I] Présentation et analyse de la demande

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I] Présentation et analyse de la demande"

Transcription

1 I] Présentation et analyse de la demande Le point de départ: un constat subjectif d'une salariée lambda Cette étude n'a pas fait l'objet d'une demande institutionnelle ou organisationnelle; un simple constat basé sur mon expérience au sein de l'entreprise depuis près de deux ans. En effet, au cours de ces deux années j'ai eu à constater de multiples changements d'équipes caractérisés par des démissions, des abandons de postes. Ce phénomène avait bien sûr pour premier effet de décourager nos équipes voyant partir un à un chacun de ces membres, de nous épuiser du fait du travail en sous-effectifs qui en résultait. Ce que l'on nomme le taux de turn-over dans les entreprises me semblait être dans cet établissement une norme de fonctionnement organisationnel non pas par son chiffre certainement très élevé mais par le peu de cas qui en était fait, les inscrivant dans une normalité: un départ, une entrée, un départ, une entrée. Dès maintenant, je précise que ce n'était peut être pas la réalité, peut-être que la direction s'en était inquiété, peut-être que ce phénomène avait paru anormal pour l'entreprise, néanmoins je ne l'ai pas vécu ainsi sur le terrain. Peut-être aussi que ce turn-over est en adéquation avec cette activité et ne reflète en rien un dysfonctionnement organisationnel? Parallèlement à ce constat, l'absentéisme au sein de l'établissement me semblait lui aussi très élevé; changements de planning de dernière minute, travail en équipe très restreinte, constituaient à certaines périodes le quotidien des salariés. Il peut être difficile, au-delà d'une étude chiffrée, d'étudier les causes du turn-over ( on comprendra aisément qu'une fois que les salariés ont quitté l'entreprise il est difficile de les retrouver ); l'étude du phénomène d'absentéisme s'avère plus facile en pratique et être un bon indice du fonctionnement ou dysfonctionnement organisationnel; c'est dans cette perspective que s'inscrira ce travail. Du constat à l'étude L'intérêt de l'étude de l'absentéisme pour les organisations s'exerce à deux niveaux : Le premier est bien sûr la globalité du phénomène. L'absentéisme n'est pas l'apanage de telle ou telle entreprise, c'est une plainte collective de l'ensemble des dirigeants: il désorganise, il coûte cher; les organisations modernes sont tendues en terme d'effectifs et l'encadrement dit lui-même avoir sans cesse à " jongler " pour pallier aux absences. Etudié depuis plus de 50 2

2 ans, l'absentéisme organisationnel intéresse toutes les disciplines: psychologie, sociologie, sciences de la gestion C'est donc un phénomène qui bénéficie d'une richesse d'apports pluridisciplinaires permettant sa compréhension et ses incidences dans sa globalité. Les enjeux économiques sont clairs: chaque absence doit être remplacée et son indemnisation est supportée par l'ensemble de la collectivité. Les enjeux humains sont aujourd'hui peu contestables, usure professionnelle, surcharge de travail, exigence de performance Le second niveau relève d'un consensus ( si rare pour être souligné ) entre dirigeants et représentants des salariés: c'est un indicateur de mauvaise santé des organisations. Jusqu'à la création des CHSCT le consensus s'arrêtait à ce niveau: les suspicions faisant obstacle à définir plus avant ce phénomène. Les CHSCT traitent d'hygiène et des conditions de travail, préoccupations communes aux employeurs et employés. Progressivement ces comités ont libéré des zones d'expressions où les entreprises acceptent d'entendre et de prendre en compte ce que C.DEJOURS appelle les souffrances au travail. Accepter que son entreprise puisse générer du stress, démotiver, désengager, contraindre, est un préalable à une politique d'actions communes efficace. Après tout il n'est peut-être pas si grave pour un dirigeant d'annoncer publiquement qu'il s'engage à améliorer la qualité de vie au travail des ces employés? Cela ne fait peut-être pas fureur dans les dîners entre PDG où le respect passe encore par le sentiment de crainte que l'on inspire mais en terme de résultats les actions portent leurs fruits. Ainsi construire un vrai projet qui intègre l'entreprise et les conditions de travail, les trajectoires professionnelles voire le sens du travail, relève pour le dirigeant d'une démarche de pérennité de l'établissement conférée à ses fonctions. II] Le cadre théorique de cette étude. Tout d'abord quelques précisions: " L'absentéisme est perçu dans l'entreprise comme une faute, un manque de conscience professionnelle, une possibilité de frauder, d'abuser des garanties institutionnelles et dans cette démarche les salariés sont toujours accusés." C'est ainsi que JARDILLER et BAUDOUIN introduisent leur ouvrage Absentéisme, mythes et réalités, nous sommes en

3 "Beaucoup de salariés malades le lundi ( ou le jour de retour de leur repos hebdomadaire ) préfèrent venir pointer le matin [ ] cela leur permet de montrer à la collectivité de travail qu'ils ne sont pas en arrêt de complaisance. Ils évitent ainsi les réflexions de l'employeur et de leurs collègues ". G.Arnaud, médecin du travail, pour une recherche de l'anact( n 300 ), nous sommes en Vingt années se sont écoulées entre ces deux interventions, et pourtant peu d'évolution sur la perception de l'absentéisme organisationnel. Ne pas être à son poste de travail est toujours suspect. Pour plusieurs raisons certainement; premièrement par l'équation suivante: un salarié pour un motif X s'absentera et l'autre non, en conséquence le raccourci est évident: la raison X ne suffit pas à s'absenter puisque Untel est venu travailler. C'est encore souvent, très souvent, trop souvent que raisonne chaque acteur de l'entreprise, quel que soit son poste. Deuxièmement, les attitudes d'un individu face à l'absence d'autrui sont générées par ses propres perceptions de l'absence, la légitimité du motif et les évaluations des conséquences, le jugement sur l'absence de l'autre échappe alors à toute objectivité. Qu'est-ce que l'absentéisme professionnel? Les indicateurs existants dans les entreprises sont très souvent incomplets, l'absentéisme comprenant à la fois les arrêts consécutifs à des accidents de travail, les congés maternités et paternités, les congés de formation, les congés payés, les arrêts maladie Ainsi prendre un taux d'absentéisme sans savoir ce qu'il mesure réellement n'a que peu de valeurs. En reprenant la distinction de JARDILLER ( 1984 ) entre les absences incompressibles et les absences compressibles il est possible d'affiner cette notion : Les absences incompressibles correspondent à des droits acquis en matière de conditions de travail: congés payés, repos compensateurs, congés de formation, formation interne, congés pour évènements familiaux Ces absences peuvent être, pour une grande majorité, planifiées et intégrées dans le fonctionnement de l'entreprise. Les absences compressibles correspondent à un absentéisme non prévu par l'entreprise. On ignore quand ces absences surviendront et elles peuvent faire l'objet d'une prévention pour les faire baisser: arrêts maladie, absences injustifiées, accidents de travail Ainsi en objectivant ce taux d'absentéisme et en se centrant sur l'absentéisme compressible on peut aisément prendre ce taux comme un indicateur d'alerte pertinent soit de l'état de santé des personnes, soit du degré d'implication du personnel ou encore des conditions de travail au 4

4 sens strict. Ainsi T.ROUSSEAU chargé de mission à l'anact ( 2005 ) note que, par exemple, des horaires rigides peuvent être sources d'absences; une gestion collective du temps de travail permet de mieux concilier les contraintes des uns et des autres. Il est également possible d'intervenir sur le travail lui-même en valorisant les trajectoires professionnelles, prévenant ainsi les risques d'usure professionnelle. Dans ce travail nous étudierons l'absentéisme compressible tel que définit précédemment. Petit survol des facteurs d'absence : Définis par JARDILLER ( 1984 ), la distinction est faite entre les facteurs individuels et les facteurs professionnels. Les facteurs individuels sont l'âge, le sexe et la situation familiale, l'état de santé, la qualification et le niveau de revenu, l'ancienneté dans l'entreprise, les activités extra-professionnelles, les conditions de logement et la durée de trajet domiciletravail. Toutes ces composantes sont étroitement liées les unes aux autres. Longtemps ( trop longtemps! ) on a montré du doigt les mères de familles, peu qualifiées, car les statistiques montraient que cette population était la plus absente dans l'entreprise. A contrario les hommes jeunes sans enfants et peu qualifiés représentaient une population jugée instable et donc peu fidèle à l'entreprise. Aujourd'hui encore les recruteurs ( mandatés par l'entreprise ) reconnaissent que la femme trentenaire, sans enfant, représente un danger pour l'entreprise de part l'éventualité d'avoir à la remplacer si l'envie lui prenait d'avoir un enfant, d'ailleurs les recruteurs n'hésitent pas à demander " pourquoi vous n'avez pas encore d'enfant?". Désarmant comme question. Ainsi un des raccourcis de gestionnaire ou de dirigeant consiste à établir un profil type de l'individu absent et donc, de son contraire non-absent; en définissant statistiquement ce portrait il composerait son entreprise en ajoutant les profils idéaux. Peu réaliste comme démarche, moralement douteux voire discriminatoire, le fait est qu'une entreprise ( le tout ) n'est pas égale à la somme des individus qui la composent ( les parties ). De plus, il est impossible de déterminer l'état de santé physique ou morale d'une personne et son comportement psychosociologique; aucun médecin ne peut prendre deux individus exempts de pathologie et déterminer lequel est en meilleure santé, aucun psychologue ne pourra prendre ces deux même individus et déterminer lequel aura un comportement le prédisposant à l'absence. L'étude de ces facteurs peut faciliter la recherche de solutions individuelles le cas échéant. Les facteurs professionnels de l'absence sont les suivants: la qualification demandée, l'environnement physique de travail, les horaires, la communication comprenant la structure et 5

5 le type de management, les rythmes de travail, la rémunération. Toutes ces variables influent sur l'absentéisme organisationnel; d'une manière générale les recherches ont montré que les conditions d'exercice du poste et le niveau de qualification étaient des facteurs prépondérants. Réflexions et évaluations préalables au comportement d'absence: La théorie de l'action raisonnée de FISHBEIN et AJZEN ( in traité de psychologie du travail 2000 ) postule que l'être humain décide ou non d'adopter un comportement donné suite au bilan de l'analyse de certaines informations dont il dispose concernant le dit comportement. Ainsi l'intention d'adopter ou non un comportement résulterait directement d'une analyse systématique de deux types d'informations: Des informations concernant la perception des avantages et des désavantages à adopter le comportement Des informations ayant trait aux normes sociales, l'individu adoptera ou non un comportement suivant la façon dont il juge que celui-ci est accepté ou non dans la société. Ainsi le comportement d'absence serait une action raisonnée en terme d'évaluations pratiquées par l'individu. Vers la norme sociale d'absence et la culture d'absence : NICHOLSON et JOHNS ( 1985 ) ont étudié le phénomène d'absentéisme sous l'angle de l'influence sociale des groupes de travail. Ils suggèrent que le contexte social dans lequel est étudié l'absentéisme doit être pris en compte. Ils proposent que des cultures d'absences se développent dans les entreprises, services ou groupes de travail contribuant à établir un niveau acceptable d'absentéisme. Donc malgré l'importance des variables individuelles, l'absentéisme apparaît comme étant fonction de croyances et pratiques qui influencent la fréquence, la durée mais aussi les raisons légitimes de s'absenter. Cette notion de légitimité a été développée par JARDILLER qui a montré que dans une équipe de travail si une personne s'absente pour un motif jugé légitime il n'y aura pas d'augmentation sur le taux d'absentéisme du groupe de travail; en revanche si deux ou trois personnes s'absentent pour des motifs jugés non légitimes par le groupe il y aura un phénomène compensatoire du groupe, les autres membres s'absentant eux aussi. 6

6 Pour cet auteur, l'assiduité est fonction de deux facteurs: Le sentiment d'appartenance à l'entreprise c'est à dire la solidarité à l'entreprise. La solidarité vis à vis des collègues c'est à dire des groupes de travail clairement constitués. De fait, toute décision faisant obstacle au développement du sentiment de solidarité entre membres d'un même groupe de travail constituerait un encouragement à l'absentéisme: le turn-over par exemple détruirait les groupes. De même, nul ne peut se sentir solidaire d'une entreprise s'il a le sentiment que sa contribution propre est de peu de valeur. XIE et JOHNS ( 2000 ) montrent l'existence d'une culture d'absence comme étant l'ensemble dans lequel il existe un accord homogène et mutuel entre les membres d'un groupe à propos des motifs à s'absenter. Cet accord est tacite et non verbal bien sûr, il résulte des expériences successives d'absences vécues par le groupe qui progressivement en vient à en établir une norme au même titre que toute norme sociale existante dans la société. Toute iniquité perçue pourrait produire une absence; en effet LEVY-LEBOYER ( 1994 ) postule que tout travailleur compare ce qu'il apporte à son travail ( sa compétence, son temps, sa bonne volonté, son expérience ) à ce qu'il reçoit ( salaire, estime, divers avantages ); la comparaison a aussi lieu avec ce que les autres travailleurs apportent et reçoivent. Ainsi si l'individu juge qu'il reçoit moins il rétablit l'équilibre en travaillant moins ou moins bien. Cet aspect peut intervenir dans l'absentéisme compensatoire par rapport aux normes d'absences définies par les groupes. Le poids de la norme sociale serait essentiel sur la légitimité des raisons de l'absence; certaines raisons données par un individu pour justifier de son absence seraient acceptables pour un groupe social donné ( groupe de travail, d'un même service ou d'une entreprise toute entière ) mais pourrait être inacceptable pour un autre groupe social. Les recherches de HACCOUN et DESGENT ( 1993 ) classaient ces motifs de la façon suivante: Raisons médicales ( personnelles, enfants, conjoint ) Raisons psychologiques ( stress, fatigue, lassitude, insatisfaction au travail ) Raisons interpersonnelles ( problèmes hiérarchiques, problèmes avec les collègues ) Raisons domestiques ( RDV, loisirs, activités extra professionnelles ) Les recherches précédentes nous ont appris les choses suivantes: 7

7 Les individus ont tendance à attribuer leurs absences à des facteurs extérieurs hors de leur contrôle qu'à des évènements sous leur contrôle - MARTOCCHIO et HARRISON ( 1994 ) Les employés d'une organisation doivent être considérés comme des acteurs qui agissent selon leurs différents intérêts qui ne correspondent pas forcément aux intérêts de l'organisation. Le comportement d'absence comme une action raisonnée résulte de l'évaluation des avantages et inconvénients du comportement et de la légitimité donnée ou non par le groupe de travail ou l'organisation. III] Problématique de l'étude En nous inscrivant dans les théories étudiant l'absentéisme sous l'angle de l'existence d'une norme sociale d'absence intra-groupe de travail ou intra-organisation nous allons étudier d'une part l'attitude de l'individu à l'égard de son travail et d'autre part l'attitude de l'individu à l'égard du comportement d'absence ( légitimité et conséquences ). Etudier l'attitude de l'individu à l'égard de son travail revient à établir un bilan social de l'entreprise, rechercher les éléments contraignants pour l'individu et les éléments satisfaisants, l'ensemble de ce que les salariés ressentent du fonctionnement de l'entreprise. C'est donc une description subjective du contexte professionnel qui nous intéresse, cette même subjectivité qui intervient dans le comportement d'absence et dans l'établissement d'une norme d'absence. La réalité d'une entreprise ne se résume pas à l'objectivité de ses statuts, de son organigramme, de son règlement intérieur, de ses investissements et de son chiffre d'affaires; c'est aussi l'image qu'elle donne à l'extérieure, sa communication interne, les attentes et les stratégies des salariés qui la composent, les objectifs à plus ou moins longs termes des dirigeants C'est cet espace non écrit mais vécu qui nous intéresse car c'est le quotidien du salarié; cela va au-delà d'une définition de poste et du contrat de travail, c'est la construction par chacun des membres de l'entreprise du climat psychosocial et l'évaluation qui en est faite. Donc en postulant l'existence d'une norme sociale d'absence nous cherchons à montrer que les motivations à s'absenter seraient centrées sur les caractéristiques vécues de l'emploi lui-même, c'est à dire centrées sur des facteurs organisationnels. D'autre part en étudiant les conséquences perçues de l'absence à son poste de travail nous chercherons à déterminer quel est le rapport qu'établissent les individus avec son coût. Enfin, nous évaluerons un degré de contrainte organisationnelle par rapport à l'absentéisme ( contrôle de l'entreprise ). 8

8 IV] Présentation de la structure Le monde des casinos garde encore sa part de fantasmes dans la pensée collective. C'est pour beaucoup un univers mystérieux. C'est à Venise en 1826 qu'est né le principe des casinos; à la fin du seizième siècle le jeu fut légalisé en France pour les nobles uniquement et banni pour le peuple. La révolution française toléra totalement le jeu tout en le proscrivant dans les textes! Un décret de 1806 permit aux préfets de délivrer des autorisations dérogatoires de jeu pour les stations balnéaires et pour les lieux où il " existe des eaux minérales " pour la saison des eaux uniquement, et pour la ville de Paris. En 1907 la loi fondamentale pour les jeux en France autorisa les cercles de jeux et les casinos dans les villes thermales. En 1920 la décision fut prise qu'aucun casino ne pourrait s'établir à moins de 100 kilomètres de Paris; une exception fut faite pour Enghein en 1931, cette disposition est toujours en vigueur. Le décret de 1959 dit qu'un casino doit être " un établissement comportant trois activités distinctes: spectacle, restauration et jeux, réunies sous une même direction sans qu'aucune d'elle ne puisse être affermée." En 1969, un décret autorisa trois nouveaux jeux américains: la roulette, le blackjack et le craps marque un tournant chez les casinotiers: Charles PASQUA, alors ministre de l'intérieur, autorise les machines à sous dans les casinos et eux seuls. En 1988, l'amendement CHABAN-DELMAS autorise sous certaines conditions l'implantation de casinos dans les villes de plus de habitants. Aujourd'hui la France est le premier casinotier d'europe en nombre de casinos. En 1996, les casinos indépendants étaient encore majoritaires et réalisaient 85% du produit brut des jeux. En 2000, 80% du produit brut des jeux étaient réalisé par les groupes. Les leaders du marché: Situation en 2004 Source Syndicat Casinos de France Groupe PARTOUCHE: 46 casinos en France 4515 machines à sous. Groupe BARRIERE: 30 casinos en France 4501 machines à sous. Groupe MOLIFLOR: 20 casinos en France 1705 machines à sous Groupe TRANCHANT: 18 casinos en France 1527 machines à sous AUTRES: 74 casinos en France 5625 machines à sous. 188 casinos en France en 2004 et environ salariés tous secteurs d'activités confondus. Nous n'avons pas pu obtenir malheureusement un bilan chiffré de la réparation par services du nombre de salariés dans les casinos. 9

9 Le fonctionnement: La législation est très stricte dans l'exploitation d'un casino; le droit d'exploiter un établissement de jeux est soumis aux autorisations du ministère de l'intérieur. Pour faire simple, un casinotier doit exploiter l'établissement pendant une année en ne disposant que de jeux traditionnels, puis doit obtenir par la suite de nouvelles autorisations pour exploiter des machines à sous. L'expansion en nombre de machines fait toujours l'objet d'un accord du ministère de l'intérieur. Trois types de restaurations doivent être à disposition de la clientèle, ainsi qu'une salle de spectacle. L'amplitude horaire d'ouverture oscille selon les établissements de 14 heures à 16 heures / jour. Les différents services sont: Les Machines A Sous ( MAS ) Les jeux traditionnels La restauration La sécurité vidéo accueil La technique L'entretien L'administration ( Direction Générale, financière, marketing, commerciale, Ressources Humaines ) 10

10 V] La collecte des résultats et la population d'étude Le projet présenté à la DRH du casino de Bordeaux ( Groupe BARRIERE ) n'a pas été retenu par la direction, du fait certainement de ma position d'opérationnelle dans l'entreprise; ce refus se comprend et se justifie aisément. Dès lors il a été envisagé avec mon DRH de proposer l'étude à l'ensemble des casinos du groupe BARRIERE; une présentation succincte de l'étude et un CV ont été envoyé à l'ensemble des DRH par intranet. Aucune réponse positive ne m'est parvenue. J'ai alors choisi une autre méthode de collecte de données par Internet me permettant de mener à bien ce travail et de contourner certains obstacles organisationnels. Les questionnaires ont été proposés au Journal Des Casinos accompagnés du projet d'étude. La rédactrice éditoriale a alors accepté de mettre en ligne l'étude et a réservé pendant près de trois mois un espace publicitaire privilégié sur son site. Des courriers expliquant la nature de l'étude ont été envoyés aux comités d'entreprise de 20 Casinos ( les plus grands du territoire ). Des mails sur les différents forums des personnels des casinos ont été envoyés pour annoncer l'étude. Une petite précision s'impose: dans les courriers ainsi que dans le préambule introduisant les questionnaires je me suis présentée en annonçant ma fonction dans le casino de Bordeaux (serveuse-barmaid) et la finalité de l'étude ( rédaction d'un mémoire pour le D.U de ressources humaines et psychologies des organisations de Bordeaux II ). J'ai donc clairement posé ma double casquette pour deux raisons: la première est qu'il me semble primordial de ne pas se cacher lorsque l'on demande aux individus de se livrer le plus honnêtement possible, la seconde est que cet univers soumet les salariés à une surveillance totale sur leur lieu de travail ( on comprendra pourquoi ) et que le système de collecte des résultats via Internet aurait pu encourager une suspicion. En me présentant ( nom, numéro de portable, adresse mail ) j'affichais clairement où les résultats seraient collectés et m'engageait aussi publiquement à rendre des comptes le cas échéant. Peut-être que l'on peut considérer cela comme un biais de l'étude mais le fait de me présenter uniquement en qualité d'étudiante en aurait été un autre. 11

11 A] Les questionnaires 1- Etude du climat psychosocial de l'entreprise Deux questionnaires ont servi de support à la construction du premier outil: le FIVA 1 et le JDI. Le FIVA 1 est un inventaire de satisfaction, coté selon une échelle de lickert à 4 modalités " tout à fait,, pas, pas du tout ", utilisé à l'origine pour les catégories cadres; notre population d'étude possédant 3 modalités en terme de statut ( cadre, maîtrise, employé ) nous avons adapté les items du FIVA 1. Le JDI ( Job Descriptive Index ) de SMITH et HULIN est aussi un questionnaire mesurant les satisfactions professionnelles, côté différemment, nous en avons emprunté quelques dimensions en conservant la cotation du FIVA. Voici les dimensions retenues dans le FIVA 1: Sentiment vis à vis de sa rétribution Sentiment d'être informé Indépendance de pensée et d'action Développement et progrès Les dimensions empruntées au JDI: Relation avec la hiérarchie Attitude à l'égard de la tâche Satisfaction générale dans l'emploi Les dimensions ajoutées au questionnaire: Effets perçus du travail sur la santé Contexte de l'environnement physique de travail 12

12 Deux indices ont été intégrés: Indice de qualité relationnelle Indice de désengagement organisationnel Argumentaire sur la construction du questionnaire et le choix des items: Première dimension: sentiment vis à vis de sa rétribution 4 items. Mon salaire me permet de vivre correctement Mon salaire me semble satisfaisant par rapport au travail fourni Mon salaire me motive dans mon travail Mon salaire me semble satisfaisant par rapport à mes compétences Les dernières enquêtes SOFRES montrent qu'il existe un décalage entre les attentes des salariés et les pratiques de rémunérations. Si l'adage " tout travail mérite salaire " ne peut ouvrir de contestation, la place de la rémunération dans l'étude de la motivation et de la satisfaction au travail a souvent été source de controverse. Si le Taylorisme avec l'homoéconomicus considérait l'homme comme agissant de manière rationnelle et prenant les décisions permettant d'accroître sa rémunération, l'école de sciences humaines ( MAYO ) insistera davantage sur les besoins sociaux des individus comme facteurs de motivation et de satisfaction au travail. En 1960, la théorie des attentes ( VROOM ) montre qu'une rémunération qui récompense les efforts et les performances de l'individu et pour laquelle il a de l'attrait peut le motiver. Dans la théorie de l'équité d'adams ( 1963 ) motivation et salaire sont envisagés sous l'angle d'une recherche d'équité entre la contribution de l'individu à l'entreprise et ce qu'il perçoit en retour par rapport aux contributions / rétributions de son groupe de référence. La théorie de l'équité concerne toutes les rétributions d'une entreprise ( salaire, reconnaissance, promotion ): o Les salariés doivent attacher une valeur positive élevée aux rémunérations o Les salariés doivent savoir qu'une bonne performance est réellement suivie d'une rémunération élevée 13

13 o Les salariés doivent croire que la qualité du travail qu'ils font dépend dans une large mesure de l'effort qu'ils déploient. Cela signifie qu'ils doivent considérer qu'ils peuvent maîtriser la qualité du travail qu'ils réalisent. Si cette condition n'est pas remplie les employés ne croiront pas que fournir des efforts dans le travail permette éventuellement d'obtenir une rémunération élevée. o Les salariés doivent considérer que les résultats positifs attachés à une bonne performance sont plus importants. Ainsi un plan de rémunération doit créer des conditions dans lesquelles un grand nombre de résultats ayant des valences positives élevées et un nombre minimum de résultats ayant des valences négatives sont considérés être liées à la performance. o Les salariés doivent considérer que faire du bon travail est le plus attractif de tous les comportements possibles. Les recherches actuelles de ROUSSEL ( 1996 ) révèlent que la satisfaction à l'égard de la rémunération directe influence positivement la satisfaction au travail. Il faut distinguer la rémunération fixe ( salaire, prime d'ancienneté, de fin d'année ) de la rémunération flexible ( éléments liés au mérite, partage du profit ). " La rémunération flexible ne motive pas et n'accroît pas la satisfaction au travail [ ] La rémunération individualisée fondée sur les augmentations de la rémunération fixe peut motiver et satisfaire."( in Rémunération, motivation et satisfaction au travail, ROUSSEL, p ). La satisfaction dépend du caractère équitable de la rémunération. Actuellement la rémunération serait l'une des dimensions d'égale importance et dépendant plus des attentes et besoins de l'individu que d'un seuil fixé; à ses côtés, le travail en lui-même et les relations / interactions du travail. Seconde dimension: Sentiment d'être informé et sentiment d'appartenance à l'entreprise - 5 items. Les informations sur l'entreprise sont facilement accessibles Les objectifs de mon entreprise sont clairement définis Chaque succès de mon entreprise est aussi mon succès 14

14 Quand quelqu'un critique mon entreprise je le perçois comme une attaque personnelle Quand je parle de mon entreprise je dis " nous " plutôt que " ils " La dernière dimension psychologique à la base de l'état de mobilisation touche au lien affectif qui unit l'individu à la culture de l'organisation. Dans la mesure où les valeurs organisationnelles sont intimement reliées aux membres de l'organisation, ce lien touche également à la relation affective entre l'individu et les autres membres de l'organisation (ou aux différents groupes avec qui il travaille). Ce lien, appelé "attachement à la collectivité", est basé, entre autres, sur une identification aux valeurs organisationnelles. Le mot "identification" est utilisé ici dans le sens de désir d'affiliation: un individu mobilisé est fier d'appartenir à un groupe (organisation vue sous l'angle social) et s'identifie à ses valeurs parce qu'il ressent une congruence entre ses propres valeurs et la culture du groupe. Les répondants utilisent des termes qui correspondent vraisemblablement à un attachement affectif envers les valeurs de l'organisation (une des dimensions affectives de l'organizational commitment): "personne qui est fière de son organisation", "personne qui s'identifie à son organisation" ou "personne qui partage les valeurs de l'organisation". D'ailleurs, un des objectifs avoués des pratiques de gestion mobilisantes est justement d'accroître l'identification à l'organisation. Inversement, un individu démobilisé n'a plus à cœur d'appartenir à son organisation ("personne qui est indifférente à son milieu de travail", "personne qui ne croit plus aux valeurs de l'entreprise" ou "personne qui parle de son entreprise en utilisant elle au lieu de nous"). Selon JARDILLER ( 1986 ) la qualité des communications internes à l'entreprise est une des conditions de l'assiduité; l'organisation ne constitue un groupe humain que si des informations la parcourent. Connaître les objectifs de son entreprise ou tout simplement savoir où trouver l'information nécessaire sont des facteurs importants pour un bon fonctionnement. Pour l'exemple: l'entreprise DANONE est un formidable succès de communication externe et un échec de communication interne ( en 2001 l'annonce de 600 à licenciements en France, dont la fermeture de l'usine LU, à été faite aux salariés, alors que cette rumeur avait été fermement démentie par la direction 2 mois auparavant; cette annonce à été faite aux délégués syndicaux sans que le PDG ne s'adresse aux salariés pendant des semaines. Ce dernier acceptera de dialoguer suite à l'appel des salariés au boycotte de la marque contre les licenciements de convenance boursière. ) L'effet fut sans appel: Danone n'a plus fait partie des marques préférées des français. Il faut insister sur le fait que la communication interne est 15

15 aussi un outil marketing, peut-être trop souvent négligé par les dirigeants qui oublient que leurs salariés sont porteurs de l'image de leur entreprise à l'extérieure de celle-ci. J.P SCHMITT ( 2002 ) définit la communication organisationnelle en insistant sur deux missions principales: o Participer au bon fonctionnement de l'entreprise en favorisant la cohérence, l'unité, la cohésion et une culture commune o Promouvoir la prise de risques, l'imagination, l'invention et la singularité en vue de favoriser le développement de l'entreprise L'objectif global de la communication interne est de récolter puis diffuser, communiquer des informations pour permettre à l'entreprise et à ses acteurs d'exister. Nous ne pouvons nous approprier ce que nous ne comprenons pas et encore moins ce que l'on ne nous dit pas; la communication dans l'entreprise vise le transfert d'informations ainsi que la réalisation des besoins sociaux et psychologiques d'un individu. La communication est au cœur de processus organisationnels: motivation, prise de décisions, leadership, processus de groupe. Qu'il s'agisse d'un réseau de communication informel ( assurant une plus grande coordination entre les membres de même niveau hiérarchique ou de niveau différent mais n'ayant pas de rapport direct de subordination ) ou de réseau formel de communication ( organisé du haut vers le bas, du bas vers le haut ou horizontalement ), les fonctions sont claires: informations facilitant la prise de décisions, motivation par la définition des objectifs, contrôle par la définition claire des tâches, rôles, responsabilités, hiérarchie, et enfin l'expression des émotions négatives ou positives. Selon MUCCHIELLI ( 2005 ) la communication interne permet aux acteurs de mieux comprendre les décisions manégariales. La communication interne met en commun un langage, des valeurs et une culture. La culture d'entreprise est une notion qui apparaît en France dans les années 80 importée des USA au moment où les modèles classiques de l'entreprise familiale ont de moins en moins cours. Il s'agit alors de trouver une autre relation d'appartenance à l'entreprise; cette culture d'entreprise est suscitée par l'histoire de l'entreprise ( on notera que beaucoup de grands groupes font appel à des biographes pour écrire l'histoire de leur entreprise avec un grand H), les hommes et les femmes qui la composent, les évènements ( par exemple EDF a intégré dans sa culture d'entreprise sa mobilisation lors de la tempête de 1999 ). Nous parlerons de culture ou d'identité d'entreprise comme de l'identité d'un individu, à ce titre l'entreprise se doit d'échanger, d'interagir avec ses salariés, c'est une nécessité au même titre que les 16

16 échanges entre individus. La culture d'entreprise en pratique a été abordée sous l'angle de la performance, on attend la mobilisation des salariés autour d'un objectif commun, généralement ceux de la direction. Troisième dimension: Indépendance de pensée et d'action 2 items Je suis autonome dans mon travail Je suis consulté par ma hiérarchie sur les décisions concernant mon travail L autonomie dans le travail salarié ne relève pas des droits de l homme : quiconque accepte un emploi renonce, tacitement ou explicitement, à une partie de sa liberté, aussi longtemps du moins qu il prétend respecter son contrat et obtenir en contrepartie un salaire à la mesure de ses qualifications et de ses efforts. Le concept d'autonomie au travail fait appel aux notions de compétences et d'informations sur le travail effectué. LEVY-LEBOYER ( 2000 ) définit l'autonomie comme étant l'indépendance et la liberté dont jouit une personne qui travaille, ainsi que les possibilités de décider du choix des procédures à utiliser et de leur organisation dans le temps. Comme le montre C.DEJOURS ( 2001 ) plus l'organisation de travail est rigide plus la souffrance de l'individu augmente. Les expériences montrent que les attitudes et les comportements des employés à l'égard de l'organisation dépendent de la possibilité de participation à l'élaboration du travail, à l'initiative et à l'autonomie du déroulement des tâches. La participation à la décision ou à l'organisation de son travail a des effets favorables offrant aux salariés ( tous statuts confondus ) de satisfaire des besoins psychologiques supérieurs ( estime de soi, réalisation de soi ). Quatrième dimension: Evolution et progrès 3 items Je peux évoluer professionnellement par promotions internes Les promotions internes sont faites de manière équitable Si je fais correctement mon travail je peux évoluer dans l'entreprise 17

17 Ces items relèvent de deux concepts différents: d'une part le concept d'équité organisationnelle et d'autre part le concept de plan de carrière en adéquation avec les attentes des individus, d'accomplissement personnel. La gestion organisationnelle de la carrière peut s'effectuer selon deux stratégies différentes ( DOLAN, 2002 ): la première est basée sur les besoins individuels de planification de carrière, la seconde est davantage orientée vers les besoins de l'organisation en planification des ressources humaines. La planification de carrière centrée sur l'individu a trait aux plans élaborés par les salariés afin de satisfaire leurs besoins de croissance. La planification de carrière centrée sur l'organisation porte plus sur les emplois et sur les cheminements de carrière qui permettront aux employés de progresser en occupant différents postes au sein de l'organisation. Certaines entreprises croient que le développement de carrière reste de l'entière responsabilité du salarié et entraîne plutôt les salariés à se prendre en main. Quel que soit le modèle en place dans la structure ( l'un n'excluant pas l'autre ) la difficulté est de parvenir à un niveau de concordance entre les aspirations et les besoins organisationnels. La planification organisationnelle relève d'un engagement réel des dirigeants envers la stabilisation des ces effectifs et l'engagement de ceux-ci dans l'entreprise. En effet, toute entreprise faisant obstacle délibérément ou non à l'évolution interne de ses salariés s'expose inévitablement à une modification des attitudes des individus à l'égard de leur travail. Ainsi ROGER et TREMBLAY ont montré que plus les individus sont plafonnés dans leur carrière plus ils sont insatisfaits et stressés. Le lien entre motivation et promotion interne à été à plusieurs reprises mis en évidence: quelle que soit la théorie de la motivation à laquelle on se réfère ( VROOM, MASLOW, HEZBERG, LOCKE, ADAMS ) la terminologie et bien sûr les processus mis en jeu changent mais demeurent que " les besoins d'actualisation " de MASLOW, " les besoins de croissance " d'alderfer, " les facteurs motivationnels " d'herzberg, " la valence de la récompense " de VROOM, " les extrants " de la notion d'échange de la théorie de l'équité d'adams, désignent tous la motivation de l'individu. Il peut y avoir plusieurs types de blocages à l'évolution de carrière: soit on a atteint le seuil maximum tel qu'il est définit par la structure organisationnelle ( souvent dans la fonction publique ) soit on atteint son maximum de capacités ( réelles ou non, concurrence élevée ) soit le blocage est objectif ( analyse de ce qui se pratique dans l'entreprise concernant les promotions ) versus blocage subjectif ( sentiment d'être bloqué dans sa carrière ). ETTINGTON ( in psychologie du travail et des organisations ) démontre que tout plafonnement conduit à une baisse de satisfaction liée à la limitation des rémunérations et aux processus psychologiques résultant de 18

18 la perte de succès, d'estime de soi, de reconnaissance. De plus, comme nous l'avons vu précédemment concernant la rétribution, les salariés d'une organisation doivent pouvoir associer la promotion comme étant la résultante du travail effectué conformément aux attentes de l'entreprise et non comme étant fonction d'autres dimensions plus ou moins clairement définies; à défaut la valence positive, la promotion ne peut intervenir et le lien travail versus récompense n'est plus valide. L'équité perçue de la promotion nous renvoie à la théorie de l'équité d'adams développée plus haut; tout sentiment d'iniquité aura pour conséquence le rétablissement de l'équilibre par le salarié soit en diminuant ses contributions au travail, soit en diminuant la qualité. Il s'agit ici de la justice distributive; la justice procédurale concerne les procédures utilisées pour prendre des décisions, ici, la décision de promouvoir un individu plutôt qu'un autre. CROPANZANO et GREENBERG ( 1997, in Psychologie sociale des organisations, A.Colin, 2002, P.75) analysent les conditions qui conduisent un individu à percevoir une décision juste: la qualité de la décision prise, le fait qu'elle traite tout le monde de la même façon, la possibilité de réviser la décision. Pour CROPANZANO, trois éléments sont constitutifs de la perception de justice / injustice dans les décisions promotionnelles: o Le salarié tente de se référer à un outil d'avancement structuré mis au point par l'organisation ( tout du moins si ce dernier existe ) o Le salarié examine les informations reçues avec les opportunités proposées, compare les qualifications requises et celles qu'il a, et analyse les procédures nécessaires pour être promu o Enfin, le salarié regarde si les critères utilisés sont basés sur les compétences. Ainsi, des procédures mal définies, des informations partielles sur le parcours promotionnel conduisent à des vécus d'injustice pour les salariés. Si les individus estiment que les critères retenus sont des critères subjectifs ils ne peuvent espérer avoir le contrôle sur les décisions prises. Cinquième dimension: Relations avec la hiérarchie - 6 items Ma hiérarchie sait m'écouter et me soutenir Je sais exactement ce que ma hiérarchie attend de mon travail 19

19 Ma hiérarchie m'informe lorsque mon travail est bien fait Ma hiérarchie m'informe si je n'effectue pas correctement mon travail En général ma hiérarchie sait prendre les bonnes décisions Les décisions de la hiérarchie sont équitables pour tous les employés Les pratiques manégariales sont aujourd'hui plus que jamais au centre des réflexions dans les organisations; elles font d'ailleurs la fortune de nombreux cabinets de consultants proposant des formations aux managers: " devenir un manager performant ", " manager les compétences ", " les savoirs-être du manager " Les théories centrées sur le manager sont nombreuses: ainsi les recherches de l'université de l'ohio entreprises en 1974 ont montré la dichotomie entre les managers centrés sur la tâche ( dimension structurelle ) dont le but premier est la réalisation des objectifs par l'utilisation de communications formelles, une définition et une réparation des tâches claires, et les managers centrés sur l'employé dont le but est de créer un climat de confiance, de respect mutuel et de soutien, en développant les relations inter-personnelles et les communications informelles. Ces deux modèles ne sont pas exclusifs l'un de l'autre et le manager se situe quelque part entre ces deux extrêmes. BLAKE et MOUTON avaient développé une grille de gestion ou selon le style adopté, le manager exerçait différemment ses fonctions: la gestion autocratique centrée essentiellement sur la tâche, le supérieur hiérarchique s'assurant que les employés atteignent l'objectif, la gestion paternaliste montrant un intérêt maximal pour les individus, le supérieur privilégie le relationnel et l'évitement conflictuel, la gestion anémique ou le manager prend peu de décisions et a peu de relations avec les employés favorisant l'émergence de pouvoir informel, la gestion démocratique privilégiant la gestion par objectifs, le supérieur est alors fixé sur les objectifs et manifeste sa confiance aux employés en maximisant la créativité, la satisfaction, la productivité, l'efficacité, et enfin, la gestion de type intermédiaire, où le supérieur fixe des objectifs nécessitant peu d'efforts et exige un niveau de travail se situant juste à un niveau acceptable. Ces diverses recherches n'incluent pas les caractéristiques des subordonnés, de la structure, de l'environnement physique Ainsi PODSAKOFF ( in Psychologie du travail p. 253 ) montre que les caractéristiques des subordonnés, de la tâche ou de l'entreprise agissent sur le style de management et sur l'influence du manager. Par exemple un travail très structuré peut rendre 20

20 inutile l'influence d'un manager centré sur la tâche, une tâche intéressante peut réduire le besoin de considération des employés Le modèle de l'échange développé en 1982 par GRAEN, NOVAK et SOMMERKAMP ( in Psychologie sociale des organisations p.107 ) rompt avec les modèles antérieurs où un style de management était adopté avec tous les salariés; ici, c'est un échange négocié qui intervient entre le supérieur et le subordonné, plus précisément, les responsables classent leurs subordonnés en deux groupes: les " in-group " et les "out-group ". Avec les membres de l'ingroup on parlera d'échanges de haute qualité, mis en œuvre avec des subordonnés qui ont des contributions dépassant le formel et qui sont jugés loyaux, recevant en contre-partie plus de soutien et d'avantages; avec les membres de l'out-group on parlera d'échanges de faible qualité, marqués par la stricte application des règles formelles, recevant en contre-partie ce qui est prévu par les textes. Les recherches basées sur ce modèle ont mis en évidence que des variables organisationnelles ( taille de la structure, des groupes de travail ) influencent le type d'échanges; d'autres recherches ( 1995 in Psychologie sociale des organisations p. 108 ) montrent que les membres de l'in group sont proches du manager en terme de similitudes d'attitudes et de similitudes démographiques. Quelles que soient la pratique ou les pratiques manégariales utilisées au sein d'une entreprise, il n'en demeure pas moins quelles ont une incidence sur la satisfaction des salariés; le soutien hiérarchique est vu comme un élément essentiel dans le développement de l'engagement affectif des employés; en effet ce soutien perçu engage l'individu dans un sentiment d'obligation vis à vis de son entreprise. Plus largement, la perception du soutien hiérarchique fait partie du soutien organisationnel. Il existe des corrélations entre l'engagement affectif des salariés et les pratiques manégariales visant à soutenir les individus ( le fait d'être traité avec attention et considération, d'avoir un haut niveau d'échanges avec le supérieur hiérarchique ). MEYER et ALLEN montrent un lien entre l'engagement affectif des salariés, l'absentéisme et le turn-over. Les concepts de feed-back positifs et négatifs correspondent aux informations reçues par les membres de l'entreprise concernant leur travail. L'information doit être claire, objective et argumentée pour permettre l'autorégulation par le salarié le cas échéant. Avant un feed-back négatif le supérieur doit s'assurer que la définition de la tâche était claire et que les moyens pour la réaliser étaient effectivement à disposition. Un feed-back positif s'accompagne de récompenses verbales, pécuniaires ou promotionnelles. L'équité sur ces évaluations du travail par les supérieurs est essentielle: une équité historique c'est à dire que le comportement 21

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages 5 èmes mes JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages Les théories de la motivation : les apports de la psychologie sociale et de la psychologie du travail. A. Fernandez

Plus en détail

Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM "LA PAROLE AU PERSONNEL!"

Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM LA PAROLE AU PERSONNEL! Région Vaud Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM "LA PAROLE AU PERSONNEL" 1. Commentaires généraux L'enquête "La parole au personnel" a été

Plus en détail

LES TACHES DU MANAGER

LES TACHES DU MANAGER 1 LES TACHES DU MANAGER 1 Domaines de Management Avant de définir les tâches, il me semble utile de classer les différents domaines entrant dans le cadre du management d une équipe. J en ai défini cinq.

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Dale Carnegie Livre blanc

Dale Carnegie Livre blanc Dale Carnegie Livre blanc Copyright 2012 Dale Carnegie & Associates, Inc. Tous droits réservés. Enhance_engagement_031814_wp_fr RENFORCER L'ENGAGEMENT DES EMPLOYÉS : LE RÔLE DU SUPÉRIEUR DIRECT L'engagement,

Plus en détail

instruction du 28 octobre 2002

instruction du 28 octobre 2002 643 année service téléphone document 2002 drhrs/drrh 01 41 41 80 27 RH 62 permanent instruction du 28 octobre 2002 Dispositif de prévention du harcèlement moral à La Poste applicable dès sa réception.

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL CHSCT M LA PREVENTION DES RPS LE DOCUMENT UNIQUE LA PREVENTION DES RPS. Intervention Annick MAKALA ISST 18/12/2012

GROUPE DE TRAVAIL CHSCT M LA PREVENTION DES RPS LE DOCUMENT UNIQUE LA PREVENTION DES RPS. Intervention Annick MAKALA ISST 18/12/2012 GROUPE DE TRAVAIL CHSCT M LA PREVENTION DES RPS LE DOCUMENT UNIQUE ET LA PREVENTION DES RPS Intervention Annick MAKALA ISST 18/12/2012 1 Bien-être et efficacité au travail En France, les consultations

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1. Définition Les risques psychosociaux (RPS) recouvrent des risques d origine et de nature variées et sont admis comme des : «risques pour la santé, mentale mais aussi

Plus en détail

Chapitre 1 Comment faire du cadre de travail un facteur de motivation?

Chapitre 1 Comment faire du cadre de travail un facteur de motivation? RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 1 MOBILISATION / MOTIVATION Chapitre 1 Comment faire du cadre de travail un facteur de motivation? La motivation (I) peut être définie comme un état intérieur

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Synthèse questionnaire : Ce questionnaire a été administré au deuxième trimestre 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 110 personnes

Plus en détail

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Une enquête de l Observatoire Cegos Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Méthodologie de l enquête 2 - L Observatoire

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 10 DG Rés. : CC-0109 Date : Le 15 mars 1999 Page : 1 de 8 POLITIQUE TOUCHANT LA CONSULTATION, LES RELATIONS ET LES COMMUNICATIONS

Plus en détail

Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux

Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux Accord de méthode sur la Prévention des Risques Psychosociaux ENTRE LES SOUSSIGNES : Les sociétés composant l'u.e.s. BULL en France représentée par Monsieur Stéphane DURET, Directeur des Ressources Humaines,

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE DEMOTIVATION, FATIGUES DES EQUIPES, TURN-OVER IMPORTANT, TAUX D ABSENTEISME EN CONSTANTE AUGMENTATION LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

BILAN PERSONNEL. Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi.

BILAN PERSONNEL. Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi. DIRECTION DES RELATIONS ET DES RESSOURCES HUMAINES CONSEIL MOBILITÉ CARRIÈRE BILAN PERSONNEL Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi. Cet outil a vocation à vous aider à mener une réflexion

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Centre de gestion 85 17, 26, 30 septembre 2014 Performance des organisations Santé au travail Déroulement de l atelier RPS : Comprendre et agir Les RPS,

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

Gestion des Ressources Humaines Matières approfondies. François Pichault

Gestion des Ressources Humaines Matières approfondies. François Pichault Gestion des Ressources Humaines Matières approfondies François Pichault Plan 1. Introduction: la distinction organisation/grh 2. Les configurations organisationnelles 3. Distinction des modèles de GRH

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE EMPLOYEURS La souffrance au travail Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE SOMMAIRE - avant-propos page 3 - Textes législatifs page 4 - démarche globale page 5 - j agis en prévention page

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE DES TRAVAILLEURS QUITTANT L'ENTREPRISE OU LE LIEU DE TRAVAIL --------------------------

Plus en détail

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES POLITIQUE Code : Page : 1 de 9 Titre : POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES Origine : Le Service de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle

Plus en détail

Conférence du cabinet AEPACT Expert agréé CHSCT, & organisme de formation CHSCT ELUCEO Les Assises du CHSCT 9 octobre 2012

Conférence du cabinet AEPACT Expert agréé CHSCT, & organisme de formation CHSCT ELUCEO Les Assises du CHSCT 9 octobre 2012 Quels sont les moyens du CHSCT? Conférence du cabinet AEPACT Expert agréé CHSCT, & organisme de formation CHSCT ELUCEO Les Assises du CHSCT 9 octobre 2012 Sommaire Introduction Rôle et prérogatives du

Plus en détail

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr & 17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr 1 Prévenir les risques psychosociaux : le rôle des représentants du personnel Risques psychosociaux : de

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

Climat et relations sociales dans les entreprises

Climat et relations sociales dans les entreprises Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Climat et relations sociales dans les entreprises 13 novembre 2008 1 Méthodologie Enquête menée en septembre / octobre 2008 Echantillons : - 166 DRH d entreprises

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

MODULE DE GRH : PILOTER LE CAPITAL HUMAIN

MODULE DE GRH : PILOTER LE CAPITAL HUMAIN MODULE DE GRH : PILOTER LE CAPITAL HUMAIN CHAPITRE VII : CLIMAT SOCIAL : OUTILS DE DETECTION, COMPRENDRE LES MECANISMES D AMPLIFICATIONS DES TENSIONS SOCIALES INTRODUCTON Le climat social est l ambiance,

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification :

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification : POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL Adoption : Modification : Résolution XXIV du Conseil provisoire de la CSDM du 3 juin 1998 INTRODUCTION Toute personne a le droit de vivre

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME A LA CARTE MODULES DE PERFECTIONNEMENT en UNE INDIVIDUALISATION DES PARCOURS DE FORMATION Les modules de perfectionnement de CAPITOLIS permettent à une personne qui exerce ou va exercer des responsabilités

Plus en détail

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT Le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) est une instance souvent mal connue des salariés et qui ne peut fonctionner convenablement sans

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION - FABELA. Proposition de barème sur 120 points

INDICATIONS DE CORRECTION - FABELA. Proposition de barème sur 120 points INDICATIONS DE CORRECTION - FABELA Proposition de barème sur 120 points Questions à traiter travaux demandés PARTIE 1 DOSSIER 1 L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL ET LA MOTIVATION 1.1 Repérer les facteurs

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS SOCIAL N 73 SOCIAL N 39 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 24 mai 2005 ISSN 1769-4000 TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS La loi du 31 mars 2005 portant réforme

Plus en détail

Perception du processus qualité L audit

Perception du processus qualité L audit Audit L audit HISTORIQUE Audit: c'est un terme anglo-saxon pour désigner des actions de vérification et de contrôle des comptes d'une entreprise (du latin audire: écouter) Audit L audit est un processus

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

OPTIMISER L ORGANISATION DE VOS RECRUTEMENTS

OPTIMISER L ORGANISATION DE VOS RECRUTEMENTS 1 OPTIMISER L ORGANISATION DE VOS RECRUTEMENTS Face aux rapides évolutions du contexte économique et social, les associations doivent être capable de s adapter en anticipant les évolutions (le renouvellement

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme 1. Qu'est ce que le télétravail? Conformément aux dispositions de l article L1222-9 du code du travail, le télétravail désigne toute forme d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

INSTITUT D ADMINISTRATION PUBLIQUE DE QUÉBEC. Déjeuners-conférences 2002-2003

INSTITUT D ADMINISTRATION PUBLIQUE DE QUÉBEC. Déjeuners-conférences 2002-2003 INSTITUT D ADMINISTRATION PUBLIQUE DE QUÉBEC Déjeuners-conférences 2002-2003 Madame Ghislaine Larocque Vice-présidente, Ventes et service à la clientèle Hydro-Québec Distribution «Les personnes : de la

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Repères sur les risques psychosociaux

Repères sur les risques psychosociaux Repères sur les risques psychosociaux «EN PARLER, C EST DÉJÀ LES PRÉVENIR» Octobre 2010 Données chiffrées Appréciation de l ampleur du stress QUELQUES DONNÉES CHIFFRÉES 3ème enjeu de santé au travail avec

Plus en détail

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015 Sommaire Le cadre réglementaire, Des définitions, La démarche : Les outils de diagnostic, Les pistes d actions, Les

Plus en détail

Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire. RAUCH Nadine

Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire. RAUCH Nadine Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire RAUCH Nadine Définitions des RPS Pour l Agence Européenne de Bilbao* pour la santé et la sécurité au travail (OSHA) Les risques psychosociaux

Plus en détail

Département Production

Département Production 2014 Département Production [SYNTHESE RPS] Document synthèse d évaluation des Risques psychosociaux au sein du département production Olini* SOMMAIRE Indice Global RPS p.03 Evaluation générale RPS p.03

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Prévenir les risques psychosociaux dans les PME : Un atout pour votre entreprise

Prévenir les risques psychosociaux dans les PME : Un atout pour votre entreprise Prévenir les risques psychosociaux dans les PME : Un atout pour votre entreprise RÉUNION D INFORMATION MARDI 1 5 AVRIL DE 17H30 À 19H30 QUIMPER LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2 VIOLENCE R.P.S PRESSION FATIGUE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE,

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL PREAMBULE Le présent règlement a pour but de préciser quels sont les modes de fonctionnement adoptés par le CHSCT de l

Plus en détail

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières.

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières. Sommaire: * 1 * 2 Ce qu'il est, son importance * 3 Intégrer, capitaliser l'expérience * 4 Les obstacles à son développement Concernant à la fois l'individu, l'équipe et l'entreprise, il n'est de progression

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité A Mesdames et Messieurs les délégués et directeurs d administration centrale Mesdames et Messieurs les préfets de région et de département

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker

DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES D après Human ressource strategy par James W. Walker DEVELOPPER LES COMPETENCES DES SALARIES DESCRIPTIF Pour les années 90, la formation et l'enseignement seront essentiels.

Plus en détail

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22).

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22). GUIDE PRATIQUE DU COLLABORATEUR L entretien de 2 nde partie de carrière SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. ENJEU ET OBJECTIFS DE L'ENTRETIEN... 4 2. CONTENU DE L ENTRETIEN DE 2 NDE PARTIE DE CARRIERE... 4 3. MODALITES

Plus en détail

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE NON TITULAIRES Note d'information N 2012-32 du 18 juin 2012 AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Le climat social en France dans les entreprises privées et les administrations

Le climat social en France dans les entreprises privées et les administrations L Observatoire Cegos présente : Le climat social en France dans les entreprises privées et les administrations Une grande enquête menée auprès des salariés du secteur privé, des agents de la fonction publique

Plus en détail

Mieux protéger la santé des salariés

Mieux protéger la santé des salariés Prévention des risques professionnels Mieux protéger la santé des salariés Article de Jean Hodebourg, membre du conseil supérieur des risques professionnels, dans la revue NVO Espace Elus de mars 2004.

Plus en détail

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Mai 2007 Les congés payés en 2007 Thème d actualité à l approche de l été, les congés payés restent un sujet d interrogation et de possibles

Plus en détail

Représentant des ventes Un portrait

Représentant des ventes Un portrait Représentant des ventes Un portrait Un représentant des ventes est un employé du service des ventes dont la fonction est de promouvoir et de vendre les produits et les services d une entreprise tels que

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion :

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : Plan : Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : 1-maitrise de gestion, coordination des actions

Plus en détail

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail»

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Objectifs Le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Manpower s inscrit dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel sur le Stress au Travail du 2 juillet 2008 et de l Accord sur le Harcèlement

Plus en détail

Présentation de la démarche sur les risques psychosociaux. à l Agence Entreprises Grand-Est

Présentation de la démarche sur les risques psychosociaux. à l Agence Entreprises Grand-Est Présentation de la démarche sur les risques psychosociaux à l Agence Entreprises Grand-Est Service RH Groupe Orange 2012 Plan Que sont les risques psychosociaux? Quizz «Pourquoi s intéresser aux RPS?»

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES Stéphanie JALLUT 19/01/2005 Dominique BOURDIAU LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DES PETITES ENTREPRISES Les petites et très petites entreprises représentent un enjeu majeur en termes de développement

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension!

Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension! Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension! Résultats de l enquête auprès des élus 2 octobre 2014 32, rue de Chabrol 75010 Paris Tél. 01 53 72 00 10 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Fixation des CONGES PAYES, INDEMNISATION et CONSULTATION des élus

Fixation des CONGES PAYES, INDEMNISATION et CONSULTATION des élus Février 2013 L approche de l été est l occasion de faire le point sur les congés payés dont chaque personne titulaire d un contrat de travail bénéficie. Ce droit à congé, régi par des règles complexes,

Plus en détail

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE 1 LE HANDICAP, UN ATOUT POUR L ENTREPRISE DÉMYSTIFIER LE HANDICAP ET FAVORISER LE MAINTIEN DANS L EMPLOI CONNAITRE LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE ADMINISTRATIVE DU HANDICAP MIEUX CONNAÎTRE LE HANDICAP

Plus en détail

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches Sommaire Descriptif de l épreuve...6 Mobilisation/Motivation Fiches Pages 1 Les facteurs de motivation au travail...9 2 Le cadre juridique de la relation de travail (1)...11 3 Le cadre juridique de la

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Document de référence. L épuisement professionnel

Document de référence. L épuisement professionnel Document de référence L épuisement professionnel Table des matières L épuisement professionnel : stratégies gagnantes pour gestionnaires 2 Introduction 2 Définition 2 Les causes et facteurs menant à l

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail