Mars Table des matières. Dans ce numéro...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mars 2008. Table des matières. Dans ce numéro..."

Transcription

1 Mars 2008 Table des matières Dans ce numéro... La prudence est de mise Croissance sans précédent du marché des changes Vérification des nouveaux avis de réaménagement de capital Un message de notre chef de la direction Le nantissement en espèces gagne du terrain dans le secteur des prêts de titres CIBC Mellon lance un nouveau site Web de livraison sécurisée du courriel Auteur du présent numéro : Par Avery Shenfeld, directeur général et économiste principal, Marchés mondiaux CIBC Sharon Grewal, directrice administrative, groupe de consultation sur le risque de change, Marchés mondiaux CIBC Vivian Petiza, gestionnaire principale, réaménagements de capital Thomas C. MacMillan, président et chef de la direction chez CIBC Mellon Jeffrey Alexander, directeur, expansion des affaires Simon Baker, architecte en sécurité informatique, services d'information La prudence est de mise L économie américaine a amorcé l année 2008 dans un état précaire. Pour les marchés financiers, l enjeu n est pas de savoir si certains économistes, retirés dans leur tour d ivoire, décideront éventuellement d ici plusieurs mois et après moult études de données si les deux premiers trimestres de l Amérique reflètent une modeste croissance ou plutôt une légère baisse. La destinée des marchés boursiers dépend plutôt de la façon dont le système financier mondial surmontera la crise du crédit axée sur le marché de l habitation aux États-Unis, et de sa capacité à soutenir la croissance économique à moyen terme. Au cours des prochains mois, il y aura suffisamment de mauvaises nouvelles provenant du système financier pour susciter la crainte d un arrêt plus prononcé et justifier une attitude réfléchie chez les investisseurs. À l échelle mondiale, les banques ont amorti leurs dettes sur des éléments d actifs reliés au crédit hypothécaire atteignant une valeur de 140 milliards $ US (dont environ 100 milliards $ US en Amérique du Nord) et ont également absorbé dans leurs écritures comptables des milliards de dollars en anciens instruments financiers hors bilan. On peut s attendre à ce que d autres déficits soient dévoilés lorsque les banques américaines déclareront leur bilan, lors de la période de déclaration des bénéfices en avril. Il y a également de fortes chances pour que nous entendions parler des grandes banques européennes. Les prix des maisons aux États-Unis laissent prévoir un passage du sommet au creux de 20 %, accompagné d une augmentation des transactions à risque qui pourraient atteindre une échelle de 30 %. Les doutes entretenus à l égard de l état des assureurs d obligations entraînent des répercussions négatives sur les positions couvertes. En bout de ligne, nous pouvons anticiper un déficit record se situant aux alentours de 265 milliards $ US lorsque l agitation des prêts et des avoirs reliés à l hypothèque s apaisera. 1

2 L économie canadienne se porte mieux et l absence de crises reliées à l habitation et aux hypothèques la protège d une véritable récession. Cependant, les liens étroits entretenus avec l économie américaine produiront un effet certain sur l industrie manufacturière, accompagné de répercussions sur les capitaux liés à ce secteur. La situation du marché du crédit a fait gonfler les écarts tout en créant un contexte d opérations de financement plus sévère pour les banques. Au cours des derniers mois, nous avons maintenu des recommandations modérées relativement aux données financières. Nous avons à la fois atténué les pondérations d exportateurs manufacturiers exposés au marché américain. De façon plus favorable, les capitaux sont liés à la demande des consommateurs canadiens ou des ressources mondiales. Ces deux facteurs se portent mieux, tout comme les services publics, où les rendements des actions surpasseront largement ceux des obligations. Si le resserrement du crédit n était pas contrôlé, le marché des actions serait non seulement soumis à un redressement, mais également à un marché baissier prolongé. Cela ne semble cependant pas être le cas. Les grandes banques ont eu recours, avec succès, aux réserves de capitaux disponibles à travers le monde à hauteur de 70 milliards $ US jusqu à maintenant, parvenant ainsi éviter le resserrement des prêts imposé sur le bilan défi que les banques japonaises ont dû relever après la crise immobilière au début des années Les banques centrales volent à la rescousse, la Réserve fédérale s apprêtant, selon toutes probabilités, à établir à 2,0 % le taux de ses fonds et la Banque du Canada, de son côté, se préparant à redoubler d efforts en vue de réduire ses taux. De plus, des mesures de relance budgétaire seront adoptées aux États-Unis de façon imminente, alors qu elles ont été officiellement annoncées par Ottawa à la déclaration de mi-année en octobre dernier. Ces efforts devraient commencer à porter fruit au deuxième semestre de l année. Même une reprise ou une baisse plus lente des mises en chantiers aux États-Unis permettrait de réduire l effet de freinage produit, d un trimestre à l autre, par le secteur de la construction sur la croissance économique. Au Canada, le rythme modéré du secteur manufacturier sera couvert par les bénéfices occasionnés par la relance monétaire et budgétaire pour la demande nationale, incluant le commerce de détail. Les faibles rendements inciteront ultimement les investisseurs à explorer des écarts généreux relatifs aux obligations de sociétés; bon nombre d entre eux ayant les mêmes défauts que ceux qui sont exposés à la crise américaine de l immobilier. Alors que les perspectives de bénéfices s améliorent pour 2009, nous nous attendons à un redressement vigoureux des actions à la Bourse de Toronto vers la fin de l année. 6 février 2008 Par Avery Shenfeld, directeur général et économiste principal, Marchés mondiaux CIBC Croissance sans précédent du marché des changes De 2004 à 2007, le marché des changes a connu une croissance sans précédent. Le sondage triennal sur le volume du marché des changes, publié par la Banque des règlements internationaux (BRI), témoigne de la hausse considérable des opérations et des placements mondiaux (figure 1). 2

3 Figure 1. Total du volume mondial quotidien sur le marché des changes selon la BRI* (milliards de $ US) *Les données pour 1989 et 1992 comprennent uniquement les opérations au comptant, les opérations à terme et les swaps de change, sans les options ni les swaps de taux d'intérêt en devises étrangères. Dans le cadre de son sondage, la BRI compile les données sur le volume du marché des changes recueillies par une multitude de banques centrales auprès de leurs banques locales du pays appelées représentants en valeurs du Trésor. Ces représentants en valeurs du Trésor ventilent le volume d'un certain nombre de façons, dont les produits qu'ils transigent (ex. opérations au comptant, opérations à terme et swaps), les deux devises qu'ils transigent et les entités avec lesquelles ils transigent. Les chiffres de 2007 montrent un fait intéressant. Tandis que le volume a connu une hausse dans tous les segments de tiers banques, investisseurs institutionnels et sociétés clientes la moitié de cette hausse est attribuable à un groupe particulier, soit le segment de tiers «autres institutions financières» (tableau 1, figure 2). Ce segment comprend les caisses de retraite, les fonds communs, les compagnies d'assurance, les fonds souverains et les fonds de couverture. Table 1. Volume quoidien, en milliards de $ US (part en %) Représentants en valeurs du Trésor Marché mondial $ (53 %) 1319 $ (43 %) Autres institutions financières $ (33 %) 1235 $ (40 %) Clients non financiers $ (14 %) 527 $ (17 %) 3

4 3500 Figure 2. Volume quotidien d'activité par les tiers, déclaré par la BRI* (milliards de $ US) représentants en valeurs du Trésor autres institutions financières clients non financiers *Les données comprennent uniquement les instruments traditionnels, y compris les opérations au comptant, les opérations à terme et les swaps de change. Source : Triennial Central Bank Survey of Foreign Exchange and Derivatives Market Activity (sondage triennal des banques centrales sur l'activité liée au marché des changes et des instruments dérivés) Outre les achats francs et quittes de devises étrangères pour les placements mondiaux, ce segment a accru son utilisation des stratégies de couverture de change pour couvrir le risque de change lié à ces placements étrangers. La croissance du volume des swaps de change, principal véhicule d'application de la couverture de change, a aussi été sans précédent (figure 3). 4

5 Figure 3. Volume mondial quotidien sur le marché des changes traditionnel (en milliards de $ US) Opérations au comptant Opérations à terme Swaps de change Si vous devez protéger vos placements étrangers contre le risque de change, vous pouvez communiquer avec le groupe de consultation sur le risque de change CIBC pour obtenir de l'aide. Ce groupe travaille avec des clients institutionnels et des sociétés clientes afin d'identifier, de quantifier et d'élaborer des stratégies pour la gestion des positions de change. Veuillez prendre connaissance de notre renonciation juridique et des autres renseignements relatifs à la divulgation. [http://research.cibcwm.com/res/fex/fx_disclaimer.html] 5 février 2008 Par Sharon Grewal, directrice administrative, groupe de consultation sur le risque de change, Marchés mondiaux CIBC Vérification des nouveaux avis de réaménagement de capital Conformément à notre engagement d aller de l avant et d offrir un excellent service aux clients de façon constante, le service des réaménagements de capital de CIBC Mellon a le plaisir d annoncer que notre module de vérification a été lancé le 3 décembre Ce module réduit les risques reliés à des renseignements incomplets et inexacts en téléchargeant automatiquement et en vérifiant les renseignements provenant de multiples sources, notamment de fournisseurs comme la Caisse canadienne de dépôt de valeurs limitée (CDS), Telekurs Group, Investment Data Corporation and Depository Trust Company (DTC). Les renseignements sont vérifiés (ou comparés) par rapport à ceux qui proviennent d une deuxième source d information, possiblement un autre fournisseur. Par exemple, en utilisant les 5

6 renseignements de la CDS, le module de vérification des avis comparera automatiquement et vérifiera les renseignements de la DTC. Le processus permet également de détecter les erreurs comme les avis incomplets ou les renseignements inexacts sur les taux, les dates ou les conditions. Tout écart est automatiquement signalé de façon à ce que des mesures correctives soient prises en temps opportun. De plus, certains avis obligatoires sont maintenant transmis directement au client sans qu il soit nécessaire d effectuer un examen et une vérification manuels. En vérifiant et en comparant les renseignements automatiquement par rapport à ceux d autres sources, l exactitude des avis est augmentée. Le module contient des règles intégrées qui vérifient si les champs pertinents de l avis sont remplis et l état de l avis est automatiquement attribué afin de faire savoir aux clients si l avis est final (complet) ou incomplet (préliminaire). Avec la mise en oeuvre du module de vérification des avis, le service responsable des réaménagements de capital concentre maintenant ses efforts sur le développement des modules suivants, notamment les modules de traitement de la gestion des choix et des réaménagements de capital complets. Par Vivian Petiza, gestionnaire principale, réaménagements de capital Un message de notre chef de la direction Chez CIBC Mellon, nous savons que lorsque les marchés sont difficiles, il faut insister encore davantage sur l efficacité opérationnelle, la réduction du risque et la croissance du rendement du portefeuille. À titre de partenaire d affaire de valeur, nous nous efforçons de vous fournir les renseignements à jour, exacts et personnalisés dont vous avez besoin pour faciliter votre processus de prise de décision. Faisant partie de BNY Mellon Asset Servicing, CIBC Mellon se classe parmi les premiers innovateurs des services de technologie de l information dans le secteur des services financiers. Au cours des trois prochaines années, The Bank of New York Mellon prévoit investir 2,1 milliards de dollars américains dans la technologie et les services connexes spécialement conçus pour soutenir nos clients de services d actif. Pour vous, cela signifie : Des améliorations continues à Workbench, le meilleur système de livraison de l information en ligne de l industrie. L accès complet au service de renseignements en temps réel sur les opérations, les positions de trésorerie et les événements de marché avec un seul point d entrée. Des capacités de production de rapports élaborées pour répondre à vos besoins en matière de rapports internes et de clients. La capacité de traiter tous les types de mouvements de titres et de trésorerie en temps réel. Une plateforme technologique intégrée en multiples devises. 6

7 Nous sommes confiants que ces investissements et le développement continu de produits vous donneront les renseignements et les outils dont vous avez besoin pour relever les défis que le marché présente. Par Thomas C. MacMillan, président et chef de la direction Le nantissement en espèces gagne du terrain dans le secteur des prêts de titres Dans la conjoncture actuelle, les investisseurs institutionnels cherchent à utiliser toutes les sources de flux financiers à leur disposition. Cette recherche de génération de flux financiers fait en sorte que les prêteurs de titres acceptent le nantissement en espèces plus que jamais auparavant. Les promoteurs de régimes, de même que les gestionnaires de fonds, profitent ainsi de rendements globaux plus élevés que leurs homologues gérant des programmes sans nantissement en espèces. Afin de répondre à la demande, tous les importants agents prêteurs de titres à l'échelle mondiale offrent maintenant à leurs clients des programmes de prêts de titres utilisant le nantissement en espèces. Qu'est-ce que le nantissement en espèces? Les transactions de prêts de titres sont toujours assorties d'un nantissement en titres ou en espèces afin de protéger le prêteur contre le risque peu élevé de non-paiement de l'emprunteur. Les emprunteurs de titres exigent habituellement que leurs prêteurs offrent une certaine souplesse quant au type de nantissement permis, afin de pouvoir maximiser la valeur de leur bilan. Les investisseurs institutionnels, qui permettent que leurs actifs soient prêtés contre nantissement en espèces, bénéficient de plusieurs avantages, dont un bassin d'emprunteurs plus intéressant et la capacité de générer des rendements additionnels au moyen d'une gestion prudente des espèces. Grande acceptation sur les marchés mondiaux À l'extérieur du Canada, les espèces constituent la principale forme de nantissement dont sont assorties les transactions de prêts de titres, représentant plus de 95 pour cent aux États-Unis et plus de 50 pour cent à l'échelle internationale. Le Canada se trouve loin derrière, puisque 75 pour cent de tous les prêts y sont assortis d'un nantissement autre qu'en espèces. Au Canada, le nantissement en espèces grimpe toutefois, car les promoteurs de régimes et les gestionnaires de fonds se rendent compte des avantages considérables qu'un programme de réinvestissement bien géré peut apporter à leurs fonds. La figure 1 illustre la croissance des prêts contre nantissement en espèces au Canada pendant la dernière année et demie, qui sont passés de 20 milliards de dollars à presque 30 milliards de dollars au début de 2008 (source : outil Performance Explorer). 7

8 Figure 1 Les prêteurs qui acceptent le nantissement en espèces peuvent profiter d'avantages financiers non négligeables (voir la figure 2). Comme elles produisent des écarts accentués grâce au réinvestissement d'espèces, les solutions de nantissement souples offrent aux clients prêteurs un outil puissant qui leur permet de maximiser leurs revenus globaux. La figure 2 illustre la différence entre les revenus du portefeuille de deux clients, dont le premier accepte les espèces (rouge foncé) et le deuxième se limite au nantissement autre qu'en espèces (orange). L'augmentation rapide affichée en août est attribuable à l'écart de taux croissant et aux rendements subséquents du réinvestissement d'espèces (source : Performance Explorer). 8

9 Figure 2 Gestion du risque Toutes les transactions de prêts de titres comportent un risque de non-paiement de la part de l'emprunteur, bien que ce risque ne se soit jamais réalisé dans le marché canadien des prêts consentis par les agents. Le risque de non-paiement est atténué par la valorisation quotidienne au prix du marché du nantissement et la sélection rigoureuse des emprunteurs. Dans le cas des transactions assorties d'un nantissement en espèces, les clients assument le risque principal lié à tous les placements sous-jacents effectués dans le bassin de réinvestissement. Le risque est réduit au moyen d'une approche prudente en matière de gestion du nantissement en espèces, l'objectif premier étant la préservation du capital. La stratégie de réinvestissement conservatrice de CIBC Mellon a généré des rendements élevés de façon constante, et ce, malgré les circonstances difficiles dans lesquelles se trouvent les marchés à court terme depuis les quelques dernières années. Depuis juillet 2007, nos résultats ont résisté à la crise des liquidités/du crédit, à la hausse du taux du financement à un jour et, récemment, aux trois réductions de taux successives par la Banque du Canada. En outre, le portefeuille de réinvestissement de CIBC Mellon n'a aucunement été exposé au papier commercial adossé à des actifs (PCAA) de canalisateurs financiers tiers (non bancaires). Des perspectives positives Les prêts de titres contre nantissement en espèces ont gagné beaucoup de terrain l'année dernière, et l'on prévoit une croissance robuste qui devrait se poursuivre jusqu'en Les excellents rendements créés par l'accroissement général des écarts de taux, alliés à la forte probabilité que la Banque du Canada baissera encore les taux, aideront à maintenir ces résultats élevés et contribueront à générer des revenus importants pour la plupart des fonds tout au long de

10 Si vous désirez obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec votre gestionnaire de comptes. Par Jeffrey Alexander, directeur, Expansion des affaires CIBC Mellon lance un nouveau site Web de livraison sécurisée du courriel En avril 2008, CIBC Mellon appliquera un niveau de sécurité rehaussé aux courriels destinés aux clients, aux retraités et à d'autres parties externes. Ce service, appelé «livraison sécurisée du courriel» (LSC), est fondé sur le fait que certaines communications exigent une sécurité accrue, et nous donne la possibilité de sécuriser les documents électroniques. Si votre entreprise utilise le protocole de chiffrement de courriel TLS, vous continuerez de recevoir des courriels de façon sécurisée dans votre boîte de réception, et le service LSC ne s'appliquera pas dans votre cas. Voici comment le service LSC fonctionne : Lorsqu'il envoie un courriel (qui peut également inclure des pièces jointes), l'expéditeur indique que le courriel doit être envoyé de façon sécurisée. À titre de destinataire, vous recevrez un avis dans votre boîte de réception habituelle (ex. Lotus Notes ou Outlook) vous informant qu'un courriel sécurisé est disponible. Les courriels sécurisés se trouveront dans un site Web réservé à cette fin par CIBC Mellon. La première fois que vous recevrez un courriel sécurisé, le système vous demandera de créer un nom d'utilisateur et un mot de passe. Après avoir accédé au site, vous pourrez visualiser le courriel sécurisé original, y répondre et effectuer d'autres fonctions de courriel de base. Vos nom d'utilisateur et mot de passe seront utilisés pour tous les autres courriels sécurisés que CIBC Mellon vous enverra par la suite. Votre mot de passe n'expirera pas, et il sera possible de le réinitialiser. Pour les retraités : Nous utiliserons également le service LSC pour envoyer de l'information aux retraités par voie électronique. Pour venir en aide aux retraités, nous formons nos représentants du centre d'appels afin qu'ils puissent prêter assistance aux personnes qui éprouveront des problèmes à récupérer leurs courriels sécurisés. CIBC Mellon prend la protection des renseignements confidentiels de ses clients très au sérieux. Le lancement du chiffrement des courriels à l'aide du service LCS est une autre preuve de notre engagement continu à cet égard. Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements au sujet de cette nouvelle caractéristique, veuillez communiquer avec votre gestionnaire de comptes. Par Simon Baker, architecte en sécurité informatique, services d'information 10

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Nouvelles de la société et du secteur 30 décembre 2014 au 2 janvier 2015

Nouvelles de la société et du secteur 30 décembre 2014 au 2 janvier 2015 Nouvelles de la société et du secteur 30 décembre 2014 au 2 janvier 2015 Dans ce numéro de Sans détour : France Taxe sur les transactions financières - La version 1.0.6 du guide d utilisation du client

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity

Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Catégorie Fidelity Actions américaines de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds 30 novembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 La Caisse a pour mission de recevoir des sommes en dépôt conformément à la loi et de les gérer en recherchant le rendement optimal du capital des déposants

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les portefeuilles sélect RBC

Les portefeuilles sélect RBC Les portefeuilles sélect RBC À la suite des difficultés qui agitent le système financier mondial, les marchés boursiers mondiaux ont chuté de façon spectaculaire au cours des dernières semaines. Le Canada

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Fonds communs de placement de la HSBC

Fonds communs de placement de la HSBC Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des parts décrites dans le prospectus simplifié et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les parts

Plus en détail

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE L indice des caisses de pension suisses affiche un rendement en baisse de 8,79

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Fonds distincts Idéal Signature 2.0 La Standard Life au Canada fait maintenant partie de Manuvie www.manuvie.ca Table des matières 02 Faites d abord

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds Document réglementaire 2007 Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds NexGen Financial Limited Partnership fonds communs www.nexgenfinancial.ca Ce rapport annuel de la direction sur le rendement

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

Avec vous, pour vous procurer une protection du revenu

Avec vous, pour vous procurer une protection du revenu Avec vous, pour vous procurer une protection du revenu Êtes-vous à la recherche d un placement qui peut offrir un revenu prévisible, durable et potentiellement croissant, la vie durant? Que vous soyez

Plus en détail

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir.

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Une approche de placement pour la conception, la construction et la gestion de portefeuilles dans le meilleur intérêt des investisseurs

Plus en détail

Fonds de dotation : lorsque les temps sont difficiles

Fonds de dotation : lorsque les temps sont difficiles Fonds de dotation : lorsque les temps sont difficiles Panel John Limeburner Trésorier / Directeur placements Université McGill Sheila Brown Chef des finances University of Toronto Anne Allard Directrice

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement VILLAGE DE CASSELMAN Politique de placement Politique F3 (10/05/2005) OBJECTIF Pour s assurer que les surplus de liquidité et le portefeuille de placement sont gérés de façon prudente. DÉFINITIONS Actifs

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Vos options de placement

Vos options de placement Vos options de placement Table des matières Présentation de RBC Gestion mondiale d actifs i Une stratégie gagnante pour les clients i Pour investir, il faut connaître ses objectifs ii Certificats de placement

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

Nouvelles de la société et du secteur

Nouvelles de la société et du secteur Rapports sur les initiatives de CIBC Mellon et les développements dans le secteur des valeurs mobilières Nouvelles de la société et du secteur DANS CE NUMÉRO... Un message de notre chef de la direction...

Plus en détail

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement.

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement. Un bulletin pour les investisseurs de fonds distincts de la Canada-Vie Hiver 2014 commentaire Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant?

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Information Le système financier canadien

Information Le système financier canadien Information Le système financier canadien Juin 2 Le secteur canadien des valeurs mobilières Aperçu Le secteur canadien des valeurs mobilières joue un rôle clé au sein du secteur canadien des services financiers,

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity

Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Mandat privé Fidelity Équilibre Revenu Devises neutres de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 31 mai 2015 Mise en garde à l égard des

Plus en détail

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 30 septembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Certaines parties de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Gestion privée 1859. Stéphane Gagnon, CFA

Gestion privée 1859. Stéphane Gagnon, CFA Gestion privée 1859 Stéphane Gagnon, CFA Gestion privée 1859 TABLE DES MATIÈRES L environnement de marché Notre organisation Nos services Notre approche de gestion Notre modèle d affaires Gestion de l

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières PASSIF-DÉPÔTS OBJET Le présent relevé fournit la ventilation détaillée du passif-dépôts des institutions de dépôts. FONDEMENT LÉGISLATIF Les articles 628 et 600 de la Loi sur les banques et l'article 495

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds

Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds pour l exercice clos le 30 juin 2015 Fonds d investissement à court terme parts de catégorie O, parts de catégorie P, parts de catégorie F Gérant

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

COURS N 1 : INTRODUCTION AU PLACEMENT

COURS N 1 : INTRODUCTION AU PLACEMENT COURS N 1 : INTRODUCTION AU PLACEMENT LE CONTEXTE DE PLACEMENT LES MARCHÉS ET LES INSTRUMENTS FINANCIERS LES TENDANCES DU PLACEMENT LE CALCUL DE TAUX DE RENDEMENT ET DU RISQUE 1) LE CONTEXTE DE PLACEMENT

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD")

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS L'ACCORD) ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD") L'accord a été négocié et adopté par les associations

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Colloque sur la retraite et les placements au Québec

Colloque sur la retraite et les placements au Québec 20 novembre 2014 Colloque sur la retraite et les placements au Québec Denis Senécal, M.Sc. Premier vice-président & chef des placements, Titres à revenu fixe Stratégies de placement obligataire et solutions

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD. Une judicieuse combinaison de FNB ishares

Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD. Une judicieuse combinaison de FNB ishares Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD Une judicieuse combinaison de FNB ishares 2 Notre but est simple : en tant que chef de file du secteur des titres à revenu fixe, nous

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière

Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière Analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière Cette section du Rapport annuel présente l analyse par la direction des résultats d exploitation et de la situation financière

Plus en détail