Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif"

Transcription

1 _ ,_ I ;, % i :.,.% * es- >,y p L _. J 1 r\sll ::Y 4, ex Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent trente-cinquième session 135 EX/21 PARIS, le 25 juillet 1990 Original anglais Point 7.5 de l'ordre du jour provisoire PROCEDURES PERMETTANT DE PROTEGER LE POUVOIR D'ACHAT DU BUDGET ORDINAIRE CONTRE LES EFFETS DEFAVORABLES DES FLUCTUATIONS DU TAUX DE CHANGE DU FRANC FRANCAIS RESUME A sa vingt-cinquième session, la Conférence générale a adopté la résolution 33.2 par laquelle elle a prié le Conseil exécutif de continuer à étudier, durant l'exercice , les procédures permettant de protéger le budget ordinaire de l'organisation contre les effets défavorables des fluctuations du taux de change du franc français et de formuler des propositions à ce sujet à la Conférence générale à sa vingt-sixième session. Le Directeur ~ général soumet le présent document au Conseil pour l'aider à 1 élaborer les propositions en question en vue de la prochaine session de la Conférence générale. Décision requise : paragraphe 23.

2 135 EX/21 Introduction 1. A sa 127e session (automne 1987), le Conseil exécutif a examiné une étude du Directeur général sur les diverses mesures susceptibles d être prises pour protéger le pouvoir d achat du budget de l Unesco, fixé uniquement en dollars des Etats-Unis à l!époque, contre les fluctuations défavorables du franc français, principale monnaie des dépenses. Apres avoir examiné ce rapport, le Conseil exécutif a décidé (décision 127 EX/8;9) de recommander à la Conféren(ce générale de retenir pour l exercice financier soit un système mixte de fixation des contributions, soit un système d achat à terme de devises, étant entendu qu il n en résulterait aucune dépense supplémentaire pour les Etats membres et qu il ne serait pas non plus établi de réserves nouvelles. 2. Entre la 127e session du Conseil et les réunions de la Commission administrative de la vingt-quatrième session de la Conférence générale, le marché des achats à terme de francs français contre des dollars s est considérablement détérioré. En conséquence, il est devenu impossible en octobre-novembre 1987 de passer des contrats d achat à terme de francs français à un taux de change plus favorable que le taux retenu dans le budget proposé, à savoir 6,04 francs français pour un dollar des Etats-Unis. Se rangeant à l avis d un groupe de travail de la Commission administrative, la Conférence générale a décidé (résolution 24 W35.3) d adopter le système mixte de fixation des contributions en deux monnaies (dollar des Etats-Unis et franc français) pour Par la suite, un groupe de travail du Comité spécial du Conseil exécutif, chargé de procéder à un examen d ensemble du Règlement financier et des techniques budgétaires de l organisation, a étudié la question des fluctuations monétaires en Dans son rapport publié sous la cote 130 EX/SP/4, le groupe de travail estimait qu il était prématuré à ce stade de formuler des conclusions et qu il fallait attendre le rapport du Corps commun d inspection (CCI) intitulé L établissement du budget dans les organisations du système des Nations Unies - Quelques comparaisons, ainsi que les résultats de l étude complémentaire du Secrétariat sur les solutions à long terme aux problèmes posés par les fluctuations monétaires pour le budget de l organisation. 4. Le rapport du Corps commun d inspecton (JIU/Rep/89/9) est paru en juin La recommandation 8 qui y figure se lit comme suit : Pour minimiser les pertes dues aux fluctuations monétaires, les organisations concernées devraient envisager : (a> soit d établir leur budget dans la monnaie du pays où se trouve leur siège, si plus de 85 % de leurs dépenses sont réglées dans cette monnaie ; (b) soit d adopter une méthode de calcul des contributions en deux monnaies, basée sur les deux principales monnaies utilisées pour le règlement des dépenses ordinaires, ou de recourir, le cas échéant, à l achat à terme des devises dont elles auront besoin. Etant donné qu environ 60 % de ses dépenses au titre du budget ordinaire sont en francs français, 1 Unesco fait partie des organisations visées à l alinéa (b) de la recommandation du CCI. Souscrivant à cette recommandation, le Directeur général a soumis à la Conférence générale, en octobre 1989, le document 25 C/50 Add., dans lequel il attirait son attention sur la possibilité intéressante qui s offrait à l époque d acheter à terme les francs français dont l organisation aurait besoin pour l exercice biennal à venir.

3 135 EX/21 - page 2 5. Comme en octobre-novembre 1987, le dollar a eu tendance à baisser par rapport au franc français en octobre-novembre Il n aurait donc pas été possible de passer des contrats d achat à terme pendant la Conférence sans réviser le taux de 6,40 francs français (taux de change opérationnel d octobre 1989) proposé pour le calcul des ajustements monétaires (titre VIII du budget pour ) dans le document 25 C/5 Rev.2. La Conférence générale a estimé que la meilleure solution serait de reconduire pour les deux années à venir le système mixte de fixation des contributions qu elle avait approuvé pour Cependant, par la résolution 33.2, elle a prié le Conseil exécutif de continuer à étudier, durant l exercice , les procédures permettant de protéger le budget ordinaire de l organisation contre les effets défavorables des fluctuations du taux de change du franc français, et notamment d examiner les avantages et les inconvénients d un système mixte de fixation des contributions par rapport à un système d achat de devises à terme ; cette étude devra prendre en considération toutes les techniques budgétaires de l Organisation, eu égard en particulier au taux de change du franc français servant au calcul du budget et au montant inscrit au titre VIII pour les ajustements monétaires ; des propositions à ce sujet devront être formulées par le Conseil exécutif à la Conférence générale à sa vingt-sixième session. Techniques budgétaires 6. Les techniques budgétaires utilisées pour l élaboration du budget de 1 Unesco comprennent la réévaluation de la base budgétaire pour tenir compte de l inflation et l utilisation d un taux de change constant entre le dollar et le franc français. Une provision spéciale est inscrite pour les augmentations prévisibles des coûts pendant l exercice financier correspondant à chaque budget. Il est ainsi possible de- maintenir le pouvoir d achat du budget d un exercice biennal à l autre, à condition que le problème des fluctuations monétaires puisse être neutralisé. Pour cela, il faut mettre au point un système permettant au Directeur général de disposer, pour les dépenses du budget ordinaire de l exercice biennal considéré, des montants estimatifs nécessaires non seulement en dollars des Etats-Unis mais aussi en francs français, de façon à éviter le risque de déficit au cas où le taux de change moyen, sur la durée de l exercice, du franc français par rapport au dollar dépasserait le taux utilisé pour calculer le budget. 7. Le tableau ci-après indique le budget et les contributions à recouvrer pour , calculés sur la base du taux constant du dollar (sans ajustements monétaires), du taux opérationnel de novembre 1989 (6,25 FF), du taux opérationnel de janvier 1990 (5,72 FF) et du taux effectif du budget approuvé, soit 6,40 FF, qui était le taux opérationnel d octobre Le titre VIII du budget fait apparaître les ajustements monétaires résultant des différents taux de change utilisés pour convertir le montant estimatif des francs français nécessaires pour l exercice biennal en dollars au taux de change du budget, comparé au taux constant de 6,45 FF pour un dollar. Dans chaque cas, le montant estimatif des recettes diverses est déduit pour obtenir le montant à recouvrer auprès des Etats membres en dollars : Taux de change pour le calcul du budget 6,45 FF 6,40 FF 6,25 FF 5,72 FF $ $ $ 8 Titres 1 à VII Titre VIII - Ajustements monétaires Budget total Moins : Recettes diverses Montant à recouvrer

4 135 EX/21 - page 3 Système mixte de fixation des contributions 8. Ce système vise à faire en sorte que, une fois toutes le,s contributions versées, l'organisation dispose des montants estimatifs dont elle a besoin en dollars des Etats-Unis et en francs français. Les tableaux ci-après indiquent les contributions à demander dans le cadre d'un tel système si le taux (de change avait été fixé à 6,4,5, 6,25 ou 5,72 FF alors que le taux effectivement retenu a été celui de 6,40 FF. Dans chaque cas, la formule appliquée est conforme à celle qui a été approuvée.par la Conférence générale à sa vingt-cinquième se,ssion, à savoir que le montant total des contributions à recouvrer dans chaque monnaie est déterminée comme suit : (il en françs français pour 60 % du total des titres 1 à VII du budget, calculé au taux de 6,45 francs français pour un dollar des Etats-Unis ; (ii) en dollars des Stats-Unis pour le reste du montant des contributions dues par les Etats membres conformément au paragraphe (h) de la partie A de la résolution portant ouverture de crédits pour , déduction faite de l'équivalent en dollars des Etats-Unis du montant en francs français calculé en application du paragraphe (i) ci-dessus, couverte au taux de change du budget approuvé pour le franc français. Le montant total à recouvrer en dollars des Etats-Unis est calculé ainsi : Taux de change pour le calcul du budget 6,45 FF 6,40 FF 6,25 FF 5,72 FF 8 0 $ $ Montant total à recouvrer (voir par. 7 ci-dessus) Moins : Part du budget en francs français [calculée conformément aux alinéas (i) et (ii) ci-dessus] Montant à recouvrer en dollars Ce tableau montre que quel que soit le taux de change du francs Français retenu pour calculer les ajustements monétaires du titre VIII et, par conséquent, le budget global, l'utilisation du système mixte aboutit à un montant à recouvrer de dollars auquel s'ajouterait le montant suivant en francs français dans les trois cas considérés : Part du budget en francs français $ Taux de change pour le calcul du budget 6,45 6,40 6,25 5,72 Part en francs français après conversion en francs FF Le système permet donc à l'organisation de disposer du montant estimatif nécessaire aussi bien en dollars des Etats-Unis ( ) qu'en francs français ( ). Ainsi, le maintien du pouvoir d'achat du budget est à peu près assuré quelles que soient les fluctuations du taux de change entre le dollar des Etats-Unis et le franc français.

5 135 EX/21 - page 4 9. Il ressort de l illustration qui vient d être donnée du fonctionnement du mécanisme quel qu eût été le taux de change retenu pour le calcul du budget pour , les montants demandés aux Etats membres en dollars et en francs français seraient restés les mêmes. Il s ensuit que si le taux de change du budget venait à être modifié lors des futures sessions de la Conférence générale, cela n entraînerait pas d augmentation des montants à recouvrer en dollars et en francs français, dans l hypothèse où le système mixte est appliqué. Qu ils aient retenu le taux de 6,45, 6,40, 6,25 ou 5,72 francs français pour le calcul tu titre VIII du budget, les Etats membres auraient de toute façon eu à verser dollars plus francs français pour En conséquence, si le taux de change du budget était ajusté de manière que soit retenu le taux de change du marché pendant la session de la Conférence générale, il n en résulterait aucune dépense supplémentaire pour les Etats membres puisque le montant total des contributions en francs français, traduit en dollars des Etats-Unis, augmente ou diminue en fonction des fluctuations des taux de change du marché. Toutefois, les Etats membres pourraient souhaiter ajuster le taux de change du budget afin de mettre à profit à l avenir toute possibilité intéressante qui pourrait s offrir sur le marché d acheter à terme les francs français nécessaires pour le budget ordinaire de l exercice biennal suivant, pendant que la Conférence générale est encore réunie. Comme on le verra dans la section suivante de cette étude, une telle modification n imposerait aucune charge supplémentaire aux Etats membres et pourrait, dans certains cas, produire d importantes recettes diverses déductibles de leurs contributions. Achat de devises à terme 10. L achat de devises à terme est largement utilisé dans le secteur public et le secteur privé, aussi bien pour les échanges internationaux de biens et de services que sur les marchés financiers, pour faire en sorte que les recettes accumulées dans une monnaie à un moment futur permettent d acheter à ce même moment un montant donné d une autre monnaie. Il est possible de conclure, par l intermédiaire de la plupart des grandes banques internationales, des contrats d achat de montants fixes en francs français à une date prédéterminée contre des montants fixes en dollars des Etats-Unis. Selon les estimations, le marché de ces opérations dites de crédit croisé (currencv swaps) a dépassé 150 milliards de dollars pour l ensemble des monnaies en L achat de devises à terme n a pas un caractère spéculatif. C est même le contraire qui est vrai, puisqu il vise à protéger des utilisateurs très divers contre des fluctuations monétaires imprévisibles en cette époque de taux de change flottants. Les contrats sont passés sur la base du taux de change au comptant en vigueur le jour de la transaction. Le versement à effectuer à l échéance fixée est calculé de manière à inclure une prime ou un départ par rapport au cours au comptant, à cause des éventuels différentiels de taux d intérêt entre les deux monnaies. Si l on achète à terme des francs français contre des dollars, on obtient une prime par rapport au taux au comptant si les taux d intérêt des placements en francs français sont supérieurs à ceux des placements en dollars. C était le cas en octobre-novembre 1989 pendant la vingt-cinquième session de la Conférence générale. Des cours ont été demandés à trois banques de renom pour les achats à terme de devises couvrant la période de janvier 1990 à décembre Ces cours montraient qu une prime moyenne de sept centimes par dollar aurait pu être obtenue. Autrement dit, l Organisation aurait pu passer des contrats d achat à terme dégageant un profit d au moins 2,4 millions de dollars, qui auraient pu servir à réduire les contributions. 12. La procédure envisagée à l époque aurait consisté à passer 24 contrats d environ 9,3 millions de dollars chacun (l ensemble des besoins de l organisation en francs français étant estimé à l équivalent de 222,5 millions de dollars pour ) pendant que la Conférence générale était réunie. Ces contrats seraient venus à échéance chaque mois de l exercice biennal suivant. Chaque tranche mensuelle de 9,3 millions de dollars n aurait été payée qu à la date d échéance du

6 135 EX/21 - page 5 ïontra!z ccnsidéri contre. :,n dtvr mor:tar,r s correspondants en francs français?ffnven.u? dans 1 F-T cnnt rat :: Y 1 devait airaqi Gt JL ~-? possible de faire face à la AépYl~e totale SI - ia base de l evolutiorr normale des ressources de trésorerie ~~revue pour 1 exercice biennal. 73, Si le Conseil exécutif voulait recommandpr l adoprion. de ce système, qui Jourrait être préféré au système actuel - le systeme mixte de fixation des contri-?:ut ions - avec lequel il est en concurrence, il faudrait- apporter quelques modifications.aux résolutions soumises à la Conférence g- séral.e, notamment la résolution portant ouverture de crédits et la resolution proposée sur la monnaie de paiement des contributions. L adoption d un système d achat de devises à terme n entraînerait pas,nécessairement de modification du syst6me du titrr VIII de comptabilisation des dépenses budgétaires en francs franfais, ou de? a!jt.rttechniques budgétaires approuvées pour Pratiques en vigueur dans les autres orpanisations du système des Nations Unies 14. Aussi bien 1 ONUDI que l AIEA utilisent un système mixte en vertu duquaj Ir-s contributions sont fixées en partie en dollars et en partie en shi i3ng;, autrichiens. Ces organisations sont dans l ensemble satisfaites des reor:ltaf : obtenus et ont décidé de conserver ce système pour les exercices financiers et1 cours. 15. La FAO et 1 OIT ont toutes deux eu recours à des systèmes d achat de devises à terme pour protéger le pouvoir d achat de leur budget contre les fluctuations monétaires défavorables. La FAO a pu acheter des lires pour couvrir une partie des besoins de son budget ordinaire de en réalisant un profit, car les taux d intérêt des placements en lires étaient supérieurs à ceux des placements en dollars. Toutefois, pour , elle n a pas acheté de lires à terme car le taux de change entre la lire et le dollar fixé par la Conférence à la dernière session est resté défavorable à une telle opération jusqu à la date d établissement du présent document. A l OIT, en revanche, étant donné que les taux d intérêt des placements en francs suisses sont traditionnellement inférieurs à ceux des placements en dollars, cette organisation a décidé pour de fixer les contributions au budget ordinaire exclusivement en francs suisses et d acheter à terme avec un profit les dollars nécessaires pour l exercice en cours. 16. Toutes les organisations du système des Nations Unies qui rkglent 85 % de leurs dépenses dans la monnaie locale du Siège utilisent maintenant cette monnaie pour l établissement du budget et en ont fait la monnaie de paiement des contributions. Les autres (ONU, OMS et OACI) continuent à fixer le montant des contributions uniquement en dollars sans procéder à des achats de devises à terme. L ONJJ et 1 OMS doivent régler des dépenses substantielles dans plusieurs zones mon&- taires, de sorte qu un système de fixation des contributions en deux monnaies ne leur assurerait pas une protection suffisante ; aussi ont-elles mis au point d autres techniques pour faire face aux problèmes des fluctuations monétaires. Av-antages et inconvénients des deux systèmes 17. Il ressort de l analyse qui vient d être faite des pratiques en vigueur dans 1~ système des N??ir,ns Unies que les organisations ont mis au point différentes procédures pour protéger leur budget contre les fluctuations monétaires, en fonction de leurs besoins particuliers. Dans le cas de l Unesco, le choix recommandé doit se faire entre le système mixte actuellement en vigueur et le système d achat de devises à terme. 18. Le système mixte de fixation des contributions a pour la première fois été appliqué au budget de 1 Unesco pour Toutefois, cette innovation n a été d aucun bénéfice dans l immédiat, puisque le pouvoir d achat du budget ordinaire de cet exercice n aurait pas souffert dans le cadre du système antérieur de

7 135 EX/21 - page 6 fixation des contributions en dollars, le taux de change moyen du dollar, soit 6,ll francs français, n ayant pas sensiblement varié par rapport au taux de 6,04 francs français utilisé pour calculer le budget. En revanche, l expérience acquise au cours de cette période où il a fallu gérer le système sans réaménagement fondamental des programmes informatisés existants concernant le budget et la comptabilité générale sera très utile pour l avenir. Le budget de , par exemple, sera très largement protégé contre toute baisse prolongée du dollar par rapport au franc français au-dessous du taux de 6,40 francs français retenu pour le budget, comme celle qui a été enregistrée depuis le début de l exercice en cours L achat de devises à terme aurait pour avantage d éliminer la complexité des mécanismes de calcul et de comptabilisation des contributions en deux monnaies qu exige le système mixte. Les contributions seraient fixées en dollars des Etats-Unis seulement. Le risque de change, c est-à-dire le risque que le franc français s apprécie par rapport au dollar entre la date d approbation du budget par la Conférence générale et la date à laquelle les contributions doivent être versées (comme cela a été le cas entre octobre 1989, date à laquelle le taux de change était de 6,40 francs français pour un dollar, et janvier 1990, date à laquelle ce taux était tombé à 5,72 francs français) ne serait plus transféré aux Etats membres. En outre, la gestion d un système mixte exige beaucoup de temps : selon les estimations, au-delà de deux fois plus que dans l hypothèse d un système d achat à terme. De nombreux Etats membres éprouvent des difficultés avec la méthodologie employée qui donne matière à de fréquentes contestations et demandes de précisions concernant les chiffres et les calculs. 20. Quel que soit le système recommandé par le Conseil et retenu par la Conférence générale pour les exercices à venir, il ne fait pas de doute qu une organisation inteenationale comme 1 Unesco continuera d avoir besoin d un budgetprogramme unifié. Ce budget devra conserver nombre d éléments de souplesse, qu il s agisse des sous-programmes, des modalités d exécution, de la décentralisation, des achats internationaux, etc., sans être limité par des subdivisions correspondant aux recettes escomptées en dollars et en francs français. Il continuera donc a être exposé de manière résiduelle et limitée aux fluctuations des taux de change, principalement pour les raisons suivantes : ci> dans les deux systèmes si le pourcentage effectif des dépenses en francs français est différent du pourcentage estimatif utilisé pour le calcul du montant en francs français nécessaire pour déterminer les contributions des Etats membres ; (ii) dans le système mixte si les montants versés au titre des contributions doivent être convertis sur le marché des changes d une monnaie dans l autre, lorsque les contributions dans les deux monnaies ne sont pas reçues simultanément dans leur intégralité et lorsque les taux de change opérationnels diffèrent des taux du marché ; (iii) dans le système d achat de devises à terme si le profil mensuel des dépenses en francs français est différent de celui prévu et reflété dans les contrats d achat à terme. Ces gains ou pertes de change limites pourraient être ajoutés au montant estimatif des recettes diverses de l exercice biennal suivant, ou retranchés de ce montant, selon le cas, conformément à la technique déjà approuvée pour les budgets de et

8 135 EX/21 - page 7 Conclusior; 21. A la lumière des informations fournies dans ce document, le Conseil exécutif souhaitera peut-être présenter des propositions appropriées sur c ette question à la vingt-sixikme session de la Conférence générale. Les conditions auxquelles des achats à terme de francs français pourraient être effectués pendant cette session sont les suivantes : Si les écarts entre les taux d intérêt sont tels que l Organisation puisse aeheeer à terme avec un profit les francs français dont elle aura besoin pour , cette possibilité pourrait être exploitée ; dan.s ce cas, le Conseil exécutif pourrait recommander en outre que le taux de change du budget soit ajusté en tant que de besoin - c est-à-dire que le taux de change opérationnel d octobre 1991 soit remplacé par le taux de change moyen effectif susceptible d être obtenu sur les contrats d achat de devises à ierme pour pendant la session de la Conférence générale ; le profit dégagé par les contrats serait déduit des contributions des :Etats membres ; toutefois, pour éviter à tous les intéressés les perturbationo inhérentes au changément, il serait bon que le système d achat à terme soit <adopté pour une période d essai de quatre ans, ce qui signifie qu il faudrait s engager à le conserver en quel que soit l état du marché en o ctobre-novembre 1993 ; à sa session d automne de 1994, le Conseil exécutif examinerait les résultats obtenus en afin de déterminer si le Syst:ème d achat de devises à terme est acceptable ou non à long terme, car changer de système à chaque exercice perturberait la planification budgétaire au sein des Etats membres. Cette suggestion est dictée par l expérience acquise en car c est seulement au cours de la deuxième ou troisième année de fonctionnement du système mixte que beaucoup d Etats membres ont commencé à verser leurs contributions dans les deux monnaies. 22. D un autre côté, maintenant que les Etats membres et le Secr&tariat se sont adaptés au système mixte qui est censé garantir le pouvoir d achat du budget, le Conseil souhaitera peut-être recommander que ce système soit maintenu pour une durée indéterminée. Dans ce cas, le Directeur général devrait être invité à proposer d apporter à l article 5.6 du Règlement financier une m odification qui traduise l intention de conserver ce système à long terme. Projet de décision 23. Le projet de décision ci-après propose deux variantes, A et B ; le Conseil souhaitera peut-être recommander l une d elles à la Conférence générale, à la lumière de l étude qui précède : Le Conseil exécutif, 1. Ayant examiné le rapport du Directeur général sur les procédures susceptibles d être suivies pour protéger le pouvoir d achat du budget ordinaire de l organisation contre les fluctuations défavorables du franc français, établi conformément à la résolution 33.2 adoptée par la Conférence générale à sa vingt-cinquième session, 2. Recommande à la Conférence générale que : A Ci> si les conditions du marché sont telles que le Directeur général puisse passer des contrats d achat à terme des francs français dont l organisation aura besoin pour l exercice en réalisant une économie par rapport à l achat théorique d un montant équivalent #en francs français au taux de change du marché au comptant, elle autorise cette opération, étant entendu que le taux de change du budget serait ajusté de façon que soit retenu le taux de change moyen obtenu dans les contrats d achat à terme et que le budget serait recalculé en conséquence ;

9 135 EX/21 - page 8 (ii) si les conditions du marché sont telles que les achats à terme de francs français ne permettent pas de réaliser des économies par rapport à un budget calculé au taux de change au comptant du franc français en vigueur pendant la session de la Conférence générale, le système mixte de fixation des contributions des Etats membres en partie en dollars des Etats-Unis et en partie en francs français, selon les montants estimatifs nécessaires pour l exercice biennal, soit maintenu pour une durée indéterminée et que l article 5.6 du Règlement financier soit modifié de manière à se lire comme suit : Les contributions au budget et les avances au Fonds de roulement sont calculées et payées dans la ou les monnaies fixées par la Conférence générale. B Recommande à la Conférence générale que le système mixte de fixation des contributions des Etats membres en partie en dollars des Etats-Unis et en partie en francs français, selon des montants estimatifs nécessaires pour l exercice biennal, soit maintenu pour une durée indéterminée et que l article 5.6 du Règlement financier soit modifié de manière à se lire comme suit : Les contributions au budget et les avances au Fonds de roulement sont calculées et payées dans la ou les monnaies fixées par la Conférence générale. 1

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015 L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/7 15 août 2014 Distribution générale Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(58)/1, Add.1

Plus en détail

SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION

SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE PRÉSENTATION 37 e session, Paris 2013 37 C 37 C/38 5 novembre 2013 Original anglais Point 12.4 de l ordre du jour provisoire SITUATION DE LA CAISSE D'ASSURANCE-MALADIE ET MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRUCTURE DE GOUVERNANCE

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION Original: anglais 20 octobre 2005 QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE DE L OIM Amendement au Statut du personnel pour les fonctionnaires et les employés Page 1 RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Conversion des devises

Conversion des devises exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Conversion des devises Octobre 2009 date limite de réception des commentaires : le 15 JANVIER 2010 Le présent

Plus en détail

GAIN Capital FOREX.com UK Ltd. POLITIQUE D EXÉCUTION pour la suite de plateformes Dealbook

GAIN Capital FOREX.com UK Ltd. POLITIQUE D EXÉCUTION pour la suite de plateformes Dealbook GAIN Capital FOREX.com UK Ltd. POLITIQUE D EXÉCUTION pour la suite de plateformes Dealbook 1) Introduction La Politique d exécution doit être lue en conjonction avec notre Contrat de compte ou nos Conditions

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

Francais. La double filière. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies. New York et Genève Septembre 2003 NATIONS UNIES

Francais. La double filière. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies. New York et Genève Septembre 2003 NATIONS UNIES Francais La double filière Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies New York et Genève Septembre 2003 NATIONS UNIES Introduction Les statuts et le règlement de la Caisse commune des pensions

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/5 19 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.303/PFA/BS/1 303 e session Conseil d administration Genève, novembre 2008 Sous-comité du bâtiment PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION PREMIÈRE QUESTION À L ORDRE DU

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES)

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Annexe B : Exemples Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Ce document fournit des exemples sur la façon de déterminer

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

Rapport du Corps commun d inspection

Rapport du Corps commun d inspection Nations Unies Rapport du Corps commun d inspection Assemblée générale Documents officiels Cinquante-cinquième session Supplément N o 34 (A/55/34) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-cinquième

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

7. Règlement financier et règles de gestion financière *

7. Règlement financier et règles de gestion financière * 7. Règlement financier et règles de gestion financière * Table des matières Page Article 1. Champ d application... 267 Règle 101.1. Champ d application et pouvoirs... 267 Règle 101.2. Responsabilité...

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB126/25 Cent vingt-sixième session 30 décembre 2009 Point 7.2 de l ordre du jour provisoire Nomination des membres du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général WORLD HEALTH ORGANIZATION CONSEIL EXECUTIF Trente-neuvième session Point 5 de 1 f ordre du jour supplémentaire ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ EB39A2 Add Л 20 janvier 1967 ORIGINAL : ANGLAIS BUREAUX

Plus en détail

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE MAI 2013 Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire

Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire, 2007 ISBN-10 : 2-7081-3760-3 ISBN-13 : 978-2-7081-3760-8 Chapitre 7 Les normes IAS/IFRS et leur impact Quelle question? «Bonjour, je

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES Doc 9987 ÉTATS FINANCIERS ET RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR L EXERCICE TERMINÉ LE 31 DÉCEMBRE 2011 DOCUMENTATION pour la 38 e session de l Assemblée en 2013 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES 22 juillet 2010 CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES AVANT-PROPOS

Plus en détail

FINANCIERS CONSOLIDÉS

FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ET NOTES ANNEXES RESPONSABILITÉ À L ÉGARD DE LA PRÉSENTATION DE L INFORMATION FINANCIÈRE 102 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 103 Comptes consolidés de résultat 103 États consolidés

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

CONVOCATIONS CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE

CONVOCATIONS CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE Société coopérative à capital variable au capital social actuel de 277 283 505 euros.

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale IAS 7 Tableaux des flux

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

La mise en œuvre de la politique monétaire suisse

La mise en œuvre de la politique monétaire suisse La mise en œuvre de la politique monétaire suisse La Banque nationale suisse (BNS) dispose aujourd hui d instruments efficaces et souples pour mettre en œuvre sa politique monétaire. Depuis l an 2000,

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre?, 2004 ISBN : 2-7081-3063-3

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Mlle Bâ Aminata Master EI 2 ème année COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Année Universitaire 2009/2010 Mr Crapanzano 1 Sujet : Vous êtes analyste dans une banque, votre client est un intermédiaire,

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

DESS INGENIERIE FINANCIERE

DESS INGENIERIE FINANCIERE DESS INGENIERIE FINANCIERE Mercredi 27 mars 2005 Philippe TESTIER - CFCM Brest 1 SOMMAIRE Le Change au comptant (spot) ; Le Change à Terme (termes secs, swaps de change) ; Les Options de Change ; Les Options

Plus en détail

Exercices terminés les 31 mai 2009 et 2008. États financiers consolidés

Exercices terminés les 31 mai 2009 et 2008. États financiers consolidés Exercices terminés les 31 mai 2009 et 2008 États financiers 27 Rapport de la direction aux actionnaires de 5N Plus inc. Les ci-joints sont la responsabilité de la direction de 5N Plus inc. et ont été

Plus en détail

GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001

GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001 GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001 Ce GUIDE DU PASSAGE À L EURO donne, sous forme de questions et de réponses, des informations

Plus en détail

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Conditions Générales Applicables aux Accords de Prêt et de Garantie pour les Prêts à Spread Fixe En date du 1 er septembre 1999 Banque Internationale

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail