Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT"

Transcription

1 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1

2 Les valeurs à partager pendant l atelier Simplicité, nous n'avons plus de responsabilité ni casquette Ce qui va se passer et se dire ici restera entre nous. Il n'y aura pas de compte rendu des discussions. Chacun peut exprimer ses opinions sans contrainte; Ouverture, esprit critique, tolérance; Participer activement afin que chacun soit à la fois acteur et bénéficiaire de ces quelques jours de travail en commun; Se centrer sur les expériences et les préoccupations concrètes des participants, garder les pieds sur terre; 2

3 Gestion axée sur les Résultats du développement C est une méthode de gestion concentrée sur la réalisation des résultats et non d objectif Elle responsabilise pour atteindre les résultats souhaités et dans la transparence. Elle permet de suivre les progrès pour atteindre les résultats Elle mesure la performance Elle permet de rendre compte

4 la GARD Principaux éléments de la présentation Définition de la GARD La GARD dans le contexte mondial et national Cycle de la GARD Concepts fondamentaux, outils et principes Quand la GARD peut faire la différence Présentation du cadre logique et du cadre des résultats 24 janvier 2014 Page 4

5 Enjeu mondial de la GARD La GRD dans le contexte mondial. Les gouvernements sont mis au défi de réagir devant l urgence des besoins de leurs citoyens et de faire preuve d une plus grande transparence envers ces derniers; Les nouvelles exigences des citoyens et des communautés, obligent les gouvernements à démontrer qu ils assurent une saine gestion des ressources publiques. La gestion axée sur les résultats de développement (GRD) s intéresse avant toute chose aux effets réels obtenus, et ce, à toutes les étapes du processus de développement national. Aujourd hui il s agit de savoir si les politiques, programmes et projets ontils abouti aux résultats attendus? il importe davantage de savoir non pas combien de centres de santé ont été construits, mais si la santé des citoyens s est améliorée; non pas combien d écoles ont été inaugurées, mais combien de filles et de garçons sont mieux instruits; non pas la somme prêtée à un pays, mais si ce pays est dorénavant moins pauvre.

6 Enjeu mondial de la GARD A partir des années 1990, le développement international est entré dans une ère de réforme,d alignement et d harmonisation. Les dirigeants mondiaux, comme les Nations Unies et d autres institutions multilatérales, ont reconnu qu il fallait prendre des mesures draconiennes pour veiller à ce que les fonds d aide au développement soient efficacement utilisés et façon transparente avec obligation de rendre compte. 6

7 Enjeu mondial de la GARD Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement En 2005 à Paris, tous ces efforts déployés conjointement par les pays et les organismes multilatéraux en vue de mieux cibler les résultats de développement et de trouver de nouveaux moyens d améliorer l efficacité de l aide ont fait l objet de déclarations portant sur l harmonisation, l alignement et les résultats. 7

8 Enjeu mondial de la GARD: Déclaration de Paris Principes: Appropriation : Les pays partenaires exercent une réelle maîtrise sur leurs politiques et stratégies de développement et assurent la coordination de l action publique à l appui du développement. Alignement : Les donneurs font reposer l ensemble de leur soutien sur les stratégies nationales de développement, les institutions et les procédures des pays partenaires. 8

9 Enjeu mondial de la GARD: Déclaration de Paris(suite) Principes: Harmonisation : Les actions des donateurs sont mieux harmonisées et plus transparentes, et permettent une plus grande efficacité collective. Gestion axée sur les résultats de développement : Gérer les ressources et améliorer le processus de décision en vue d obtenir des résultats de développement. Responsabilité mutuelle : Les donateurs et les pays partenaires sont responsables des résultats obtenus en matière de développement. 9

10 La GARD dans le contexte de l efficacité de l aide la GRD est au cœur du programme d action en matière d efficacité de l aide. Dans la GRD, les parties prenantes demandent aux gouvernements des pays partenaires et aux organismes donateurs de rendre compte des résultats et, partant, de l efficacité de l aide. Donateurs et bénéficiaires s imposent mutuellement de montrer qu ils honorent leurs engagements et promesses. La recevabilité des gouvernements des pays partenaires et des organismes donateurs à l égard de leurs publics respectifs se double donc d une responsabilité mutuelle des donateurs et des bénéficiaires et la GARD est le noyau indispensable qui permet de concrétiser cette relation mutuelle. Dans les principes de gestion et d efficacité de l aide la GARD entretient donc des liens étroits avec l appropriation (prise en charge), l alignement et l harmonisation

11 La GARD dans le contexte de la gestion du secteur public Améliorer l efficacité de la gestion publique: Dans ce cadre, la GRD vise à : mobiliser les ressources humaines, financières, technologiques et naturelles intérieures et étrangères, en vue d atteindre les résultats de développement souhaités(changement), au lieu de privilégier les intrants «combien d argent vais-je recevoir, combien puis-je dépenser?» la GARD vise également à rassembler des informations fiables pour améliorer la prise de décisions(suivi-évaluation). Il s agit: de suivre les progrès et de gérer les activités en fonction d éléments concrets, de manière à favoriser au mieux l obtention de résultats. La GARD suppose l existence de d objectifs clairs, mesurables, concrets et limités en nombre, assortis de cibles échelonnées dans le temps(indicateurs).

12 La GARD dans le contexte de la gestion publique(suite) Répondre aux nouvelles réalités: Les nouvelles réalités: Le besoin de démontrer la valeur des interventions aux parties prenantes L obligation de réaliser le maximum avec le minimum tout en préservant la qualité Les contraintes budgétaires La responsabilité vis-à-vis des parties prenantes. ont appelé une réponse mondiale Les gestionnaires de programme à travers le monde, lesquels sont tenus de fournir la preuve que leurs programmes ont atteint leurs résultats, ont adopté la gestion axée sur les résultats comme réponse. La Banque mondiale, l USAID, l ACDI, la FAO, le PNUD et les autres doivent fournir les preuves tangibles des résultats obtenus. 24 janvier

13 La GARD dans le contexte de la gestion publique (suite) définir avec beaucoup plus de rigueur les objectifs poursuivis par les projets/programmes de développement; d améliorer la performance de l'aide au développement; L'introduction de la GARD devrait assurer une meilleure évaluation des retombées de l'aide et accroître nos capacités d'informer le bailleur, le public et le Gouvernement; 24 janvier

14 La GARD dans le contexte de la gestion du secteur public(suite) de réduire notre dette; d'être plus efficace et responsable vis-à-vis de la production de résultats de qualité; de rendre davantage compte de l'utilisation des fonds publics 24 janvier

15 La GARD dans le contexte de la gestion publique (suite) La gestion axée sur les résultats du développement vise à fournir un cadre cohérent de planification stratégique et de gestion fondée sur l apprentissage et la responsabilité dans un environnement décentralisé. C est en premier lieu un système de gestion et en second lieu un système d information sur les résultats 24 janvier

16 La GARD dans le contexte de la gestion du secteur public(suite) L adoption d une telle approche dans le contexte public vise: à accroître l efficacité et la responsabilisation des gestionnaires par «la définition des résultats escomptés réalistes», le suivi des progrès en vue de l obtention des résultats attendus, (suivi évaluation) l intégration des leçons apprises dans le processus de décisions (évaluation rétrospective), l établissement de rapports sur les résultats réalisés (rapport final) 24 janvier

17 Le cycle de la GARD Ce cycle comprend cinq grandes étapes : 1. fixer les objectifs et s entendre sur les cibles et les stratégies; 2. affecter les ressources disponibles aux activités qui permettront d atteindre les résultats souhaités; 3. faire un suivi et une évaluation pour déterminer si les ressources allouées produisent les résultats voulus; 4. rendre compte de la performance au public; 5. prendre en compte l information ainsi dégagée dans le processus décisionnel.

18 Concepts fondamentaux et outils du système de la GARD 1. Les concepts fondamentaux du système sont : le Cadre de résultats stratégiques (CRS), qui permet de déterminer les orientations et résultats stratégiques visés par l'organisation, les effets et produits attendus les plus importants de l'intervention dans un contexte donné. le suivi-évaluation des résultats sur la base d'outils de monitoring et d'évaluation des effets aussi bien au niveau des projets, qu'à celui du programme, et au niveau décisionnel et d'orientation stratégique. l'évaluation de la performance : a. performance par rapport aux délais, aux résultats ciblés, en terme d'efficacité dans la gestion des ressources (humaines et financières et informationnelles) b. performance individuelle en terme de contribution à l'atteinte des résultats. La GAR sert d instrument de dialogue et de négociation avec les partenaires.

19 2.Outil visant à améliorer la planification et le suivi des effets ELEMENTS DU SUIVI DE L EXECUTION (utilisés traditionnellement pour les projets) ELEMENTS DU SUIVI DES EFFETS (appliqués à une série d interventions et stratégies) 24 janvier 2014 Description du problème ou de la situation avant l intervention; Critères pour mesurer les activités et produits immédiats Collecte de données au sujet des apports, activités et produits immédiats. Information systématique au sujet de la fourniture d apports Lien direct avec une intervention ponctuelle (ou une série d interventions) Données de référence décrivant le problème ou la situation avant l intervention; Indicateurs d effets; Collecte de données au sujet des produits et de leur contribution à la réalisation des effets L accent est mis davantage sur la manière dont le changement est perçu par les parties prenantes. Information systématique, plus qualitative et quantitative, au sujet des progrès liés aux effets. Opérer de concert avec les partenaires stratégiques; Recueil des informations au sujet de l efficacité de la stratégie de partenariat du dans la réalisation des effets recherchés. Page 19

20 PRINCIPES :La GARD repose sur sept grands principes 1. Partenariat Pour que la GARD soit un succès, il est essentiel que les résultats soient conjointement définis, négociés et acceptés; Une acceptation conjointe des résultats assure une implication et un engagement des parties prenantes dès les premières étapes du projet et tout au long du projet (suivi, évaluation continue, rapports annuels) La participation peut améliorer la qualité, l efficacité et la durabilité des initiatives développementales; 24 janvier

21 PRINCIPES :La GARD repose sur sept grands principes(suite) 2. Responsabilité La participation des partenaires constitue l'élément clé pour que chacun accepte sa responsabilité dans le cadre de la mise en œuvre d'un projet. Les intervenants accepteront d'autant mieux cette responsabilité s'ils se sentent investis d'un pouvoir de gestion et de décision. 24 janvier

22 La GARD repose sur sept grands principes(suite) 3.Transparence Il est jugé nécessaire à l'heure actuelle d'accroître la transparence des rapports sur les résultats. Il importe de définir clairement les résultats et les indicateurs correspondants, de façon à ce que les résultats soient facilement mesurables. La mise en place d'un cadre de résultat basé sur une telle prémisse permettra de générer des données qui serviront à la préparation de rapports mieux documentés, ce qui améliorera la prise de décision et l apprentissage. 24 janvier

23 PRINCIPES :La GARD repose sur sept grands principes(suite) 4. Simplicité L'approche GARD doit être facile à comprendre et à appliquer, sa mise en œuvre simple à exécuter et à suivre. Il a été prouvé que la trop grande complexité du système de collecte de données et de mesure des résultats est le plus gros obstacle à l'application efficace de la GARD. Il est préférable de limiter au départ le nombre d'énoncés de résultats et d'indicateurs pour mesurer et suivre les résultats. 24 janvier

24 La GARD repose sur sept grands principes(suite) 5. Apprentissage sur le tas La méthode GARD doit être appliquée de façon progressive et les apprenants se perfectionneront au fur et à mesure qu ils acqueriront de l'expérience. Il faut considérer l'expérience pratique, comme un exercice nécessaire au développement des capacités et à l'amélioration des méthodes et outils de la GARD. 24 janvier

25 PRINCIPES :La GARD repose sur sept grands principes 6.Apprentissage continu : la mise en œuvre du projet/programme doit suivre un processus itératif d apprentissage et de perfectionnement graduels. 7.Application étendue : l application de la GAR doit être étendue à tous les autres projets/programmes lorsque cela est possible. 25

26 Quand la GARD peut-elle faire une différence? Les résultats sont définis de façon consensuelle. Une approche participative assure l adhésion, l engagement et une compréhension commune de ce qu un projet ou un programme essaie de réaliser. La flexibilité permet de changer des stratégies à mi-parcours pour assurer que les résultats du développement soient atteints. 24 janvier

27 La GARD: Principales étapes Cette étape Fait ceci Formulation des objectifs et détermination d une stratégie Définit les résultats que nous essayons d atteindre et la stratégie que nous entendons suivre pour les obtenir Identification des indicateurs Identifie ce que nous devons mesurer pour savoir si nous obtenons les résultats que nous recherchons Fixation des cibles Suivi des résultats Examen des résultats et préparation de rapports Intégration de l évaluation Utilisation des informations sur les performances Définit les progrès que nous devons accomplir et dans quels délais Rassemble les données nécessaires pour mesurer les progrès accomplis Compile, analyse et présente les données d une façon répondant aux besoins des différents niveaux de l organisation Utilise les évaluations pour comprendre pourquoi les performances sont supérieures ou inférieures aux anticipations Utilise les informations sur la performances que nous avons rassemblées afin d améliorer cette dernière 24 janvier 2014 Page 27

28 PRESENTATION DU CADRE LOGIQUE: LA MATRICE Logique d intervention Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Hypothèses Objectif général Objectif spécifique Extrant /produit Intrants Moyens Coûts Conditions préalables 24 janvier

29 Présentation du cadre logique axé sur les résultats Résultats escomptés Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Hypothèses/ Risques Objectif Impact global Objectifs spécifiques Effets Extrants produits Intrants Activités Moyens Coûts Conditions préalables 24 janvier

30 Conclusion: Le pouvoir de la mesure de résultats Si vous ne mesurez pas les résultats, vous ne pouvez pas faire la distinction entre succès et échec; Si vous ne reconnaissez pas le succès, vous ne pouvez pas le répliquer ; Si vous ne reconnaissez pas le succès, vous ne pouvez le récompenser; Si vous ne distinguez pas l échec, vous ne pouvez le corriger. Si vous ne récompensez pas le succès, vous récompensez surement l échec ; Si vous ne pouvez pas montrer les résultats, vous ne pouvez avoir le soutien du public;

31 24 janvier 2014 Page 31

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes Cellule d Analyse de Politiques Gestion Axée sur les Résultats Abidjan Economiques du CIRES GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS Concepts et Principes 1 Structure de la Présentation 1. Contexte de la GAR 2.

Plus en détail

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 Préparé par la Direction de la gestion du rendement, Direction général des politiques stratégiques et du rendement, Agence canadienne de développement

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

L approche du cadre logique

L approche du cadre logique REPUBLIQUE DE GUINEE UNION EUROPEENNE Réunion d information sur l appel à propositions AUTORENFOR : initiatives concrètes des OSC en matière de gouvernance locale L approche du cadre logique (voir documents

Plus en détail

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS

ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS ATELIER DES DG DES INS SUR LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES SNDS PRESENTATION DES CANEVAS DES OUTILS DE PILOTAGE ET DE SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DES

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET 2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET Le programme conjoint MDG-F Culture et développement au Sénégal dont l objectif est d appuyer la mise en œuvre des

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger. Présenté par GADO BOUREIMA

La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger. Présenté par GADO BOUREIMA La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger Présenté par GADO BOUREIMA PLAN I. RAPPEL: DEFINITIONS RESULTATS SELON OCDE (2002) ET ENTENTE MARRAKECH (2004) II. LES ACTEURS DE

Plus en détail

POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE. Projet de Position Juin 2011

POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE. Projet de Position Juin 2011 POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE Projet de Position Juin 2011 2011 Collaborative Budget Reform Initiative (CABRI) Published by the Collaborative Budget Reform Initiative (CABRI) CABRI Secretariat

Plus en détail

LA GAR DANS L'ELABORATION DU BUDGET DE L'ETAT ET LES POLITIQUES NATIONALES

LA GAR DANS L'ELABORATION DU BUDGET DE L'ETAT ET LES POLITIQUES NATIONALES FORMATION PRATIQUE "GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) : IMPACT DES PRINCIPES DE LA GAR APPLIQUÉS AUX RÔLES DU PARLEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU BÉNIN DANS LE PROCESSUS BUDGÉTAIRE" LA GAR DANS L'ELABORATION

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR)

FORMATION SUR LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) FORMATION SUR LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) COURS PRÉPARÉ PAR MME KOUAKOU RASOARILALA Josther BNETD COTE D IVOIRE MARS 2009 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PROGRAMME 1 Contexte

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Formation en gestion axée sur les résultats (GAR) Manuel du participant

Formation en gestion axée sur les résultats (GAR) Manuel du participant CONFÉRENCE DES MINISTRES DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DES ÉTATS ET GOUVERNEMENTS AYANT LE FRANÇAIS EN PARTAGE Formation en gestion axée sur les résultats (GAR) Manuel du participant Décembre 2007 Jocelyne

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL

STRATEGIE NATIONALE POUR L EQUITE ET L EGALITE DE GENRE AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de la Famille, de la Solidarité Nationale, de l Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance --------- Direction de l Equité et de l Egalité de Genre STRATEGIE NATIONALE

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/5.INF.2 PARIS, le 24 septembre 2014 Anglais et français seulement Point 5 de l'ordre du jour provisoire PLAN D ACTION RÉVISÉ EN VUE DE L AMÉLIORATION

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL

COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL 1 COUVERTURE ET TABLEAU DU PLAN DE TRAVAIL ANNUEL Page de couverture Pays: São Tomé et Principe Effets directs de l UNDAF: D ici 2011, les institutions publiques assurent la protection des droits humains,

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Application des principes de gestion axée sur les résultats dans la conception des projets de PUCD

Application des principes de gestion axée sur les résultats dans la conception des projets de PUCD Partenariats Universitaires en Coopération et Développement Application des principes de gestion axée sur les résultats dans la conception des projets de PUCD Janvier 2006 Tables des matières 1. Application

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.10.2011 COM(2011) 638 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS La

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE: QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE La veille est une activité

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

JPO / Chargé de Programme Gouvernance. Lead Cluster Gouvernance, UNDP Mali

JPO / Chargé de Programme Gouvernance. Lead Cluster Gouvernance, UNDP Mali PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Position Information Job Code Title: Pre-classified Grade: Superviseur: JPO / Chargé de Programme Gouvernance Lead Cluster Gouvernance,

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats Avant-propos L aide au développement a toujours eu pour objectif de réaliser le changement à long terme mais, bien souvent, on a mis l accent, s

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

ACCROITRE LES EFFORTS ET LES RESSOURCES POUR LA SANTE. Plan de travail IHP+ des huit organismes internationaux s intéressant à la santé 1

ACCROITRE LES EFFORTS ET LES RESSOURCES POUR LA SANTE. Plan de travail IHP+ des huit organismes internationaux s intéressant à la santé 1 ACCROITRE LES EFFORTS ET LES RESSOURCES POUR LA SANTE Plan de travail IHP+ des huit organismes internationaux s intéressant à la santé 1 Septembre 2007-mars 2009 1. Historique Les pays et leurs partenaires

Plus en détail

Comprendre le Projet et sa gestion Concept de Base

Comprendre le Projet et sa gestion Concept de Base Comprendre le Projet et sa gestion Concept de Base Conception et Evaluation des Projets de Développement Andrews University Internationale Development Program 24-30 Juillet 2013 ACCRA Aloysius John Paris,

Plus en détail

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales Programme des Nations Unies pour le Développement Bureau Régional pour l'afrique HISTOIRIQUE DU PROJET

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Projet «Offres de formation»

Projet «Offres de formation» Projet «Offres de formation» Lignes diréctrices pour l'organisation, le pilotage et le subventionnement des offres de formation destinées aux collaborateurs ecclésiaux à l échelon de la Suisse et des régions

Plus en détail

Formation Lean Six Sigma

Formation Lean Six Sigma Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Lean Six Sigma Contenu NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant

Plus en détail

Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER

Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER Dossier présent senté par Sourou G. CODJA DPP/MDCTTP-PR PR SOMMAIRE ENONCE DE PRINCIPES APPLICATIONS

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

PROGRAMME de FORMATION DISPENSÉ EN MAURITANIE FONDS DES NATIONS UNIES POUR LA POPULATION (FNUAP) RAPPORT SYNTHÈSE D ÉVALUATION

PROGRAMME de FORMATION DISPENSÉ EN MAURITANIE FONDS DES NATIONS UNIES POUR LA POPULATION (FNUAP) RAPPORT SYNTHÈSE D ÉVALUATION PROGRAMME de FORMATION EN PLANIFICATION OPÉRATIONNELLE ET CONTRÔLE DE PROJET DISPENSÉ EN MAURITANIE POUR LE COMPTE DU FONDS DES NATIONS UNIES POUR LA POPULATION (FNUAP) DU 16 FEVRIER AU 20 MARS 2003 12

Plus en détail

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales)

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) Document 9 PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) *******************************************************************************

Plus en détail

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST :

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST : MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWIAFRIQUE DE L OUEST : Projet GWIAfrique de l Ouest: BurkinaFaso, Ghana, Mali, Niger et Sénégal Expérience réussie de Gestion Intégrée des Ressources en

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

Projet d Appui pour une Formation Technique. et Professionnelle Qualifiante, en Afrique de l Ouest

Projet d Appui pour une Formation Technique. et Professionnelle Qualifiante, en Afrique de l Ouest O.N.G.. accréditée auprès d Institutions de l Organisation des Nations Unies Projet d Appui pour une Formation Technique et Professionnelle Qualifiante, en Afrique de l Ouest Plan du Projet (Résumé) Introduction

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Programmation, gestion et suivi axés sur les résultats (GAR/RBM) à l UNESCO Principes directeurs

Programmation, gestion et suivi axés sur les résultats (GAR/RBM) à l UNESCO Principes directeurs Programmation, gestion et suivi axés sur les résultats (GAR/RBM) à l UNESCO Principes directeurs Bureau de la planification stratégique Janvier 2008 INDEX 1. Préface 2. Bref rappel des faits 3. Qu est-ce

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE

AVIS DE VACANCE DE POSTE AVIS DE VACANCE DE POSTE INTITULE DU POSTE Gestionnaire de Projet «IMPACT» PROGRAMME LIEU D AFFECTATION RESPONSIBLE HIERARCHIQUE NATURE DE CONTRAT RDC Goma Directeur de Programme CDD (1an renouvellable)

Plus en détail

Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9

Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9 Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9 juillet 2008 Réforme de la gestion des ressources humaines

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

Plan de services en français 2010-2011

Plan de services en français 2010-2011 Plan de services en français 2010-2011 Message de la sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse, le plan de services en français

Plus en détail

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM Par un collectif de l INEM Instituto National de Emples (Institut National de l Emploi), Madrid, Espagne L intégration des technologies dans la société de l information

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CADRE GENERAL II DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES DU CDMT III DEMARCHE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU CDMT IV PERSPECTIVES 2 Le gouvernement a entrepris ces dernières

Plus en détail

Points saillants 1 5

Points saillants 1 5 Points saillants 1 5 Introduction 1 7 Objet de la vérification 1 7 Observations et recommandations 1 9 Ce qu on a demandé aux ministres et à leur ministère de faire 1 9 Ce que les ministères ont fait 1

Plus en détail

CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT. en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB

CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT. en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB (Mis à jour le 01.06.11) MANDAT La Décision X/31 (11-12) de la 10 e réunion de la Conférence

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 7 IGC CE/13/7.IGC/INF.4 Paris, 15 novembre 2013 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Septième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Chef de projet, Votre kit tout-terrain

Chef de projet, Votre kit tout-terrain Chef de, Votre kit tout-terrain Auteur : Hughes Marchat Président du cabinet EFII (conseil et formation en conduite de ) Enseignant au CNAM et à l Ecole centrale de Paris Éditeur : Éditions d organisation

Plus en détail

République de Cameroun

République de Cameroun République de Cameroun Efficacité de l aide dans le secteur de l éducation 2010 2011 L Exercice de suivi de l efficacité de l aide A permis de collecter des données sur la Déclaration de Paris, adaptées

Plus en détail

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN République du Bénin -------------- Bureau d Evaluation des Politiques Publiques --------------- Observatoire du Changement Social Deuxième Conférence Internationale sur les Capacités Nationales en Evaluation

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Recherche et rédaction : Monica Jekovska, agente de recherche au CRDS 22 e Colloque du RQVVS,

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE DOSSIER DE PRESSE ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE Vendredi 14 février 2014 NEVERS Aline DEVILLERS 03 86 60 58 50 - aline.devillers@cg58.fr Damien TRESCARTES 03 86 60 68 16 damien.trescartes@cg58.fr

Plus en détail