La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires"

Transcription

1 La valeur de l entreprise Avec nos partenaires

2 Sommaire Introduction : Une évaluation, pour quoi faire? 1 Les déterminants essentiels de la valeur 2 Approches et méthodes d évaluation 3 Situations particulières influant sur la valeur 4 Valeur et prix Conclusion : Que faut-il retenir?

3 Introduction Une évaluation, pour quoi faire?

4 Évaluation pour quoi faire? Déterminer la valeur de l entreprise la plus proche du prix pour répondre à des objectifs : internes : comptable et fiscal : PPA, test de valeur, restructuration interne décisionnel : prix achat, coût investissement, cession, mutations à titre gratuit management : mesure de la performance, attente investisseurs externes : opinion sur la valeur : opinion indépendante, attestation équité, épargne salariale,... justification vs Administration Fiscale évaluation préjudices arbitrages cessions minoritaires entre actionnaires Outil préparant la négociation d une transaction

5 1 Les déterminants essentiels de la valeur

6 Environnement et contexte L environnement économique et réglementaire a un impact fort sur la valorisation, à prendre impérativement en compte dans tout modèle d évaluation Conjoncture économique indice de confiance croissance du PIB état du marché boursier Accès au financement politique de crédit et marges des banques prêteuses (impact sur l acquéreur), liée en partie aux ratios édictés par les autorités européennes Évolutions réglementaires toute réglementation pesant sur le niveau d activité et les marges de certains secteurs (exemples de l industrie pharmaceutique et de l immobilier d investissement)

7 Passer de la valeur de l entreprise à celle des fonds propres Valeur des capitaux propres Valeur de l entreprise = + Valeur de l endettement financier net

8 Analyses préalables à l évaluation Démarche de l évaluateur Définition de la mission Étude du marché Connaissances générales sur l entreprise Diagnostic de l entreprise Général Financier Stratégique Perspectives et prévisions Choix des approches et des méthodes

9 2 Approches et Méthodes d évaluation

10 Approches et méthodes d évaluation Trois grandes familles d approches d évaluation Approche patrimoniale Approche par la rentabilité Approche par comparaison Plusieurs méthodes d évaluation

11 Approches et méthodes d évaluation Approche patrimoniale Approche intrinsèque Références analogiques Rente abrégée du GW Actif Net Réévalu é Sum of the Parts Méthode DCF Options réelles Multiples boursiers Multiples de transactions Accumulation richesse Création de valeur économique Valeur de marché

12 2.1 L approche patrimoniale

13 Approche patrimoniale Cette méthode apprécie la valeur de l entreprise comme étant ce qu elle possède au jour de l évaluation en réévaluant certains postes avec des méthodes adaptées à chacun : Par la méthode de la rentabilité En utilisant des multiples ou des comparables Par reconstitution Principalement utilisée pour valoriser : Holdings financières, conglomérats, entreprises fortement capitalistiques, activités immobilières CAPITAUX PROPRES + Plus/Moins values sur actifs incorporels (dont fonds de commerce) + Plus/Moins values sur autres actifs économiques + Plus/Moins values sur immobilisations financières et participations + Plus/Moins values sur autres éléments du bilan = ACTIF NET REEVALUE

14 Approche patrimoniale Actifs immatériels Réévaluation Actifs immatériels Capitaux propres Réévaluation Capitaux propres Actifs matériels Provisions R&C Dettes financières Actifs matériels Réévaluation Provisions R&C Dettes financières

15 2.2 La méthode du DCF

16 DCF La valeur d entreprise vaut la somme des flux de trésorerie d exploitation qu elle est susceptible de rapporter dans le futur flux futurs actualisés à un taux qui rémunère la prise de risque endettement à la date de l évaluation permet d obtenir la valeur des capitaux propres de l entreprise (valeur des titres) Avantage : la valeur intègre l ensemble des paramètres économiques et financiers de l entreprise y compris sa maturité dans le cycle Difficultés: déterminer taux d actualisation valeur terminale et business plan (paramètres sensibles)

17 DCF : comment procéder? Élaborer un plan d affaires Estimer le taux d actualisation Déterminer le flux terminal Actualiser les flux futurs de trésorerie CF1 CF2 CF3 CF4 Passé récent Horizon explicite Valeur terminale

18 DCF : Taux d actualisation Taux d actualisation = Coût Moyen Pondéré du Capital WACC = k c x C + k d x D C+D C+D Coût des fonds propres: taux de rentabilité exigé par les actionnaires Coût de la dette : taux de rémunération exigé par les créanciers 7 ème journée régionale k de la cession reprise d entreprise avec nos partenaires c : coût du capital k d : coût de la dette

19 Exemple de calcul de WACC Dette 0% 50% Capital 100% 50% Taux sans risque 3,5% 3,5% Prime de risque marché 6,5% 6,5% Beta 0,90 0,90 Coût du capital 9,4% 9,4% Coût de la dette 4,0% 4,0% Taux d'impôt 34,4% 34,4% Coût de la dette après impôt 2,6% 2,6% WACC 9,4% 6,0%

20 Définition de la valeur terminale Considérer que l entreprise est en phase de maturité au terme de l horizon explicite Flux de trésorerie normatifprojeté à l infini par capitalisation intégrant éventuellement la «croissance à l infini» soit encore la croissance à LT de la rentabilité économique et de l activité OU BIEN Valeur de sortie explicite (multiple)

21 DCF : points de vigilance Péremption rapide du plan d affaires et risque de non réalisation des prévisions Perspectives en période de crise Scenarii probabilisés et date de sortie de crise? Qualité des fondamentaux de l entreprise? Cycles sectoriels à intégrer et modéliser Allongement de l horizon explicite? Données de marché (taux, prime et béta) Attention aux risques suivants : marché/secteur appréhendés dans le taux risques de l entreprise traités dans le plan d affaires spécifiques non pris dans le BP (ex risque pays, taille etc.)

22 2.3 Méthode des comparables et des multiples

23 Méthode dite des «comparables» Méthode basée sur l analyse de transactions ou de références «comparables» pour déterminer le(s) multiple(s) applicable(s) à la société à valoriser Pertinence : méthode d une grande pertinence, sous réserve que les «comparables» soient réellement comparables Pré-requis» accès aux caractéristiques de plusieurs transactions comparables» nécessité de disposer d informations abondantes et fiables sur les sociétés retenues comme «comparables»

24 Méthode dite des «comparables» Correctifs analyse critique, fine, et prise en compte des facteurs possibles de différenciation entre la société à évaluer et ses «comparables» :» conjoncture économique ayant prévalu au moment des transactions «comparables»» taille dans l absolu (chiffre d affaires), taux de croissance» portefeuille d activités, structure du fonds de commerce, etc.» degré de concentration du secteur d activité considéré» typologies des acquéreurs des sociétés «comparables»» type d actionnariat (sociétés cotées, filiales de groupes non cotés, sociétés patrimoniales)» etc.

25 Méthode dite des «multiples» Méthode basée sur la valeur de rentabilité de l entreprise Pertinence : très largement utilisée par les fonds d investissement en capital, cette méthode repose sur le postulat que l acquéreur valorisera la société selon sa capacité à en financer partiellement l acquisition par dette à moyen terme, avec un effet de levier lui permettant d atteindre un certain TRI-cible Pré-requis détermination de l EBIT (ou EBITDA) normatif («r n»), par retraitement(s) comptable(s) détermination du multiple approprié («m»), fonction : du secteur d activité du taux de croissance de l entreprise de la résilience de l exploitation aux aléas conjoncturels

26 Méthode des multiples : mode d emploi Dessiner échantillon pertinent de comparables Calculer multiples s/ Échantillon Choisir le/les Multiple(s) pertinent(s) Appliquer multiples aux agrégats de la cible Chiffre d'affaires EBITDA SOFTWAY MEDICAL (en M ) 28,5 29,3 6,7 4,0 Société Société Valeur induite (en M ) selon moyenne de l'échantillon 21,8 22,0 33,6 18,2 Chiffre d'affaires Multiples de CA EBITDA Multiple d'ebitda Valeur induite (en M ) selon médiane de l'échantillon 20,2 19,8 37,2 19,4 Cegedim Medasys Pharmagest Interactive Visiodent Analogic Corp Eckert & Ziegler Strahlen Ion Beam Applications Eurofins Scientifics AG Cegid Group Arseus Compugroup Generix 2008 R ou e 2009 e 2008 R ou e 2009 e 2008 R ou e 2009 e 2008 R ou e 2009 e Dette financière nette au 30 avril 2009 (en M ) -9,9-9,9 Cegedim ,08X 1,04X ,80X 5,39X Valeur des capitaux propres : Base moyenne échantillon (en M ) 12,0 16,0 Medasys 15 ND 0,23X ND ND Pharmagest Interactive ,42X 1,38X ,11X 6,66X Valeur des capitaux propres : Base médiane échantillon (en M ) 10,1 18,4 Visiodent 9 ND 0,85X ND ND Nombre d'actions en circulation Analogic Corp ,56X 0,54X 51 ND 4,54X Eckert & Ziegler Strahlen ,34X 0,29X ,87X 1,61X Valeur moyenne par action du Groupe avant acquisition de la filiale de Gred 0,69 0,92 Ion Beam Applications ,25X 0,22X ,66X 2,42X Valeur médiane par action du Groupe avant acquisition de la filiale de Gred 0,58 1,06 Eurofins Scientifics AG ,76X 0,69X ,03X 4,91X Cegid Group ,66X 0,66X ,78X 3,43X Valeur moyenne par action - filiale de GRED 0,10 0,01 Arseus ,79X 0,75X ,87X 6,26X Valeur médiane par action - filiale de GRED 0,08 0,01 Compugroup ,61X 1,42X ,97X 6,22X Generix ,66X 0,49X 7 8 5,24X 4,58X Valeur moyenne par action de l'ensemble 0,79 0,93 7 ème Moyenne des multiples ND: donnée non disponible 0,77X 0,75X 4,99X 4,61X Médiane des multiples 0,71X 0,68X 5,52X 4,91X Valeur médiane par action de l'ensemble 0,67 1,07 journée régionale de la cession reprise d entreprise avec nos partenaires

27 Méthode dite des «multiples» Correctifs La méthode ne prenant pas en compte la structure financière de la société ni ses actifs, elle ne peut être appliquée sans correctifs ultérieurs, notamment : la réévaluation de ses actifs non productifs (immobilier, brevets & marques, etc.), déduction faite de l imposition latente sur chacun desdits actifs la trésorerie nette non nécessaire à l exploitation, ayant sa contrepartie dans les réserves ayant acquitté l impôt

28 3 Les situations particulières influant sur la valeur

29 Les décotes/surcotes Décote minorité et prime de majorité Décote d illiquidité Décote d introduction en bourse Décote de conglomérat / Holding

30 Quelques points de repère Paramètre Typologie observée en 2012 Commentaire Prime de risque marché 7-8% La crise et les incertitudes poussent la prime à la hausse Taux obligations sans risque (OAT) 2-3% Lacrise et la politique de relance conduisent à baisser le taux de base Beta (calcul du coût descapitaux propres du WACC) 0 à 2 0,5à 1 : valeur stable 1 à 1,5 valeur assez volatile >1,5 valeur risquée Le beta mesure la volatilité d une action par rapport à celle du marché. Rapport différentiel. Poids de la valeur terminale 75/80% Proportion qui tient compte de l horizon de visibilité et de l appréciation de la sortie de crise Croissance de la valeur terminale 0-2% Croissance du PIB local est un maximum

31 4 Valeur et prix

32 Valeur = prix? La valeur résulte d un calcul objectif Le prix payé par l acheteur au vendeur résulte d une transaction ayant comporté une négociation La différence entre valeur et prix est constituée d éléments tels que : synergies et prime stratégique facteur temps (besoin de liquidités,...) mode de paiement statuts de la société pacte d actionnaires contraignant niveau de la participation, objet de l évaluation

33 L évaluateur peut-il être neutre? Facteurs à apprécier : "à la hausse" Mandat vendeur Expertise dans le cadre d un retrait obligatoire Évaluation article 20 (privatisation) "à la baisse" Mandat acheteur Appréciation d une valeur d apport par un commissaire aux apports "neutre" Appréciation d'une parité lors d'une fusion Évaluation en amont de toute transaction

34 Conclusion

35 Que faut-il retenir? Compréhension des déterminants de la valeur est essentielle : des éléments non quantifiables rentrent en ligne de compte dans le jugement global de l évaluateur rigueur et transparence sont indispensables à la crédibilité des travaux de l évaluateur la position de l évaluateur est fondée sur une conviction personnelle Méthodes ou références demandent à être manipulées avec d autant plus de précaution en période de crise ou post crise : accentuation de la complexité de lecture des paramètres et agrégats volatilité, risques, menaces révisions fréquentes des prévisions efficience des marchés désormais contestée?

36 Merci de votre attention Questions -réponses

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Introduction en bourse

Introduction en bourse OPF U.A.D.H Prix d introduction 6,5Dt Prix de la quotité : 13.000Dt (1 action nouvelle + 1 action ancienne) Période de sousription : Du 13 au 20 Mai inclu Capitalisation boursière: 240 MDt Ratios de valorisation:

Plus en détail

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation Walid YAICHE FusAcquis Marché Des Entreprises www.fusacquis.com FusAcquis Acquis Marché Des Entreprises I. Méthodes patrimoniales 3 II. Méthodes basées

Plus en détail

Créer, Reprendre, Développer, Transmettre

Créer, Reprendre, Développer, Transmettre CLUB TRIGONE 1er Février F 2010 Créer, Reprendre, Développer, Transmettre Comment appréhender l évaluation d une entreprise? 1 Introduction Quelle est la valeur d une bouteille d eau? Cette question, peut-être

Plus en détail

«Evaluation de l entreprise»

«Evaluation de l entreprise» «Evaluation de l entreprise» Philippe BRIDOUX GESCO 1 Sommaire I. Introduction : quand valorise-t-on / que valorise-t-on? II. Les composantes de la valeur d une entreprise III. Les différentes méthodes

Plus en détail

IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières.

IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières. William Nahum Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières Présente IAS 36 Détermination de la juste valeur En partenariat avec IAS 36 Comment déterminer la juste valeur

Plus en détail

La reprise d entreprise

La reprise d entreprise Les nouveaux outils de financement de la reprise La reprise d entreprise Se faire accompagner d un investisseur financier Pourquoi, avec Qui et Comment ouvrir son capital? 1. Pourquoi? Le capital investissement

Plus en détail

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse I- Contexte de l'évaluation et perspectives... 2 1) Contexte de l évaluation... 2 2) Les demandeurs de l'évaluation?... 2 3) Perspectives... 3

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL Union Monétaire Ouest Africaine ----------------------- Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010 UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps La notion de valeur est centrale en finance et sera présentée sous les angles financier et mathématique

Plus en détail

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 16 Avenue Hoche 75008 Paris tel.: +33 1 71 18 18 91 Paseo de la Castellana, 141 -Edif. Cuzco IV - 28046 Madrid tel.: +34 91 113 85 09 Index Marché des

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres Agnès PINIOT, Membre de la Commission Evaluation des entreprises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC) Olivier PERONNET,

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier La valorisation d'entreprises innovantes Eric Rattier Plan de l intervention 1. Introduction 2. Quelles méthodes utiliser pour valoriser une entreprise innovante? 3. Conseils pour utiliser la méthode des

Plus en détail

Hannibal Lease : Introduction sur le marché Principal

Hannibal Lease : Introduction sur le marché Principal Informations boursières : Secteur: Leasing Prix: 9,500 dinars Valeur Nominal: 5 dinars Nombre d actions offertes: 1 740 000 actions nouvelles Montant de l offre : 16 530 000 dinars Jouissance des actions:

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Plan de la présentation. Présentation des résultats 2005. Synthèse de la période. Analyse de la situation au 31 décembre 2005

Plan de la présentation. Présentation des résultats 2005. Synthèse de la période. Analyse de la situation au 31 décembre 2005 Présentation des résultats 2005 Paris, le 13 avril 2006 Plan de la présentation Synthèse de la période Analyse de la situation au 31 décembre 2005 Axes de développement et perspectives Éléments boursiers

Plus en détail

DSCG 4. Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL. 2 e édition

DSCG 4. Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL. 2 e édition DSCG 4 Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL Robert OBERT Agrégé des techniques économiques de gestion Docteur en sciences de gestion Diplômé d expertise comptable Marie-Pierre MAIRESSE Docteur en sciences

Plus en détail

transmission d entreprises

transmission d entreprises transmission d entreprises MEMO PRATIQUE un nombre important d entreprises changeront de main dans les dix ans à venir. La transmission d une entreprise est une opération délicate : elle nécessite une

Plus en détail

Approche, risques et valorisation

Approche, risques et valorisation Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Approche, risques et valorisation Hilde WITTEMANS Réviseur d entreprises Table des matières 1. Tendances dans

Plus en détail

Une filiale de Societex Corporate Finance

Une filiale de Societex Corporate Finance Une filiale de Societex Corporate Finance 1 Méthodes Principales L actualisation des flux de trésorerie générés est le cœur de notre approche: la valeur d un actif est avant tout la combinaison de sa capacité

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url:

Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url: Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url: http://seminaire.samizdat.net/article.php3?id_article=48 Quelles sont les méthodes d évaluation d une

Plus en détail

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Olivier PERONNET Olivier GRIVILLERS FINEXSI Expert et Conseil Financier HAF Audit & Conseil 14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Société Anonyme au capital de 14.876.895

Plus en détail

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS Capital social avant opération : Ouverture du Placement : Clôture du Placement : 1 ère cotation : Prix de souscription : 4,85 par action Valorisation

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Page n 1 CCI QC 2010

Page n 1 CCI QC 2010 Page n 1 CCI QC 2010 Les Petits-Déjeuners de la transmission - reprise, de la théorie à la pratique Mardi Page n 2 CCI QC 2010 Les intervenants Monsieur Christian KERMARREC Expert-comptable (PricewaterhouseCoopers)

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

DEXIA. Actionaria 2004. 15 novembre 2004. Département Communication & Finance DEXIA

DEXIA. Actionaria 2004. 15 novembre 2004. Département Communication & Finance DEXIA DEXIA Actionaria 2004 15 novembre 2004 DEXIA Contacts TNS Sofres Communication et Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT 01.40.92. 45.7. / 1.17. 15EW60 Département Communication & Finance FICHE

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2016

MANDAT DE GESTION ISF 2016 P MANDAT DE GESTION ISF 2016 OBJECTIFS DU MANDAT Le Mandat (1) est investi principalement (soit au minimum à hauteur de 75% au moment de l investissement initial) dans des PME Eligibles exerçant une activité

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

EN SORTIE DE CRISE, Jean-Marc FLEURY Expert-comptable spécialisé en transmission d entreprise Associé. 28 mars 2011. Groupe COMMISSAIRES AUX COMPTES

EN SORTIE DE CRISE, Jean-Marc FLEURY Expert-comptable spécialisé en transmission d entreprise Associé. 28 mars 2011. Groupe COMMISSAIRES AUX COMPTES EN SORTIE DE CRISE, Jean-Marc FLEURY Expert-comptable spécialisé en transmission d entreprise Associé 28 mars 2011-1 - SOMMAIRE 1. EN PÉRIODE DE CRISE (RAPPELS!) 2. RÉALITÉ DES NÉGOCIATIONS 2009-2010 :

Plus en détail

Réussir le développement de l entreprise et l équilibre familial

Réussir le développement de l entreprise et l équilibre familial Réussir le développement de l entreprise et l équilibre familial Atelier 2 Mardi 11 mai 2010 Gentilhomme et associés Notaires Sommaire Sections Introduction : Réussir le développement de l entreprise et

Plus en détail

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 :

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : Jacquet Metal Service - Rapport d activité 31 mars 2015 1 2 RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : 1 er trimestre 2015 Chiffre d affaires 316,5 m (+8,5% vs T1 2014) EBITDA +14,2

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LA VALORISATION DE VOTRE ENTREPRISE? CCI de Lyon 26 Novembre 2015 M. MARION / O. GAUDIN

COMMENT OPTIMISER LA VALORISATION DE VOTRE ENTREPRISE? CCI de Lyon 26 Novembre 2015 M. MARION / O. GAUDIN COMMENT OPTIMISER LA VALORISATION DE VOTRE ENTREPRISE? CCI de Lyon 26 Novembre 2015 M. MARION / O. GAUDIN VOS ANIMATEURS : Mickaël MARION Expert-comptable Commissaire aux comptes m.marion@aliantis.net

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence

Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence Comptes 2007 Rapport de Gestion du Conseil D administration Informations complémentaires pour le document de référence Le Document de Référence de L Oréal est constitué de deux tomes : > une plaquette

Plus en détail

CSOEC Commission droit comptable

CSOEC Commission droit comptable CSOEC Commission droit comptable Evaluation en période de crise 22 Octobre 2009 12/10/ 2009 1 Sommaire Les grandes hypothèses des modèles confrontées à la réalité des marchés 3 Réponse de l évaluateur

Plus en détail

Assemblée Générale. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Nobody s Unpredictable

Assemblée Générale. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Nobody s Unpredictable Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Que va-t-elle dire? Que va-t-il entendre? Quelles sont ses intentions? Assemblée Générale Nobody s Unpredictable Sommaire Le marché et Ipsos La

Plus en détail

Résultats semestriels

Résultats semestriels Résultats semestriels 2013 SOMMAIRE Chiffres clés 1 1 Rapport semestriel d activité 3 1.1 Activité 4 1.2 Résultats 7 1.3 Structure financière et endettement 8 1.4 Transactions avec les parties liées 8

Plus en détail

Résultats semestriels 2015

Résultats semestriels 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Résilience du chiffre d affaires et du patrimoine sous gestion Progression de 4,2% de l ANR EPRA (1) Amélioration du ratio Loan

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

22362 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES

22362 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 22362 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES méthos comptables relatives à la reconnaissance du revenu et s informations s y rapportant fournies dans cette note et nous nous sommes assurés la correcte

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

BOURBON. Présentation actionnaires_25 septembre 2015

BOURBON. Présentation actionnaires_25 septembre 2015 BOURBON Présentation actionnaires_25 septembre 2015 DISCLAIMER Ce document peut contenir des informations autres qu historiques qui constituent des données financières estimées à caractère prévisionnel

Plus en détail

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 GROUPE L ACCUMULATEUR TUNISIEN ASSAD 18 SEPTEMBRE 2014 PROPRIETE ASSAD Sommaire 01 02 03 04 05 06 07 08 PRESENTATION DU GROUPE PERFORMANCE DE

Plus en détail

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ A quoi sert ce document? Vous faire connaitre une partie de l ensemble des méthodes d évaluation d une entreprise Ne pas faire l apologie d une et une seule

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Cas pratique sur l Évaluation d un établissement de crédit

Cas pratique sur l Évaluation d un établissement de crédit Cas pratique sur l Évaluation d un établissement de crédit Partie 1 : les grands principes de l évaluation I)- Comprendre l environnement bancaire avant de procéder à l analyse de la banque 1)- l environnement

Plus en détail

DOSSIER 1 ÉTUDE DE CAS

DOSSIER 1 ÉTUDE DE CAS Corrigé indicatif DSCG UE 2 Finance DOSSIER 1 ÉTUDE DE CAS 1. Calcul de la performance de Peletier (annexe 1) Rentabilité économique des capitaux employés = résultat économique après impôt / capitaux employés

Plus en détail

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE A/ COMMENT ASSURER LA RENTABILITE ET LA SOLVABILITE DE L ENTREPRISE?

Plus en détail

DEUXIEME JOURNEE DE L EVALUATION «LE RISQUE DANS TOUS SES ETATS» JEUDI 17 NOVEMBRE 2011 Pavillon Dauphine

DEUXIEME JOURNEE DE L EVALUATION «LE RISQUE DANS TOUS SES ETATS» JEUDI 17 NOVEMBRE 2011 Pavillon Dauphine DEUXIEME JOURNEE DE L EVALUATION «LE RISQUE DANS TOUS SES ETATS» JEUDI 17 NOVEMBRE 2011 Pavillon Dauphine SEANCE D OUVERTURE Claude CAZES Président de la Compagnie nationale des Commissaires aux comptes

Plus en détail

Résultats semestriels 2014 Résultats 30 juillet 2014

Résultats semestriels 2014 Résultats 30 juillet 2014 Résultats semestriels 2014 30 juillet 2014 Sommaire 1. Introduction 2. Comptes S1 2014 3. Activité Antalis et Arjowiggins 4. Perspectives 5. Questions & Réponses Annexe : Eléments financiers des opérations

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

Résultats annuels 2014. 10 avril 2015

Résultats annuels 2014. 10 avril 2015 10 avril 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Comptes 2014 3. Activité Antalis et Arjowiggins 4. Perspectives 5. Questions & Réponses Annexe : Eléments financiers des opérations 2 Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

Rapport financier 2010

Rapport financier 2010 Rapport financier 2010 PagesJaunes Groupe Société anonyme à Conseil d administration au capital de 56 196 950,80 euros Siège social : 7 avenue de la Cristallerie - 92317 Sèvres Cedex R.C.S. Nanterre 552

Plus en détail

Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie

Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie Françoise Turpin / Alexandre Adam Équipe Modèles Financiers Gestion Actif - Passif BNP PARIBAS 1 Plan Objectifs

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

DIDIER KLING JACQUES POTDEVIN EXPERT-COMPTABLE COMMISSAIRE AUX COMPTES 28, AVENUE HOCHE 7, RUE GALILEE 75008 PARIS 75116 PARIS. Affine R.E.

DIDIER KLING JACQUES POTDEVIN EXPERT-COMPTABLE COMMISSAIRE AUX COMPTES 28, AVENUE HOCHE 7, RUE GALILEE 75008 PARIS 75116 PARIS. Affine R.E. DIDIER KLING JACQUES POTDEVIN EXPERT-COMPTABLE COMMISSAIRE AUX COMPTES EXPERT-COMPTABLE COMMISSAIRE AUX COMPTES 28, AVENUE HOCHE 7, RUE GALILEE 75008 PARIS 75116 PARIS Affine R.E. Société Anonyme au capital

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

RÉSULTATS S1 2012. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué.

RÉSULTATS S1 2012. Présentation analystes. ERIC COHEN Président -Directeur Général. DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué. RÉSULTATS S1 2012 Présentation analystes 13 septembre 2012 ERIC COHEN Président -Directeur Général DIDIER TAUPIN Directeur Général Délégué PASCAL LEVY Directeur Financier RÉSULTATS S1 2012 Synthèse Résultats

Plus en détail

Société Tunisienne industrielle du papier et du carton

Société Tunisienne industrielle du papier et du carton Mars 2014 DÉPARTEMENT RECHERCHES Société Tunisienne industrielle du papier et du carton Recommandation: Souscrire Prix d introduction: APERÇU SUR LA SOCIÉTÉ 5 DT La SOTIPAPIER «Société Tunisienne Industrielle

Plus en détail

Résultats annuels au 30 juin 2008

Résultats annuels au 30 juin 2008 Société Centrale des Bois et Scieries de la Manche Société Anonyme au capital de 32 205 872,50 euros Siège social : 12 rue Godot de Mauroy, 75009 Paris RCS Paris 775 669 336 Paris, le 23 octobre 2008 Résultats

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite Partenaires experts LES EXPERTS > THIERRY LHOMMEAU Aexecutive > NATHALIE DELAIGUE KPMG > PIERRE LAMIDON Cornet Vincent Ségurel > SYLVAIN QUERNEAU UI Cap Ouest > LUDIVINE LEBRETON - Société Générale > Avec

Plus en détail

(Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable)

(Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable) (Extrait du code de transparence pour LFR Euro Développement Durable) * + b. Quels sont les moyens internes et externes mis en œuvre pour conduire cette analyse? Les gérants de La Financière Responsable

Plus en détail

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Exposé sommaire sur la situation de la Société au cours du 1 er semestre 2015 et de l exercice 2014 Comptes consolidés au 30 juin 2015 (Comptes arrêtés

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions Marchés Financiers Cours appliqué de finance de marché Actions Aoris Conseil - Emmanuel Laffort 1 Actions - Généralités Caractéristiques Partie du capital Participants Banques (comptes propres, comptes

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Isabelle EMONET 13 Rue des Verdiers 38120 SAINT-EGREVE Tel : 04 80 80 58 80 / Mobile

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Avantage fiscal de l endettement Plan de la séance du 20 novembre Avantage fiscal de l endettement entreprises non endettées Déductibilité

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

CAS. L évaluation des fonds de commerce et des actifs incorporels. Conclusion 1. Société internet A

CAS. L évaluation des fonds de commerce et des actifs incorporels. Conclusion 1. Société internet A CAS L évaluation des fonds de commerce et des actifs incorporels Cas N 1 Société internet A Cas N 2 SLBAE Cas N 3 ADDIDAS Cas N 4 Logiciel et Know how 1 2 Société internet A Conclusion 1 Dialogue reconstitué

Plus en détail

Lire et Comprendre Son Bilan

Lire et Comprendre Son Bilan Entrepreneurial Services Lire et Comprendre Son Bilan - Le bilan comme outil de gestion Jean-Jacques Schwab Agent fiduciaire diplômé Organisateur brevet fédéral Sous-directeur Ernst & Young SA Place Chauderon

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

Table des matières. Introduction 7

Table des matières. Introduction 7 Table des matières Introduction 7 Chapitre 1 Survol des marchés de valeurs de placement 11 Les valeurs permettant l atteinte de l objectif de la sécurité financière 13 Les assurances sur la personne 13

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE GÉNÉRALE LEXIQUE ET ABRÉVIATIONS UTILISÉES PAR L AUTEUR MODULE I INTRODUCTION MODULE II COMPRÉHENSION DE L ENVIRONNEMENT MODULE III ÉTABLISSEMENT D UNE STRATÉGIE DE FINANCEMENT MODULE IV PLANIFICATION

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail