Portugal : espoirs de reprise par les exportations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portugal : espoirs de reprise par les exportations"

Transcription

1 Apériodique n mai 212 Portugal : espoirs de reprise par les exportations Le budget 212 se caractérise par une rigueur draconienne avec le risque d enclenchement d une spirale délétère entre austérité budgétaire et croissance à l instar de ce qu on a pu observer en Grèce. Toutefois, il y a espoir que le secteur exportateur portugais puisse à court terme amortir la baisse de l activité liée à la forte contraction de la demande interne, et à moyen terme devenir le nouveau moteur de croissance. Au total, nous anticipons une baisse de l activité de -3,6% en 212, assortie d un biais haussier en cas de surprise positive sur la dynamique des exportations hors zone euro. La reprise en 213 reste une hypothèse fragile. En 211, le Portugal a réduit son déficit budgétaire à 4,2% (contre 9,8% du PIB en 21). Une partie importante (3,5 points de PIB, soit 6 Mds ) de cet ajustement est liée à un transfert des fonds de pensions du système bancaire à l Etat. En excluant ce transfert exceptionnel, le niveau du déficit de 211 est de 7,9% du PIB. Pour 212, l objectif établi par l UE et le FMI est de maintenir le déficit à 4,5% du PIB, ce qui représente un ajustement d environ 3,3 points de PIB en 212 par rapport à 211 hors revenu exceptionnel. Ce niveau de rigueur est comparable à celui initialement demandé à la Grèce en 211 (réduire le déficit de 2,9 points de PIB à 7,4% du PIB) et à celui demandé à l Espagne pour 212 (-3,5 points de PIB à 5,3% du PIB). Le risque majeur pour le Portugal aujourd hui est de s enfoncer dans une trappe à austérité, asphyxiée conjointement par la croissance et les finances publiques. Dans ce contexte, les autorités mettent l accent sur les réformes structurelles, afin de réorienter leur économie vers des activités exportatrices avec une croissance davantage tractée par l extérieur. Il existe du potentiel dans le secteur exportateur qu il s agit de valoriser au travers d efforts de compétitivité et de productivité. Une demande domestique en berne et pour longtemps Après une baisse de -1,3% t/t au quatrième trimestre 211, le PIB portugais devrait à nouveau se contracter au premier trimestre 212, mais à un rythme plus faible. % Portugal : indicateur avancé du Crédit Agricole SA. 2,5 2 1,5 1,5 -,5-1 -1,5-2 -2, Source : Crédit Agricole S.A. PIB t/t % IA t/t % Selon notre indicateur avancé, l activité devrait baisser de -,7% t/t au premier trimestre 212 (contre -1,5% prévu initialement). Les enquêtes de conjoncture pointent en direction d une poursuite de la récession, avec une forte contraction attendue notamment dans le secteur de la construction. En revanche, les enquêtes dans le secteur de l industrie se sont légèrement redressées, probablement grâce au soutien plus important que prévu des commandes à

2 Bénédicte KUKLA l exportation. En effet, les exportations de biens ont augmenté de 13,2% sur un an en février 212. %, a/a Portugal : commerce extérieure -3 févr.-7 févr.-8 févr.-9 févr.-1 févr.-11 févr.-12 exportations Source : INE, Crédit Agricole S.A. importations La demande intérieure reste fortement déprimée, avec notamment un recul sévère de la consommation. Le revenu disponible des ménages est sous forte pression compte tenu de la hausse du taux de chômage (+ 2,7 points depuis octobre 211 à 15,3% en mars), de la baisse des salaires et des hausses d impôts (notamment la TVA passant de 21% à 23%). Les ménages, comme les entreprises, ont également un fort niveau d endettement à purger, un processus très lent qui devrait peser sur la demande interne du Portugal pour plusieurs années. Dans ce contexte, le rôle des exportations est essentiel pour remettre la croissance portugaise sur une trajectoire plus viable, avec un rééquilibrage en faveur de la demande extérieure comme principal élément de traction. La montée en puissance des exportations Un ajustement conséquent de la balance courante en 211 L économie portugaise enregistre depuis plus de dix ans des déficits externes autour de 1% du PIB. En effet, l adhésion à l euro a permis au Portugal de profiter de conditions financières avantageuses (convergence des taux d intérêt et baisse des primes de risque) qui ont permis au pays de s endetter à bon compte. Cet endettement du secteur privé a soutenu la demande interne et les importations. Avec une demande interne relativement soutenue, le secteur non-marchand s est développé avec en filigrane des hausses de salaires et des prix, au détriment du secteur marchand qui a vite souffert d un problème de compétitivité. Ce long processus est en marche avec une longue liste de réformes à mettre en place et de premiers signes encourageant avec la décrue significative du déficit extérieur en 211 (cf. graphique). Les importations ont diminué de 5,5% sur l année 211 et les exportations ont augmenté de 7,4%. Les exportations des biens ont connu une hausse de 7,1% et celles des services de 21%, le secteur touristique ayant profité d un effet report lié au Printemps arabe. % PIB ,1 Portugal : balance courante -6, Source : FMI, Crédit Agricole S.A. balance courante Les autorités cherchent à diversifier la destination des exportations Avec la récession qui sévit actuellement en zone euro, les autorités cherchent aussi à diversifier la destination des exportations pour réduire notamment le poids du partenaire espagnol (qui représente aujourd'hui environ 25% des exportations totales). Elles cherchent notamment à renforcer les liens entre le Portugal et ses anciennes colonies, notamment le Brésil et l Angola. En 211, les exportations hors Europe représentent plus du tiers des exportations totales, dont 1,5% vers le Brésil et 5,5% vers l Angola. Ces chiffres sont encourageants mais ne sont probablement pas encore suffisants pour insensibiliser les exportations portugaises de la conjoncture en zone euro et plus encore en Espagne où les perspectives ont plutôt tendance à s assombrir. % Contribution à la croissance annuelle des exports par destination France Allemagne RU Italie Pays-bas Espagne autres UE Aujourd hui, l économie portugaise n a d autre choix que de se réformer en profondeur pour renouer avec une croissance saine et durable. -5 Source : FMI, Crédit Agricole S.A. hors UE Croissance des exports a/a % N mai 212 2

3 Variation de la part de la demande des produits du secteur dans la demande mondiale entre 21-1 (%) Bénédicte KUKLA Portugal : identification des secteurs exportateurs potentiels entre 21 et 21 Taille de la bulle : ratio des exportations dans le secteur X par rapport aux exportations totales du Portugal (%) 8, zone de potentiel 6, Energie zone de croissance 4, Chimie 2, Metaux Minéraux non Agriculture metalliques, Alimentation Chaussures Autres -2, Bois Textile Transport et équipements -4, Machine et equipements zone de décroissance -6, zone de manque de demande Evolution de la part de marché mondiale du Portugal dans le secteur X entre 21-1 (%) La structure des exportations portugaises Le graphique ci-dessus illustre les opportunités et les faiblesses du secteur exportateur portugais. Il permet d'identifier quatre zones de performance : 1. Zone de croissance des exportations : secteurs avec une demande mondiale croissante et des parts de marchés en augmentation pour le Portugal. 2. Zone de potentielle d'exportation : secteurs avec une demande mondiale croissante mais avec des parts de marchés en recul pour le Portugal. 3. Zone en manque de demande mondiale : zone de mauvaise spécialisation avec un potentiel de demande en freinage depuis 21 et des parts de marchés en hausse pour le Portugal. 4. Zone de décroissance des exportations : Demande mondiale en ralentissement depuis 21, et des parts de marchés qui reculent pour le Portugal. La structure des secteurs des biens industriels et du secteur primaire portugais reste diversifiée entre la production de machines (19% du total des exportations portugaises) et de véhicule de transport (12%), les activités dans la chimie (12%), l alimentaire (11%) et le textile (1%). Depuis l entrée en zone euro, le Portugal a ainsi tiré parti des secteurs exposés à une hausse de la demande mondiale comme l énergie (produits distillés, fer, acier) et la chimie (plastique). L'indicateur d'avantage comparatif révélé (ACR) proposé par le CEPII donne une idée de l'évolution de la spécialisation internationale du Portugal entre 2 et 21. Ainsi un ACR positif correspond à un point fort de la structure sectorielle portugaise (avantage comparatif), inversement un ACR négatif est lié à un point faible des flux commerciaux internationaux du pays (désavantage comparatif). L'ACR des Services représente ainsi 76% des avantages comparatifs en 21 contre 5% dans les années 2, avec une spécialisation vers des activités de transport, de services aux entreprises sans compter le développement du tourisme. Dans l industrie, les deux secteurs à forte spécialisation sont le Bois (papier, liège), dont la part de marché a augmenté de 4 points entre 21 et 21 malgré une baisse de la demande mondiale, et le textile qui a vu sa contribution diminuer de 6%. Le secteur de la chimie (notamment le plastique et des moulages essentiellement N mai 212 3

4 Bénédicte KUKLA destinés à l industrie automobile) est également très présent mais son potentiel est bridé par la baisse persistante depuis 21 de la demande mondiale d équipements automobiles. Néanmoins, les exportations industrielles portugaises sont très liées à la croissance mondiale en raison d une forte exposition aux secteurs cycliques (équipements automobiles, machines). La valeur ajoutée nette dans les secteurs les plus porteurs comme l énergie ou la chimie (fort contenu en importations) reste faible et montre que la diversification sectorielle des exportations portugaises en biens industriels reste insuffisante pour faire suffisamment levier sur la croissance. Au total, les secteurs dans lesquels le Portugal a un avantage comparatif fort (le bois et le textile) ne sont pas caractérisés par une demande mondiale forte. Avec une conjoncture mondiale plus porteuse, les exportations de biens manufacturés portugais devraient se développer, mais en termes d avantages comparatifs le potentiel du Portugal reste majoritairement dans les secteurs de services. Une transformation économique progressive La faible taille moyenne des entreprises portugaises, le manque d investissements productifs et un taux d endettement très élevé font partie des handicaps structurels du tissu productif portugais. Le taux d autofinancement des entreprises a fortement baissé entre 2 et 28. Même si les banques essaient, aujourd hui, de réorienter les financements en direction des entreprises exportatrices, leur capacité à distribuer plus de crédits est bridé par la nécessité du «deleveraging» bancaire. Des réformes importantes, telle que la simplification du système juridique, progressent (bien que lentement) pour améliorer l environnement des affaires et attirer des investissements étrangers. La baisse progressive des coûts salariaux unitaires et les réformes pour améliorer la flexibilité et la mobilité du marché du travail devraient permettre au Portugal de rattraper un certain niveau de compétitivité et de productivité. Toutefois, comme pour les autres pays fragiles de la zone euro, ces mesures sont progressives et ne permettront pas aux exportations portugaises de compenser totalement la baisse de la demande intérieure dans le court terme Coût salariaux unitaires (Salaires/VA) Italie France Allemagne Portugal Source : OCDE, Crédit Agricole S.A. Au total, la hausse des exportations au premier trimestre est encourageante, mais n empêchera pas une baisse de l activité de -3,6% en 212. Notre prévision est assortie d un léger biais haussier si les performances à l exportation hors Europe surprennent positivement. La stabilisation de l activité prévue en 213 (à,2%) reste incertaine et fortement dépendante des développements au niveau de la zone euro. A moyen terme, on peut espérer que les réformes structurelles portent leurs fruits et permettent au secteur exportateur de jouer un vrai rôle de relais de croissance, un impératif pour sortir le pays du régime de croissance molle qui le caractérise depuis son entrée en zone euro, et pour viabiliser les trajectoires d endettement (privé et public). Taux d'autofinancement (Epargne/FBCF) France Allemagne Italie Portugal Source : Insee, Destatis, Crédit Agricole SA N mai 212 4

5 Bénédicte KUKLA Crédit Agricole S.A. Direction des Études Économiques 7571 PARIS Cedex 15 Fax: Directeur de la Publication : Jean-Paul Betbèze Secrétariat de rédaction : Véronique Champion-Faure Contact: Internet : - Etudes Economiques Abonnez-vous gratuitement à nos publications électroniques Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Le Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. N mai 212 5

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Belgique : une dette élevée, un risque modéré

Belgique : une dette élevée, un risque modéré Apériodique n 13/13 19 février 213 Belgique : une dette élevée, un risque modéré À l instar de ses partenaires commerciaux, la Belgique, sixième économie de la zone euro en termes de PIB, traverse une

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE

TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE TENDANCES RÉGIONALES CHAMPAGNE-ARDENNE MAI 2007 CHAMPAGNE-ARDENNE Tendances régionales Mai 2007 1 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : AVRIL 2007 INDUSTRIE 30,3 % des effectifs

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Le recul de la rentabilité pèse sur l investissement des PME

Le recul de la rentabilité pèse sur l investissement des PME Le recul de la rentabilité pèse sur l investissement des PME Louis Marie HARPEDANNE de BELLEVILLE et Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des entreprises L exploitation des bilans

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE

TENDANCES RÉGIONALES CENTRE TENDANCES RÉGIONALES CENTRE JUILLET 2006 CENTRE Tendances Régionales Juillet 2006 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de l activité économique Période sous revue : juin 2006 INDUSTRIE 28% des effectifs globaux

Plus en détail

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas?

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Ludovic Subran Chef Economiste du Groupe Euler Hermes Nicolas Delzant Président du Directoire d Euler Hermes France Paris - 1er octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 Pierre LELLOUCHE, Secrétaire d Etat chargé du commerce extérieur, Bercy, mardi 7 février 2012 Dossier de presse http://www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

États-Unis : séniorité, précarité?

États-Unis : séniorité, précarité? Apériodique n 1/4 5 juin 1 États-Unis : séniorité, précarité? Les personnes de soixante-cinq et plus représenteront un quart de la population américaine d ici dix. Cette évolution risque de bouleverser

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire Boussole Décembre 2014 Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US Flash Crash sur le marché obligataire Hausse des cours sur le marché des actions - quand la fin est proche Les

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE

GIRONDE BILAN TOURISTIQUE GIRONDE BILAN TOURISTIQUE 2012 COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DE LA GIRONDE MAISON DU TOURISME DE LA GIRONDE 21, cours de l Intendance 33000 BORDEAUX Tél. : 05 56 52 61 40 Fax : 05 56 81 09 99 E-Mail

Plus en détail

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014 Direction des Affaires Régionales Aquitaine Banque de France Agen «L Économie en Aquitaine Bilan 2013, Perspectives 2014» Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne Réunion du 14 Banque de France

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) dresse, chaque année

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

Les marchés du travail dans la crise *

Les marchés du travail dans la crise * ÉTUDE SPÉCIALE Les marchés du travail dans la crise * OFCE, Centre de recherche en économie de Sciences Po Département analyse et prévision * Ont contribué à cette étude spéciale : Marion Cochard, Gérard

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits

D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits Benoît USCIATI Direction de la Balance des paiements Service des Transactions courantes et Laboratoire

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Déplacement de l'ide vers l'est

Déplacement de l'ide vers l'est Extrait de : Science, technologie et industrie : Tableau de bord de l'ocde 211 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/sti_scoreboard-211-fr Déplacement de l'ide vers l'est Merci de citer

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Concurrents, partenaires et clients

Concurrents, partenaires et clients Concurrents, partenaires et clients FRANÇOISE LEMOINE * LL intégration des pays d Europe centrale et orientale à l économie de l Union est déjà largement réalisée, à la fois par les échanges et par les

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

MISSION DE PROSPECTION COMMERCIALE ESPAGNE/PORTUGAL

MISSION DE PROSPECTION COMMERCIALE ESPAGNE/PORTUGAL MISSION DE PROSPECTION COMMERCIALE ESPAGNE/PORTUGAL DU 3 AU 6 mai 2011 MISSION DE PROSPECTION B TO B : DES RENDEZ-VOUS PERSONNALISES AVEC DES PROSPECTS QUE VOUS AUREZ CIBLES! PRESENTATION SPRINT, association

Plus en détail

Perspectives 2008-2009 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT FRANCE : PAUSE CONJONCTURELLE

Perspectives 2008-2009 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT FRANCE : PAUSE CONJONCTURELLE Direction des Études Économiques Note trimestrielle N 17 juillet 28 Perspectives 28-29 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT FRANCE : PAUSE CONJONCTURELLE La croissance française a surpris à la hausse au premier

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail