Soigner le cancer par la ciguë : chronique d'une illusion médicale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soigner le cancer par la ciguë : chronique d'une illusion médicale"

Transcription

1 Soignr l cancr par la ciguë : chroniqu d'un illusion médical 30/12/15 Au XVIII siècl, ls travaux du célèbr médcin vinnois Anton Störck firnt naîtr l'spoir d'un traitmnt contr l cancr - t n particulir contr l cancr du sin, qui commnçait alors à préoccupr d plus n plus l mond médical. C rmèd «miracl» n'était autr qu la ciguë, qui n dvait pas tardr à causr qulqus décptions t à rtrouvr son statut initial d poison... Un épisod étonnant d l'histoir d la pharmacopé auqul s'st attaqué l philologu Danil Droixh (1 & 2). «Vous vous portz donc bin? Point d mal au sin? Plus d'nflur aux jambs? Plus d lassitud? Cla st bin hurux.», écrivait Didrot au mois d'août 1760 à sa bin-aimé Sophi Volland. Qulqus smains plus tard, racont Danil Droixh, l célèbr ncyclopédist rvnait pourtant sur l sujt, inquit pour cll dont il connaissait la constitution fragil : «Il y a longtmps qu vous n m'avz rin dit du bobo. Avz-vous ntndu parlr ds piluls d ciguë? On lur attribu ds prodigs dans touts ls maladis d'obstruction : loups, glands ngorgés, tumurs -1-

2 cancéruss, tc.» Très au fait, Didrot s faisait n réalité l'écho d c qui agitait alors l mond médical : un libllus latin publié à Vinn, aussitôt traduit n français sous l titr «Dissrtation sur l'usag d la ciguë. Dans laqull on prouv qu'on put non sulmnt la prndr avc sûrté, mais ncor qu'll st un rmèd très-util dans plusiurs maladis dont la guérison a paru jusqu'à présnt impossibl». Signé par un jun t brillant médcin vinnois, Anton Störck - qui allait bintôt êtr attaché au srvic ds Habsbourg -, c «ptit livr» attira d'abord l'attntion du Journal d médcin, qui n publia un compt rndu n juin 1760, avant qu la Gaztt salutair, autr périodiqu médical n vu, n publi à son tour un articl sur ctt étrang découvrt. L corps souffrant d l'anonym C'st par l'ntrmis d c journal qu Danil Droixh, profssur émérit d l'univrsité d Bruxlls, chargé d cours honorair d l'univrsité d Lièg, nsignant n philologi roman t spécialist d la littératur wallonn, dvait s'avnturr dans c domain d rchrch a priori fort éloigné d ss champs d'intérêt. «J m'intérss dpuis longtmps à l'édition clandstin liégois. Il faut savoir qu baucoup d'éditions d'origin liégois sont aujourd'hui disprsés dans l mond. C'st un travail d polic t d collctionnur pour lqul nous avons créé un programm, Môriån (ndlr : «moricaud» n wallon liégois), du nom d l'nsign d l'un ds plus grands imprimurs d Lièg, Jan-François Bassompirr. Grâc à c travail, nous somms aujourd'hui considérés comm figurant parmi ls millurs au mond dans c domain. C'st donc par l'intrmédiair d ms travaux sur l'édition qu j m suis intérssé à la Gaztt salutair, imprimé à Bouillon, dans l sud d la Blgiqu, t qui était alors l plus important périodiqu médical francophon après l Journal d médcin», xpliqu-t-il. La sourc principal d l'nquêt d Danil Droixh, intitulé «Soignr l cancr au XVIII siècl. Triomph t déclin d la thérapi par la ciguë dans l Journal d médcin», st n fft constitué ds périodiqus spécialisés d l'époqu t, n particulir, ds témoignags rcuillis par l Journal d médcin : suit à l'ngoumnt autour du libllus d Störck, l dirctur d ctt rvu, Charls-Augustin Vandrmond, lanc n fft un appl à ss lcturs, afin qu'ils lui communiqunt lurs ssais d traitmnts avc la ciguë. Ls témoignags abondnt alors, non xmpts d'un crtain atrocité. «Ls gns d l'époqu étaint n général baucoup plus durs qu nous n l somms», commnt Danil Droixh qui s'st confronté pndant trois ans à cs récits d souffranc. Accoutumés à ds doulurs physiqus fréqunts t intnss, confrontés n prmannc à la mnac d la mort - l'âg d'adult n'étant résrvé «qu'à un nfant sur dux» -, ls patints t médcins du XVIII siècl ntrtnaint crtainmnt un rapport à la maladi bin différnt du nôtr. Et l'autur d citr l'historinn français Arltt Farg qui mobilis, dans ss travaux, la «sourd puissanc physiqu t corporll d l'anonym». «J voulais rndr la parol à cux qui, sans cla, n l'auraint pas u. L'histoir d la médcin parl principalmnt ds traitmnts dont bénéficiaint ls aristocrats. Il y a, à mon sns, un dvoir d mémoir à accomplir sur la souffranc d cs gns simpls», stim ncor Danil Droixh. Slon l philologu, rin n'indiqu d'aillurs qu ls publications médicals d l'époqu aint été lus par ls suls médcins. «Un évaluation d la tchnicité du discours proprmnt médical prmttrait sans dout d'apprécir un angl d visé. Ctt tchnicité prnd parfois la form d'un xposé d l'affction maladiv qui hurt à tl point la «binséanc» traditionnll qu'il paraît plus spécialmnt résrvé à la lctur du praticin. Dans l cas du cancr, dscriptions t rlations d lur évolution défint souvnt un rproduction modrn. Mais st-c là la marqu incontstabl d'un discours résrvé? On n'n sait pas assz sur l'étndu du goût contmporain d l'atroc, d l'insupportabl, pour mttr à l'écart d clui-ci un public mprint d "snsibilité"», écrit-il. -2-

3 Un rmèd «miracl» En 1760, la Gaztt salutair mntionnait qu Störck «croyait mêm pouvoir s flattr d triomphr du mal l plus crul t l plus opiniâtr d tous, du cancr, n un mot, qui mèn si sûrmnt t si tristmnt au tombau tant d victims innocnts.» Issu d l'écol d Vinn, qui préconis un usag mpiriqu ds plants, Anton Störck s'intérssait n fft dpuis longtmps aux substancs réputés toxiqus. Rprésntatif d la «naissanc d la cliniqu» tll qu décrit par Michl Foucault, il pratiqu un médcin «au chvt du patint», qui s distanci d l'approch mécaniqu d Gallin. À l'époqu, c qu l'on nomm cancr s'inscrit dans un théori général ds humurs. Cnsé touchr n priorité ls organs où circulnt ls liquids humoraux - comm l sin d la fmm, qui produit du lait, ou ls partis génitals d l'homm -, il st considéré comm un mal fatal vis-à-vis duqul on oscill ntr dux méthods. «La prmièr consist "dans sa dstruction par l scalpl, ls caustiqus ou l fr roug". La scond mt n œuvr ls vrtus supposés curativs d crtains substancs ou plants, accompagnés ds "gsts séculairs qu constitunt la saigné, la purgation ou la dièt."» L'historin qui s'attaqu au cancr s voit évidmmnt confronté à un inévitabl «confusion nosologiqu». Commnt savoir si c qui était nommé cancr autrfois l srait ncor aujourd'hui? Et combin d'affctions actullmnt idntifiés sous c nom passaint auparavant pour ds maladis d natur distinct? Mais il y a plus - t Danil Droixh cit à c propos l Pr Jacqus Rouëssé, célèbr cancérologu français, avc qui il a longumnt dialogué durant l'élaboration d ct ouvrag : «Pndant longtmps, dans la littératur médical comm dans ls faits, la plac du cancr st dmuré très modst, c qui n'a rin d'étonnant : ls fmms mouraint souvnt trop tôt pour avoir l tmps d l voir apparaîtr». Si la statistiqu comm la comparaison st malaisé, la définition donné par Antoin Furtièr dans son dictionnair d 1690, à l'aub ds Lumièrs, n'n offr pas moins un éclairag instructif quant à l'imaginair qui ntour alors l «cancr» : «C'st un maladi qui vint dans ls chairs, t qui ls mang ptit à ptit comm un spèc d gangrèn. C'st un tumur dur, inégal, rabotus, rond t immobil, d coulur cndré, livid ou plombin, nvironné d plusiurs vins apparnts t tordus, plin d'un sang mélancoliqu t limonux, qui rssmbl au poisson applé cancr ou écrviss.» Effrayant, mouvant, migrant - l concpt d métastass smbl déjà bin connu ds médcins d l'époqu -, l cancr st décrit comm un monstr n plin croissanc. On lui chrch, comm aujourd'hui ncor, un étiologi à la fois psychologiqu t physiologiqu. Crtains incriminnt la colèr ou la tristss ; d'autrs la viand fumé ou l tabac. Néanmoins, l'attint symboliqu qu provoqu la maladi, notammnt dans l cancr du sin, smbl êtr tnu pour part négligabl n rgard d la souffranc physiqu t d l'mpêchmnt dont ll st caus. «On a l'habitud d dir aujourd'hui qu l'ablation du sin st d'autant plus pénibl qu'll st un attint à la féminité. Mais parmi ls nombrux témoignags qu j'ai rassmblés, ct aspct st absnt. Il m smbl qu c qui rssort plus qu tout, c'st qu ls fmms vulnt vivr! C qu'on voulait à ctt époqu, c'st qu ça n fass pas trop mal, qu n dur pas trop longtmps t qu'on puiss s rmttr au travail rapidmnt», racont Danil Droixh. -3-

4 Du rmèd au poison - t rtour Dans c cadr, la ciguë offr l'spoir d'échappr à l'xtirpation, dont la barbari a pu à voir avc la chirurgi modrn. «Ls fmms, t notammnt ls rligiuss dont nous possédons d nombrux témoignags, rdoutnt l'xtirpation mais lls craignnt aussi ls ffts d la ciguë», poursuit l'autur. À travrs c qu Danil Droixh nomm un «campagn d'accréditation», Störck parvindra pourtant pu à pu à fair tair ls réticncs, tant auprès d ss confrèrs qu du public. Il fait ainsi appl à ds «témoins bin placés» t s'arrang pour êtr cité par ss confrèrs vinnois. Partout n Europ, l'nthousiasm n css d croîtr. Bin utilisé, la ciguë frait ds miracls. Mais bintôt, ds cas patnts d'échc sont rapportés. Ls cancrs continunt d croîtr. Ls fmms continunt d'n mourir. L'ngoumnt fait plac au scpticism : t si ls suls cas constatés d guérison étaint liés -4-

5 à d faux diagnostics? Au cours d la duxièm moitié ds annés 1760, ls médcins commncnt à s détournr ds piluls d ciguë du bon doctur Störck. C poison, d tout évidnc, n'a jamais soigné aucun cancr! «Rin n manifst miux l déclin d l'xtrait d Störck qu la manièr dont la ciguë s'inscrit, au cours d la dizain d'annés qui précèd la révolution, dans l rgistr ds préparations d "bonn fmm". La plant st réduit à un mntion, comm à la sauvtt, parmi ls productions naturlls ls plus archaïqus», racont Danil Droixh. Rst qu l traitmnt par la ciguë, aussi abrrant qu'il paraiss aujourd'hui, n put êtr totalmnt négligé au profit d'un vision téléologiqu : «Ls tntativs d cur d'un maladi qu'on n'st pas aujourd'hui capabl d'éradiqur sont par définition soustraits à l'ironi», écrit Danil Droixh. Störck prétndit trouvr la panacé contr l cancr ; t baucoup voulurnt y croir avc lui. Quant à savoir si on s laiss plus facilmnt illusionné quand l rmèd st un poison puissant, la qustion mérit d'êtr posé au moindr nthousiasm. (1) Soignr l cancr au XVIII siècl. Triomph t déclin d la thérapi par la ciguë dans l Journal d médcin, Danil Droixh, Paris, Hrmann, 341 pags. (2) Fr ou ciguë? Récits sur l cancr du sin au XVIII siècl, Danil Droixh, Bruxlls, Académi royal d Blgiqu ; collction l'académi n poch. -5-

Interview exclusive d Amélie P.

Interview exclusive d Amélie P. Intrviw xclusiv d Améli P. 3,00 Edition Spécial - Décmbr 2012 l r u s r i o av s z l u. o. v. s u g o a v m I Tout c qu rnalist Rportr d ou J d r i t é m Passion, nvi, t ncor passion. Voilà c qu vous pourrz

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Coordonné par à l école maternelle Sophie Briquet-Duhazé et Anne Moal à l école maternelle Sophie BRIQUET-DUHAZÉ age iss lle ne -apprent ater nt m

Coordonné par à l école maternelle Sophie Briquet-Duhazé et Anne Moal à l école maternelle Sophie BRIQUET-DUHAZÉ age iss lle ne -apprent ater nt m p ar Coordonné l Ann Moa t é z a h u iqut-d Sophi Br g a s s i t n r p p a t n m n g l l n r Ensi t a à l écol m Ensignmnt-apprntissag à l écol matrnll Collction «Enfanc, éducation t société» Ctt collction

Plus en détail

Plaisir d écrire. Activités d écriture à partir de sujets déclencheurs. 2 année du 3 cycle. 6 année

Plaisir d écrire. Activités d écriture à partir de sujets déclencheurs. 2 année du 3 cycle. 6 année TIRÉ À PART Raymond Brthiaum Plaisir d écrir Activités d écritur à partir d sujts déclnchurs 2 anné du 3 cycl 6 anné 9900, avnu ds Laurntids Montréal (Québc) H1H 4V1 Téléphon : (514) 329-3700 Télécopiur

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

Plaisir d écrire. Activités d écriture à partir de sujets déclencheurs. 2 année du 2 cycle. 4 année

Plaisir d écrire. Activités d écriture à partir de sujets déclencheurs. 2 année du 2 cycle. 4 année TIRÉ À PART Raymond Brthiaum Plaisir d écrir Activités d écritur à partir d sujts déclnchurs 2 anné du 2 cycl 4 anné 9900, avnu ds Laurntids Montréal (Québc) H1H 4V1 Téléphon : (514) 329-3700 Télécopiur

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007 Dossir 10 janvir 2007 d prss Sous ls bandltts Séramon t Ankhpakhrd bénéficint d un scannr! Musé ds baux-arts t d archéologi 1, plac d la Révolution 25 000 Bsançon Tél. 03 81 87 80 65 - Fax : 03 81 80 06

Plus en détail

La difficulté scolaire

La difficulté scolaire La difficulté scolair Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Idntifir la difficulté Outils t dispositifs Différnts nivaux d aid L rôl du Dirctur Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Un pu d Histoir : 1883

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

Conception du Projet «Sid Power»

Conception du Projet «Sid Power» Concption du Projt «Sid Powr» Sid Powr st un projt porté par l group d scond santé social du lycé ph. Dlorm accompagnés d lur profssur Mm Brt ainsi qu d l infirmièr scolair Mm Dauois. Il fait référnc dans

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Raymond Berthiaume. Dictées préparées. Cahier 2A e. 3 année

Raymond Berthiaume. Dictées préparées. Cahier 2A e. 3 année Raymond Brthiaum Dictés préparés Cahir 2A 3 anné AVANT-PROPOS L'nsignant(t) préparra ls dictés ici présntés avc ls élèvs, n prnant soin d'évitr qu cs drnirs apprnnnt par cœur un txt dont ils n comprndraint

Plus en détail

Migrants : vos questions, nos réponses 26 % Numéro spécial

Migrants : vos questions, nos réponses 26 % Numéro spécial UNIQUEMENT PAR ABONNEMENT samdi t dimanch-lundi 19 t 20-21 sptmbr 2015 n os 5 687-5 688 prmir cahir (1/2) { IL Y A 375 ANS } L 21 sptmbr, Philipp, duc d Orléans, naissait à Saint-Grmain-n-Lay, près d Paris.

Plus en détail

Matière et matériaux

Matière et matériaux Matièr t matériaux Bloc 1 : Un univrs d particuls Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Théori particulair Ls six postulats d la théori particulair

Plus en détail

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents

VEFA et VEFR Quelques problèmes récurrents VEFA t VEFR Qulqus problèms récurrnts Rmarqus d méthod : 1/ La fich s présnt sous la form d un indx alphabétiqu indiquant la position actull sur qulqus problèms récurrnts : -Délai(s) pour agir (vic apparnts)

Plus en détail

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS Automat d états finis (vu dans d autr nsignmnt? ) Spécification très utilisé n Informatiqu (Circuits, Résaux, Pruv...) Réalisation matérill d un automat à l aid d circuits

Plus en détail

Correction feuille TD 3 : probabilités conditionnelles, indépendance

Correction feuille TD 3 : probabilités conditionnelles, indépendance Univrsité d Nic-Sophia Antipolis -L2 MASS - Probabilités Corrction fuill TD 3 : probabilités conditionnlls, indépndanc Exrcic Dans ct xrcic, nous supposons pour simplir qu ls yux d'un êtr humain sont soit

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

Aujourd hui commence le concours de pêche.

Aujourd hui commence le concours de pêche. Livrt d règls Carts Actions Un ju d Nicolas Mlt Carts Rivièr L ju : Aujourd hui commnc l concours d pêch. Chacun tnt d réalisr la millur pêch possibl tout n évitant ls détritus qui pollunt parfois la rivièr.

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013 Baccalauréat S Métropol 0 juin 0 EXERCICE Commun à tous ls candidats 4 points Puisqu l choix d l arbr s fait au hasard dans l stock d la jardinri, on assimil ls proportions donnés à ds probabilités.. a.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

TP 8 Spectroscopie infrarouge

TP 8 Spectroscopie infrarouge TP 8 Spctroscopi infraroug Chap4 : Analys spctral Objctifs: Idntification d liaisons l aid du nombr d ond corrspondant; détrmination d groups caractéristiqus. Mis n évidnc d la liaison hydrogèn. Exploitr

Plus en détail

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson Ls Nombrs n Coulurs L s d jux Labuchtt J an Husson Nots méthodologiqus L matéril 1. Ls régltts sont évidmmnt l matéril cntral qui doit prmttr à l nfant d jour d abord t d calculr surtout. Ells ont subi

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Au rayon «image et son» d'un grand magasin, un téléviseur et un lecteur de DVD sont en promotion pendant une semaine.

Au rayon «image et son» d'un grand magasin, un téléviseur et un lecteur de DVD sont en promotion pendant une semaine. EXERCICE 5 points Commun tous ls candidats Au rayon «imag t son» d'un grand magasin, un télévisur t un lctur d DVD sont n promotion pndant un smain. Un prsonn s présnt : T st l'évènmnt : «la prsonn achèt

Plus en détail

Doctorat de 1 cycle en pharmacie

Doctorat de 1 cycle en pharmacie SERVICE DE L'ADMISSION ET DU RECRUTEMENT Doctorat d 1 cycl n pharmaci FACULTÉ DE PHARMACIE Sommair t particularités NUMÉRO 1-675-1-1 Admission à l'automn COTE DE RENDEMENT COLLÉGIALE (COTE R) CYCLE TYPE

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Catégorie P3 13 e, 14 e et 15 e championnats

Catégorie P3 13 e, 14 e et 15 e championnats Catégori P3 13, 14 t 15 championnats Considération pour la résolution ds problèms 9 à 11 Pour qu'un problèm soit complètmnt résolu, vous dvz donnr l nombr d ss solutions t donnr la solution s'il n'n a

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique MECANIQUE QUANTIQUE Chapitr 1: Bass d la mécaniqu quantiqu Pr. M. ABD-LEFDIL Univrsité Mohammd V-V Agdal Faculté ds Scincs Départmnt d Physiqu, LPM Anné univrsitair 007-08 08 Filièrs SM 3-SMI 3 3 1 Introduction

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

DANS. Les éditions du CRIJ Centre

DANS. Les éditions du CRIJ Centre pl i n d in fo s s u o v d s r n u o u Aut ls j t... n s s i t s s invt vous?...! t r v L Li V n z fa ir l ÉS NGAG NES E ES U E J S DE ENN ITOY NAGE C G I S O N TÉM DES ACTIO DANS Ls éditions du CRIJ Cntr

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

BULLETIN D INFOS N o 1 Année 2010

BULLETIN D INFOS N o 1 Année 2010 BULLETIN D INFOS N o 1 Anné 2010 E.H.P.A.D Saint-François Résidnc Rtrait Médicalisé d Saint-Clotild Mot du dirctur Comm prévu dpuis qulqu tmps, la réhabilitation, rstructuration t xtnsion d l' EHPAD Saint-François

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation.

Plus en détail

les soins 100% maman.

les soins 100% maman. Innovation 2014 Bliflor a sélctionné l laboratoir Téan pour distribur n xclusivité sur l circuit BIO, ls 4 produits d la 1 èr gamm BIO d soins dédié à la matrnité t au problèm spécifiqu ds vrgéturs. Téan

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

LA SECTION VOYAGE "LOU PANTAIL" D EGUILLES FOYER RURAL ORGANISE Un voyage de 9 jours Pour les 5 joyaux de la BALTIQUE

LA SECTION VOYAGE LOU PANTAIL D EGUILLES FOYER RURAL ORGANISE Un voyage de 9 jours Pour les 5 joyaux de la BALTIQUE LA SECTION VOYAGE "LOU PANTAIL" D EGUILLES FOYER RURAL ORGANISE Un voyag d 9 jours Pour ls 5 joyaux d la BALTIQUE SUEDE LITUANIE LETTONIE ESTONIE - FINLANDE En JUIN 2016 1 r jour : MARSEILLE - HELSINKI

Plus en détail

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui?

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui? S R U O ONC C 2010 ATTENTION 3 LES BIOS JEU RÈGLE DU tions. r aux qus pour répond s ut in m 50 Vous avz 5 points. tés d 3 à stion.. Ells sont no pons par qu ou 5 points bonn ré ul arquz 3, 4 s m us un

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

La construction de l'image de l'autre dans l'interaction Des coulisses de l'implicite à la mise en scène

La construction de l'image de l'autre dans l'interaction Des coulisses de l'implicite à la mise en scène Bulltin suiss d linguistiqu appliqué, 65/1997, 25-46 Publié dans Bulltin VALS-ASLA (Association suiss d linguistiqu appliqué) 65, 25-46, 1997 qui doit êtr utilisé pour tout référnc à c travail La construction

Plus en détail

Néonatalogie Pas à pas

Néonatalogie Pas à pas CHU Saint-Justin 3175, chmin d la Côt-Saint-Cathrin Montréal (Québc) H3T 1C5 Téléphon : 514 345-4931 www.chu-saint-justin.org Néonatalogi Pas à pas Cahir d rnsignmnts dstiné à la famill Rmrcimnts Nous

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

60 - Actes royaux de l Ancien Régime intéressant une famille ou un individu

60 - Actes royaux de l Ancien Régime intéressant une famille ou un individu Fich d rchrch 60 - Acts royaux d l Ancin Régim intérssant un famill ou un individu La rchrch ds acts royaux d l'ancin Régim intérssant un famill ou un individu s'ffctu xclusivmnt sur l sit d Paris. 1.

Plus en détail

Couverture Graphisme : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Getty- Images Photo de l auteur @ Andreu Dalmau / EPA / MAXPPP

Couverture Graphisme : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Getty- Images Photo de l auteur @ Andreu Dalmau / EPA / MAXPPP Couvrtur Graphism : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Gtty- Imags Photo d l autur @ Andru Dalmau / EPA / MAXPPP Librairi Arthèm Fayard, 2012. ISBN : 978-2-213-67413-1 À tous cux qui œuvrnt pour

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec:

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec: Rmrcimnts L ministèr d l Éducation d l Îl-du-Princ-Édouard tint à rmrcir Lisa Marmn pour son bon travail, son tmps t son dévoumnt à un millur éducation scintifiqu pour nos juns. C cahir d xpérincs st un

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE Sssion 200 Brvt d Tchnicin Supériur CONTRÔLE INDUSTRIEL t RÉGULATION AUTOMATIQUE U4 Instrumntation t Régulation Duré : 3 hurs Cofficint : 4 L utilisation d un calculatric réglmntair st autorisé. Calculatric

Plus en détail

Ancrés dans l Espérance

Ancrés dans l Espérance K Trimstril 3 n 49 a ï r ê Réjouis-toi Ancrés dans l Espéranc Mèr d Miséricord Tmpêt sur l immobilir Durant plusiurs étés, j l ai vu, ct homm qu j trouvais si couragux. A chaqu fois qu j passais dvant

Plus en détail

Produits à base de cellules souches de pomme

Produits à base de cellules souches de pomme Soins Visag Produits à bas d clluls souchs d pomm NEW! Profssionnal & Rtail Shakr Mask pl-off Shakr Mask cristally (wash-off) Srum Crèm A Full Srvic : Formulation R&D Manufacturing Packaging Soin Visag

Plus en détail

Bloc 1 : Les écosystèmes

Bloc 1 : Les écosystèmes Systèms vivants Bloc 1 : Ls écosystèms Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Un écosystèm st un résau d intractions complxs ntr ls êtrs vivants

Plus en détail

Table des matières. Le Club de toutes les couleurs En marche!... 6 Que faire?... 6 La création : fragile et puissante... 7

Table des matières. Le Club de toutes les couleurs En marche!... 6 Que faire?... 6 La création : fragile et puissante... 7 L É N I G M A T I Q U E Esprit Saint L Esprit Saint nous fait vivr 2 m FASCICULE Ens ign EDR-084-S5BR ISBN 978-2-89581-833-5 r t n i lig ux 5 anné Tabl ds matièrs L Club d touts ls coulurs... 5 En march!...

Plus en détail

Le français intensif : introduction

Le français intensif : introduction L français intnsif : introduction http://www.utpjournals.prss/doi/pdf/10.3138/cmlr.60.3.251 - Tusday, Jun 28, 2016 1:14:05 PM - IP Addrss:178.63.86.160 Claud Grmain Joan Nttn En guis d introduction à c

Plus en détail

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012 Burau ds marchés intrnationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES LE THÉ Sauf indication contrair, tout l'information inclus dans c rapport provint d la bas d donnés National Eating Trnds

Plus en détail

Daniel Abécassis. Année universitaire 2010/2011

Daniel Abécassis. Année universitaire 2010/2011 Danil bécassis. nné univrsitair 00/0 COURS L UE Chimi Physiqu. Chapitr VII : Chimi analytiqu. Calcul du ph VII.. Transormations associés à ds réactions acido-basiqus. Dans c paragraph, nous allons étudir

Plus en détail

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration Info Rsto Mai - Juin 2011 Par ls délégués ds 4 èms Dans l cadr d la Commission Rstauration Editorial Jûnr st dvnu à la mod. En tout cas, mangr très pu l st. Pour simplifir, ls fills n mangnt pas pour «fair

Plus en détail

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition Edito d Elio Di Rupo Avantpropos Voici déjà la édition d un grand rassmblmnt qu ls passionnés d moto d la région t d bin audlà n manquraint pour rin au mond. Avc son lot d surpriss t d découvrts, l Fstival

Plus en détail

Le transistor bipolaire, cours Introduction

Le transistor bipolaire, cours Introduction Introduction C cours a été construit pour srvir d support au burau d'étuds visant à réalisr un amplificatur d puissanc audio tout transistor. On put s dmandr, aujourd'hui, l'intérêt d'étudir l transistor.

Plus en détail

face à l autr Tiré à part du livre face à elle Genève Expositions, conférences et cinéma 10 novembre au 20 décembre 2015 N 1

face à l autr Tiré à part du livre face à elle Genève Expositions, conférences et cinéma 10 novembre au 20 décembre 2015 N 1 fac à l autr 1 Tiré à part du livr fac à ll Gnèv Expositions, conférncs t cinéma 10 novmbr au 20 décmbr 2015 N 1 2 fac à l autr Tiré à part du livr fac à ll Gnèv Expositions, conférncs t cinéma 10 novmbr

Plus en détail

Nom : Butor, une fourmi ro. «Famille» : Durée de vie : 3 ans pour les. Taille des adules fait moins de 40 cm de

Nom : Butor, une fourmi ro. «Famille» : Durée de vie : 3 ans pour les. Taille des adules fait moins de 40 cm de Cart In tité Cart Intité Manibul st l chf la colonn s fourmis noirs. Il va aoptr la coccinll orphlin n l intégrant parmi ls sins. C st nsmbl qu lls luttront contr la coloni fourmis rougs. La Coccinll té

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Ecouter le patient, ses maux, son mode de vie, évaluer. Médecines traditionnelles. Médecines traditionnelles DOSSIER

Ecouter le patient, ses maux, son mode de vie, évaluer. Médecines traditionnelles. Médecines traditionnelles DOSSIER Ostéopathi Phytothérapi Médcin ayurvédiqu Acupunctur Qull plac pour ls praticins dans notr mond modrn? Ls médcins traditionnlls occupnt d plus n plus d plac dans notr quotidin. Faut-il pour autant parlr

Plus en détail

L ESPRIT L HISTORIQUE LE CONCEPT LE PARCOURS

L ESPRIT L HISTORIQUE LE CONCEPT LE PARCOURS Cours à pi 10 km Saint Hnri s s ri p tr n 'E Villag aty Séon m u a S h c n ra Zon F Marsill m ti ri a M rt o P Gran Plac 'Arviux, au cœur 'Euroméitrrané RENSEIGNEMENTS & INSCRIPTIONS : 04 91 03 42 21 -

Plus en détail

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages Population Il s'agit d la la population municipal. Ell comprnd ls prsonns ayant lur résidnc habitull sur l trritoir d la commun, dans un logmnt ou un communauté, ls prsonns détnus dans ls établissmnts

Plus en détail

Pionnier de l éco-efficacité

Pionnier de l éco-efficacité SOLUTIONS, SERVICES ET OPERATIONS KONE ECO-EFFICIENT Pionnir d l éco-fficacité Pionnir d l éco-fficacité Fac à l xpansion ds zons urbains, l accroissmnt ds préoccupations nvironnmntals t la hauss ds coûts

Plus en détail

Véranda / Préau / SaS d entrée Fermeture de balcon brise-vent / loggia. Une

Véranda / Préau / SaS d entrée Fermeture de balcon brise-vent / loggia. Une Véranda / Préau / SaS d ntré Frmtur d balcon bris-vnt / loggia i v n Un c a p s d! r U s m sur ÉdiTO VÉRanda PRÉaU SaS d EnTRÉE BaLcOn E d E R U T E M R FE BRISE-VEnT LOGGIa SOcIÉTÉ VEndÉEnnE créée En

Plus en détail

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital r t n o c n r a l s à t n i t a p s d AL H Ô P IT TES À L IS T A R R A É L ESOL, ÊT GÉN TOURN I N T É R D N IAT IO ASSOC notr projt UNE PRÉSENCE ARTISTIQUE DANS LES LIEUX DE SANTÉ. Ds artists d différnts

Plus en détail

des GUIDE Pour plus d'informations Contactez l'espace INFOèénergie de prioriterre au 04 50 67 17 54 ou conseil@prioriterre.org w w w.prioriterre.

des GUIDE Pour plus d'informations Contactez l'espace INFOèénergie de prioriterre au 04 50 67 17 54 ou conseil@prioriterre.org w w w.prioriterre. ds s t s g o éc GUIDE Pour plus d'informations Contactz l'spac INFOèénrgi d prioritrr au 04 50 1 54 ou consil@prioritrr.org prioritrr st un association qui a pour mission d aidr chacun à réduir son mprint

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

Guide des déchets dangereux à la maison Plan départemental de Prévention des Déchets

Guide des déchets dangereux à la maison Plan départemental de Prévention des Déchets Miux ls connaîtr pour miux ls jtr! Guid ds déchts dangrux à la maison Plan départmntal d Prévntion ds Déchts En 2005, l Consil général ds Lands a initié l prmir Plan départmntal d Prévntion ds Déchts n

Plus en détail

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes A60 MAJ.09- xmlbas RET-A060.xml TAUX DE PENSION PRINCIPE GÉNÉRAL imag% path%/1/1/3 path%/1/3/2 path%/1/1/1 path%/1/1/2 path%/1/2/1 path%/1/3/1 rvd%-09 /0 rvd%14-09 /1/1/0 rvd%14-09 /1/0 rvd%-06 /1/2/0

Plus en détail

Fonctions Numériques, fonctions usuelles.

Fonctions Numériques, fonctions usuelles. Fonctions Numériqus, fonctions usulls.. Fonction constant : Soit b un rél fié. Définition : La fonction constant st la fonction qui à tout rél associ l rél b. la fonction constant st donc la fonction f

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac, d alcool t d drogus chz ls juns. Nous t rmrcions

Plus en détail

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur Ont contribué à la rédaction tchniqu : ls partnairs Cntr hospitalir univrsitair Dupuytrn Srvic d pharmacologi t toxicologi pharmacovigilanc 2, avnu Martin Luthr King 87042 LIMOGES cdx Tél. 05 55 05 55

Plus en détail

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013 Ls applicatis ds systèms d canalisatis n polyéthylèn haut dnsité (PEHD) st variés ; lls ccrnnt ls industris du gaz, ds aux, du drainag t d l assainissmnt. L PEHD st l plus inrt chimiqumnt d tous ls matériaux

Plus en détail

Guide de mise en place d une manifestation Téléthon S ENGAGER. Jean-Marie, organisateur pour le Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62).

Guide de mise en place d une manifestation Téléthon S ENGAGER. Jean-Marie, organisateur pour le Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62). S ENGAGER Alxandra, organisatric pour l Téléthon, Bourg-n-Brss (01). Guid d mis n plac d un manifstation Téléthon Jan-Mari, organisatur pour l Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62). r t o v r t t m z l u o v

Plus en détail

Sam et Bloup. plantent un arbre RÉÉDITION. à la page 11

Sam et Bloup. plantent un arbre RÉÉDITION. à la page 11 Sam t Blup plantnt un arbr à la pag 11 RÉÉDITION Qull bll matiné d printmps! À l écl aujurd hui, c st un jurné très spécial. Sam, Blup t tus ls élèvs d lur class vnt assistr à la plantatin d un arbr. Blup

Plus en détail

Association d opérateurs logiques Date : (+ commentaires prof. à partir d une rédaction élève envoi n 2 ) BEP MEL 1 / 5

Association d opérateurs logiques Date : (+ commentaires prof. à partir d une rédaction élève envoi n 2 ) BEP MEL 1 / 5 Dt : (+ commntirs prof. à prtir d un rédction élèv nvoi n 2 ) BEP MEL / 5 I LOGIGRAMME : Assocition d'opérturs logiqus : L tritmnt logiqu ds informtions put nécssitr l mis n œuvr d'un nomr importnt d'opérturs

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

L ARCHE N 236 SOUS L ARC EN CIEL PLAN FROID : LE FOYER SONNE L ALARME DOSSIER : PASSAGERS ET ANIMAUX SOCIAL : AIDER LES AIDANTS

L ARCHE N 236 SOUS L ARC EN CIEL PLAN FROID : LE FOYER SONNE L ALARME DOSSIER : PASSAGERS ET ANIMAUX SOCIAL : AIDER LES AIDANTS L ARCHE SOUS L ARC EN CIEL REVUE TRIMESTRIELLE EDITEE PAR LE FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI 2,5 IMAGE : PONOMARENCKO / FOTOLIA.COM PLAN FROID : LE FOYER SONNE L ALARME DOSSIER : PASSAGERS ET ANIMAUX SOCIAL

Plus en détail

e s p a c e AQUA sport détente Saint-Cyprien

e s p a c e AQUA sport détente Saint-Cyprien s p a c AQUA sport détnt & Saint-Cyprin ss p aac c s c n i op l ai si r c L spac Aquasud st und bassin ouvrtconcrn à l'anné.l apprntissag Ctt structur couvrt st accssibl à tous publics : La principal activité

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites

Les calculatrices sont interdites CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES Ls calculatrics sont intrdits L épruv st composé d dux problèms indépndants décrivant ls princips physiqus d dispositifs vibrants (microphons t sismograph). Il st consillé

Plus en détail

Les Essentiels CMF. de la. Partage d experiences Un évènement. 22 janvier 2016

Les Essentiels CMF. de la. Partage d experiences Un évènement. 22 janvier 2016 Ls Essntils d la CMF Partag d xperincs Un évènmnt 22 janvir 2016 Capital 8 Paris La chirurgi maxillo-facial, notr ADN dpuis 15 ans! L un ds axs forts d Global D étant l partag d connaissancs, nous mttons

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Bienvenue dans notre LES. Sommaire

Bienvenue dans notre LES. Sommaire S volts Binvnu dans notr univrs Volt. Bsoin d nouvaux volts qu vous manœuvrrz d un simpl gst sur un télécommand? Assz d ls poncr t lasurr tous ls ans? Vous préférz l PVC? aluminium? Détndz vous t vnz découvrir

Plus en détail

Le domaine national de Saint-Cloud

Le domaine national de Saint-Cloud P a r c o u r s d é c o u v r t L domain national d Saint-Cloud P a r i S / Î L - d - F r a n C j u n p u b l i c L domain national d Saint-Cloud Bonjour t binvnu au domain national d Saint-Cloud. J suis

Plus en détail