DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ"

Transcription

1 DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ Aspects juridiques et fiscaux juillet 2013

2 ASPECTS JURIDIQUES - 2 -

3 Aspects juridiques : les principes La propriété est l addition de deux droits o o Le droit de disposer du bien (abusus) Le droit de jouir du bien qui se décompose Du droit d user du bien (usus) Du droit d en percevoir les revenus (fructus) Le droit de propriété peut faire l objet d un démembrement o o L usufruitier dispose du droit d usage et des fruits Le nu-propriétaire conserve le droit de disposer du bien T 3

4 Aspects juridiques : les principes Caractères de l usufruit o Droit réel attaché à la personne Droit réel qu il peut céder mais il ne peut pas vendre le bien sur lequel porte le démembrement Sauf quasi-usufruit (art. 587 Code civil) lorsque l usufruit porte sur un bien consomptible (somme d argent)» L usufruitier peut s en servir mais à charge pour lui de rendre à la fin de l usufruit soit des choses de même quantité et qualité soit la valeur estimée à la date de la restitution» Le nu-propriétaire dispose d un droit de créance Usufruit sur bien meuble : droit réel mobilier Usufruit sur bien immobilier : droit réel immobilier Attention le démembrement de propriété n est pas une indivision T 4

5 Aspects juridiques : les principes Autonomie de l usufruit o o Totale indépendance entre usufruitier et nupropriétaire Exercice séparé de leur droit respectif Chacun peut le céder à une autre personne Le propriétaire ne peut nuire aux droits de l usufruitier Les droits respectifs de l usufruitier et du nu-propriétaire s exercent donc dans le respect des droits de chacun Comme en matière d indivision, le bien démembré peut faire l objet d un partage ou d une licitation en présence de plusieurs usufruitiers ou nus-propriétaires T 5

6 Aspects juridiques : les principes Le quasi-usufruit o Usufruit sur des biens consomptibles c est-à-dire destinés à disparaître dès leur premier usage (ex. argent) L usufruitier peut s en servir et les vendre mais à charge pour lui de rendre à la fin de l usufruit soit des choses de même quantité et qualité soit la valeur estimée à la date de la restitution Le nu-propriétaire dispose d un droit de créance Position du nu-propriétaire affaiblie car usufruitier a tous les pouvoirs d administration et de gestion Convention entre les parties opportune» Usufruitier fourni une caution» Modalités de remploi des sommes o Possibilité d établir un quasi-usufruit sur des biens non consomptibles par nature (ex. valeurs mobilières) Quasi usufruit conventionnel par opposition au quasi-usufruit légal T 6

7 DÉMEMBREMENT ET DROIT DES SOCIÉTÉS - 7 -

8 Démembrement et droit des sociétés Qualité d associé o Doctrine refuse la qualité d associé à l usufruitier Pas apporteur donc pas associé Conséquences juridiques importantes Cette qualification permet de déterminer les droits et obligations de l'usufruitier et du nu-propriétaire au sein de la société lorsque la loi et les statuts sont muets o Deux courants s affrontent Majoritaire : qualité d associé appartient au nupropriétaire Usufruitier a également la qualité d apporteur et peut donc revendiquer la qualité d associé Thèse forte dans le cas où l usufruit est postérieur à l apport en société (donation avec réserve d usufruit) T 8

9 Démembrement et droit des sociétés Exercice du droit de vote o Droit de vote dans les SA : article L du Code de commerce Dans les AGO : usufruitier Dans les AGE : nu-propriétaire Répartition conventionnelle différente Jurisprudence fait une distinction entre le droit de vote et le droit de participer» Nu-propriétaire ne peut pas être privé de son droit de participer (Cass. 2e civ. 13 juillet 2006, n 1252 FS-PB Roquelaure c/rebsomen)» Attribution intégrale du droit de vote à l usufruitier ou au nu-propriétaire est contraire à l esprit des textes T 9

10 Démembrement et droit des sociétés Droit de vote dans SARL, SAS, SNC o o Pas de disposition particulière dans Code de commerce c est l article 1844 du Code civil qui gére cette difficulté Seul l usufruitier vote pour l affectation des bénéfices Dispositions contraires dans les statuts pour étendre ou restreindre leurs droits respectifs T 10

11 Démembrement et droit des sociétés Démembrement et droit aux bénéfices o Nature juridique des dividendes Jurisprudence : fruits civils Fruits appartiennent à l usufruitier Cass. Com 31 mars 2009» «Les bénéfices réalisés par une société ne participent de la nature des fruits que lors de leur attribution sous forme de dividendes qu avant cette attribution, l usufruitier des parts sociales n a pas de droit sur les bénéfices»» «Les sommes portées en réserve constituent un accroissement de l actif social revenant au nu-propriétaire. La distribution ultérieure des bénéfices mis en réserve ne saurait remettre en cause le principe de leur transmutation en capital. En cas de distribution des réserves, les sommes distribuées reviennent au nu-propriétaire» T 11

12 Démembrement et droit des sociétés Démembrement et droit aux bénéfices o Droit aux réserves Sociétés soumises à l impôt sur les sociétés : 2 écoles Les réserves font partie du dividende par simple décision de l assemblée : usufruitier Qualification de produits : nu-propriétaire Afin d éviter les conflits : répartition conventionnelle dans les statuts Sociétés non soumises à l impôt sur les sociétés Doctrine administrative Bénéfices courants : usufruitier Profits exceptionnels : nu-propriétaire Sauf répartition différente dans les statuts T 12

13 APPORTS DE DROITS DÉMEMBRÉS

14 Apports de droits démembrés Transmettre la nue-propriété et l usufruit d un bien à une société o Art. 595, al. 1 et 621 du Code civil : usufruitier et nu-propriétaire dispose l un sans l autre des droits réels dont ils sont titulaires sauf convention contraire o Objectifs divers Schémas d optimisation de reconstitution de la pleine propriété des biens au sein de la société, transmission de biens vers une société avec exercice des pouvoirs de gestion Possibilité de reporter le démembrement sur les droits sociaux de la société bénéficiaire des apports pas de subrogation réelle mais conventionnelle T 14

15 Apports de droits démembrés Apport isolé de l usufruit o Usufruit naît au moment de l apport par un apporteur pleinement propriétaire o Usufruit préexistant du fait d une donation ou succession L usufruitier peut le transmettre par voie d apport à une société mais ne peut excéder 30 ans T 15

16 Apports de droits démembrés Apport isolé de la nue-propriété : faisabilité d un tel apport à une société o Société seule nue-propriétaire et n en percevrait pas les fruits Article 1832 du Code civil : la société est instituée par ou deux plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager des bénéfices ou de profiter de l économie qui pourra en résulter o Lecture libérale de l article 1832 du Code civil Pas nécessaire de réaliser un bénéfice immédiatement ; l extinction de l usufruit profitera nécessairement à la société nue-propriétaire. De plus, cette dernière pourra profiter des plusvalues pouvant résulter de la valorisation ultérieure du bien démembré T 16

17 Apport de la nue-propriété à une SCI suivi de la donation des parts Montage o Apport de la nue-propriété d un immeuble à une SCI o Donation concomitante des parts en pleine propriété Intérêt du montage avant le o Contourner l application de l article 762 obligatoire pour les seules transmissions à titre onéreux Apports purs et simples à une société non soumise à l IS : seul le droit fixe est exigible (article 810 bis) Évaluation économique des actifs apportés Lors de la donation partage de la pleine propriété, les droits de mutation sont calculés sur la valeur correspondant à la valeur économique de la nue-propriété o Si donation directe : barème article 762 s applique Valeur de l usufruit minoré Valeur de la nue-propriété majorée T 17

18 Apport de la nue-propriété à une SCI suivi de la donation des parts Intérêt du montage après le o Revalorisation du barème de l usufruit o Extension à toutes les mutations à titre gratuit et à titre onéreux En cas d apport pure et simple du bien à la SCI Art. 669 devrait s appliquer car les mutations à titre onéreux sont visées Cependant, apport pur et simple à une société non IS, seul le droit fixe est applicable: pas de conséquence L apport va continuer à être valorisé en retenant la valeur économique de la nue-propriété En cas d un apport à titre onéreux Droits de mutations calculés sur la base de l article 669 La valeur de la rémunération du bien apporté reste la valeur économique Donation ultérieure de la pleine propriété des titres reçus en échange, la valeur retenue pour la calcul des droits d enregistrement correspond indirectement à la valeur économique de la nue-propriété de l immeuble T 18

19 Apport de la nue-propriété à une SCI suivi de la donation des parts Donation directe de la nue-propriété Apport de la nue-propriété avant la donation Donateur âgé de 63 ans Donateur âgé de 63 ans Immeuble d une valeur de Immeuble d une valeur de Valeur de la NP (art. 669) Valeur économique de la NP (40%) x 60% ½ de la NP par enfant ½ de la NP par enfant Détermination des droits par enfant Base imposable Abattement Droits liquidés sur Détermination des droits par enfant Base imposable Abattement Droits liquidés sur Droits dus Droits dus Montant total pour les deux Montant total pour les deux Gain net par rapport à la 1ère stratégie est de soit T 19

20 Apport-donation de la nue-propriété Définition de l abus de droit o Rappelons qu il existe une nouvelle définition de l abus de droit issue de la loi de finances rectificative pour 2008 afin d intégrer la notion jurisprudentielle de la fraude à la loi o Nouvel article L.64 du LPF: «Afin d'en restituer le véritable caractère, l'administration est en droit d'écarter, comme ne lui étant pas opposables, les actes constitutifs d'un abus de droit, soit que ces actes ont un caractère fictif, soit que, recherchant le bénéfice d'une application littérale des textes ou de décisions à l'encontre des objectifs poursuivis par leurs auteurs, ils n'ont pu être inspirés par aucun autre motif que celui d'éluder ou d'atténuer les charges fiscales que l'intéressé, si ces actes n'avaient pas été passés ou réalisés, aurait normalement supportées eu égard à sa situation ou à ses activités réelles ( )» T 20

21 Nouvelle définition de l abus de droit o Apport-donation de la nue-propriété L administration peut écarter, comme ne lui étant pas opposables, les actes constitutifs d un abus de droit : Soit que ces actes ont caractère fictif Soit, que recherchant le bénéfice d une application littérale des textes ou des décisions à l encontre d objectifs poursuivis par leurs auteurs, ils n ont pu être inspirés par aucun motif autre que celui d éluder ou d atténuer les charges fiscales que l intéressé aurait normalement supportées si ces actes n avaient pas été passés ou réalisés, eu égard à sa situation ou à ses activités professionnelles (cas de la fraude à la loi) T 21

22 Apport-donation de la nue-propriété Position cour de cassation Arrêt Tabourdeau Cass.com. 16/11/2004 n Arrêt Botherel Cass. Com. 3/10/2006 n Abus de droit Rejet de l argument civil qui consistait à faire valoir que la structure éviterait dans l hypothèse d un prédécès du donataire, une indivision successorale à laquelle les indivisaires auraient pu mettre fin En effet, l usufruitier ne peut être menacé dans la jouissance de ses prérogatives grâce à l article du Code civil Points communs Recherche de l intérêt patrimonial lié aux objectifs civils Pas d abus de droit Reconnaît clairement l intérêt des différents objectifs civils : l opération permettait aux donateurs tous les deux gérants de la société de disposer d une minorité de blocage, de transmettre à leurs enfants une partie des biens dont ils conservaient les revenus la transmission des parts permettait un partage équitable entre les descendants les inconvénients de l indivision étaient évités : les difficultés inhérentes à un partage entre 3 lots équivalents de biens de nature différente et d entité distincte se trouvaient évitées T 22

23 Apport-donation de la nue-propriété Position cour de cassation Arrêt Saunier Cass. Com. 15 mai 2007, n Arrêt Cass.com. 26/3/2008, n Abus de droit Aucun acte de gestion relatif à l achat ou à la vente de valeurs mobilières n a été effectué entre la constitution de la société et l acte de donation-partage Absence d autonomie financière de la société Absence d apports réels des enfants Absence d affectio societatis (les enfants avaient indiqué que leur mère entendait garder les revenus des obligations apportées à la société ainsi que la maîtrise de son patrimoine sans avoir à demander leur accord pour d éventuels arbitrages) Pas d abus de droit Inflexion de l arrêt Botherel? Dans l arrêt Botherel les juges s attachent à reconnaître que les objectifs civils étaient pertinents et étaient de nature à écarter l exclusivité du but fiscal Dans l arrêt Saunier l accent est mis sur la réalité juridique et économique du montage Au plan économique, la société n a pas eu de réelle existence économique entre sa constitution et la donation Au plan juridique, le dessaisissement total des enfants au profit de leur mère des revenus et de leur participation au capital est peu significative Se fonde sur l intérêt économique du démembrement L apporteur de la NP disposait de tous les pouvoirs dans la SCI pour sa vie durant (contrôle de la SCI, des immeubles, possibilité de les céder) Et sur la volonté des coassociés de préserver les intérêts familiaux des aléas de l indivision (assurer après décès la cohésion du patrimoine familial en mutualisant entre ses enfants les aléas locatifs et les écarts de rentabilité susceptibles d apparaitre entre les immeubles, procédure d agrément de nouveaux associés, et T 23

24 Apport-donation de la nue-propriété Où en est-on? o Cependant la Cour de cassation (Cass. Com. 13 janvier 2009, n , De Wurstemberger) a retenu l abus de droit sur le fondement de la fictivité de la société Elle n avait pour objet ni la recherche de profits, ni la réalisation d économies Son actif était constitué que de la seule nue-propriété de l immeuble Le montant de l apport en numéraire était insuffisant pour lui permettre de fonctionner réellement o Comment expliquer ce «revirement»? Dans les décisions de 2008 la Cour de cassation mentionne expressément que l administration n évoquait pas la fictivité de la société Dans cette dernière affaire, elle retient la fictivité sans évoquer l intérêt patrimonial bien que soulevé par le requérant La rédaction imprécise des statuts quant à la finalité de l opération a surement pesé sur l issue de la décision T 24

25 Apport-donation de la nue-propriété Précautions à prendre o o Doter la société de moyens propres grâce à des apports réalisés par des enfants Véritable vie économique et juridique de la société Réalisation d investissements différents Respecter la tenue d assemblée générale Se prononçant dans un PV sur le fonctionnement de la société en fonction du rapport de gestion présenté par le gérant Eviter la concomitance dans l enchaînement des opérations Attendre un ou plusieurs exercices comptables T 25

26 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT

27 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT Méthodes d évaluation de l usufruit et de la nue-propriété

28 Méthodes d évaluation de l usufruit Deux méthodes au champ d intervention propre o La méthode économique Méthode d actualisation des flux futurs du bien cédé en fonction de l espérance de vie de l usufruitier Méthode retenue dans les relations contractuelles entre les parties o La méthode fiscale : barème de l article 669 du CGI Barème forfaitaire qui s applique à la pleine propriété T 28

29 Méthodes d évaluation de l usufruit La méthode fiscale : article 669 CGI o Domaines d application impératifs Droit d enregistrement et taxe de publicité foncière Obligatoire pour déterminer l assiette des droits de mutations pour les toutes les transmissions à titre gratuit et à titre onéreux En matière d ISF chaque fois que l imposition est séparée en application de l article 885 G En matière de plus-values immobilières pour déterminer le prix de revient du droit cédé lorsque que le bien a été détenu en pleine propriété (article 74 SE annexe II du CGI) o Au-delà cette méthode ne s impose pas sauf à la retenir à titre pratique T 29

30 Barème fiscal : article 669 Nouveau barème Âge de l'usufruitier Valeur de l'usufruit Valeur de la nue-propriété Jusqu'à 20 ans 90 % 10 % De 21 à 30 ans 80 % 20 % De 31 à 40 ans 70 % 30 % De 41 à 50 ans 60 % 40 % De 51 à 60 ans 50 % 50 % De 61 à 70 ans 40 % 60 % De 71 à 80 ans 30 % 70 % De 81 à 90 ans 20 % 80 % À partir de 91 ans 10 % 90 % T 30

31 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT Revenus fonciers

32 Démembrement et revenus fonciers Du point de vue juridique o L usufruitier Jouit des revenus Il est tenu aux dépenses d entretien o Le nu-propriétaire Ne perçoit pas de revenus Il est tenu aux dépenses de grosses réparations Article 606 du Code civil : Les grosses réparations sont celles des gros murs et des voûtes, le rétablissement des poutres et des couvertures entières. Celui des digues et des murs de soutènement et de clôture aussi en entier» Celles relatives à la structure de l immeuble, à sa solidité générale et les réparations d entretien utiles au maintien permanent en bon état de l immeuble Article 605 : sauf si elles résultent du défaut d entretien ou de réparation de l usufruitier

33 Démembrement et revenus fonciers Freins au démembrement o Régime du micro-foncier ne s applique pas Pour le contribuable propriétaire d un immeuble détenu en nue-propriété pour les années au titre desquelles il a pu imputer des déficits fonciers issus de grosses réparations sur son revenu global o Les régimes «Borloo», «Scellier» ou «Duflot» Ne s appliquent pas aux immeubles ou parts de société dont le droit de propriété est démembré Tolérance : si démembrement résulte d un décès de l un des conjoints soumis à imposition commune, le conjoint peut demander la reprise à son profit dans les mêmes conditions Exception pour «Borloo» ancien : dans ce cas c est l usufruitier qui peut seul bénéficier de l avantage fiscal T 33

34 Démembrement et revenus fonciers Du point de vue fiscal o L'immeuble est donné en location L usufruitier perçoit les revenus fonciers Il peut déduire les charge y afférente et bénéficier des crédits d impôts au titre de l habitation Le nu-propriétaire n a pas à déclarer les revenus correspondant Il peut cependant déduire les charges qu il supporte de ses autres revenus fonciers ou constater un déficit reportable sur le revenu global dans la limite de Un régime dérogatoire existe en faveur des dépenses de grosses réparations» Démembrement de propriété résultant d une succession ou d une donation entre vifs sans charge ni condition, consentie entre parents jusqu au quatrième degré inclusivement» Il prendre en compte ces dépenses pour la détermination de ses revenus fonciers dans les conditions de droit commun (déficit imputable uniquement sur le revenu global dans la limite de ) soit opter pour la déduction de ces charges sur le revenu global dans la limite de par an

35 Démembrement et revenus fonciers Du point de vue fiscal o L'immeuble n est pas loué (occupation à titre gratuit) Usufruitier exonéré au titre des revenus fonciers et bénéficie de l exonération d impôt au titre de la jouissance gratuite de l immeuble (article 15-II du CGI) Usufruitier ne peut déduire aucune charge foncière Nu-propriétaire Même situation que si le logement était loué pour les dépenses de grosses réparation Si le logement constitue son habitation principale» Il peut éventuellement bénéficier des crédits d impôt

36 Démembrement et revenus fonciers Imputation des déficits o Intérêts d emprunts contractés par l usufruitier des parts de sociétés Les intérêts des emprunts effectivement versés par l usufruitier de parts d une société détenant un immeuble loué, destinés à financer l acquisition de l usufruit de ces parts, sont déductibles de la quote-part du bénéfice foncier de la société imposable au nom de l usufruitier La circonstance que la société constate un déficit foncier, qui revient de droit au nu-propriétaire en l absence de convention contraire, n a pas pour effet de priver l usufruitier du droit de déduire ces intérêts Le déficit qui en résulte est imputable sur les revenus fonciers qu il retire d autres immeubles au cours de la même année ou des dix années suivantes T 36

37 Démembrement et revenus fonciers Imputation des déficits o Intérêts d emprunts contractés par le nu-propriétaire des parts Les intérêts des emprunts contractés personnellement par le nupropriétaire de parts d une société détenant un immeuble loué, pour financer l acquisition de la nue-propriété de ces parts, ne sont pas déductibles, dès lors que ces dépenses ne peuvent être considérées comme engagées en vue de l acquisition ou de la conservation d un revenu ou de la propriété de l immeuble donné en location. o Intérêts versés par le nu-propriétaire destinés à financer des travaux Les intérêts des emprunts effectivement versés par les nuspropriétaires d'immeubles loués, et destinés à financer les dépenses de réparation, d'entretien ou d'amélioration de ces immeubles, sont déductibles des revenus fonciers provenant, le cas échéant, de leurs autres propriétés T 37

38 Démembrement et revenus fonciers Démembrement sur des parts sociales o Immeuble loué appartient à une société de personnes (article 8 du Code général des impôts) Usufruitier imposable au titre des bénéfices courants Nu-propriétaire imposable au titre des résultats exceptionnels o Imputation des déficits Principe : reviennent de droit au nu-propriétaire (en sa qualité d associé) Position contestée o Répartition conventionnelle des résultats Conclue et enregistrée avant la clôture de l exercice Doit respecter les dispositions impératives des articles 582 à 599 du Code civil T 38

39 Démembrement et revenus fonciers Donation temporaire d usufruit o Intérêt : transférer aux enfants un immeuble de rapport Revenus fonciers imposés entre leurs mains Optimisation charge d ISF Principe : usufruitier imposé sur la valeur du bien en toute propriété Donation de l usufruit à des enfants majeurs : diminuer la base taxable du patrimoine des parents o Risques: abus de droit Risque de fictivité évité dès lors que les parents ne se réapproprient pas les revenus transférés Démontrer l intention libérale Volonté des parents de responsabiliser des enfants S inspirer des précautions édictées par l administration dans une instruction spécifique aux donations temporaires d usufruit aux organismes d intérêt général (BOI-PAT-ISF ) T 39

40 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT Droits d enregistrement

41 Démembrement et droit d enregistrement Détermination de l assiette des droits o o Usufruit viager Jusqu à la loi de finance pour 2004, la valeur imposable dépendait de la nature de la transmission Transmission à titre gratuit : article 762 Transmission à titre onéreux : article 762 ne s imposait pas Absence de recours obligatoire a donné lieu à certaines stratégies d interposition d opération à titre onéreux Usufruit à durée fixe 23% par période de 10 ans sans fraction et sans égard à l âge de l usufruitier T 41

42 Démembrement et droit d enregistrement Calcul des droits d enregistrement o Droits déterminés en fonction de la nature de l opération Transmission à titre onéreux : tarifs dépendent de la nature des biens cédés Transmission à titre gratuit : tarifs identiques quelle que soit la nature des biens transmis Abattement et réductions s appliquent en fonction de la qualité des parties et la nature de la transmission réalisée entre vifs ou par décès o Transmission à titre gratuit de parts ou actions Abattement de 75% sur le montant de l entreprise transmise sous certaines conditions (Pacte Dutreil) T 42

43 Démembrement et droit d enregistrement Les réductions de droits d enregistrement o Article 790 du CGI Pour les seules donation en pleine propriété Par un donateur de moins de 70 ans Les parts ou actions doivent remplir les conditions du pacte Dutreil T 43

44 Démembrement et droit d enregistrement Liquidation des droits d enregistrement o Paiement différé et fractionné en cas de transmission d entreprise par décès ou donation Différé de paiement pendant 5 ans À l expiration de ce délai fractionnement pendant 10 ans à raison d un 1/20 tous les mois assorti d un intérêt exigible o Paiement différé en cas de dévolution de la nue-propriété Différé réservé aux seuls droits afférents à la nue-propriété Différé jusqu à l expiration d un délai de 6 mois à compter de la date de la réunion de l usufruit à la nue-propriété ou de la cession totale ou partielle de cette dernière Intérêt de retard sauf dispense si droits calculés sur la valeur imposable de la pleine propriété des biens recueillis en nuepropriété T 44

45 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT Démembrement et plus-values Principes généraux

46 Démembrement et plus-values Principes généraux Principes généraux de taxation des plus-values sur biens démembrés o o o Pas de régime spécifique Application du régime d imposition des plus-values correspondant au bien sur lequel porte le démembrement Démembrement sur un bien immobilier détenu par des particuliers : régime des plus-values immobilières privées Démembrement sur des parts ou actions de sociétés détenues par des particuliers : régime des plus-values immobilières privées Aménagement des différents régimes d imposition pour tenir compte de la spécificité du démembrement Exemple : Détermination du prix de revient en cas d acquisition isolée de l usufruit ou de la nue-propriété, etc, Exemple : Ventilation de la plus-value imposable entre usufruitier et nupropriétaire T 46

47 Démembrement et plus-values Principes généraux Cas particulier de la cession d usufruit temporaire o o o Régime instauré par 3 ème loi de finances pour 2012 pour les cessions intervenues à compter du 14 novembre 2012 Champs d application Mutations à titre onéreux : cession, apport en société Usufruit à durée fixe ( usufruit viager) Cédant relevant de l impôt sur le revenu (personne physique ou société translucide) Uniquement la première cession à titre onéreux d un usufruit temporaire sur un même bien Modalités d imposition Le produit de cession est imposé comme un revenu dans la catégorie à laquelle les revenus procurés par le bien démembré se rattachent Exemple : le produit de la cession d un usufruit temporaire portant sur un immeuble loué nu sera imposé dans la catégorie des revenus fonciers En cas d impossibilité de déterminer le revenu de rattachement, la loi pose certaines présomptions L assiette est constituée par le produit de cession et non la plus-value T 47

48 ASPECTS FISCAUX DU DÉMEMBREMENT Plus-values immobilières

49 Démembrement et plus-values immobilières Principes de taxation des plus-values o Articles 150 U et suivants s appliquent en cas de cession de droits démembrés portant sur un immeuble et sur un bien immobilier ayant fait l objet d un démembrement Exonération de la résidence principale Cession porte sur l usufruit ou sur la nue-propriété d un immeuble détenu jusque là en pleine propriété» Exonération applicable au cédant Cession porte sur un immeuble dont la propriété est démembrée» Logement constitue la résidence principale du seul usufruitier: seule la quotepart de l usufruitier bénéficie de l exonération» Logement constitue la résidence principale de l usufruitier et du nupropriétaire: plus-value bénéficie de l exonération» Jouissance des locaux répartie entre les deux, l exonération est limitée à la fraction des droits correspondant aux locaux effectivement utilisés par leur titulaire à titre de résidence principale Prix de cession inférieur ou égal à En cas de cession d'un bien dont le droit de propriété est démembré, le seuil de s'apprécie au regard de chaque quote-part indivise en pleine propriété (150 U, 6 modifié par loi de finances pour 2010) T 49

50 Démembrement et plus-values immobilières Principes de taxation des plus-values o Abattement applicable sur la plus-value pour les immeubles détenus depuis plus de cinq ans 2 % au-delà de la cinquième année de détention 4 % au-delà de la dix-septième année de détention 8 % au-delà de la vingt-quatrième année de détention Exonération totale pour les immeubles détenus depuis plus de trente ans o Taxe sur certaines plus-values immobilières Pour les cessions intervenues depuis le 1/1/2013 générant une plus-value imposable supérieure à T 50

51 Démembrement et plus-values immobilières Cession d un immeuble après réunion de la pleine propriété Prix de vente Prix de revient Durée de détention Prix de vente du bien Usufruit reçu par extinction Lorsque la nue-propriété a été acquise à titre onéreux, seule la valeur de cette dernière est à retenir, l usufruit étant nul Lorsque la nue-propriété a été acquise à titre gratuit, on retient la valeur de la pleine propriété lors de la mutation à titre gratuit (donation ou succession à l origine du démembrement) Depuis la date d acquisition de la nue-propriété Usufruit acquis à titre onéreux Lorsque la nuepropriété a été acquise à titre onéreux, le prix d acquisition est égal à la somme des prix d acquisition de la nue-propriété et de l usufruit Usufruit acquis à titre gratuit Lorsque la nuepropriété a été acquise par donation, le prix d acquisition est égal à la somme de la valeur retenue pour le calcul des droits lors de donation de la nuepropriété et le prix d acquisition de l usufruit Depuis la date d acquisition de la première des deux acquisitions T 51

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

L Immobilier d Entreprise

L Immobilier d Entreprise Société d Expertise Comptable et de Commissariat aux Comptes Joël MARTINEZ Expert-Comptable Diplômé Commissaire aux Comptes Inscrit Master II Droit Notarial Spécialité Ingénierie du Patrimoine D.E.S. Gestion

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

Carnet. L assurance vie et le démembrement. Juin 2012

Carnet. L assurance vie et le démembrement. Juin 2012 Carnet à Thème thème L assurance vie et le démembrement Juin 2012 L ASSURANCE VIE ET LE DÉMEMBREMENT 3 Introduction L assurance vie et le démembrement : une solution pour la transmission du patrimoine

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Avertissement Mise à jour sur internet Les éditions de l ouvrage sont annuelles. Entre deux éditions, la législation

Plus en détail

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle GENERALITES Modalités de souscription : Depuis l année dernière : 2 jeux de déclarations

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

4 SCI support de l immobilier d entreprise

4 SCI support de l immobilier d entreprise OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI 4 SCI support de l immobilier d entreprise Constitution d une SCI Maintien au bilan ou SCI? inscription au bilan... 80 immobilier frein à la transmission... 81 aspect

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Holding animatrice Club Expert Patrimoine

Holding animatrice Club Expert Patrimoine Club Expert Patrimoine 9 janvier 2014 Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine, Chargé

Plus en détail

ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS

ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS ACQUISITION DES MURS PROFESSIONNELS Sylvie DURAND-DISCOURS, Resp. Natixis Lease Maître Séverine GIRARDON, Notaire Sébastien BOUZARD, Expert-Comptable INTRODUCTION L investissement dans les murs professionnels

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE Présentation Loi de Finances 2013 Carine AILLERIE Grégory CONTIN 4 février 2013 AVOXA - Le présent support

Plus en détail

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Qu est ce que la Philanthropie? Sens général La philanthropie est tout acte de générosité

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Holding animatrice ou Holding passive?

Holding animatrice ou Holding passive? Holding animatrice ou Holding passive? Février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com www.royalformation.com

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE Introduction : REGIME GENERAL DES SOCIETES CIVILES 1. Constitution 2. Fonctionnement 3. Statut juridique des associés LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE I. Pourquoi

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Conférence EPSG 1 er avril 2011. Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France

Conférence EPSG 1 er avril 2011. Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France 1 Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France Valérie-Anne de Brauwere Avocat Chargée de cours au Mastère Spécial en gestion fiscale (Solvay Business School) THALES

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail