Préfabrication lourde dans le bâtiment

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préfabrication lourde dans le bâtiment"

Transcription

1 Fiche de sécurité E4 F Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : Tél. : Fax : Préfabrication lourde dans le bâtiment stockage, transport, mise en oeuvre des éléments Cette fiche, établie avec le concours de l Institut National de Recherche et de Sécurité et la Fédération Nationale du Bâtiment, a été approuvée par le Comité Technique National du Bâtiment et des Travaux Publics et le Comité Technique National des Industries des Pierres et Terres à Feu. Elle fait suite à la fiche E4 F 01 : Fabrication et dispositifs de manutention des éléments. OBJET : Mesures de sécurité à mettre en oeuvre dans la construction de bâtiments par éléments préfabriqués de grandes dimensions. RÉGLEMENTATION - Décret du 8 janvier 1965 (particulièrement: articles 2 et 3, 5 à 12,19,170) Concernant la conception de l aire de stockage. Il est souhaitable que l aire de stockage soit aussi vaste que possible afin de permettre : - la création de larges allées de circulation, STOCKAGE DES ÉLÉMENTS 1. - INVENTAIRE DES RISQUES SPÉCIFIQUES Ecrasement entre une partie fixe et une partie mobile. Renversement d un ou plusieurs éléments provoqué par : - un choc, - le vent, - le mauvais positionnement de l élément sur chevalet ou dans un ratelier, - la ruine du chevalet ou du ratelier, - l absence de dispositifs de stockage appropriés, - la mauvaise stabilité de l aire de stockage (sol insuffisamment résistant), - une chute de hauteur au cours d une manoeuvre d élingage MESURES DE SÉCURITÉ A METTRE EN OEUVRE A l usine de préfabrication. Edition novembre la possibilité de réserver toujours un espace libre de 80 cm entre les parties fixes et les parties mobiles, - de disposer d une capacité de stockage maximale permettant d entreposer dans de bonnes conditions un accroissement du stock provoqué par un arrêt imprévu d un des chantiers desservis (la majorité des accidents sur les parcs est due à des stockages improvisés) Concernant les dispositifs et les modes de stockage. 1) Ratelier (stockage quasi-vertical). Un élément stocké dans un ratelier exerce sur le sol une force ayant une composante verticale et sur les dents du peigne une force ayant une composante horizontale. Cette dernière est loin d être négligeable. Elle peut provenir d un choc inopiné, de la pression du vent et surtout de l inclinaison plus ou moins grande des panneaux et du profil de l appui. L étude des effets de ces différentes forces sur l élément et son support conduit donc à énoncer les règles de sécurité suivantes : - l aire de stockage doit être établie sur un sol plan, horizontal et suffisamment résistant pour supporter sans affaissement le poids des panneaux, 1

2 - l ossature du ratelier doit être fortement contreventée pour résister sans défaillance à la résultante des forces horizontales exercées par chaque panneau et transmises par les dents du peigne (fig. 1), en tenant compte de l effort dû au vent soufflant à l arrière du panneau. Pour chaque élément, un dispositif doit être prévu pour reprendre les efforts horizontaux en pied. Afin de limiter le risque de surcharge, il est conseillé d indiquer sur chaque chevalet, le poids maximum d éléments qu il peut supporter unilatéralement et de matérialiser l aire de stockage utile. En cas de construction en bois, le boulonnage doit être préféré au clouage. 3) Stockage à plat. L aire de stockage doit être horizontale et résistante. Les éléments constituant une même pile doivent toujours être disposés de manière à assurer, d une part, l équilibre de l ensemble de la pile et, d autre part, une bonne répartition des charges sur le sol. Les différents éléments superposés doivent être séparés par des cales placées au même aplomb, conçues de telle façon que l horizontalité soit constamment maintenue. De plus, leur hauteur doit être telle qu en aucune façon les boucles de levage ne puissent être soumises à des efforts de flexion Sur le chantier - il est souhaitable que chaque élément soit maintenu entre deux peignes situés face à face. Cette disposition devient de plus en plus nécessaire au fur et à mesure que la longueur des éléments augmente. Dans ce cas, bien que l ensemble des éléments stockés soit maintenu en place par deux rateliers distincts, chacun d eux doit être calculé comme s il supportait seul la totalité de la charge, - l espacement des dents du ratelier doit être déterminé en fonction de l épaisseur des panneaux à stocker afin que ceux-ci soient sensiblement verticaux sans avoir recours à un calage souvent aléatoire. Il est nécessaire d équiper les rateliers de platesformes correctement protégées afin de faciliter les manoeuvres d élingage. 2) Chevalet (stockage incliné). L ossature du chevalet doit être calculée en tenant compte du chargement unilatéral possible qu il peut être amené à supporter, même exceptionnellement, l inclinaison du ou des panneaux doit être déterminée Lorsque les éléments ne peuvent être mis en place dès leur livraison, il doit être aménagé sur le chantier une aire de stockage soumise aux mêmes règles de sécurité que celles concernant le stockage en usine. L emplacement en sera choisi de façon à assurer une parfaite visibilité au grutier quel que soit l avancement des travaux. Lorsque les éléments sont transportés sur chevalet ou en conteneur, une attention toute particulière doit être apportée à l horizontalité et à la résistance de l emplacement où ceux-ci sont déposés, afin d éviter tout risque de renversement ou d effondrement. TRANSPORT DES ÉLÉMENTS (*) 1. - INVENTAIRE DES RISQUES SPÉCIFIQUES Chute de hauteur du personnel au cours des opérations de chargement ou de déchargement Renversement ou glissement d une partie ou de la totalité des éléments préfabriqués au cours du chargement, du transport ou du déchargement. (*) Voir Annexe. 2

3 2. - MESURES DE SÉCURITÉ À METTRE EN OEUVRE MISE EN OEUVRE DES ÉLÉMENTS Matériel de transport. Les éléments préfabriqués ne doivent être transportés que sur des véhicules ou remorques aménagés à cet effet. Ceux-ci doivent posséder : - Un dispositif permettant d arrimer chaque élément individuellement afin que ce dernier ne puisse ni basculer ni se déplacer longitudinalement. Il est souhaitable, de plus, que la remorque soit équipée d un dispositif permettant d arrimer l ensemble du chargement. - Un dispositif de calage interdisant le glissement du pied de l élément. Ces deux équipements doivent être suffisamment robustes pour résister aux efforts dynamiques transmis par les éléments (force centrifuge, décélération due à un freinage brutal). Tout arrimage improvisé doit être proscrit. Se méfier de la faiblesse éventuelle du coefficient de frottement dans le cas de transports de panneaux horizontalement. - Des échelles et passerelles d accès permettant de procéder en sécurité aux manoeuvres d élingage Transport Transport sur route. S il est nouveau, l itinéraire doit avoir été reconnu. Dans toute la mesure du possible, le parcours choisi doit éviter les routes trop étroites, ou bombées, ou sinueuses Transport à l usine ou sur le chantier. L évolution des véhicules à l usine ou sur le chantier nécessite une étude en fonction des conditions locales. Les manoeuvres en marche arrière doivent être évitées dans la mesure du possible. Ne pas réaliser des voies de chantier ayant une pente ou un dévers exagéré. Cependant, si des manoeuvres s avèrent nécessaires sur de telles voies, elles doivent être effectuées avec l aide d un signaleur (article 20 du décret du 8 janvier 1965) Chargement et déchargement. L aire sur laquelle stationne le véhicule pendant ces manoeuvres doit être résistante et sensiblement horizontale. Il est conseillé d établir un plan de chargement tenant compte d une répartition judicieuse des charges. Le contrôle de l arrimage doit être effectué par le chauffeur. Au chargement, chaque élément ne doit être désolidarisé du crochet de l appareil de levage qu une fois son arrimage effectué. La règle inverse est à respecter au déchargement. Au déchargement, en cas de stockage provisoire, aucun élément ne doit être déposé hors des aires spécialement aménagées à cet effet INVENTAIRE DES RISQUES SPÉCIFIQUES Chute de l élément, consécutive à : - une défaillance ou inadaptation : des apparaux de levage, du palonnier de levage, de l un des points de suspension, des appuis, des étais de stabilisation, - une rupture d un des points de fixation, du dispositif de stabilisation ou un défaut de contreventement, - une fausse manoeuvre dans le mode opératoire de stabilisation, - une dépose prématurée du dispositif de stabilisation. Chutes de hauteur : - vers l extérieur du bâtiment, lors de la réception d un panneau de façade, - à l intérieur du bâtiment, notamment lors de la pose des dalles MESURES DE SÉCURITÉ À METTRE EN OEUVRE L ordre préférentiel de mise en place des éléments doit être indiqué sur un document remis au chantier et scrupuleusement observé par les exécutants Stabilisation provisoire Elément vertical. Tout élément doit être stabilisé dès sa mise en place par au moins deux étais rigides type «tirantpoussant» ou par tout autre dispositif au moins équivalent. Les deux étais stabilisant un même panneau ne doivent pas dépendre du même point de fixation sur la dalle. Ils doivent être placés dans un plan sensiblement perpendiculaire à l élément. L élément ne doit pas être désolidarisé de l engin de levage avant que sa stabilisation provisoire ne soit assurée. Les étais de stabilisation doivent rester en place tant que le chaînage des éléments n a pas acquis une résistance suffisante, et ils ne doivent être enlevés qu après un contrôle rigoureux. Les éléments dont la surface d appui est légèrement inclinée sur l horizontale doivent être munis d un dispositif s opposant à tout glissement du pied. 3

4 4

5 Elément horizontal (dalle). Il est interdit de monter sur un élément qui ne repose pas sur ses appuis. Celui-ci ne doit être désolidarisé de l engin de levage qu après vérification qu il repose bien sur ses appuis, conformément aux plans de montage. Au cas où une opération de réglage ou toute autre opération serait susceptible de faire échapper la dalle de ses appuis, on doit procéder au préalable à un étaiement efficace de cette dernière Matériel de stabilisation des éléments verticaux Les étais : type «tirant-poussant» (fig. 2). A la suite de chocs ou sous l effet du vent, ces étais sont soumis à des efforts violents qui peuvent être alternés. Ils doivent donc être prévus pour résister à la traction et à la compression et calculés en conséquence. Ils doivent être conçus de façon à ne pas pouvoir se séparer en deux parties au cours des manoeuvres de réglage fin. Dans le cas d étais télescopiques munis d une broche, celle-ci ne doit pas pouvoir s échapper sous l effet des efforts de traction et de compression alternés imposés à l étai. Les extrémités des étais doivent être munies d une embase articulée s appliquant parfaitement contre l élément ou la dalle afin d éviter les efforts de flexion dans les boulons Les dispositifs de fixation. Ils sont soumis à des efforts de traction et de cisaillement. Ces derniers sont d autant plus forts soit dans la dalle, soit dans l élément vertical, que l inclinaison de l étai s éloigne de 45 (fig. 3). Ils doivent donc être conçus pour résister à ces efforts, et leur dimensionnement devra être calculé en prenant comme base les efforts admis pour l étai. Le dispositif placé dans l élément vertical doit être situé, dans toute la mesure du possible, à un niveau tel que son utilisation puisse se faire de plain-pied. Dans le cas de dalle coulée sur place, il conviendra de s assurer, avant d utiliser les dispositifs de fixation placés dans cette dernière, que le béton a acquis une résistance suffisante. L utilisation systématique de dispositifs conçus pour être intégrés à l élément après durcissement du béton est à proscrire, ces derniers supportant mal les effets des efforts alternés. 5

6 ANNEXE SPÉCIFICATIONS RELATIVES AUX ÉQUIPEMENTS DES REMORQUES DE TRANSPORT D ÉLÉMENTS PRÉFABRIQUÉS LOURDS pour assurer l accès, le chargement, l arrimage et le déchargement Ces orientations ont été établies avec le concours de l Institut National de Recherche et de Sécurité, de la Caisse Régionale d Assurance Maladie de Paris, du CATED, de la Chambre Syndicale des Constructeurs de Remorques, Semi-remorques et Grands Containers et des entreprises utilisatrices et ont été approuvées par le Comité Technique National du Bâtiment et des Travaux Publics et le Comité Technique National des Industries des Pierres et Terres à Feu DÉFINITION DES PRODUITS À TRANSPORTER 2. - LES MODES DE TRANSPORT DES PANNEAUX Les caractéristiques des éléments préfabriqués sont liées aux types de structures. On distinguera cinq types de structures pour les immeubles : Les structures à ossature. Elles sont en général constituées de poteaux, poutres, poutrelles et éléments de plancher de formes oblongues. Ces éléments sont communément transportés à plat Les structures en panneaux préfabriqués. Elles peuvent être constituées de : panneaux verticaux de hauteur inférieure à la hauteur d étage (par exemple les panneaux d allège), panneaux verticaux de hauteur d étage pour les murs intérieurs (2,50 m de hauteur environ), panneaux de hauteur légèrement supérieure à la hauteur d étage pour les murs de façade (2,70 m de hauteur environ), panneaux de hauteur bien supérieure à la hauteur d étage, pour les derniers niveaux notamment (façade + acrotère) (3 m de hauteur environ), panneaux de plancher horizontaux, en dalles pleines ou évidées (largeur de 3,50 à 4 m le plus fréquemment). Ces éléments sont généralement transportés de chant, quasi verticalement Les structures traditionnelles à façades préfabriquées. Les éléments ont une hauteur de 2,70 m en général Les structures tridimensionnelles à empilage. Cas spécial, volume important Les structures diverses comportant des éléments architectoniques. Les éléments préfabriqués pour la construction de maisons individuelles se rattachent à l un des cas précédents, cependant, certains panneaux, ceux de pignons notamment, peuvent avoir une hauteur très importante. Les règles générales relatives aux équipements des remorques visent tous les types de produits à transporter. L évolution va vers l emploi d éléments architectoniques nécessitant en général une adaptation du matériel de transport aux différents cas. Cependant, une enquête récente effectuée par le CATED montre que la majorité des éléments préfabriqués est du type «panneau» ( 1.2. et 1.3.) transportés verticalement Les panneaux sont transportés soit à plat, soit quasi verticalement, au moyen de «chevalets». Les remorques à chevalets sont de types : - «A», un chevalet disposé suivant l axe du véhicule, - «AA», deux chevalets parallèles pouvant recevoir des panneaux sur les côtés extérieurs et intérieurs. - «M», deux chevalets parallèles ne pouvant être chargés que dans l espace intérieur Toujours selon l enquête effectuée par le CATED, une majorité de fabricants fournit à 90 % environ des remorques de type «AA», le reste étant essentiellement du type «M» Dans les parcs des entreprises, on retrouve les trois types principaux, dans des proportions variables, mais avec une flotte non négligeable de type «A» correspondant à des matériels assez anciens, toujours en service RÈGLES GÉNÉRALES RELATIVES AUX ÉQUIPEMENTS NÉCESSAIRES A L ACCÈS, AU CHARGEMENT, À L ARRIMAGE ET AU DÉCHARGEMENT Les éléments préfabriqués ne doivent être transportés que sur des véhicules ou remorques aménagés à cet effet. Les chevalets peuvent être liés au plateau de la remorque ou à un plateau amovible. Dans ce dernier cas, les mêmes règles générales sont applicables, mais certains de ces dispositifs peuvent être remplacés par l équipement de postes de chargement et de déchargement, l ensemble remplissant globalement les mêmes conditions. Ces aménagements concernent : L arrimage Les dispositifs d arrimage et de désarrimage doivent être conçus de telle sorte que les opérations puissent normalement se faire sans risques pour le personnel (notamment risques de renversement et d écrasement) Les dispositifs d arrimage et de calage doivent résister aux efforts auxquels ils sont soumis dans les conditions d utilisation définies par le constructeur. On doit tenir compte en particulier : - de la force centrifuge en virage, - des efforts longitudinaux dus en particulier au freinage, - des efforts dynamiques rencontrés au cours du transport, - des heurts ou secousses lors du chargement ou du déchargement, - du vent... 6

7 Des dispositifs doivent permettre d arrimer chaque élément individuellement afin que chacun de ceux-ci ne puissent ni basculer ni se déplacer longitudinalement ou transversalement (1). Ces dispositifs doivent, en règle générale, rester liés au véhicule. En cas d impossibilité, il devra être utilisé un moyen de repérage de l affectation des pièces Les panneaux transportés verticalement doivent être arrimés en tête et reposer sur un dispositif empêchant le glissement transversal en pied Il faut, de plus, que le véhicule, à titre de sécurité complémentaire, soit équipé d un dispositif permettant d arrimer l ensemble du chargement L accès. Si les méthodes de chargement, d arrimage et de déchargement nécessitent le travail en hauteur du personnel sur le véhicule, des accès sûrs doivent exister par construction pour atteindre commodément ces postes de travail Les postes de travail pour les opérations de chargement, d arrimage et de déchargement. Les postes de travail doivent être conçus de façon à garantir la sécurité pour les opérations de guidage, mise en place et retrait des éléments préfabriqués. Parmi les principaux risques à éliminer, citons notamment: - le coincement entre l élément préfabriqué et une partie fixe du véhicule ou entre éléments préfabriqués, - l écrasement des mains, - les chutes de hauteur En raison de ces risques, les postes de travail doivent être protégés soit par des garde-corps spécialement conçus pour cet usage ou par des dispositifs de protection collective d une efficacité au moins équivalente (article 144 du décret du 8 janvier 1965) L emplacement des postes de travail doit être aménagé de façon à permettre toutes les manoeuvres et arrimages dans des postures normales Stabilité du véhicule en marche ou à l arrêt. La stabilité doit être assurée en permanence dans les limites d utilisation indiquées par le constructeur, en tenant compte des éléments fixés par l utilisateur, notamment : - le mode de chargement et de déchargement prévu, - les poids et dimensions maximales d un élément. L utilisateur doit tenir compte de la résistance et de la configuration du terrain, ainsi que des conditions atmosphériques NOTICES D UTILISATION Les notices fournies par le fabricant doivent indiquer la méthode détaillée et la cinématique des opérations, notamment : le mode de chargement et de déchargement, le couple de renversement, le poids maximum d un élément, l inclinaison maximale du véhicule sous l effet de charges dissymétriques, au cours des opérations (des moyens visuels simples doivent permettre d apprécier la limite d inclinaison admissible), la méthode d arrimage et de calage, avec indication des points de transmission d efforts DISPOSITIONS DIVERSES Toutes modifications des dispositifs de chargement, d arrimage et de déchargement doivent faire l objet d un accord du constructeur. (1) Les calages peuvent prendre appui sur des renforts prévus et mentionnés par les constructeurs. 7

8 Dans le cadre de ces orientations, quelques solutions possibles ont été esquissées. Nous donnons, ci-après, sous forme de schémas, quelques-unes de ces solutions, à titre d information. Exemple 2 : Scindée en éléments de 2 m, la passerelle reversible (larg. 35 cm) oscille autour d un axe, en dessous de la lisse intermédiaire du garde-corps fixe. Elle peut être utilisée par le préposé à l élingage, suivant les besoins, de part et d autre de la tête du chevalet, par rotation d un demi-tour. (Réalisation de l entreprise S.M.C. Barrat). 8

- Des échelles d accès au(x) plateau(x), - De contreventements. - Des stabilisateurs (pour éviter que l échafaudage ne se mobilise),

- Des échelles d accès au(x) plateau(x), - De contreventements. - Des stabilisateurs (pour éviter que l échafaudage ne se mobilise), Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l a Dordogne - Infos Prévention n 5 septembre 2006 Infos Prévention SOMMAIRE : Les échafaudages roulants : réglementation et terminologie. Quelques

Plus en détail

Prédalles préfabriquées

Prédalles préfabriquées Fiche Prévention - E4 F 06 13 Prédalles préfabriquées Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les prédalles sont des dalles fabriquées en usine ou sur chantier, constituées de béton armé ou de béton

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117 ECHAFAUDAGE ROULANT R300 NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION Ref. 111117 révision du 31/01/2006 Echafaudage R300 P 1/10 Caractéristiques générales Construction: Structure acier, galvanisé Charge admise:

Plus en détail

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général page 1 LES DOCUMENTS DE REFERENCE Plan du bureau d études de structures. Plan de préconisation de pose établi par le fabricant, validé par le bureau

Plus en détail

1. Description. 1.1 Généralités. 1.2 Les différents modèles de garde-corps

1. Description. 1.1 Généralités. 1.2 Les différents modèles de garde-corps Fiche de prévention Utilisation d un système de garde-corps périphériques temporaires 1. Description Un système de garde-corps temporaire est un équipement de protection collective temporaire dont la fonction

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

Le plancher poutrelles hourdis

Le plancher poutrelles hourdis Le plancher poutrelles L E P L A N C H E R POUTRELLES-HOURDIS Chapitre I: Chapître II: Chapitre III: Chapitre IV: Chapitre V: CARACTERISTIQUES GENERALES LES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN ŒUVRE LIMITES

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 04 15 Le maçon à son poste de travail Partie 3 : les produits de maçonnerie Caractéristiques, manutention manuelle, livraison La réalisation de murs en maçonnerie est une opération

Plus en détail

La prédalle de qualité avec armature integrée

La prédalle de qualité avec armature integrée I n s t r u c t i o n s d e p o s e La prédalle de qualité avec armature integrée Le plan de pose On établit pour chaque plafond un plan de pose (figure 1). Il contient toutes les indications importantes

Plus en détail

BIEN CONSTRUIRE EN BRIQUE GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Amélioration des conditions de travail sur chantier

BIEN CONSTRUIRE EN BRIQUE GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Amélioration des conditions de travail sur chantier BIEN CONSTRUIRE EN BRIQUE GUIDE DES BONNES PRATIQUES Amélioration des conditions de travail sur chantier Page 2 Page 3 3 4 5 5 6 7 8 8 9 9 10 11 12 Page 13 13 15 17 17 18 20 22 26 28 29 30 31 32 PRÉAMBULE

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DE LEVAGE

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DE LEVAGE Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX H 2 5 Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DE LEVAGE I DÉFINITIONS RÉGLEMENTATION... 1 1 Définitions...1 2 Réglementation...2 II MATÉRIELS

Plus en détail

Étaiement des balcons

Étaiement des balcons Fiche Prévention - E4 F 07 13 Étaiement des balcons Les étaiements constituent, en général, dans le bâtiment, des opérations essentielles et répétées dont dépendent la stabilité et la solidité des ouvrages

Plus en détail

En l absence de cette attestation, les candidats ne seront pas admis à se présenter à l examen.

En l absence de cette attestation, les candidats ne seront pas admis à se présenter à l examen. Département des examens et concours Examens professionnels SECTEUR BÂTIMENT et TRAVAU PUBLICS TRAVAU en HAUTEUR Les candidats à l obtention des spécialités de diplômes professionnels dont la liste est

Plus en détail

Fiche n XVI-1 "Les ouvrages métalliques ou mixtes"

Fiche n XVI-1 Les ouvrages métalliques ou mixtes Fiche n XVI-1 "Les ouvrages métalliques ou mixtes" Les ouvrages entièrement métalliques sont peu courants. Ils sont utilisés lorsque que l on recherche un gain de poids mort (ouvrages de très grandes portées,

Plus en détail

Article 1 er. Article 2

Article 1 er. Article 2 Arrêté n 2009 4271/GNC du 22 septembre 2009 relatif aux prescriptions minimales de sécurité et de santé concernant la manutention manuelle de charges comportant des risques, notamment dorsolombaires pour

Plus en détail

Rédaction : Julien Gavillet et Multone Stéphane / 1731 Ependes / 1870 Monthey Date : 04 Janvier 2013

Rédaction : Julien Gavillet et Multone Stéphane / 1731 Ependes / 1870 Monthey Date : 04 Janvier 2013 Page 1 / 8 Rapport technique / domaine du Bâtiment Contenu : Les coffrages métalliques Rédaction : Julien Gavillet et Multone Stéphane / 1731 Ependes / 1870 Monthey Date : 04 Janvier 2013 Les coffrages

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes 1. DEFINITIONS Le travail en hauteur désigne soit un emplacement de travail (toitures, charpentes, passerelles ), soit l utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail

Plus en détail

College Marracq Avenue Vital Biraben 64100 BAYONNE

College Marracq Avenue Vital Biraben 64100 BAYONNE College Marracq Avenue Vital Biraben 64100 BAYONNE CONSTRUCTION D UNE STRUCTURE ARTIFICIELLE D ESCALADE (S.A.E.) Cahier des Clauses Techniques Particulières Sommaire 1 Généralités...3 1.1 Objet du présent

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques «Poutres en I»

Cahier des Prescriptions Techniques «Poutres en I» Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 3 Structures, planchers et autres composants structuraux Cahier des Prescriptions Techniques «Poutres en I» Planchers et Toitures

Plus en détail

PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL

PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL PIED DE LEVAGE AVEC TREUIL GUIDE DE L UTILISATEUR 8660 - Version 1.0 Mai 2006 1 - Consignes de sécurité et montage Le montage et l installation des structures et appareils de levage, dans une application

Plus en détail

CATALOGUE TECHNIQUE COURONNES D ORIENTATION. www.cetic.fr

CATALOGUE TECHNIQUE COURONNES D ORIENTATION. www.cetic.fr CATALOGUE TECHNIQUE COURONNES D ORIENTATION www.cetic.fr 02 www.cetic.fr SOMMAIRE PRESENTATION 4 TYPES DE COURONNES D ORIENTATION 4 Simple rangée de billes 4 Triple rangées de billes 4 Double rangées de

Plus en détail

Charpentes & Couvertures

Charpentes & Couvertures Charpentes & Couvertures Henri Renaud Deuxième édition 2010 Groupe Eyrolles, 2002, 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12756-0 Sommaire Charpentes traditionnelles en bois... 1 1. Rôles principaux...

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 12 14 Produits préfabriqués lourds Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros

Plus en détail

CRITÈRES d APPROBATION pour CIRCUIT TOUT-TERRAIN CRÉÉ APRÈS le 1 er janvier 2005

CRITÈRES d APPROBATION pour CIRCUIT TOUT-TERRAIN CRÉÉ APRÈS le 1 er janvier 2005 CRITÈRES d APPROBATION pour CIRCUIT TOUT-TERRAIN CRÉÉ APRÈS le 1 er janvier 2005 SONT ADMIS : A - PISTE: Les véhicules : - Poursuite sur terre promotion - Poursuite sur terre T1 - Poursuite sur terre T2

Plus en détail

Plateforme modulable TSCS Page 1 sur 22. Note de conformité à la norme NF P93-520

Plateforme modulable TSCS Page 1 sur 22. Note de conformité à la norme NF P93-520 Page 1 sur Note de conformité à la norme NF P93-520 Page 2 sur Sommaire 1 Modalités d application (extrait de la norme NF P93-520 du 11/97)... 4 2 Domaine d application... 4 3 Définitions... 7 3.1 Hauteur:...

Plus en détail

39HQ Centrale de traitement d air Airovision

39HQ Centrale de traitement d air Airovision 39HQ Centrale de traitement d air Airovision Instructions de montage TABLE DES MATIÈRES 1 - INSTRUCTIONS DE TRANSPORT ET DE MANUTENTION...3 1.1 - Généralités...3 1.2 - Transport et stockage...3 1.3 - Protection

Plus en détail

Guide des terrasses en bois : une troisième édition en accord avec les textes normatifs

Guide des terrasses en bois : une troisième édition en accord avec les textes normatifs Guide des terrasses en bois : une troisième édition en accord avec les textes normatifs FCBA et ATB (Association Terrasse Bois) viennent de publier la troisième édition de leur Guide de conception et de

Plus en détail

Construire dans la sérénité

Construire dans la sérénité Observatoire Régional de la Santé au Travail Alsace Caisse Régionale d'assurance Maladie Alsace-Moselle Service Prévention et Gestion des Risques Professionnels Construire dans la sérénité Lotissement

Plus en détail

REPRISES EN SOUS-OEUVRE

REPRISES EN SOUS-OEUVRE REPRISES EN SOUS-OEUVRE INTRODUCTION Le terme reprise en sous-oeuvre est utilisé chaque fois que l'on réalise un ouvrage devant assurer une nouvelle transmission des charges. Ce problème se pose dans deux

Plus en détail

Plateforme élévatrice (scissor lift)

Plateforme élévatrice (scissor lift) Pour ne rien oublier concernant la sécurité des chariots élévateurs s adresse aux inspecteurs et aux inspectrices de la CSST, aux travailleurs et aux employeurs qui participent à des opérations de manutention

Plus en détail

LES BARDAGES. 1 Introduction : 2 Différents types de bardages : 2.1 Bardages fibres-ciment : 2.2 Bardages en matériaux métalliques : Définition :

LES BARDAGES. 1 Introduction : 2 Différents types de bardages : 2.1 Bardages fibres-ciment : 2.2 Bardages en matériaux métalliques : Définition : TS1 CM Technologie générale et environnante Page 1 sur 19 1 Introduction : Définition : LES BARDAGES Revêtement de façade mis en place par fixation mécanique. Façade légère à une ou double peau avec isolant

Plus en détail

Support Z lg. 250 Pot.28x28 Réf. MLFLR19/17 2.4kg. Lisse lg 1,65m Ref. MLFLR17/01 2,44Kg. Plinthe acier lg. 3m Ht.15cm Ref.MLFSGAC07/07 7,96 kg

Support Z lg. 250 Pot.28x28 Réf. MLFLR19/17 2.4kg. Lisse lg 1,65m Ref. MLFLR17/01 2,44Kg. Plinthe acier lg. 3m Ht.15cm Ref.MLFSGAC07/07 7,96 kg NOTICE D UTILISATION PROTECTION PERIPHERIQUE TEMPORAIRE POUR TRAVAUX D ETANCHEITE NORME NF P93-355 Notice de montage FR Réf. Notice : ZZNO/038 - Version 28/04/2014 La protection périphérique temporaire

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 05 15 Le maçon à son poste de travail Partie 4 : les produits de maçonnerie Fabrication des liants, approvisionnement, mise en œuvre La réalisation de murs en maçonnerie est une

Plus en détail

SOLIDE nv/sa Senatorlaan 12 B 3201 Langdorp www.solide.com Tél. : +32 13 772 313 Courriel : info@solide.com

SOLIDE nv/sa Senatorlaan 12 B 3201 Langdorp www.solide.com Tél. : +32 13 772 313 Courriel : info@solide.com Manuel d utilisation Échafaudage de façade SOLIDE type GS - 075 Échafaudage de façade en aluminium conforme à la norme européenne EN 12810-1/2. SOLIDE nv/sa Senatorlaan 12 B 3201 Langdorp www.solide.com

Plus en détail

AFFAISSEMENT DU CHÂSSIS DES FENÊTRES À BATTANTS

AFFAISSEMENT DU CHÂSSIS DES FENÊTRES À BATTANTS NOTE TECHNIQUE N 3 AFFAISSEMENT DU CHÂSSIS DES FENÊTRES À BATTANTS L affaissement du châssis correspond à la descente du coin inférieur du côté du verrou par rapport au cadre. De nos jours, la question

Plus en détail

Notice de montage et d utilisation Echafaudage de cheminée de toit en aluminium Édition de juin 2007. Qualité A-BAU 99070. geprüfte Sicherheit

Notice de montage et d utilisation Echafaudage de cheminée de toit en aluminium Édition de juin 2007. Qualité A-BAU 99070. geprüfte Sicherheit BERUFSGENOSSENSCHAFT Notice de montage et d utilisation Echafaudage de cheminée de toit en aluminium Édition de juin 2007 A-BAU 99070 geprüfte Sicherheit Qualité BERUFSGENOSSENSCHAFT 2 3 Sommaire A. Consignes

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Références des textes règlementaires, normatifs, recommandations, et conseils.

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Références des textes règlementaires, normatifs, recommandations, et conseils. Références des textes règlementaires, normatifs, recommandations, et conseils. ECHAFAUDAGE 49-900 P 15/15 1. Règlementation: Elle est contenue dans le Décret n 2004-924 du 01/09/2004 Article R233-13-20

Plus en détail

FERMACELL cloisons non porteuses Parement double

FERMACELL cloisons non porteuses Parement double Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Les cloisons FERMACELL double peau sont des cloisons distributives non porteuses

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment Fiche Prévention - E5 F 03 13 Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment La manutention d armatures sur les chantiers du bâtiment est une tâche fréquente, voire quotidienne.

Plus en détail

Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public

Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public L accessibilité des bâtiments est l un des forts enjeux de la construction depuis

Plus en détail

Dispositifs d ancrage pour les équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur

Dispositifs d ancrage pour les équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur RECOMMANDATION R424 Recommandation adoptée par le Comité technique national des industries de la métallurgie le 16 mai 2006. CNAMTS (Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés) Direction

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 1 mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage NOR: SOCT0410464A. Version consolidée au 7 avril 2014

ARRETE Arrêté du 1 mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage NOR: SOCT0410464A. Version consolidée au 7 avril 2014 Le 7 avril 2014 ARRETE Arrêté du 1 mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage NOR: SOCT0410464A Version consolidée au 7 avril 2014 Le ministre des affaires sociales, du

Plus en détail

Charrue réversible semi-portée Diamant

Charrue réversible semi-portée Diamant Charrue réversible semi-portée Diamant 75% de gain de durée de vie 3800 3600 3400 3200 Dural: 0 279 (Perte de poids [g]) DuraMaxx: 0 158 (Perte de poids [g]) Poids [g] 3000 2800 2600 2400 2200 2000 0 85

Plus en détail

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

DIAGNOSTIC TECHNIQUE RAPPORT FINAL

DIAGNOSTIC TECHNIQUE RAPPORT FINAL SEINE ET MARNE SUD 580, rue Georges Clémenceau Z.I. de Vaux le Pénil B.P. 1918 77019 MELUN CEDEX ( 01.64.79.87.40 2 01.64.79.87.79 E-mail : cconstruction.melun@socotec.fr MELUN, le 05 janvier 2010 Dossier

Plus en détail

PRIX D ARCHITECTURE 2014-2015 / ÉQUIPE N 12 UNE PASSERELLE URBAINE EN BOIS SAINT-ÉTIENNE DÉMARCHE DU PROJET - PRINCIPES ET DÉTAILS CONSTRUCTIFS

PRIX D ARCHITECTURE 2014-2015 / ÉQUIPE N 12 UNE PASSERELLE URBAINE EN BOIS SAINT-ÉTIENNE DÉMARCHE DU PROJET - PRINCIPES ET DÉTAILS CONSTRUCTIFS PRIX D ARCHITECTURE 2014-2015 / ÉQUIPE N 12 UNE PASSERELLE URBAINE EN BOIS SAINT-ÉTIENNE DÉMARCHE DU PROJET - PRINCIPES ET DÉTAILS CONSTRUCTIFS UNE PASSERELLE URBAINE DÉMARCHE DU PROJET Implantation Saint-Etienne

Plus en détail

HOTEL DES INVALIDES - MUSEE DE L'ARMEE REHABILITATION DE L'AILE ORIENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Marché n

HOTEL DES INVALIDES - MUSEE DE L'ARMEE REHABILITATION DE L'AILE ORIENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Marché n MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX HOTEL DES INVALIDES - MUSEE DE L'ARMEE REHABILITATION DE L'AILE ORIENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Marché n Réalisation de supports d œuvres Installation des collections

Plus en détail

PROTECTION PARASISMIQUE

PROTECTION PARASISMIQUE POUR SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE SISMIQUE En cas de séisme, 90 % des pertes en vie humaines sont dues à l effondrement des constructions. La prévention constitue le meilleur moyen de se prémunir contre

Plus en détail

Le lamellé-collé. Charpente Bois Lamellé-collé page 1 / 10

Le lamellé-collé. Charpente Bois Lamellé-collé page 1 / 10 Le lamellé-collé 1- Introduction : 2 2- Le matériau : 2 2-1- Le bois : 2 2-2- La colle : 2 2-3- Le produit fini : 3 3- Son comportement au feu : 3 4- Réalisation d une poutre : 4 4-1- Mode opératoire de

Plus en détail

NOE Conteneursdetransport

NOE Conteneursdetransport NOE Conteneursdetransport et de stockage Notice de service Etat : 03.2013 Table des matières 1. Description du produit... 3 2 Conteneurs de transport et de stockage... 4 2.1 NOEpalette 4 2.1.1 NOEpalette

Plus en détail

LE CHANTIER LA PREFABRICATION BOIS

LE CHANTIER LA PREFABRICATION BOIS LA PREFABRICATION BOIS LE CHANTIER Réaliser des structures bois nécessite pour chaque ouvrage d en maitriser la conception, les calculs, les dessins, les notices et les plans de pose. Chaque fabrication

Plus en détail

StarTec -Securit Instructions de montage et d utilisation

StarTec -Securit Instructions de montage et d utilisation StarTec -Securit Instructions de montage et d utilisation StarTec-Securit Caractéristiques : La santé d abord. Les ingénieurs MEVA se sont occupés en premier lieu de la prévention et de la sécurité des

Plus en détail

KS - Montage & Mise en Place

KS - Montage & Mise en Place KRINGS INTERNATIONAL FRANCE Le blindage en votre possession est un système monobloc de type caisson KS (60 ou 100 selon épaisseur du panneau). Ce système permet : D assurer la sécurité des intervenants

Plus en détail

Dalles alvéolaires précontraintes

Dalles alvéolaires précontraintes Fiche Prévention - E4 F 09 13 Dalles alvéolaires précontraintes Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les dalles alvéolaires précontraintes (DAP) sont des dalles fabriquées en usine, constituées

Plus en détail

Le secteur pavillonnaire a des particularités qui rendent plus problématique l intégration de la sécurité à la conception (1).

Le secteur pavillonnaire a des particularités qui rendent plus problématique l intégration de la sécurité à la conception (1). Pavillons Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

La prédalle qui traite les ponts thermiques

La prédalle qui traite les ponts thermiques La prédalle qui traite les ponts thermiques Une réponse thermique, simple, économique, sûre pour des bâtiments RT 12 sans contrainte. Prédalle à correction de pont thermique intégrée pour préserver tous

Plus en détail

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1)

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) 31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 4

Plus en détail

La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée

La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée L ITI CONFORME ET MOINS CHÈRE En maçonnerie La performance d isolation de la ThermoPrédalle est suffisante pour rester en maçonnerie courante. En béton

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment Page 1 / 7 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Dalles en béton avec sous face en tôles Holorib Rédaction : Raphaël Castro / Etudiant conducteur de travaux 3 ème année 2852 Courtételle Date

Plus en détail

Commune de PUILBOREAU ( Charente Maritime )

Commune de PUILBOREAU ( Charente Maritime ) Pièce annexe N 1 à l'arrêté N 2005/02/116-117 du 12 janvier 2005 Commune de PUILBOREAU ( Charente Maritime ) Titre VIII Livre V du Code de l environnement Règlement communal de la publicité, des enseignes

Plus en détail

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Chapitre 5 : Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Caractère de la zone La zone NC est une zone naturelle constituée des parties du territoire communal ayant une vocation agricole.

Plus en détail

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc),

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc), MISE EN ŒUVRE (ISONAT FACILE A POSER ) ISOLATION DES TOITURES Le produit Isonat se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 25-41 : ouvrages en plaques de parement en plâtre, DTU

Plus en détail

Instruction de pose pour linteaux pleins

Instruction de pose pour linteaux pleins Instruction de pose pour linteaux pleins Isolation périphérique, mur à double paroi et mur homogène Il incombe à l ingénieur civil de vérifier la bienfacture de l ensemble de la construction quant à sa

Plus en détail

62 Grenay - Place Daniel Breton 1.5 Restructuration et mise aux nomes d un équipement de proximité Charpente bois. Lot N 2 CHARPENTE BOIS

62 Grenay - Place Daniel Breton 1.5 Restructuration et mise aux nomes d un équipement de proximité Charpente bois. Lot N 2 CHARPENTE BOIS 62 Grenay - Place Daniel Breton 1.5 Lot N 2 CHARPENTE BOIS 62 Grenay - Place Daniel Breton 2.5 1 PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 Etendue du lot Les travaux de charpente comportent : - les études, plans d exécution

Plus en détail

NOTICE DU DOSSIER DE VISITE D'UN CIRCUIT

NOTICE DU DOSSIER DE VISITE D'UN CIRCUIT Fiche LR-RM-HF002 Agrément Fédéral de Circuit Législation - Réglementation Crée le : 14/01/2009 Modifiée le : NOTICE DU DOSSIER DE VISITE D'UN CIRCUIT A l'usage des visiteurs de circuits en vue de la délivrance

Plus en détail

Prévention et risques

Prévention et risques Page 1 sur 11 1) DEFINITIONS : Manutention : Déplacement de marchandises, de produits industriels ou d'une charge sur de courtes distances. Les actions et les moyens liés à la manutention : LEVER MAINTENIR

Plus en détail

sur mesure Solutions modulaires en kit

sur mesure Solutions modulaires en kit FortEs de leur conception innovante, nos solutions modulaires en kit se montent rapidement et simplement, sans moyen de levage, quel que soit l environnement d accueil. Standards ou sur mesure, provisoires

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE MONTAGE TRI-STAND Aero. energy for a better world

INSTRUCTIONS DE MONTAGE TRI-STAND Aero. energy for a better world *énergie pour un monde meilleur energy for a better world INSTRUCTIONS DE MONTAGE TRI-STAND Aero Système de montage photovoltaïque à optimisation aérodynamique pour toits en terrasse de grande surface

Plus en détail

Fiche n XVII-1 "Le montage des ouvrages métalliques ou mixtes"

Fiche n XVII-1 Le montage des ouvrages métalliques ou mixtes Fiche n XVII-1 "Le montage des ouvrages métalliques ou mixtes" 1. Objet de la présente fiche La présente fiche concerne les opérations de montage de la charpente métallique depuis l arrivée des tronçons

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE PLATEAU RENOVATION Code 312795501

NOTICE TECHNIQUE PLATEAU RENOVATION Code 312795501 NOTICE TECHNIQUE PLATEAU RENOVATION Code 312795501 Le plateau rénovation est un accessoire qui s utilise sur des monte-matériaux installés en oblique et permet de transporter des matériels et matériaux

Plus en détail

Caisses et bacs en plastique

Caisses et bacs en plastique Caisses et bacs en plastique Les caisses et bacs en plastique de Mecalux sont une excellente solution de stockage et de classement de petit matériel. Elles se divisent en quatre grands groupes, ayant une

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer à un ouvrage.

FICHE PEDAGOGIQUE. - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer à un ouvrage. FICHE PEDAGOGIQUE Objectif du TD : - Calculer des résultantes de forces réparties - Calculer le moment de forces réparties - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Protections collectives. pour couvreurs, charpentiers et maçons

Protections collectives. pour couvreurs, charpentiers et maçons pour couvreurs, charpentiers et maçons Presse rapide pour protections en rive de toit p. 33 Protection pignon avec poteau p. 35 Protection bas de toit avec poteau p. 36 Protection de rive réglable par

Plus en détail

Lame de bardage Vertigo et Allegro

Lame de bardage Vertigo et Allegro Lame de bardage et Allegro GEOLAM UN COMPROMIS SÉDUISANT AU BOIS EXOTIQUE Alternative idéale au bois, le profilé ou Allegro profite des avantages de la matière composite pour isoler pour habiller les façades

Plus en détail

Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix

Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix Novembre 2008 Page : 1 / 6 Table des matières 1. Les données 2 2. Le travail demandé 3 3. La démarche 3 4. Résumé des sections et conclusion 7

Plus en détail

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 84420059.2 Int. Cl.3: A 47 B 57/06» A 47 B 57/20

Plus en détail

Mise en œuvre GFP 01/2014 6.1

Mise en œuvre GFP 01/2014 6.1 Mise en œuvre GFP GFP panneau grand format: Détails de construction 6.2 Le plus important en bref 6.3 Détail assemblage d angle 6.4 Détail angle intérieur 6.5 Détail appui de mur 6.6-6.9 Détail appui de

Plus en détail

PCB Plancher collaborant

PCB Plancher collaborant V1/2012 PCB Plancher collaborant Guide de mise en œuvre PCB 20 PCB 0 PCB 80 1PCB PCB ZS 1 Toutes nos documentations sont téléchargeables sur www.bacacier.com 2 Version 01 / 2012 Rédaction : Bacacier Conception

Plus en détail

2.1. SEMELLES DE FONDATION

2.1. SEMELLES DE FONDATION 2.1.1. DESCRIPTION 2.1. SEMELLES DE FONDATION Les semelles de fondations préfabriquées sont de trois types : - avec fût pour pose des colonnes sans étais, - avec fourreaux destinés à recevoir les barres

Plus en détail

BTS FED. La manutention. Auteur : J-P Bousquet

BTS FED. La manutention. Auteur : J-P Bousquet La manutention Auteur : J-P Bousquet Risques liés à la manutention, au levage, http://jeanpaul.bousquet.free.fr au stockage SOMMAIRE 1- Qu est ce que la manutention?. 2 2- Les lésions... 2 3- Comment soulever

Plus en détail

Toupie verticale simple

Toupie verticale simple Fiche de sécurité C1 F 04 02 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Toupie verticale simple (1)

Plus en détail

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999)

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 28 août 2002 désignant les fonctionnaires chargés

Plus en détail

Règlement communal de la publicité, des enseignes et préenseignes

Règlement communal de la publicité, des enseignes et préenseignes Règlement communal de la publicité, des enseignes et préenseignes arrêté le 03 juin 2003 et entré en vigueur le 20 juillet 2003 publié dans le journal «le Parisien Hauts-de-Seine» du 23-06-2003 publié

Plus en détail

FORMULAIRE POUR L ACQUISITION D UNE CONCESSION

FORMULAIRE POUR L ACQUISITION D UNE CONCESSION ADMINISTRATION COMMUNALE DE DOISCHE FORMULAIRE POUR L ACQUISITION D UNE CONCESSION A ADRESSER AU COLLEGE COMMUNAL RUE MARTIN SANDRON 114 DE 5680 DOISCHE Je soussigné(e). rue N. à Téléphone fixe et/ou GSM

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Benelux. Arval Bardage vertical

ArcelorMittal Construction Benelux. Arval Bardage vertical ArcelorMittal Construction Benelux Arval 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 et 25 26 et 31 33 34 et 35 caissons horizontaux caissons caissons horizontaux caissons kn/m 2 1,21 1,21 1,00

Plus en détail

Panneau vinyle PANNEAU VINYLE ROYAL TIMBER PIERRE. BRIQUE. H 300 MM X 3.81 ML. H : 510 x L : 1270 mm. H: 410 x L : 1130 mm

Panneau vinyle PANNEAU VINYLE ROYAL TIMBER PIERRE. BRIQUE. H 300 MM X 3.81 ML. H : 510 x L : 1270 mm. H: 410 x L : 1130 mm ROYAL TIMBER H 300 MM X 3.81 ML PANNEAU VINYLE PIERRE. H : 510 x L : 1270 mm Panneau vinyle BRIQUE. H: 410 x L : 1130 mm Ce dont vous avez besoin Accessoires Moulure de Départ Angle extérieur Angle intérieur

Plus en détail

Couple en fonction de la vitesse

Couple en fonction de la vitesse Le comportement roue rail : comment déplacer la limite de traction: 10,00 9,00 8,00 7,00 6,00 5,00 4,00 3,00 2,00 1,00 0,00 0 Couple en fonction de la vitesse atinage 125 BB BB BB CC TGV ETUDE DU COMOTEMENT

Plus en détail

PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS

PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS GCL 566 Responsable: Dr. GHOMARI Fouad 1 Chap. 6. PATHOLOGIE DES MACONNERIES. 6.1.

Plus en détail

Systèmes de transport sur mesure Systèmes de transport modulaires éprouvés selon la norme KETTNER original

Systèmes de transport sur mesure Systèmes de transport modulaires éprouvés selon la norme KETTNER original Systèmes de transport sur mesure Systèmes de transport modulaires éprouvés selon la norme KETTNER original Convoyage de palettes Sommaire Transport en toute précaution de palettes avec les composantes

Plus en détail

Caisses et bacs en plastique

Caisses et bacs en plastique Caisses et bacs en plastique Les caisses et bacs en plastique de Mecalux sont une excellente solution de stockage et de classement de petit matériel. Elles se divisent en quatre grands groupes, ayant une

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

Le centre Georges Pompidou. Auteurs: Virginie Bastin Thomas Janssen Denis Matagne Guillaume Derwa

Le centre Georges Pompidou. Auteurs: Virginie Bastin Thomas Janssen Denis Matagne Guillaume Derwa Le centre Georges Pompidou Auteurs: Virginie Bastin Thomas Janssen Denis Matagne Guillaume Derwa Le Centre Pompidou est un centre polyculturel Bâtiment très novateur à l époque, il est orné de cheminées

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2)

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 4. Echafaudages

2012-2013 CHAPITRE 4. Echafaudages CHAPITRE 4 Echafaudages Dévaloirs 6 Echafaudages de façades 5» roulants 7 Ecran de protection 7 Fournitures 3 Location 3, 5 Mode de métré 5 Normes 1 Ponts pour réfection de corniches 6 Toitures provisoires

Plus en détail

COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012)

COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012) Article 1 : Exposé COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012) La Commune est propriétaire sur la commune de BUSSANG de terrains cadastrés

Plus en détail