LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2"

Transcription

1 & Vol 10 N o 01 Janvier 2009 A p p u i t e c h n i q u e e t i n v e s t i s s e m e n t e n f i n a n c e d e p r o x i m i t é LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN p. 2 RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : UN DÉPART PROMETTEUR POUR LA CAISSE NATIONALE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT p. 5 EN ALGÉRIE, LA SONATRACH FAIT APPEL À DID p. 5 Les participants au troisième séminaire Proxfin qui s est tenu au Québec les 8 et 9 octobre 2008.

2 ÉDITORIAL DÉPART À LA RETRAITE DE M. PIERRE ÉMOND M. Pierre Émond, directeur principal Investissements, Finances et Comptabilité de DID, prenait sa retraite le 31 décembre Au cours de sa longue carrière chez DID, M. Émond a occupé différentes fonctions tant au siège social qu à l international. Il a notamment été vice-président aux marchés, investissements et financements, vice-président aux programmes de coopération et directeur de programmes Afrique et Océan indien. Il a aussi été conseiller en épargne au Zaïre ( ) et directeur de projet et chef de mission au Sénégal ( ). Durant son passage chez DID, Pierre aura été associé à plusieurs grandes réalisations qui ont encore des effets sur l évolution de l organisation. Il a été au cœur de la mise en place de la fonction Investissement au sein de DID de même que de la mise sur pied et la gestion du fonds de développement international (FONIDI). Pierre laissera certainement une marque indélébile à DID. Nous lui souhaitons une heureuse retraite fort méritée! Nominations Les responsabilités du poste de directeur principal Investissements, Finances et Comptabilité seront réallouées à deux personnes qui ont fait leur marque chez DID au cours des dernières années. Ainsi, Mme Marisol Quirion a été désignée à titre de directrice principale Finances et comptabilité et se joindra à l équipe de direction de DID. Mme Quirion occupe actuellement la fonction de conseillère principale au vice-président Expertise-conseil. De plus, M. Claude Royer ajoutera les dossiers d investissements à sa charge actuelle et deviendra directeur principal Investissements et Contrats d exploitation. Nous leur souhaitons le meilleur des succès dans leurs nouvelles responsabilités. LA PERFORM ANCE SOCIALE, AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS DES RÉSEAUX MEMBRES DE PROXFIN D ans un contexte économique difficile et un climat d incertitude causés par une crise financière mondiale, qui s additionne dans certains pays à une crise alimentaire et sociale, les institutions de finance de proximité ne sont bien évidemment pas à l abri des conséquences de ce ralentissement économique. Pourtant, alors que la crise financière qui ébranle nos économies depuis les derniers mois amène de plus en plus de spécialistes à s interroger sur le modèle économique dominant, il apparaît utile de constater que les institutions coopératives d épargne et de crédit semblent mieux outillées pour y faire face. Moins dépendantes que d autres institutions aux financements externes et mobilisant l épargne auprès de leurs membres, plusieurs d entre elles présentent un niveau de liquidité et de capitalisation dépassant les normes de l industrie. On peut ainsi dire que la consolidation de la performance financière des institutions de finance de proximité est, plus que jamais, une condition essentielle pour assurer leur pérennité et leur développement. C'est dans ce contexte que les membres du réseau Proxfin se sont rencontrés en octobre dernier, à Québec, pour discuter de l importance de poursuivre leurs efforts vers l atteinte de la performance financière, tout en mettant en valeur les engagements de leurs institutions en matière de performance sociale. «Optimiser la performance sociale, la mesurer et la mettre en valeur dans les institutions de finance de proximité» : tel est le thème qui a inspiré les débats d idées auxquels ont participé les gestionnaires de plus de vingt réseaux de finance de proximité en provenance d une quinzaine de pays. Parmi les constats qui se dégagent de ces échanges figure l importance pour les institutions de finance de proximité de se réapproprier la notion de performance sociale, qui est intrinsèque à leur nature coopérative. Les institutions de finance de proximité sont en mesure de trouver un intérêt réel et concret à rehausser la qualité de l information sur la performance sociale pour le bénéfice de leurs membres tout en ayant à cœur de continuer à répondre adéquatement à leurs besoins. Les membres de Proxfin ont ainsi convenu de l importance de proposer des indicateurs sur la performance sociale qui seront le reflet de leur réalité coopérative. En parallèle, ils se sont entendus pour accentuer leurs efforts visant à améliorer de manière significative les principaux indicateurs de performance financière. La préparation d une nouvelle mouture graphique du tableau de bord s inscrit dans cette perspective. Si la performance sociale a été au cœur des échanges, ce sujet n a pas été le seul qu ont abordé les membres de Proxfin à l occasion de cette rencontre internationale. Ce fut l occasion, pour les organisations membres, de discuter de projets communs, notamment sur l équité des genres, en plus de consolider leurs liens et de favoriser des échanges d idées et de bonnes pratiques. La pertinence de Proxfin de même que l avantage pour ce regroupement d axer ses travaux sur des aspects concrets de la pratique des institutions de finance de proximité sont des éléments qui ont été relevés par les participants. Ce séminaire favorisera, j en suis convaincue, le développement de Proxfin sur la scène internationale et tout particulièrement son positionnement en matière de performance sociale et financière. Anne Gaboury Présidente-directrice générale Destinée aux partenaires de Développement international Desjardins (DID), la revue d information Finance & communautés est publiée quatre fois par année, soit deux fois en version imprimée et deux fois en version électronique. Ce numéro est tiré à exemplaires. Il est aussi disponible en anglais et en espagnol. ISSN / Dépôts légaux: Bibliothèque et Archives du Canada et Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Cette publication est imprimée au Canada sur du papier 100% postconsommation. 2 Finance & communautés Janvier 2009

3 DES PARTENAIRES D EXCEPTION MAMADOU TOURÉ ET ALPHA OUÉDRAOGO CENTRE D INNOVATION FINANCIÈRE (CIF), AFRIQUE DE L OUEST Vers des services financiers encore plus sécuritaires et diversifiés En 2006 et 2007, Mamadou Touré et Alpha Ouédraogo ont déployé des efforts sans précédent afin de repositionner le Centre d innovation financière (CIF) et d en faire une confédération d institutions financières. Alors qu il s agissait auparavant d une unité d affaires visant l innovation et le développement de nouveaux produits, l organisation a désormais le mandat d appuyer, d harmoniser et d encadrer les activités des six réseaux de coopératives financières qui lui sont rattachés de façon à professionnaliser, à diversifier et à étendre davantage l offre de services financiers auprès des communautés d Afrique de l Ouest. La stratégie de mobilisation visant à favoriser ce regroupement régional a été largement conçue par MM. Touré et Ouédraogo. Leurs valeurs d entraide économique et sociale, de performance et de participation collective ont toujours figuré au cœur de leur argumentaire. En parallèle, ils sont restés animés par la préoccupation de défendre les intérêts des réseaux nationaux et d assurer le respect de l identité et de l autonomie de chacun. Les réseaux affiliés à la CIF sont la FECECAM au Bénin, le Réseau des caisses populaires du Burkina au Burkina Faso, Kafo Jiginew et Nyèsigiso au Mali, UM-PAMÉCAS au Sénégal et FUCEC au Togo. Ensemble, ces réseaux permettent à plus de deux millions de membres d avoir accès à des services financiers de base (épargne, crédit, assurance, etc.) dans plus de 500 points de service. Mamadou Touré, président Le travail mené conjointement par MM. Touré et Ouédraogo aura donné lieu à une véritable structuration du secteur de la finance de proximité à l échelle ouest-africaine, qui elle-même ouvrira la porte à de nombreuses innovations comme la création d une compagnie d assurance et d un organe financier capables d offrir de façon efficace les services spécialisés requis par les réseaux membres. Mamadou Touré est directeur général du réseau sénégalais UM-PAMÉCAS, dont la performance est bien établie. Au 30 juin 2008, le réseau affichait un actif de 83,2 millions $ CAN et regroupait membres et clients, dont 55,3 % sont des femmes. Alpha Ouédraogo, qui a occupé le poste de directeur général de la Fédération des caisses populaires du Burkina avant de devenir directeur général de la CIF, a pour sa part consacré toute sa carrière au développement de la finance de proximité. Ces leaders se sont tous deux vu décerner la distinction de Chevalier de l Ordre National dans leur pays respectif. Proxfin est un réseau international de réflexion et d'échange qui réunit près de 30 institutions de finance de proximité partenaires de DID. Ce réseau a pour but de favoriser la communication entre des réseaux partageant le même modèle de performance et les mêmes valeurs, de même que de faire progresser les bonnes pratiques en matière de finance de proximité. Alpha Ouédraogo, directeur général Les membres du conseil d administration du CIF. De gauche à droite : M. Modibo Coulibaly, M. Alpha Ouédraogo, M. Kokoumeh Fedy, M. Alou Sidibé, M. Daouada Sawadogo et M. Mamadou Touré Janvier 2009 Finance & communautés 3

4 INNOVATIONS DIGNES DE MENTION SAN ASA DÉVELOPPE UN PRODUIT D ASSURAN CE AGRICOLE Au Sri Lanka, le réseau SANASA se mobilise pour répondre le plus adéquatement possible aux diverses problématiques rencontrées par les populations pauvres en milieu rural. SANASA est souvent cité comme un acteur de premier plan dans la lutte contre la pauvreté à l intérieur de ce pays insulaire où plus de 80 % de la population vit en milieu rural, zone à l intérieur de laquelle sévit 88 % de la pauvreté du pays. Le réseau, qui compte plus de 800 coopératives financières réparties dans tout le pays, est par exemple intervenu dans la mise en place de plusieurs programmes visant la mise en valeur des principales plantations du pays (thé, cacao et café) et leur revente sur les marchés internationaux. Cependant, le financement à lui seul ne peut contribuer à enrayer tous les problèmes auxquels font face les agriculteurs sri lankais et le réseau SANASA le sait bien. Des facteurs externes (sécheresse, infestation d insectes, etc.) peuvent influencer de façon importante et très négative les productions agricoles et la santé des populations. Bien que SANASA envisage depuis plusieurs années de développer et de mettre en place un système d assurance agricole qui serait spécifiquement conçu pour les membres des coopératives financières, le réseau a souvent été déçu par la mauvaise réputation des mécanismes traditionnels d assurances agricoles : ils sont complexes, coûteux et largement subventionnés par les instances publiques. Par ailleurs, il existe peu d expériences pertinentes et crédibles sur lesquelles s appuyer en ce moment. C est ainsi qu au cours des derniers mois, un projet a été lancé par les experts en assurances de Développement international Desjardins (DID) afin d étudier la faisabilité de mettre en place, pour SANASA, un système d assurance agricole. Cette première étape s inscrit dans une vision qui conduirait à la mise sur pied et au développement d un régime durable et rentable d assurance agricole. Ce projet est rendu possible grâce à l implication et à l expertise de DID et de deux de ses partenaires combinant près de 40 années d expérience dans le secteur de l assurance agricole, soit la Financière agricole du Québec Développement international (FADQDI) et Basix (Inde). Le projet est financé par la Fondation Bill-et-Melinda-Gates, par l entremise d un fonds mis en place et géré par l Organisation internationale du travail (OIT). La cueillette du thé au Sri Lanka 4 Finance & communautés Janvier 2009

5 NOUVELLES DES PARTENAIRES Une employée de la Caisse Populaire d'épargne et de crédit (CPEC) de Djibouti (à droite) complète l adhésion d une nouvelle membre. RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI : UN DÉPART PROM ETTEUR POUR LA CAISSE NATIONALE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Le 31 mars 2008, la Caisse nationale d épargne et de crédit (CNEC) de la République de Djibouti ouvrait ses portes à ses premiers clients, animée par l objectif de favoriser l accès au financement, développer un patrimoine local et contribuer aux efforts de développement durable. Après seulement quelques mois d opération, la CNEC peut se targuer d avoir acquis une grande confiance auprès des Djiboutiens. Elle compte déjà clients et un montant d épargne de 76 millions de francs Djibouti ( $ CAN). Ce départ est prometteur, d autant plus que l institution vise à déployer six nouveaux points de service, s ajoutant à la caisse centrale et aux deux antennes déjà en place à Balbala et à Einguéla, deux quartiers de la capitale. Les procédures d octroi de crédit de la CNEC sont assez flexibles comparativement à celles des banques commerciales, permettant à des Djiboutiens moins favorisés et normalement exclus du système bancaire d avoir accès à des services financiers. La mise en place de l institution apporte un répit aux petits commerçants, lourdement affectés par la flambée du prix du pétrole et des produits alimentaires. De nombreuses femmes profitent également de l accès au crédit. En plus de coordonner l implantation de la CNEC, DID participe au renforcement des capacités de ses gestionnaires et dirigeants, à l aide d un programme de formation. Cela répond à une volonté du gouvernement djiboutien de prioriser et de valoriser les ressources humaines comme finalité et moyen de développement. Le départ prometteur de la CNEC, grâce à une contribution du Fonds international de développement agricole (FIDA), démontre une fois de plus la pertinence de créer des institutions de finance de proximité pour améliorer la situation précaire de millions de gens. ALG ÉRIE UNE CAISSE D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT À LA SON ATRACH En Algérie, au cours des deux prochaines années, la Société nationale de transport et de commercialisation des hydrocarbures (SONATRACH) fera appel aux services d experts de Développement international Desjardins (DID) pour la mise en place d une coopérative d épargne et de crédit (CEC) à l intention des travailleurs et travailleuses du Groupe SONATRACH. Le Groupe SONATRACH est un leader mondial dans le domaine de l énergie. Cette société algérienne, qui emploie personnes, est une référence en matière de recherche, d exploitation, de transport par canalisation, de transformation et de commercialisation des hydrocarbures. Une des préoccupations du Groupe SONATRACH est de permettre à ses employés d'avoir un accès à des services financiers de proximité, dispensés sur les lieux même de leur travail, leur évitant ainsi des déplacements et des démarches fastidieuses auprès d autres institutions financières. DID : un expert en formation Depuis près de 40 ans, les experts de DID ont acquis une vaste expertise en formation grâce aux multiples interactions avec les réseaux partenaires. Inspiré par une vision intégrée de la formation, DID propose à ses partenaires une démarche ainsi que des programmes visant à: Structurer la gestion de la formation; Professionnaliser les responsables de la formation; Offrir une gamme d outils de travail qui assurent le développement des compétences de base et spécialisées propres à l intermédiation financière. DID a été retenu pour la réalisation de ce mandat, du fait notamment de l expertise acquise par Desjardins dans la mise en place de caisses dites «de groupe», c'est-à-dire des coopératives de services financiers opérant principalement en milieu de travail. La CEC, qui sera mise sur pied en Algérie par la SONATRACH, utilisera un modèle alliant l efficacité et la modernité, en offrant des produits et services financiers adaptés ainsi que des outils technologiques performants. Les objectifs visés par ce projet d envergure sont de favoriser l adhésion d au moins employés de la SONATRACH à la coopérative d épargne et de crédit. En Algérie, cette initiative pourrait devenir une vitrine afin de répliquer ce modèle auprès d autres entreprises voulant se doter de services financiers pour leurs employés. Janvier 2009 Finance & communautés 5

6 NOUVEAUX DÉFIS Employées d une caisse PFC à Phuong Xa VIETNAM : L IN TERCON N ECTIVITÉ AU SERVICE DU DÉVELOPPEM EN T RURAL Décloisonner les régions rurales en favorisant l interconnectivité des transactions bancaires : voilà une clé de développement économique importante au Vietnam. C est pourquoi ce pays, au même titre qu Haïti et que trois pays d Afrique de l Ouest (Burkina Faso, Togo et Mali), a été ciblé par DID afin d y déployer des mécanismes qui rendront possibles les transactions intercaisses et les transferts de fonds entre institutions financières. Portrait d un projet au grand potentiel. Moderniser un vaste réseau au bénéfice de tous Au Vietnam, le réseau des institutions financières coopératives est sans conteste le plus grand réseau financier du pays. La couverture géographique des People s Credit Funds (PCF), avec caisses réparties dans 55 des 64 provinces du pays dont plusieurs en régions rurales, est très importante et constitue un maillon indispensable à une offre de services financiers aux populations vivant hors des grands centres. Au 30 juin 2008, les PCF comptaient membres. Pour les institutions financières qui ont à cœur de rendre accessibles les services financiers aux populations pauvres, l interconnectivité devient un atout. Il est attendu qu elle engendre une croissance notable du nombre de membres et qu elle permette aux habitants éloignés des grands centres d avoir accès à une offre de services financiers plus diversifiée. Véritable levier économique, l interconnectivité apportera aux membres les bénéfices concrets suivants : accès à leur patrimoine à différents endroits dans le pays ; possibilité de voyager avec un minimum d argent comptant ; possibilité de recevoir ou d envoyer des fonds à d autres institutions financières ; coût de transaction réduit ; plus de facilité dans les échanges économiques des populations rurales ; sécurité et tranquillité d esprit. Le défi technologique propre au Vietnam À la différence des autres pays engagés dans ce projet, l interconnectivité au Vietnam engendre un défi technologique particulier. En effet, les PCF utilisent un logiciel transactionnel conçu sur mesure : le BMS-PCF. De plus, certaines PCF bénéficient déjà d une participation à un système régional d échange de fonds entre institutions financières. Pour les experts de DID qui animent le déploiement de l interconnectivité, cela nécessite l adaptation locale de la solution générique utilisée dans les autres pays. Pour DID, ce défi d ajustement au contexte d affaire de son partenaire vietnamien constitue une expérience riche en apprentissage qui pourra être mise à contribution lors de prochains déploiements technologiques. Soulignons que le Vietnam possède de bonnes infrastructures de télécommunications, ce qui facilite la mise en exécution du projet. Le ciblage des caisses : un facteur clé de succès Au Vietnam seulement, le projet d interconnectivité vise à être déployé dans 120 caisses sur une période de quatre ans. Ces caisses seront soigneusement sélectionnées en fonction de leur position stratégique, de leur situation géographique et de leur infrastructure technologique. À titre d exemple, pourront être retenus les sites qui : détiennent un potentiel d'échanges économiques intrarégional important ; possèdent une politique de bonne gouvernance ; sont situés en zones rurales ou loin des grands centres et qui ont accès à l'électricité au moins deux heures par jour et qui sont au moins couverts par la téléphonie cellulaire ; comptent membres, habitant principalement dans les zones rurales, et occupant des fonctions d agriculteurs, de pêcheurs ou de petits commerçants. Avant d être déployé à grande échelle dans le pays, le projet d interconnectivité lancera en 2009 un pilote dans quelques caisses PCF. Nous aurons l occasion, dans l un des prochains bulletins, de suivre l avancement de ce projet et de vous en partager les résultats. Le Vietnam en statistiques Superficie: km ² Population: d habitants (2006) 54 groupes ethniques Principales activités économiques: secteur manufacturier (21,25 %) agriculture (15,36 %) ventes en gros et au détail (13,63 %) exploitation minière (10,23 %) construction (6,62 %) Source : General Statistic Office of Vietnam LE PROJET D INTERCONNECTIVITÉ EN QUELQUES MOTS C est au début de l année 2008 que DID s est associé à la Fondation Bill-et-Melinda-Gates pour lancer un projet d envergure visant à améliorer l interconnectivité de près de 250 coopératives financières au Vietnam, en Haïti, au Burkina Faso, au Mali et au Togo et touchant membres. La première phase du projet s échelonne sur trois ans. 6 Finance & communautés Janvier 2009

7 PLEINS FEUX SUR LA MICROFINANCE DID et ses partenaires sur la scène internationale Au moment du lancement officiel à Québec, M. Alpha Ouédraogo, directeur général de la CIF était entouré de Mme Anne Gaboury, présidente-directrice générale de DID, et de M. Yvon Bernier, vice-président Expertise-conseil à DID. LANCEMENT DE LIVRE LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : DÉFIS ET INNOVATIONS Le 14 octobre dernier était organisé, à Québec et en collaboration avec DID, le lancement du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations» dont la rédaction a notamment été dirigée par le directeur général de la Confédération des institutions financières (CIF) en Afrique de l Ouest, M. Alpha Ouédraogo. Cet ouvrage retrace les faits marquants de la création et du développement de chacun des réseaux qui sont aujourd hui réunis au sein de la CIF. Historique d une part, il se veut également un outil de réflexion sur l avenir des réseaux de coopératives d épargne et de crédit en Afrique de l Ouest en présentant les grands enjeux auxquels ils font face aujourd hui : la répartition des membres en zones rurales et urbaines ou encore le rôle de la femme dans la gestion et la direction des coopératives. La rédaction d un tel ouvrage a été possible grâce à la collaboration de chacun des six réseaux membres de la CIF: les gestionnaires et dirigeants de ces réseaux ont mis en commun leurs connaissances ainsi que leurs préoccupations pour l avenir de leurs institutions. DID est fier de constater tout le chemin parcouru par ses partenaires en Afrique de l Ouest et est heureux d avoir permis à ceux-ci de tirer le meilleur parti de l expérience plus que centenaire du réseau des caisses Desjardins du Québec. Ce livre est publié aux éditions Karthala. PARAGUAY UN MEMBRE D UNE COOPÉRATIVE AFFILIÉE À CENCOPAN HONORÉ PAR LA BID Lidio Guanes avait de quoi être fier le 8 octobre dernier, alors qu il recevait des mains du président paraguayen Fernando Lugo le prix d Excellence de l entrepreneuriat local, remis lors de la 11 e édition du Forum Interaméricain de la Microentreprise (FOROMIC) organisé par la Banque interaméricaine de développement (BID). M. Guanes est un micro-entrepreneur membre de Mercado Cuatro, une coopérative de services financiers affiliée à CENCOPAN. Il a été honoré par la BID à l occasion des Inter- American Awards for Excellence in Microentreprise Development, qui sont remis annuellement à des institutions ou des personnes qui ont contribué significativement au développement des micro-entreprises de l Amérique latine et des Caraïbes. C est à titre de micro-entrepreneur du pays hôte de la cérémonie, le Paraguay, que M. Guanes s est vu décerner un tel prix. Un succès d équipe C est avec son épouse, Jenny Zarza, que Lidio Guanes commercialise des remèdes naturels dérivés d herbes traditionnelles. Fondée à Asunción, capitale du Paraguay, son entreprise a connu un essor en devenant membre de Mercado Cuatro. La micro-entreprise de M. Guanes et de son épouse emploie à ce jour douze personnes. La capacité d innovation de M. Guanes, sa persévérance et son engagement avec la communauté sont des gages de succès sur lesquels la BID s est appuyée pour lui décerner cet honneur. M. Lidio Guanes devant ses remèdes naturels dérivés d herbes traditionnelles Janvier 2009 Finance & communautés 7

8 CETTE SECTION DU BULLETIN FINANCE & COMMUNAUTÉS EST CONSACRÉE AUX DÉVELOPPEMENTS ASSOCIÉS AU RÉSEAU INTERNATIONAL D ÉCHANGE ET DE RÉFLEXION PROXFIN ET AUX INSTITUTIONS DE FINANCE DE PROXIMITÉ QUI EN FONT PARTIE. LA PERFORMANCE SOCIALE : UN FACTEUR DE DISTINCTION STRATÉGIQUE POUR LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES COOPÉRATIVES MEMBRES DE PROXFIN Le troisième séminaire international du réseau Proxfin qui s est tenu à Duchesnay (Québec) les 8 et 9 octobre 2008 a permis à une vingtaine de gestionnaires de réseaux coopératifs d échanger sur les enjeux de la performance sociale comme un facteur de distinction coopérative. Du fait de l actuelle crise financière et de ses conséquences sur l équilibre de plusieurs grandes institutions financières des pays développés, il pouvait apparaître ambitieux pour les responsables de Proxfin de se pencher sur la performance sociale des coopératives financières. Les échanges entre les participants avec quelques spécialistes du secteur issus du milieu universitaire ou encore d organisations internationales tels le Microfinance information exchange (MIX) ou le groupe Triodos-Facet ont plutôt fait ressortir une «opportunité», voire une occasion unique pour les réseaux coopératifs de se réapproprier les normes de performance sociale qui sont actuellement utilisées par le secteur financier commercial. En fait, la crise financière permet de revisiter les modèles de gouvernance et d identifier les éléments les plus pertinents à l évaluation de la performance sociale des entreprises. Il est clairement ressorti des travaux du séminaire Proxfin que la performance financière fait partie intégrante de la performance sociale puisque, par exemple, la saine gestion des risques est une condition essentielle du comportement responsable d une institution envers ses membres et la communauté. A fortiori, dans une coopérative financière, le fait que la mission première soit axée sur la promotion des intérêts collectifs des membres et non sur la maximisation des profits des actionnaires vient en quelque sorte confirmer le maillage performance financière et performance sociale. Il importe pour les réseaux coopératifs de s assurer que la reddition des comptes au sujet de la performance sociale corresponde aux spécificités de l institution et ne soit pas un simple calque des normes de performance sociale édictées ou utilisées par le secteur bancaire. L enjeu est donc de définir les éléments propres aux institutions financières coopératives qui soient en phase avec leur caractère distinctif. Ainsi, on parlera souvent du rapport de performance sociale et coopérative d un réseau. M. Bertrand Laferrière, président et chef de l'exploitation de la Fédération des caisses Desjardins du Québec, a, dans son exposé, fait ressortir le caractère stratégique du bilan de responsabilité sociale et coopérative produit par Desjardins qui a fait le choix de mettre la performance financière au service de la performance sociale en optant pour une tarification des produits et services qui se veut compétitive avec l industrie, et avec la possibilité de ristournes en prime. La reddition de comptes doit toujours prendre en considération que les clients sont les membres et que ceux-ci font partie d une même communauté. À cet égard, les participants ont mentionné un certain nombre d éléments pouvant figurer avantageusement dans un rapport de performance sociale et coopérative. En voici quelques-uns : l engagement de la coopérative en matière de formation de ses dirigeants, les mesures visant l équité entre les sexes, la mise à disposition de salles ou d équipements pour les organisations du milieu, le versement d une ristourne collective ou individuelle, etc. Les membres de Proxfin ont également eu l occasion d échanger sur des pratiques distinctives de certains de leurs membres. On a ainsi pu entendre parler du crédit écolage mis en place par les caisses haïtiennes ou encore de l engagement de Basix (en Inde) dans l amélioration des conditions de vie des ménages. Enfin, il a été convenu que le comité de direction de Proxfin s assure, au cours des prochains mois, de la préparation d une déclaration commune sur la performance sociale qui sera soumise, pour approbation, auprès des membres du réseau. PROJET TRANSVERSAL SUR L ÉQUITÉ ENTRE LES SEXES Dans le cadre de ses activités d appui technique, DID a toujours été persuadé que les institutions de finance de proximité se doivent de faire preuve d équité et de conserver une sensibilité particulière à l égard de l accès des femmes aux services financiers et aux leviers de gestion des institutions dont elles sont membres. Après échanges lors de la dernière assemblée générale annuelle de Proxfin en octobre dernier, il a été convenu d amorcer un chantier portant sur l institutionnalisation de la préoccupation d équité entre les sexes dans les réseaux membres de Proxfin, de même que sur l influence sociale des coopératives financières. Au cours des prochains mois, les membres de Proxfin seront invités à manifester leur intérêt à s associer à ce chantier. Nous aurons l occasion d y revenir dans un prochain numéro de Finance et Communautés. Développement international Desjardins 150, rue des Commandeurs, Lévis (Québec) Canada G6V 6P8 (418) (418) Cette publication a été réalisée avec l appui financier du gouvernement du Canada agissant par l entremise de l Agence canadienne de développement international (ACDI).

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ;

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ; 1 Etat des lieux 2 Qu est-ce que c est? La Microfinance est l offre permanente de services financiers à grande échelle aux populations démunies. La Microfinance est apparue vers les années 1970 en Afrique

Plus en détail

Micro-finance : lancement du nouveau produit Psi-Cif ou part B

Micro-finance : lancement du nouveau produit Psi-Cif ou part B L objectif visé en lançant ce nouveau produit dénommé Part sociale d investissement de la Confédération des institutions financières de l Afrique de l Ouest (Psi-Cif) ou Part B est de proposer aux membres

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Besoins de gestion des risques. comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF. Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance

Besoins de gestion des risques. comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF. Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance Besoins de gestion des risques pour les clients des IMF et comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance 1 Contenu de la présentation Présentation

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Un programme de placement à votre image

Un programme de placement à votre image Un programme de placement à votre image Plus votre patrimoine fructifie, plus vos attentes devraient être élevées. C est pourquoi il est essentiel de vous assurer le soutien d une institution financière

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Robert Keating Président de la Financière agricole du Québec - Canada #FinAgri13 55 L agriculture au Canada

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

1. Contexte de l atelier

1. Contexte de l atelier 1. ATELIER DE MISE A NIVEAU SUR LA MICROFINANCE ISLAMIQUE 06-07 février 2013, Radisson Blu Hotel (SENEGAL) 1 1. Contexte de l atelier A l instar du reste du monde, au Sénégal et dans la sous région des

Plus en détail

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers À l usage des conseillers RBC Assurances : une force à mon service > Un soutien inégalé > Des outils de vente à l avant-garde de l industrie > Une gamme complète de produits > Un nom respecté, synonyme

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol.

MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol. MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol. Adresse : Éducation : Montréal, Québec H2X 3Z3 Tel : (514) 289 1920 Fax

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

La bonne place pour faire carrière

La bonne place pour faire carrière La bonne place pour faire carrière Chez SSQ Groupe financier, nous partageons les mêmes valeurs et soutenons la croissance et les réalisations de nos employés. Joindre nos rangs, c'est s'associer à un

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Document entrepreneurial

Document entrepreneurial Document entrepreneurial 1. La culture entrepreneuriale Comme mentionné, la culture entrepreneuriale est présente dans les trois visées du PFEQ. L élève entreprend et mène à terme des projets qui développent

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF)

Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF) Banque de la République d Haïti Stratégie Nationale d Inclusion Financière (SNIF) Présenté Par : Antoine Grand Pierre Stratégie Élaborée avec la Collaboration de la Sommet International sur la Finance

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout 16 novembre 2011 Le concept structurel Le rachat d entreprises («buyout») est une transaction qui prend forme dans le transfert du contrôle de

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

"LE PARCOURS" L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION :

LE PARCOURS L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION : République du Sénégal Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal FONGS - ACTION PAYSANNE B.P. 269 THIES, Tél. 939 58 58 Fax : 951.20.59/@ : fongs@orange.sn Web : www.fongs.sn L EXPERIENCE

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail