Christian Jacob, présente d abord l historique du projet «Lieux de Savoir».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Christian Jacob, présente d abord l historique du projet «Lieux de Savoir»."

Transcription

1 Séminaire organisé par : Institut des Humanités de Paris Séminaire «Réinventer les Humanités» Vendredi 20 janvier h h Grands Moulins (995C) Pour une anthropologie historique des savoirs Christian Jacob, directeur d'études à l'ehess, directeur de recherche au CNRS. Directeur scientifique des Lieux de Savoir (Albin Michel vol.1, 2007, vol. 2, 2011) et Aurélien Berra, maître de conférences à l'université Paris- Ouest Nanterre La Défense et enseignant à l EHESS (Édition savante et humanités numériques) et contributeur aux Lieux de savoir Résumé programmatique : Peut- on concevoir une anthropologie des savoirs allant au- delà des barrières des disciplines, au- delà des clivages entre sciences et humanités, entre techniques et spiritualités? Telle est la question au cœur du projet des Lieux de savoir, dont deux volumes ont été publiés par les éditions Albin Michel (2007 et 2011). Interdisciplinaire, comparatiste, cette entreprise tente de renouveler les questionnements et les approches portant sur les formes et les modalités du savoir humain, les gestes et les opérations qui les produisent et les transmettent, les supports matériels et les instruments qu'elles mobilisent. Nous présenterons les hypothèses de travail à la base de ce projet, sa problématique d'ensemble. Nous discuterons également quelques exemples précis, portant notamment sur la mise en forme graphique des savoirs et sur les opérations intellectuelles. Nous ouvrirons enfin la réflexion sur les étapes à venir de ce travail collectif, auquel nous souhaitons donner une dimension nouvelle, sous la forme d'une édition numérique et d'une communauté de recherche ouverte. Bibliographie sur Historique du projet. Compte- rendu par Florence Dupont 1 Christian Jacob, présente d abord l historique du projet «Lieux de Savoir». Celui- ci a une double origine. Il est lié à l histoire récente : à l ouverture de la Biblioteca Alexandrina en Égypte (http://www.bibalex.org/) et à l édification de la nouvelle BNF qui ont été l occasion d une réflexion sur le rôle des bibliothèques, le type de savoirs qu elles impliquaient et plus généralement la culture du livre. C est l époque où la nouvelle BNF suscite de 1 Vu l importance pour les Humanités des Lieux de savoir, j ai ajouté au compte- rendu des informations sur les travaux qui ont précédé leur publication et un questionnement qui m est apparu postérieurement.

2 nombreuses polémiques. D où deux publications à la BNF destinées à rappeler qu une bibliothèque est un lieu de savoir et de travail «le pouvoir des bibliothèques», de la tradition occidentale entre Alexandrie et la modernité. Christian Jacob. La carte des mondes lettrés DES ALEXANDRIES I. DU LIVRE AU TEXTE Sous la direction de Luce Giard et de Christian Jacob, Paris, Bibliothèque nationale de France, Des Alexandries Jean Sirinelli. Alexandrie royaume du livre Mostafa El Abbadi. Alexandrie : carrefour des cultures Mohsen Zahran. Naissance d'une bibliothèque : la Bibliotheca Alexandrina Gérald Grunberg. Bibliotheca Alexandrina: Identité, coopération, nouvelles technologies Daniel Renoult. Les Bibliothèques numériques Jean- Gabriel Ganascia. Le bâtisseur, l'informaticien et le cogniticien Corpus Christian Jacob. Fonder Gilles Dorival. La fixation du Canon de la Bible. Entre Jérusalem et Alexandrie Charles Malamoud. Le corpus védique Gregory Nagy. Homère comme modèle classique pour la Bibliothèque antique: les métaphores du corpus et du cosmos Anne Cheng. Le corpus canonique confucéen Alfred- Louis de Prémare. Coran et Hadîth Bibliothèques et lettrés Christian Jacob. Réunir Jean- Jacques Glassner. Scribes, érudits et bibliothèques en Mésopotamie Nicolas Grimal. Les scribes et la transmission des savoirs en Égypte ancienne Tiziano Dorandi. Pratiques "philologiques" à la bibliothèque de la Villa dei Papiri à Herculanum. Javier Teixidor. D'Antioche à Bagdad: bibliothèques et traductions syriaques Guglielmo Cavallo. Les bibliothèques monastiques et la transmission des textes en Occident Pierre Petitmengin. Collections de manuscrits et bibliothèques européennes : un tournant (fin XVIe- début XVIIe siècle) Traditions de textes Luce Giard. Conserver Gérard Colas. Critique et transmission des textes dans la littérature sanskrite Bernard Faure. Texte et " tradition orale " dans le Bouddhisme japonais médiéval et prémoderne Bernard Vitrac. La transmission des textes mathématiques : l'exemple des Éléments d'euclide Luciano Canfora. La tradition indirecte: le cas de la Bibliothèque de Photius Pierre Lardet. Variante, conjecture, apparat : la philologie en acte Construction sociale des traditions Luce Giard. Composer Olga Davidson. La 'publication' des textes arabes sous forme de lectures publiques dans les mosquées Christian Förstel. La transmission des manuscrits grecs de Byzance en Italie Anthony Grafton. Les correcteurs d'imprimerie et la publication des textes classiques Jean- Marc Chatelain. Polymathie et science antiquaire à la Renaissance Benjamin Elman. La crise de l'éducation classique en Chine au XVIIIe siècle Peter Kornicki. Le nationalisme et la construction d'une tradition philologique au Japon au XIXe siècle Et

