Fiscalité du patrimoine La nouvelle donne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiscalité du patrimoine La nouvelle donne"

Transcription

1 & ENTREPRISE g r o u p e m o n a s s i e r ARRAS - BOURG-EN-BRESSE - BOURGES - CHOLET - DINARD - FORT-DE-FRANCE - JOUÉ-LÈS-TOURS - LA FERTÉ-BERNARD - LE HAVRE - LILLE - MONTPELLIER - NOUMÉA - PARIS - REIMS - RENNES - RODEZ SAINT-DENIS DE LA RÉUNION - SAINT-PRIEST - TOULOUSE - TRANS-EN-PROVENCE - TREILLIÈRES (NANTES) - TROYES - PARTENAIRES ÉTRANGERS : ALGÉRIE, ALLEMAGNE, BELGIQUE, BÉNIN, CAMEROUN, ITALIE, MAROC, ROYAUME-UNI, SÉNÉGAL, TOGO N Fiscalité du patrimoine La nouvelle donne SOMMAIRE Donations Successions : anticiper, c est gagner L entreprise, grande gagnante de la réforme L assurance-vie, touchée mais pas coulée Les habits neufs de l ISF 2011 : une loi peut en cacher une autre! À peine la loi de finances rectificative du 29 juillet séchait-elle sur les pages du Journal officiel qu était adoptée, début septembre, une seconde "loi de finances rectificative pour 2011". On a encore présente à l esprit cette récente réforme qui a défrayé la chronique pour avoir aggravé la fiscalité des plus-values immobilières sur les biens autres que la résidence principale. Un nouveau dispositif qui entrera en vigueur le 1 er février On en aurait presque oublié la loi précédente, du 29 juillet, annoncée comme LA grande réforme de la fiscalité patrimoniale. Dans son ensemble, cette loi est retenue comme celle qui a rendu les conditions de la transmission de patrimoine moins avantageuses. Elle a en effet introduit de nouvelles taxes et alourdi les droits de successions et de donations. Quant à l impôt de solidarité sur la fortune, elle n est pas allée jusqu à le supprimer comme certains l espéraient. Crise budgétaire oblige, elle a maintenu l ISF, certes en l allégeant, mais en le privant du même coup de tout plafonnement. L allégement n est donc que partiel. Mais c est précisément lorsque la fiscalité du patrimoine se durcit qu il faut redoubler ses efforts d anticipation! Prévoir, planifier, anticiper demeurent plus que jamais les maîtres mots de la stratégie patrimoniale. On verra, dans cette lettre, que, si la loi de juillet a réduit l avantage attaché à certains dispositifs d allégement, comme l abattement sur les donations désormais applicable tous les dix ans au lieu de six, ces mécanismes n en continuent pas moins d exister et conservent tout leur intérêt. Bien maîtrisés, ils permettent toujours de transmettre son patrimoine dans des conditions satisfaisantes. De même, l assurance-vie, quoique quelque peu touchée, garde tous ses atouts pour demeurer le placement préféré des Français : couplée à une transmission anticipée et organisée de son patrimoine, elle permet encore de répondre aux objectifs de transmission de chacun à un coût maîtrisé. Enfin, nuance - et pas des moindres - à apporter au bilan d aggravation de la fiscalité du patrimoine opérée par la loi de juillet : la transmission d entreprise a, elle, été rendue plus avantageuse. Alors, à vos marques, prêts, anticipez! Arlette Darmon, Notaire à Paris Présidente du Groupe Monassier Le Groupe Monassier est un réseau notarial présent en France et à l'étranger. Il développe une politique exigeante de recrutement, de formation et de documentation. Les notaires du Groupe conseillent les entreprises et les particuliers dans les domaines du droit des sociétés, de la fiscalité, de la stratégie patrimoniale, du droit de la famille et de l'immobilier.

2 DONATIONS, SUCCESSIONS : ANTICIPER, C EST GAGNER Certes, la loi du 29 juillet 2011 a rogné certains avantages - en particulier la réduction pour âge sur les droits de donation - mais l essentiel subsiste! Notamment le maintien des abattements, qui permettent d organiser la transmission de ses biens à des conditions fiscales très favorables. La remise du compteur des abattements à zéro tous les dix ans tout comme son extension aux dons en argent (voir tableau ci-dessous) nous incite à planifier dès maintenant la répartition de notre patrimoine. C est d autant plus important que les deux dernières tranches du barème des droits de mutation à titre gratuit (ceux qui s appliquent aux donations et aux successions) sont majorées de 5 points, passant respectivement de 35 à 40 % (fraction taxable comprise entre et , valeur 2011) et de 40 à 45 % (au-delà de ). PRENEZ DATE SANS ATTENDRE Conséquence du retour à dix ans pour profiter à nouveau des abattements, vous pouvez être conduits à modifier votre stratégie : différer certaines donations ou, à l inverse, prendre date sans tarder pour donner un point de départ au compteur fiscal. Exemple. Une donation de euros est effectuée en faveur d un enfant en octobre Une autre du même montant était prévue au profit du même donataire en novembre Compte tenu de l abattement de euros en ligne directe, la seconde donation serait exonérée de droits à hauteur de euros. Mais échapperait à taxation si le donateur attendait novembre 2016 pour l accomplir. Afin d atténuer le passage de 6 à 10 ans pour les familles qui avaient consenti des donations au cours des dix années écoulées, la loi prévoit un abattement spécifique sur la valeur sur Le montant de la seconde donation pourra donc être exonéré de droits à hauteur de euros. GARE À L ÉVALUATION DE VOS BIENS! La nouvelle loi autorise l administration fiscale à contrôler la valeur des biens donnés durant dix années suivant la date de la donation. Cependant, au bout de trois ans (augmentés de l année en cours), aucun redressement fiscal ne sera effectué si le fisc procède à la réévaluation des biens donnés antérieurement. Dans ce cas néanmoins, la seconde donation s effectuera dans un cadre fiscal moins favorable. Exemple. Un père donne un bien d une valeur de euros à son enfant en 2007 ; il souhaite effectuer une nouvelle donation de euros en À cette occasion, les services fiscaux réévaluent la donation de 2007 à euros. Abattements avant calcul des droits de mutation (barème 2011) Lien de parenté Abattement Enfants ou donataire handicapé euros Conjoint euros Petits-enfants euros Frères et sœurs euros Si la donation initiale avait été maintenue à son niveau, l ajout de la seconde n aurait pas dépassé le niveau de l abattement en ligne directe ( ). En revanche, avec la réévaluation de la première donation, le cumul des deux donations ( euros euros) dépasse l abattement et déclenche le paiement de droits de mutation. Neveux et nièces Arrière-petits-enfants DONNEZ TOUS LES DIX ANS Aujourd hui comme hier, anticiper reste le maître mot de toute stratégie patrimoniale. Objectif : que celles et ceux à qui vous destinez vos biens puissent bénéficier, à chaque donation et lors de votre succession, des taux d imposition les plus bas euros euros des donations antérieures, de 40 % pour celles réalisées en août 2001 à 10 % pour celles effectuées en août Exemple. Reprenons notre hypothèse. La première donation ayant eu lieu entre 6 et 7 ans avant la seconde, un abattement de 10 % sur la valeur du bien donné en 2006 est exécuté. Le rappel fiscal portera COUP DE POUCE AUX DONS EN ARGENT À l exception notable des donations d entreprises (lire page 4), les réductions des droits de donation en fonction de l âge disparaissent. En revanche, le dispositif qui permet à des parents, grands-parents et arrière-grandsparents d accorder des donations à leurs descendants ou, à défaut, à leurs neveux et nièces, est sensiblement amélioré. Il n y a pas si longtemps, le fisc taxait les donations au fur et à mesure de leur réalisation ; une fois l abattement épuisé, le tarif de l impôt progressait rapidement. En 1992, le législateur institue le renouvellement de l abattement tous les dix ans. La remise du compteur à zéro est passée de dix à six ans en 2006 ; la loi du 29 juillet 2011 le fait revenir à dix ans. Rappelons que ce mécanisme purement fiscal n a aucune incidence sur les règles successorales. Barème applicable aux donations et successions en ligne directe (barème 2011) Fraction de part nette taxable Tarif applicable N excédant pas euros 5 % Comprise entre euros et euros 10 % Comprise entre euros et euros 15 % Comprise entre euros et euros 20 % Comprise entre euros et euros 30 % Comprise entre euros et euros 40 % Au-delà de euros 45 % - 2 -

3 Rappelons qu il est possible de donner une somme d argent en exonération de droits fiscaux jusqu à euros à des enfants, petits-enfants et arrièrepetits-enfants (à défaut, à des neveux et nièces) majeurs. En premier lieu, la loi du 29 juillet 2011 accorde le renouvellement de l abattement tous les dix ans alors que, jusqu à présent, l exonération ne s appliquait qu une seule fois. Ensuite, l exonération s applique à toutes les donations réalisées par un donateur de moins de 80 ans (auparavant le couperet tombait à 65 ans pour les dons en faveur des enfants ou des neveux et nièces). Cette exonération fiscale élargie ne modifie pas les règles de rapport civil des sommes données. Elle n abolit pas non plus les règles de la réserve. Il est vivement recommandé de vérifier que sa générosité à l égard de la troisième ou de la quatrième génération n altère pas les droits des enfants. VOTRE PRIORITÉ : PRÉSERVER L HARMONIE FAMILIALE Avant de poursuivre, arrêtons-nous sur le volet civil d une donation. Même totalement exonérée sur le plan fiscal, une donation demeure intégralement prise en compte pour le règlement de la succession du donateur. Car le Code civil protège certains héritiers en leur allouant une fraction incompressible du patrimoine successoral du défunt : la "réserve". S agissant des descendants, la réserve s établit à la moitié de la succession en présence d un enfant ; aux deux tiers s il y en a deux ; aux trois quarts (à partager à égalité) pour trois enfants ou davantage. Chacun des parents reste libre de disposer du reste de ses biens - la "quotité disponible" - comme il le souhaite. Dans la pratique, les parts respectives de la réserve et de la quotité disponible ne sont pas connues au moment de la donation ; elles sont calculées au décès du donateur. Dans un premier temps, le notaire recense tous les biens présents dans le patrimoine du défunt. Puis, il réunit fictivement à cette "masse" la totalité des donations réalisées de son vivant, quelle que soit leur antériorité, que des droits de mutation aient été réglés ou non. Ensuite, le notaire calcule la part qui revient à chaque héritier compte tenu de ses droits héréditaires. Le cas échéant, un enfant qui ne serait pas servi de sa part réservataire par les actifs présents dans la succession devrait être dédommagé par ses frères et sœurs avantagés du vivant du parent décédé. On imagine les difficultés que cette situation peut faire surgir. DON MANUEL : DANGER! Un don manuel, comme son nom l indique, porte sur un bien qui peut être transmis "de la main à la main", hors acte de donation. Il échappe aux droits de mutation tant que le fisc n en prend pas connaissance. Lorsqu il est découvert, il est taxé selon sa plus forte valeur entre celle du jour de la donation et celle de sa révélation. C est souvent lors de l ouverture de la succession du donateur que ces gestes que l on voulait discrets apparaissent au grand jour. Si un don manuel ancien a participé à la constitution du patrimoine du bénéficiaire, le "rapport successoral" de sa valeur actualisée va réduire la part de réserve du bénéficiaire. Un risque qu il vaut mieux éviter. POUR LA PAIX DES FAMILLES, CHOISISSEZ LA DONATION-PARTAGE Depuis une dizaine d années, par touches successives, le législateur a mis en place des dispositifs destinés à atténuer le coût fiscal des donations de façon à favoriser la circulation des biens entre générations. L aménagement du cadre fiscal des donations n altère pas cette volonté. La conjugaison des règles civiles et fiscales renforce l intérêt de la donation-partage Outre l avantage de permettre de présider à la répartition de son patrimoine de son vivant, la donationpartage a pour effet de figer la valeur des biens inclus dans l opération au jour où elle se réalise. Si des donations simples ou des dons manuels ont été réalisés au fil du temps, il peut être avantageux de les regrouper dans une donation-partage globale. REDÉCOUVREZ LA DONATION AVEC RÉSERVE D USUFRUIT Le dispositif antérieur des réductions pour âge favorisait les donations en pleine propriété. Il faisait passer au second plan les donations avec réserve d usufruit qu il est temps de (re) découvrir. Exemple. Un couple (55 et 56 ans) a l intention de donner à chacun de ses deux enfants tous les 10 ans, en franchise d impôt, une somme de euros. S il renouvelle l opération 4 fois, il aura donc transmis au total, en franchise d impôt, des biens pour un montant de euros. Si ces mêmes parents décident de transmettre la nue-propriété des biens et de se réserver un usufruit viager, c est une somme de euros qu ils peuvent donner en franchise d impôt. En effet, compte tenu de leur âge, le Code général des impôts fixe à 50 % la valeur de leur usufruit ; la valeur de la nue-propriété transmise s établissant alors à 50 % (la valeur fiscale de l usufruit des donateurs diminue de 10 % tous les 10 ans). S ils renouvellent l opération 4 fois, ils auront donc transmis au total, en franchise d impôt, des biens pour un montant de euros. Envol des droits de partage À compter du 1 er janvier 2012, les droits prélevés à l occasion d une opération de partage sont portés à 2,50 %. Ces droits d enregistrement visent les cessions de parts de groupements fonciers agricoles, ruraux ou forestiers ; le partage de biens meubles et immeubles entre copropriétaires, cohéritiers et coassociés ; les cessions volontaires de biens mobiliers ou immobiliers indivis dépendant d une succession ou d une communauté conjugale (divorce notamment).

4 L ENTREPRISE, GRANDE GAGNANTE DE LA RÉFORME Si la loi du 29 juillet 2011 n introduit pas de nouveau dispositif de transmission d entreprise, elle renforce les mécanismes qui permettent de réaliser l opération dans des conditions fiscales avantageuses. en plusieurs engagements individuels de conservation. L un au moins des associés ou donataires doit exercer une fonction dirigeante au sein de l entreprise pendant toute la période couverte par l engagement collectif et au moins 3 ans après la donation. Départ d un associé au Pacte. Si l un des partenaires du Pacte est contraint de céder ses parts pendant la période d engagement collectif, le Pacte reste valable si les associés demeurant dans ce Pacte continuent de couvrir à eux seuls 34 % des droits financiers et de vote (20 % pour une société cotée). Ou si le cessionnaire du partenaire sortant accepte de se substituer à lui dans le Pacte. PASSEZ LA MAIN AVANT 70 ANS Assurer la pérennité des entreprises familiales est une priorité pour les pouvoirs publics. Ils la réaffirment en envoyant un signal fort : le maintien de la réduction de 50 % des droits en faveur des chefs d entreprise de moins de 70 ans qui font donation de leur participation dans leur société. La donation doit être effectuée en pleine propriété et porter sur des titres faisant l objet d un engagement collectif de conservation, mieux connu sous le nom de "Pacte Dutreil". L abattement s applique aux parts et actions de sociétés ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, ainsi qu aux quotes-parts indivises de biens meubles et immeubles, corporels ou incorporels affectés à une entreprise individuelle. LE PACTE DUTREIL EST ASSOUPLI La mise en place d un Pacte Dutreil est un acte d anticipation qui permet au chef d entreprise, lorsqu il cède son entreprise à ses enfants, de bénéficier d un abattement des trois-quarts sur la valeur taxable aux droits de mutation à titre gratuit (voir tableau ci-dessous). On notera que cet abattement s applique également en matière d ISF. Le Pacte réunit le chef d entreprise et au moins un associé. Dans un premier temps, les partenaires s engagent à conserver leurs titres ou participations pendant au moins 2 ans après la signature du Pacte. L engagement collectif porte sur au moins 34 % des titres (20 % pour une société cotée). Dans un second temps, lorsque le fondateur de la société transmet ses parts, chaque bénéficiaire (donataire ou enfant appelé à la succession de son auteur) s engage, à son tour, avec les autres partenaires du Pacte à conserver ces titres pendant 4 ans. L engagement collectif se transforme DES AMÉNAGEMENTS BIENVENUS Depuis 2003, date de la promulgation de la loi qui a pris le nom de son promoteur, Renaud Dutreil, les praticiens ont mis en évidence diverses difficultés d application. La loi de juillet 2011 apporte des remèdes à certaines d entre elles. La durée des deux engagements du Pacte - 2 ans au moins avant la donation, 4 ans après - avait pour conséquence de figer tout mouvement d associés pendant une période jugée trop longue, préjudiciable aux nécessités d investissement et de développement de l entreprise. Objectif des assouplissements apportés par la loi : faciliter la substitution d actionnaires et l accueil de nouveaux partenaires. Arrivée d un nouvel actionnaire. L entrée d un associé (acquéreur de parts d un ancien associé ou pas) dans le Pacte collectif ne nécessite pas de conclure un nouvel engagement si l engagement collectif est reconduit pour une nouvelle période de 2 ans. QUE CHOISIREZ-VOUS : DONNER EN PLEINE PROPRIÉTÉ OU AVEC RÉSERVE D USUFRUIT? Depuis la loi du 29 juillet 2011, l abattement pour âge applicable sur les droits de mutation ne bénéficie qu aux donations en pleine propriété. Une exigence qui peut vous conduire à reconsidérer votre stratégie si vous souhaitiez effectuer une donation de nue-propriété avec réserve d usufruit afin, par exemple, de continuer à percevoir les dividendes de l activité que vous avez créée pour compléter votre retraite. Si la donation avec réserve d usufruit a pour effet de réduire la base taxable aux droits de mutation (voir l exemple page 3 in Redécouvrer la donation avec réserve d usufruit ) puis de permettre aux bénéficiaires de la donation de récupérer l usufruit hors droits de succession, la donation en pleine propriété accorde un avantage déterminant aux donataires. Lorsqu ils revendent le bien, la plus-value est calculée par comparaison avec la valeur indiquée dans l acte de donation ; on dit que la donation "purge" la plus-value pour le donataire. Transmission d une société par un dirigeant de 68 ans à son enfant unique (barème 2011) Sans Pacte Dutreil Avec Pacte Dutreil Valeur transmise Abattement Dutreil Abattement légal Valeur taxable Droits de mutation Abattement pour âge (< 70 ans) Taux d imposition euros (aucun) euros euros euros (aucun) 39,84 % euros euros euros euros euros euros 3,24 % - 4 -

5 Transmission d une société par un dirigeant de 68 ans à son enfant unique (barème 2011) Cession puis donation Prix de vente euros Impôt sur les plus-values euros Donation aux enfants euros Droits de mutation euros Net pour les 2 enfants euros Net pour le père euros [( ( )] Donation puis cession Donation aux enfants euros Droits de mutation euros Prix de vente euros Impôt sur les plus-values euros Net pour les deux enfants euros Net pour le père euros [( ( )] VENDRE EN EXONÉRATION DES PLUS-VALUES : C EST POSSIBLE! Si vous approchez de l âge de la retraite, vous pourrez profiter de l exonération des plus-values lorsque vous vendrez votre entreprise. Ce dispositif vous concerne, que votre entreprise soit soumise ou non à l impôt sur les sociétés (IS), dès lors que vous la cédez au moment où vous faites valoir vos droits à la retraite (seules les contributions sociales sont dues au taux de 13,5 %). Si vous remplissez les pré-requis pour vendre dans de bonnes conditions fiscales, vous disposerez de liquidités pour souscrire un placement-retraite afin de compléter vos pensions et préparer votre transmission. SOUTIEN RÉAFFIRMÉ À L OUTRE-MER La loi de juillet 2011 consacre un volet aux investissements réalisés outre-mer. FIP. Création d un dispositif temporaire, jusqu au 31 décembre Il s agit d une réduction d impôt réservée aux personnes fiscalement domiciliées outre-mer qui souscrivent des parts de fonds d investissement de proximité (FIP) dont au moins 60 % de l actif est constitué de parts de sociétés, titres financiers ou avances en compte-courant émises par des sociétés qui exercent leurs activités exclusivement dans des collectivités publiques d outre-mer (*). La réduction d impôt est égale à 50 % de l investissement retenu dans la Dans tous les cas de figure, il peut être intéressant de donner d abord une fraction des parts de votre société à vos enfants avant de vendre le solde à un tiers (voir le tableau ci-dessus). EXIT TAX, LE RETOUR L installation d un contribuable à l étranger entraîne l imposition des plus-values latentes de ses valeurs mobilières, titres et droits sociaux, au taux de 19 %, augmenté de 13,5 % de contributions sociales. Cette taxation est exigible lors de son départ de France s il transfère son domicile fiscal hors de l Espace économique européen (EEE). S il demeure au sein de l EEE, un "sursis de paiement" lui est accordé. limite annuelle de euros par contribuable ( euros pour des conjoints ou partenaires). Elle est exclusive de la réduction d impôt générale ou d ISF. Logement social. Rétablissement du dispositif en faveur du logement locatif social outre-mer : taux à 15 % et plafond de la réduction d impôt à euros. Cet investissement n est plus concerné par la réduction globale des niches fiscales. (*) Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion, ainsi que Mayotte, Saint- Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et- Miquelon, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et îles Walis et Futuna. L Exit Tax est annulée (ou remboursée si elle avait été liquidée lors du départ) à l expiration de la huitième année qui suit l expatriation, mais pas les contributions sociales. Cette restitution est également effectuée si le contribuable revient en France ou décède dans ce même délai. La donation des titres peut aussi ouvrir droit à dégrèvement "si le donateur démontre que la donation n est pas faite à seule fin d éluder l impôt", dit la loi. Ce nouveau régime s applique de façon rétroactive, aux expatriations effectuées depuis le 3 mars L ASSURANCE-VIE,TOUCHÉE MAIS PAS COULÉE L assurance-vie est à la fois un produit d épargne d une grande souplesse - il permet d investir sur divers marchés financiers dans des conditions fiscales privilégiées - et un outil puissant de transmission de patrimoine. Il a - et conserve - une place majeure dans vos stratégies patrimoniales. L OUTIL DE TRANSMISSION PAR EXCELLENCE Hors succession! L assurance-vie permet de répartir des capitaux entre un ou plusieurs bénéficiaires, membres de la famille ou non (on pense notamment aux couples de concubins), en leur permettant de bénéficier d une large exonération de droits. En effet, le Code des assurances prévoit que "le capital ou la rente stipulés payables lors du décès de l assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l assuré" et ne sont pas soumis "aux règles du rapport à succession". Seule limite : que les primes versées ne soient pas "manifestement exagérées eu égard à ses facultés". Dans le cas contraire, le contrat risquerait de perdre sa qualité d assurance-vie et les capitaux "exagérés" seraient réintégrés dans l actif successoral du défunt. L ABATTEMENT PERDU DU CONJOINT OU PARTENAIRE DE PACS EXONÉRÉ La loi TEPA du 21 août 2007 a exonéré de tous droits de mutation les conjoints survivants, les partenaires de Pacs bénéficiaires d un testament et, sous certaines conditions d âge et de cohabitation, un frère ou une sœur

6 Cette exonération s applique aussi sur les capitaux issus d un contrat d assurancevie (voir le tableau page 7). La loi du 29 juillet 2011 ne revient pas sur ces principes, mais elle comble une lacune des textes antérieurs et précise le traitement fiscal des sommes transmises en démembrement de propriété. Car, jusqu à présent, l abattement de "non consommé" par le conjoint ou partenaire était réparti entre les nus-propriétaires. Ce n est plus le cas. CONNAISSEZ-VOUS LA PUISSANCE D UNE CLAUSE "DÉMEMBRÉE"? Contrairement à une clause classique qui désigne une cascade de bénéficiaires des fonds (souvent le conjoint, à défaut les enfants, à défaut les héritiers), une clause démembrée organise la destination successive du capital : le conjoint ou le partenaire survivant pour l usufruit et les enfants pour la nue-propriété. Au décès du souscripteur, la compagnie d assurance verse les capitaux au conjoint ou au partenaire. Ce dernier détient alors un "quasi-usufruit" sur cette somme, qu il peut utiliser librement (cette faculté peut être encadrée par la clause) et demande à son conseil d établir un acte de reconnaissance de quasi-usufruit dont il donnera quittance à ses enfants. À son propre décès, ses enfants, les nus-propriétaires, se prévalent d une "créance de restitution" (le capital alloué à leur parent est déduit de l actif successoral taxable), ce qui a pour effet de réduire à due proportion l assiette des droits de mutation. DÉFINITIONS Démembrement de propriété. Division du droit de propriété entre l usufruit (jouissance du bien et perception des revenus) et la nue-propriété (vocation à récupérer la pleine propriété à la fin de l usufruit). POURQUOI VOUS DEVEZ RÉVISER VOS CLAUSES BÉNÉFICIAIRES Dans son principe, le dispositif du démembrement de la clause bénéficiaire est conservé, mais la répartition de l abattement fiscal de euros (article 990 I, voir ci-dessous encadré Définitions ) entre l usufruitier et le nu-propriétaire à raison de leurs droits respectifs est précisée. METTEZ LES DROITS À LA CHARGE DE VOTRE CONJOINT Un autre élément doit attirer votre attention. La compagnie d assurance prélève le montant des droits sur le contrat avant de délivrer les capitaux aux bénéficiaires. Dans le cadre d un démembrement de propriété, le conjoint ou partenaire survivant reçoit donc un capital amputé des taxes prélevées pour le compte des nuspropriétaires.afin d éviter toutes dissensions familiales, il est prudent de mentionner dans la clause bénéficiaire que le conjoint ou partenaire survivant exerce son usufruit sur un capital "net de prélèvements éventuels". Tous les contrats sont concernés car cet abattement s applique aux capitaux issus de versements postérieurs au 13 octobre 1998 (sauf ceux réalisés par un souscripteur de plus de 70 ans, qui relèvent de l article 757 B, voir cidessous encadré Définitions et tableau). Concrètement, comment se répartira cet abattement? Tout dépend de la façon dont la clause bénéficiaire est rédigée comme le montre l exemple suivant. EXEMPLE : DEUX CLAUSES BÉNÉFICIAIRES, DEUX MODES DE TAXATION Par hypothèse, le conjoint survivant a 77 ans, son usufruit s établit à 30 % et la valeur liquidative du contrat s élève à euros. Exemple 1. "L usufruit pour mon conjoint et la nue-propriété pour mes deux enfants, Claude et Dominique". Nature des droits Valeur brute Abattement Taxation Usufruit du conjoint euros (30 %) euros Exonération Nue-propriété de Claude et Dominique euros ( x 70 %) euros euros Exemple 2. "Le capital net de taxes à concurrence de 50 % pour Claude en nue-propriété (mon conjoint pour l usufruit) et 50 % pour Dominique en nue-propriété (mon conjoint pour l usufruit) ". Sous réserve de la publication d une instruction fiscale, l abattement devrait s appliquer par bénéficiaire, une fois par moitié de contrat. Nature des droits Valeur brute Abattement Taxation Usufruit du conjoint euros (30 %) euros Exonération Nue-propriété de Claude euros [( /2 x 70 %] euros euros Nue-propriété de Dominique euros [( /2 x 70 %] euros euros La seconde rédaction réduit le montant de la taxation de plus de 56 %. 757 B. Article du Code général des impôts qui institue un abattement aux droits de mutation de sur les primes versées par un assuré de plus de 70 ans. 990 I. Article du Code général des impôts qui détaille les conditions de taxation des capitaux après un abattement de euros. Age de l usufruitier Moins de 51 ans révolus Moins de 61 ans révolus Moins de 71 ans révolus Moins de 81 ans révolus Moins de 91 ans révolus Plus de 91 ans révolus Valeur de l usufruit 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % Valeur de la nue-propriété 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % - 6 -

7 MULTIPLIEZ LES BÉNÉFICIAIRES Depuis le 13 octobre 1998, une taxation s applique sur une partie des sommes délivrées au décès de l assuré. Elle dépend de la date à laquelle le contrat a été souscrit, de celle des versements et de l âge de l assuré lorsqu il alimentait son contrat (voir tableau ci-contre). Ainsi, pour un même contrat, une part du capital reçu par un même bénéficiaire peut relever de trois régimes différents (exonération, taxation, droits de succession). À raison des versements effectués par un assuré de moins de 70 ans après le 13 octobre 1998, après un abattement de euros par bénéficiaire, le capital délivré est taxé à hauteur de 20 %. Ce taux est désormais porté à 25 % pour les sommes dépassant euros. Ce seuil n a pas été choisi au hasard. Il fait référence aux limites des droits de mutation en ligne directe (voir tableau page 2) ; il sera donc revalorisé chaque 1 er janvier. Il est important de noter que le calcul de la taxe s effectue bénéficiaire par bénéficiaire. Concrètement, le prélèvement de 25 % ne trouve à s appliquer que pour les capitaux décès supérieurs à euros par bénéficiaire non exonéré. La répartition du capital entre un nombre plus important de bénéficiaires permet de limiter l impact de la taxation. AVANTAGE À L ASSURANCE-VIE SUR LES DROITS DE SUCCESSION Les retouches apportées au traitement fiscal des sommes transmises par le biais de l assurance-vie ne lui ôtent rien de son intérêt. Dans la plupart des situations, les taxes prélevées à l occasion de la délivrance d un capital décès restent d un niveau moindre que celles qui pèsent sur un legs successoral. En particulier, les taux de 20 % et 25 % appliqués sur l assurance-vie sont à mettre en perspective avec les droits de mutation qui montent jusqu à 45 % en ligne directe, et 60 % hors liens de parenté, dans le cas des concubins par exemple. Date d ouverture du contrat LES HABITS NEUFS DE L ISF L impôt de solidarité sur la fortune (ISF) n a pas disparu du paysage fiscal français, loin de là. Il y demeure, certes avec des contours considérablement remaniés, mais toute forme de plafonnement de son montant a disparu. Les assouplissements ne doivent pas faire oublier cet inconvénient majeur. Ici encore, il faudra anticiper pour contenir cet impôt sur le patrimoine. DEUX TRANCHES MAIS UNE TAXATION AU PREMIER EURO Le nouveau mode de calcul et de taxation s appliquera à l ISF 2012 (liquidé en 2013). Les seuils indiqués dans ce numéro sont ceux de 2011 et seront revalorisés chaque 1 er janvier par la loi de finances. Le barème de l ISF démarre désormais à 1,3 million d euros et comporte deux tranches de taxation : 0,25 % lorsque le patrimoine net taxable du contribuable est inférieur à 3 millions d euros ; 0,5 % lorsqu il atteint ou dépasse ce seuil. Contrepartie de la diminution de ces taux, l impôt se calcule dès le premier euro de patrimoine. Exemple. Un contribuable déclare un patrimoine net taxable de 2 millions d euros. Il acquittera un ISF de euros (2 millions d euros x 0,25 %). Avant le 20 novembre 1991 Après le 20 novembre 1991 Date des versements Avant le 13 octobre 1998 Avant 70 ans Exonération Exonération Après 70 ans Exonération Taxation des versements aux droits de succession après un abattement de euros (intérêts exonérés) Date des versements Avant le 13 octobre 1998 Avant 70 ans Abattement de euros par Abattement de euros par bénéficiaire, taxation de 20 % entre bénéficiaire, taxation de 20 % entre et euros (25 % au-delà) et euros (25 % au-delà) Après 70 ans Abattement de euros par Taxation des versements aux droits de bénéficiaire, taxation de 20 % entre succession après un abattement de et euros (25 % au-delà) euros (intérêts exonérés) Si l évaluation de ses biens atteint 5 millions d euros, il réglera euros (5 millions d euros x 0,5 %). L abattement de 30 % appliqué à la valeur de la résidence principale a été pérennisé. La réduction pour personnes à charge, incluant cette fois les enfants majeurs poursuivant leurs études, passe, elle, de 150 à 300 euros. ISF 2011 Le volet ISF de la loi de finances rectificative a relevé le seuil de taxation de euros à 1,3 million d euros et dispensé les contribuables dont le patrimoine n atteint pas 3 millions d euros de produire des justificatifs de leurs évaluations dès VOTRE PATRIMOINE ATTEINT LE SEUIL? À VOS CALCULETTES! Pour éviter le déclenchement de l imposition ou l application du taux le plus élevé au premier euro de dépassement de 1,3 ou 3 millions d euros, la loi du 29 juillet 2011 met en place un mécanisme de lissage. Il concerne les contribuables dont le patrimoine dépasse l un ou l autre seuil de façon marginale (voir le tableau page 8). L IMPORTANCE DU DOMICILE FISCAL Les bénéficiaires d un contrat d assurance-vie souscrit par un non-résident restent exonérés de toute taxation sous une double condition. En premier lieu, le souscripteur ne devait avoir le statut de résident français ni lorsqu il a ouvert le contrat (il n y avait ni son domicile fiscal, ni le centre de ses intérêts économiques et privés) ni lors de son décès. En second lieu, le bénéficiaire ne doit pas avoir été domicilié fiscalement en France plus de quatre ans au cours de la décennie précédente Par ailleurs, l ISF dû par les contribuables dont le patrimoine net taxable est égal à 1,3 million d euros est ramené à euros (au lieu de euros) tandis que celui acquitté par les ménages dont le patrimoine net taxable atteint 3 millions d euros s établit à euros (au lieu de euros).

8 Patrimoine net taxable Supérieur à 1,3 million d euros et inférieur à 1,4 million Supérieur à 3 millions d euros et inférieur à 3,2 millions Réduction d ISF euros - (7 x 0,25 % P * ) euros - (7,5 x 0,5 % P * ) * P = valeur nette taxable du patrimoine Exemple Patrimoine de 1,35 million d euros Réduction : 875 euros ISF : euros (au lieu de 3 375) Patrimoine de 3,1 millions d euros Réduction : euros ISF : euros (au lieu de ) revenu : 10 % du montant de l impôt (qu il soit recouvré par voie de rôle ou joint à la déclaration). PROFITEZ DES RÉDUCTIONS D ISF Les deux dispositifs mis en place pour réduire le montant de l impôt à payer (dans la limite de euros) sont confirmés. LES BIENS PROFESSIONNELS REDÉFINIS Les biens professionnels échappent à l assiette taxable à l ISF. Des difficultés d interprétation étaient apparues, en particulier pour les personnes qui exercent plusieurs activités professionnelles. Entreprises individuelles. La loi valide la doctrine administrative qui accordait la qualification de "bien professionnel unique" aux différentes activités professionnelles exercées dans le cadre d une entreprise individuelle dès lors que ces activités présentent un lien soit de similitude, soit de connexité et de complémentarité. Le "bien professionnel unique". Par ailleurs, la loi de juillet prévoit que les titres détenus par un entrepreneur individuel dans une ou plusieurs sociétés soumises à l impôt sur les sociétés (IS) peuvent être retenus comme biens professionnels (et entrer dans le champ de l exonération) si chaque participation répond aux critères (fonction exercée, rémunération normale).tout lien de dépendance entre les différentes entités est aboli. SCI DES NON-RÉSIDENTS : RÉDUIRE LES CRÉANCES DU COMPTE D ASSOCIÉ Les créances portées sur le compte d associé des SCI à prépondérance immobilière détenues par des nonrésidents rentrent dans le champ de la valorisation des parts de la société à compter du 1 er janvier Concrètement, les contribuables concernés ont intérêt à refinancer leur compte d associé par un emprunt bancaire, admis lui au titre du passif du patrimoine ISF. Sociétés à l IS.Autre assouplissement apporté par la loi : la condition de détention d au moins 25 % d une société soumise à l impôt sur les sociétés concerne désormais uniquement les droits de vote (auparavant, la loi visait 25 % "des droits financiers et des droits de vote"). Par ailleurs, le caractère "normal" de la rémunération s apprécie désormais globalement et non plus société par société. MOINS DE 3 MILLIONS DE PATRIMOINE : DÉCLARATION SIMPLIFIÉE À compter de 2012, si votre patrimoine net taxable n atteint pas 3 millions d euros, vous porterez le montant de la valeur nette taxable de vos avoirs dans une case spécifique de la déclaration de revenus. L Administration vous dispense de produire des justificatifs de l évaluation de vos biens. L ISF sera ensuite appelé "par voie de rôle", les services du fisc vous adressant un avis d imposition (la mensualisation est possible). Les personnes qui vivent en concubinage "notoire" ne sont pas imposées ensemble sur leurs revenus, mais doivent déposer une déclaration unique d ISF si l addition de leurs patrimoines atteint le seuil de taxation. Il leur appartiendra de décider sur laquelle des deux déclarations elles cocheront la case "ISF". Si votre patrimoine dépasse 3 millions d euros, vous continuerez à déposer une déclaration d ISF spéciale (avec annexes) et à y joindre le montant de l impôt. Par ailleurs, les pénalités de retard de paiement de l ISF s alignent sur celles prévues en matière d impôt sur le Dons à des œuvres d intérêt général.vous avez avantage à faire porter la réduction d impôt sur votre ISF (le taux de réduction s élève à 75 %) plutôt que sur votre impôt sur le revenu où l avantage fiscal ne porte que sur 66 % de la somme donnée. Souscription au capital d une PME. Elle ouvre droit à une réduction d ISF à hauteur des trois-quarts des titres faisant l objet d un "Pacte Dutreil" (sur les aménagements apportés à ce dispositif, voir page 4). ANTICIPEZ LA RÉORGANISATION DE VOTRE PATRIMOINE Les familles qui souhaitent réduire le montant de leur ISF ou demeurer en dessous de l un ou l autre des deux seuils de déclenchement de l imposition disposent de nombreux outils. Le premier consiste bien entendu à réduire le périmètre de leur patrimoine taxable à l ISF en réalisant des donations à leurs proches (lire page 4) ou à des œuvres d intérêt général. Autre voie : l acquisition d actifs exonérés. Les objets d antiquité, d art ou de collection restent exclus du périmètre du patrimoine taxable à l ISF. Il en va de même, à hauteur des trois-quarts, pour les bois, forêts et parts de groupements fonciers (forestiers, agricoles ou ruraux) et à la totalité des souscriptions au capital de PME ou de parts de fonds d investissement. Pour obtenir l effet escompté, ces montages doivent être prévus très en amont afin d alléger le patrimoine avant le 31 décembre. L anticipation restera en tout état de cause la clé d une stratégie réussie. Cette lettre d'information est une approche générale des sujets traités, elle ne peut se substituer à un conseil personnel pour lequel votre notaire est compétent. Les informations contenues sont indicatives et ne sauraient engager la responsabilité de l'éditeur. "Patrimoine & Entreprise" est une publication du GROUPE MONASSIER - Association Loi 1901 : 25, rue La Boëtie Paris. Tél Directrice de la publication : M.-A. RIBEYRE - Conception et réalisation :A. DARMON (Paris) - P. VAN STEENLANDT (Centre d études et de recherches). Maquette et impression : Imp. Gaillard (Arras) - ISSN

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine.

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. 1 2 Principe : Les héritiers appelés héritiers réservataires, ne peuvent pas être exclus de votre succession : il s agit

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale?

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? (Ce commentaire réalisé à chaud, ne présente pas un caractère exhaustif) I.

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS Information donateur Grands-parents Parents Transmettez dans les meilleures conditions Réunima EvolutionS IntergénérationS La donation Un «coup de pouce financier» Parce qu elle est reconductible tous

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 www.tecnicpatrimoine.com De l optimisation de la clause bénéficiaire démembrée dans le cadre d un contrat d assurance-vie La clause bénéficiaire démembrée

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon La transmission d entreprises en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition de maintien

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

Allianz Intergénérations

Allianz Intergénérations Allianz Intergénérations Profitez des mesures en faveur des donations et offrez à vos petits-enfants le capital qui les aidera à bien démarrer dans la vie. Pour de plus amples renseignements, votre Conseiller

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

L essentiel sur. L assurance vie

L essentiel sur. L assurance vie L essentiel sur L assurance vie Qu est-ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier votre capital, pour vous-même ou vos proches. A la fin

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales JUILLET 2015 Le fil expert Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales N 4 LA DONATION-PARTAGE : Outil optimal de transmission du patrimoine Organiser de son vivant la transmission

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

!! "#$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$!

!! #$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$! "#$%&'#()*)$$+%%)$$#,-$)(*,-&(#,-$ &.&(()/)-($ Des abattements sont prévus sur les droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire. Dans la limite de

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation. Le plaisir de donner simplement.

SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation. Le plaisir de donner simplement. SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation Le plaisir de donner simplement. La donation est un moyen simple et pratique d aider vos proches à se constituer un patrimoine dans des conditions

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

L essentiel sur. L assurance vie

L essentiel sur. L assurance vie L essentiel sur L assurance vie Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital, pour soi-même ou ses proches. A la fin du

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail