Loi de Finances 2013 et Lois de Finances rectificatives Nouvelle donne fiscale! Rencontre avec le MEDEF Lyon-Rhône Le 22 JANVIER 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi de Finances 2013 et Lois de Finances rectificatives 2012 - Nouvelle donne fiscale! Rencontre avec le MEDEF Lyon-Rhône Le 22 JANVIER 2013"

Transcription

1 Loi de Finances 2013 et Lois de Finances rectificatives Nouvelle donne fiscale! Rencontre avec le MEDEF Lyon-Rhône Le 22 JANVIER 2013 La lecture du présent document ne peut pas être détachée des commentaires oraux qui sont indispensables pour préciser certains points déterminants et les risques afférents aux concepts de fraude à la loi et d abus de droit.

2 Rencontre avec le MEDEF Lyon-Rhône du 22 janvier 2013 La rencontre sera introduite par Bernard FONTANEL, Président du MEDEF Lyon- Rhône, suivie des interventions de : Marie-Pascale ANTONI, Directrice des Affaires Fiscales au MEDEF Philippe DEBAERE, Ingénieur Patrimonial de La Compagnie Financière Edmond de Rothschild Banque Robert CLEMENT, Directeur Adjoint de La Compagnie Financière Edmond de Rothschild Banque Frédéric SUBRA, Associé DELSOL Avocats

3 SOMMAIRE PREMIERE PARTIE : FISCALITE PATRIMONIALE 1) Impôt sur le revenu 2) Impôt de solidarité sur la fortune 3) Droits de donation et de succession DEUXIEME PARTIE : FISCALITE D ENTREPRISE 4) Instauration d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi (Cice) 5) Aménagement du crédit d impôt recherche (Cir) 6) Limitation de la déductibilité des charges financières 7) Mesures diverses (is) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 3

4 PREMIERE PARTIE : FISCALITE PATRIMONIALE Présenté par : Philippe DEBAERE : Directeur-adjoint «Ingénierie patrimoniale» Groupe Edmond de Rothschild Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 4

5 SOMMAIRE 1) IMPOT SUR LE REVENU 1.1) Barème et seuils ) Contribution sur les hauts revenus 1.3) Synthèse des revenus du capital 1.4) Dividendes 1.5) Coupons, intérêts et assimilés 1.6) Plus-values financières 1.7) Plus-values immobilières Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 5

6 1.1) IR : Barème et seuils 2012 Barème de l IR applicable aux revenus de 2012 (*) Tranche d imposition Baisse du plafond de l avantage fiscal lié au rattachement de personnes à charge : par demi-part Taux d imposition Jusqu à % De à ,5% De à % De à % De à % Au-delà de % Limites et seuils applicables aux revenus de 2012 Salaires et pensions Baisse du plafond de la déduction forfaitaire de 10% sur les salaires : par salarié Gel du plafond de la déduction forfaitaire de 10% sur les pensions : par foyer fiscal Pensions alimentaires versées aux enfants majeurs Gel du plafond de déduction : par enfant (*) absence de revalorisation annuelle Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 6

7 1.2) Contribution sur les hauts revenus (CHR ) Contribution : à compter des revenus réalisés en 2011 jusqu à l équilibre des comptes publics Redevables : les contribuables dont le revenu fiscal de référence (RFR), apprécié au niveau du foyer fiscal IR, excède pour les personnes seules et pour les couples mariés ou pacsés Calcul de la contribution : montant théorique avant réduction éventuelle Fraction du RFR Personnes seules Inférieure à % Entre et % Au-delà de % Fraction du RFR Couples Inférieure à % Entre et 1 M 3% Au-delà de 1 M 4% Les plus-values de cessions sont réintégrées avant abattement pour durée de détention (applicable aux cessions soumises au régime de droit commun ou réalisées par des dirigeants de PME européennes partant en retraite) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 7

8 1.2) IR : Contribution sur les hauts revenus (CHR) Revenu fiscal de référence pour la CHR 2013 : A titre de pratique, le RFR est mentionné sur l avis d imposition à l IR Il est constitué de l ensemble des revenus et plus-values nets imposables à l IR (au barème progressif, à un taux proportionnel ou au PFL), sous déduction des charges déductibles du revenu global et après réintégrations de certaines charges, allégements fiscaux et exonérations limitativement énumérées : Réintégration des charges déduites au titre des primes et cotisations d épargne retraite (Perp notamment), des souscriptions au capital des Sofica et de parts de copropriété de navires de commerce Réintégration des allégements fiscaux suivants : abattement de 40% sur les dividendes et abattement pour durée de détention sur les plus-values financières (applicable aux cessions soumises au régime de droit commun ou réalisées par certains dirigeants de PME européennes partant en retraite et aux cessions bénéficiant d un report d imposition en cas de remploi dans une société) Réintégration des gains exonérés suivants : cession de titres à l intérieur du groupe familial, cession de SCR, FCPR et JEI, cession de parts de sociétés de personnes soumises à l IR exonérées en raison de leurs recettes annuelles Réintégrations des revenus exonérés : revenus exonérés des salariés détachés à l étranger et des impatriés, bénéfices exonérés issus des activités non salariées notamment des entreprises nouvelles, des JEI, des entreprises implantées en Corse, dans un pole de compétitivité ou en ZFU (liste non exhaustive des résultats professionnels exonérés) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 8

9 1.3) IR : Synthèse des revenus du capital (hors CHR de 3% et 4%) Revenus 2012 Revenus 2013 Dividendes Détail page 9 Intérêts Détail page 10 Revenus fonciers Plus-values financières Détail page 11 Plus-values immobilières Détail pages 15 36,50% (IR 21% + PSA 15,5%*) 39,50% (IR 24% + PSA 15,5%*) 60,50 % (IR 45% + PSA 15,5%) 39,50% (régime général) (IR 24% + PSA 15,5%) ou 34,50% (entrepreneurs) (IR 19% + PSA 15,5%) Après abattement : 34,50% (après abattement : IR 19% + PSA 15,5%*) 40,21% (IR 24,71% + PSA 15,5%) 58,21% (IR 42,71% + PSA 15,5%) 60,50 %** (IR 45% + PSA 15,5%) < 2 ans : 60,50%** (régime général) < 4 ans : 51,50%** (régime général) < 6 ans : 47,00%** (régime général) 6 ans : 42,50%** (régime général) (IR 45% après abattement + PSA 15,5%) ou 34,50% (entrepreneurs) (IR 19% + PSA 15,5%) Après abattement : 40,50 % (après abattement : IR 19% + PSA 15,5% + Taxe immobilière de 0% à 6%) * Les prélèvements sociaux étaient de 13,5 % entre le et le ** Ce taux marginal d imposition est calculé avec un TMI à 45% sans tenir compte de l économie d impôts obtenue sur la déductibilité d une quote-part de le CSG (5,1%) sur les revenus N+1 Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 9

10 1.4) IR : Dividendes (hors CHR de 3 et 4 %) Dividendes 2012 Dividendes 2013 IR (TMI = 41%) PFL 21% IR (TMI = 41%) IR (TMI = 45%) Dividende brut (n) PSA (n) 15,50 (13,50 entre le et le 30.06) 15,50 (13,50 entre le et le 30.06) 15,50 15,50 PFL (n) - 21 Acompte d IR (n) Sauf si revenu fiscal de référence n-2 < 50 K (seule) ou 75 K (couple) Impôts payés en année n 15,50 (ou 13,50) 36,50 (ou 34,50) 36,50 36,50 Base de l impôt sur le revenu en année n abattement de 40% - CSG déductible (5,1%) = 54, abattement de 40% - CSG déductible (5,1%) = 54, abattement de 40% - CSG déductible (5,1%) = 54,90 IR (n+1) 22, ,51 21 = 1,51 24,71 21 = 3,71 Imposition totale 38,01% 36,50% 38,01% 40,21% Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 10

11 1.5) IR : Coupons, intérêts et assimilés (hors CHR de 3 et 4%) Intérêts 2012 Intérêts 2013 IR (TMI = 41%) PFL 24% IR (TMI = 41%) IR (TMI = 45%) Intérêt brut (n) PSA (n) PFL (n) Maintenu en 2013 si intérêts < 2 K Acompte obligatoire d IR (n) Sauf si revenu fiscal de référence n-2 < 25 K (seule) ou 50 K (couple) 15,50 (13,50 entre le et le 30.06) 15,50 (13,50 entre le et le 30.06) ,50 15, Impôts payés en année n 15,50 (ou 13,50) 39,50 (ou 37,50) 39,50 39,50 Base de l impôt sur le revenu en année n CSG déductible (5,1%) = 94, CSG déductible (5,1%) = 94, CSG déductible (5,1%) = 94,90 IR (n+1) 38,91-38,91 24 = 14,91 42,72 24 = 18,71 Imposition totale 54,41% 39,50% 54,41% 58,21% Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 11

12 1.6) IR : Plus-values financières (hors CHR de 3 et 4%) Cessions en 2012 Cessions à compter de 2013 Cas général IR au taux forfaitaire de 24% IR 24% + PSA = 39,50% IR au barème progressif Après abattement pour durée réelle de détention de 20% après 2 ans, 30% après 4 ans et 40% après 6 ans (l abattement s applique également aux moins-values selon la durée de détention des titres) Avec TMI à 45% (hors CHR) Avant 2 ans : IR 45,0% + PSA = 60,50%* Après 2 ans : IR 36,0% + PSA = 51,50%* Après 4 ans : IR 31,5% + PSA = 47,00%* Après 6 ans : IR 27,0% + PSA = 42,50%* * CSG déductible à hauteur de 5,1% sur les revenus N+1 Sauf option pour le régime des «entrepreneurs» IR au taux forfaitaire de 19% sous conditions IR 19% + PSA = 34,50% (hors CEHR) Sociétés exerçant une activité opérationnelle de manière continue durant les 10 dernières années ou depuis sa création si elle a moins de 10 ans Durée de détention des titres 5 ans Participation au niveau du groupe familial 10% pendant au moins 2 ans au cours des 10 dernières années et 2% à la date de la cession Exercice d une fonction de direction ou d une activité salariée de manière continue au cours des cinq années précédant la cession et qui donne lieu à une rémunération normale représentant plus de la moitié des revenus professionnels du cédant Absence d abattement pour durée de détention Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 12

13 1.7) IR : Cession de titres et remploi dans une entreprise Aménagement du report d imposition sous condition de remploi (art D bis) Avantage fiscal (pour les cessions à compter du ) : report de l imposition de la plus-value soumise à l IR (hors PSA et CHR) sous conditions, notamment de réinvestir dans un délai de 24 mois, au moins 50% de la plus value nette de prélèvements sociaux, au capital d une ou plusieurs société(s) ou dans un ou plusieurs FCPR (ou SCR) sous conditions. La quote-part non réinvestie dans le délai de 24 mois est imposable à l impôt sur le revenu (+ intérêts de retard). La quote-part réinvestie bénéficie du report d imposition puis d une exonération après cinq de conservation des titres acquis en remploi (si pas de remboursement des apports avant la dixième année). Conditions relatives à la société : Elle doit avoir exercée de manière continue une activité opérationnelle (ou holding pure dont l objet exclusif est de détenir des participations dans des sociétés opérationnelles) au cours des 8 années précédant la cession, Avoir son siège dans un Etat de l UE ou partie à l EEE, Etre soumise à l is ou à un taux équivalent. Conditions relatives au cédant : Il doit de manière continue détenir les titres depuis plus de 8 ans et à hauteur d au moins 10% du capital, directement, par personne interposée ou par l intermédiaire de son groupe familial, Il doit, dans un délai de 24 mois, réinvestir au moins 50% de la plus value nette de prélèvements sociaux dans la souscription au capital initial ou à l augmentation de capital d une société opérationnelle (directement ou indirectement) qui doit représenter au moins 5% du capital social de la société ou dans la souscription de parts de SCR ou FCPR sous conditions. Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 13

14 1.7) IR : Cession de titres et départ à la retraite Prorogation du régime de faveur des cessions de titres par les dirigeants de PME qui partent en retraite (art D ter) Avantage fiscal (prorogé jusqu au ) : la plus-value soumise à l IR bénéficie d un abattement pour durée de détention de : 1/3 à compter de la fin de la sixième année, 2/3 à la fin de la septième année et 100% à partir de la fin de la huitième année (hors PSA et CHR) sous conditions, notamment que l actionnaire-dirigeant de la société (qui doit être une PME européenne) fait valoir ses droits à la retraite dans les deux ans qui précèdent ou qui suivent la cession. Conditions relatives à la société : Elle doit être une PME et avoir exercée de manière continue une activité opérationnelle (ou holding pure dont l objet exclusif est de détenir des participations dans de sociétés opérationnelles) au cours des 5 années précédant la cession, Avoir son siège dans un Etat de l UE ou partie à l EEE, Etre soumise à l is ou à un taux équivalent, Conditions relatives au cédant : Il doit céder l intégralité des titres ou plus de 50% si il détient plus de 50% de la société, Il doit avoir dirigé la société de manière continue pendant les 5 années précédant la cession, Il doit avoir détenu, de manière continue, directement ou par personne interposée ou par l intermédiaire de son groupe familial au moins 25% de la société au cours de 5 années précédant la cession, Il doit cesser toute fonction dans la société et faire valoir ses droits à la retraite dans les 2 ans qui précèdent ou qui suivent la cession (et ne pas détenir plus de 1% du capital du cessionnaire). Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 14

15 1.7) IR : Apport-cession de titres dans un bref délai Création d un report d imposition (art B ter) : pour les plus-values d apport à une société contrôlée par l apporteur Champs d application : Les plus-values d apports de titres réalisés à compter du par une personne physique ou par une personne interposée à une société contrôlée par l apporteur bénéficient d un report d imposition automatique. En cas de cession des titres apportés dans un délai de trois ans à compter de l apport, l impôt en report est rendu exigible sauf si la société réinvestit dans un délai de deux ans au moins 50% du produit de cession dans une activité économique. Notion de contrôle : Un contribuable est considéré comme contrôlant une société lorsqu il détient (directement ou indirectement ou par l intermédiaire de son groupe familial) plus de 50% des droits de vote ou droits aux bénéficies sociaux ou lorsqu il détient au moins 1/3 et qu aucun autre actionnaire ne détient directement ou indirectement une participation supérieure ou lorsqu il détient le contrôle en vertu d un pacte d actionnaire ou lorsqu il exerce en fait le pouvoir de décision (seul ou avec une personne agissant de concert). Fin du report (l impôt est exigible dans les cas suivants) : - - Vente, rachat, remboursement, ou annulation des titres reçus en échange de l apport (en cas de donation de titres la plus-value en report est rendue exigible entre les mains du donataire en cas de cession, apport, remboursement ou annulation des titres dans les 18 mois qui suivent la donation ou lorsque la société cède les titres apportés dans un délai de trois ans à compter de l apport sans procéder à un réinvestissement économique du produit de la cession) ; - - Vente, rachat, remboursement, ou annulation des titres apportés dans les trois ans qui suivent l apport sauf si la société bénéficiaire de l apport, réinvestit dans un délai de deux ans 50% du produit de cession dans le financement d une activité opérationnelle ou souscrit au capital ou à une augmentation de capital d une société ayant une telle activité ou fait l acquisition et prend le contrôle d une société exerçant une telle activité ; - - En cas de transfert du domicile fiscal hors de France dans les conditions prévues à l art. 167 bis du CGI (Exit tax). Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 15

16 1.8) IR : Plus-values immobilières Abattement pour durée de détention : Durée de détention Abattement applicable Fraction de plusvalue taxable Moins de 6 ans 0% 100% Entre 6 et 7 ans 2% 98% Entre 7 et 8 ans 4% 96% Entre 8 et 9 ans 6% 94% Entre 9 et 10 ans 8% 92% Entre 10 et 11 ans 10% 90% Entre 11 et 12 ans 12% 88% Entre 12 et 13 ans 14% 86% Entre 13 et 14 ans 16% 84% Entre 14 et 15 ans 18% 82% Entre 15 et 16 ans 20% 80% Entre 16 et 17 ans 22% 78% Entre 17 et 18 ans 24% 76% Durée de détention Abattement applicable Fraction de plusvalue taxable Entre 18 et 19 ans 28% 72% Entre 19 et 20 ans 32% 68% Entre 20 et 21 ans 36% 64% Entre 21 et 22 ans 40% 60% Entre 22 et 23 ans 44% 56% Entre 23 et 24 ans 48% 52% Entre 24 et 25 ans 52% 48% Entre 25 et 26 ans 60% 40% Entre 26 et 27 ans 68% 32% Entre 27 et 28 ans 76% 24% Entre 28 et 29 ans 84% 16% Entre 29 et 30 ans 92% 8% Plus de 30 ans 100% 0% Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 16

17 1.8) IR : Plus-values immobilières (hors CHR) Taux d imposition : sur la plus-value après abattement pour durée de détention IR au taux forfaitaire de 19% PSA au taux de 15,5% CHR : 3-4% Taxe additionnelle de 2% à 6% pour les cessions à compter du : Montant de la plus-value imposable (un mécanisme de lissage est prévu pour atténuer les effets de seuil) Taux applicables (au premier euro) Supérieur à et inférieur ou égal à % Supérieur à et inférieur ou égal à % Supérieur à et inférieur ou égal à % Supérieur à et inférieur ou égal à % Supérieur à % Depuis le , la plus-value de cession (vente, échange ou apport) d un usufruit temporaire à durée fixe ne relève plus du régime fiscal des plus-values mais celui des revenus selon la nature de l actif cédé soumis au barème progressif de l IR sans abattement (par exemple : revenu foncier au lieu d une plus-value immobilière des particuliers pour la cession d un usufruit temporaire à durée fixe d un immeuble ou de parts de société civile immobilière à l IR). Les cession d usufruit viager et les donations ne sont pas concernées. Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 17

18 SOMMAIRE 2) IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE 2.1) Barème et seuils ) Plafonnement de l ISF Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 18

19 2.1) ISF : Barème 2013 Seuil d imposition 2013 : (déclaration simplifiée pour les patrimoines < ) Fraction de la valeur nette taxable du patrimoine Tarif Jusqu à ,00 % De à ,50 % De à ,70 % 6 tranches d imposition (contre 7 en 2011) Taux marginal de 1,50% (contre 1,80%) Rétablissement d un plafonnement de l ISF à un taux de 75% (contre 85% en 2011) De à ,00 % De à ,25 % Au-delà de ,50 % Assiette : Maintien des exonérations totales ou partielles existantes (ex : outil de travail, pacte Dutreil, œuvres d art) mais : Les dettes attachées à des biens non pris en compte dans l assiette ISF ou exonérés ne sont plus déductibles : Ex. : les dettes attachées à des biens détenus en nu propriété ou la fraction de la valeur des dettes professionnels > valeur des actifs professionnels. Pour les actifs partiellement exonérés, les dettes sont déductibles à concurrence de la fraction taxable du bien, le surplus ne pouvant faire l objet d aucune imputation. Réductions d ISF : Sans limitation du plafonnement Avec la possibilité d imputer un éventuel solde de créance au titre du bouclier fiscal Suppression de la réduction d impôts liée aux enfants à charges (300 par enfant) maintien de la réduction d impôts pour souscription au capital de PME (ou FIP ou un FCPI) : 50% de réduction d impôt plafonnée à pour les titres de PME ( pour les FIP et FCPI) et maintien de la réduction d impôt plafonnée à pour les dons à certains organismes. Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 19

20 2.1) ISF : Barème 2013 Valeur nette taxable du patrimoine au 01/01/2013 Estimation ISF 2013 (avant réduction et plafonnement éventuels) Taux moyen de taxation ,00% ,26% ,37% ,43% ,52% ,58% ,64% ,71% ,79% ,86% ,90% ,94% ,97% ,14% ,22% Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 20

21 2.2) ISF : Plafonnement de l ISF Le total des impôts est limité à 75% des revenus de l année précédente Illustration pour le plafonnement de l ISF 2013 Impôts 2012 et 2013 ISF 2013 (après plafonnement) IR acquitté en 2013 (sur revenus et produits 2012) Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CHR) acquittée en 2013 (sur revenus et produits 2012) PFL acquitté en 2012 (sur revenus et produits 2012) PSA réglés, selon le cas, en 2012 ou 2013 sur les revenus réalisés en 2012 (revenus d activité, de remplacement et revenus du patrimoine) 100% 75% Revenus mondiaux réalisés en 2012 Revenus catégoriels imposables à l IR, nets de frais professionnels Revenus exonérés d IR Produits soumis au PFL Montant des revenus et gains «réalisés» déterminé sans considération des exonérations, seuils, abattements et réductions Déduction des seuls déficits catégoriels dont l imputation est autorisée sur le revenu global Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 21

22 2.2) ISF : Plafonnement de l ISF à 75% des revenus Revenu fiscal de référence pour le plafonnement de l ISF 2013 : illustration pour les revenus et gains du patrimoine réalisés en 2012 Revenu fiscal de référence pour le bouclier fiscal 2012 (liste non exhaustive) Dividendes Montant des dividendes bruts distribués (sans prise en compte de l abattement) Intérêts, coupons et assimilés Contrat d assurance-vie et de capitalisation PEA Plus-values financières Plus-values immobilières Montant imposable à l IR (ou au PFL) ou exonéré d IR En l absence de retrait : absence de revenu (non prise en compte des intérêts des fonds en euros) En cas de retrait : prise en compte des intérêts taxables à l IR ou au PFL ou exonérés d IR En l absence de retrait : prise en compte des dividendes excédentaires issus des titres non cotés En cas de retrait : prise en compte des gains (qu ils soient taxables à l IR ou exonérés) Prise en compte des plus-values brutes avant l application de l abattement pour durée de détention (régime général ou régime de faveur des dirigeants de PME partant en retraite) déduction faite des moinsvalues de l année (avant l abattement pour durée de détention également). Prise en compte des plusvalues exonérées Prise en compte des plus-value brutes avant l application de l abattement pour durée de détention (prise en compte de la plus-value exonérée sur l habitation principale ou en application de l abattement pour durée de détention) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 22

23 SOMMAIRE 3) DROITS DE DONATION ET DE SUCCESSION 3.1) Abattements fiscaux 3.2) Tarif des donations et successions en ligne directe / assurance-vie 3.3) Réduction de droits Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 23

24 3.1) DROITS DE DONATION ET DE SUCCESSION Abattements fiscaux 2013 : le délai de rappel fiscal est de 15 ans Lien de parenté Donation Succession Entre époux ou pacsés Exonération Entre parents et enfants (et inversement) Aux petits-enfants Aux arrières petits-enfants Entre frères et sœurs Exonération conditionnelle Au profit des neveux et nièces En faveur des handicapés (cumulable) Autres situations Exonération des dons familiaux de sommes d argent jusqu à en 2013 : à condition que le don soit réalisé au profit d un descendant majeur (ou, à défaut de descendant, d un neveu ou d un petit-neveu) et que le donateur soit âgé de moins de 80 ans Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 24

25 3.2) DROITS DE DONATION ET DE SUCCESSION Comparaison barème de droit commun en ligne directe (entre parents et enfants) et prélèvement successoral en assurance-vie* (quelque soit le lien de parenté avec le bénéficiaire) : Barème en ligne directe après un abattement de Prélèvement successoral Assurancevie après un abattement de * Moins de % 20 % De à % 20 % De à % 20 % De à % 20 % De à % 20 % à % 25 % Plus de % 25 % * Pour les versements effectués avant l'âge de 70 ans depuis le 13/10/1998 Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 25

26 3.3) DROITS DE DONATION ET DE SUCCESSION Réductions de droits : Réduction de droits pour charges de famille Donation / Succession Si le bénéficiaire de la transmission a, au moment de la donation ou du décès, au moins trois enfants vivants ou représentés, il bénéficie d une réduction par enfant en sus du deuxième limitée à : Donations entre époux ou pacsés 610 Transmissions en ligne directe 610 Autres transmissions 305 Suppression des réductions de droits liées à l âge du donateur sauf pour les donations de titres pactés «Dutreil» en pleine propriété réalisées avant 70 ans : maintien de la réduction de 50% Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 26

27 DEUXIEME PARTIE : FISCALITE D ENTREPRISE Présenté par : Frédéric SUBRA : Avocat associé Cabinet DELSOL Avocats Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 27

28 SOMMAIRE 4) INSTITUTION D UN CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI (Cice) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 28

29 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Octroi aux entreprises, à compter du 1er janvier 2013, d'un crédit d'impôt «pour la compétitivité et l'emploi» (Cice) à raison des rémunérations qu'elles versent à certains salariés au cours de l'année civile (CGI, art. 244 quater C nouveau). Entreprises éligibles Toutes les entreprises imposées d'après leur bénéfice réel (exclusion des entreprises relevant d un régime micro ou forfaitaire) et soumises à l'impôt sur les sociétés ou à l'impôt sur le revenu entreprises individuelles, sociétés de personnes, sociétés de capitaux, associations et collectivités publiques soumises à l IS toutes les activités sont concernées (bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices non commerciaux, bénéfices agricoles) applicable aux entreprises bénéficiant d'un régime d'exonération totale ou partielle (entreprises nouvelles, JEI, ZRR, ZFU ) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 29

30 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Organismes éligibles Syndicats professionnels Sociétés coopératives et leurs unions Organismes HLM collectivités locales Bénéfice du Cice pour les rémunérations des salariés affectés à des activités imposables à l IS (mais aussi exonérées d IS si accord de la Commission européenne) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 30

31 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Assiette du crédit d impôt Les rémunérations (salaires, indemnités, gratifications, primes et avantages en nature) régulièrement déclarées aux organismes de sécurité sociale retenues pour la détermination du résultat imposable à l'impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés dans les conditions de droit commun (i.e. justifiées, non excessives ) des cotisations de sécurité sociale (CSS, art. L ) exclusion des sommes versées au titre de la participation, de l intéressement, PEE, PEI, PERCO n'excédant pas 2,5 fois le SMIC versées par les entreprises à leurs salariés au cours d'une année civile. Une incertitude : quel montant du SMIC retenir : 31/12 ou date de versement des rémunérations? Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 31

32 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Taux du crédit d impôt 4 % au titre des rémunérations versées au titre de l'année % au titre des années suivantes Comptabilisation du crédit d impôt Modalités à définir par les autorités comptables Difficulté : aucune disposition fiscale ne prévoit la neutralisation du produit constitué par le Cice Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 32

33 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Utilisation du crédit d impôt Imputation sur l'impôt dû par l'entreprise au titre de l'année au cours de laquelle les rémunérations prises en compte ont été versées (CGI, art. 199 ter C nouveau) L'excédent de crédit d'impôt constitue une créance sur l'état d'égal montant utilisée pour le paiement de l'impôt dû au titre des 3 années suivantes remboursée pour la fraction non utilisée à l'expiration de cette période remboursement immédiat pour les PME au sens du droit de l'ue, les entreprises nouvelles répondant à certaines conditions (5 premières années), les JEI, les entreprises faisant l'objet d'une procédure de conciliation, de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (à compter de la date de la décision ou du jugement qui a ouvert ces procédures) créance inaliénable et incessible, sauf cessions «Dailly» (mais interdiction des cessions et nantissements partiels) et cessions à titre d escompte ou de garantie à un établissement de crédit (possibilité de céder la créance en 2013 sans attendre le dépôt de la déclaration en 2014) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 33

34 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Utilisation du crédit d impôt Dans le cadre du régime de groupe, la société mère est substituée aux sociétés du groupe pour l'imputation du Cice sur le montant de l'is (CGI, art. 223-O-1-c modifié) Pour les sociétés de personnes et groupements assimilées (GIE par ex.) : utilisation du Cice par les associés au prorata de leurs droits Impossibilité de réduire le montant des acomptes compte tenu du Cice escompté Transfert du Cice à la société bénéficiaire de l apport en cas de fusion ou d opération assimilée intervenant au cours de la période de 3 ans (que l opération soit placée sous le régime spécial des fusions ou non) Possibilité de cumuler le Cice avec le CIR, la réduction «Fillon» (réduction générale de cotisations de sécurité sociales) Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 34

35 4) Institution d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Obligations des entreprises bénéficiaires du Cice Souscrire une déclaration spéciale concomitamment au dépôt du relevé de solde (IS) ou de la déclaration de revenus (IR) Retracer dans leurs comptes annuels l'utilisation du crédit d'impôt conformément à son objet (financement de l'amélioration de la compétitivité des entreprises à travers notamment des efforts en matière d'investissement, de recherche, d'innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés et de reconstitution de leur fonds de roulement) Interdiction d utiliser le Cice pour financer une hausse de la part des bénéfices distribués, ou augmenter les rémunérations des personnes exerçant des fonctions de direction dans l'entreprise Justifier l'emploi du crédit d'impôt auprès des instances sociales représentatives de l'entreprise modalités fixées par une future loi Document non contractuel Mise à jour le 21/01/2013 Page 35

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 18 février 2013 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2013 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012)

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012) LES NOUVEAUTES 2013 La loi de finances pour 2013, la troisième loi de finances rectificative pour 2012 et la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont désormais publiées au Journal officiel.

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

LES LOIS FISCALES POUR 2013

LES LOIS FISCALES POUR 2013 LES LOIS FISCALES POUR 2013 { Alain THEIMER Avocat au Barreau de Paris Président de la commission de Droit fiscal de l Ordre des Avocats au Barreau de Paris ISF 2012 CE ISF 2012 ISF 2013 Redevables Au

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX,

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, Pour faire suite à la réunion sur la réforme fiscale 2013 de ce 18 février dernier qui a rassemblé une 50aine de chefs d'entreprises inquiets, Monsieur

Plus en détail

Lois de finances 2013

Lois de finances 2013 Lois de finances 2013 Actualité Fiscale 1. Mesures relatives aux entreprises 2. Mesures relatives aux particuliers LF 2013 Modification du calcul de la quote-part de frais et charges sur plus-value de

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale?

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? (Ce commentaire réalisé à chaud, ne présente pas un caractère exhaustif) I.

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE Présentation Loi de Finances 2013 Carine AILLERIE Grégory CONTIN 4 février 2013 AVOXA - Le présent support

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

A P A I 11 mars 2013. Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR) de l année 2012

A P A I 11 mars 2013. Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR) de l année 2012 Jacques GUÉNOT Avocat à la Cour Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de Conférences Associé à l Université de Lorraine Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR)

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant.

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. Ce qui va changer pour vous en 2011 En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. En bref.. Déficit budgétaire 2010 152 milliards Objectif 2011 de la loi de finances : Ramener

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX.. 1 Définition du business Angel Un «business Angel» est un particulier personne physique (ancien chef d entreprise ou

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Fiscalité personnelle

Fiscalité personnelle Date de mise à jour : janvier 2013 Fiscalité personnelle Augmentation de l impôt sur le revenu - La taxation des particuliers sensiblement alourdie. Barème de l impôt sur le revenu La loi de finances pour

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF Animée par : et Louis-Marie Bourgeois, Avocats à la Cour Commission

Plus en détail

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Version 17 février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR

LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR Nous vous proposons de parcourir les principales mesures fiscales et sociales figurant dans la loi de finances pour 2016, la loi de financement de la

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

LA VEILLE FISCALE. Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr.

LA VEILLE FISCALE. Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr. - 1 - Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr Edito N 5 Octobre 2012 (PLF 2013) Régis PETETIN Avocat associé Spécialisé

Plus en détail

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Intervenants René KERAVEL Expert-comptable Commissaire aux Comptes Olivier SALAMITO Consultant fiscal Infodoc-experts Sommaire Introduction Spécificités

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Principales mesures particuliers et entreprises

Principales mesures particuliers et entreprises PRESENTATION LOI DE FINANCES POUR 2013 LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Principales mesures particuliers et entreprises SOMMAIRE 1. Mesures principales intéressant les particuliers 2. Généralités

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi LE CICE Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi prévu par l article 244C quater du CGI est entré en vigueur le 1er janvier 2013 CHAMPS D

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Plafonnement des effets du quotient

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle C A B I N E T D E X P E R T I S E C O M P T A B L E C O U T U R I E R J ANVIER 2013 Circulaire n 145 I Plafond Sécurité Sociale SMIC Cotisations sociales Le plafond de la Sécurité Sociale est fixé, pour

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail