QU EN EST-IL DE LA COMMUNICATION MARKETING INTÉGRÉE DANS LES RÉSEAUX DE FRANCHISE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QU EN EST-IL DE LA COMMUNICATION MARKETING INTÉGRÉE DANS LES RÉSEAUX DE FRANCHISE?"

Transcription

1 QU EN EST-IL DE LA COMMUNICATION MARKETING INTÉGRÉE DANS LES RÉSEAUX DE FRANCHISE? Par William Menvielle Professeur de marketing, Université du Québec à Trois-Rivières Daniel Lefebvre Doctorant Université d Auvergne Jocelyn D. Perreault Professeur de marketing, Université du Québec à Trois-Rivières Co-responsable du Laboratoire de Recherche et d Intervention en Gestion Hôtelière et Restauration Cahier de recherche Communication présentée au colloque Nice 2004 «Le management "Click and Mortar"» 10 décembre 2004 Décembre 2004 ISSN

2 Qu en est-il de la communication marketing intégrée dans les réseaux de franchise? Résumé : Suite à une étude menée auprès de franchises de la restauration au Québec, nous présentons les moyens mis en place par les franchiseurs pour établir un système de communication interne dans leur réseau. Les résultats montrent de grandes divergences dans l adoption de la communication marketing interne intégrée, dû à certains facteurs contrôlables ou non par les franchiseurs. Abstract : Cases studies were conducted within eight restaurant franchises located in the province of Quebec. We identify the tools adopted by franchisers to implement an internal communication system in their network. The results show different ways to adopt internal integrated marketing communication depending of (non)controllable factors. 2

3 Introduction La communication marketing intégrée (CMI) est un concept récent dans la littérature marketing (Schultz, 1993), qui a suscité des passions et des débats (Cornellissen et Lock, 2000). Si elle est dirigée principalement vers de nombreux détenteurs d enjeux situés à l extérieur de l entreprise (clients, fournisseurs, distributeurs, institutions financières, partenaires divers, ), la CMI doit se réajuster à certains modèles organisationnels tels que les entreprises en réseau. Au sein de cette forme d organisation, les franchises tiennent une place à part, en raison des relations bidirectionnelles que les deux principaux acteurs (franchiseurs et franchisés) doivent entretenir. En effet, outre une relation contractuelle (le contrat de franchise) entre le franchiseur et le franchisé, on note également des échanges opérationnels (par exemple, le manuel d exploitation) et communicationnels (l information diffusée aux membres du réseau et celle émanant des franchisés à destination du siège social). Ces aspects communicationnels peuvent être considérés comme une variable contrôlable du marketing interne (Michon, 1988). C est dans le contexte des franchises que s inscrit la présente communication. Son but est de mieux comprendre les facteurs qui influencent les objectifs de la communication entre franchiseur et franchisé. Pour cela, nous procédons en une démonstration en 3 étapes. Dans un premier temps, nous situons le cadre conceptuel. Par la suite, nous faisons part de la méthodologie retenue dans le cadre de cette étude. Finalement, nous exposons les résultats et les enjeux qui en découlent pour les entreprises étudiés, mais aussi pour les organisations qui fonctionnent dans le cadre d un réseau. 1 La revue de littérature et le modèle de recherche 1.1 La communication marketing intégrée La communication marketing intégrée est un concept d importance qui a soulevé un grand intérêt au cours des dix dernières années. La désintégration des marchés de grande consommation, la multiplicité des micro-marchés, la prolifération des nouveaux outils de communication, et les modifications du comportement du consommateur poussent l entreprise à repenser ses choix et son utilisation des outils de communication (Menvielle, 2004). Cette tendance s inscrit dans ce que l on nomme la communication marketing intégrée (CMI), et que Schultz (1993) définit comme un processus de planification stratégique des activités de la communication marketing, recourant à divers outils (publicité, relations publiques, marketing direct, promotion des ventes et force de vente) et permettant le maximiser l impact de la communication. La CMI inclut implicitement la notion de planification stratégique et de coordination de diverses activités de communication marketing propres à une entreprise. Duncan (2002), soutient d ailleurs qu il s agit d un processus transversal pour créer et enrichir les relations avec le client, mais également avec tous les détenteurs d enjeux de l entreprise en leur transmettant un même ensemble de valeurs. L auteur stipule également que les objectifs du concept consistent à développer une image de marque, concept qui constitue un moyen de se différencier de la concurrence, des entrants potentiels et des substituts (Porter, 1982 ; 2001) et qui est à la base de sa définition de la CMI. 1.2 La communication marketing interne intégrée Parlant de la communication interne, Duncan (2002) stipule qu elle fait défaut de nombreuses entreprises américaines, créant ainsi un service à la clientèle déficient. Pour l auteur, la stratégie de communication interne se décompose en trois étapes : l information, l engagement et l écoute. Dans le programme de communication marketing interne intégré, nous avons retenu la proposition de Thériault (2000), considérant quatre (4) grandes catégories de moyens de communication et présenté sous l acronyme POID (figure 1) : 3

4 Les moyens Passifs Les moyens Ouverts Les moyens Interactifs Les moyens Dédiés Les moyens dédiés dans un programme de marketing interne intégré (CMII) font référence aux nouvelles technologies de l information, tels que l intranet (communication bidirectionnelle entre le franchiseur et les franchisés) ou l extranet (communication unidirectionnelle du franchiseur ou des fournisseurs à destination des franchisés). Ces moyens de communication interne en offrant au plan de la communication, les possibilités qu offre Internet relativement à l accès à l information, à l échange ou à la recherche s inscrivent dans un environnement «fermé». Figure 1 : Le modèle POID de la communication marketing interne intégré Internet Moyens ouverts Bornes interactives Moyens passifs (techniques) Support (communication interne) - Lettre - Affiches - Babillard - Journal interne - Communiqué - Correspondance Marketing interne - Communication interne intégrée Franchisé Intranet Extranet Moyens interactifs (humains) Réunions - Équipe - Service - Direction - Assemblée annuelle - Téléphonie - Vidéoconférence - Comité consultatif - Comité performance - Réunion régionale - Visite personnalisée Moyens dédiés Les moyens ouverts font référence aux nouvelles technologies de l information et de communication telles qu Internet. Ces moyens sont littéralement sans limite, sur le plan de leur diffusion, leur ergonomie, et leur polyvalence au niveau communicationnel. Les moyens interactifs sont associés aux contacts directs avec les franchisés. C est une source importante d information et d échange à privilégier, ce contact terrain direct entre les franchisés permet d adapter l information au contexte et aux besoins de chaque franchise. Dans les moyens dédiés, les moyens passifs ont comme mission de diffuser une information unidirectionnelle, l utilisation est réservée à l information officielle ou formelle. Contrairement au message et à l émetteur qui adaptent leur contenu de l information en fonction des systèmes, 4

5 les moyens demeurent quant à eux les mêmes. Dans la figure 1, nous avons adapté le modèle Thériault (2000) à un réseau de franchisage. Nous avons identifié que dans les moyens interactifs, la communication est dirigée vers l aspect humain, donc la communication est bidirectionnelle comparativement aux moyens passifs, où la communication est unidirectionnelle au sein d un support plus technique du réseau. 1.3 Le modèle de recherche La dimension de la CMII au sein d un réseau de franchisage par son rôle est une démarche stratégique au niveau interne de la communication et du marketing dans l objectif de la satisfaction du franchisé. L application de la CMII favorise une cohésion par l ensemble des acteurs dans l enjeu de la communication, en plus de favoriser les systèmes d échanges. Mucchielli et al. (1998) proposent le modèle systémique, modèle de système des échanges qui s adapte au franchisage par l interactionnisme et la systémique et dans lequel l enjeu de la communication se définit comme un enjeu de «Permanence et changement des systèmes de communication». Le principal objectif de cette communication est justement de comprendre comment la CMII peut augmenter la satisfaction du franchisé dans sa relation au sein d un réseau de franchise avec le franchiseur. Mucchielli et al. (1998) posent d ailleurs une question quant à savoir «Quels systèmes d échanges (formes et structures des échanges) [permettent] une satisfaction (cohésion, avantages, motivations, production collective) de l ensemble des acteurs». (franchiseur/franchisé)?» Pour mesurer cette dimension de la satisfaction dans un tel réseau, nous nous sommes basés sur la grille de Hing (1993). L auteur mentionne que la satisfaction d un franchisé dépend de plusieurs facteurs ayant trait au franchiseur et au franchisé, qui influenceront sur les attentes des franchisés. Les facteurs de la satisfaction apparaissant et peuvent être classés selon les relations contractuelle, opérationnelle et communicationnelle. Pour cette dernière dimension, 4 variables sont à retenir, soit les moyens ouverts (système communicationnel), les moyens interactifs, les moyens dédiés et les moyens passifs. En plus, nous avons cherchés à connaître les résultantes de cette communication interne. De ce fait, les trois variables mesurées étaient les suivantes : la CMII (dans son ensemble), la relation communicationnelle et la notion de communication bidirectionnelle. 2 La méthodologie Puisque l étude sur la communication interne intégrée est un sujet récent dans la littérature sur la communication marketing, nous avons eu recours à une démarche d études de cas. Cette stratégie de recherche permet d étudier un phénomène récent dans son propre contexte de vie, tout en y incluant des facteurs et des dimensions insoupçonnées au départ (Yin, 2003). 2.1 L échantillon Nous avons choisi d étudier les franchisés du secteur de la restauration au Québec pour plusieurs raisons. Plusieurs types de franchises existent toutefois et il convient de préciser le cadre législatif définissant les entreprises que nous avons choisies. En effet, les franchises se classent le long d un continuum opposant les franchises individuelles aux franchises maîtresse (tableau 1). Notre choix s est porté sur les franchises individuelles en raison de l unicité de l établissement exploité par le franchisé, ce qui constitue le premier critère. Dans un second temps, nous limitons géographiquement notre recherche en nous intéressant exclusivement aux franchisés en activité dans la province du Québec, en raison d un environnement législatif et politique identique. Cette restriction géographique est apparue comme un critère déterminant pour plusieurs raisons, telles que la culture organisationnelle, le 5

6 contexte économique et le profil sociodémographique. Notons que ce premier critère n exclut pas la possibilité qu un franchiseur réalise des franchises hors Québec. Tableau 1 : Les niveaux de développement de la franchise Franchise individuelle Franchise territoriale Franchise maîtresse «C est un contrat de franchise signé entre un franchiseur et un franchisé pour l exploitation par le franchisé d un seul établissement et s il exploite plusieurs établissements un contrat distinct sera exécuté pour chacun des établissements». Le franchiseur octroie un droit à une franchise individuelle selon certains critères, le droit d exploiter plusieurs établissements dans un territoire définit et dans certains cas, le franchiseur oblige le franchisé à ouvrir un certain nombre d établissement dans un territoire plus large définit dans le contrat et selon un certain échéancier. C est une pratique de moins en moins utilisée par le franchiseur. Source : Gagnon (2003) C est un contrat de franchise territoriale, d où le franchiseur accorde au franchisé le droit d ouvrir lui-même des franchises, ou de vendre des sous-contrats de franchises à d autres personnes dans une région définie. Donc, le franchisé-maître devient luimême franchiseur des sousfranchisés et assume les mêmes responsabilités du réseau dont c est un rôle d intermédiaire et de certaines conditions d engagement au franchisé. Dans un troisième temps, notre sélection se porte sur des franchisés provenant du secteur de la restauration. D après les chiffres rapportés par Sayegh (2003), le secteur de la restauration compte le plus grand nombre de franchiseurs (78 sur un total de 238) et d établissements (1852 sur 5399) au Québec. C est une raison supplémentaire nous ayant poussé à nous intéresser à ce secteur. Enfin, au sein même des franchises, plusieurs types existent, classés selon la taille. Ainsi, les restaurants de type «Express» proposent un service de vente au comptoir seulement, tandis que les restaurants de type «Surface» fournissent un service de vente avec salle à manger. Nous avons conservé ces deux types de restaurant pour établir des comparaisons entre eux. Au total, huit entreprises ont été contactées appartenant à quatre enseignes (numérotées 1 à 4). Pour des raisons de confidentialité, les noms de ces entreprises et des interlocuteurs ont été masqués. Les entreprises et les responsables contactés sont présentés dans le tableau 2 suivant. Tableau 2 : Présentation des franchises et des personnes contactées Cas Franchisés interviewés Type de Restaurants Franchisé Expertise antérieure Expérience depuis Formation Restaurant Franchise antérieure Express #1 Express 1990 Aucune Aucune Secondaire Gestion Surface #1 Moyenne/Surface 1996 Aucune Aucune Secondaire Technicien Express #2 Express ans 4 ans Universitaire Contrôleur Surface #2 Moyenne/Surface 1995 Aucune Aucune Universitaire Gestion Express #3 Express de 5 ans Aucune Secondaire Restaurateur Surface #3 Moyenne/Surface ans 9 ans Secondaire Gérante Express #4 Express ans 10 ans Secondaire Gérant Surface #4 Moyenne/Surface 1994 Aucune Aucune Secondaire Directeur 2.2 La collecte et l analyse des données L étude de cas étudie les données et leurs interrelations dans le contexte dans lequel elles se trouvent (Yin, 2003). Ces données ont été produites grâce à deux sources de preuve, soit : 6

7 Des données secondaires, émanant des entreprises directement (lors des rencontres, ou visites des sites Web), mais également par le biais de sources secondaires (articles de presse, ). Des rencontres, ayant pris la forme d'entrevues «semi-structurées» auprès des dirigeants des entreprises. Ces entrevues ont été bâties sur mesure en fonction des informations recueillies lors de la collecte d information secondaire. Les entrevues n ont pu être enregistrées sur cassette, en raison du refus des personnes interrogées de se «livrer à une bande magnétique». Les propos ont toutefois été notés pour ensuite être analysées grâce à la catégorisation (Hubermann et Miles, 1994). 3 Les résultats De façon générale, nous constatons pour les huit (8) cas de franchisés, que la CMII est soit existante ou totalement inexistante au sein des réseaux de franchise. Tel que mentionné auparavant, les informations proviennent des franchisés interviewés et nous remarquons, dans la majorité des cas, pour le franchiseur que la notion de gestion de la relation avec le franchisé (client) n est pas encore usitée. Le tableau 3 présente les dimensions de la communication analysées. Tous les répondants n ont pu ou n ont voulu donner de réponses sur l ensemble des dimensions mesurées. On note également une grande diversité dans les réponses obtenues ; ces dernières allant de l insatisfaction à la satisfaction totale (TS). Les cas Express #2 et Surface #2 démontrent particulièrement une relation communicationnelle «très satisfaisante» sur les quatre éléments mesurés. Dans ce contexte, on constate que le franchiseur a intégré un modèle d interactivité et d échange avec ses franchisés qui rejoignent majoritairement la CMII. Tableau 3 : Présentation des cas selon les dimensions de la communication Express #1 Surface #1 Express #2 Surface #2 Express #3 Surface #3 Express #4 Surface #4 Dimensions de la relation communicationnelle Moyens ouverts (système communicationnel) - - TS TS Moyens interactifs - - TS TS S S INS INS Moyens dédiés - - TS TS INS INS INS INS Moyens passifs/communication interne - - TS TS S S S S Satisfaction qui en résulte : CMII - - TS TS INS INS INS INS Relation communicationnelle - - TS TS S S Communication bidirectionnelle - - TS TS Légende : INS : insatisfait, S : satisfait, TS : très satisfait, - : critère non évaluable Pour cette entité, le franchiseur a mis en place un programme de CMII selon un processus rigoureux : il n a pas tenu compte des niveaux hiérarchiques ni de la structure organisationnelle, ce qui aurait certainement nuit et bloqué toute initiative de CMII. Dans ces deux cas, la CMII a créé un effet multiplicateur sur l ensemble des communications entre le franchiseur et les franchisés tout en permettant d éviter l aspect des conflits. De plus, l intégration de la CMII a été 7

8 faite avec les franchisés en tenant compte des modèles de hiérarchie des effets : étapes cognitive, affective et conative (Belch, et al., 2004). À l inverse, les cas Express #1 et Surface #1 ne se sont pas prononcé sur les dimensions de la communication. Une explication peut être donnée par les choix et objectifs personnels de chaque franchisé, selon leur évolution personnelle et professionnelle. D autre part, pour les cas Express #3 et Surface #3, on remarque une certaine satisfaction pour deux dimensions. Ceci peut être expliqué par le fait qu'une certaine communication existe de façon informelle entre les franchisés et le franchiseur. Enfin, pour les cas Express #4 et Surface #4, peu d informations sont mentionnées : les franchisés sont satisfait au niveau des moyens passifs. Il faut en effet savoir que le franchiseur est en pleine restructuration de son réseau de franchise. Il rencontre des obstacles sur l implantation de sa structure sur l uniformité et l homogénéité dans la relation contractuelle, qui occasionne des confrontations parmi ses franchisés, ce qui génère une situation d indépendance dans la relation contractuelle, opérationnelle et communicationnelle au sein de son réseau. De façon générale, on constate de nombreuses variations dans la satisfaction de la relation communicationnelle des franchisés avec leur franchiseur. L explication que nous donnons tient à la complexité de l environnement d affaire et à l extrême hétérogénéité des PME. Nous avons classifié les cas qui s illustrent selon le modèle des quatre «P» de la relation franchiseur et franchisé. Le site Web Franchise Classroom (www.bus.lsw.edu/ei/franchiseclass/pages/feebook/chapternine ), dédié à la franchise mentionne que la relation franchiseur/franchisé est motivée par une force basée sur quatre «P» qui sont le pouvoir, le profit, le prestige et le plaisir. On remarque que seul le franchiseur des cas Express #2 et Surface #2 a intégré, au sein de son réseau de franchise, des moyens dédiés dans la communication marketing interne comme nous l expliquons que le tableau 4 suivant. Les propos des franchisés interrogés et repris dans le tableau sont d ailleurs éloquents. Tableau 4 : Classification des cas étudiés sur la relation des quatre «P» franchiseur/franchisé Pouvoir Profit Prestige Plaisir Définition Le franchiseur et le franchisé recherchent le pouvoir. Les deux parties doivent s aider mutuellement pour atteindre le succès. Le franchisage offre des opportunités à succès dans la pratique d affaire mutuelle, la réalisation du profit est le résultat des efforts unifiés des parties. La reconnaissance de la notoriété et le désir de croissance du franchiseur/ franchisé dans la synergie et le respect de la relation contractuelle, opérationnelle et communicationnelle. Le franchiseur doit s assurer par la relation communicationnelle que le franchisé a le support opérationnel à tous les niveaux dans une bonne ambiance communicative par la communication contractuelle, opérationnelle et communicationnelle. Cas Express #2 Surface #2 Express #2 Surface #2 Express #2 Surface #2 Express #2 Surface #2 Note explicative Express #2 Surface #2 Le franchisé mentionne «Le franchiseur a instauré un programme mutuel qui est la création d une "université du savoir" pour les franchisés et le franchiseur dans l encadrement de la relation contractuelle, opérationnelle et communicationnelle». Le franchisé mentionne «Je me suis sens bien encadré dans ma franchise, mon franchiseur qui m assure une grande confiance dans la relève de mes opérations par mon fils, car le franchiseur est sérieux et très structuré et encadre très bien ses franchisés». 8

9 Conclusion En analysant les huit (8) entreprises du secteur de la restauration au Québec, nous avons mis en lumière le rôle du système de communication marketing interne intégrée (CMII) dans la satisfaction du franchisé. Les études de cas ont apporté un certain éclairage sur cette question de recherche et elles ont pu aider à enrichir considérablement cette problématique. Nous nous sommes rendus compte que la notion de communication interne comportait quelques nuances et interprétations selon nos interlocuteurs et la culture des franchiseurs. Effectivement dans les huit (8) cas franchisés étudiés, six (6) cas de franchisés ont manifesté leur besoin d'innover par la CMII en intégrant les moyens communicationnels dans un marché hautement concurrentiel. Par ces cas étudiés, il ne semble pas qu il soit au cœur des préoccupations de certains réseaux de franchiseurs d instaurer des programmes de communication marketing interne intégrée quels qu ils soient. En effet, au moins trois raisons (aspect hermétique du secteur d activité, préservation du leadership du franchiseur et transparence des relations) poussent les franchiseurs à ne pas vouloir adopter de politique de communication interne. Tel que mentionné dans cette étude, la communication est une relation (lien) entre le franchiseur et les franchisés. Elle caractérise la mise en opération d un véritable partenariat stratégique ainsi que la prise de conscience grandissante de l interdépendance entre les acteurs dans la gestion de la relation contractuelle, opérationnelle et communicationnelle. D ailleurs, dans les cas étudiés, l apport de la communication marketing interne est basée majoritairement sur l information de ventes pour le calcul des revenus de royautés à payer par leurs franchisés et dans certains cas étudiés, le partage d information sur les placements publicitaires régionaux par le biais de conseil du franchiseur. En ce qui a trait aux franchiseurs des cas étudiés, quelques questions restent en suspens : Que penser du fait que l intégration du rôle d un programme de communication marketing interne intégrée (CMII) au sein de leur réseau de franchise soit si peu connu? Comment il est perçu dans son ensemble? L effet de la transparence dans les relations contractuelle, opérationnelle et communicationnelle crée-t-il un irritant au franchiseur? L adoption de ce modèle de CMII nécessite cependant une bonne base de réflexion ainsi que du travail puisqu il implique un changement fondamental dans l approche que prendra le franchiseur dans la gestion de sa relation avec le franchisé, dans le but de créer un partenariat stratégique avec ce dernier. L intégration de la CMII crée pour le franchiseur une modification profonde dans la relation opérationnelle ayant des implications importantes notamment par l échange d informations riches et structurantes, des comportements, des attitudes, de la transparence, de la méthodologie de résolution de conflits, de l innovation et des autres facteurs. C est ainsi que se caractérise la vision stratégique du rôle de la CMII étudié au sein d un réseau de franchisage. Grâce à cette logique et à leurs objectifs concentrés sur des perspectives d améliorations des systèmes de communication et à l innovation. Ces cas de réseaux de franchisage étudiés devraient permettre de faire bénéficier les entreprises d un positionnement stratégique et concurrentiel selon leurs spécificités et le contexte environnemental qui les englobe. 9

10 Bibliographie Belch, M., Belch, Guolla, M., Ballofet, P. Et Coderre, F., (2004), Communication marketing : une perspective intégrée, Montréal : Chenelière, McGraw-Hill. Cornelissen, J. P. et Lock, A. R. (2000), Theoretical Concept or Management Fashion? Examining the significance of IMC, Journal of Advertising Research, Septembre Octobre, p Duncan, T. (2002), IMC Using Advertising & Promotion to Build Brands, New-York, McGraw- Hill Gagnon, J. H., (2003), La franchise au Québec, Éditions Wilson et Lafleur Martel Ltée. Hing, N. (1993), «Distribution of franchise responses for the 17 satisfaction items», Journal for Small Business Management, April. Menvielle, W., (2004), «L intégration d Internet dans la stratégie de communication de l entreprise», Thèse de doctorat, Université du Québec à Trois-Rivières, 404 p. Michon, C., (1988), «Le marketing interne», Revue française du marketing, no 120. Mucchielli, A., Corbalan, J. A., Ferrandez, V., (1998), Théorie des processus de la communication, Éditeurs Armand Colin/Masson, Paris. Porter, M.E. (1982), Choix stratégiques et concurrence : techniques d analyse des secteurs et de la concurrence dans l industrie, Paris, Économica Porter, M.E. (2001), «Internet : la stratégie plus que jamais», L Expansion Management Review, juin, Sayegh, G. F., (2003), Les secrets du franchisage, Les Éditions Yvon Blais Inc. Schultz, D.E.. (1993), Integrated marketing communications: maybe definition is in the point of view. Marketing News. Jan 18, Vol. 27, N 2, Thériault, R., (2000), La communication réseau/approche client, Éditions du Méridien. Yin, R. K. (2003), Case study research: design and methods, 3rd ed., Thousand Oaks, Sage Publications, 177 p. 10

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums good to know you* Le centre expert des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums, étudie les tendances de ces deux

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION (BAC+6, +7, +8 480 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES

GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES Service des ressources humaines 2015 GUIDE DE GESTION DE LA PERFORMANCE DES CADRES ORIENTER MOBILISER ÉVALUER 1 TABLE DES MATIÈRES Ce guide vise à familiariser tous les employés cadres de la Ville de Montréal

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET

LA GESTION DE PROJET LA GESTION DE PROJET Introduction... 2 I. Le projet... 2 A. Définition du projet... 3 B. Types de projet... 3 C. Caractéristiques d un projet... 3 D. Triangle des acteurs... 4 II. Management de projet....

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit!

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines vous offre des solutions pratiques, adaptées à votre organisation et une gamme complète

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien

Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien PRESSE CANADIENNE / LÉGER MARKETING Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien Rapport 507, place d Armes, bureau 700, Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : 514-982-2464 Télec. : 514-987-1960 www.legermarketing.com

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES Sommaire exécutif Février 2012 AVANT-PROPOS En 2012, l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Un regard qualitatif sur l appropriation de la pédagogie par projet par les équipes scolaires du primaire

Un regard qualitatif sur l appropriation de la pédagogie par projet par les équipes scolaires du primaire Un regard qualitatif sur l appropriation de la pédagogie par projet par les équipes scolaires du primaire Catherine Lanaris, Ph. D Université du Québec en Outaouais. Lorraine Savoie-Zajc, Ph. D. Université

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

les étapes cruciales pour une intégration réussie ;

les étapes cruciales pour une intégration réussie ; Quand vous pensez «CRM», pensez- vous d'abord (et souvent seulement) à une solution Par exemple, certaines entreprises utilisent la CRM pour la gestion des ventes et/ou pour mener des campagnes marketing

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E TABLE DES MATIÈRES Introduction C HAPITR E 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier I. L évolution de l environnement de l entreprise... 17 A. Entre le local et le global : la gestion

Plus en détail

Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet

Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet Modèles économiques pour les logiciels Open Source Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet Pour définir un modèle économique il est indispensable d identifier les acteurs leur rôle leurs attentes

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises LIVRE BLANC La gouvernance documentaire dans les organisations françaises Enquête serdalab Mars 2011 serdalab Page 1 Sommaire Les problématiques auxquelles la gouvernance documentaire répond...4 La définition

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions PLAN DE LA PRÉSENTATION Congrès des milieux documentaires 25 novembre 2013 1. Introduction 2. Le SDIH de la Société d habitation du Québec

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Une valeur ajoutée à l anasynthèse Nicole Landry, Ph.D. Réjean Auger, Ph.D. TELUQ,

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES GESTION PErFOrMANCE gestion projets GESTION ressources

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE)

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) Données d entrée du processus : Fiches projet business France, conf /call nationale hebdomadaire PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) 1 2 3 Etude des fiches projets «Business France», avec pré-analyse

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

Résumé de la recherche sur l anglais intensif

Résumé de la recherche sur l anglais intensif Résumé de la recherche sur l anglais intensif Étude sur les résultats des élèves en PEPALS ( Projet d enrichissement du programme d anglais langue seconde) en 6 e année (1998-1999) et en 1 re secondaire

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Mieux communiquer dans un projet. Points de vigilance. Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac.

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Mieux communiquer dans un projet. Points de vigilance. Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac. Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Mieux communiquer dans un projet Points de vigilance Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac.be Place du Parc 18, B-7000 Mons Tél : +32 (0)65 37 31 79 Fax

Plus en détail

France Telecom Orange

France Telecom Orange France Telecom Orange fiches métiers assistant commercial et marketing conseiller commercial chef de produit technicien intervention supports réseaux assistant/gestionnaire RH domaine client conseiller

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1 MARKETING http://lelay.blog.lemonde.fr/files/2007/04/marketing-portrait-chinois.1176298189.jpg (29.08.07) Plan du cours Chapitre 1: Chapitre 2: Chapitre 3: Chapitre 4 : Chapitre 5 : Chapitre 6 : Introduction

Plus en détail

Avocat Médiateur Arbitre. jhgagnon@jeanhgagnon.com. www.jeanhgagnon.com NOTES BIOGRAPHIQUES

Avocat Médiateur Arbitre. jhgagnon@jeanhgagnon.com. www.jeanhgagnon.com NOTES BIOGRAPHIQUES Avocat Médiateur Arbitre jhgagnon@jeanhgagnon.com www.jeanhgagnon.com NOTES BIOGRAPHIQUES DISTINCTIONS, HOMMAGES ET PRIX Récipiendaire de la distinction «Advocatus Emeritus (Ad. E.)» décernée par le Barreau

Plus en détail

L'enseignement du transport et de la logistique en France après la réforme LMD : cohérence et visibilité Journée AFITL / AFT-IFTIM.

L'enseignement du transport et de la logistique en France après la réforme LMD : cohérence et visibilité Journée AFITL / AFT-IFTIM. L'enseignement du transport et de la logistique en France après la réforme LMD : cohérence et visibilité Journée AFITL / AFT-IFTIM. Paris, 3 mai 2006 Michel Savy professeur Université Paris 12 et ENPC

Plus en détail

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné?

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? La démarche québécoise de développement durable Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? Visez vert des gestes durables AGPI Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2 Baromètre : Le bien être psychologique des au travail Septembre 2008 vague 2 Introduction 1 Le rappel du contexte Afin de favoriser, développer et promouvoir l amélioration du bien-être des personnes au

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

Notes pour une allocution de. Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers

Notes pour une allocution de. Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Notes pour une allocution de Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Pour le petit-déjeuner conférence de l Institut des administrateurs de sociétés Montréal,

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-04 JANVIER 2015 Les circonstances du changement de poste dans l entreprise Les changements observés entre les deux postes Perception de

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

Brochure Corporative. Consultants YJomphe Comment dynamiser la relation client par la technologie de l information. Yanick Jomphe (B.A.

Brochure Corporative. Consultants YJomphe Comment dynamiser la relation client par la technologie de l information. Yanick Jomphe (B.A. PRESENTATION ORGANISATIONNELLE Consultants YJomphe Comment dynamiser la relation client par la technologie de l information. Brochure Corporative Yanick Jomphe (B.A.A MBA-Cadres) M ission Le transfert

Plus en détail

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences LES CAHIERS DU DESS MRH Conduite, outils du changement et gestion des compétences 4 Introduction Si l enjeu de la compétence est de concrétiser la politique voulue par l organisation, alors toute la chaîne

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE Institut universitaire en santé mentale de Québec Madame Lorraine Guillemette Directrice des soins et services cliniques

Plus en détail

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ»

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Février 2011 SOMMAIRE Définition du mentoring Objectifs du programme Profils des participants Relation mentor / mentorée Règles du jeu : conditions de réussite

Plus en détail

Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque?

Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque? Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque? La concurrence qui se joue entre les écoles secondaires ne se fait pas sur pied d égalité. Certaines se trouvent en

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité La sécurits curité des TI : Comment accroître votre niveau de maturité en sécurits curité Atelier 315 Par : Sylvain Viau Luc Boudrias Plan de la présentation Qui sommes-nous? Pourquoi la sécurité de vos

Plus en détail

Vous trouverez, par ordre alphabétique, une courte présentation de l expérience, des qualités et des compétences spécifiques de chaque coach.

Vous trouverez, par ordre alphabétique, une courte présentation de l expérience, des qualités et des compétences spécifiques de chaque coach. P A S UNE ÉQUIPE DE COACHS PROFESSIONNELS Pour trouver le coach qui vous convient, IC FORMATION a réuni une équipe de coachs professionnels qui ont des expériences et des profils variés. Vous trouverez

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Journée à l intention des Agences régionales de santé

Journée à l intention des Agences régionales de santé Journée à l intention des Agences régionales de santé Gyslaine Samson Saulnier, F.Adm.A. Pierre-Paul Lachapelle, Ph.D. Juin 2012 Sommaire 1. Quelques concepts Des éléments à considérer Le type de changement

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

Culture et Organisation des industriels

Culture et Organisation des industriels École IN2P3 "Sous traitance et achats dans la conduite de projets" Culture et Organisation des industriels 27/05/2008 Laurence Le Thiec 1 I- Introduction II- Le contexte III- L Entreprise IV- Les relations

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

COMPÉTENCES, TRAVAIL ET VIEILLISSEMENT : CONTEXTE ET PROBLÈMES POUR L ERGONOMIE

COMPÉTENCES, TRAVAIL ET VIEILLISSEMENT : CONTEXTE ET PROBLÈMES POUR L ERGONOMIE COMPÉTENCES, TRAVAIL ET VIEILLISSEMENT : CONTEXTE ET PROBLÈMES POUR L ERGONOMIE GAUDART CORINNE Centre de Recherches et d Études sur l Age et les Populations au Travail, Centre d Études de l Emploi, Le

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

NOTE SUR LA PRÉPARATION DU MÉMOIRE

NOTE SUR LA PRÉPARATION DU MÉMOIRE NOTE SUR LA PRÉPARATION DU MÉMOIRE Octobre 2011 Table des matières 1. Introduction... p1 2. Encadrement et jury... p2 3. Approbation du thème... p2 4. Pré-mémoire... p4 5. Mémoire... p4 6. Organisation

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN ENTREPRENEURIAT Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est l entreprenariat. Certaines autres notions seront nécessaires à la complétion du cas académique

Plus en détail

> Positionnement d Averoes

> Positionnement d Averoes > Positionnement d Averoes Depuis plus de 10 ans, l équipe d Averoes se retrouve autour de valeurs communes : l'engagement auprès de nos clients, la qualité des audits et des solutions réseau que nous

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Évaluation de la Grille d identification des risques psychosociaux en entreprise : l importance des déterminants individuels et organisationnelles. Michel Vézina Carole Chénard JASP 27 novembre 2013 Plan

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Rapport de transparence

Rapport de transparence Rapport de transparence Exercice clos le 30.06.2015 CBP Audit & Associés (RCS 515 125 342) Christine Blanc-Patin (RCS 514 273 895) Sommaire Rapport de transparence CBP Audit & Associés P a g e 1 1-Présentation

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail