DOCUMENT PÉDAGOGIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT PÉDAGOGIQUE"

Transcription

1 N 2 Février 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL LA DÉTERMINATION DES COURS DE CHANGE À TERME THÉORIE ACADÉMIQUE VERSUS THÉORIE CAMBISTE DU CHANGE À TERME RETOUR SUR UNE CONTROVERSE ET DÉPASSEMENT Gilles MORISSON Innocent M. KOUAO

2 N 2 Février 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL LA DÉTERMINATION DES COURS DE CHANGE À TERME THÉORIE ACADÉMIQUE VERSUS THÉORIE CAMBISTE DU CHANGE A TERME RETOUR SUR UNE CONTROVERSE ET DÉPASSEMENT Gilles MORISSON Innocent M. KOUAO

3

4 LA DÉTERMINATION DES COURS DE CHANGE À TERME THÉORIE ACADÉMIQUE VERSUS THÉORIE CAMBISTE DU CHANGE À TERME RETOUR SUR UNE CONTROVERSE ET DÉPASSEMENT Gilles MORISSON Institut Bancaire et Financier International Banque de France Innocent M. KOUAO Master Banque et Finance CESAG Dakar AVERTISSEMENT Les idées développées dans ce document n engagent que leurs auteurs et n expriment pas nécessairement la position de la Banque de France J.M. Keynes est le premier économiste à s être intéressé dans les années 1920 aux opérations d arbitrage de taux d intérêt couverts en change entre places financières et à la relation existant entre les cours de change au comptant et à terme. Il a alors proposé une théorie explicative de la formation des cours de change à terme, dite théorie de la parité des taux d intérêt. Dans les années , cette théorie a donné lieu à de très nombreuses contributions académiques. Dans le même temps, les praticiens du change ont développé une approche quelque peu différente de celle des universitaires. P Prissert, de la Banque de France, en est à l origine et il a été rejoint par quelques universitaires, dont P. Coulbois de l Université de Paris I Panthéon Sorbonne. Une controverse est ainsi née sur la formation des cours de change à terme et l équilibre du marché interbancaire des changes à terme, qui s est finalement éteinte dans les années 1980, les universitaires campant sur leurs certitudes et les praticiens abandonnant un débat sans portée pratique pour eux. Le développement spectaculaire des marchés de produits dérivés depuis le milieu des années 1980 a semblé rendre totalement obsolète cette controverse. L objet de ce document est pourtant de revenir sur cette controverse en la dépassant, et d utiliser les instruments d analyse développés à cette occasion pour comprendre les mécanismes de la formation des cours à terme fermes et conditionnels sur l ensemble des marchés de gré à gré et organisés actuels, aussi bien de change que de taux d intérêt, d'actions, d'indices ou de matières premières. La thèse que nous défendons ici est que la théorie académique de change à terme permet d expliquer la formation des prix à terme sur les marchés organisés de produits dérivés, tandis que la théorie cambiste permet d interpréter la formation des prix sur les marchés de gré à gré. Ces deux approches éclairent les relations d arbitrage entre les différents prix à terme, qu ils soient fermes ou conditionnels, qu ils se fixent sur les marchés organisés ou de gré à gré. Réalisation du document : C. Kreckelbergh (IBFI) Couverture : SIMA BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 1

5 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER INTRODUCTION Les opérations sèches de change à terme, dites encore opération à terme sec ou «forward transactions» ou «spot forward transactions», se sont développées sur le marché interbancaire ou international des changes à la faveur de l instabilité monétaire née de l abandon progressif du système de l étalon or par les différents pays européens durant les années Leur importance s est ensuite accrue après le retour à la convertibilité externe des devises européennes en 1959 puis le flottement généralisé des monnaies à partir de J.M. Keynes est le premier économiste à s être intéressé aux opérations d arbitrage de taux d intérêt couverts en change entre places, à la relation existant entre le cours de change au comptant et le cours de change à terme et avoir formulé une théorie explicative de la formation du cours de change à terme, dite théorie de la parité des taux d intérêt, en 1923 dans son «Tract on Monetary Reform» puis en 1930 dans son «Treatise on money». Dans les années cette théorie a donné lieu à de très nombreuses contributions d universitaires, dont celles de J. Spraos, de S. C Tsiang, de P. Einzig, de E. Sohmen, de R. Z. Aliber, de J. Frenkel, de H. Grubel, de B. Munier, et de P. Dockès sont parmi les plus représentatives. Ces auteurs distinguent la forme classique de la théorie du change à terme, fondée sur la théorie de la parité des taux d intérêt énoncée par J.M. Keynes, de la forme qualifiée de moderne, du fait des approfondissements apportés à l analyse des comportements des opérateurs, et qu ils incarnent. Parallèlement les praticiens du change, ou cambistes, ont développé une approche quelque peu différente de celle des universitaires. La Banque de France est à l origine de ces réflexions puisqu elles ont été formulées par P. Prissert, alors cambiste, dès 1969 dans diverses notes internes, des colloques et des articles parus dans des revues d économie françaises et étrangères. Parmi les universitaires qui se sont rangés dans le camp des praticiens figure P. Coulbois, alors professeur à l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, qui a rédigé plusieurs articles sur ce sujet, seul ou en collaboration avec P. Prissert, et a publié un manuel de finance internationale consacré au change en 1979, qui expose clairement le fonctionnement du marché interbancaire des changes au comptant et à terme et les théories explicatives de la formation du cours à terme en présence. Une vive controverse est ainsi née entre les partisans de la théorie dite académique ou universitaire du change à terme et de la théorie dite cambiste du change à terme. Un colloque organisé à l Université de Paris I, les 15 et 19 avril 1972, à l initiative de P. Coulbois et de R.Z. Aliber de l Université de Chicago et qui réunissait des universitaires et des praticiens a tenté, sans grand succès, de concilier ces deux approches divergentes de la détermination des cours de change à terme. Au début des années 1980 la controverse s est finalement éteinte faute de contradicteurs, les théoriciens campant sur leurs certitudes et les praticiens, dont P. Coulbois, se retirant du débat. Pour P. Prissert, interrogé, les deux approches ont été renvoyées dos à dos en l absence de véritables enjeux ou d incidences pratiques et en raison du développement de nouveaux produits de change à terme, et notamment des options, rendant la querelle, en apparence, obsolète. 2 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

6 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE À l heure actuelle les ouvrages ou les articles qui traitent des marchés de produits dérivés ne font que très rarement usage des instruments d analyse et notamment des diagrammes développés par les deux approches. La plupart des universitaires, notamment français, dont par exemple H. Bourguinat ou Y. Simon, qui présentent le fonctionnement du marché interbancaire des changes au comptant et à terme, continuent à utiliser le schéma d ajustement de la théorie académique, mais sans toutefois y faire référence explicitement et sans en reprendre tout l appareillage. Quelques 30 ans plus tard il nous est apparu intéressant de revenir sur cette controverse, non seulement pour rendre hommage au professeur P. Coulbois et à ses enseignements universitaires, et à P. Prissert, fondateur de l approche cambiste à la Banque de France, mais aussi pour y puiser des éléments de réflexion utiles à la compréhension de la formation des cours de change à terme ferme et conditionnel sur les marchés de change actuels. 2 LA THÉORIE DE LA PARITÉ DES TAUX D INTÉRÊT 2 1 PRÉSENTATION DE LA THEORIE Soient : S t le cours au comptant d une unité de devise en monnaie nationale à l instant t ; F t,t+n le cours à terme d une unité de devise en monnaie nationale à l instant t pour l échéance t+n ; i t,t+n le taux d intérêt sur la monnaie nationale pour la période de t à t+n en % l an ; i t,t+n le taux d intérêt sur la devise pour la période de t à t+n en % l an ; j le nombre de jours de valeur de t à t+n. À l équilibre il doit être indifférent à un investisseur de placer une somme S t en monnaie nationale au taux d intérêt i t,t+n sur j jours ou de convertir cette somme en une unité de devise, de la placer au taux i t,t+n sur j jours et de la revendre simultanément à terme au cours de F t,t+n. Le résultat du placement en monnaie nationale est : R = S t (1 + i t,t+n x j ) Le résultat du second placement en devise est : i R = F t,t+n x 1 (1 + t,t+n x j ) À l équilibre R = R soit : i F t,t+n x 1 (1 + t,t+n x j i ) = S t (1 + t,t+n x j ) BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 3

7 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 Si R > R : Si R < R : il est plus intéressant d emprunter de la monnaie nationale pour acheter des devises, de les placer et de les revendre simultanément à terme. il est plus intéressant d emprunter des devises pour les convertir en monnaie nationale, de les placer et de les racheter simultanément à terme. Dans les deux cas il s agit d un arbitrage de taux d intérêt couverts en change. Dans le premier cas il s agit d un arbitrage entrant sur la devise et dans le second cas d un arbitrage sortant sur la devise. 2 2 DIFFÉRENTIEL DE CHANGE ET DIFFÉRENTIEL D INTÉRÊT À partir de la relation d équilibre précédente on peut calculer le taux de report (ou de déport) ou différentiel de change (dc) : dc = F S S F S F dc = = S = F 1 S S S S dc = F S = 1 + ij / S 1 + i j / dc = F S = S 1 + ij / (1 + i j / 36000) 1 + i j / F S ij / i j / dc = = = (ij / i j / 36000) x S 1 + i j / i j / À l équilibre le différentiel de change (dc) est égal au différentiel d intérêt (di) si l on néglige le terme 1 / (1 + i j / 36000). On peut donner de cette relation les représentations graphiques utilisées par J.C. Chouraqui ou H. Bourguinat. Il s agit de diagrammes à quadrants où sont représentés : sur l axe vertical, le différentiel de change, positif ou négatif ; sur l axe horizontal, le différentiel d intérêt, positif ou négatif. La ligne de parité des taux d intérêt est représentée par la bissectrice des deux quadrants : dc > 0, di > 0 ; dc < 0, di < 0. 4 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

8 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE Figure 1 Ligne de parité des taux d intérêt dc Différentiel de change F S = > 0 (report) S PTI Ligne de parité des taux d intérêt (bissectrice : lieu de tous les points où dc = di) 45 di = i i < 0 0 di = i i > 0 Différentiel d intérêt dc F S = < 0 (déport) S Considérons les situations représentées sur la figure 2 ci-après. Figure 2 Ligne de parité des taux d intérêt et mouvements de capitaux Arbitrages entrants sur la devise (sorties de capitaux) dc 0 dc > 0 A E B PTI Arbitrages sortants sur la devise (entrées de capitaux) di < 0 0 di 1 di 0 di 2 di > 0 dc < 0 BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 5

9 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 Au point E le différentiel de change dc 0 est égal au différentiel d intérêt di 0. Il n y a pas de mouvement de capitaux en raison de l absence d opportunité d arbitrage. Au point A le différentiel de change dc 0 est supérieur au différentiel d intérêt di 1, il est donc intéressant de se porter sur les devises (arbitrage entrant sur la devise). Au point B le différentiel de change dc 0 est inférieur au différentiel d intérêt di 2, il est donc intéressant de se porter sur la monnaie nationale (arbitrage sortant sur la devise). Si les frais de l arbitrage couvert sont supérieurs aux gains de l arbitrage, il n y aura pas d arbitrage puisqu il n est pas profitable. La droite de parité des taux d intérêt devient alors une bande dont l épaisseur dépend des frais de transactions. Figure 3 Ligne de parité des taux d intérêt et bande de non-arbitrage dc > 0 Ligne de parité des taux d intérêt Sorties de capitaux 0 di < 0 di > 0 Entrées de capitaux Bande de non-arbitrage dc < DÉTERMINATION DES COURS À TERME On peut tirer de la relation de parité des taux d intérêt l expression du cours à terme en fonction du cours au comptant et des taux d intérêt prorata temporis. À l équilibre : F t,t+n = S t x 1 + i t,t+n x j / i t,t+n x j / Trois cas peuvent se présenter : F t,t+n = S t si i t,t+n = i t,t+n situation de parité ; F t,t+n > S t si i t,t+n > i t,t+n situation de report ; F t,t+n < S t si i t,t+n < i t,t+n situation de déport. 6 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

10 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE On peut écrire : F t,t+n = k x S t La relation entre le cours au comptant S t et le cours à terme F t,t+n, les taux d intérêt sur les deux devises et la durée de couverture étant donnés, peut être schématisée sur le diagramme ci-après. Figure 4 Relation entre cours au comptant et cours à terme F t,t+n = k x S t F t,t+n > S t ; k > 1 F t,t+n = S t ; k = 1 F t,t+n < S t ; k < 1 F 2 F 0 F 1 Report Déport 0 S 0 S t Toute variation du cours au comptant et/ou des taux d intérêt sur les deux monnaies et/ou de la durée de couverture modifie le cours à terme d équilibre. Si le cours à terme sur le marché à terme ne s établit pas à son niveau d équilibre donné par la parité des taux d intérêt, les opérateurs vont : acheter au comptant et vendre à terme si le cours à terme est supérieur à son cours d équilibre, en réalisant ainsi un arbitrage dit «cash and carry» ; vendre au comptant et acheter à terme si le cours à terme est inférieur à son cours d équilibre, en réalisant ainsi un arbitrage dit «reverse cash and carry». 3 LA THÉORIE ACADÉMIQUE DU CHANGE A TERME 3 1 LES FONDEMENTS DE L APPROCHE ACADÉMIQUE Le point de départ de la théorie académique du change à terme est bien la théorie de la parité des taux d intérêt, mais un certain nombre de compléments vont lui être apportés par les auteurs, dont ceux cités précédemment. BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 7

11 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 La plupart des théoriciens estime que cette théorie n est vérifiée qu en tendance et qu en pratique diverses raisons empêchent la réalisation d une stricte égalité permanente entre le différentiel de change et le différentiel d intérêt. Pour ces derniers : l opération d arbitrage a un coût représenté par l écart entre les cours acheteur et vendeur, aussi bien pour les transactions au comptant qu à terme ; l arbitragiste n agit que si le profit réalisé dépasse un certain seuil (de l ordre de 0,5 % ou de 1 % selon certains auteurs) ; les fonds disponibles pour réaliser des opérations d arbitrage sont limités de sorte que les occasions d arbitrage profitables ne sont pas toutes exploitées ; il existe enfin une diversité d actifs financiers et donc une multiplicité de taux d intérêt sur les différentes devises ce qui rend difficile la vérification empirique de la théorie. Un écart entre le différentiel de change et le différentiel d intérêt peut donc exister, faisant apparaître un déport ou un report qualifié d intrinsèque : si dc > di : il apparaît un report intrinsèque égal à la différence dc di > 0 ; si dc < di : il apparaît un déport intrinsèque égal à la différence dc di < 0. Pour la théorie académique, l existence de cet écart intrinsèque est l élément essentiel du processus par lequel le taux de report, ou de déport, va tendre à devenir égal au différentiel d intérêt. Les arbitragistes de taux d intérêt couverts en change vont donc devenir les acteurs essentiels de l équilibrage du marché des changes à terme. De nombreux opérateurs interviennent sur le marché international des changes, aussi les auteurs procèdent-ils à leur reclassement pour ne laisser apparaître que deux catégories d opérateurs : les arbitragistes couverts, intervenant à la fois au comptant et à terme d une part ; les spéculateurs purs intervenant uniquement à terme d autre part. Les arbitragistes de taux d intérêt non couverts en change et les spéculateurs au comptant sont considérés comme faisant à la fois un arbitrage couvert et une spéculation à terme. En effet, l un et l autre de ces agents peut être considéré comme effectuant une vente au comptant, un achat à terme sec et une vente à terme sec. Les deux premières opérations constituent un arbitrage couvert et la troisième opération une spéculation pure à terme. Le comportement des spéculateurs purs à terme sec et celui des arbitragistes de taux d intérêt couverts en change dépendent d un certain nombre de paramètres explicités dans la fonction de spéculation et dans la fonction d arbitrage construites par les théoriciens. 3 2 LA FONCTION DE SPECULATION La spéculation est définie par N. Kaldor (1939) comme «l achat, ou la vente, de biens avec une intention de revente, ou de rachat, à une date ultérieure quand le motif qui sous-tend cette action est l anticipation d une variation des cours, et non un gain provenant de leur utilisation, ou d aucune sorte de transformation faite sur eux». 8 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

12 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE La spéculation consiste à prendre ou à conserver délibérément une position de change longue ou courte dans l espoir de réaliser un gain sur la variation (hausse ou baisse) anticipée ou attendue des cours. La spéculation est tantôt considérée comme déstabilisante en introduisant le jeu dans l activité économique et tantôt reconnue comme indispensable, voire consubstantielle, au bon fonctionnement, ou au fonctionnement normal, des marchés (apport de liquidités). Spéculer, au sens latin de «speculare», n est pas péjoratif, comme cela le deviendra plus tard au Moyen-Age. Spéculer c est anticiper ou prévoir ce que sera demain. Le temps est une variable clef du calcul économique. Il véhicule le changement et par conséquent le risque. Les agents économiques sont donc obligés de constamment parier sur l avenir. Le spéculateur pur espère tirer un profit de la différence entre le cours de change à terme aujourd hui pour une échéance future, F t,t+n, et le cours au comptant anticipé aujourd hui pour cette échéance future, S* t,t+n. Si le cours à terme est inférieur au cours au comptant anticipé, F t,t+n < S* t,t+n, les spéculateurs vont prendre une position longue en achetant à terme et attendre l échéance pour revendre au comptant plus cher. Si le cours à terme est supérieur au cours au comptant anticipé, Ft,t+n > S* t,t+n, les spéculateurs vont prendre une position courte en vendant à terme, attendre l échéance et racheter au comptant moins cher. Si le cours à terme est égal au cours au comptant anticipé, Ft,t+n = S* t,t+n, il n y a pas de prise de position spéculative. La fonction de spéculation (FSP) est donc une fonction décroissante de l écart entre le cours à terme et le cours au comptant anticipé, soit : FSP = ƒ (F t,t+n S* t,t+n ) Cette fonction peut être représentée sur un diagramme mettant en relation les cours de change au comptant et à terme et les positions de change à terme. Figure 5 La fonction de spéculation Cours à terme et au comptant F t,t+n > S* t,t+n F t,t+n = S* t,t+n F t,t+n < S* t,t+n FSP Vente à terme sec Position courte ( ) V 0 0 A 0 Positions à terme Achat à terme sec Position longue (+) BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 9

13 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 Cette fonction de spéculation se déplace vers la droite si les anticipations concernant l appréciation de la devise par rapport à la monnaie nationale s améliorent et vers la gauche dans le cas contraire. Figure 6 La fonction de spéculation et ses déplacements Cours à terme et au comptant Détérioration des anticipations Amélioration des anticipations FSP 0 FSP 1 Vente à terme sec 0 Positions à terme FSP 2 Achat à terme sec Le cours S t,t+n doit être considéré comme la moyenne des probabilités objectives des spéculateurs sur le futur cours au comptant. Plus la dispersion de ces probabilités est grande, plus la spéculation est risquée. La pente de la courbe est d autant plus forte que l écart-type de la distribution est grand. Les fonds disponibles pour la spéculation ne sont pas illimités et le risque pris croît avec les montants engagés. La fonction de spéculation n est donc pas linéaire mais présente, selon les théoriciens, l allure suivante : Figure 7 Formes de la fonction de spéculation Cours à terme et au comptant F t,t+n = S* t,t+n Vente à terme sec 0 Achat à terme sec Positions à terme 10 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

14 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE 3 3 LA FONCTION D ARBITRAGE La fonction d arbitrage (FAR) est une fonction croissante de la marge d arbitrage couvert qui est égale à la différence entre le cours à terme qui s établit sur le marché à un moment donné F t,t+n et le cours d équilibre donné par la parité des taux d intérêt : soit : F t,t+n = S t x FAR = ƒ (F F ) 1 + i t,t+n x j / i t,t+n x j / Si F > F les arbitragistes couverts vont : emprunter la devise nationale ; vendre la devise nationale et acheter la devise étrangère au comptant ; placer la devise étrangère ; vendre simultanément à terme sec le produit du placement. Si F < F les arbitragistes vont : emprunter la devise étrangère ; vendre la devise étrangère au comptant contre la devise nationale ; placer la devise nationale ; acheter simultanément la devise étrangère à terme. On peut donner de la fonction d arbitrage la représentation suivante : Figure 8 La fonction d arbitrage Cours à terme FAR F > F Marge d arbitrage couvert F = F F < F Achat à terme sec Position longue (+) 0 Positions à terme Vente à terme sec Position courte ( ) BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 11

15 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 Selon les auteurs la fonction d arbitrage peut prendre les diverses formes représentées ciaprès. Figure 9 Formes de la fonction d arbitrage Cours à terme FAR 2 FAR 0 FAR 1 F = F Parité des taux d intérêt Achat à terme sec 0 Positions à terme Vente à terme sec Les fonds disponibles pour les arbitrages ne sont pas illimités et l élasticité de la fonction d arbitrage n est donc pas infinie. Pour certains auteurs la fonction d arbitrage se confond sur une partie de son tracé avec la droite de parité des taux d intérêt. 3 4 L ÉQUILIBRE DU MARCHÉ DES CHANGES A TERME L équilibre du marché à terme dépend donc du comportement des arbitragistes de taux d intérêt couverts en change et des spéculateurs purs à terme. À l équilibre, l intersection des deux courbes se fait au point où : F t,t+n = S* t,t+n = S t x 1 + it,t+n x j / i t,t+n x j / Figure 10 Équilibre du marché des changes à terme selon la théorie académique Cours à terme et au comptant FAR Parité des taux d intérêt F = S* = S (1 + i / 1 + i ) FSP Vente à terme (spéculateur) 0 Achat à terme (spéculateur) Achat à terme (arbitragiste) Vente à terme (arbitragiste) Positions à terme 12 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

16 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE Le cours à terme correspond à la parité des taux d intérêt (absence d arbitrage) et au cours au comptant anticipé pour le terme (absence de prises de positions spéculatives). Supposons que les anticipations des spéculateurs se dégradent et que la fonction de spéculation se déplace vers la gauche, entraînant des ventes à terme sec des spéculateurs et une baisse du cours à terme de F 0 à F 1, toutes choses égales par ailleurs. Figure 11 Dynamique de l équilibre du marché des changes à terme selon la théorie académique Cours à terme et au comptant FAR 0 F 0 F 1 S* 1 Parité des taux d intérêt FSP 1 FSP 0 Vente à terme (spéculateur) Achat à terme (arbitragiste) 0 Achat à terme (spéculateur) Vente à terme (arbitragiste) Positions à terme L apparition d un report intrinsèque F 1 < F 0 ou F 0 F 1 > 0 conduit les arbitragistes à vendre au comptant et à acheter à terme sec et donc à se porter contrepartie des ventes à terme sec des spéculateurs purs au cours F 1. Le cours d équilibre à terme est donc F 1. Les arbitragistes gagnent la marge d arbitrage couvert F 0 F 1 et les spéculateurs vendent au cours F 1 une devise qu ils espèrent racheter au comptant à l échéance à S* 1, encaissant ainsi un gain F 1 S* LES CONCLUSIONS DE LA THEORIE ACADEMIQUE Les implications de la théorie académique du change à terme sont les suivantes : les ordres à terme sec des spéculateurs sont répercutés sur le marché au comptant par les arbitragistes couverts, dont les arbitrages sont parfois appelés inversés par les auteurs ; la spéculation à terme n a pas d effet direct sur le marché au comptant, qui est influencé par les arbitrages couverts déclenchés par l apparition d un report ou d un déport intrinsèque ; l équilibre du marché à terme à la parité des taux d intérêt est exceptionnel. Des marges d arbitrage couvert non nulles sont donc nécessaires pour équilibrer le marché à terme ; BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 13

17 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 le cours à terme a seulement tendance à s établir à la parité des taux d intérêt ; les arbitrages couverts influencent à la fin le marché au comptant et celui à terme, en sens inverse l un de l autre. 4 LA THÉORIE CAMBISTE DU CHANGE A TERME Le point de départ de la théorie cambiste est une critique de la fonction d arbitrage. En effet, pour les cambistes, la détermination du cours à terme peut s expliquer autrement que par le jeu des arbitrages couverts. Ainsi au lieu de faire intervenir des arbitragistes de taux couverts en change, qui feraient la contrepartie des ordres à terme sec, elle se contente d observer la manière dont, en pratique, les banques traitent les ordres à terme sec de leur clientèle comme le souligne P. Coulbois. 4 1 LE TRAITEMENT D UN ORDRE À TERME SEC PAR UNE BANQUE Pour P. Prissert et P. Coulbois les banques qui reçoivent des ordres de change à terme de la clientèle opèrent une première compensation entre les ordres de sens opposé libellés dans les mêmes monnaies et sur une même échéance. Par exemple, un ordre de vente à deux mois de trois millions de dollars US sera compensé par un ordre d achat à deux mois de trois millions de dollars US. Comme il n est pas généralement possible de marier chaque ordre de sens opposé libellé dans la même monnaie et de même échéance, il se dégage de cette compensation une position résiduelle de la banque dans chaque monnaie et pour chaque date de valeur qui doit être couverte pour éviter de demeurer en risque. La couverture de la position résiduelle consiste à effectuer immédiatement une opération inverse sur le marché au comptant. Elle nécessite un aménagement de la trésorerie de la banque, qui doit emprunter la monnaie à vendre et placer la devise à acheter. Par exemple lorsqu un achat à terme de livres sterling à deux mois contre euros donne naissance à un achat au comptant, la banque doit emprunter des euros pour payer les livres sterling qu elle place jusqu à l échéance du contrat. Ces opérations ont un coût représenté par le différentiel d intérêt entre les placements en euros et en livres sterling. Ce coût appelé taux de report prorata temporis est répercuté sur le client. Le cambiste dispose de deux solutions différentes pour réaménager sa trésorerie et financer ses opérations : il peut effectuer des emprunts secs «en blanc» en monnaie nationale auprès d autres banques et prêter de la même façon les devises étrangères acquises. Les prêts et les emprunts de cette nature sur les devises étrangères ont lieu généralement sur les marchés monétaires et sur les marchés des euro-devises qui, par leur souplesse, leur liquidité et l absence de formalisme qui les caractérisent, se prêtent de façon particulièrement propice aux transactions de ce genre, comme le souligne P. Coulbois ; il peut également recourir au marché des swaps où s opèrent entre deux mêmes partenaires des échanges temporaires de monnaies. Cependant le swap n est possible qu entre deux banques ayant reçu des ordres à terme sec de sens opposé, ou entre les petites banques, qui n ont pas accès aux euro-marchés, et les grandes banques. Dans le second cas, la grande banque décompose en fait le swap en un prêt et un emprunt «en blanc» sur les marchés monétaires ou euro-monétaires concernés. 14 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

18 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE Pour aménager la trésorerie, quelle que soit la solution retenue en pratique par la banque, la monnaie vendue à terme sec par le client est empruntée par la banque pour être vendue au comptant, et la monnaie achetée à terme sec par le client est placée après son achat au comptant par la banque. Il y a donc une tendance à la hausse des taux d intérêt sur la devise vendue à terme et une tendance à la baisse des taux d intérêt sur la monnaie achetée, cette évolution se répercutant évidemment sur le taux de swap et sur le cours à terme pratiqué à la clientèle. 4 2 LA FONCTION D ARBITRAGE ET SES LIMITES : LES PSEUDO-ARBITRAGES DES BANQUES L analyse du traitement des ordres à terme sec par les banques montre que ce sont en fait celles-ci qui agissent comme des arbitragistes. En effet, lorsqu une banque reçoit un ordre de vente à terme sec de dollars contre euros, elle procède implicitement à un arbitrage sortant sur le dollar comme suit : elle emprunte du dollar ; elle vend le dollar emprunté contre l euro au comptant, pour se couvrir ; et elle place l euro reçu de la vente du dollar. Ainsi, la banque vend sur le marché au comptant du dollar contre de l euro et achète à terme du dollar contre l euro à son client, réalisant ainsi un arbitrage inversé comme celui décrit par la théorie académique. Mais à la différence des théoriciens, les banques ne justifient pas ces opérations par l apparition d un report ou d un déport intrinsèque. Elles les font de façon automatique et à la parité des taux d intérêt. Cette pratique n est donc pas de l arbitrage, mais plutôt comme l affirme P. Prissert, un pseudo-arbitrage. En effet la rémunération des banques provient non pas de l existence de reports ou de déports intrinsèques mais de l écart entre les cours acheteur et vendeur appliqués aussi bien au comptant qu à terme sur un marché gouverné par les prix ou de «market maker». Tout cela conduit les cambistes à nier l existence d une «fonction d arbitrage» au sens mathématique, puisque le comportement des banques traitant les ordres à terme sec n est en rien déterminé par l existence d un écart intrinsèque. La détermination du cours appliqué à la clientèle résulte du calcul fait par le cambiste en fonction du différentiel d intérêt et des marges que la concurrence entre banques, ainsi que la qualité de la signature du client, lui font considérer comme opportunes, ainsi que le souligne P. Coulbois. 4 3 LA FONCTION DE SPÉCULATION La théorie cambiste, comme la théorie académique, utilise la même fonction de spéculation pour déterminer l équilibre du marché des changes à terme. Mais l interprétation qu elle donne de cette fonction est quelque peu différente. En effet, tout mouvement spéculatif ne donne pas forcément lieu à un écart intrinsèque, d autant plus qu il existe des arbitrages qui limitent l ampleur de l écart effectif entre le différentiel d intérêt et le taux de report ou de déport. Ces arbitrages sont utilisés par les professionnels pour faire le lien entre le marché des prêts-emprunts en blanc et celui du swap. BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 15

19 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE N 2 FÉVRIER 2009 Cependant, on ne peut nier l existence de report ou de déport intrinsèque en période spéculative, mais contrairement à ce qu affirme la théorie académique, ceux-ci sont simplement dus aux imperfections inévitables des anticipations de certains opérateurs, et ne constituent pas l élément essentiel du mécanisme de rééquilibrage du marché à terme. La spéculation ne trouve pas son origine uniquement dans les ordres à terme sec de la clientèle. Certaines banques, qualifiées d actives sur le marché interbancaire des changes, prennent délibérément des positions de change sans ordres préalables de la clientèle. En effet, ces banques, sans cesse à la recherche de profit, prennent des positions à l intérieur de la journée («intra-day») à la hausse ou à la baisse en fonction de leurs anticipations sur l évolution des cours de change et des taux d intérêt. Cette situation a conduit les spécialistes à faire la distinction entre les opérations de la clientèle et celles de la banque elle-même. Ainsi a-t-on pu constater que la majeure partie des opérations de change sont le fait des banques. Celles-ci sont tenues d intervenir continuellement sur le marché et de suivre en temps réel son évolution afin de connaître les tendances à très court terme pour conseiller leurs clients et puisqu elles sont «market maker». S agissant de la formulation mathématique et de la représentation graphique de la fonction de spéculation, la théorie cambiste ne s écarte pas de la théorie académique. La fonction de spéculation demeure une fonction décroissante de l écart entre le cours à terme F t,t+n et le cours au comptant anticipé pour le terme S* t,t+n. 4 4 L ÉQUILIBRE DU MARCHÉ DES CHANGES À TERME La pratique cambiste réhabilite la théorie de la parité des taux d intérêt et montre que la contrepartie des ordres à terme sec est constituée par les banques et qu il n est nul besoin d un report ou d un déport intrinsèque pour inciter ces dernières à faire l opération, puisqu elles se rémunèrent en cotant un cours acheteur et un cours vendeur. Ainsi, pour les cambistes, la détermination du cours à terme se fait toujours à la parité des taux d intérêt. Le cours de change d équilibre est obtenu à l intersection de la courbe de spéculation et de la droite de parité des taux d intérêt (figure 12). Figure 12 Équilibre du marché des changes à terme selon la théorie cambiste Cours à terme et au comptant PTI FSP Vente à terme (spéculateurs) Position courte ( ) 0 Positions à terme Achat à terme (spéculateurs) Position longue ( + ) 16 Institut Bancaire et Financier International BANQUE DE FRANCE

20 N 2 FEVRIER 2009 DOCUMENT PÉDAGOGIQUE Une analyse dynamique de la figure précédente montre que la courbe représentant la fonction de spéculation se déplace, en cas d afflux d ordres à terme sec. Elle se déplace vers le bas, si la monnaie concernée fait face à une vague de ventes spéculatives (figure 13), et vers le haut dans le cas contraire. Figure 13 Dynamique de l équilibre du marché des changes à terme selon la théorie cambiste Cours à terme et au comptant F t,t+n = S* t,t+n PTI 0 PTI 1 FSP 0 Vente à terme (spéculateurs) Position courte ( ) FSP 1 0 Achat à terme (spéculateurs) Position longue (+) Positions à terme En cas de vente spéculative massive à terme de leur clientèle par exemple, les banques se couvrent en vendant au comptant les ordres à terme excédentaires, ce qui a pour conséquence de faire baisser le cours au comptant et varier le différentiel d intérêt suite à l augmentation du taux d intérêt sur la devise empruntée et à la baisse du taux d intérêt sur la monnaie nationale prêtée. La ligne de parité de taux d intérêt se déplace donc vers le bas et un nouvel équilibre s établit sans qu apparaisse de déport intrinsèque. L ajustement du marché à terme est donc réalisé par la couverture au comptant, par les banques, de la quantité excédentaire vendue à terme par les spéculateurs. L absence de déport ou de report intrinsèque, donc d arbitrage au sens académique du terme, suscite une interrogation : comment les banques se rémunèrent-elles? Les banques se rémunèrent simplement par l application d un cours acheteur au client, tant au comptant qu à terme. Comme le soulignent P. Coulbois et P. Prissert, peut-on imaginer une banque refusant un ordre à terme sec de sa clientèle, sous prétexte que l arbitrage auquel l obligerait cette opération ne serait pas rentable? 4 5 LES CONCLUSIONS DE LA THÉORIE CAMBISTE DU CHANGE A TERME Pour P. Coulbois et P. Prissert, l élaboration de la théorie cambiste part de l observation du traitement des ordres à terme sec par les banques. L interprétation qui en découle donne lieu à des conclusions qui contredisent la théorie académique du change à terme : BANQUE DE FRANCE Institut Bancaire et Financier International 17

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel

Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel Le marché des changes traditionnel possède des caractéristiques spécifiques portant sur les intervenants, les supports utilisés,

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Fondements de Finance Chapitre 13. Introduction aux Forwards et au Futures Le risque de prix et des les futures Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Le risque de prix et des les futures

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Chapitre 1 Les instruments fermes

Chapitre 1 Les instruments fermes UV2 LES INSTRUMENTS FINANCIERS Rappel de comptes : 52 Instrument financier 476 Ecart de conversion actif 477 Ecart de conversion passif 4786 Compensation des pertes latentes sur profits 8091/801 Engagements

Plus en détail

T.D. N 1. 2 : Déterminer les deux côtés du cours de USD/EUR pour une marge sur le cours d équilibre, de : 21 : 4%; 22 : 320 points.

T.D. N 1. 2 : Déterminer les deux côtés du cours de USD/EUR pour une marge sur le cours d équilibre, de : 21 : 4%; 22 : 320 points. UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY D ABIDJAN ANNEE UNIVERSITAIRE T.D. N 1 EXERCICE 1 : Lors d une séance de cotation au fixing, une salle des marchés a enregistré les ordres d achat et de vente suivants

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Gestion financière internationale GSF-2104 Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Introduction Partie 1 : les produits financiers des marchés des changes (chapitre

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Produits financiers dérivés. Octobre 2007

Produits financiers dérivés. Octobre 2007 Produits financiers dérivés Octobre 2007 Plan Généralités sur les produits dérivés Les contrats Forward Les contrats Futures Les swaps Les options «plain vanilla» Les options exotiques Page 2 Généralités

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant : Parlons Trading Ask : prix d offre ; c est le prix auquel un «market maker» vend un titre et le prix auquel l investisseur achète le titre. Le prix du marché correspond au prix le plus intéressant parmi

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT. touscours.net

LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT. touscours.net LE RISQUE DE CHANGE INTRODUCTION : LE MARCHE DES CHANGES : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT I. LE MARCHE AU COMPTANT : A. DEFINITION : Le marché au comptant, encore appelé «marché spot» est le marché sur

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ ANNEXE A LA NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT N 2002-09 du 12 DECEMBRE 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

-le contrôle de change : 1929 : interdire la sortie de devises, de capitaux, favoriser les rentrées de devises et accélérer le délai de rapatriement.

-le contrôle de change : 1929 : interdire la sortie de devises, de capitaux, favoriser les rentrées de devises et accélérer le délai de rapatriement. Marché de change marocain mis en place en 1996 -le contrôle de change : 1929 : interdire la sortie de devises, de capitaux, favoriser les rentrées de devises et accélérer le délai de rapatriement. Apres

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés.

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. 4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. C est un droit et non une obligation. L acheteur d une option

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

Qu est-ce-qu un Warrant?

Qu est-ce-qu un Warrant? Qu est-ce-qu un Warrant? L epargne est investi dans une multitude d instruments financiers Comptes d epargne Titres Conditionnel= le detenteur à un droit Inconditionnel= le detenteur a une obligation Obligations

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Stratégies sur options et Pricer d'options

Stratégies sur options et Pricer d'options Stratégies sur options et Pricer d'options Définition Une option (ou Warrant) est un contrat qui confère à son porteur le droit d acheter ou de vendre un sous-jacent (action, obligation, indice synthétique,

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

LES CONTRATS D OPTION : APERÇU

LES CONTRATS D OPTION : APERÇU PRB 00-07F LES CONTRATS D OPTION : APERÇU Jean Dupuis Division de l économie Le 20 juillet 2000 PARLIAMENTARY RESEARCH BRANCH DIRECTION DE LA RECHERCHE PARLEMENTAIRE La Direction de la recherche parlementaire

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (50 points) Vous êtes analyste auprès de l unité d investissements obligataires d une compagnie d assurance située dans le pays Z. Vous devez préparer

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008 OPTION NÉGOCIABLE Définition Une option d'achat - ou call - est un titre financier conditionnel qui donne le droit, mais non l'obligation, d'acheter un actif détermineé. appelé l'actif support (ou sous-jacent),

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille!

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille! GUIDE DES WARRANTS Donnez du levier à votre portefeuille! Instrument dérivé au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Produits non garantis en capital à effet de levier EN SAVOIR PLUS? www.listedproducts.cib.bnpparibas.be

Plus en détail