LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2"

Transcription

1 & Vol 10 N o 01 Janvier 2009 A p p u i t e c h n i q u e e t i n v e s t i s s e m e n t e n f i n a n c e d e p r o x i m i t é LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN p. 2 RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : UN DÉPART PROMETTEUR POUR LA CAISSE NATIONALE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT p. 5 EN ALGÉRIE, LA SONATRACH FAIT APPEL À DID p. 5 Les participants au troisième séminaire Proxfin qui s est tenu au Québec les 8 et 9 octobre 2008.

2 ÉDITORIAL DÉPART À LA RETRAITE DE M. PIERRE ÉMOND M. Pierre Émond, directeur principal Investissements, Finances et Comptabilité de DID, prenait sa retraite le 31 décembre Au cours de sa longue carrière chez DID, M. Émond a occupé différentes fonctions tant au siège social qu à l international. Il a notamment été vice-président aux marchés, investissements et financements, vice-président aux programmes de coopération et directeur de programmes Afrique et Océan indien. Il a aussi été conseiller en épargne au Zaïre ( ) et directeur de projet et chef de mission au Sénégal ( ). Durant son passage chez DID, Pierre aura été associé à plusieurs grandes réalisations qui ont encore des effets sur l évolution de l organisation. Il a été au cœur de la mise en place de la fonction Investissement au sein de DID de même que de la mise sur pied et la gestion du fonds de développement international (FONIDI). Pierre laissera certainement une marque indélébile à DID. Nous lui souhaitons une heureuse retraite fort méritée! Nominations Les responsabilités du poste de directeur principal Investissements, Finances et Comptabilité seront réallouées à deux personnes qui ont fait leur marque chez DID au cours des dernières années. Ainsi, Mme Marisol Quirion a été désignée à titre de directrice principale Finances et comptabilité et se joindra à l équipe de direction de DID. Mme Quirion occupe actuellement la fonction de conseillère principale au vice-président Expertise-conseil. De plus, M. Claude Royer ajoutera les dossiers d investissements à sa charge actuelle et deviendra directeur principal Investissements et Contrats d exploitation. Nous leur souhaitons le meilleur des succès dans leurs nouvelles responsabilités. LA PERFORM ANCE SOCIALE, AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS DES RÉSEAUX MEMBRES DE PROXFIN D ans un contexte économique difficile et un climat d incertitude causés par une crise financière mondiale, qui s additionne dans certains pays à une crise alimentaire et sociale, les institutions de finance de proximité ne sont bien évidemment pas à l abri des conséquences de ce ralentissement économique. Pourtant, alors que la crise financière qui ébranle nos économies depuis les derniers mois amène de plus en plus de spécialistes à s interroger sur le modèle économique dominant, il apparaît utile de constater que les institutions coopératives d épargne et de crédit semblent mieux outillées pour y faire face. Moins dépendantes que d autres institutions aux financements externes et mobilisant l épargne auprès de leurs membres, plusieurs d entre elles présentent un niveau de liquidité et de capitalisation dépassant les normes de l industrie. On peut ainsi dire que la consolidation de la performance financière des institutions de finance de proximité est, plus que jamais, une condition essentielle pour assurer leur pérennité et leur développement. C'est dans ce contexte que les membres du réseau Proxfin se sont rencontrés en octobre dernier, à Québec, pour discuter de l importance de poursuivre leurs efforts vers l atteinte de la performance financière, tout en mettant en valeur les engagements de leurs institutions en matière de performance sociale. «Optimiser la performance sociale, la mesurer et la mettre en valeur dans les institutions de finance de proximité» : tel est le thème qui a inspiré les débats d idées auxquels ont participé les gestionnaires de plus de vingt réseaux de finance de proximité en provenance d une quinzaine de pays. Parmi les constats qui se dégagent de ces échanges figure l importance pour les institutions de finance de proximité de se réapproprier la notion de performance sociale, qui est intrinsèque à leur nature coopérative. Les institutions de finance de proximité sont en mesure de trouver un intérêt réel et concret à rehausser la qualité de l information sur la performance sociale pour le bénéfice de leurs membres tout en ayant à cœur de continuer à répondre adéquatement à leurs besoins. Les membres de Proxfin ont ainsi convenu de l importance de proposer des indicateurs sur la performance sociale qui seront le reflet de leur réalité coopérative. En parallèle, ils se sont entendus pour accentuer leurs efforts visant à améliorer de manière significative les principaux indicateurs de performance financière. La préparation d une nouvelle mouture graphique du tableau de bord s inscrit dans cette perspective. Si la performance sociale a été au cœur des échanges, ce sujet n a pas été le seul qu ont abordé les membres de Proxfin à l occasion de cette rencontre internationale. Ce fut l occasion, pour les organisations membres, de discuter de projets communs, notamment sur l équité des genres, en plus de consolider leurs liens et de favoriser des échanges d idées et de bonnes pratiques. La pertinence de Proxfin de même que l avantage pour ce regroupement d axer ses travaux sur des aspects concrets de la pratique des institutions de finance de proximité sont des éléments qui ont été relevés par les participants. Ce séminaire favorisera, j en suis convaincue, le développement de Proxfin sur la scène internationale et tout particulièrement son positionnement en matière de performance sociale et financière. Anne Gaboury Présidente-directrice générale Destinée aux partenaires de Développement international Desjardins (DID), la revue d information Finance & communautés est publiée quatre fois par année, soit deux fois en version imprimée et deux fois en version électronique. Ce numéro est tiré à exemplaires. Il est aussi disponible en anglais et en espagnol. ISSN / Dépôts légaux: Bibliothèque et Archives du Canada et Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Cette publication est imprimée au Canada sur du papier 100% postconsommation. 2 Finance & communautés Janvier 2009

3 DES PARTENAIRES D EXCEPTION MAMADOU TOURÉ ET ALPHA OUÉDRAOGO CENTRE D INNOVATION FINANCIÈRE (CIF), AFRIQUE DE L OUEST Vers des services financiers encore plus sécuritaires et diversifiés En 2006 et 2007, Mamadou Touré et Alpha Ouédraogo ont déployé des efforts sans précédent afin de repositionner le Centre d innovation financière (CIF) et d en faire une confédération d institutions financières. Alors qu il s agissait auparavant d une unité d affaires visant l innovation et le développement de nouveaux produits, l organisation a désormais le mandat d appuyer, d harmoniser et d encadrer les activités des six réseaux de coopératives financières qui lui sont rattachés de façon à professionnaliser, à diversifier et à étendre davantage l offre de services financiers auprès des communautés d Afrique de l Ouest. La stratégie de mobilisation visant à favoriser ce regroupement régional a été largement conçue par MM. Touré et Ouédraogo. Leurs valeurs d entraide économique et sociale, de performance et de participation collective ont toujours figuré au cœur de leur argumentaire. En parallèle, ils sont restés animés par la préoccupation de défendre les intérêts des réseaux nationaux et d assurer le respect de l identité et de l autonomie de chacun. Les réseaux affiliés à la CIF sont la FECECAM au Bénin, le Réseau des caisses populaires du Burkina au Burkina Faso, Kafo Jiginew et Nyèsigiso au Mali, UM-PAMÉCAS au Sénégal et FUCEC au Togo. Ensemble, ces réseaux permettent à plus de deux millions de membres d avoir accès à des services financiers de base (épargne, crédit, assurance, etc.) dans plus de 500 points de service. Mamadou Touré, président Le travail mené conjointement par MM. Touré et Ouédraogo aura donné lieu à une véritable structuration du secteur de la finance de proximité à l échelle ouest-africaine, qui elle-même ouvrira la porte à de nombreuses innovations comme la création d une compagnie d assurance et d un organe financier capables d offrir de façon efficace les services spécialisés requis par les réseaux membres. Mamadou Touré est directeur général du réseau sénégalais UM-PAMÉCAS, dont la performance est bien établie. Au 30 juin 2008, le réseau affichait un actif de 83,2 millions $ CAN et regroupait membres et clients, dont 55,3 % sont des femmes. Alpha Ouédraogo, qui a occupé le poste de directeur général de la Fédération des caisses populaires du Burkina avant de devenir directeur général de la CIF, a pour sa part consacré toute sa carrière au développement de la finance de proximité. Ces leaders se sont tous deux vu décerner la distinction de Chevalier de l Ordre National dans leur pays respectif. Proxfin est un réseau international de réflexion et d'échange qui réunit près de 30 institutions de finance de proximité partenaires de DID. Ce réseau a pour but de favoriser la communication entre des réseaux partageant le même modèle de performance et les mêmes valeurs, de même que de faire progresser les bonnes pratiques en matière de finance de proximité. Alpha Ouédraogo, directeur général Les membres du conseil d administration du CIF. De gauche à droite : M. Modibo Coulibaly, M. Alpha Ouédraogo, M. Kokoumeh Fedy, M. Alou Sidibé, M. Daouada Sawadogo et M. Mamadou Touré Janvier 2009 Finance & communautés 3

4 INNOVATIONS DIGNES DE MENTION SAN ASA DÉVELOPPE UN PRODUIT D ASSURAN CE AGRICOLE Au Sri Lanka, le réseau SANASA se mobilise pour répondre le plus adéquatement possible aux diverses problématiques rencontrées par les populations pauvres en milieu rural. SANASA est souvent cité comme un acteur de premier plan dans la lutte contre la pauvreté à l intérieur de ce pays insulaire où plus de 80 % de la population vit en milieu rural, zone à l intérieur de laquelle sévit 88 % de la pauvreté du pays. Le réseau, qui compte plus de 800 coopératives financières réparties dans tout le pays, est par exemple intervenu dans la mise en place de plusieurs programmes visant la mise en valeur des principales plantations du pays (thé, cacao et café) et leur revente sur les marchés internationaux. Cependant, le financement à lui seul ne peut contribuer à enrayer tous les problèmes auxquels font face les agriculteurs sri lankais et le réseau SANASA le sait bien. Des facteurs externes (sécheresse, infestation d insectes, etc.) peuvent influencer de façon importante et très négative les productions agricoles et la santé des populations. Bien que SANASA envisage depuis plusieurs années de développer et de mettre en place un système d assurance agricole qui serait spécifiquement conçu pour les membres des coopératives financières, le réseau a souvent été déçu par la mauvaise réputation des mécanismes traditionnels d assurances agricoles : ils sont complexes, coûteux et largement subventionnés par les instances publiques. Par ailleurs, il existe peu d expériences pertinentes et crédibles sur lesquelles s appuyer en ce moment. C est ainsi qu au cours des derniers mois, un projet a été lancé par les experts en assurances de Développement international Desjardins (DID) afin d étudier la faisabilité de mettre en place, pour SANASA, un système d assurance agricole. Cette première étape s inscrit dans une vision qui conduirait à la mise sur pied et au développement d un régime durable et rentable d assurance agricole. Ce projet est rendu possible grâce à l implication et à l expertise de DID et de deux de ses partenaires combinant près de 40 années d expérience dans le secteur de l assurance agricole, soit la Financière agricole du Québec Développement international (FADQDI) et Basix (Inde). Le projet est financé par la Fondation Bill-et-Melinda-Gates, par l entremise d un fonds mis en place et géré par l Organisation internationale du travail (OIT). La cueillette du thé au Sri Lanka 4 Finance & communautés Janvier 2009

5 NOUVELLES DES PARTENAIRES Une employée de la Caisse Populaire d'épargne et de crédit (CPEC) de Djibouti (à droite) complète l adhésion d une nouvelle membre. RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : UN DÉPART PROM ETTEUR POUR LA CAISSE NATIONALE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Le 31 mars 2008, la Caisse nationale d épargne et de crédit (CNEC) de la République de Djibouti ouvrait ses portes à ses premiers clients, animée par l objectif de favoriser l accès au financement, développer un patrimoine local et contribuer aux efforts de développement durable. Après seulement quelques mois d opération, la CNEC peut se targuer d avoir acquis une grande confiance auprès des Djiboutiens. Elle compte déjà clients et un montant d épargne de 76 millions de francs Djibouti ( $ CAN). Ce départ est prometteur, d autant plus que l institution vise à déployer six nouveaux points de service, s ajoutant à la caisse centrale et aux deux antennes déjà en place à Balbala et à Einguéla, deux quartiers de la capitale. Les procédures d octroi de crédit de la CNEC sont assez flexibles comparativement à celles des banques commerciales, permettant à des Djiboutiens moins favorisés et normalement exclus du système bancaire d avoir accès à des services financiers. La mise en place de l institution apporte un répit aux petits commerçants, lourdement affectés par la flambée du prix du pétrole et des produits alimentaires. De nombreuses femmes profitent également de l accès au crédit. En plus de coordonner l implantation de la CNEC, DID participe au renforcement des capacités de ses gestionnaires et dirigeants, à l aide d un programme de formation. Cela répond à une volonté du gouvernement djiboutien de prioriser et de valoriser les ressources humaines comme finalité et moyen de développement. Le départ prometteur de la CNEC, grâce à une contribution du Fonds international de développement agricole (FIDA), démontre une fois de plus la pertinence de créer des institutions de finance de proximité pour améliorer la situation précaire de millions de gens. ALG ÉRIE UNE CAISSE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT À LA SON ATRACH En Algérie, au cours des deux prochaines années, la Société nationale de transport et de commercialisation des hydrocarbures (SONATRACH) fera appel aux services d experts de Développement international Desjardins (DID) pour la mise en place d une coopérative d épargne et de crédit (CEC) à l intention des travailleurs et travailleuses du Groupe SONATRACH. Le Groupe SONATRACH est un leader mondial dans le domaine de l énergie. Cette société algérienne, qui emploie personnes, est une référence en matière de recherche, d exploitation, de transport par canalisation, de transformation et de commercialisation des hydrocarbures. Une des préoccupations du Groupe SONATRACH est de permettre à ses employés d'avoir un accès à des services financiers de proximité, dispensés sur les lieux même de leur travail, leur évitant ainsi des déplacements et des démarches fastidieuses auprès d autres institutions financières. DID : un expert en formation Depuis près de 40 ans, les experts de DID ont acquis une vaste expertise en formation grâce aux multiples interactions avec les réseaux partenaires. Inspiré par une vision intégrée de la formation, DID propose à ses partenaires une démarche ainsi que des programmes visant à: Structurer la gestion de la formation; Professionnaliser les responsables de la formation; Offrir une gamme d outils de travail qui assurent le développement des compétences de base et spécialisées propres à l intermédiation financière. DID a été retenu pour la réalisation de ce mandat, du fait notamment de l expertise acquise par Desjardins dans la mise en place de caisses dites «de groupe», c'est-à-dire des coopératives de services financiers opérant principalement en milieu de travail. La CEC, qui sera mise sur pied en Algérie par la SONATRACH, utilisera un modèle alliant l efficacité et la modernité, en offrant des produits et services financiers adaptés ainsi que des outils technologiques performants. Les objectifs visés par ce projet d envergure sont de favoriser l adhésion d au moins employés de la SONATRACH à la coopérative d épargne et de crédit. En Algérie, cette initiative pourrait devenir une vitrine afin de répliquer ce modèle auprès d autres entreprises voulant se doter de services financiers pour leurs employés. Janvier 2009 Finance & communautés 5

6 NOUVEAUX DÉFIS Employées d une caisse PFC à Phuong Xa VIETNAM : L IN TERCON N ECTIVITÉ AU SERVICE DU DÉVELOPPEM EN T RURAL Décloisonner les régions rurales en favorisant l interconnectivité des transactions bancaires : voilà une clé de développement économique importante au Vietnam. C est pourquoi ce pays, au même titre qu Haïti et que trois pays d Afrique de l Ouest (Burkina Faso, Togo et Mali), a été ciblé par DID afin d y déployer des mécanismes qui rendront possibles les transactions intercaisses et les transferts de fonds entre institutions financières. Portrait d un projet au grand potentiel. Moderniser un vaste réseau au bénéfice de tous Au Vietnam, le réseau des institutions financières coopératives est sans conteste le plus grand réseau financier du pays. La couverture géographique des People s Credit Funds (PCF), avec caisses réparties dans 55 des 64 provinces du pays dont plusieurs en régions rurales, est très importante et constitue un maillon indispensable à une offre de services financiers aux populations vivant hors des grands centres. Au 30 juin 2008, les PCF comptaient membres. Pour les institutions financières qui ont à cœur de rendre accessibles les services financiers aux populations pauvres, l interconnectivité devient un atout. Il est attendu qu elle engendre une croissance notable du nombre de membres et qu elle permette aux habitants éloignés des grands centres d avoir accès à une offre de services financiers plus diversifiée. Véritable levier économique, l interconnectivité apportera aux membres les bénéfices concrets suivants : accès à leur patrimoine à différents endroits dans le pays ; possibilité de voyager avec un minimum d argent comptant ; possibilité de recevoir ou d envoyer des fonds à d autres institutions financières ; coût de transaction réduit ; plus de facilité dans les échanges économiques des populations rurales ; sécurité et tranquillité d esprit. Le défi technologique propre au Vietnam À la différence des autres pays engagés dans ce projet, l interconnectivité au Vietnam engendre un défi technologique particulier. En effet, les PCF utilisent un logiciel transactionnel conçu sur mesure : le BMS-PCF. De plus, certaines PCF bénéficient déjà d une participation à un système régional d échange de fonds entre institutions financières. Pour les experts de DID qui animent le déploiement de l interconnectivité, cela nécessite l adaptation locale de la solution générique utilisée dans les autres pays. Pour DID, ce défi d ajustement au contexte d affaire de son partenaire vietnamien constitue une expérience riche en apprentissage qui pourra être mise à contribution lors de prochains déploiements technologiques. Soulignons que le Vietnam possède de bonnes infrastructures de télécommunications, ce qui facilite la mise en exécution du projet. Le ciblage des caisses : un facteur clé de succès Au Vietnam seulement, le projet d interconnectivité vise à être déployé dans 120 caisses sur une période de quatre ans. Ces caisses seront soigneusement sélectionnées en fonction de leur position stratégique, de leur situation géographique et de leur infrastructure technologique. À titre d exemple, pourront être retenus les sites qui : détiennent un potentiel d'échanges économiques intrarégional important ; possèdent une politique de bonne gouvernance ; sont situés en zones rurales ou loin des grands centres et qui ont accès à l'électricité au moins deux heures par jour et qui sont au moins couverts par la téléphonie cellulaire ; comptent membres, habitant principalement dans les zones rurales, et occupant des fonctions d agriculteurs, de pêcheurs ou de petits commerçants. Avant d être déployé à grande échelle dans le pays, le projet d interconnectivité lancera en 2009 un pilote dans quelques caisses PCF. Nous aurons l occasion, dans l un des prochains bulletins, de suivre l avancement de ce projet et de vous en partager les résultats. Le Vietnam en statistiques Superficie: km ² Population: d habitants (2006) 54 groupes ethniques Principales activités économiques: secteur manufacturier (21,25 %) agriculture (15,36 %) ventes en gros et au détail (13,63 %) exploitation minière (10,23 %) construction (6,62 %) Source : General Statistic Office of Vietnam LE PROJET D INTERCONNECTIVITÉ EN QUELQUES MOTS C est au début de l année 2008 que DID s est associé à la Fondation Bill-et-Melinda-Gates pour lancer un projet d envergure visant à améliorer l interconnectivité de près de 250 coopératives financières au Vietnam, en Haïti, au Burkina Faso, au Mali et au Togo et touchant membres. La première phase du projet s échelonne sur trois ans. 6 Finance & communautés Janvier 2009

7 PLEINS FEUX SUR LA MICROFINANCE DID et ses partenaires sur la scène internationale Au moment du lancement officiel à Québec, M. Alpha Ouédraogo, directeur général de la CIF était entouré de Mme Anne Gaboury, présidente-directrice générale de DID, et de M. Yvon Bernier, vice-président Expertise-conseil à DID. LANCEMENT DE LIVRE LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : DÉFIS ET INNOVATIONS Le 14 octobre dernier était organisé, à Québec et en collaboration avec DID, le lancement du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations» dont la rédaction a notamment été dirigée par le directeur général de la Confédération des institutions financières (CIF) en Afrique de l Ouest, M. Alpha Ouédraogo. Cet ouvrage retrace les faits marquants de la création et du développement de chacun des réseaux qui sont aujourd hui réunis au sein de la CIF. Historique d une part, il se veut également un outil de réflexion sur l avenir des réseaux de coopératives d épargne et de crédit en Afrique de l Ouest en présentant les grands enjeux auxquels ils font face aujourd hui : la répartition des membres en zones rurales et urbaines ou encore le rôle de la femme dans la gestion et la direction des coopératives. La rédaction d un tel ouvrage a été possible grâce à la collaboration de chacun des six réseaux membres de la CIF: les gestionnaires et dirigeants de ces réseaux ont mis en commun leurs connaissances ainsi que leurs préoccupations pour l avenir de leurs institutions. DID est fier de constater tout le chemin parcouru par ses partenaires en Afrique de l Ouest et est heureux d avoir permis à ceux-ci de tirer le meilleur parti de l expérience plus que centenaire du réseau des caisses Desjardins du Québec. Ce livre est publié aux éditions Karthala. PARAGUAY UN MEMBRE D UNE COOPÉRATIVE AFFILIÉE À CENCOPAN HONORÉ PAR LA BID Lidio Guanes avait de quoi être fier le 8 octobre dernier, alors qu il recevait des mains du président paraguayen Fernando Lugo le prix d Excellence de l entrepreneuriat local, remis lors de la 11 e édition du Forum Interaméricain de la Microentreprise (FOROMIC) organisé par la Banque interaméricaine de développement (BID). M. Guanes est un micro-entrepreneur membre de Mercado Cuatro, une coopérative de services financiers affiliée à CENCOPAN. Il a été honoré par la BID à l occasion des Inter- American Awards for Excellence in Microentreprise Development, qui sont remis annuellement à des institutions ou des personnes qui ont contribué significativement au développement des micro-entreprises de l Amérique latine et des Caraïbes. C est à titre de micro-entrepreneur du pays hôte de la cérémonie, le Paraguay, que M. Guanes s est vu décerner un tel prix. Un succès d équipe C est avec son épouse, Jenny Zarza, que Lidio Guanes commercialise des remèdes naturels dérivés d herbes traditionnelles. Fondée à Asunción, capitale du Paraguay, son entreprise a connu un essor en devenant membre de Mercado Cuatro. La micro-entreprise de M. Guanes et de son épouse emploie à ce jour douze personnes. La capacité d innovation de M. Guanes, sa persévérance et son engagement avec la communauté sont des gages de succès sur lesquels la BID s est appuyée pour lui décerner cet honneur. M. Lidio Guanes devant ses remèdes naturels dérivés d herbes traditionnelles Janvier 2009 Finance & communautés 7

8 CETTE SECTION DU BULLETIN FINANCE & COMMUNAUTÉS EST CONSACRÉE AUX DÉVELOPPEMENTS ASSOCIÉS AU RÉSEAU INTERNATIONAL D ÉCHANGE ET DE RÉFLEXION PROXFIN ET AUX INSTITUTIONS DE FINANCE DE PROXIMITÉ QUI EN FONT PARTIE. LA PERFORMANCE SOCIALE : UN FACTEUR DE DISTINCTION STRATÉGIQUE POUR LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES COOPÉRATIVES MEMBRES DE PROXFIN Le troisième séminaire international du réseau Proxfin qui s est tenu à Duchesnay (Québec) les 8 et 9 octobre 2008 a permis à une vingtaine de gestionnaires de réseaux coopératifs d échanger sur les enjeux de la performance sociale comme un facteur de distinction coopérative. Du fait de l actuelle crise financière et de ses conséquences sur l équilibre de plusieurs grandes institutions financières des pays développés, il pouvait apparaître ambitieux pour les responsables de Proxfin de se pencher sur la performance sociale des coopératives financières. Les échanges entre les participants avec quelques spécialistes du secteur issus du milieu universitaire ou encore d organisations internationales tels le Microfinance information exchange (MIX) ou le groupe Triodos-Facet ont plutôt fait ressortir une «opportunité», voire une occasion unique pour les réseaux coopératifs de se réapproprier les normes de performance sociale qui sont actuellement utilisées par le secteur financier commercial. En fait, la crise financière permet de revisiter les modèles de gouvernance et d identifier les éléments les plus pertinents à l évaluation de la performance sociale des entreprises. Il est clairement ressorti des travaux du séminaire Proxfin que la performance financière fait partie intégrante de la performance sociale puisque, par exemple, la saine gestion des risques est une condition essentielle du comportement responsable d une institution envers ses membres et la communauté. A fortiori, dans une coopérative financière, le fait que la mission première soit axée sur la promotion des intérêts collectifs des membres et non sur la maximisation des profits des actionnaires vient en quelque sorte confirmer le maillage performance financière et performance sociale. Il importe pour les réseaux coopératifs de s assurer que la reddition des comptes au sujet de la performance sociale corresponde aux spécificités de l institution et ne soit pas un simple calque des normes de performance sociale édictées ou utilisées par le secteur bancaire. L enjeu est donc de définir les éléments propres aux institutions financières coopératives qui soient en phase avec leur caractère distinctif. Ainsi, on parlera souvent du rapport de performance sociale et coopérative d un réseau. M. Bertrand Laferrière, président et chef de l'exploitation de la Fédération des caisses Desjardins du Québec, a, dans son exposé, fait ressortir le caractère stratégique du bilan de responsabilité sociale et coopérative produit par Desjardins qui a fait le choix de mettre la performance financière au service de la performance sociale en optant pour une tarification des produits et services qui se veut compétitive avec l industrie, et avec la possibilité de ristournes en prime. La reddition de comptes doit toujours prendre en considération que les clients sont les membres et que ceux-ci font partie d une même communauté. À cet égard, les participants ont mentionné un certain nombre d éléments pouvant figurer avantageusement dans un rapport de performance sociale et coopérative. En voici quelques-uns : l engagement de la coopérative en matière de formation de ses dirigeants, les mesures visant l équité entre les sexes, la mise à disposition de salles ou d équipements pour les organisations du milieu, le versement d une ristourne collective ou individuelle, etc. Les membres de Proxfin ont également eu l occasion d échanger sur des pratiques distinctives de certains de leurs membres. On a ainsi pu entendre parler du crédit écolage mis en place par les caisses haïtiennes ou encore de l engagement de Basix (en Inde) dans l amélioration des conditions de vie des ménages. Enfin, il a été convenu que le comité de direction de Proxfin s assure, au cours des prochains mois, de la préparation d une déclaration commune sur la performance sociale qui sera soumise, pour approbation, auprès des membres du réseau. PROJET TRANSVERSAL SUR L ÉQUITÉ ENTRE LES SEXES Dans le cadre de ses activités d appui technique, DID a toujours été persuadé que les institutions de finance de proximité se doivent de faire preuve d équité et de conserver une sensibilité particulière à l égard de l accès des femmes aux services financiers et aux leviers de gestion des institutions dont elles sont membres. Après échanges lors de la dernière assemblée générale annuelle de Proxfin en octobre dernier, il a été convenu d amorcer un chantier portant sur l institutionnalisation de la préoccupation d équité entre les sexes dans les réseaux membres de Proxfin, de même que sur l influence sociale des coopératives financières. Au cours des prochains mois, les membres de Proxfin seront invités à manifester leur intérêt à s associer à ce chantier. Nous aurons l occasion d y revenir dans un prochain numéro de Finance et Communautés. Développement international Desjardins 150, rue des Commandeurs, Lévis (Québec) Canada G6V 6P8 (418) (418) Cette publication a été réalisée avec l appui financier du gouvernement du Canada agissant par l entremise de l Agence canadienne de développement international (ACDI).

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Appui technique et investissement en finance de proximité David MacDonald, DID (Bénin) Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais p. 2 Les CFE partenaires

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Contenu de la présentation Le Mouvement Desjardins Développement international Desjardins (DID) Le modèle coopératif Le financement agricole Le Centre financier aux entrepreneurs/centre financier agricole

Plus en détail

AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE > p. 2

AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE > p. 2 & Vol. 10 N o 2 Juillet 2009 Appui technique et investissement en finance de proximité AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE p. 2 ZAMBIE : DES ENTREPRENEURS MIEUX

Plus en détail

RAPPORT D'ACTIVITÉS 2008. agir ensemble. Fier de faire partie du plus grand groupe financier coopératif au Canada

RAPPORT D'ACTIVITÉS 2008. agir ensemble. Fier de faire partie du plus grand groupe financier coopératif au Canada RAPPORT D'ACTIVITÉS 2008 agir ensemble POUR CRÉER L AVENIR Fier de faire partie du plus grand groupe financier coopératif au Canada LE Mouvement DES CAISSES Desjardins : LE PLUS GRAND GROUPE FINANCIER

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Luxembourg, le 02 juin 2008 LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Le texte suivant est un extrait du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations»

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2009 Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Sécurité financière, offre une gamme adaptée de produits

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

expertise proximité développement investissemen Desjardins artenariat leader en habitat depuis40 ans technologies international

expertise proximité développement investissemen Desjardins artenariat leader en habitat depuis40 ans technologies international expertise proximité développement investissemen artenariat leader Desjardins en habitat lemicrofinance depuis40 ans treprises assurances international nt tion technologies Rapport annuel 2009 Coopérer

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle

Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle Ayez des attentes plus élevées ANCE RELATIONS PROFON SOUPLESSE TRANSFORMATI ENDEMENT INFLUENCE PER INSPIRATION CROISSANCE Deloitte et Oracle Aujourd hui,

Plus en détail

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE Depuis le début de ses activités en 1970, Développement international Desjardins (DID) a connu un cheminement très riche, s'adaptant constamment aux besoins de ses partenaires,

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Les Interventions du DID au Sénégal: Projets CTI et PRAO

Les Interventions du DID au Sénégal: Projets CTI et PRAO Les Interventions du DID au Sénégal: Projets CTI et PRAO Développement international Desjardins (DID) est un organisme à but non lucratif du Mouvement Desjardins dont la mission est la mise sur pied de

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Financial Facility for Remittances

Financial Facility for Remittances Financial Facility for Remittances Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Promoting innovative remittance markets and Paris empowering 5-6 décembre migrant workers 2014 and

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 13-09-27 17:26 LES PORTEFEUILLES DIAPASON Plus qu une solution pour vos placements Vous avez des obligations

Plus en détail

Semaine de la coopération

Semaine de la coopération «BULLETIN D INFORMATION DESTINÉ AUX MEMBRES» 219, rue Principale, Ste-Cécile-de-Lévrard 172, rg Saint-Antoine, Ste-Sophie-de-Lévrard Génération D Le concours de la rentrée scolaire 2009 «Des études à mon

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec Offre Exclusive Médecins Fédération des médecins résidents du Québec Volet transactionnel Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de la Fédération des médecins résidents

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

CRISE EN MICROFINANCE : LE POINT DE VUE DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL DESJARDINS

CRISE EN MICROFINANCE : LE POINT DE VUE DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL DESJARDINS CRISE EN MICROFINANCE : LE POINT DE VUE DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL DESJARDINS CONTEXTE Au cours des dix dernières années, le secteur de la microfinance s est développé de façon accélérée, permettant

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL COOPÉRER AUX QUATRE COINS DE LA PLANÈTE. Marie-Claire Duguay, DID

RAPPORT ANNUEL COOPÉRER AUX QUATRE COINS DE LA PLANÈTE. Marie-Claire Duguay, DID RAPPORT ANNUEL 2012 COOPÉRER AUX QUATRE COINS Marie-Claire Duguay, DID DE LA PLANÈTE LE MOUVEMENT DESJARDINS, PREMIER GROUPE FINANCIER COOPÉRATIF DU CANADA Développement international Desjardins (DID)

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement. 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement

Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement. 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement Le Fonds de solidarité FTQ : un outil de changement 24 septembre 2010 Marie-Hélène Gosselin, agente de développement La présentation I ) La création du Fonds FTQ - Les mandats qui le distinguent comme

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

L ASSURANCE-DÉPÔTS UNE PROTECTION POUR VOS ÉCONOMIES

L ASSURANCE-DÉPÔTS UNE PROTECTION POUR VOS ÉCONOMIES en collaboration avec L ASSURANCE-DÉPÔTS UNE PROTECTION POUR VOS ÉCONOMIES Le supplément L assurance-dépôts: une protection pour vos économies a été réalisé par Option consommateurs en partenariat avec

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONFEDERATION INTERNATIONALE DU CREDIT AGRICOLE ZURICH - SUISSE Birmensdorferstrasse 67 - Téléphone 0041/12910575 - Téléfax 0041/12910766 XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE HANOI 12-14 NOVEMBRE 2001 Jean Kerouedan

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR

MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR MUTUELLES ET COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT EN AFRIQUE FRANCOPHONE : EXAMEN COMPARATIF DE DEUX MODÈLES : COOPEC ET CVECA PAR Mauro-F. Malservisi Max N. tereraho No 1097-090 La Chaire de coopération

Plus en détail

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale,

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, ATELIER MISE EN ŒUVRE PROJETS / PROGRAMMES FIDA ----- BAMAKO Avril 2005 1 / 5 FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, Objectif principal

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

LES COOPÉRATIVES JEUNESSE

LES COOPÉRATIVES JEUNESSE LES COOPÉRATIVES JEUNESSE DE SERVICES : APPRENTISSAGE MULTIDIMENSIONNEL, IMPACT ÉDUCATIF ET COMPLÉMENTARITÉ À L ENVIRONNEMENT SCOLAIRE PAR Jean-Marc Fontan Marie Bouchard No 0997-085 La Chaire de coopération

Plus en détail

Projet de réorganisation des bourses canadiennes

Projet de réorganisation des bourses canadiennes Projet de réorganisation des bourses canadiennes Rapport de trois membres du Comité aviseur M. Jean Campeau M. Jean-Claude Cyr M. Pierre Rousseau Montréal, le 3 mai 1999 MISE EN SITUATION Le 15 mars 1999,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

BOURSE DH International

BOURSE DH International CONCOURS DE BOURSES AU MÉRITE DE L ÉTS Bourse Promotion de choix de carrière / Cycles supérieurs BOURSE DH International OBJECTIF : Encourager financièrement un étudiant aux cycles supérieurs désirant

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV)

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) 6 L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) Le contexte global Les services de transfert électronique de fonds aux points de vente ont fait leur apparition durant

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Une offre à la hauteur de votre réussite

Une offre à la hauteur de votre réussite Offre Distinction Avantages pour les membres particuliers Transactions courantes Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de l Association du Jeune Barreau de Montréal

Plus en détail

UNE OFFRE SPÉCIALEMENT POUR VOUS

UNE OFFRE SPÉCIALEMENT POUR VOUS UNE OFFRE SPÉCIALEMENT POUR VOUS MA PASSION. MA CARRIÈRE. MA CAISSE. OFFRE EXCLUSIVE À tout le personnel du milieu de l éducation Aux membres des syndicats et associations de l'enseignement Ainsi qu aux

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

IAAS. Directors Meetings of the. America

IAAS. Directors Meetings of the. America IAAS Directors Meetings of the America Canada, 2011-2012 Sommaire Présentation de l IAAS... 3 Mission... 3 Activités... 3 Structure... 4 Pays membres... 5 Historique de l IAAS Canada... 5 Présentation

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail