Une histoire vraie : d une annonce l autre Dr Eloi Piketty, médecin généraliste à Melle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une histoire vraie : d une annonce l autre Dr Eloi Piketty, médecin généraliste à Melle"

Transcription

1 Une histoire vraie : d une annonce l autre Dr Eloi Piketty, médecin généraliste à Melle C est dans le cadre du second congrès francophone de la médecine de la personne et lors d une table ronde de discussions autour de l annonce en médecine avec le Dr Laurent MONTAZ et Brigitte GREIS que me sont venues ces quelques réflexions. Une histoire vraie : d une annonce l autre D abord une histoire clinique vécue qui me fait toucher du doigt le fait que les annonces sont de diverses gravité, que les annonces vont dans divers sens du soignant au patient ou inversement, que plein d annonces se font sans nous : le patient et ses proches passant leur temps à s annoncer plus ou moins explicitement des informations décisives pour leurs biographies. En général l annonce d une mauvaise nouvelle en appelle plein d autres et représente un tournant décisif dans la biographie du patient d une part et dans la relation de soins d autre part. Je me souviens de Stéphane 43 ans marié depuis dix ans avec Paula dont le couple a deux enfants 10 ans et 5 ans. L annonce n 1 : J hospitalise Stéphane pour une pneumopathie sévère. Le diagnostic tombe comme un couperet en réanimation médicale : le réanimateur apprend à Stéphane que sa pneumopathie est en fait due à une pneumocystose du SIDA. L annonce n 1 est faite par le réanimateur qui apprend à Stéphane qu il a le SIDA et que son immunodéficience est sévère (CD4 à 90) L annonce n 2 est pour moi cette «annonce impossible pour le médecin» tenu au secret médical : c est Stéphane qui annonce à sa femme son diagnostic qui prend l allure d une bombe dans la tête de sa femme Paula L annonce n 3 est celle que fait le service de biologie du centre de diagnostic anonyme et gratuit (CDAG) concernant le résultat des sérologies HIV pour Paula et les deux enfants : les résultats sont négatifs. L attente de 24H est vécue comme un véritable cauchemar par sa femme, cauchemar doublé d une violente colère de Paula en ce qui concerne l origine de l infection HIV. L annonce n 4 est l annonce entre le mari et la femme de la possible origine de l infection et de la suspicion de relation extra conjugale dans les 2 années précédentes et de mise en danger d autrui. Nous ne sommes pas témoins en général de ce que les patients s annoncent mutuellement dans l intimité. L annonce n 5 : Paula réagissant à l annonce n 2 faite par son mari hospitalisé (mauvaise nouvelle) et à l annonce n 3 du résultat biologique négatif (bonne nouvelle) m annonce sa colère, son impossibilité de continuer sa vie avec son mari qui va même jusqu à des «envies de meurtre». Paula m annonce son intention de divorcer rapidement. L annonce n 6 : Stéphane, sorti de l hôpital, va mieux. Il est en affection de longue durée et de retour au foyer. C est la maîtresse du fils de 10 ans qui explique aux parents que l enfant a de gros troubles du comportement à l école et se demande pourquoi depuis quinze jours leur enfant est violent avec ses camarades.

2 L annonce n 7 : Paula m explique le comportement difficile de son fils je comprends que la notion de divorce n a pas été abordée car ils n osent pas aborder cela avec les enfants. Je comprends que le couple fait chambre à part depuis le retour de Stéphane. Voyant par ailleurs régulièrement ce dernier pour son suivi de trithérapie, je propose une consultation familiale centrée sur l enfant. L annonce n 8 : en présence du petit qui fait des dessins, le grand sur les genoux de sa mère et le papa à coté j accompagne les parents qui annoncent en consultation à leurs fils qu ils vont se séparer mais que cela ne change rien à la parentalité. L aîné éclate en sanglot cela dure 2 minutes et les troubles du comportement de l enfant sont réglés après cette séance catharsis d annonce de divorce. Mes repères éthiques dans l annonce 1- L annonce que l on me fait L annonce d une mauvaise nouvelle est d abord celle que me fait le patient lors d un entretien médical ou lorsque je reçois le résultat très pathologique d un bilan demandé à un patient. C est le lot quotidien, d autant que ma phrase préliminaire à la consultation est une proposition très ouverte du genre : «je vous écoute». Cette phrase est pour moi la plus appropriée en soins primaires car elle me semble la plus ouverte pour tout entendre : le patient peut m annoncer des problèmes somatiques, des soucis psychologiques ou des soucis socio-environnementaux. Ma difficulté peut venir d un phénomène de SIDERATION si le patient venait m annoncer des secrets lourds (addictions/maltraitances subies ou actées), des événements traumatiques majeurs (enfant décédé, enfant qui a passé à l acte grave ), de risque suicidaire Ces phénomènes de sidération sont possibles lors de la réception de résultats d examens très inquiétants (biologie, radiologie, lettre de spécialiste) : il va falloir annoncer cela au patient Il faut savoir prendre conscience de cet effet de sidération, qui peut être exprimé avec respect si l on en prend conscience : il faudra organiser à court terme une consultation ultérieure pour revenir sur ce qui a été annoncé et sur les ressentis associés. Il est utile de participer régulièrement à une supervision en groupe de pairs ou en groupe Balint : on peut élaborer et prendre du recul par la prise de conscience de notre sidération qui peut parasiter le raisonnement, la clarté et la loyauté dans les explications données autour de l annonce d une mauvaise nouvelle. Il existe également un phénomène de sidération aggravé par le secret médical : le fréquent coup de fil ou de la lettre d un tiers (femme, mari, parent d un adolescent ) qui nous annonce un symptôme inquiétant ou une addiction suspecte et qui nous dit de ne pas dire qu on a été appelé.

3 2- L annonce que je fais au patient Ce qui me pose problème c est l annonce d une mauvaise nouvelle. Il est en effet assez plaisant d annoncer à un patient que cela va bien, que les résultats sont bons et qu il n y a pas à s inquiéter. Si l on se réfère à la médecine traditionnelle chinoise une question éthique survient en réfléchissant à notre système de santé : le médecin français gagne sa vie sur la plainte du patient, un patient qui va bien ne serait pas «une affaire» pour le médecin. Le médecin traditionnel chinois n est payé que lorsque le patient va bien, s il est malade c est que le médecin n a pas fait son travail de prévention et donc il n est pas payé jusqu à la guérison : ainsi, le médecin traditionnel chinois se réjouit éthiquement et économiquement de la bonne santé et de l équilibre de son patient. Il n en est pas de même pour le médecin français qui se réjouirait d'avoir des malades ayant des maladies faisant consulter?... Ma position éthique pourrait être celle du paternalisme : le docteur a la science, il garde les informations et en dispense le minimum au patient. A l inverse, pour ma part, je tends à avoir une position éthique de l autonomie : j explique et je vulgarise la physiologie et l anatomie de la maladie. Ainsi, je favorise, par une certaine visualisation, le fait que le patient s approprie sa propre prise en charge en mobilisant ses forces et prenant les dispositions utiles pour optimiser la lutte contre cette mauvaise nouvelle Mon outil pour annoncer est LA COMMUNICATION PROFESSIONNELLE EN SANTE. Cette compétence professionnelle résulte d une synthèse d un savoir théorique, d un savoir faire et d un savoir être sur la communication. Les deux points essentiels qui me semblent opérants et sur lequel je dois m efforcer de travailler, pour mieux communiquer et donc mieux annoncer, sont l empathie et la congruence. L EMPATHIE Il me semble primordial que tout soignant, médecin ou autre, se pose toujours la question suivante lorsqu il est devant un patient : «sur qui suis-je centré?» Suis-je centré sur le patient? Suis-je centré sur son organe malade? Suis-je centré sur ses résultats (radiologies, analyses sanguines)? Suis-je centré sur mon équipe? Suis centré sur mon cadre de travail? (mon cabinet, mon service, mon établissement ) Suis-je centré sur mes problèmes personnels mal résolus? En ce sens depuis quelques années et de façon comportementale, j ai décidé de remettre une blouse en médecine générale. En portant ma blouse en consultation, j arrive à mieux cloisonner le citoyen de base «Éloi» qui laisse sa place au professionnel «le Dr PIKETTY». Ceci marque et renforce mon attitude centrée sur le patient. Je me demande toujours comment un spécialiste d organes (cancérologue, neurologue, interniste, cardiologue, psychiatre, hématologue ) peut être centré sur le patient devant une pathologie grave au traitement compliqué? Pour le spécialiste, le biomédical compliqué et grave est prépondérant : il s agit de cellules tumorales, de génétique, d atteinte neurologique, de système immunitaires malades, de perturbations biologiques compliquées, de thérapeutique très compliquées aussi J aimerais beaucoup que mon confrère spécialiste mette une rubrique simple dans son compte

4 rendu une phrase du genre : «j ai dit au patient que...», avec les mots réellement énoncés en consultation pour pouvoir reprendre et expliciter ces annonces si besoin. Je ne suis pas le spécialiste de la maladie mais je suis le spécialiste du malade dans sa globalité psycho socio-environnementale : je connais son niveau social, je lui ai proposé de me dire ses représentations de la maladie et enfin je connais et/ou je lui ai demandé de me dire ce qu en pense son entourage. Pour être empathique, lors d une annonce de santé, il faut faire savoir en retour au patient ce que nous ressentons par nos organes des sens (voir, entendre, sentir) de ce que nous dit le patient : «je vois bien que vous..», «je sens que vous», «j entends bien que». En étant attentif au mode de communication qu utilise le patient et à partir de son discours on peut tenter de repérer son canal préférentiel de communication et le réutiliser à bon escient pour favoriser son écoute et sa compréhension. La CONGRUENCE La congruence est pour moi la seconde attitude primordiale pour une communication professionnelle en santé de qualité et une annonce opérante. Le soignant est authentique s il est CONGRUENT devant le patient. La congruence c est quand sont ajustés ce que je PENSE ou ce que je sais (le cortex) ; ce que je RESSENS (le sensible) et ce que je FAIS avec mon corps (le psycho-moteur, la posture non verbale de mon corps). Lorsqu'une personne est comprise par une autre, elle sait qu'elle appartient à la même espèce" (Carl Rogers, 1986) C est quasiment de l éthologie entre le soignant et le patient : en effet l annonce dans un entretien médical sera bien faite si le patient voit que le soignant «parle pareil que lui» (reformulations) et «bouge pareil que lui» (attitude non verbale en miroir) Mon principe de réalité dans l annonce Nul n est censé ignorer LA LOI, il en est de même en matière de santé (lois de mars 2002 et d avril 2005) : le dossier médical avec les compte rendus de spécialistes appartient au patient. Le protocole de soins donnant à prise en charge à 100% pour les affections de longue durée (ALD) doit être signée par le patient. Le patient doit nommer sa personne de confiance et écrire ses directives anticipées Pour moi, généraliste de campagne, on peut tout annoncer, c est notre travail. LA SEULE CONDITION DE L ANNONCE c est la RENCONTRE et le LIEN SANS FAILLE que je garde avec mon patient, de l annonce à la rémission ou à la fin de vie. En ce sens et en pratique je dis toujours au patient à un moment ou à un autre : «Je ne peux pas tout guérir, mais je peux tout soigner et je ne vous lâcherai pas».

5 Et comme je le montre par mon petit reportage dans les couloirs et salle d attente d un hôpital général tout est déjà clairement écrit alors pourquoi avoir peur des mots? La signalétique hospitalière utilise des mots techniques plus ou moins compréhensibles : Pôle oncologie et soins de support Chimiothérapie-Radiothérapie-Oncologie-Génétique

6 Parfois des raccourcis surprenants : ou inquiétants

7 Dans les salles d'attentes ce sont les associations de patients qui n'ont pas peur des mots et qui nous parlent de maladie psychique, d'alzheimer, de schizophrénie, de lymphôme et de cancer...

8 Certaines affiches sont presque violentes:

9 Le patient apprend aussi les chose par son spécialiste qui nous précise qu'il a dicté le courrier "devant le patient" : La CPAM et la HAS définissent précisément les Affections de Longues Durée (ALD) qui ouvrent des droits aux patients atteints (prise ne charge à 100%): le médecin traitant doit mettre par écrit les mots précis de la pathologie et le patient doit signer le fameux "protocole de soins" :

10 Deux semaines après cette «séance de signatures des annonces» le médecin conseil valide le protocole de soins et envoie au médecin traitant la brochure explicative très précise que celui ci doit remettre avec les explications claires et loyales au patient

11 Enfin, après avoir eu des échanges entre patients dans les salles d'attente, après avoir lu les médias et compulser internet, le patient est invité à lire la notice de ses médicaments sur lesquelles les annonces sont assez précises : Le 16 mars 2016

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur:

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur: Généralités Le mot "Ennéagramme" vient de deux mots grecs signifiant neuf (ennea) et points (grammos). En effet, l'ennéagramme est à l'origine un symbole, constitué de neuf points également répartis sur

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille»

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» La famille évolue et les rapports dans le couple et parents enfants changent aussi. Pour penser et mieux vivre ensemble ces changements,

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration.

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Dans un contexte social où l image est importante, l image d une entreprise l est tout autant pour fidéliser vos clients, communiquer

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier».

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier». Bienvenue dans ce module de formation destiné aux personnes qui œuvrent en milieu hospitalier, que ce soit à des fonctions cliniques, techniques, administratives, de gestion ou de soutien. Ce module de

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

Je dépasse mes peurs et mes angoisses

Je dépasse mes peurs et mes angoisses Christophe André & Muzo Je dépasse mes peurs et mes angoisses Seuil Une précédente édition de cet ouvrage est parue sous le titre Petites Angoisses et Grosses Phobies en 2002 aux éditions du Seuil. isbn

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Module 1 Les représentations

Module 1 Les représentations 1/5 permettent de structurer toute action éducative. Elles dépendent du cognitif («ce que je sais»), de l affectif («ce que je ressens», «ce que j aime») et de l environnement (médiatique, social et culturel...).

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE Bonjour.. Je remercie le réseau VIE 37 d avoir sollicité ce soir la présence de l association SOS Amitié sur ce thème : «PREVENTION

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

CARNET DE LECTURE NOM :

CARNET DE LECTURE NOM : CARNET DE LECTURE NOM : MES RÉACTIONS ÉCRITES THÈMES POUR LES RÉACTIONS ÉCRITES Textes littéraires Le livre Que pensez-vous de la page couverture du livre? Que pensez-vous du titre que l auteur a choisi?

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

LA DEMARCHE QUALITE AU SERVICE DES PATIENTS ET DES PERSONNELS

LA DEMARCHE QUALITE AU SERVICE DES PATIENTS ET DES PERSONNELS LA DEMARCHE QUALITE AU SERVICE DES PATIENTS ET DES PERSONNELS Patrick de Saint-Jacob Directeur Division Cliniques Groupe ORPEA - CLINEA SISQUAL 2007 - CNIT LA DEFENSE, le 13 novembre LE GROUPE ORPEA -

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Conseils aux parents des victimes

Conseils aux parents des victimes Conseils aux parents des victimes Harcèlement : comment en parler à l école, au collège ou au lycée? Si votre enfant subit de façon répétée des violences verbales et/ou morales (surnoms méchants, insultes,

Plus en détail

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial E lisabeth Dooghe - 21 septembre 2012 Directrice régionale, A.N.P.A.A. Nord Pas-de-Calais J ai retenu de

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Dossier de la rédaction France Bleu Pays d Auvergne sur le thème "la lutte contre la douleur" Présenté par Dominique MANENT 16 septembre 2003 1ère partie

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

L annonce diagnostique

L annonce diagnostique L annonce diagnostique Docteur Jean-Philippe CAMDESSANCHÉ Neurologie C.H.U. Hôpital Nord Saint-Etienne Saint-Etienne CHU Introduction Trop peu de temps consacré durant les études médicales, Mise en adéquation

Plus en détail

FORMATION Les Z AT ELIERS R.H FORMATION

FORMATION Les Z AT ELIERS R.H FORMATION FORMATION Les Z AT ELIERS R.H FORMATION 10 rencontres pour s enrichir, échanger, mettre en place, avancer vers plus d efficacité et plus de confort Vous souhaitez progresser sur votre pratique en trouvant

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Suis-je alexithymique? (Questionnaire d alexithymie BAVQ51 de Bermond et Vorst)

Suis-je alexithymique? (Questionnaire d alexithymie BAVQ51 de Bermond et Vorst) GESTION DES EMOTIONS : EXERCICE DE SELF-COACHING Suis-je alexithymique? (Questionnaire d alexithymie BAVQ51 de Bermond et Vorst) Dans les pages qui suivent, vous trouverez une liste de propositions. Pour

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS!

Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS! Comment mieux gérer son temps? Il n existe aucune règle valable pour TOUS! Le temps relatif Ma personnalité Mes compétences Mes valeurs Mes enjeux pro et perso Ma résistance au stress Ma capacité à négocier

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Service de chirurgie orthopédique et traumatologie Le but de mon séjour est de réaliser une intervention chirurgicale et de me rendre un maximum d autonomie. Pour y arriver, toute

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

Comment t accueillir dans la classe?

Comment t accueillir dans la classe? Comment t accueillir dans la classe? Souvent, l accueil des élèves en début d année est limité à son strict minimum (visite, présentation rapide et informelle, quelques activités d échanges ) En plus de

Plus en détail

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Dossier n 5 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Sabine, Conductrice de travaux dans le BTP dans le 9 ème

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Rêve ou réalité? Je trouve les moyens utilisés par les médias. FRANÇAIS 30-4 Écoute Nom : Thématique : La vie en société J

Rêve ou réalité? Je trouve les moyens utilisés par les médias. FRANÇAIS 30-4 Écoute Nom : Thématique : La vie en société J Rêve ou réalité? Je trouve les moyens utilisés par les médias. FRANÇAIS 30-4 Écoute Nom : Thématique : La vie en société J Rêve ou réalité? DESCRIPTION DU PROJET D ÉCOUTE Je trouve les moyens utilisés

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

Il racontait n importe quoi, que le directeur de l hôpital l avait invité à manger le dimanche midi chez lui, chaque jour il avait une feuille avec

Il racontait n importe quoi, que le directeur de l hôpital l avait invité à manger le dimanche midi chez lui, chaque jour il avait une feuille avec Intervention de Madame JOURNET Annick, présidente de la Croix Bleue et membre du Collège des groupes d entraide au sein d ECLAT/GRAA.Nord- Pasde-Calais le 18/06/2011 à Roubaix Bonjour à Tous, Je m appelle

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Volet : Développement personnel 2.1 Apprendre à apprendre

Volet : Développement personnel 2.1 Apprendre à apprendre F Titre : J apprends à apprendre Activité pouvant servir d amorce au volet développement personnel. Le questionnaire est suivi d une compréhension en lecture et de questions générales. Un livre de référence

Plus en détail

Soutenir les pères. en période de séparation. REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015

Soutenir les pères. en période de séparation. REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015 REGROUPEMENT PROVINCIAL EN SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES HOMMES Premier colloque national - 23 avril 2015 Soutenir les pères en période de séparation Présenté par : Patrick Cavalier, intervenant & directeur général

Plus en détail

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante François ZITO Cadre de santé Pôle Prestataire Coordinateur Education thérapeutique

Plus en détail

Espace éthique CM2R ROUEN Brigitte SALLE Thibault SIMON 9 décembre 2010. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/

Espace éthique CM2R ROUEN Brigitte SALLE Thibault SIMON 9 décembre 2010. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Espace éthique CM2R ROUEN Brigitte SALLE Thibault SIMON 9 décembre 2010 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil Serment d'hippocrate article 35 alinéa 1er du Code de déontologie médicale la loi

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Bienvenue à l école Maternelle!

Bienvenue à l école Maternelle! Tu viens d être inscrit(e) à l école maternelle. Ton nom est marqué dans le grand cahier des élèves de l école. Voici des photos de ton école : Bienvenue à l école Maternelle! colle ici ta photo Ecole

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Présentation de PHOTOS

Présentation de PHOTOS Mesures de Contraintes Pour me présenter, je suis Alban LANGLOIS, je suis infirmier, je viens des soins somatiques (et ceci a son importance, à mes yeux, pour l expression de mon ressenti) et je suis membre

Plus en détail

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE 1. Choisir un point de vue sur le langage ne suffit pas pour tenir un discours didactique sur l oral; pour passer de l analyse de l oral à son enseignement,

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route Une exposition de Catherine Cabrol 03 Note d intention «Tour à tour automobiliste, motarde, cycliste ou piétonne, je pense à

Plus en détail

Figures et tableaux. Étude sur les jeunes, la santé sexuelle, le VIH et le SIDA au Canada

Figures et tableaux. Étude sur les jeunes, la santé sexuelle, le VIH et le SIDA au Canada Figures et tableaux Figure 1.1 : Nombre de résultats positifs au test pour le VIH chez les 15 à 19 ans 7 Figure 1.2 : Cadre conceptuel de l EJSSVS 8 Tableau 1.1 : Taille des échantillons 12 Tableau 1.2

Plus en détail

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Qu est-ce qu une audition d enfant? Impressum Edition Résultat du projet «Enfants et divorce» réalisé dans le cadre du PNR 52 sous la direction de Andrea

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU (DPC) XLIV ème Colloque des Hôpitaux de jour

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU (DPC) XLIV ème Colloque des Hôpitaux de jour PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU (DPC) XLIV ème Colloque des Hôpitaux de jour Titre du programme Amener le patient à bon port? L équipe soignante : entre singularités et synergies Référence

Plus en détail

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram L auteur se présente : «Les trois vies d Antoine Anacharsis» n est pas son premier livre. Il en a écrit une quarantaine, depuis

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

UNE HISTOIRE DE VIE UNE HISTOIRE CORPORELLE TRAITEMENT KINÉSITHÉRAPIQUE ET NÉVROSE TRAUMATIQUE

UNE HISTOIRE DE VIE UNE HISTOIRE CORPORELLE TRAITEMENT KINÉSITHÉRAPIQUE ET NÉVROSE TRAUMATIQUE UNIVERSITÉ RENÉ DESCARTES - PARIS V. UFR BIOMÉDICALE DES SAINTS-PÈRES Laboratoire d Anthropologie et Écologie humaine Diplôme d Université : LE STRESS Aspects Biologiques et Psychosociaux UNE HISTOIRE

Plus en détail