Figure 1 Carte de répartition de la pluviométrie au Bénin (Thèse de Lambrecht, 2007)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Figure 1 Carte de répartition de la pluviométrie au Bénin (Thèse de Lambrecht, 2007)"

Transcription

1 PLUVIOMETRIE DANS LE MONO-COUFFO 01/avril10 Hervé Ce rapport a été effectué dans le cadre du stage d Armel DONKPEGAN, qui portait de manière général sur les Aménagements Hydro-Agricoles et l Environnement dans le MONO-COUFFO. Force était de constater que peu de données précises était disponible dans cette région. Il a donc été décidé d acquérir des données brutes de pluviométrie à l ASECNA pour différentes stations météorologiques. Les données de pluviométrie en mm sont disponibles de manière informatisée ; en revanche, l ASECNA n a pas informatisé les durées des pluies. En plus de la connaissance sur la pluviométrie générale sur la zone d étude, ce document doit étudier la pertinence, pour PROTOS, de continuer à saisir les données des durées des pluies. I. GENERALITES Le climat N P (mm) 300 KANDI 250 Niger Malanville P (mm) J F M A M J J A S O N D NATITINGOU J F M A M J J A S O N D Tanguietà Natitingou Mousson Kouandé Djougou Bassila Lokossa mm / an Savalou Abomey Cové Ouidah Mousson Banikoara Ndali Parakou Savè Kétou Cotonou Océan Atlantique Pobé Kandi Porto Novo Nikki P (mm) P (mm) P (mm) 250 Harmattan Harmattan COTONOU J F M A M J J A S O N D km Kilometers 50 0 PARAKOU J F M A M J J A S O N D SAVE J F M A M J J A S O N D Gradient principal pluviométrique Nord- Sud Lokossa Abomey C Gradient secondaire pluviométrique Ouest- Est Gradient secondaire pluviométrique Est- Ouest Oui Figure 1 Carte de répartition de la pluviométrie au Bénin (Thèse de Lambrecht, 2007) La Carte ci-dessus extraite de la Thèse de LAMBRECHT R., 2007 montre que le Mono-Couffo connaît une certaine variation pluviométrique spatiale : Un gradient principal croissant du Sud vers le Nord se dégage : le littoral reçoit moins de pluie que le Nord de la zone Un double gradient latéral secondaire : Dans le Mono, la pluviométrie s accroît d Ouest en Est Dans le Couffo, la pluviométrie décroît d Ouest en Est (gradient moins marqué) Cette variation régionale est à mettre en relation avec le «Dahomey Gap». Page 1 sur 11

2 De manière générale, la pluviométrie de la zone du Mono-Couffo est de type subéquatorial caractérisé par deux (02) saisons pluvieuses et deux (02) saisons sèches qui s alternent. On distingue : - Une grande saison des pluies qui s étend de Mars à Juillet ; - Une petite saison sèche de Juillet à Août ; - Une petite saison des pluies de Septembre à Octobre ; - Une grande saison sèche de Novembre à Février. Il est intéressant d étudier de manière plus approfondie la pluviométrie dans le Mono-Couffo. Pour ce faire, il a été recherché des données pluviométriques de 6 stations météorologiques du Mono- Couffo auprès de l ASECNA. 0000D060 = Lonkly 0000D071 = Bopa 0000D063 = Aplahoué 0000D077 = Grand-Popo 0000D065 = Dogbo 0000D079 = Lokossa Dans le cadre de ce rapport, les données de LONKLY ( ), DOGBO ( ) et GRAND POPO ( ) ont été plus précisément analysées en lien avec le gradient Nord-Sud déjà mentionné. Remarque : les données de LOKOSSA ont également été analysées. Toutefois, elles portent sur une plus courte période ( ) ; c est pourquoi leur analyse a été séparée pour une simple comparaison des trois stations prises ici comme référence (GRAND POPO, DOGBO et LONKLY). II. Pluviométrie totale annuelle et mensuelle Ce premier graphe illustre la pluviométrie annuelle moyenne entre les 3 stations. Il confirme bien les données déjà présentées. Figure 2 Graphes de la pluviométrie annuelle et mensuelle pour les 3 stations étudiées L analyse de la pluviométrie mensuelle met en exergue la double périodicité des pluies dans la zone. Toutefois, il est intéressant de remarquer qu une variation spatiale s observe entre les 3 stations. Page 2 sur 11

3 Pluviométrie moyenne (mm) nb mois GRAND POPO DOGBO LONKLY Grande Saison des Pluies 5 663,1 620,9 695,0 Petite Saison Sèche 1 26,7 66,0 117,6 Petite Saison des Pluies 2 160,9 247,3 272,0 Grande Saison Sèche 4 80,8 94,5 100,1 TOTAL ,5 1028,7 1184,7 Figure 3 Répartition de la pluviométrie moyenne entre les différentes saisons pour les 3 stations étudiées La plus faible pluviométrie repérée sur le littoral repose sur : Une sévère petite saison sèche : le mois d août reçoit statistiquement moins de 30mm alors qu à DOGBO ou LONKLY, la petite saison sèche est moins rigoureuse (>50mm/mois) ; Une petite saison des pluies également peu marquée : un déficit de plus de 30% se fait ressentir à GRAND POPO par rapport aux deux autres stations. Par contre, la Grande Saison des Pluies génère une pluviométrie satisfaisante sur le Littoral : elle est même plus importante à GRAND POPO qu à DOGBO (mais pas qu à LONKLY). On constate même que le mois de Juin est très fortement arrosé : la pluviométrie de ce mois dépasse statistiquement 250mm/mois, alors qu elle est d environ 170mm/mois. Pour conclure, le gradient Nord-Sud de pluviométrie repose sur une forte variation de la pluviométrie sur le littoral et une certaine homogénéité de la pluviométrie annuelle dans le Nord de la Région. Pour expliquer ces différences, il est nécessaire de savoir si ces variations sont liées au nombre de jours de pluies, ou à une variation de l intensité des pluies. III. Nombre de pluies annuel et mensuel De manière globale, le nombre de pluie croît de GRAND POPO à LONKLY, respectant ainsi le gradient déjà observé. Le tableau ci-après et le graphe illustrant le Nombre de jours de pluie moyen mensuel montrent que les trois stations varient suivant une certaine similitude conforme au gradient déjà mentionné : Pendant la Grande Saison des Pluies, les nombres de jours de pluie sont relativement similaires en légère défaveur pour la station côtière ; La Petite Saison Sèche (Août) voit un nombre très faible de nombre de jours de pluies à GRAND POPO (<3j/mois) alors qu il dépasse 8 j/mois à LONKLY ; Un même déficit s observe pendant la Petite Saison des Pluies vers le Littoral ; La Grande Saison Sèche n est jamais très arrosée (entre 5 et 8 jours pour les 4 mois) avec un léger déficit pour GRAND POPO. Page 3 sur 11

4 Figure 4 - Graphes du nombre de jour de pluie annuel et mensuel pour les 3 stations étudiées Nombre moyen de jours de pluie nb mois GRAND POPO DOGBO LONKLY Grande Saison des Pluies 5 33,0 40,7 44,5 Petite Saison Sèche 1 2,5 6,0 8,0 Petite Saison des Pluies 2 11,1 18,2 20,3 Grande Saison Sèche 4 5,5 8,1 8,2 TOTAL 12 52,0 73,1 80,9 Figure 5 Répartition du nombre moyen de pluies entre les différentes saisons pour les 3 stations étudiées L analyse du nombre de jours des pluies montre que : la Grande Saison des Pluies est globalement arrosée à la même fréquence sur l ensemble de la Région ; les Petites Saisons Sèches et des Pluies reçoivent moins fréquemment des pluies vers le Sud de la Région. IV. Intensité des Pluies Un autre paramètre est intéressant d être étudié : l Intensité des Pluies. Elle a été calculée comme le ratio de la Pluviométrie totale mensuelle par le Nombre de Jours de Pluies. Ce paramètre n évolue pas suivant le gradient Nord-Sud déjà mentionné. La Station de GRAND POPO enregistre statistiquement une intensité moyenne des pluies plus importante : la pluie journalière y est en moyenne de 16 mm. Pour les deux autre stations, la pluie journalière moyenne est d environ 14mm. Page 4 sur 11

5 Figure 6 Graphes de l intensité moyenne annuelle et mensuelle d une pluie journalière pour les 3 stations étudiées La plus forte intensité des pluies à GRAND POPO est surtout observée pendant la Grande Saison des Pluies le mois de Juin connaît les pluies les plus intenses avec en moyenne 23,1 mm/j. Moyenne de l intensité des pluies (mm/j) nb mois GRAND POPO DOGBO LONKLY Grande Saison des Pluies 5 19,6 15,2 16,5 Petite Saison Sèche 1 9,8 11,4 15,2 Petite Saison des Pluies 2 14,1 13,9 13,9 Grande Saison Sèche 4 14,3 11,1 12,6 TOTAL 12 16,1 13,3 14,6 Figure 7 Répartition de l intensité moyenne des pluies entre les différentes saisons pour les 3 stations étudiées V. Pluies exceptionnelles Le développement précédent repose sur l analyse moyenne des données. Il est également intéressant d étudier les valeurs maximales de la pluviométrie. Il permet en particulier de déterminer la quantité de pluie par jour statistiquement observée tous les 10 ans (pluie décennale), tous les 5 ans (pluie quinquennale), Cette partie repose sur l analyse statistique des données pluviométriques (mm) et durées du phénomène pluvieux (min) sur la décennie 2000 ( ). Il est à noter que les données sur les durées ne sont pas indiquées pour les pluies nocturnes. GRAND POPO mm/j mm/h en 1h mm/h en 2h mm/h en 3h mm/h en 6h mm/h en 24h Pluie Décennale 154,6 46,6 36,0 25,7 20,6 6,4 Pluie 5 ans 152,9 45,9 31,7 25,3 9,6 6,4 Pluie 3 ans 139,5 37,5 26,7 20,6 8,2 5,8 Pluie 2 ans 105,1 33,2 25,3 18,6 7,5 4,4 Pluie 1 an 84,5 29,4 19,5 16,5 5,5 3,5 Pluie Semestrielle 64,8 21,1 15,7 12,0 3,8 2,7 Pluie Trimestrielle 57,1 18,3 13,8 9,6 2,4 Pluie Mensuelle 25,9 8,5 5,1 0,8 1,1 Page 5 sur 11

6 DOGBO mm/h en mm/j mm/h en 1h mm/h en 2h mm/h en 3h mm/h en 6h 24h Pluie Décennale 125,3 70,1 64,3 15,8 7,3 5,2 Pluie 5 ans 81,1 64,3 35,9 15,1 7,3 3,4 Pluie 3 ans 77,2 53,2 26,9 14,9 6,0 3,2 Pluie 2 ans 71,8 29,9 19,5 14,1 5,4 3,0 Pluie 1 an 60,0 27,0 14,4 10,3 2,9 2,5 Pluie Semestrielle 51,9 23,6 10,8 7,8 2,2 Pluie Trimestrielle 46,1 19,5 8,7 6,0 1,9 Pluie Mensuelle 26,7 6,5 1,2 1,1 Figure 8 Intensité des pluies en fonction de différents temps de retour A l échelle d une durée journalière, GRAND POPO connaît des pluies plus intenses qu à DOGBO ce qu y avait déjà été repéré précédemment. Toutefois, une analyse plus fine montre qu en fonction de la durée de la pluie, ce constat a tendance à s inverser : pour les durées très courtes (1h à 2h), les pluies exceptionnelles sont plus intenses à DOGBO qu à GRAND POPO. Figure 9 Graphes illustrant le caractère intense de la pluviomètre entre DOGBO et GRAND POPO (1) Page 6 sur 11

7 Le caractère exceptionnel des pluies de GRAND POPO n est pas très accentué contrairement à ce qui est observé à DOGBO. Par exemple, la pluie décennale de DOGBO est en effet d environ 70mm/h en 1h et passe à environ 15mm/h en 3h (soit une variation d un facteur supérieur à 4). Les chiffres ont respectivement pour GRAND POPO : environ 45mm/h en 1h et 20mm/h en 3h (soit une variation d un facteur 2 environ). Figure 10 Graphes illustrant le caractère intense de la pluviomètre entre DOGBO et GRAND POPO (2) VI. Cas de LOKOSSA Les données pluviométriques couvrent que la période soit 20 ans, contre plus de 50 ans pour les stations prises ici comme référence. C est pourquoi le développement n a pas intégré spécifiquement les données de LOKOSSA dans la réflexion. Ce paragraphe tend à comparer les paramètres mis en exergue précédemment entre LOKOSSA et les trois stations de référence. LOKOSSA Pluviométrie moyenne annuelle (mm/an) 1027,7 Nombre de jour de pluie moyen annuel 80,1 Intensité moyenne annuelle d une pluie (mm/j) 12,8 La pluviométrie à LOKOSSA est assez similaire à celle de DOGBO. On constatera simplement qu il y pleut statistiquement 7 jours de plus, mais que les pluies y sont moins intenses (12,8 mm/j au lieu de 13,3 mm/j à DOGBO). Page 7 sur 11

8 Figure 11 Comparatif des paramètres pluviométriques entre LOKOSSA et les 3 stations de référence Page 8 sur 11

9 RESUME Le contexte climatique En ce qui concerne la riziculture, le paramètre climatologique principal est la pluviométrie. Il s agit des données de base : pluviométrie, nombre de jours de pluie et intensité moyenne journalière de la pluie (annuelle, mensuelle et journalière). Les grandes saisons climatiques ont été définies sur la base que la saison sèche doit recevoir moins de 10% de la pluviométrie annuelle. Peu de données précises et synthétiques sont disponibles sur les deux zones d intervention. Il a donc été nécessaire d analyser les données brutes issues de l ASECNA. Le Lecture trouvera à l Annexe 2 une analyse approfondie du contexte pluviométrique dans les deux zones d intervention. Ci-après ne sont repris que les conclusions tirées de cette analyse pluviométrique vis-à-vis de la faisabilité de la riziculture et du maraîchage de contre-saison. 1. La pluviométrie et la riziculture La riziculture est adaptée à une pluviométrie annuelle comprise entre 1000 et 1800mm (pendant la saison de culture), soit 160 à 300mm/mois (Memento de l Agronome). Les conditions pluviométriques sont peu favorables dans le MONO-COUFFO : Le COUFFO connaît une pluviométrie atteignant 1000mm pendant la période de mars à octobre. Cependant, seul le mois de juin connaît une pluie supérieure à 160mm/mois. La situation du MONO est plus critique : la pluviométrie cumulée tombée entre mars et octobre n atteint pas 900mm (pour 8 mois) ; la pluviométrie mensuelle ne dépasse jamais 150mm/mois excepté pour les mois de mai et juin à GRAND POPO. En intégrant la fréquence pluviométrique, les tendances déjà évoquées sont légèrement nuancées : Les conditions pluviométriques dans le COUFFO et le Nord-MONO (zone de LOKOSSA) restent assez favorables à la riziculture malgré une poche de sécheresse potentielle en août Les conditions pluviométriques dans le Sud-MONO (zones de GRAND-POPO et BOPA) sont assez défavorables à la riziculture avec une Grande Saison des Pluies parfois pas assez suffisante en volume et/ou en fréquence, et surtout une Petite Saison Sèche trop sévère Page 9 sur 11

10 Les résultats sur les bilans hydriques dans le MONO-COUFFO induisent même des conclusions encore plus restrictives. Les bilans hydriques sont en effet négatifs tout le long de l année voire légèrement positifs dans le COUFFO en juin et en septembre-octobre. C est pourquoi il est nécessaire d étudier plus spécifiquement l Hydrologie qui influence de manière importante la présence d eau dans les bas-fonds, en particulier dans le MONO- COUFFO. Changement climatique? L annexe 3 étudie de manière approfondie les présomptions de changement climatique au niveau des deux zones d intervention. En effet, des sources bibliographiques sur Internet tendent à montrer qu en effet un effet se fait ressentir au niveau national. Qu en est-il au niveau des deux régions étudiées. L analyse des données brutes de l ASECNA ne permettent pas d identifier de réels changements pluviométriques dans les deux zones d intervention. Page 10 sur 11

11 Contraintes à la Riziculture dans le Mono-Couffo Une double contrainte est à lever pour les aménagements rizicoles : Une pluviométrie répartie en deux saisons des pluies avec une petite saison sèche relativement longue (surtout dans le Mono), pouvant entraîner la nécessité de la mise en place d ouvrages de rétention Une inondation des sites liée aux remontées des fleuves Mono et Couffo, qui perturbe les écoulements habituels et génèrent de longues inondations dans les basfonds. Des digues de protection de crues seraient une solution Une population peu habituée à la riziculture A la vue des contraintes relativement élevées, les aménagements devraient être composés de (micro)-barrages ou de digues de protection. Il s agit d ouvrages dépassant l enveloppe financière du programme AHA de PROTOS. De plus, l expérience de la Phase Pilote a montré que les aménagements «lourds» étaient encore peu maîtrisables par les Bureaux d Etudes et les producteurs. Page 11 sur 11

Mai 2014. All rights reserved

Mai 2014. All rights reserved AUDIT DE LA QUALITÉ DE SERVICE DES RÉSEAUX SYNTHESE DU RAPPORT GENERAL Mai 2014 All rights reserved 1 Contexte de la Mission d Audit Licence 2G 2 Lieux Concernés L Enquête technique a été effectuée du

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES APPAREILS D IMAGERIE MEDICALE SUR LE TERRITOIRE NATIONAL

TABLEAU RECAPITULATIF DES APPAREILS D IMAGERIE MEDICALE SUR LE TERRITOIRE NATIONAL TABLEAU RECAPITULATIF DES APPAREILS D IMAGERIE MEDICALE SUR LE TERRITOIRE NATIONAL Départements Localités Structures Appareils à rayons-x Echographes Scanners Observations Kérou Hôpital de zone 1 0 0 01Appareil

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ;

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; PROJET PERSONNEL Critère A Utilisation du journal de bord démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; communiquer et collaborer avec leur superviseur ; démontrer

Plus en détail

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Biodiversité Fiche métadonnées et méthodes N 32 Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

PHASE 4. Production d hydrogrammes de référence pour une modélisation hydraulique en régime transitoire

PHASE 4. Production d hydrogrammes de référence pour une modélisation hydraulique en régime transitoire 14 rue d Aix 13510 EGUILLES Email : sonnetolivier@neuf.fr Tel/Fax : +33 (0)4-88-05-39-92 Mobile : +33 (0)6-64-97-03-91 PHASE 4 Production d hydrogrammes de référence pour une modélisation hydraulique en

Plus en détail

1 Acquisition des congés payés

1 Acquisition des congés payés 1 Acquisition des congés payés Ouverture du droit à congés QUESTION N 1 Une période minimale de travail est-elle exigée pour disposer d un droit à congés payés? Le Code du travail exige du salarié qu il

Plus en détail

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Les prix quotidiens du café ont atteint au mois d août leur plus bas niveau depuis 19 mois, alors que les marchés des

Plus en détail

Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale

Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale Gestion des Ressources en Eau dans la région Afrique Centrale Bulletin Mensuel d Avril 2016 Suivi du cycle hydrologique dans les principaux sous bassins de la Région. Sommaire 1. Situation pluviométrique

Plus en détail

Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP

Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP Restitution des résultats de la Campagne intégrée de distribution gratuite de MIILD, de Vitamine A et d Albendazole aux enfants de moins de 5 ans au Bénin Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP PLAN Introduction

Plus en détail

Etudes complémentaires suite au débat public Rapports. Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne

Etudes complémentaires suite au débat public Rapports. Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne Etudes complémentaires suite au débat public Rapports Etude sur la faisabilité de l alimentation électrique de la ligne Juin 2008 LGV PACA Etude de faisabilité sommaire pour le raccordement et l alimentation

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat

Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat 2012 Le changement climatique à Paris Que mesure-t-on et comment? Le climat d hier à aujourd hui : évolution du climat à Paris depuis 1900 Quel climat futur? Les projections d ici 2100 Météo-France et

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT DES COMPTES

RAPPORT D AUDIT DES COMPTES AGENCE POUR LA PROMOTION ET L'APPUI AUX PME - PAPME 08 BP 1155 Cotonou R. BENIN RAPPORT D AUDIT DES COMPTES EXERCICE DU 01/01/2008 AU 31/12/2008 RAPPORT DEFINITIF Cabinet STATECO - BUREAU D Etudes STATECO

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Introduction Le projet Cirene a été conçu il y a plusieurs années et a considérablement évolué en cours de route.

Plus en détail

SUIVI DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE 2014 20 octobre 2015

SUIVI DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE 2014 20 octobre 2015 SUIVI DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE 2014 20 octobre 2015 Dans le cadre de l évaluation de la convention d assurance chômage 2014, un tableau de bord de suivi a été élaboré afin de suivre la mise

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS Résumé Une connaissance géographique et physique détaillée de la ville est un atout pour la modélisation hydrologique

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement

Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement Photovoltaïque - Fribourg-en-Brisgau ErikHau Le but de cette fiche est de donner aux maîtres d ouvrage d aménagements

Plus en détail

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Résultats 2012 1. Préambule Ce rapport annuel fait partie des publications relatives à la concession du Réseau Public de Transport (RPT) 1. Qualité de l électricité

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

SOMMAIRE. Les chiffres de septembre 2015. Variation annuelle des DEFM catégorie A (données brutes)

SOMMAIRE. Les chiffres de septembre 2015. Variation annuelle des DEFM catégorie A (données brutes) Les chiffres de septembre 2015 Variation annuelle des DEFM catégorie A +5,2% +3,6% +3,1% Données CVS : Baisse de la demande d emploi de catégorie A à fin septembre 2015 par rapport au mois d août, moins

Plus en détail

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen PROGRAMME D AMELIORATION DES ACCES MARITIMES Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen GPMR/SCAN 2010 1 TABLE DES MATIERES 1 CADRE ET OBJET DE L ETUDE...

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * *

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * * Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés Table des matières 1. Introduction a. Absence de cadre conceptuel applicable au traitement comptable

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957)

Plus en détail

Classement des établissements 2015 - série D

Classement des établissements 2015 - série D Classement des établissements 2015 - série D # Departement Etablissement Taux Inscrits Presents Admissibles 1 Atacora Lyc. M. J. Filles / Natitingou 100% 22 22 22 1 Littoral CP La Rose / Cotonou 100% 15

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development Non classifié C/WP6(2006)28 C/WP6(2006)28 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development 19-Jan-2007 Français - Or. Anglais

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux Table des matières Liste des figures Liste des tableaux Table des matières Introduction 1 Partie A : Etude bibliographique 3 A1. Définition des concepts de bassin versant, de système et de modèle 7 A1-1.

Plus en détail

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON

Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire. Antoine GARCIA Ville de BESANCON Gestion alternative des eaux pluviales : les défis posés par un réseau unitaire Antoine GARCIA Ville de BESANCON Mardi 13 mai 2014 Associations d idées Hier / Aujourd hui / Demain Réseau unitaire / Réseau

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Classement des établissements 2015 - série A1

Classement des établissements 2015 - série A1 Classement des établissements 2015 - série A1 # Departement Etablissement Taux Inscrits Presents Admissibles 1 Borgou Séminaire N. D. Fatima / Parakou 100% 35 35 35 1 Borgou CEG Bembèrèkè 100% 12 12 12

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004 ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 23-24 Avec l arrivée de plusieurs nouveaux éducateurs physiques, il peut être utile de faire un rappel

Plus en détail

à Parcours des bacheliers professionnels

à Parcours des bacheliers professionnels #32 #21 observatoire régional Synthèse régionale février avril 2013 2012 à Parcours des bacheliers professionnels Néo-bacheliers professionnels aquitains 2006 entrés d l enseignement supérieur en 2006-2007

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités.

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités. CSSS/05/90 1 DELIBERATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005 RELATIVE AU DEPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GERES PAR LA BANQUE CARREFOUR

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Avis hydrogéologique suite aux inondations par remontée de nappe dans le cadre d une demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle sur la commune de Plouédern (29)

Plus en détail

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG 1. Eléments statistiques 1.1. réussite par UE en 2014 et 2015 Le taux de réussite par UE est repris dans les tableaux ci-après pour 2014 et 2015. En moyenne

Plus en détail

27-29 octobre 2010. Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics. Christophe SOULLEZ

27-29 octobre 2010. Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics. Christophe SOULLEZ 3 e conférence internationale sur l observation de la criminalité 27-29 octobre 2010 Statistiques de la criminalité, information du public, information aux publics Christophe SOULLEZ Chef de l Observatoire

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Le logement en chiffres

Le logement en chiffres Numéro 4 Mai 216 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec le

Plus en détail

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers 1 Diffusion de résultats Règles générales Pour toute publication de résultats statistiques, les observatoires

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Actualisation des propositions pour une méthodologie relative aux études hydrauliques et hydrologiques à Mayotte BRGM/RP-56881-FR

Actualisation des propositions pour une méthodologie relative aux études hydrauliques et hydrologiques à Mayotte BRGM/RP-56881-FR Actualisation des propositions pour une méthodologie relative aux études hydrauliques et hydrologiques à Mayotte BRGM/RP-56881-FR Novembre 2008 Actualisation des propositions pour une méthodologie relative

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 LES HOTELS...6 LES CHAMBRES D HOTES...12 LES MEUBLES CLEVACANCES... 17 LES CAMPINGS...

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 LES HOTELS...6 LES CHAMBRES D HOTES...12 LES MEUBLES CLEVACANCES... 17 LES CAMPINGS... ETUDE DE POSITIONNEMENT DES TARIFS DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES EN AQUITAINE 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 LES HOTELS...6 LES CHAMBRES D HOTES...12 LES MEUBLES CLEVACANCES...

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit-Economie de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Présentation et analyse des impacts

Présentation et analyse des impacts Mars 2016 Institut national de la statistique et des études économiques Rénovation de la méthodologie de calcul des indices de chiffres d affaires Présentation et analyse des impacts Rénovation de la méthodologie

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

REFLET. Net.Doc REFLET. Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme 57.15

REFLET. Net.Doc REFLET. Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme 57.15 Net.Doc REFLET 57.15 Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme Fiche descriptive 15 18 e CPC - Autres activités des services Céline Floriani Jean-Louis Kirsch Françoise Kogut-Kubiak

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

SNA News. SNA News. and Notes NOUVELLES RECOMMANDATIONS POUR LA MISE A JOUR DU SCN 1993 ISWGNA

SNA News. SNA News. and Notes NOUVELLES RECOMMANDATIONS POUR LA MISE A JOUR DU SCN 1993 ISWGNA Numéro 21 Octobre 2005 Un service d information du groupe de travail intersecrétariats sur les comptes nationaux (ISWGNA) Publié par l UNSD Les documents et comptes rendus de réunion de l ISWGNA peuvent

Plus en détail

EFFET D UN PROGRAMME ANNUEL DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SUR LE DEVELOPPEMENT DES QUALITES MUSCULAIRES DES ESCRIMEURS D ELITE.

EFFET D UN PROGRAMME ANNUEL DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SUR LE DEVELOPPEMENT DES QUALITES MUSCULAIRES DES ESCRIMEURS D ELITE. DEPARTEMENT DES SCIENCES DU SPORT Laboratoire de Biomécanique et de Physiologie EFFET D UN PROGRAMME ANNUEL DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SUR LE DEVELOPPEMENT DES QUALITES MUSCULAIRES DES ESCRIMEURS D ELITE.

Plus en détail

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que :

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que : Résultats de l enquête de satisfaction 2015 1 I. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Délivrée par AFNOR (Agence Française de Normalisation), la certification Qualiville a été obtenue par la Mairie Centrale

Plus en détail

1 L analyse des données climatiques

1 L analyse des données climatiques 1 L analyse des données climatiques La démarche consiste à proposer une analyse cartographique et statistique des observations climatiques à travers les mesures conventionnelles et satellitales. L étude

Plus en détail

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Mercredi 9 novembre 2011 Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Le risque de rupture d approvisionnement est modéré. Une situation globalement comparable

Plus en détail

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue :

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue : Comment prévoir un réseau écologique, une trame verte et bleue, adaptée aux déplacements d espèces liés au changement climatique. La réflexion menée sur la côte pacifique des USA et du Canada propose une

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

Contribution à l'audit de la dette grecque

Contribution à l'audit de la dette grecque Grèce : les vraies causes de la dette publique Contribution à l'audit de la dette grecque Michel Husson, 11 Février 2015 1 Il est très largement admis que l'explosion de la dette publique grecque entre

Plus en détail

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES MARS 206 N 9 SOMMAIRE P. 2 LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROSPECTION P. 4 L IMPACT DE LA PROSPECTION EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF

Plus en détail

Article. Comment élaborer des enquêtes-entreprises de façon continue dans un modèle cyclique. par Helena Bäckström et Pia Hartwig

Article. Comment élaborer des enquêtes-entreprises de façon continue dans un modèle cyclique. par Helena Bäckström et Pia Hartwig Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

Rapport de veille 2009-1

Rapport de veille 2009-1 Quai du Pont Canal 5 7110 STREPY-BRACQUEGNIES Rapport de veille 2009-1 LA POLYVALENCE DE LA MAIN D ŒUVRE DANS LES ENTREPRISES DE PEINTURE INDUSTRIELLE CHANTIER En collaboration avec : PLAN GENERAL 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005;

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005; CSSS/05/90 1 DÉLIBÉRATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005, MODIFIÉE LE 20 JUIN 2006, RELATIVE AU DÉPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNAUTÉ FLAMANDE ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GÉRÉS

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL N 2 «GESTION DE L ACHEMINEMENT» ADMINISTRATION DE L ACTIVITE DE PROFILAGE DES CONSOMMATIONS DE GAZ NATUREL APRES LE 1 ER JUILLET 2004 VERSION V0 Date 2 mai

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Réseau du personnel chargé de la gestion des ressources humaines dans le secteur public en Afrique (APS-HRMnet) Thème :

REPUBLIQUE DU BENIN. Réseau du personnel chargé de la gestion des ressources humaines dans le secteur public en Afrique (APS-HRMnet) Thème : REPUBLIQUE DU BENIN Réseau du personnel chargé de la gestion des ressources humaines dans le secteur public en Afrique (APS-HRMnet) Thème : Renforcement des capacités des ressources humaines pour la réalisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation.

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Cover Page The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Author: Tumenta, Pricelia Nyaekon Title: A lion population under threat : understanding

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91)

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Les Portes de Voisins 21B rue Jacques Cartier 78960 VOISINS-LE-BRETONNEUX Tél./fax 01.30.60.96.84 Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Etude acoustique du projet Etude 090302-2

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012 AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012 Freetown, décembre 2012 Sommaire I. Introduction... 2 II. Evolution

Plus en détail

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE?

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE? I INDICATEURS ET TABLEAUX DE BORD : 11 Définitions : Indicateur : chiffre significatif d une situation économique pour une période donnée. Tableau de bord : ensemble d informations traitées et mises en

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 Les premières cartographies régionales d indicateurs réglementaires d ozone ont été réalisées pour l année 2012 à partir de la

Plus en détail