3 Ouverture Christian Jacob. L'art de lire Henri- Jean Martin. Du livre à la lecture DES ALEXANDRIES II. LES MÉTAMORPHOSES DU LECTEUR sous la direction de Christian Jacob Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003 Le lettré et ses livres Manier - Jean- Jacques Glassner. La circulation et la transmission des oeuvres en Mésopotamie - Jean- Luc Fournet. Le cabinet d'un homme de lettres d'après le dossier de Dioscore d'aphrodite. - Guglielmo Cavallo. Lire, écrire et mémoriser les Saintes Écritures - Jean- Pierre Drège. Comment devient- on lecteur dans la Chine impériale? - Ayman Fu'ad Sayyid. Que reste- t- il de la bibliothèque des Fatimides? La fabrique de la lisibilité Maîtriser - Gregory Nagy. Lire la poésie grecque à haute voix - François de Polignac. Décomposition et recomposition d'une culture savante: l'exemple des Vies d'alexandre - Olga Davidson. Une "publication" non canonique dans le monde perse classique: un poème de Rudaki. - Jean- Marc Chatelain. Les lecteurs humanistes à la Renaissance - Mona Tolba. Deux lectures de Abu El Alaa El Maari ( ) Les chantiers du lecteur Penser - Jean Irigoin. Lire, c'est chercher à comprendre - Anne Cheng. Comment lit- on les classiques dans la Chine impériale - Mary Carruthers. Lecteurs et art de la mémoire dans l'occident médiéval - Jean Céard. Portrait de Guillaume Budé, lecteur humaniste - Natania Meeker. Les troubles du lecteur selon La Mettrie Lire pour écrire Maîtriser - Peter Bing. La poésie érudite à Alexandrie: l'exemple de Philetas de Cos - Lorenzo Perrone. Le commentaire biblique d'origène entre philologie, herméneutique et réception - Ann Moss. L'organisation du savoir: le livre de lieux communs à la Renaissance - Jean- Pierre Lefebvre. Traduire avec des machines - Bernard Stiegler. Sociétés d'auteurs et sémantiques situées On voit d après ces deux tables des matières la seconde origine du travail de Christian Jacob et de l équipe qui l entoure. Leur point de départ intellectuel est l anthropologie historique de l Antiquité telle qu elle a été initiée par Jean- Pierre Vernant et Pierre Vidal- Naquet au Centre Louis Gernet. Le noyau dur de l ouvrage est constitué par les domaines grecs où s est construite une méthode de intellectuelle appelée à l étranger l École de Paris, puis une volonté comparatiste a agrégé aux hellénistes, un second cercle : romanistes, médiévistes, spécialistes du Moyen Orient ancien et des cultures arabo- islamiques, enfin de la Chine et du Japon. Tous travaillant sur des cultures lettrées. Le pluriel «des Alexandries» montre le refus d une centralité de la Grèce et au contraire la volonté d un pluricentrisme, évitant toute historicisation impérialiste («miracle grec»). S ajoute un troisième cercle, encore maigre, celui de la modernité.

4 Déjà se dessine un mode d exposition «thématique», ni diachronique ni géographique qui regroupe des monographies, dans des rubriques définissant des processus comme «lire pour écrire», qui sera celui des Lieux de savoir. Le soutien de diverses institutions, dont le CNRS, a permis le vaste projet des Lieux de savoir, qui reprend les méthodes de travail et d exposition des deux Des Alexandries. Il ne s agit plus seulement de savoirs lettrés organisés autour de la question du livre et des bibliothèques, mais de tous les savoirs englobant les sciences humaines, les sciences exactes et techniques, appartenant à toutes les aires culturelles. Le projet consiste donc à constituer le champ anthropologique des savoirs. Il est intéressant de comparer les tables des matières (documents joints) à celles des Des Alexandries. Christian Jacob présente la notion de savoir Christian Jacob s explique sur le choix du terme «savoir». Choix stratégique du terme «savoir» plutôt que celui de «sciences» ou tout autres. Choix d un titre englobant au lieu d une énumération des différents savoirs pris en compte. Ce qui permet de faire disparaître les cloisonnement disciplinaires ou autres clivages posés à priori dans la définition de l objet ; par exemple entre sciences humaines et sciences exactes, mais aussi savoir- faire et spiritualités, théories et pratiques ou sciences et techniques C est un titre ouvert qui peut accueillir des savoirs nouveaux. Le savoir n est pas une catégorie philosophique ferme, elle appartient plutôt à l anthropologie. (Le terme est celui choisi par Foucault dans l archéologie du savoir, La volonté de savoir. FD). C.J. propose la définition suivante. Les savoirs sont (verbatim) «l ensemble des procédures, discours et formes d action par lesquels les membres d une société située dans le temps et dans l espace, ou d une communauté englobée dans cette société, vont donner sens au monde dans lequel ils vivent, monde physique ou métaphysique, visible ou invisible, vivant et matériel, bien entendu le monde humain lui- même dans la pluralité de ses traditions de son rapport à l espace et au temps». Le savoir est un (verbatim) «processus de sémantisation, socialisation et appropriation du monde par des groupes humains», Qui se réalise «des médiations comme les langages, signes symboliques ou protocoles particuliers d action comme la construction, la guérison.» (Définition à la fois théorique et empirique qui utilise à son tour l énumération, mais sans donner une liste définitoire et définitive, c est une liste d exemples, ouverte FD) Les collaborateurs des LS ont voulu non pas placer au centre de l enquête un type de rationalité particulier mais envisager d emblée des rationalités multiples, comme celles du devin du magicien, du scientifique ; ils ont aussi refusé des clivages du type culture avec écriture vs culture sans écriture. Regardées du point de vue des savoirs, toutes les cultures témoignent de la sémantisation et de l appropriation du monde. Donc sans présupposer une hiérarchie des cultures ou même des proximités, il est possible d établir des analogies de fonctionnement, inattendues, pour des types d opération incluses dans des protocoles d établissement du savoir très différents. Certes il y a un présupposé : il n y a pas de sociétés humaines sans savoirs, des plus spéculatifs aux plus opératifs et quotidiens. Un ouvrage de référence pour le 2 ème

5 vol. a été le fameux livre d Yvonne Verdier, Facons De Dire, Facons De Faire - La Laveuse, La Couturière, La Cuisinière, Gallimard 1979, sans cesse réimprimé. Cette étude d ethnographie rurale dans le Dijonnais vers des années 1960, est exemplaire par sa minutie. Elle montre comment sont à l oeuvre à chaque moment de la vie une multitude de savoirs cohérents qui informent la vie sociale et construisent une représentation du monde totale incluant une cosmologie. Minot, le village étudié par Yvonne Verdier est un lieu de savoirs. Comme de nombreuses sociétés traditionnelles ou communautés minoritaires, le plus souvent exclues des espaces savants. Ce qui ne sera pas le cas pour les Lieux de Savoir.. Le champ anthropologique des savoirs est donc un champ épistémologiquement multipolaire. Ce qui est un choix humaniste et politique. Le projet date du début du XXIe s. Au moment où «le choc des civilisations» s imposait comme paradigme. D où la visée humaniste de ce projet : tisser des liens entre les cultures, retrouver des formes d identités profondes sans faire d amalgame, affirmer l unité des cultures humaines à travers les savoirs. Aurélien Berra présente la notion de lieux Notion centrale dans l ouvrage, particulièrement visible dans le Premier volume ; «Espaces et communautés». Cette notion de lieu est déclinée de plusieurs façons. Ce sont des espaces concrets : bureaux, laboratoires, écran d ordinateur ou des espaces métaphoriques, groupes sociaux ou individus, réseau de savants, traditions L ouvrage veut être lui- même un lieu de savoirs. Tous les articles sont fondés sur des cas, définissant les lieux. Il s agit de faire une cartographie des savoirs, chaque article est un point sur une carte, créant un espace «granulé», ce qui induit un nombre potentiel infini de lieux de savoir. Comment organiser un livre à partit de lieux uniques et a priori incomparables? (Question posée par Marcel Detienne il y a quelques années dans Comparer l'incomparable. Paris, Seuil 2000). Comment faire dialoguer des anciens lettrés chinois et des biologistes contemporains? Ils sont juxtaposés et le comparatisme sera un effet de la lecture. Le livre va faire dialoguer ces lieux par le dispositif éditorial qui ignore les regroupements géographiques ou temporels, mais suggère des rapprochements entre des dispositifs pratiques, comme on le voit à cet extrait de la table des matières du vol. 1. PARTIE 2 LIEUX DU TRAVAIL SAVANT SECTION 3 Laboratoires 5 Entre intimité et ostentation «Un monde à soi ou les espaces privés de la pensée», Sophie Houdart «Le studiolo à la Renaissance», Christopher S. Celenza «Jardins et pavillons dans la Chine des Ming», Richard Schneider «La maison de Karl Otfried Müller à Göttingen. L autoreprésentation d un professeur allemand vers 1835», Paul Zanker 6 Espaces partagés «Réseaux, généalogies, contrats : collectifs savants», Rafael Mandressi

6 «Secrets de famille : prêtres et astronomes à Uruk à l époque hellénistique», Eleanor Robson «Leopold von Ranke, la passion de la critique et le séminaire d histoire», Kasper Risbjerg Eskildsen «Naissance d une biopolitique des médicaments. La fabrication de l insuline ( )», Christiane Sinding Aucune théorie ni conceptualisation n ancre ce travail dans une tradition philosophique ou une science humaine particulière. C est un ouvrage interdisciplinaire, sans ancrage théorique unique : les éditeurs ne font référence ni à Foucault ni à Bourdieu ni à de Certeau qui sont pourtant à l horizon intellectuel de l entreprise. La seule référence est Yvonne Verdier. (Qui pour moi aussi est la Bible FD). L ouverture théorique va de pair avec l accueil de jeunes des chercheurs en devenir (doctorants). Cela tient à ce que Jean- Pierre Vernant et les antiquisants qui ont travaillé avec lui et à sa suite ont toujours formé une communauté sans hiérarchie et hétérogène philosophes, historiens, anthropologues, philologues, psychologues - créant ainsi une tradition. Exemple d un «lieu de savoir», où espace physique et communauté sont intrinsèquement liés : Le bureau d un lettré. «Leopold von Ranke, la passion de la critique et le séminaire d histoire» par Kasper Risbjerg Eskildsen La relation maître et élèves est inscrite dans un lieu : le bureau du maître Leopold von Ranke, accueillant chez lui, dans son espace personnel de travail, ses étudiants en histoire qu il choisissait (pour les former à sa propre méthode. Créant ainsi une communauté savante, espace de sélection et de transmission. Usages de la métaphore du lieu Il est possible d établir des liens entre ces lieux :en suivant les itinéraires de savants, les trajets des philosophes antiques, les voyages des étudiants, la circulation des livres, les importations de technique, permettant ainsi de dessiner une cartographie culturelle avec des espaces reconstitués à partir de lieux singuliers (points). La métaphore intellectuelle de la cartographie culturelle est essentielle au projet, Ces lieux de savoir ont certes une généalogie : une parenté certaine avec les lieux communs (loci ou topoi) de la rhétorique ; et une parenté plus vague avec les Lieux de mémoire de Pierre Nora. Les lieux de savoir, en effet, sont bien souvent inconnus du grand public : à la différence des lieux de mémoire de Nora qui appartiennent à une mémoire partagée par la majorité de ceux pour qui ils fonctionnent. II Matérialité des savoirs Ouvert sur les sciences expérimentales, les mathématiques et tous les langages artficiels, les LS. s intéressent aussi au renouvellement du savoir par les pratiques numériques. En abordant par leur aspect pratiques ces savoirs numérisés, les LS montre que la prétendue dématérialisation du savoir est un pur mythe : ils présupposent des postures physique, induisent des comportements intellectuels (habitus), ont des implications sociales (délocalisation..), permettent des stratégies de

7 pouvoir (Google), suscitent des conflits d intérêt (Adopi). Ils sont aussi matériels et historiques que les autres. C est contre une transparence illusoire de ce savoir numérique et l idée que la pensée n a pas de mains que le 2d volume a pour titre «Les Mains de l intellect». Il ne s agit pas d affirmer que l instrument détermine la pensée, mais de constater que le savoir est toujours instrumenté : par des livres (cf. Les travaux de Roger Chartier), qu il est liée aux techniques de l écriture, ou de la parole, ou encore de la numérisation. Il n y a pas non plus de savoir sans corps. Exemple des Véda, que les 3 classes des initiés (les Brahmanes : les prêtres, Les Ksatriyas : les rois et guerriers, les Vaishyas : les producteurs) doivent apprendre par cœur. La récitation védique est une inscription dans le corps, elle demande des récitants et non des savants. Jacob Les LS ont pour objet les opérations et non pas les contenus : ce n est ni une histoire des idées ni une histoire des cultures ni une histoire intellectuelle. Ces opérations permettent de produire du savoir ou sont induites par les artefacts du savoir matérialisé. C est le codage, inscription. et par contrecoup le décodage, la réactualisation et l appropriation. Les types d opération étudiés supposent des apprentissages locaux, des techniques apprises dans des communautés de savoir- faire, des techniques sociales. Ces savoir- faire, opérations graphiques et discursives, ne relèvent pas des sciences cognitives. Le modèle de référence est l ethnographie du laboratoire par Bruno Latour, type d enquête qui dépayse avec des situations de travail qui sembleraient anodines celles de la science contemporaine en train de se dérouler. Rien d accessoire (cf. le trombone). Ambition du vol 2 : présenter un modèle intellectuel pour étudier la génétique des savoirs. A partir des brouillons, des calculs préparatoires, expériences ou répétitions et apprentissages. Aucun ancrage théorique de départ dans une philosophie particulière : les articles partent de situations concrètes, la théorie «essaie de suivre». Au départ il y a seulement des choix méthodologiques. Ce volume est une base de travail et des lecteurs ont fait part aux auteurs d applications imprévues à toutes sortes de disciplines. D où un site de dialogue.http://lieuxdesavoir.hypotheses.org Quelques pistes de réflexion pour les Humanités? Une fois encore nous rencontrons une communauté de chercheurs qui font sauter le découpage disciplinaire, comme cadre intellectuel, tout en s appuyant sur la compétence pointue de chaque chercheur dans sa spécialité. Allons- nous étendre les Humanités à tous les Savoirs? Paradoxalement C. Jacob fait un usage traditionnel et restreint du mot. Cependant il affirme que le savoir est, en gros, le propre de l homme Ce que les Lieux de savoir appellent les processus de sémantisation, socialisation et appropriation pourraient être une voie pour libérer les Humanités de leur carcan qui les réduit à la littérature et aux idées, et les penser aussi comme des pratiques sociales et matérielles.

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau MEDIATIONS INTERCULTURELLES LES SIGNES, LES MOTS, LES IMAGES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS PERSONNELS D UTILITE PUBLIQUE Directeur : prof.

Plus en détail

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3 Contact Accueil Scolarité : Valérie Séris Responsable pédagogique : Sandrine VICTOR Coordonnées CUFR Jean-François Champollion, Campus d'albi Place Verdun F 81012 Albi Cedex 9 Téléphone : 05 63 48 19 81

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE

PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE - Judaïsme - Christianisme - Islam - Laïcité - Histoire - Éthique - Épistémologie - Langue - Sociologie

Plus en détail

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Institut des Humanités de Paris «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Humanités/Sciences «Humanités scientifiques» (Enregistrement sur le site (provisoire) de l

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Une discipline scolaire

Une discipline scolaire Les éléments constitutifs d une discipline scolaire Selon Michel Develay, De l apprentissage à l enseignement, Paris ESF éditeur, 1992, 2004 6, p. 32, «une discipline scolaire peut être définie par objets

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base Faculté des lettres Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAI MODERNE Discipline de base Version du 14 août 2013 (entrée en vigueur le 17 septembre 2013) Le programme

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Avertissement... 7. Introduction... 9. Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime

Avertissement... 7. Introduction... 9. Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime Table des matières Avertissement... 7 Introduction... 9 Première partie À la recherche des clefs sous L Ancien Régime Définition et constitution d un objet D étude Qqu est-ce qu une clef? Étude du signifiant....

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087 de l'université Paris 4 Avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Naissance de l écriture.

Naissance de l écriture. Naissance de l écriture. Le Proche-Orient : l écriture par Grégory CHAMBON, maître de conférences en histoire des sciences et techniques de l Antiquité et en assyriologie1 à l'ubo. Sommaire I. Pourquoi

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

2010/2011 MASTER 2 SPECIALITE 8 MEF (IUFM/UPV/INSHEA)

2010/2011 MASTER 2 SPECIALITE 8 MEF (IUFM/UPV/INSHEA) 2010/2011 MASTER 2 SPECIALITE 8 MEF (IUFM/UPV/INSHEA) ACCOMPAGNEMENT DE PUBLICS A BESOINS EDUCATIFS PARTICULIERS PAR UNE PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE ADAPTEE Responsable : CANAT Sylvie MASTER 2 SPECIALITE

Plus en détail

Le livre numérique désigne le contenu de lecture que l on intègre dans ces liseuses. Ses synonymes sont : le livre électronique, l ebook et le livrel.

Le livre numérique désigne le contenu de lecture que l on intègre dans ces liseuses. Ses synonymes sont : le livre électronique, l ebook et le livrel. Cette installation vous propose de tester de nouveaux appareils de lecture : les liseuses électroniques. Le mot liseuse désigne le contenant, le matériel permettant de lire un livre numérique. Il existe

Plus en détail

Comité scientifique 7 décembre 2007. Observatoire de Paris

Comité scientifique 7 décembre 2007. Observatoire de Paris Comité scientifique 7 décembre 2007. Observatoire de Paris Présents : C. Blin, I. Diu, J. Ducos, A. Gaillard, V. Giacomotto Excusés : L. Bobis, P. Duris, V. Fromentin, N. Ly, B. Mondrain, I. Pantin, I.

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Théories et critiques des sciences de la culture en Europe

Théories et critiques des sciences de la culture en Europe Théories et critiques des sciences de la culture en Europe Projet agréé comme programme de formation-recherche du CIERA Responsables Andrea ALLERKAMP, Professeure des Universités, Université de Poitiers,

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

ÉCONOMIE en Licence PRÉ-REQUIS ORGANISATION / VOLUME HORAIRE LES DÉBOUCHÉS DE LA FILIÈRE POURSUITES D ÉTUDES / PASSERELLES

ÉCONOMIE en Licence PRÉ-REQUIS ORGANISATION / VOLUME HORAIRE LES DÉBOUCHÉS DE LA FILIÈRE POURSUITES D ÉTUDES / PASSERELLES 2013-2014 ÉCONOMIE en Licence Les informations présentes dans ce document sont valables pour l'année 2013-2014. D'importantes modifications interviendront pour l'année 2014-2015. Il s agit d un cursus

Plus en détail

MASTERS L OFFRE DES ARTS, LETTRES ET LANGUES DE L UNIVERSITÉ DE LORRAINE 2014 >> 2015

MASTERS L OFFRE DES ARTS, LETTRES ET LANGUES DE L UNIVERSITÉ DE LORRAINE 2014 >> 2015 L OFFRE DES MASTERS DE L UNIVERSITÉ DE LORRAINE 2014 >> 2015 ARTS, LETTRES ET LANGUES NOUVEAUTÉ 2014 MÉTIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATION CE CATALOGUE VOUS PRÉSENTE L OFFRE DES

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

MASTER EN SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS

MASTER EN SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS MASTER EN SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS UFR CRAC CENTRE D ETUDE DES RELIGIONS Table des matières I. Contexte... 2 II. Offre de formation... 2 III. Présentation des débouchés... 2 IV. Organisation...

Plus en détail

OUVERTURE DE VACANCE

OUVERTURE DE VACANCE U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Réf. : CA 19.04.10/IV.27 PHILO Bruxelles, le 20 avril 2010. OUVERTURE DE VACANCE L Université Libre de Bruxelles

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Master en Sciences Humaines et Sociales de l EHESS HISTOIRE DES SCIENCES, TECHNOLOGIES, SOCIÉTÉS. Mention 2015-2016

Master en Sciences Humaines et Sociales de l EHESS HISTOIRE DES SCIENCES, TECHNOLOGIES, SOCIÉTÉS. Mention 2015-2016 Master en Sciences Humaines et Sociales de l EHESS Mention HISTOIRE DES SCIENCES, TECHNOLOGIES, SOCIÉTÉS. 2015-2016 CENTRE ALEXANDRE KOYRE EHESS - CNRS - MNHN Master en Sciences Humaines et Sociales de

Plus en détail

«L Art et la manière»

«L Art et la manière» «L Art et la manière» Une formation-action pour relier l art et le management Conception et animation par URIOPSS PACAC 54 rue paradis 13286 Marseille Cedex 6 Tél. 04 96 11 02 20Organisme de formation

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise L Oréal Fondation d entreprise Bourse de recherche sur l art de l être et du paraître 2011-2012 Date limite de dépôt de dossier de candidature : le 30 mars 2011 Pour toutes informations complémentaires

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012

data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012 data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012 Romain Wenz Bibliothèque nationale de France Conservateur Département de l information bibliographique

Plus en détail

PROGRAMME DE LITTÉRATURE ET SOCIÉTÉ EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE LITTÉRATURE ET SOCIÉTÉ EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE LITTÉRATURE ET SOCIÉTÉ EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule général Finalités Cet enseignement d exploration vise à renforcer l attractivité

Plus en détail

LA LICENCE D ENSEIGNEMENT (LE)

LA LICENCE D ENSEIGNEMENT (LE) La licence d enseignement (LE) Licence d enseignement dans les matières reconnues par l Etat libanais comme disciplines d enseignement. Nombre de crédits : 40 crédits, capitalisables dans le CAPES, à effectuer

Plus en détail

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles.

Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. 1 Thèmes, problématiques Objectifs méthodologiques Activités Supports Compléments, soutien, Séquence inaugurale qui conduira les étudiants à soulever les problématiques essentielles. S 1 Le livre, un objet

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Formation «L Art et la manière de manager»

Formation «L Art et la manière de manager» Formation «L Art et la manière de manager» Une formation-action pour relier l art et le management Conception et animation par Le contexte Pour donner suite à un cycle de formation qui s est déroulé en

Plus en détail

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 2012 Année universitaire 2011 MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 1 - DEFINITION ET ENJEUX Cet UE prolonge l initiation à la recherche, commencée en M1 à travers

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Master Théorie et pratiques des arts interactifs

Master Théorie et pratiques des arts interactifs Master Théorie et pratiques des arts interactifs Co-directeurs du Master Université de Poitiers Bertrand Augereau augerau@sic.univ-poitiers.fr École Européenne Supérieure de l Image Sabrina GRASSI-FOSSIER

Plus en détail

A l Université de Liège et dans l enseignement supérieur et secondaire

A l Université de Liège et dans l enseignement supérieur et secondaire Anne HERLA Née le 7 juillet 1977 Docteur en Philosophie Adresse professionnelle Université de Liège Département de Philosophie Place du Vingt-Août, 7 (A1) 4000 Liège Tél. : 043665599 Mail : Anne.Herla@ulg.ac.be

Plus en détail

Objet de la séance : les ressources électroniques de la recherche et bases de données en ligne (textes, images et critique)

Objet de la séance : les ressources électroniques de la recherche et bases de données en ligne (textes, images et critique) SÉMINAIRE DE MÉTHODOLOGIE DE L ED1 COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE DU 22 FÉVRIER 2012 ÉMILIE DESCHELLETTE ET ÉLISABETH PIAZZA Présents : Nathalie Assan, André Baraniak, Laure Brossin, Caroline Carrier, Julia

Plus en détail

EXPERTS NATIONAUX. Tél. 01.40.20.50.61. Département des antiquités grecques, étrusques et romaines : M. Alain PASQUIER

EXPERTS NATIONAUX. Tél. 01.40.20.50.61. Département des antiquités grecques, étrusques et romaines : M. Alain PASQUIER EXPERTS NATIONAUX I - Chefs des 14 départements patrimoniaux : 1) musée du Louvre : Palais du Louvre 34, quai du Louvre 75058 PARIS CEDEX 01 Standard général : 01.40.20.50.50 Département des antiquités

Plus en détail

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie S3 Spécialité : Recherches en psychologie UE OBLIGATOIRES UE 1 : Epistémologie et méthodes de recherche en psychologie Ce séminaire aborde plusieurs aspects de la recherche en psychologie. Il présente

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

Université Lumière Lyon 2 / Ecole des hautes études en sciences sociales Ecole normale supérieure de Lyon

Université Lumière Lyon 2 / Ecole des hautes études en sciences sociales Ecole normale supérieure de Lyon Université Lumière Lyon 2 / Ecole des hautes études en sciences sociales Ecole normale supérieure de Lyon avec le concours du C.N.R.S. (U.M.R 5138 et 5648) et de l Ecole nationale des chartes MASTER HISTOIRE

Plus en détail

REVUE D HISTOIRE LITTÉRAIRE DE LA FRANCE

REVUE D HISTOIRE LITTÉRAIRE DE LA FRANCE Histoire des traductions en langue française XIX e siècle (1815-1914). Sous la direction d YVES CHEVREL, LIEVEN D HULST et CHRISTINE LOMBEZ. Lagrasse, Éditions Verdier, 2012. Un vol. de 1376 p. À n en

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

Sorbonne Universités. École d été en humanités numériques (29 juin 10 juillet 2015) «L édition scientifique de textes en langues latine et française»

Sorbonne Universités. École d été en humanités numériques (29 juin 10 juillet 2015) «L édition scientifique de textes en langues latine et française» Sorbonne Universités École d été en humanités numériques (29 juin 10 juillet 2015) «L édition scientifique de textes en langues latine et française» Programme Lieux : Université Paris-Sorbonne, Sorbonne,

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

MASTER Les pensées du projet

MASTER Les pensées du projet MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier

Plus en détail

Cofinancements acquis VOLET GENERAL:

Cofinancements acquis VOLET GENERAL: Appel à projet Région PACA Montant de Personne en Unité de l'aide Composante charge du Intitulé de la manifestation Budget global recherche sollicitée dossier auprès d'amu Cofinancements acquis Cofinancements

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Les formes de l hégémonie européenne

Les formes de l hégémonie européenne LE CENTRE CANIEN D ÉTUDES ALLEMANDES ET EUROPÉENNES Université de Montréal, 3744, rue Jean Brillant, bureau 525, H3T 1P1 EAE 1000 Introduction aux études européennes Mardi, 13 à 16 heures, Salle Lothar

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

LICENCE. Mention: LETTRES. Spécialité: LETTRES MODERNES

LICENCE. Mention: LETTRES. Spécialité: LETTRES MODERNES LICENCE Mention: LETTRES Spécialité: LETTRES MODERNES Présentation de la spécialité Coordonnées des UFR Le tutorat tutorat pr étudiants non francophones Programme Erasmus échanges internationaux Présentation

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Dariah Une infrastructure européenne pour les sciences humaines et sociales www.dariah.eu et www.dariah.fr

Dariah Une infrastructure européenne pour les sciences humaines et sociales www.dariah.eu et www.dariah.fr Dariah Une infrastructure européenne pour les sciences humaines et sociales www.dariah.eu et www.dariah.fr Sophie David (CNRS, Huma-Num) Nicolas Larrousse (CNRS, Huma-Num) 26 mai 2014 Plan 1. Qu est-ce

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

DISCIPLINES / FIELD OF STUDIES / AREAS

DISCIPLINES / FIELD OF STUDIES / AREAS DISCIPLINES / FIELD OF STUDIES / AREAS A M E N A G E M E N T E T U R B A N I S M E professionnelle Ingénierie de projets de solidarité internationale Aménagement de l'espace, urbanisme et développement

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre METZ - ILE DU SAUCLY : De 14h30 à 16h30, Amphi 3 UFR Lettres et Langues Le 6 novembre 2015 Présentation concises des différentes communautés chinoises sous le Ciel de Paris INSTITUT CONFUCIUS CONFERENCES

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE LITTERAIRE. 7 397 800 TVA non récupérable incluse. Non. Oui. Non. Non. Oui

OBSERVATOIRE DE LA VIE LITTERAIRE. 7 397 800 TVA non récupérable incluse. Non. Oui. Non. Non. Oui e du projet / e du projet/ of the project OBVIL Titre du projet en français OBSERVATOIRE DE LA VIE LITTERAIRE Project title in English Responsable scientifique et technique du projet/project manager (chercheur,

Plus en détail

UNIVERSITÉ SAINT-LOUIS BRUXELLES. www.usaintlouis.be

UNIVERSITÉ SAINT-LOUIS BRUXELLES. www.usaintlouis.be UNIVERSITÉ SAINT-LOUIS BRUXELLES www.usaintlouis.be Une université au cœur de Bruxelles p.1 Des faits et des chiffres p.2 Recherche p.3 Conférences p.3 Enseignement et langues p.4 Bibliothèque p.6 Publications

Plus en détail

Formation réalisée par ATELHIS (Giulio Romero) 06 07 77 19 25 - info@atelhis.fr. Formations AtelHis. tel : 06 07 77 19 25 romero@univ-paris1.

Formation réalisée par ATELHIS (Giulio Romero) 06 07 77 19 25 - info@atelhis.fr. Formations AtelHis. tel : 06 07 77 19 25 romero@univ-paris1. Formations AtelHis tel : 06 07 77 19 25 romero@univ-paris1.fr Table des formations Internet : Les bases de l Internet contenus, méthodes, développements (18h, 3 jours) Trouver sur Internet méthodes et

Plus en détail