Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis"

Transcription

1 Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Auteurs: Groupe de recherche en communication de les sciences de l'université de Navarre Coordinateur: Bienvenido León (journaliste spécialiste en science et communication. ) Éditorial UOC, 176 pages, juin 2013 L ouvrage rassemble les principaux résultats des recherches approfondies sur la communication des changements climatiques dans les médias espagnols, qu ont été mené le groupe de recherche sur la communication de la science de l'université de Navarre.

2 INTRODUCTION Au début du XXe siècle, les scientifiques ont commencé à utiliser le terme changement climatique (CC), pour se référer à divers changements dans la perception du climat, mais c est au début des années 70 que les premiers cris d'alarme sont libérés. Dans ce décade, est aussi quand le terme réchauffement global s est fait populaire. Le 1988, la ONU a crée le IPCC. La fonction de cet organisme est analyser la information scientifique, technique et socioéconomique pour comprendre le changement climatique anthropogénique. Le IPCC a publié jusqu à le moment 4 informes (1990, 1995, 2001 et 2007). Le première stipule qu il y a des «preuves» que le CC peut être liée aux activités humaines, les deuxième pointe à «un ensemble de preuves concordantes», le troisième constate que l attribution aux causes humaines est «probable» et le dernier «très probable». En 1997 est adopté le protocole de Kyoto. L'intérêt des citoyens sur l'environnement en général, et le CC en particulier, a augmenté au cours des dernières décennies. L Eurobaromètre spécial sur le CC réalisé la dernière fois en 2011, a révélé que plus de la moitié des citoyens de l'ue (51%) considère le CC comme l'un des plus graves des problèmes, 20% croient que c'est le plus sérieux, avec la pauvreté, la faim et le manque d'eau potable (Commission européenne, 2011).

3 MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE Ce projet vise à étudier la communication sur le CC faite par les médias espagnols. Plus précisément, en se concentrant sur l analyse, à la fois quantitative et qualitative, du contenu de l'information sur cette question, qui est offert par la télévision et les quotidiens de paiement. Cette recherche teste l'hypothèse qu'il existe un déficit de informations sur le CC dans les médias espagnols et que ces informations présente des problèmes de manque de qualité. En particulier, ce projet se concentre sur l'étude de la communication du contenu scientifique sur le CC dans les stades de développement de la communication et de la réception par le public. Pour le journaux: touts les informations concernant le CC publiés par les 3 quotidiens espagnols de paiement plus importants ont été récupérés et analysés. Plus précisément, ils ont rassemblé tous les articles contenant les mots: «changement climatique», «réchauffement global» ou «effet de serre», publiés entre le 1er Juillet 2005 et le 31 juin 2006 et le 1er Janvier et le 31 Décembre, Il s est inclue tous les éléments, indépendamment de leur genre journalistique. En total, il y avait 1235 rapports. Pour la télévision: un échantillon d'une semaine par mois, entre Juillet 2005 et Juin 2006 et Janvier to Décembre 2011 il est enregistré et analysé. Le codage des résultats de l'échantillon à obtenu un total de rapports, répartis sur 1632 informationnel de six différentes chaînes, au long de deux années.

4 LA REPRÉSENTATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES MÉDIAS En ce qui concerne la sélection et la production de l'information, des études notent qu'il existe de nombreux facteurs complexes impliqués dans ces processus. Il s'agit notamment des règles particulières et des valeurs journalistiques, qui interagissent avec les facteurs économiques et les facteurs politiques qui contribuent à façonner le contenu des médias. Bien que les événements naturels se développent et ont leur effets à long terme, le travail de la presse est caractérisée par la recherche de nouveauté, immédiate et concrète. Le journaliste mène un processus de «traduction» des concepts scientifiques qui peuvent être compris par le public. Mais dans le processus de traduction parfois prévalaient les critères et les valeurs journalistiques sur la rigueur scientifique, qui peut signifier que le public reçoit le contenu qu'en fin de compte ne correspondent pas exactement à la connaissance scientifique. Les conclusions de les propres journalistes sont que la complexité des questions liés à l'environnement est l'une des difficultés dans l'exercice des journalistes.

5 L'IGNORANCE SCIENTIFIQUE ET LA «DÉSINFORMATION» Les résultats de différentes études indiquent que pour une importante pourcentage de citoyens, les médias sont les principales instruments, si ils ne sont pas la seule-pour obtenir des connaissances en matière de l environnement. Les malentendus du débat scientifiques sont aggravés par mauvaise compréhension d'un grand nombre de journalistes et par l'utilisation d'une terminologie incorrecte. Les résultats indiquent qu'il y a une grande confusion et ignorance sur le significat des termes «gaz effet de serre» et «réchauffement de la planète». Beaucoup de journalistes pensent que les deux termes sont équivalents. Pour les médias, le travail conditionnée par la manque de l'espace et le temps, est présenté comme un argument fort pour les suppressions des commentaires à propos de ces termes. La complexité de les questions environnementales sont aussi un des obstacles rencontrés par le journaliste pour contextualiser ses articles.

6 SENSIBILISATION ENVIRONNEMENTAL: LA PERCEPTION DU PUBLIC D'une part, la recherche universitaire consulté corrobore la croissance quantitative de la couverture de l'environnement, mais de l autre part reflète aussi le faible niveau de participation de la population dans ces sujets. Dans la perception des citoyens, ses attitudes personnels ne peuvent pas influencer (positivement ou négativement) à l ensemble de problèmes environnementaux et ils ne se considèrent eux-mêmes comme cause ou comme transformateurs potentiels. L'impression de distance dans le temps et dans l'espace est l'un des principaux arguments de ceux qui expriment préoccupation pour l'environnement, mais continuent sans changer ses attitudes individuelles. Pour eux, bien qu'il soit important, les conséquences de mauvaise utilisation des ressources naturelles se fera sentir avant dans d'autres régions du monde et il vont passer de nombreuses années jusqu'à ce que leur impact sur leur vie. De nombreuses études soulignent le battage médiatique alarmiste, la détection de la prévalence de ton pessimiste et réitérant l'idée que le monde touche à sa fin. Et ça, avant de produire la perception d urgence pour protéger la nature, le sensationnalisme cause apathie.

7 LES SOURCES JOURNALISTIQUES ET LA CONTEXTUALISATION DES INFORMATIONS SUR LE CC Le problème qui est généré autour des sources qui fournissent des informations sur le changement climatique est que est immergé dans un croisement entre des intérêts politiques, économiques et culturels, et cette controverse se reflète dans le nombre de sources qui s approchent au journaliste. De l'analyse de l'information, les auteurs ont trouvé que la plupart l'information codée dans la masse de l'échantillon sur le changement climatique (même le journal ou à la télévision), ne font aucune référence à une source. De façon générale, la presse utilise plus de sources que la télévision. Certaines études empiriques corroborent que l'information scientifique omis souvent le contexte. Cette absence de contexte rend plus difficile pour le public de comprendre la signification du cas présenté, étant donné que les téléspectateurs perçoivent chaque élément comme un élément isolé qui ne sont pas capables d'intégrer dans un système de connaissances. Les auteurs suggèrent la nécessité que la communication du CC se fait à travers des métaphores qui mettent l'accent sur la sérosité, l'immédiateté et la crédibilité scientifique de l'affaire. Les informations analysées expliquent plus les conséquences que les causes du CC. La cause de cette carence est à chercher dans les routines journalistiques, probablement en mettant l'accent sur l'information concernant les événements imprévus. Il est également probable que, dans le fond de ce manque de contexte, il y ait quelques-unes problèmes structurels de la science et le journalisme environnemental, comme la manque de spécialisation des informateurs.

8 LES IMAGES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES JOURNAUX TÉLÉVISÉS La télévision est la source la plus importante d'information pour les Espagnols (88%) concernant le CC. La couverture limitée du CC peut être lié à la difficulté de la télévision pour fournir des images qui illustrent les informations décrites. En fait, il a été détecté que la grande majorité des informations se tournent vers des images qui ne proviennent pas des stations elles-mêmes mais ceux-ci sont acquis à l'étranger et, deuxièmement, il y a une utilisation abondante de vidéos d archives. L'attention de la télévision revient à la question du CC pendant de nouvelles découvertes ou des recherches scientifiques. Les images de les surfaces glacées fusion sont les plus fréquents. Celles-ci ne permettent pas de grande variété de plans et a été signalé à avoir répété les mêmes images dans même en l'espace de cinq ans. Les images affichés se trouvent principalement dans l'éloignement géographique (en particulier l'arctique ou de l'antarctique) et hors de portée performance. Les images sur la consommation d'énergie dans le cadre de la maison, qui peuvent placer le CC dans le domaine du comportement individuel, sont un 1,3% du total.

9 LA RIGUEUR SCIENTIFIQUE DE L'INFORMATION SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Pour la communauté scientifique, la pénurie d'informations sur le changement climatique dans les médias espagnols est due à quatre facteurs : l'intérêt des pouvoirs publics pour qu'il n'y ait pas plus de communication sur le sujet, la moindre importance du sujet comparativement à celui de la crise économique, - la mauvaise compréhension de l'importance du sujet par le public et le fait que cela soit un sujet peu attractif pour les médias. L étude révèle que les scientifiques ont une vision beaucoup plus négative que ne l'est la réalité sur la qualité de l'information scientifique. Ils relèvent le manque de rigueur, d objectivité, de clarté et de profondeur des informations. Selon eux, le consensus élevé au sein de la communauté scientifique à propos des changements climatiques ne se reflète pas dans les médias par rapport à la présence des «sceptiques» dans l'information. Conscients de l'importance de la diffusion de la connaissance scientifique, en particulier pour les changements climatiques, les scientifiques ayant participé à l étude estiment que leur voix n'est pas suffisamment représentée dans l'information et sont favorables à ce que des scientifiques de haut niveau apparaissent comme sources d'information.

10 LES JOURNALISTES DE L'ENVIRONNEMENT FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE Le journaliste qui sur les questions environnementales et le changement climatique n'est pas dans tous les cas un professionnel qualifié dans ce domaine. La cause principale identifiée par le informateurs sur le faible nombre d'éléments liés à la CC, est que l'environnement, en général, n'est pas un problème priorité pour les médias. En outre, la cause de la rareté est que le CC est un sujet complexe et abstrait qui est difficile à rapporter. D autres répondants pensent que ce sujet est à cause de la manque de préparation des journalistes qui traitent la question. En outre, les professionnels pensent que les possibilités offertes pour Internet ont contribué positivement au développement de l'information sur le problème du CC. En ce sens, inclure des aspects positive par rapport à la quantité et la disponibilité de l'information et de l'accès sources. En général, les journalistes n'ont pas une opinion favorable de l'information sur l'environnement qui est publié dans les médias espagnols et ils décrient un environnement qui complique la survie du journaliste environnemental. Les principaux défis de ces journalistes se rapportent principalement à la crise, qui, à son avis, elle favorise la politisation de l'information à la fois par les entreprises et par les annonceurs.

11 PRINCIPES D'ÉTHIQUE ET CRITERES PROFESSIONNELS DE RAPPORT SUR LE CC La prédominance de la controverse comme point de vue de l'information motive le caractère de «contestable" ou "discutable", typique des stratégies politiques, au niveau de la connaissance scientifique. Il crée le sentiment d'incertitude, alors que la communauté scientifique est dans une situation de fort consensus avec les connaissances acquises. Ainsi, les informations de caractère scientifique qui définissent la nature du CC et de ses processus ont été déplacées pour la force que la controverse a donné à l opinion. Mais, jusqu'où peut examiner ce qui est connu? La science fournit des connaissances qui ne sont pas soumis aux critères d'impartialité journalistique ou d'équité, cependant, peuvent être appropriés pour traiter des questions d'opinion. En strictement scientifique, la vérité journalistique exige offrir l état des connaissances réalisé par le communauté scientifique ainsi que sa validité est perçue. Il est inutile de discuter s il existe ou pas un processus de réchauffement de la planète parce qu'il existe un large consensus scientifique comme le changement climatique est le plus grand problème environnemental dont nous avons hérité du XXe siècle.

12 Comme conclusion, cet étude a montré que, malgré l'existence des nouvelles sur le problème du changement climatique, sa présence dans les différents médias n'est pas proportionnelle à l'importance de la question. BONNE LECTURE! Maria Pipió Février 2014

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques Résumé Table des matières Origines de l Enquête... 3 Pilotage de l Enquête... 3 Résultats : niveau de langue... 6 Performance globale... 6

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels»

Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» Synthèse de l'enquête BVA «L'ouverture des marchés du gaz naturel et de l'électricité pour les clients professionnels» A la veille de l extension de l éligibilité à l ensemble des consommateurs au 1 er

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.08.2009 C (2009) 6464 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 sur l'éducation aux médias dans l'environnement numérique pour une industrie

Plus en détail

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001 Octobre 2003 Décision de lancer la revue systématique pour ISO 9001/9004 Juillet 2004 Enquête menée au niveau international et résultats Décembre 2004 Premiers projet de cahiers des charges Mai 2005 Second

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Guinéens apprécient l influence de la Chine mais préfèrent le modèle des Etats-Unis

Guinéens apprécient l influence de la Chine mais préfèrent le modèle des Etats-Unis Note Informative No. 157 Guinéens apprécient l influence de la Chine mais préfèrent le modèle des Etats-Unis Par Massa Guilavogui June 2015 Introduction Si la Chine n est pas un acteur nouveau en Afrique,

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Enquête IPSOS/MediaVacances.com Mars 2013. La location de vacances de particulier à particulier, un secteur dopé par la crise!

Enquête IPSOS/MediaVacances.com Mars 2013. La location de vacances de particulier à particulier, un secteur dopé par la crise! Enquête IPSOS/MediaVacances.com Mars 2013 La location de vacances de particulier à particulier, un secteur dopé par la crise! Si certains secteurs de l'économie touristique souffrent de la situation économique,

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES de l ANIMATEUR de PLEIN AIR

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES de l ANIMATEUR de PLEIN AIR RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES de l ANIMATEUR de PLEIN AIR Ref : EQFOA - UK/06/B/F/PP-162_622 Projet financé par la commission européenne Dans le cadre du Programme Leonardo da Vinci Version française 2006

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Comptabilité nationale, par JEAN MARCZEWSKI. Un vol., 4¾ po. x 7¼. broché. LIBRAIRIE DALLOZ, 11, rue Soufflot, Paris (V e ), 1965

Comptabilité nationale, par JEAN MARCZEWSKI. Un vol., 4¾ po. x 7¼. broché. LIBRAIRIE DALLOZ, 11, rue Soufflot, Paris (V e ), 1965 Compte rendu Ouvrage recensé : Comptabilité nationale, par JEAN MARCZEWSKI. Un vol., 4¾ po. x 7¼. broché. LIBRAIRIE DALLOZ, 11, rue Soufflot, Paris (V e ), 1965 par Jean McNeil L'Actualité économique,

Plus en détail

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec AVIS PRÉSENTÉ à la Commission des institutions La Réforme du mode de scrutin au Québec FADOQ - Mouvement des Aînés du Québec 4545, av. Pierre-De Coubertin, C.P. 1000, Succ. M, Montréal (Québec) H1V 3R2

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!» Département fédéral de l'intérieur DFI Secrétariat général DFI Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées BFEH Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

3. ANALYSE DE LA PERFORMANCE: RÈGLEMENTS ET HABILETÉS LE NOUVEAU DÉPART APPUYÉ

3. ANALYSE DE LA PERFORMANCE: RÈGLEMENTS ET HABILETÉS LE NOUVEAU DÉPART APPUYÉ RÉSUMÉ DU COURS 301 1. INTRODUCTION 3 HEURES Ce module offre aux entraîneurs un résumé du cours 301, ce qui est attendu des entraîneurs et plus particulièrement, ce que les entraîneurs pourront apprendre

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT Juillet 2011 1 CONTEXTE 1. Une étape très importante a été franchie à Lisbonne, au

Plus en détail

- POLITIQUE DE COMMUNICATION -

- POLITIQUE DE COMMUNICATION - - POLITIQUE DE COMMUNICATION - 1. PRÉAMBULE À la Commission scolaire des Portages-de-l=Outaouais, on reconnaît que les communications constituent un élément majeur dans la poursuite de notre mission et

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-2 Remarques d'ordre général... 3-8 Rapports sur des états

Plus en détail

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie F.U.N.D.P. Département Education et Technologie au 1er degré 1997 Sous la direction de Jean Donnay & Marc Romainville Département Education et Technologie Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Régie de l énergie à l égard des approvisionnements électriques et de la construction du projet du Suroît Avril 2004 Table des matières

Plus en détail

A. Directives générales

A. Directives générales DIRECTIVES POUR DETERMINER SI DES TACHES RELEVENT OU NON D'UN EMPLOI D'ADMINISTRATEUR A. Directives générales 1. Pour déterminer si un poste doit être classé selon la norme-cadre, la première étape consiste

Plus en détail

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires aux de l information L impact des sur la vie des jeunes n est plus à démontrer. Presse écrite, télévision, radio et surtout internet font aujourd hui partie intégrante de leur vie quotidienne. Présents

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit?

AUDITS DES EMPLOIS. Les audits de l emploi : de quoi s agit-il? pour quoi faire? Qu'est-ce-que l'audit? AUDITS DES EMPLOIS D'après Audit des emplois et gestion prévisionnelle des ressources humaines Georges Egg Première Partie Avant Propos : Cette fiche constitue le premier volet d'une série de documents

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Note-réponse Points de vue et avis Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Projet de vision structurelle sur le gaz de schiste Le 18 septembre 2013,

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

Le mangement relationnel et le changement. Présenté par : Sara ZNIBER Amine KHOUYYI

Le mangement relationnel et le changement. Présenté par : Sara ZNIBER Amine KHOUYYI Le mangement relationnel et le changement Présenté par : Sara ZNIBER Amine KHOUYYI Année Universitaire : 2012 / 2013 Introduction Plan Définition du management relationnel Management relationnel et fonction

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG)

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG) QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION DONNÉES À PRÉSENTER AU PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DE L ASAG Résumé des conclusions Agence statistique d assurance générale (ASAG) Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE...2

Plus en détail

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 27 mai 2016 (OR. en) 9526/16 RECH 208 TELECOM 100 RÉSULTATS DES TRAVAUX Origine: Secrétariat général du Conseil Destinataire: délégations Nº doc. préc.: 8791/16

Plus en détail

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism. «Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011 Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Contexte et objectifs de l étude Après 3 ans de mobilisation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

EMPORTER DES DONNÉES À LA MAISON

EMPORTER DES DONNÉES À LA MAISON GESTION DE L'NFORMATION EMPORTER DES DONNÉES À LA MAISON Attitude des employés vis-à-vis des risques liés à la gestion des informations de l'entreprise blanc GESTION DE L'INFORMATION Résumé Table des matières

Plus en détail

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet Résumé de la thèse de doctorat en sciences de gestion Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet par Gaël GUEGUEN Université Montpellier I, soutenue le 19 décembre 2001,

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES SCF/TFC.7/5 9 juin 2011 Réunion du Comité du SCF Le Cap, Afrique du Sud 23 juin 2011 Point 6 de l ordre du jour PROPOSITION RELATIVE A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DES

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

(Vancouver, Canada, 5 octobre 2004) *

(Vancouver, Canada, 5 octobre 2004) * Nations Unies A/AC.105/835 Assemblée générale Distr.: Générale 24 janvier 2005 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du cinquième Atelier

Plus en détail

Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997

Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997 Doc.97/CWEDD 791 Liège, le 4 décembre 1997 Avis relatif à l'analyse coûts-bénéfices et à l'étude des conséquences prévisibles sur l'environnement, réalisées dans le cadre du Plan Wallon des Déchets Suite

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/EM.7/L.1 23 juin 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Revue sur le réaménagement des effectifs. Direction générale de la vérification et de l'évaluation

Revue sur le réaménagement des effectifs. Direction générale de la vérification et de l'évaluation Revue sur le réaménagement des effectifs Direction générale de la vérification et de l'évaluation Février 2014 Dates importantes Première conférence (note de lancement) Juin 2012 Plan de vérification envoyé

Plus en détail

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE Introduction Les stratégies d'activité selon la population incluent des initiatives pour créer des politiques et

Plus en détail

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Élaborée par : Élaborée par : Traduite

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

Programmes d études du Manitoba en développement de carrière

Programmes d études du Manitoba en développement de carrière V UE D ENSEMBLE Programmes d études du Manitoba en développement de carrière Chaque cours de développement de carrière est divisé en cinq thèmes : la gestion personnelle (unité 1), l'exploration de carrière

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D'UNE MISSION D'AUDIT D'ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D'UNE MISSION D'AUDIT D'ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D'UNE MISSION D'AUDIT D'ETATS FINANCIERS SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Travaux préliminaires à la planification de la mission... 6-7 Planification

Plus en détail

Document 14 Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale

Document 14 Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale Les procédures d élaboration d un plan d évaluation Démarche générale Processus d élaboration Tâches pour la réalisation Étape 1 : analyser la cible de formation 1. Caractériser la cible de formation :

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL)

Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL) Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL) Commentaires remis à la Commission mixte internationale concernant le projet d'ordonnance d'approbation, le plan de régularisation et autres sujets connexes

Plus en détail

Planète Pilote. Connaître les visiteurs de

Planète Pilote. Connaître les visiteurs de Connaître les visiteurs de Planète Pilote Etude réalisée du 1 er juillet au 29 août 2010 auprès de visiteurs du musée de l Air et de l Espace ayant assisté à une séance de Planète Pilote 1 Introduction

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 21.9.2007 COM(2007) 546 final 2002/0222 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

Référentiel Général d Accessibilité pour les Administrations Introduction au RGAA 3.0

Référentiel Général d Accessibilité pour les Administrations Introduction au RGAA 3.0 Référentiel Général d Accessibilité pour les Administrations Introduction au RGAA 3.0 1/10 Sommaire Référentiel Général d Accessibilité pour les Administrations Introduction au RGAA 3.0...1 1. Introduction...3

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance I. Introduction Plus de dix ans après la signature par les partenaires sociaux européens de l'accord-cadre

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin grâce à l évaluation des services écosystémiques Un guide destiné aux praticiens, basé sur l expérience acquise dans le cadre du projet

Plus en détail

Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013

Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013 Droit à la santé des groupes vulnérables Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013 INTRODUCTION Droit à la santé : élément fondamental des droits de l homme et de la conception d une vie dans

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

PRIX INTERNATIONAL DE JOURNALISME ENVIRONNEMENTAL BENIDORM-CASA MEDITERRÁNEO

PRIX INTERNATIONAL DE JOURNALISME ENVIRONNEMENTAL BENIDORM-CASA MEDITERRÁNEO Sede Alicante Av. Elche 1 03008 Alicante Spain T(34) 965 986 464 casamediterraneo@casa-mediterraneo.es www.casa-mediterraneo.es IIe PRIX INTERNATIONAL DE JOURNALISME ENVIRONNEMENTAL BENIDORM-CASA MEDITERRÁNEO

Plus en détail

collectivités locales

collectivités locales Eric LORAND Chef du secteur Pilotage et Animation Direction générale des Finances publiques - Service des collectivités locales Sous-direction du Conseil fiscal, financier et économique Bureau du Conseil

Plus en détail

Article. «Que vaut notre architecture? Inventaire et évaluation» François Rémillard. Liberté, vol. 29, n 5, (173) 1987, p. 100-103.

Article. «Que vaut notre architecture? Inventaire et évaluation» François Rémillard. Liberté, vol. 29, n 5, (173) 1987, p. 100-103. Article «Que vaut notre architecture? Inventaire et évaluation» François Rémillard Liberté, vol. 29, n 5, (173) 1987, p. 100-103. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/31191ac

Plus en détail

NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES

NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES ASSOCIATION OF COLLEGE & RESEARCH LIBRARIES (ACRL) NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Extrait traduit de l anglais par le Groupe de travail sur la formation documentaire

Plus en détail

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des services Mai 2011 Consultation publique Modes de financement

Plus en détail

Recommandations. de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif

Recommandations. de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif Commission de la fonction publique de Montréal s de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif adoptées à sa séance du 1 er décembre 2005 suite à un sondage d opinion portant

Plus en détail

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Pour l amélioration de l entraide judiciaire. La position des Procureurs européens Stéphane Leyenberger

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés

À la base de ce chapitre, on retrouve la question du type de rapport à émettre lorsque les pcgr ne sont pas respectés RAPPORT DU VÉRIFICATEUR SUR DES ÉTATS FINANCIERS ÉTABLIS SELON DES RÈGLES COMPTABLES AUTRES QUE LES PRINCIPES COMPTABLES GÉNÉRALEMENT RECONNUS 1 État de la question par : D.-Claude Laroche Professeur agrégé

Plus en détail

Exposer les failles de la cybersécurité: France

Exposer les failles de la cybersécurité: France Exposer les failles de la cybersécurité: France Partie I: Inefficace, en décalage et dans l obscurité Sponsorisé par Websense, Inc. Mené indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication: juin

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail