIMI (PACA) Pascal BRETON (Basse

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF version 3 page 1/10 Référence : RSN/PR/REA.O/009/C Date de 1 ère mise en service : 09/05/2004 Suivi des modifications N Date de la Objet de la modification Faite par : version modification 1 13/12/2006

Plus en détail

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE Présenté par le Dr. Silvana LEO-KODELI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Identification de l évènement transfusion inutile

Plus en détail

Maladie hémolytique néonatale : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique

Maladie hémolytique néonatale : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique Pôle Périnatalité Hôpital Armand Trousseau (AP-HP) GHU Est Parisien La maladie hémolytique néonatale est le

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

Le processus transfusionnel

Le processus transfusionnel Le processus transfusionnel Description des étapes successives de réalisation d un acte transfusionnel, dans le but de maîtriser au mieux les paramètres de ces étapes pour la qualité et la sécurité de

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives

Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives Méthode Recommandations pour la pratique clinique RECOMMANDATIONS Novembre 2014 Les recommandations

Plus en détail

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE :

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS DU MÉTIER D INFIRMIER-ANESTHÉSISTE ANNEXE I de l Arrêté du 23 juillet 2012 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d infirmier anesthésiste BO Santé Protection sociale

Plus en détail

Procédure régionale Circuit de l information et de la gestion des prélèvements en cas d EIR de type TRALI

Procédure régionale Circuit de l information et de la gestion des prélèvements en cas d EIR de type TRALI Cellule Régionale d Hémovigilance 1/11 1- Etablissements concernés par cette procédure : ES Tous les établissements de santé transfuseurs de la région Auvergne 2- Mise en place et révisions ETS Tous les

Plus en détail

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP PLAN ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU Méthodologie de l Evaluation Cadre Méthodologie : ex O2 Prélèvements Veineux Différentes Méthodes d Evaluation Exemple d Evaluation = IPAQH Douleur Troubles Nutritionnels

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire. Martine Drouet

Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire. Martine Drouet 17 ème ICAR 26 et 27 novembre 2010 Lyon 1 Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire Martine Drouet Unité Allergologie 2 allée des cèdres - CHU 49933 Angers cx

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Version 2 Rédigé par : Vérifié par : Approuvé par : Responsable IH Sud Coordonnateur HLA Responsable IH Nord Coordonnateur IH Responsable HLA

Version 2 Rédigé par : Vérifié par : Approuvé par : Responsable IH Sud Coordonnateur HLA Responsable IH Nord Coordonnateur IH Responsable HLA MANUEL DE PRELEVEMENT ET ANNUAIRE DE BIOLOGIE MEDICALE DE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG PAYS DE LOIRE LABORATOIRES D IMMUNO-HEMATOLOGIE : LABORATOIRE SUD SITES NANTES-NANTES HOPITAL NORD-SAINT NAZAIRE-LA

Plus en détail

Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87

Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87 Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87 Anomalie à l ETS - 1 Un seul choix est possible identification donneur prélèvement sang total prélèvement

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais Dr Marianne SANDLARZ, Dr Philippe CABRE Assistante Mlle Laurence BRISSET Chiffres Hémovigilance Nord Pas de

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH HemoServeur HemoService - LaboServeur IH La solution de référence pour la gestion de la transfusion et des produits sanguins dans les établissements de soins software solutions Pionnier et leader des logiciels

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE

MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE Laboratoire d'immuno Hématologie Erythrocytaire Établissement Français du Sang Rue du Coup de Main CS 40511 97 206 Fort de France

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste Poste occupé par : Depuis le : DOMAINE : médical Médecine d urgence INTITULE DU METIER Correspondance statutaire Qualification Corps des médecins Hospitaliers Exigences sur le poste Travail en 6 H UHCD,

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des patients. Ces textes s efforcent : d accompagner l

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

"Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement" Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre

Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre "Critères d'acceptation du plasma par l'industrie du fractionnement" Démarche qualité plasma au LFB : de l approvisionnement à sa mise en œuvre Anne-Marie MONTEMBAULT-PAOLETTI 1 Brasilia 23-08-2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

Etude d un cas d allergie au plasma. Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace

Etude d un cas d allergie au plasma. Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace Etude d un cas d allergie au plasma Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace Congrès SFVTT Nantes 2012 1 Anamnèse Patiente présentant un syndrome hémolytique et urémique suite à un déficit

Plus en détail

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE. Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion

RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE. Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion 1 RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion 2011-2014 2 MISE EN SITUATION Vous êtes IDE dans un service de soins intensifs de cardiologie.

Plus en détail

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS Notions d IMMUNO-HEMATOLOGIE pour la formation initiale et continue destinée

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Une situation confuse!

Une situation confuse! Une situation confuse! Présenté par le Dr. Pascale RENOM 1 L alarme Au dépôt-relais hospitalier : un ASH et une IDE ramènent 2 CGR délivrés 5 minutes auparavant «les poches n ont pas le bon numéro» 2 Les

Plus en détail