Prospective et Entreprise. Jeudi 30 avril 2009 à la Chambre de commerce et d industrie de Paris. Paris, le 30 avril

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prospective et Entreprise. Jeudi 30 avril 2009 à la Chambre de commerce et d industrie de Paris. Paris, le 30 avril 2009 1"

Transcription

1 PARIS : MÉTROPOLE MONDIALE EN 2020? Jeudi 30 avril 2009 à la Chambre de commerce et d industrie de Paris Paris, le 30 avril

2 Introduction Jean-Luc BIACABE Directeur du Pôle de politique économique et financière, CCI Paris Bonjour à toutes et à tous. Merci d avoir répondu à notre invitation. Lorsque nous avons fixé cette date, nous ignorions que le Président de la République choisirait la date du 29 avril pour présenter son plan pour le Grand Paris. Cette manifestation n est pas une réponse aux annonces faites hier. Si vous avez parcouru l ouvrage que nous avons réalisé et qui fera l objet du débat de cet après-midi, vous avez pu constater qu il ne comporte pas de description de la ville idéale, ni de plan d aménagement ou de propositions institutionnelles pour la région parisienne. Notre objectif est de transmettre à un public de décideurs et de spécialistes de la question opérationnelle des développements de nature universitaire sur le sujet de la métropole parisienne et de la métropole mondiale. De nombreux travaux ont été conduits dans le cadre académique et universitaire ces quinze dernières années. Il nous a paru être notre rôle que d essayer d être un pont entre le monde académique et le monde des décideurs, en mettant à disposition une synthèse accessible de ces travaux académiques. Notre seconde ambition était de conduire une réflexion de nature prospective sur ce que sera la région parisienne dans dix à quinze ans. Nous considérons qu il existe plusieurs futurs possibles, qui dépendront des choix qui sont faits aujourd hui en particulier par les pouvoirs publics mais également par un certain nombre d acteurs tels que les entreprises. Ces futurs possibles dépendent également de l évolution de notre environnement et notamment de la forme que prendra la mondialisation dans dix, vingt ou trente ans. L actualité nous démontre quotidiennement que la mondialisation n est pas un long fleuve tranquille, mais qu elle peut être une succession de crises ou donner lieu à des mouvements de recul et à la montée d une certaine forme de protectionnisme et de nationalisme. Pour conduire cette réflexion, nous avons jugé utile de nous appuyer sur un expert académique reconnu. Nous avons donc fait appel à Ludovic HALBERT, chercheur au CNRS et membre du LATTS. Pour mener le travail de réflexion prospective, Hélène PERRIN BOULONNE, cheville ouvrière de ce séminaire, a piloté un groupe de travail constitué d experts. Le séminaire s organisera en deux temps. Ludovic HALBERT rappellera tout d abord les notions de métropole et de métropole mondiale. Hélène PERRIN BOULONNE positionnera ensuite Paris dans l univers des métropoles mondiales et présentera rapidement les différents scénarios. Pour incarner ces scénarios, nous avons demandé à quatre experts de présenter un des scénarios et d en montrer les aspects possibles. Vous pourrez poser vos questions à l issue des présentations. Paris, le 30 avril

3 Les métropoles mondiales, retour sur un concept Ludovic HALBERT Il nous a paru souhaitable de revenir sur le concept de métropole mondiale. J ai souhaité mettre en relation la notion de ville ou de région métropolitaine mondiale avec le contexte plus général dans lequel évoluent nos sociétés. La définition de la ville mondiale apparaît dans les années Elle est théorisée dans les années 1960 par Peter HALL, qui constate l émergence de quelques grandes villes qui concentrent de manière disproportionnée les affaires du monde. La ville mondiale est selon lui avant tout un espace éclectique ou multidimensionnel qui concentre les activités économiques et financières, mais également politiques, culturelles, scientifiques et sportives. L éclosion de ce concept correspond à un contexte dans lequel les Etats sont encore largement dominants dans l organisation des relations internationales. Dans certains pays occidentaux, les politiques publiques privilégient des champions nationaux : des champions industriels mais également des régions métropolitaines telles que la région parisienne. Nous sommes ensuite passés à une lecture davantage économique du concept de ville mondiale. Ce tournant correspond au déploiement de la nouvelle division internationale des tâches dans les années Progressivement, dans les années 1980 puis 1990, le monde académique a pris en compte cette nouvelle donne et a vu dans la ville mondiale le lieu où se joue le redéploiement des activités à l échelle mondiale. Nous observons l existence de deux courants pour interpréter la relation entre le redéploiement des activités à l échelle de la planète et le rôle joué par les villes mondiales. Une première lecture se fonde sur l économie de la coordination et renvoie aux travaux de Saskia SASSEN. Une deuxième lecture renvoie à l économie de l innovation. Les travaux de FRIEDMANN dans les années 1980 nous ont appris que les activités de production se décentralisaient à l ensemble de la planète et qu il était nécessaire de concentrer les activités de décision permettant de gérer le redéploiement des activités. A cette fin, quelques villes mondiales jouent le rôle de nœuds organisant ce système. Dans les années 1990, ce discours est repris par Saskia SASSEN dans sa théorie de la ville globale. Elle explique que ce n est pas seulement le quartier général ou le siège social qui compte, mais la géographique des activités de coordination, c est-à-dire l ensemble des activités de services qui sont de plus en plus externalisées hors du quartier général et qui contribuent à coordonner une économie qui gère de plus en plus d informations et qui a besoin d éléments de centralisation face au déploiement à l échelle planétaire des activités de production. Cette théorie de la ville globale a pour emblème les services avancés aux entreprises qui contribuent à fluidifier la mondialisation des chaînes de valeur. Une autre lecture est celle du passage par la nouvelle économie industrielle. Dans les années 1980, on observe un approfondissement de la division internationale des tâches et les grandes villes des pays développés se spécialisent sur certaines fonctions de la chaîne de valeur industrielle. Ce sont essentiellement les fonctions de conception, de R&D et d innovation. La production se mondialise et les grandes villes mondiales se situent sur le Paris, le 30 avril

4 front de l économie de l innovation en concentrant les actifs qui contribuent à produire cette innovation. L un des modèles qui peuvent être évoqués est celui de la Silicon Valley. Ces deux modèles sont remis en cause par la crise des services financiers et par le déploiement de laboratoires de recherche dans les pays émergents où s opère une concurrence par les coûts. Les scénarios auxquels nous avons réfléchi prennent en compte les limites de ces deux modèles. Ces deux conceptions de la ville globale ne sont pas uniquement concurrentes. Elles présentent des points de convergence. Dans les deux cas, on observe que les villes mondiales ne sont pas des villes-centres mais des régions métropolitaines de grande envergure. Elles fonctionnent au sein d un réseau d échelle mondiale, qui peut être le réseau des places financières les plus importantes, le réseau des grands sièges sociaux des multinationales ou le réseau des centres de R&D qui se déploie dans 150 régions métropolitaines à l échelle du monde. Les deux modèles reposent sur les mêmes fondements économiques autour du concept d externalités positives, liées à la présence de secteurs pointus qui réalisent des économies d échelle, à la fertilisation croisée entre ces secteurs et à l urbanisation. La relation entre les villes mondiales et la stratégie des firmes est directe. Nous sommes confrontés à un système dans lequel les entreprises, et notamment les multinationales, sont considérées comme des agents extrêmement puissants de la mise en relation des territoires à l échelle mondiale. La métropolisation serait l expression plus ou moins directe et régulée des stratégies des entreprises. Ces modèles sont remis en question car ils renvoient à un paradigme qui est largement mis à mal aujourd hui. La métropolisation telle que nous la connaissons s est appuyée sur une régulation moindre des échanges, notamment des échanges financiers, sur une bienveillance implicite face à l utilisation excessive des ressources naturelles et dans une indifférence relative quant à l exacerbation des tensions sociales. Ces modèles se sont mis en place sans prendre en compte les enjeux du développement durable. Une des questions les plus urgentes à traiter est la suivante : dans quelle mesure les crises multiples auxquelles nous sommes confrontées remettront en cause la relation entre mondialisation et métropolisation? Les scénarios que nous avons élaborés nous conduisent à réfléchir à la mondialisation et à la métropolisation dans un nouveau paradigme, celui d un développement soutenable dans lequel la logique des entreprises et des chaînes de production n est pas le seul moteur de la formation du réseau métropolitain. Paris, le 30 avril

5 Scénarios pour Paris, métropole mondiale en 2020? Hélène PERRIN BOULONNE Le travail que nous avons réalisé sur le thème «Paris, métropole mondiale en 2020?» comportait deux volets. Le premier consistait à revenir sur le concept de métropole mondiale. Nous avons constaté que la dimension économique était souvent absente des débats sur la métropole, qui évoquent davantage l urbanisme, l architecture, l aspect social et les transports. Nous avons voulu nous inscrire dans une réflexion économique. Dans un deuxième temps, nous avons réuni un groupe d experts académiques et issus d institutions de la métropole parisienne. Nous avons convenu que Paris était bien une métropole mondiale, quelle que soit la définition retenue. Paris figure généralement parmi les quatre plus grandes métropoles mondiales avec New York, Londres et Tokyo. Cette appartenance aux grandes métropoles mondiales ne se mesure pas par la population mais par la richesse économique produite et la capacité à se connecter au reste du monde. Nous nous sommes ensuite demandé quelles étaient les conditions pour que Paris demeure une métropole mondiale en Les grands enjeux d une métropole insérée dans les réseaux mondiaux sont les suivants : financer l économie, sans toutefois miser uniquement sur la place financière ; gérer les externalités négatives (tensions sur le marché du travail, tensions sociales et environnementales inhérentes au modèle de développement économique d une ville mondiale) ; développer la créativité et l image de Paris dans le monde, deux atouts insuffisamment exploités ; dépasser le discours «Paris et le désert français» et aller vers une politique publique qui ne soit pas défavorable à la métropole parisienne. La métropole parisienne est un lieu d exception, qui doit faire l objet de politiques particulières. Nous avons construit des scénarios autour de trois principaux axes. Deux axes peuvent être qualifiés d endogènes. Ce sont les décisions qui seront prises en matière d investissement dans l innovation et la connaissance et les décisions relatives à la place donnée à la métropole parisienne en France. Le troisième axe est exogène. Il s agit des différentes formes que pourrait prendre la mondialisation. La capacité à participer aux réseaux de la connaissance et à investir dans l innovation aujourd hui sera déterminante pour la compétitivité des entreprises de la métropole à l horizon Deux choix sont possibles : se spécialiser dans quelques filières d excellence dans lesquelles la métropole parisienne a déjà des avantages comparatifs ou Paris, le 30 avril

6 investir dans la connaissance sans opérer de choix stratégiques sur les secteurs afin de se tenir prêts à toutes mutations ou ruptures technologiques. Concernant le positionnement de la métropole parisienne par rapport au reste du territoire, nous avons élaboré deux scénarios extrêmes. De nombreux travaux, dont ceux de Laurent DAVEZIES, ont montré qu il existe en France un important système de redistribution entre les différents territoires. On peut donc imaginer un système de redistribution qui égaliserait l ensemble des régions et qui défavoriserait la métropole parisienne ou, à l autre extrême, une évolution néo-régionaliste, c est-à-dire un scénario où la métropole parisienne se désolidarise du reste du territoire et capitalise sur les effets d agglomération accumulés depuis plusieurs années. Une situation intermédiaire serait celle dans laquelle la métropole parisienne assumerait son rôle de moteur de la croissance, accepté par l ensemble du pays. Notre troisième axe est l évolution des flux entre les grandes métropoles. Les flux sont constitués des biens et services, des personnes, de l innovation, des idées, des échanges matériels et immatériels. Ces flux sont croissants depuis plusieurs années. Nous avons envisagé trois scénarios possibles : la contraction des flux, sous la pression d enjeux tels que le changement climatique, le protectionnisme ou la menace sécuritaire et terroriste ; la stabilisation des échanges avec une reprise de contrôle des Etats sur les échanges et une régulation de la circulation du capital ; l intensification des flux avec un accroissement des interdépendances économiques et des stratégies transnationales d implantation des entreprises. Nous avons construit autour de ces trois axes quatre scénarios pour la métropole parisienne en 2020 : Paris : métropole leader dans les réseaux mondiaux de la connaissance. Les formes de la mondialisation seraient extrêmement immatérielles. Les métropoles gagnantes seraient celles capables d être des leaders dans les réseaux mondiaux de la connaissance, ce qui implique des investissements publics et privés dans l innovation sans spécialisation et la mise en place d un environnement réglementaire et financier favorable à la dynamique entrepreneuriale. Un tel système ne fonctionne qu avec une ouverture sur le territoire national et à l international. Il suppose une grande adaptabilité des différents acteurs. Les entreprises franciliennes ne subissent plus la mondialisation, mais participent au processus et imposent leurs règles du jeu dans la compétition mondiale. Paris : métropole participant au village mondial. Ce scénario se déroule dans le cadre d une mondialisation qui se poursuit sur la base des avantages comparatifs. La métropole aurait des activités diversifiées tout en étant spécialisée dans certains domaines de pointe pour lesquels elle dispose déjà d avantages comparatifs à l échelon national et international. Ce scénario nécessite des investissements dans des filières d excellence. Les entreprises franciliennes participent à la globalisation de l économie et à la coordination des tâches à l échelle mondiale. Paris, le 30 avril

7 Paris : une île mondiale en France, sur le modèle de Paris-La Défense. La ville se focalise sur ses activités de services avancés aux entreprises. Ce scénario envisage un renforcement de la place financière de Paris et l exclusion de l activité industrielle et du tissu de petites et moyennes entreprises. Il nécessite néanmoins la présence d entreprises de services de proximité. Il comporte le risque d augmenter les tensions sociales et territoriales. Il est fortement dépendant en cas de ralentissement de la mondialisation et de la métropolisation. Il pousse à une forme de néo-régionalisme. Paris : métropole européenne et méditerranéenne. Ce scénario s inscrit dans le cadre d un ralentissement de la mondialisation en raison d une plus forte prise en compte des enjeux liés au changement climatique. Paris deviendrait une métropole de second rang, mais s inscrirait dans un réseau de grandes métropoles françaises et européennes ouvertes sur le bassin méditerranéen. Ce scénario s accompagnerait d une relocalisation des activités économiques dans des logiques de proximité. Paris, le 30 avril

8 Débat autour des différents scénarios Le débat est animé par Hélène PERRIN BOULONNE, responsable Prospective économique et sectorielle, CCI Paris. Frédéric GILLI, Directeur délégué de la Chaire Ville de Sciences Po Paris Pour présenter le premier scénario, je partirai des deux modèles fondés sur l économie de l innovation et sur l économie de la coordination évoqués par Ludovic HALBERT. Les deux lectures ont en commun de peser fortement sur la formulation des politiques publiques et des choix stratégiques. Nous retrouvons ces deux courants dans la théorie économique qui s intéresse aux migrations internationales. Le premier courant estime qu un migrant effectue un choix de localisation en arbitrant en fonction des différents paniers de biens qui lui sont offerts. La deuxième lecture postule que le migrant n opère pas des choix ponctuels, mais des choix stratégiques à moyen et à long terme. Le choix d installation d un migrant dans une ville est un passage dans un parcours. Pour attirer des talents ou des entreprises, les métropoles peuvent faire valoir leurs avantages comparatifs ou faire valoir leur territoire en développement. En pratique, la plupart de la richesse créée en région parisienne provient des talents qui se trouvent en région parisienne. Il est donc fondamental d investir dans la capacité du territoire à produire de l innovation, de la recherche et une main-d œuvre de très grande qualité car les premiers bénéficiaires en seront les habitants du territoire. La métropole peut ainsi développer un modèle de croissance tout à fait soutenable car les acteurs installés dans la région n ont plus à se demander quels seront les secteurs stratégiques puisque les innovations auront lieu dans la région. La Silicon Valley a traversé les différentes phases d innovation de ces cinquante dernières années car elle en a été la principale instigatrice. L enjeu principal de ce scénario est la promotion des activités interfilières et transfilières. Je ne crois pas que Paris puisse se distinguer des autres métropoles en se spécialisant sur une filière, contrairement à une ville comme Munich, qui peut être très compétitive dans un secteur. Une métropole comme Paris a l avantage d être à la pointe lorsque surviennent les convergences entre filières. Dans une économie de l innovation, se pose la question de la structure industrielle qui supporte un tel scénario. Rien ne permet d affirmer qui des start-up ou des grands groupes sont les plus à même de traverser la crise, même si les grands groupes offrent une garantie bancaire qui leur permet de continuer à innover. Enfin, dans les départements R&D des grands groupes, les activités d innovation et de développement et les activités de marketing sont de plus en plus intégrées afin de se positionner au mieux sur les marchés. Vincent GOLLAIN, Directeur de l Attractivité Durable des Territoires, ARD Paris Ile-de- France Le scénario «Paris : métropole dans le village mondial» repose sur l idée que l économie de l Ile-de-France reste relativement diversifiée mais obéit à une segmentation mondiale de la chaîne de valeur des entreprises avec une concentration des moyens dans les secteurs et filières dans lesquels la métropole dispose d avantages comparatifs. La logique dominante est la spécialisation dans un environnement global et interconnecté. Paris, le 30 avril

9 L enjeu principal est d être leader sur son segment. Atos Origin est une société d informatique qui travaille avec des grands comptes et est implantée dans le monde entier. Sa filiale anglaise propose trois catégories de localisation : on shore (au Royaume- Uni), near shore (dans le même fuseau horaire) et off shore (Inde, Malaisie, Brésil). Atos Origin découpe sa chaîne de valeur à l échelle internationale pour offrir à ses clients la meilleure prestation au moindre coût. La proposition faite au client lui permet de gérer les risques et de rationnaliser les coûts. Dans ce scénario, le risque concurrentiel consiste en l arrivée de nouveaux entrants et en la substitution de certains produits par des concurrents existants. Quelle stratégie les pouvoirs publics doivent-ils adopter pour que la métropole reste leader? Un premier axe est l innovation. Mais une partie des filières sur lesquelles nous sommes positionnés ne sont pas technologiques. La créativité et le design permettent alors de maintenir une différentiation des produits et des services de la métropole. Le scénario comporte un élément important en matière de développement économique territorial. Certains lieux doivent incarner les spécialisations. Une stratégie de clusters doit être mise en avant afin de renforcer les externalisations et les effets d échelle. Le scénario suppose de préserver des équilibres avec d autres métropoles dans d autres secteurs car il est très dépendant de la mondialisation. Les risques associés à ce scénario sont les fluctuations économiques en fonction de la santé de l économie mondiale et des échanges internationaux. Une trop forte spécialisation entraîne une dépendance lors de chocs économiques extérieurs. La métropole doit également choisir les bons positionnements et savoir conserver en permanence ses avantages. Ludovic HALBERT Le troisième scénario recoupe le précédent tout en opérant un choix fonctionnel et structurel plus étroit : celui de la concentration du profil métropolitain sur les sièges sociaux et les services avancés aux entreprises, notamment les services financiers. La métropolisation s est développée sur ce modèle à Londres, New York et Tokyo et, pour partie, en région parisienne. Ce scénario permet aux entreprises de profiter de certaines ressources mises à disposition des espaces métropolitains (infrastructures de télécommunications ou de transport, main-d œuvre très qualifiée, offre immobilière). Il implique une ouverture forte à «la mondialisation par le haut», celle des cols blancs et des cadres qui circulent dans l espace «NY-Lon» (New-York/Londres). Il s apparente à un scénario de la «Wimbledonisation», dans lequel il n est pas nécessaire pour la région métropolitaine d avoir des champions nationaux, mais il est important d attirer des capitaux et des activités considérés comme hyper-mobiles. Ce scénario met l accent sur la concurrence entre les territoires. Il n est toutefois pas sans limite. Lorsque l économie de la région métropolitaine est florissante, la croissance s accélère. Mais lorsque la conjoncture se dégrade, la métropole se trouve dans le creux de la vague et en subit fortement les conséquences. En outre, lorsqu il s agit de répondre à une demande de grands espaces et d équipements, on est amené à produire une ville de quartiers d affaires avec des espaces très équipés pour une certaine catégorie d activité. En conséquence, la concurrence foncière est particulièrement forte pour les autres types d activité de l espace métropolitain. La ville globale est le résultat de politiques publiques qui privilégient un type de Paris, le 30 avril

10 développement. Ce modèle encourage donc des logiques de concurrence pour le foncier à l intérieur de l espace métropolitain et conduit à une ville duale, à deux vitesses, à un territoire à géométrie variable. Enfin, ce scénario peut encourager des logiques néorégionalistes de sécession. Pourquoi en effet financer l effort de redistribution avec des territoires avec qui la métropole n entretient plus de relations? Cette idée peut animer les milieux économiques, qui pourraient faire valoir des menaces de concurrence avec d autres régions métropolitaines. Ce scénario est polémique mais possède aujourd hui une certaine réalité. Cécile BOST, Directrice du pôle Stratégie du Territoire, CCI Marseille Provence Le quatrième scénario est sans doute celui qui heurte le plus «une certaine idée de la France». Plusieurs questions me sont venues à l esprit en le découvrant : Pourquoi le proposer comme scénario alternatif : «si rien d autre ne marche, alors on se rabat sur celui-ci, on rabat les ambitions de Paris et donc de la France, sur un plan international»? Pourquoi d abord, le situer dans l hypothèse d un ralentissement de la croissance mondiale? Un changement de paradigme signifie-t-il nécessairement un ralentissement? Je souhaite au passage revenir sur le concept d île mondiale désolidarisée du reste du territoire : ce n est pas impensable puisque les lois de déconcentration et les contrats de projet Etat-Région sont l illustration de la disparition de la solidarité territoriale. Je voudrais rappeler combien cette solidarité est mise à mal dans un contexte de réveil douloureux des Trente Glorieuses (l Etat doit faire face à des dépenses grandissantes de retraites et de santé, mais aussi de chômage, et a de moins en moins d argent disponible). D abord, concernant la notion de taille, à mes yeux, une métropole peut être petite et exercer une grande influence. Je note également que notre modèle économique, qui est actuellement battu en brèche, trouve ses fondations au XIX ème siècle sur un modèle manufacturier et matériel. Or, sur la décennie , certains taux de croissance économique des services ont été multipliés par 14 (la distribution d électricité) ou même par 16 (les télécommunications et le stockage). Nous avons donc basculé dans une économie du service et de l immatériel, associée à une organisation sociale qui n est plus hiérarchique mais qui repose sur la mise en réseau. Enfin, si l on considère la démographie, le monde actuel n est plus chrétien mais musulman. Si les multinationales sont présentées comme étant plus efficaces que les business angels en raison de leur importante surface financière, d autres multinationales apparaissent : les diasporas, qui fonctionnent sur le même mode que les filiales des multinationales, mais de façon plus souple (le «hui» chinois. J ai découvert avec Ludovic Halbert le terme «NY-Lon». Je suggère alors d inventer le mot «PALMANT» pour PAris-Lyon-MArseille-Nice-Toulouse. En fait, ce scénario «Paris capitale méditerranéenne» est extrêmement constructif et utile car il incite à une remise en cause, à se voir de l extérieur, bien que cela nécessite un Paris, le 30 avril

11 énorme travail. Dans une France encore très colbertiste, où se trouve le centre? A la surface de la Terre, suivant l angle de vue, Marseille, comme Paris, est le centre du monde! Ce scénario oblige donc à penser la notion de rapprochement et à «créer du lien». En 1792, des provinciaux ont rallié Paris en 30 jours pour se porter au secours de la France en chantant le chant de l armée du Rhin, devenu depuis la Marseillaise. Je propose de prolonger le RER C ou le RER B pour rallier Marseille en deux heures et demie. Je suggère également la décentralisation du MAE. Paris pourrait alors être un central business district relié au reste de la France et à ses secondary business districts. Ce scénario pose la question du rapprochement et de la rapidité d accessibilité des territoires. En mars 2008, Jacques ATTALI a ouvert le Forum de Paris en disant que la Méditerranée était en miniature une représentation du cauchemar qui attend le monde. Si Paris, «capitale méditerranéenne» est capable, en jouant collectif avec les autres métropoles françaises, de résoudre les catastrophes qui émergent et se déploient dans le monde, c est ce scénario qu il faut choisir. Frédéric GILLI La région métropolitaine n a pas à faire le pari de l innovation puisque des millions de jeunes doivent s insérer sur le marché du travail. La question de la taille nécessaire pour être influent ne se pose pas car Paris compte 12 millions d habitants, soit cinq ou six fois plus que Lyon, deux ou trois fois plus que Barcelone ou Stuttgart et deux fois plus que Milan. Or, ces villes parviennent à exister au niveau international. Il faut plutôt se demander comment le surcoût de fonctionnement métropolitain de Paris peut être un avantage. Comme vous, j estime que le changement de paradigme ne signifie pas nécessairement un ralentissement de la mondialisation, mais plutôt son accélération et sa consolidation à l échelle sous-continentale. A l échelle d un sous-continent, Paris occupe une position stratégique de par ses relations historiques avec le monde méditerranéen. En cela, Paris est une ville plus méditerranéenne que Barcelone. Paris, le 30 avril

12 Débat avec la salle Le débat est animé par Hélène PERRIN BOULONNE. Hélène PERRIN BOULONNE Frédéric Gilli a présenté les grands groupes comme étant les mieux armés pour traverser les crises. Il a également défendu le modèle de la Silicon Valley, qui traverse aussi les crises depuis 50 ans. Ces deux propositions m ont paru antinomiques. Frédéric GILLI Je ne sais pas comment les risques industriels seront évalués et couverts à l horizon de trois ou quatre ans. Je ne connais pas la capacité d investissement des business angels dans des projets à forte rentabilité potentielle mais à forts risques. Je ne sais pas quelle est la forme industrielle de développement économique optimale. Les grands groupes sont souvent présentés comme un appui pour l internalisation mais ils vampirisent très tôt les start-ups en rachetant leurs brevets avant qu ils ne parviennent à maturité. Christian TUTIN, Université Paris Est Je n ai pas compris quelles étaient les différences entre les trois premiers scénarios. Le premier scénario, qui envisage Paris comme une métropole championne de l économie de la connaissance me semble utopique. Je n ai pas saisi quel était le contenu exact du scénario «Paris dans le village global». Les scénarios manquent de «chair européenne», c est-à-dire d hypothèses sur l évolution du réseau urbain européen indépendamment de l évolution de la mondialisation. Ils manquent également de formes spatiales spécifiques, de modes de différentiation, de ségrégation et de fragmentation de l espace urbain. Qu en est-il des systèmes de transport et de l organisation de l espace? Enfin, les scénarios manquent de «chair sociale». Qu impliquent-ils en termes de composition sociale, de restructuration du marché du travail, de logement, d immobilier et de choix de politiques publiques? Hélène PERRIN BOULONNE Nous avons pris le parti de ne pas traiter les aspects architecturaux et urbains ainsi que les questions relatives au transport, mais de placer le débat sur un terrain plus économique. Chacun des scénarios a des implications différentes dans le domaine social et sur le marché du travail. Le scénario de la ville globale induit par exemple la concentration des fonctions supérieures et le rejet des classes moyennes hors de la métropole. Les conséquences sur le marché du travail sont liées aux types d entreprises qui s installent dans la métropole. Paris, le 30 avril

13 Frédéric GILLI Considérer comme utopique le scénario qui envisage que Paris jouera sa crédibilité et sa puissance internationale sur l innovation et la croissance revient à faire une croix définitive sur l avenir de Paris. Paris est une place incontournable en termes de services avancés pour les entreprises qui ne souhaitent pas perdre certains de leurs clients internationaux. La place de Paris demeure attractive car elle est un lieu dans lequel une partie de la richesse mondiale est créée. Les conséquences économiques et sociales de ce modèle sont importantes. En effet, l équilibre socio-économique d un laboratoire de recherche est très différent de celui d une salle de marché. Ce scénario suppose d investir dans les services publics et de retenir les classes moyennes et pas seulement d attirer des cadres supérieurs. Des travaux récents ont montré que le niveau de salaire des cadres supérieurs est corrélé très positivement à la taille de la ville, alors que celui des professions intermédiaires, des employés et des ouvriers demeure constant quelle que soit la taille de la ville. Il est important de bâtir des pôles économiques, mais ceux-ci seront mortifères s ils sont incapables de fabriquer les produits innovants qui ont besoin de la rencontre physique des technologies et des infrastructures développées par les entreprises installées dans la métropole. Vincent GOLLAIN Dans le premier scénario, la métropole est un «bain» dans lequel les entreprises se trempent et accèdent à des ressources. Les entreprises d Ile-de-France possèdent une forte capacité à gérer la complexité, ce qui constitue une véritable valeur ajoutée dans les relations interculturelles. Le deuxième scénario renvoie à la théorie traditionnelle du portefeuille d activités, qu elles soient industrielles, profitables, émergentes ou en fin de vie. Le scénario du portefeuille d activités se situe dans une logique de concurrence et de coopération entre clusters. La métropole cherche à l international ce qu il manque à sa chaîne de valeur. L Europe est à cet égard un terrain de chasse et de coopération car nos pôles de compétitivité s inscrivent dans de nombreux programmes européens. Le premier scénario adopte une logique de positionnement sur des attributs plutôt que sur des filières. Le scénario du portefeuille d activités se construit autour de clusters régionaux qui s incarnent dans différents lieux qui facilitent les échanges. Cécile BOST Les notions de rayonnement et d influence ne doivent pas être oubliées. Alors que le Président de la République française a annoncé en février 2007 son intention de travailler avec les pays de la Méditerranée, Angela Merkel présentait à la même période lors d un sommet franco-africain les projets de l Allemagne en Afrique. Nous ne sommes pas dans une phase de ralentissement de la mondialisation mais face à un changement de paradigme, ce qui oblige à penser en termes de «Maison France» et non plus seulement de métropole. A mon sens, le scénario «Paris : capitale régionale» décrit un réseau de villes visant à défendre un pays. Il n existe pas de ville mondiale en Allemagne. Pourtant, ce pays est parmi les plus riches. L Europe s ouvre de plus en plus à l Est et son centre se déplace vers la Pologne : Paris capitale méditerranéenne permet de maintenir une ouverture de l Europe sur la Méditerranée au lieu de se concentrer sur son nord et son orient. Concernant l aspect urbain, le dernier scénario est aussi le plus coûteux pour l Etat Paris, le 30 avril

14 et les collectivités territoriales en matière d infrastructures. Cela dit, métropolisation signifie aussi phénomène de densification. Il faut rappeler que plus de la moitié de la population du monde vit désormais dans les villes. Ludovic HALBERT Il n est pas évident de définir pour chaque scénario quels sont les liens qui existent entre les stratégies d organisation des firmes, la forme urbaine et le fonctionnement social. Le modèle le plus complet est celui de la ville globale de Saskia SASSEN. Pour les autres scénarios, je ne sais pas quelle est la forme spatiale la plus efficace ou celle qui en découle. Concernant l aspect social, j ai le sentiment d un travail inachevé, qui est lié à la nature de notre commande. Nous devions réfléchir aux entreprises dans un monde ouvert et à leurs nouvelles stratégies de production. Les trois premiers scénarios mettent l accent sur un certain type d activité et de population (la main-d œuvre qualifiée). Nous ne savons pas imaginer les conséquences sur les autres activités, sauf à rappeler la nécessité de mener des politiques en faveur du maintien des classes moyennes et des populations modestes dans la métropole. Pour être durables, les trois premiers scénarios supposent un effort de transfert ou d inclusion de politiques sociales fortes. Frédéric GILLI Le modèle de la ville globale de Saskia SASSEN est cohérent. En revanche, dans le second modèle, la perte des classes moyennes en région parisienne bloquerait le système. Denise PUMAIN et Céline ROZENBLAT travaillent actuellement sur les liens entre les entreprises et leurs filiales afin de dessiner une cartographie des réseaux d entreprise à l échelle de la planète. En Europe, seules Paris et Londres couvrent l ensemble de ces réseaux. Le positionnement de Paris et Londres est toutefois différent ; il est industriel pour la première et financier pour la seconde. L absence de ville globale pose problème aux Allemands, notamment lorsque les deux membres d un couple travaillent dans des secteurs d activité différents. Cécile TRETON, Ville de Paris J ai été séduite par le quatrième scénario, qui envisage des liens entre Paris et la province et entre Paris et la Méditerranée. Comment les développeurs économiques se rémunèrent-ils sur l implantation des entreprises dans le cadre de la taxe professionnelle? L objectif du marketing territorial est d attirer des entreprises dans nos territoires dans une démarche de coopération. Cet objectif demeure-t-il valable? Cécile BOST La taxe professionnelle sera bientôt supprimée. Les entreprises connaissent la notion d apporteurs d affaires. Pourquoi ne pas l appliquer aux territoires? L agence de promotion du département des Bouches-du-Rhône se voit régulièrement contrainte d annoncer que le département ne dispose plus d espaces disponibles et propose des espaces d implantation dans les départements limitrophes. A cet égard, les schémas de cohérence territoriaux sont très intéressants car ils sont le prolongement des directives territoriales Paris, le 30 avril

15 d aménagement et ils obligent à penser plus large que le périmètre administratif d action. Ils obligent à jouer collectif, à prendre de la hauteur et à envisager l avenir. Il est envisagé d élaborer les PLU à l échelle de l agglomération. Pourrait il être envisagé en matière publique qu il existe la notion d apporteurs d affaires comme dans le domaine privé (un territoire aide une entreprise à s implanter dans un autre territoire qui lui verse une «prime»)? Eliane DUTARTE, DIACT L intérêt des scénarios de prospective n est pas de prédire l avenir mais, à partir de l existant, de dégager les tendances qui sont à l œuvre pour savoir ce qui se passerait si telle ou telle décision était prise. Jusqu à présent, les questions métropolitaines ont été abordées presque exclusivement sous l angle de l urbanisme et du transport, ce qui ne me paraît pas la meilleure manière de savoir comment la métropole parisienne peut demeurer une des premières métropoles mondiales. J ai été surprise que le quatrième scénario soit placé sous l angle du ralentissement économique. Paris a été une ville mondiale bien avant la mondialisation et ce pour diverses raisons. La globalisation et la financiarisation de l économie ne sont pas inéluctables. Certains éléments tels que la dématérialisation des flux peuvent exister hors de la mondialisation. La question de Paris en tant que capitale méditerranéenne peut également être posée indépendamment du ralentissement de la mondialisation. Paris devrait plutôt jouer cette carte dans la mondialisation. Il ne faut pas occulter la singularité de Paris. Toutes les villes ne peuvent pas être mises sur le même plan. Une métropole est le produit d une histoire politique et économique, de son territoire et de sa population. Notre modèle n est pas celui de l Allemagne. Nous n avons pas de tradition fédérale. Berlin a fait le choix de ne pas devenir une métropole de rang mondial, mais également celui de subir moins d externalités négatives. Comment demeurer une métropole de rang mondial en dépit de l évolution de l environnement? Quelles sont nos véritables spécificités et nos cartes à jouer? Ces questions ne sont jamais posées dans les débats sur la métropolisation. Par ailleurs, je ne suis pas certaine que la crise financière et économique remettra en cause la mondialisation. Enfin, je ne sais pas si nous avons tous la même définition de la métropole. Elle n est ni une agglomération ni une aire urbaine. La question de la mise en relation des excellences, qui ne sont pas uniquement économiques, est prédominante. Cécile BOST Charles de GAULLE avait «une certaine idée de la France» : celle du rayonnement d un petit pays, en particulier face aux Etats-Unis au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Le quatrième scénario se heurte à cette «certaine idée de la France» car il signifie que Paris revoit à la baisse ses ambitions en devenant «seulement» une métropole régionale méditerranéenne. Je ne pense pas qu il soit négatif de se penser en capitale d une région aussi sensible du monde. La taille de la métropole est aussi celle du quotidien, du trajet nécessaire pour aller travailler. Exemple de la LGV PACA : Nice a besoin d être reliée à Paris en 3 heures 30. Mais la SNCF et RFF n ont envisagé la liaison que du point de vue de Nice et de Paris, Paris, le 30 avril

16 sans vraiment penser à l intérêt de la mise en réseau des métropoles au sein d une même région pour fonctionner mieux au quotidien. Hélène PERRIN BOULONNE Le ralentissement de la globalisation renvoie plutôt à l idée d une globalisation mieux maîtrisée, à l arrêt des échanges déraisonnés et à des logiques de production plus proches des consommateurs. Lise BOURDEAU-LEPAGE, Cemagref Si la mondialisation s accélère, Paris peut conserver son statut de métropole au niveau régional, en s associant à des pays qui montent en puissance ou en profitant de son histoire et de ses avantages comparatifs. Concernant les réseaux urbains européens, les villes d Europe centrale et orientale émergent tandis que Paris conserve une position inertielle. Il est effectivement important de s entendre sur le terme de «métropole», d où la nécessité de lui accoler un adjectif. Hélène PERRIN BOULONNE Sur la définition du terme métropole mondiale, je vous renvoie à l ouvrage et aux travaux de Ludovic HABERT. Cécile BOST La notion de rayonnement me tient à cœur. Il appartient aux élus d un territoire de le valoriser pour y attirer de la richesse, ce qui nécessite un investissement, bien que le retour sur cet investissement ne soit pas garanti. La France entretient des liens forts avec le Maghreb et l Afrique occidentale. Nous avons en revanche tendance à négliger les liens qui nous unissent au Moyen-Orient, à l Egypte ou à la Grèce alors que la francophonie et la francophilie y sont encore très développées. Or, la coopération avec ces pays est importante pour le développement de nos entreprises. Document rédigé par la société Ubiqus Tél Paris, le 30 avril

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 3 Paris, ville mondiale I. Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de rang mondial Par sa population,

Plus en détail

Compte-rendu du débat annuel de l ACAD du 14 avril 2015 sur les «métropoles»

Compte-rendu du débat annuel de l ACAD du 14 avril 2015 sur les «métropoles» Compte-rendu du débat annuel de l ACAD du 14 avril 2015 sur les «métropoles» Participants - Paul VERMEYLEN, expert en management public, auteur de «Le temps de la métropole ; parcours en Europe» (édition

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

état des lieux futurs possibles? France

état des lieux futurs possibles? France v a r i a b l e i n t e r n e Savoie 2040 Diagnostic prospectif Fiche de synthèse état des lieux Le rapport Jouyet/Lévy de 2006 réalisé pour le compte du Ministère de L Economie, des Finances et de l Industrie

Plus en détail

Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau

Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau Livre blanc des territoires girondins Diagnostic Contribution de la commune de Lacanau Dans le cadre du diagnostic réalisé par les services du Conseil départemental sur le territoire médocain, la commune

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République, Monsieur Nicolas SARKOZY Président de la République Palais de l Elysée 55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS JPB/NM/ 09.239 Nicolas MORERE Grand Paris 11 mai 2009 Monsieur le Président de la République,

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE NOMADÉIS Pionnier du conseil durable 2 1 R U E G E O R G E S A N D 7 5 0 1 6 P A R I S, F R A N C E + 3 3 ( 0 ) 1 4 5 2 4

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015

CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015 CONFÉRENCE DES ÉLUS DU JEUDI 8 OCTOBRE 2015 PROGRAMME Soirée animée par Sébastien Hembert 17h30 INTRODUCTION «Au terme d une année consacrée au diagnostic du territoire, le Plan Local d Urbanisme Intercommunal

Plus en détail

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h)

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) Les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation ETUDE DE

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Frédéric Léonhardt Les travaux du Grand Paris Express s annoncent coûteux et décalés par rapport aux problèmes réels. Pour Frédéric Léonhardt,

Plus en détail

Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013

Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013 Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013 SOMMAIRE : I Un positionnement géographique qui place le territoire au carrefour de l Europe du Nord. II Nouvelle piste de

Plus en détail

NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS

NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS NOUVELLE VISION NOUVELLE STRATÉGIE NOUVELLES OPPORTUNITÉS PARIS LA DÉFENSE, DURABLEMENT ATTRACTIF VERS UN ESPACE DURABLEMENT ATTRACTIF Paris La Défense est aujourd hui le plus grand pôle tertiaire d Europe.

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

SITES & GRANDS EVENEMENTS

SITES & GRANDS EVENEMENTS SITES & GRANDS EVENEMENTS MOTEURS DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES, DES TERRITOIRES ET DE LA SOCIETE... pour un développement structurel du territoire, au service de la stratégie des décideurs politiques

Plus en détail

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle Restitution Publique Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle 1 Présentation du projet Contexte Projet du Domaine d Approfondissement de l Ecole d Ingénieurs de Purpan, Toulouse (21 étudiants) Territoire du

Plus en détail

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE»

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» 1. Contexte L article 68 du Règlement (CE) n 1678/2005 du

Plus en détail

Montréal, 1-5 juin 2011

Montréal, 1-5 juin 2011 Ministère de l écologie, du développement durable des transports et du logement (MEDDTL) Commissariat général au développement durable Direction de la recherche et de l innovation (DRI) / Service de la

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

Table des matières. Introduction. Alger. Problématique. Planning. Sujets. Enseignants et intervenants

Table des matières. Introduction. Alger. Problématique. Planning. Sujets. Enseignants et intervenants Table des matières Introduction Alger Problématique Planning Sujets Enseignants et intervenants 7 9 11 13 17 19 1 ALGER Introduction Les pays du Sud de la Méditerranée connaissent une urbanisation extrêmement

Plus en détail

LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT

LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT LES CONSEILS DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DʹAIX DU PAYS DʹAUBAGNE DE MARSEILLE ET DE LʹETOILE PROVENCE METROPOLE Le 1 er juillet 2010 Dans un contexte social et économique soumis aux bouleversements liés à

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

Une solution intégrée pour votre projet de territoire

Une solution intégrée pour votre projet de territoire Une solution intégrée pour votre projet de territoire EXPERTISES / DIAGNOSTICS / PROSPECTIVE COMMUNICATION / STRATÉGIE FISCALE & FINANCIÈRE CONCERTATION / GOUVERNANCE / CONSEIL & AMO Moindre dynamique

Plus en détail

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise DOSSIER DE PRESSE Lundi 22 janvier 2007 Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise Premiers résultats et évolutions entre 1995 et 2006 sur le territoire du Grand Lyon L EMD en

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE CONCERTATION SUR LA REFONDATION DES CAMPUS UNIVERSITAIRES RÉMOIS DE L URCA

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE CONCERTATION SUR LA REFONDATION DES CAMPUS UNIVERSITAIRES RÉMOIS DE L URCA ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE CONCERTATION SUR LA REFONDATION DES CAMPUS UNIVERSITAIRES RÉMOIS DE L URCA Campus «Moulin de la Housse» - Vendredi 08 février 2013 09h00 (amphi 2) Mots d ouverture de Monsieur Gilles

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE.

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE. N 7 - mai 2001 Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE En 1996 à Istambul, les représentants des Etats du monde, réunis

Plus en détail

L'enquête sur la région parisienne : réalités et avenirs d'une métropole

L'enquête sur la région parisienne : réalités et avenirs d'une métropole Documentations et infos L'enquête sur la région parisienne : réalités et avenirs d'une métropole Une carte interactive de l'économie en Ile de France http://www.econovista.com/econovistav2/ Sites utiles

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63 Signature de la convention relative à la création d une chaire industrielle d excellence ERDF sur les SMARTGRIDS, au sein de la Fondation Partenariale Grenoble INP CONTACT PRESSE Fondation Partenariale

Plus en détail

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur C l u s t e r P a c a L o g i s t i q u e Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur Le Cluster Paca Logistique, candidat aux labellisations Pôle de compétitivité et PRIDES,

Plus en détail

Note INTA sur le Séminaire Analyse et Politique de la ville

Note INTA sur le Séminaire Analyse et Politique de la ville Note INTA sur le Séminaire Analyse et Politique de la ville CNAM, LGU, IAU Réinventer la politique de la ville Deuxième session - Le règne du marché: périurbanisation,gentrification, métropolisation 18

Plus en détail

11 FEVRIER 2014. Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local

11 FEVRIER 2014. Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local 11 FEVRIER 2014 Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local Co-organisée par la Commission européenne et le Comité des régions Mardi

Plus en détail

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise Groupe de travail «LGV PACA - Analyse fonctionnelle» Réunion du 25 juin 2007 Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA Aire toulonnaise 1 L aire toulonnaise : organisation territoriale

Plus en détail

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Questionnaire Comment associer plus étroitement la stratégie «Europe 2020» et

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

LA LIAISON NOUVELLE PARIS-NORMANDIE (LNPN) Contexte et genèse du projet

LA LIAISON NOUVELLE PARIS-NORMANDIE (LNPN) Contexte et genèse du projet LA LIAISON NOUVELLE PARIS-NORMANDIE (LNPN) Contexte et genèse du projet 21 SEPTEMBRE 2011 1971 Les origines Le voyage inaugural du «turbo train» a eu lieu le 14 mars 1970 sur la ligne Paris-Caen. Les rames

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE)

Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE) Séminaire «services écosystémiques et sécurité alimentaire quelles solutions pour des systèmes de production durables» (11/01/2011 MAEE) Relevé de conclusions & questionnaire en vue de la réunion du mois

Plus en détail

Marketing territorial et veille

Marketing territorial et veille Marketing territorial et veille Sciences-Po Formation continue, 11 juin 2008 David Cousquer Marketing territorial et veille 1. La photo initiale : déterminer le positionnement marketing d une collectivité

Plus en détail

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir La Silver Valley et sa méthode d évaluation de l innovation Présenté par Benjamin Zimmer Avant propos : Silver Valley est un écosystème propice

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Constats Au-delà de l'informatisation des procédures «papier», la révolution numérique pousse l administration à envisager la refonte

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Phase 2 Perspectives de développement Proposition de stratégie de mise en

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

PRÉ-PROGRAMME. www.hopitalexpomed.com FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE PRÉ-PROGRAMME UNE MANIFESTATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC AVEC LE SOUTIEN DE UN SALON D EXPOSITION Des visiteurs professionnels du secteur de la santé Directeurs

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

C. OPTION : «AMÉNAGEMENT» Sujet : Les villes nouvelles, un modèle du passé, des solutions pour le futur?

C. OPTION : «AMÉNAGEMENT» Sujet : Les villes nouvelles, un modèle du passé, des solutions pour le futur? 4A83-61 C. OPTION : «AMÉNAGEMENT» Sujet : Les villes nouvelles, un modèle du passé, des solutions pour le futur? Vous répondrez aux questions suivantes. Recourez autant que possible à des illustrations

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail