Séminaire AMORCE Débat national sur la Transition Energétique. Paris 26 février H 30

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire AMORCE Débat national sur la Transition Energétique. Paris 26 février 2013 15 H 30"

Transcription

1 Séminaire AMORCE Débat national sur la Transition Energétique Paris 26 février H 30 SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

2 Mise en œuvre du débat sur la transition énergétique au niveau national A. Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens - Rappel des objectifs et des thèmes du débat - Les grandes étapes du débat - Les lieux et instances du débat B. Une dynamique nationale, un attrait des citoyens - Le lancement des Conférences - Les documents disponibles pour comprendre et s emparer du débat - Un site internet national actif et participatif C. Les grands rendez-vous du débat - Le comité citoyen - Les journées de l énergie - La journée citoyenne : une étape incontournable - Le «Tour de France de la Transition énergétique» SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

3 Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens Les objectifs du débat Mobiliser l ensemble de la société Produire les bases d une stratégie de transition énergétique pour le pays Produire des recommandations pour l élaboration de la «loi de programmation de la transition énergétique» SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

4 Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens Les thèmes du débat (1 et 2) 1. Comment aller vers l efficacité énergétique et la sobriété? L évolution des modes de vie, de production, de consommation, de transport ainsi que des service énergétiques nécessaires doit constituer le point de départ. 2. Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025? Quels types de scenarii possibles à horizon 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

5 Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens Les thèmes du débat (3 et 4) 3. Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie et quelle stratégie de développement industriel et territorial? 4. Quels coûts et quel financement de la transition énergétique? SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

6 Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens Les grandes étapes du débat SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

7 Le débat de tous les citoyens et pour tous les citoyens Les lieux et instances du débat Comité de pilotage (garant du respect des règles du débat) Secrétariat général du débat (organise le débat) Groupe des Experts fournit de l expertise dialogue avec les acteurs économiques Groupe de contact des entreprises Comité de liaison du débat décentralisé Conférences régionales facilitent les débats territoriaux Conseil national du débat Débat entre acteurs institués Débats territoriaux Site internet participatif Journée citoyenne Débat tous publics SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013 Comité de citoyens observe l accessibilité du débat pour le grand public

8 Une dynamique nationale, un attrait des citoyens Le lancement des Conférences Processus institutionnel en marche : Les Conférences régionales ont déjà eu lieu ou sont programmées dans la quasi-totalité des régions Pays de la Loire : 1ère conférence régionale le 1 er octobre 2012 PACA : 1ère conférence régionale le 30 novembre 2012 Rhône-Alpes : 1ère conférence régionale dès le 10 décembre 2012 Ile de France : 1ère conférence régionale, le 18 janvier 2013 Centre : Conférence d ouverture le 8 février 2013 Franche-Comté : Conférence de lancement le 25 février 2013 Aquitaine : Conférence d ouverture le 1 er mars 2013 Bourgogne : Conférence d ouverture le 7 mars 2013 Nord-Pas-de-Calais : 1ère conférence régionale le 8 mars 2013 Auvergne : Conférence d ouverture le 18 mars 2013 Réunion : ouverture envisagée le 18 mars 2013 Midi-Pyrénées : Conférence d ouverture le 25 mars 2013 Auvergne : Conférence d ouverture le 9 avril 2013 Haute-Normandie : en avril SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

9 Une dynamique nationale, un attrait des citoyens Les documents disponibles pour comprendre et s emparer du débat Circulaire aux Préfets Guide méthodologique Charte de labellisation SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

10 Une dynamique nationale, un attrait des citoyens Un site internet national actif et participatif Des chiffres encourageants depuis le lancement du site national visiteurs Du 04/02 au 17/ pages vues environ 400 contributions SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

11 SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

12 Les grands rendez-vous du débat Le comité citoyen Installation du 1 er comité citoyen le 16 février citoyens engagés sur toute la durée du débat Diversité de la société française SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

13 Les grands rendez-vous du débat Les journées de l énergie Les mars Journées «patrimoine-énergie» : une occasion d ouvrir au grand public une centaine de sites sur tout le territoire Sortie pédagogique pour les groupes scolaires Visites de lieux d exception et participation de tous, petits et grands Inscription en 3 étapes : SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

14 Les grands rendez-vous du débat La journée citoyenne : une étape incontournable Le 25 mai, mobilisez-vous! 26 régions de France, le même jour euros de subvention versée pour l ensemble des opérations SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

15 Les grands rendez-vous du débat La journée citoyenne : une étape incontournable Une méthode innovante de mode de participation au débat Panels de 100 à 200 citoyens réunis dans chaque région pour débattre ensemble des enjeux de la transition énergétique en 5 séquences Accueil Information Délibération Positionnement Recueil des vidéo en groupe individuel sur réponses et questionnements traitement SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

16 Les grands rendez-vous du débat La journée citoyenne : une étape incontournable Détail des séquences Horaires Séquences 9h 9h30 10h30 10h45 11h45 12h45 14h 15h-15h30 15h30 16h30 Ouverture Séquence 1 : Vous et la transition énergétique pause Séquence 2 : Jusqu où et de quelle manière êtes vous prêts à réduire votre consommation d énergie? Séquence 3 : Risques et bénéfices potentiels de la transition énergétique déjeuner Séquence 4 : Gouvernance de la transition énergétique Projection des résultats des 4 premières séquences Séquence 5 : Questionnements régionaux (facultatif) Clôture (remerciements, projection des résultats et évaluation finale) SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

17 Les grands rendez-vous du débat La journée citoyenne : une étape incontournable des avantages pour les citoyens participants des avantages pour le Débat National des avantages pour les régions participantes SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

18 Les grands rendez-vous du débat La journée citoyenne : une étape incontournable Informa(on accessible discussion expression de préférences 100 citoyens tirés au sort par région potentiellement citoyens impliqués Une journée unique le 25 mai Une approche citoyenne et décentralisée comme contribu(on à un débat na(onal = inédit 4 grandes entrées 1. Sobriété / efficacité 2. Vous et la transi6on énergé6que 3. Risques et bénéfices poten6els de la transi6on énergé6que 4. Gouvernance de la transi6on énergé6que + une séquence dédiée aux questions de chaque région SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

19 Les grands rendez-vous du débat Le «Tour de France de la transition énergétique» 1 à 2 visites, par région, de la Ministre et de membres du COPIL autour d initiatives régionales et d initiatives en région par les citoyens couverture médiatique, valorisation des territoires et de l engagement citoyen SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

20 Thierry WAHL Secrétaire général André DORSO Ahmed El KHADIRI Judith FERRANDO Yves MATHIEU Sandra RATAUD Moveda ABBED SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

21 Merci de votre attention SG du débat pour le Séminaire AMORCE, Paris le 26 février 2013

22 P.1

23 Débat National sur la transition énergétique : les enjeux - Etat des lieux énergétique échelle macro - Etat des lieux énergies renouvelables - Etat des lieux électricité & CSPE - Etat des lieux investissement local - Etat des Lieux compétences des collectivités - Etat des lieux résidentiel - Scénarios transition énergétique - Annexes CSPE P.2

24 Etat des lieux énergétique à l échelle Macro - Facture énergétique - Consommation par énergie, par secteur, par besoins P.3

25 Etat des lieux macro : Facture énergétique En 2011, la facture énergétique de la France représente 60 milliards d Euros, soit 88% du déficit de la balance commerciale et 3,1% du PIB. Source : Chiffres clés de l énergie édition CGDD, Décembre 2012 P.4

26 Etat des lieux macro : Consommation EP par énergie La consommation d électricité primaire a fortement augmenté depuis 1980, sous l impulsion du programme nucléaire. Le gaz progresse, le pétrole se maintien et le charbon diminue. Les EnRR restent marginales mais en augmentation depuis Source : Chiffres clés de l énergie édition CGDD, Décembre 2012 P.5

27 Etat des lieux macro : Consommation EF par secteur Les secteurs Transports et Résidentiel-tertiaire représentent la majorité de la consommation d énergie, en hausse continue depuis Source : Chiffres clés de l énergie édition CGDD, Décembre 2012 P.6

28 Etat des lieux macro : Consommation EF par besoin Les Usages de l'énergie en France chaleur 52% transports 31% autres 17% Plus de la moitié des besoins énergétiques de la France sont liés à la chaleur (secteurs résidentiel, tertiaire, industrie, agriculture). Source : Programmation Pluriannuelle des Investissement (PPI) 2007 P.7

29 Etat des lieux des énergies renouvelables - Evolution part EnR dans la consommation EP - Mix énergétique des EnR - Volume et part EnRR des énergies de réseaux - Evolution part EnR dans l électricité - Objectif 2020 et atteinte objectifs intermédiaires P.8

30 Etat des lieux énergies renouvelables : EnR dans la conso d énergie primaire Part des EnR dans la consommation d énergie primaire en 2011 : 8% Cette part est en augmentation depuis 2008 sous l effet de la Programmation Pluriannuelle des Investissements et du Grenelle de l environnement. Objectif 2020 : 23% d EnR dans la consommation d énergie primaire. Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.9

31 Etat des lieux énergies renouvelables : production primaire EnR en 2011 Le bois reste la 1ère EnR en France devant l hydraulique. Afin d atteindre les 23% d EnR d ici 2020, les 2 principales énergies que la France devra développer sont la biomasse et l éolien. Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.10

32 Etat des lieux Energies de réseau: Part des EnRR en 2011 Electricité : 478 TWh Gaz Naturel : 519 TWh < Réseau de Chaleur 25 TWh Les réseaux de chaleur utilisent 36% d énergies renouvelables. C est bien plus que les autres énergies de réseau, mais les quantités livrées sont aussi 20 fois moins élevées. Source : Bilan énergétique pour la France, Enquête chauffage urbain SNCU P.11

33 Etat des lieux énergies renouvelables : Part de l électricité EnR La production d électricité d origine renouvelable s accroit au même rythme que la consommation électricité : sa part relative reste donc relativement stable. La part normalisé tient compte des aléas climatiques. Objectif 2020 : 27% d EnR dans la production d électricité. Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.12

34 Etat des lieux énergies renouvelables : Situation 2011 et objectifs 2020 En ktep Parmi les EnR électriques, la France a largement atteint ses objectifs photovoltaïque, elle est proche de ses objectifs biomasse et hydraulique. La France a déjà pris un retard important sur l éolien. Il faudrait installer 1500 MW par an pour atteindre les objectifs 2020, soit le double des chiffres observés en 2011 et 2012 Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.13

35 Etat des lieux énergies renouvelables : Situation 2011 et objectifs 2020 En ktep Parmi les EnR thermiques, la France est en avance sur ses objectifs PAC et biogaz. En revanche, la France est en retard sur le solaire, la géothermie et surtout sur la biomasse. Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.14

36 Etat des lieux électricité - Evolution de la consommation d électricité par secteur - Production et commerce d électricité - Gestion de la pointe - Des tarifs de vente en baisse entre 1983 et Des tarifs de vente en hausse entre 2008 et Evolution des charges de CSPE P.15

37 Etat des lieux électricité : Consommation d électricité par secteur La consommation d électricité a été multiplié par 3,5 en 40 ans. Cette augmentation est essentiellement lié au secteur résidentiel & tertiaire. Plusieurs explications : développement de nouveaux usages, utilisation thermique fortement développée Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.16

38 Etat des lieux électricité : Gestion de la pointe électrique La sensibilité à la température de la consommation d électricité, qui a fortement augmenté au cours des dix dernières années, est aujourd hui estimée à MW/ C à 19h, heure de la pointe de consommation journalière en hiver (double de la consommation de l agglomération de Marseille). Source : RTE P.17

39 Etat des lieux électricité : Gestion de la pointe électrique Lors du pic de consommation du 8 février 2012, la France a du faire appel à des importations d électricité en plus des centrales hydrauliques et fossiles qui fonctionnaient à plein régime. Source : La vague de froid de février 2012 RTE P.18

40 Péréqua6on tarifaire ZNI (1,1 Md ) Tarif achat (1,6 Md ) Production moyens propres Etat des lieux électricité : flux économiques simplifiés 2010 Fourniture Opérateurs réalisant missions service public + ELD dividendes EDF (1,8 Md 2010) Etat Marché Pertes (2 Md ) Production Transport Distribution Contrat achat +ELD Factura6on (dont CSPE 1,55 Md ) Client final Légende : monopole concurrence Production ZNI (hors EnR) Sce public TURPE Autres redevances (318 M ) + FACé (361 M ) Collectivités (AOD, départements) Source : AMORCE Apports concédant (600 M ) TCFE (1,6 Md ) P. 19

41 Etat des lieux électricité : Des tarifs en baisse depuis 15 ans En Euros constant, le prix de l électricité a fortement diminué de 1983 à Plusieurs raisons : blocage politique des prix, sous-investissement, etc. Source : Observatoire de l industrie électrique, UFE, SIA Conseil P.20

42 Etat des lieux électricité : Des tarifs en baisse depuis 15 ans Source : CRE P.21

43 Etat des lieux électricité : Production et commerce d électricité Le développement de la production d électricité d origine nucléaire s est accompagné d une augmentation des exportations d électricité. Depuis quelques années, on observe une inquiétante augmentation des importations en période de pointe lié à la thermosensibilité française. Source : Bilan énergétique de la France pour 2011 CGDD, juillet 2012 P.22

44 Etat des lieux électricité : Des tarifs à la hausse à venir + 28% de 2012 à 2017 D après les calculs de la CRE, effectués en octobre 2012, la hausse de la facture d un client au tarif bleu à fin 2017 est de 28,2 % (dont 10,4 % dus à l inflation). Elle correspond pour un tiers à l augmentation du prix de la part énergie, pour un tiers à celui du TURPE (tarif d utilisation des r é s e a u x p u b l i c s d électricité) et pour un tiers à la CSPE (contribution au service public de l électricité). Source : Premier rapport de la CRE sur le fonctionnement des marchés de détail de l énergie P.23

45 Etat des lieux CSPE: CSPE : origine et objectifs Source : CRE P.24

46 Etat des lieux CSPE: Origine des charges depuis 2003 De 2003 à 2011, les charges liées aux énergies renouvelables et aux dispositions sociales ne représentent que 21%, le reste étant lié directement ou indirectement aux énergies fossiles (cogénération et ZNI). P.25

47 Etat des lieux investissement local et fiscalité - Investissement des citoyens allemands dans le parc EnR - Part relative des recettes fiscales dans un projet éolien - Etat des lieux des prélèvements Energie P.26

48 Investissement local: Parc de production EnR en Allemangne Les particuliers allemands sont les premiers détenteurs du parc de production EnR. L investissement local favorise l acceptabilité des projets. Les communes ont également un rôle important dans le développement des EnR (délivrance permis, planification, accompagnement, etc.) P.27

49 Investissement local: Favoriser l économie circulaire Seul 4 à 8% de l économie d un parc éolien reste sur son territoire d accueil. En faisant entrer les acteurs locaux au capital des sociétés projets (phase de développement ou exploitation), on favorise l économie circulaire et la bonne appropriation des moyens de production EnR du territoire. Les collectivités locales ne doivent pas se contenter des seules retombées économiques provenant des recettes fiscales. P.28

50 Taxes sur les énergies - Financement des politiques énergétiques locales " Prélèvement sur la production d énergie : IFER, CET, Redevance (en M ) " Prélèvement sur la consommation d énergie : TCFE, part TICPE (en M ) IFER R1 R2 concess. + occ dom pub 3,4 Mds Euros TCFE TICPE TICGN 27 Mds Euros CSPE P. 29

51 Etat des lieux Compétences Energiecliamt des collectivités locales - Tarifs d achat bonifiés pour les collectivités locales? - Investissement des citoyens allemands dans le parc EnR - Part relative des recettes fiscales dans un projet EnR P.30

52 Compétences énergieclimat des collectivités capacités à faire constatées P. 31

53 Compétences énergie-climat des collectivités capacités à faire constatées distribution MDE production politique en-climat planification P. 32

54 Etat des lieux des consommations d énergie dans le résidentiel - Energies de chauffage : évolution et zoom sur Consommation d électricité spécifique - Evolution du prix des énergies pour le résidentiel - Comparaison du coût global du chauffage en 2011 P.33

55 Etat des lieux résidentiel : Evolution des énergies de chauffage Depuis 1973, le gaz naturel et l électricité se sont substitués au fioul comme vecteur de chauffage domestique. La part relative des réseaux de chaleur est resté stable à 4% du nombre de logement (12% en immeuble collectif). Source : Catalogue Energie et Climat ADEME P.34

56 Etat des lieux résidentiel : Parts de marché des énergies de chauffage pour les logements neufs Grace à une approche commerciale agressive et les lacunes de la RT 2005, l électricité et le gaz naturel ont représentés respectivement 58% et 38% de l équipement de chauffage des logements construits en Les réseaux de chaleur ne représentent que 3% des logements neufs en 2010 (auquel il faut ajouter le raccordement des logements existants). Source : Catalogue Energie et Climat ADEME P.35

57 Etat des lieux résidentiel : Evolution des consommations par usage La consommation d électricité spécifique est en forte augmentation en valeur absolue. Elle représentait 7,5% de la consommation domestique en 1982 et en représente 15,7% en Source : Catalogue Energie et Climat ADEME P.36

58 Etat des lieux résidentiel : Consommations d électricité spécifique Un français consomme en moyenne 27% de plus d électricité spécifique qu un allemand. Explications : Performance et nombre d équipements, Habitudes de consommations, Différentiel de prix de l électricité, etc. Source : L énergie en Allemagne et en France : une comparaison instructive Les cahiers de Global Chance septembre 2011 P.37

59 Etat des lieux résidentiel : Historique des prix des énergies Le contre choc pétrolier explique la baisse du prix des énergies à la fin des 80 s. À l aube des 2000 s, le prix des hydrocarbures est reparti à la hausse. La politisation des prix de l électricité couplée à l inflation a entrainé une baisse du prix (en constant), mais la tendance devrait s inverser d ici à Source : Catalogue Energie et Climat ADEME P.38

60 Etat des lieux résidentiel : Coût global du chauffage Source : AMORCE P.39

61 Scénarios énergétiques à long terme P.40

62 Scénarios énergétiques : Quelques références " Contribution à l'élaboration de visions énergétiques ADEME (2012) " Scénario prospectif énergie-climat air - DGEC/ ENERDATA/CITEPA (2011) " Scénario Negawatt Dossier de synthèse - Negawatt (2011) " Electricité 2030 : quels choix pour la France?» - UFE (2012) P.41

63 Annexe : Etat des lieux CSPE - Origine et objectifs de la CSPE - Evolution des charges depuis Prix d achat des différentes filières - Tarifs d achat et appel d offre : petit comparatif P.42

64 Etat des lieux CSPE: CSPE : origine et objectifs Source : CRE P.43

65 Etat des lieux CSPE: Calcul du surcoût des tarifs d achat Surcoût du kwh EnR = Tarif d achat du kwh EnR - Prix de l électricité sur le marché de gros (prix de référence) " Production quasi-certaine (par ex. Cogé) calcul avec prix de marché à terme " Production aléatoire (par ex. PV) calcul avec prix de marché spot (day-ahead) mensuel

66 Etat des lieux CSPE: Origine des charges depuis 2003 De 2003 à 2011, les charges liées aux énergies renouvelables et aux dispositions sociales ne représentent que 21%, le reste étant lié directement ou indirectement aux énergies fossiles (cogénération et ZNI). P.45

67 Etat des lieux CSPE: Origine des charges depuis 2009 Depuis 2011, le poids des EnR dans les charges de la CSPE a augmenté, en particulier avec le photovoltaïque qui devrait représenter en % des charges totales et 63% des charges liées aux EnR. P.46

68 Etat des lieux CSPE: Tarifs d achat et Appel d offre Tarif d achat : le tarif est fixé par voie réglementaire et permet une certaine visibilité pour l ensemble des acteurs économiques. Ces tarifs peuvent comprendre une décote (ex : décote trimestrielle sur les tarifs PV en fonction de la puissance raccordée sur le trimestre précèdent). Liste des tarifs d achat en cours : Appel d offre : Le gouvernement lance un appel d offre avec un volume cible et un cahier des charges pouvant intégrer plusieurs critères (Prix d achat demandé, bilan environnemental des installations, bilan industriel en France) Exemple : Cogénération Biomasse (CRE 1, 2, 3, 4), Eolien Offshore, Photovoltaïque > 100 kwc et > 250 kwc P.47

69 Etat des lieux CSPE: Tarifs d achat et Appel d offre Tarifs d achat Appels d offre + Visibilité pour tous les acteurs économiques + Possibilité d introduire des majorations de tarifs selon plusieurs critères (Efficacité énergétique de l installation, Origine des composants, Taille de l installation, etc.) - Moins de maîtrise des volumes installés (mais possibilité de garde fou) + Maîtrise des volumes installés (mais beaucoup de projet sélectionnés sont abandonnés) + Censé être moins cher en surcoût de production (mais pas vérifié pour le PV par ex.) - Seul les gros acteurs peuvent investir dans les AO (immobilisation d actifs et prise de risque) P.48

70 Etat des lieux CSPE: Prix d achat moyen des filières Le photovoltaïque est la seule filière à voir son prix d achat diminuer, mais reste encore bien éloigné des autres EnR et du prix de marché de gros. Source : CRE P.49

71 Etat des lieux CSPE: Prix d achat moyen des filières La majorité des EnR possède un prix d achat moyen entre 70 et 130 /MWh. Les tarifs d achat sont indexés (coût travail, voire coût combustible) ce qui explique leur évolution. Source : CRE P.50

72 Etat des lieux CSPE: Perspectives d évolution = 430 /MWh Si Prix de référence +10% Surcoût PV -1,3% = 30 /MWh Si Prix de référence +10% Surcoût éolien -19%

73 Etat des lieux CSPE: Le PV est il vraiment trop cher? Depuis le moratoire (2010), les tarifs d achat PV ont considérablement chutés. Toutefois, les tarifs élevés souscris entre 2006 et 2010 vont peser pendant 20 ans sur les charges de CSPE. Source : CRE Analyse AMORCE

74 Etat des lieux CSPE: D où vient le déficit de CSPE? En Janvier 2013, l Etat s est engagé à rembourser le déficit de CSPE auprès de EDF (4,9 Mds dont 600 M de coût de portage du déficit). Ce déficit provient des décisions des gouvernements depuis Source : CRE Analyse AMORCE

75 P.1

76 Débat National sur la transition énergétique Propositions d AMORCE dans le cadre du Débat National sur la transition énergétique Transition.html P.2

77 1/ Comment aller vers l efficacité énergétique et la sobriété? La réflexion sur l évolution des modes de vie, de production, de consommation, de transport ainsi que des services énergétiques nécessaires doit constituer le point de départ de transition énergétique. P.3

78 Comment aller vers l efficacité énergétique et la sobriété?! Découpler les recettes des différents acteurs publics et parapublics des quantités d énergie vendus et consommées (Etat, Collectivités, CE et syndicats ).! Donner leur indépendance complète vis à vis des producteurs et des fournisseurs aux opérateurs de réseaux d électricité et de gaz (sous forme d EPIC) dans l optique du maintien du système de concession imposé en vue de garantir les missions d intérêt général et de service public.! Mise en place d un dispositif simple et attractif d accompagnement technique indépendant et financier de rénovation thermique des bâtiments (s appuyant sur les collectivités territoriales) indispensablement couplé à une obligation à terme de rénover les logements les plus énergivores d ici P.4

79 Comment aller vers l efficacité énergétique et la sobriété?! Création d un dispositif préventif de lutte contre la précarité énergétique avec l introduction, dans le cadre des Fonds Solidarité Logement Energie, d un fonds d intervention et d aide aux travaux de maîtrise de l énergie dans les logements à faible performance énergétique.! Poursuivre la mise en œuvre du marché des économies d énergies pour les fournisseurs en maintenant l éligibilité des collectivités territoriales ; l accentuer vers les actions d amélioration du bâti et la lutte contre la précarité énergétique.! Instaurer des objectifs et des mesures d efficacité énergétique dans les PLU et dans les PLH. Renforcer significativement les dispositifs d évaluation de la performance énergétique et de contrôle pour les bâtiments neufs et existants à l échelle des collectivités en charge des PLU et des PLH. P.5

80 2/ Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique de 2025? Quels types de scénarii possibles aux horizons 2030 et 2050, pour respecter les engagements européens et internationaux de la France en matière de lutte contre le changement climatique? P.6

81 Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique de 2025?! Etablir des objectifs de maîtrise des consommations et de mix énergétique par grandes familles de besoins plutôt que par grands vecteurs énergétiques (électricité, gaz, pétrole) à savoir : le chauffage (et la climatisation), les déplacements, les process industriels, les consommations spécifiques d électricité.! Encourager financièrement et juridiquement le recours aux énergies renouvelables et locales dans toutes les décisions des collectivités, des administrations et des établissements publics. P.7

82 Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique de 2025?! Mettre en œuvre un marché de quotas d énergie verte pour les fournisseurs d énergie (électricité, gaz, chaleur) conforme à l atteinte d objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables.! Alléger drastiquement les contraintes administratives en matière de production d énergie renouvelable.! Renforcer le Fonds chaleur en vue d atteindre un objectif à 2050 de 25% de la population chauffé par un réseau de chaleur utilisant majoritairement des énergies renouvelables. P.8

83 3/ Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie et quelle stratégie de développement industriel? 3bis/ Quelle gouvernance de la politique énergétique, pour une responsabilité mieux partagée entre l Etat et les collectivités territoriales? P.9

84 Quels choix en matière EnR et de nouvelles technologies de l énergie?! Rendre les collectivités territoriales légalement responsables de l organisation et de la mise en œuvre de la transition énergétique territoriale en s appuyant sur la complémentarité des niveaux territoriaux.! Associer et encourager davantage les collectivités territoriales à s impliquer dans la valorisation des ressources énergétiques renouvelables de leur territoire. P.10

85 Quels choix en matière EnR et de nouvelles technologies de l énergie?! Renforcer le rôle d autorité organisatrice de la distribution d énergie des communes et de leur groupement en :! transformant les opérateurs nationaux de réseaux de distribution en établissement public industriel et commercial indépendant des principales entreprises de production et de fournitures d électricité et de gaz.! permettant le retour à la régie (ou à la SEM) de la distribution du gaz et de l électricité! introduisant au sein du contrat de concession un chapitre consacré à la Maitrise de l énergie et au développement des énergies renouvelables adapté aux spécificités du territoire considéré, financé par un prélèvement spécifique sur l économie de la concession.! érigeant en service public local la distribution de chaleur (avec permission de MO par tiers) P.11

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014

Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014 Communication Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014 - Les charges se service public continuent d augmenter à

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Atelier OSE Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Présentation Le CUEEP Littoral - Service Formation continue, apprentissage et VAE de l ULCO - Le CUEEP a des activités: -

Plus en détail

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CEE : LE DISPOSITIF Le bilan de la première période LE BILAN DE LA PREMIÈRE PÉRIODE UNE RÉUSSITE Les vendeurs d énergie deviennent

Plus en détail

Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02

Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02 Déploiement d une Infrastructure de Recharge publique de Véhicules Electriques dans le département de l AISNE DIRVE 02 1 Présentation de l USEDA 2 L USEDA au 30 juin 2015 L USEDA : 801 communes regroupant

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

AMORCE. Plus de 700 adhérents :

AMORCE. Plus de 700 adhérents : P.1 AMORCE Plus de 700 adhérents : - Près de 500 collec

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF dans les LANDES Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF, un acteur au sein du marché de l électricité Activités en concurrence Principalement EDF Production Loi du 10 février 2000 Activités régulées

Plus en détail

Signature «Contrat Objectif Territorial»

Signature «Contrat Objectif Territorial» Dossier de presse 19 novembre 2015 Signature «Contrat Objectif Territorial» Limoges Métropole s engage avec l ADEME CONTACTS PRESSE Hélène VALLEIX Communauté d agglomération Limoges Métropole helene_valleix@agglo-limoges.fr

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

territoire d innovation en énergétique 13 juin 2013

territoire d innovation en énergétique 13 juin 2013 Angers Loire Métropole : territoire d innovation en matière de transition énergétique Présentation générale Présentation générale 13 juin 2013 Sommaire 1 Historique de l engagement gg d Angers en faveur

Plus en détail

Devis de l installateur. Eléments à fournir

Devis de l installateur. Eléments à fournir Devis de l installateur Eléments à fournir ELEMENTS TECHNIQUES 1. Scénarios de développement d un projet En fonction des différents substrats organiques mobilisables pour l installation, l installateur

Plus en détail

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013)

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) Sommaire Bilan de la première période Le cadre législatif et réglementaire de la 2ème période Les principaux changements par rapport

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises 2016 Usine du futur 1 I. Contexte S inscrivant dans le cadre des 34 plans industriels et le développement de l Usine du Futur, le Conseil régional

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Quels outils, quels financements? CEE CPE OSER 1 Les financements

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

Le marché de l Electricité en France

Le marché de l Electricité en France Le marché de l Electricité en France Depuis le début de l année, de nombreux acteurs ont surement abordé avec vous la fin des tarifs réglementés en Electricité. Cette fiche a pour objectif de vous faire

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Audit Energétique des Bâtiments

Audit Energétique des Bâtiments Audit Energétique des Bâtiments Introduction Le Grenelle Environnement La règlementation L Audit Energétique Exemples de rénovation Conclusion 2 Le Grenelle Environnement 3 Le Grenelle Environnement 2009

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015

Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015 Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015 Les enjeux de la transition énergétique Enjeux énergétiques liés à la nature des approvisionnements

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

Consommation d énergie finale en 2011

Consommation d énergie finale en 2011 Consommation d énergie finale en 2011 Jonathan MULLER ADEME Alsace Photovoltaïque et autoconsommation Photovoltaïque et autoconsommation : Contexte En France En Alsace Photovoltaïque et autoconsommation

Plus en détail

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011 Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 20. SRER, 4 mars 20 Contexte Malgré les baisses successives des tarifs d achat de janvier et septembre 200, le rythme de

Plus en détail

Nos énergies. a votre service

Nos énergies. a votre service Nos énergies a votre service Notre histoire en 5 dates clés 2004 2011 2014 2015 2016 Ouverture du marché du gaz et de l électricité Entreprises, professionnels et collectivités locales sont concernés Création

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement DR R.Vezin DR Energie et patrimoine bâti : de l exemple à la généralisation 12 Mars 2013 Défis énergétiues, les enjeux et les perspectives de développement Christian LABIE, Directeur de RHONALPENERGIE-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE)

Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE) Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE) Cleantec City, Journée villes et municipalités, 14 mars 2012 Berne Jérôme Attinger, Planair SA SOLUTION is a project

Plus en détail

Christine Delamarre Directeur Général délégué UNIFERGIE. Rencontres Nationales Energie Positive 26 septembre 2014

Christine Delamarre Directeur Général délégué UNIFERGIE. Rencontres Nationales Energie Positive 26 septembre 2014 LE CREDIT AGRICOLE, ACTEUR DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Christine Delamarre Directeur Général délégué UNIFERGIE Rencontres Nationales Energie Positive 26 septembre 2014 1 ACCOMPAGNER NOS CLIENTS DANS LA

Plus en détail

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE Le BILAN CARBONE Toute activité industrielle, tertiaire et agricole émet, directement ou indirectement, des gaz à effet de serre ayant pour conséquence de contribuer

Plus en détail

L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1

L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1 L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1 BERNARD LAPONCHE 25 AVRIL 2012 Le 16 décembre 2011, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l écologie, du développement durable,

Plus en détail

Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment

Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment Cleantuesday Paris - Financements Innovants 23 Avril 2013 KYOTHERM Société par Actions Simplifiée au Capital de 1 900

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

LA FACTURE D'ELECTRICITE ET DU GAZ NATUREL

LA FACTURE D'ELECTRICITE ET DU GAZ NATUREL LA FACTURE D'ELECTRICITE ET DU GAZ NATUREL Les factures d électricité et de gaz naturel sont composées d une part fixe, l abonnement, et d une part variable, proportionnelle à la quantité d énergie consommée.

Plus en détail

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté Fonds chaleur renouvelable de l ADEME Florence MORIN ADEME Franche-Comté LE FONDS CHALEUR DÉFINITION 2 Le Fonds Chaleur est un engagement majeur du Grenelle de l environnement et l une des 50 mesures pour

Plus en détail

Le coût du kwh électrique

Le coût du kwh électrique Le coût du kwh électrique Atelier de Travail PV-NET - Lyon Antoine Guillou Commission de Régulation de l Energie Direction du Développement des Marchés Coût du KWh électrique Coût du kwh électrique pour

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie 28/03/2014 1 FEDER 2014-2020 28/03/2014 2 FEDER 2014-2020 Axe 5 «Soutenir

Plus en détail

ANALYSE. Contribution au service public de l électricité : Bilan 2003-2014. Série Économique ENE 04. Décembre 2013

ANALYSE. Contribution au service public de l électricité : Bilan 2003-2014. Série Économique ENE 04. Décembre 2013 ANALYSE Contribution au service public de l électricité : Bilan 2003-2014 Série Économique ENE 04 Décembre 2013 AMORCE Analyse de l Contribution au service public de l électricité : bilan 2003-2013 ENE

Plus en détail

Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013

Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013 Défi «Familles à énergie positive» Édition 2012-2013 2013 Les organisateurs du défi : l ASDER Espace Info Énergie de Savoie 20 salariés Basée à la Maison des Énergies à Chambéry, bâtiment de Haute Qualité

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

380 CONSEILLERS SOLIDARITÉ QUI TRAITENT 600 000 DEMANDES DE TRAVAILLEURS SOCIAUX PAR AN

380 CONSEILLERS SOLIDARITÉ QUI TRAITENT 600 000 DEMANDES DE TRAVAILLEURS SOCIAUX PAR AN EN 2014, EDF A VERSÉ 22,5 MILLIONS D EUROS AU FONDS DE SOLIDARITÉ LOGEMENT, ET 195 000 FAMILLES ONT BÉNÉFICIÉ D UNE AIDE. 56 250 COLLECTIVITÉS CLIENTES D EDF 1 000 INTERLOCUTEURS A L ECOUTE 380 CONSEILLERS

Plus en détail

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE 0 1 Objectifréno.fr Le projet «Objectifréno» du PETR du Pays Sud Toulousain est lauréat de l Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) de l ADEME

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 18 FEVRIER 2013 CONTACT PRESSE : Marie-Francoise BAHLOUL 0694230973 marie-francoise.bahloul@cnes.fr

DOSSIER DE PRESSE 18 FEVRIER 2013 CONTACT PRESSE : Marie-Francoise BAHLOUL 0694230973 marie-francoise.bahloul@cnes.fr Convention Efficacité énergétique entre et le Centre National d'etudes Spatiales Le kwh le moins cher est celui que l on ne consomme pas L Efficacité Energétique est un enjeu pour le développement durable

Plus en détail

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie La Roumanie se trouve au centre géographique de l Europe (dans le sud-ouest de l Europe centrale). Le pays compte 1,5 millions d

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

«Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques»

«Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques» Opération EDEL Energie Durable dans les Entreprises de la Loire «Accompagner les entreprises pour la maîtrise des consommations et coûts énergétiques» Un partenariat sur l ensemble du département 42 Soutenu

Plus en détail

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR PRESENTATION 2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR L ECO-RESPONSABILITE Les actions soutenues

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ;

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ; DEFINIR LES OBJECTIFS STRATEGIQUES ET OPERATIONNELS La stratégie retenue par la collectivité doit être présentée de manière synthétique en structurant autour de quelques orientations les objectifs qui

Plus en détail

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Le projet POLIS (identification et mobilisation du potentiel solaire

Plus en détail

Enjeux et objectifs de la transition énergétique des bâtiments. Introduction ateliers ManagEnergy - 27.03.14 - Thomas Matagne

Enjeux et objectifs de la transition énergétique des bâtiments. Introduction ateliers ManagEnergy - 27.03.14 - Thomas Matagne Enjeux et objectifs de la transition énergétique des bâtiments Introduction ateliers ManagEnergy - 27.03.14 - Thomas Matagne Le Plan Bâtiment Durable La minute de pub 3 Changements climatiques : ordre

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014 Conférence de presse UFE Colloque UFE 17 juin 2014 Objectif : Réussir la transition énergétique au moindre coût A la veille des analyses du projet de loi de programmation sur la Transition énergétique,

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX

Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX Modifications de la TVA au 1 er janvier 2014 Sage 30 / 100 en version 16.XX Table des matières 1. Contexte... 3 A. Sources d information à l origine de cette fiche technique :... 3 B. Modification des

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE. Concept, paradigme et dispositif national

JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE. Concept, paradigme et dispositif national JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE Concept, paradigme et dispositif national Christian LABIE - RAEE (Rhônalpénergie-Environnement) Bron, Jeudi 20 février 2014 A l origine

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Synthèse de l atelier 5

Synthèse de l atelier 5 Synthèse de l atelier 5 Pratiques participatives Encourager la participation publique et citoyenne au développement et au financement des projets EnR Jacques Quantin et Arno Foulon, Energie Partagée (animateurs

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Comment financer son projet de rénovation? Les Outils de Financement proposés Mutualisation Fonds Efficacité Energie Fonds Efficacité Energie Travaux de rénovation Certificats d Economie d Energie 1 Mutualisation

Plus en détail