TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE"

Transcription

1 Journées française de radiologie 2005 TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE E Rodière, Z Boulahdour, D Michalakis, R Kovacs, E Delabrousse, P Sarliève, B Fergane, B Kastler Service de radiologie et centre de la douleur Hôpital J. Mingoz, CHU Besançon

2 Objectifs Objectifs Cet enseignement a pour objectifs de : Rappeler les bases anatomiques et les symptômes cliniques des différentes douleurs pelviennes. Décrire notre procédure interventionnelle scanoguidée. Enumérons les complications envisageables et leur prise en charge.

3 Précédente Suivante Sous chapitres Liens actifs Aide Chapitre dans lequel vous vous trouvez

4 RAPPELS ANATOMIQUES INDICATIONS Sommaire TECHNIQUES Infiltration du nerf Pudendal Infiltration du nerf Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Infiltration du Nerf Génito Fémoral Infiltration du Nerf Cutané Latéral de la cuisse Neurolyse du Plexus Sympathique Inter Iliaque Infiltration et/ou Neurolyse du Ganglion Impair Infiltration d une Masse Pelvienne douloureuse

5 RAPPELS ANATOMIQUES

6 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Anatomie SC : 12 ème nerf subcostal 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 2II : Nerf ilio-inguinal 4GF : Nerf génito-fémoral 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse F : Nerf fémoral CPC : Nerf cutané postérieur de la cuisse IS : Nerf ischiatique Spe : Nerf fibulaire Spi : Nerf tibial O : Nerf obturateur P : Nerf pudendal Schéma anatomique du plexus lombal. (Dessin de J.L. Vannson).

7 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Rapports musculaires Anatomie 1. M carré des lombes 2. N. subcostal 3. r. lat. du n. subcostal 4. r. ant. du n. subcostal 5. M. oblique externe 6. M. oblique interne 7. M. transverse 8. N. ilio-hypogastrique 9. N. ilio-inguinal 10. Anneau inguinal profond 11. Scrotum 12. N. cut. lat. de la cuisse 13. N. fémoral 14. N. psoas 15. N. génito-fémoral 16. N. obturateur 17. N. ischiatique 18. N. honteux

8 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Territoires sensitifs Anatomie 1. N. ilio-hypogastrique 2. N. ilio-inguinal 3. N. génito-fémoral 4. r. ant. du nerf subcostal En jaune : territoire sensitif du N. cut. latéral de la cuisse

9 Anatomie Sommaire Anatomie du plexus interiliaque et du ganglion impair Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

10 INDICATIONS

11 Indications Toutes douleurs de la sphère pelvienne sont un motif fréquent de consultation dans les centres de la douleur. Ces douleurs invalidantes pour les patients restent de diagnostic difficile et souvent retardé. Une bonne connaissance de la sémiologie et une étroite collaborations entre les médecins et les radiologues permet une prise en charge adaptée. Nos indications les plus fréquentes sont les névralgies pudendales, ilio-fémorales et ilio-hypogastriques. Cependants toutes les névralgies de la sphère pelviennes peuvent être traitées par infiltrations.

12 NERF PUDENDAL

13 Anatomie (1) : vue antérieure Nerf Pudendal Union d une partie des branches antérieures des 2e, 3e et 4e nerfs spinaux sacrés qui fusionnent en arrière de l épine ischiatique. Sortie du petit bassin par le canal intrapiriforme, contournant l épine ischiatique sous le ligament sacro-épineux. Descend dans le tunnel aponévrotique formé par l aponévrose du muscle obturateur interne et du ligament sacrotubéral, appelé canal d alcock. Le nerf pudendal se divise juste en dessous de la petite incisure ischiatique en deux branches terminales : le nerf périnéal et le nerf dorsal de la verge ou du clitoris, donnant l innervation sensitive et motrice de la région périnéale Schéma anatomique du plexus lombal. (Dessin de J.L. Vannson).

14 Anatomie (2) : vue postérieure Nerf Pudendal Plexus pudendal droit Ligament sacro - épineux Nerf pudendal Ligament sacro tubéral Schéma anatomique du canal d Alcock. (Dessin de J.L. Vannson).

15 Symptomatologie et diagnostic positif (1) Nerf Pudendal Femme : ratio 7/10 Douleurs pelviennes spontanées permanentes, à la position assise, diminution en position debout et à la marche Fond douloureux chronique à type de brûlures, d intensité modérée Accès paroxystiques intenses Hypo ou hyperesthésies cutanées, paresthésies ou sensation d engourdissement Localisation : suivant le trajet du nerf ou irradition à tout le bassin, aux organes génitaux externes et à la région anorectale. Facteurs favorisants / déclenchants : Pratique du cyclisme, équitation Travail assis Déplacements automobiles répétés Traumatisme de la région ischiatique Intervention chirurgicale : proctologique, urologique, gynécologique, orthopédique

16 Symptomatologie et diagnostic positif (2) Nerf Pudendal Examens complémentaires :. Explorations électrophysiologiques périnéales : confirme l étiologie neurogène, précise le niveau central ou périphérique. Un tracé de détection de type neurogène périphérique associé à une augmentation de la latence distale du nerf pudendal permet d évoquer un syndrome du canal d alcock.. Examens d imagerie : IRM, TDM, échographie permettent d éliminer une lésion organique

17 Technique d infiltration (1) : repérage Nerf Pudendal Installation en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le trou obturateur. Choix des cibles : Epine ischiatique : entre le ligament sacro-tubéral (1) et le ligament sacro-épineux (2). Canal d Alcock : entre l aponévrose du muscle obturateur interne (4) et le ligament sacro-tubéral (1). (1) (2) (1) (4)

18 Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Nerf Pudendal Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

19 Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles Nerf Pudendal Epine ischiatique Canal d Alcock

20 Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Nerf Pudendal Maintient de la seringue en aspiration 5 secondes puis injection de 3 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) à chaque site. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

21 Complications Nerf Pudendal Anesthésie du nerf sciatique : par diffusion au contact du tronc sciatique, entraînant un dérobement temporaire du membre inférieur, imposant le repos jusqu à dissipation des troubles. Incontinence urinaire transitoire : à la phase initiale de l anesthésie, lors de la verticalisation. Il est préférable de faire vider la vessie avant le geste. Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

22 NERFS ILIO HYPOGASTRIQUE et ILIO INGUINAL

23 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Anatomie (1) Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

24 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Anatomie (2) Les nerfs ilio hypogastrique et ilio inguinal proviennent de la racine L1, descendent derrière le péritoine pariétal sur le muscle carré des lombes et perforent le muscle transverse de l abdomen, voyagent entre transverse et petit oblique. Le nerf ilio hypogastrique chemine en dedans de l épine iliaque antéro supérieure, pour se diviser en rameau abdominal qui s insinue entre les deux muscles obliques jusqu à l insertion pubienne du muscle droit et pyramidal de l abdomen, et en rameau génital qui accompagne la branche génitale du nerf ilio inguinal. Les deux branches génitales parcourent le canal inguinal pour devenir sous-cutanées au niveau de l orifice superficiel et se distribuer à la région inguinale, au pubis, à la face antérieure du scrotum et à la partie médiane de l extrémité supérieure de la cuisse. Le rameau cutané latéral né juste avant la traversée du muscle transverse, ne devient superficielle qu en proximité de la crête soit par un orifice purement aponévrotique, soit en creusant la crête iliaque. Ce rameau se terminant à quelque centimètres sous la crête iliaque innervant un territoire sensitif.

25 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs de la région glutéale antérosupérieure voire latérosupérieure de la cuisse innervée par la branche cutanée latérale. Douleurs de la région pubienne, inguinale et scrotum innervée par la branche génitale. Déclenchées par l orthostatisme, la mise en tension du tronc ou l effort de toux. A l examen : on retrouve parfois une faiblesse des muscles de la paroi abdominale Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés, métastases iliaques Origine iatrogène : cure chirurgicale de hernie inguinale Obésité Grossesse Atteintes du rachis lombaire

26 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le ligament inguinal. Choix des cibles : En avant de l épine iliaque antéro supérieure : entre le muscle transverse de l abdomen (1) et le muscle petit oblique (2). Dans le canal inguinal (3). (3) (2) (1)

27 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

28 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

29 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis injection de : 5 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) au niveau de l épine iliaque antéro supérieure et 3 ml au niveau du canal inguinal. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice au niveau inguinal : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

30 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

31 NERF GENITO FEMORAL

32 Nerf Génito Fémoral Sommaire Anatomie (1) 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

33 Nerf Génito Fémoral Anatomie (2) Provient de la racine L2, traverse le muscle psoas, dont il émerge à hauteur du disque L3 L4. Se divise en 2 branches : Branche fémorale : suit l artère iliaque externe jusqu à la partie externe de l anneau fémoral pour déboucher dans le triangle de scarpa en étant placé en avant de l artère fémorale. Après un trajet de 3 cm, elle perfore le fascia cribiformis pour innerver la région antérieure et supérieure de la cuisse. Branche génitale (nerf honteux externe) : pénètre peu après son origine l anneau inguinal profond et parcourt le canal inguinal en dedans et en arrière du cordon. Dans le canal inguinal elle émet un rameau moteur des filets terminaux destinés à la peau du scrotum et des grandes lèvres.

34 Nerf Génito Fémoral Symptomatologie et diagnostic positif Douleur de la région antérieure et supérieure de la cuisse pour la branche fémorale et de la région inguinale et scrotale pour la branche génitale. A l examen : perte du réflexe crémastérien Il difficile de différencier l atteinte du nerf génitofémoral des nerfs ilio inguinal et ilio hypogastrique. Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés Pratique du vélo Origine iatrogène : cicatrice d appendicectomie, Atteintes du rachis lombaire

35 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le ligament inguinal. Choix des cibles : En avant de l artère fémorale. Dans le canal inguinal.

36 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

37 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

38 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis injection de : 5 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) au niveau fémoral et 3 ml au niveau du canal inguinal. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

39 Nerf Génito Fémoral Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction de l artère iliaque.

40 NERF CUTANE LATERAL DE LA CUISSE

41 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Anatomie (1) 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

42 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Anatomie (2) Provient des racines L2 et L3 des nerfs lombaires. Apparaît au bord latéral du muscle psoas et croise obliquement le muscle iliaque pour atteindre l épine iliaque antérosupérieure et passer sous ou au travers du ligament inguinal. Peut donner un rameau fessier avant la traversée aponévrotique. Il se divise en regard du muscle sartorius en deux branches : Branche antérieure qui innerve la peau de la région antéro latérale de la cuisse jusqu au genou. Branche postérieure qui donne des filets nerveux pour la région latérale du grand trochanter.

43 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs à type de paresthésies, dysesthésies et brûlures de la face latérale de la cuisse. Augmentées par la position debout. Retrouvées à la pression du nerf à son passage au niveau du ligament inguinal. Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés Obésité, grossesse. Origine iatrogène : cure chirurgicale de hernie inguinale, hystérectomie,

44 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur l épine iliaque antéro supérieure. Choix de la cible : 1, 5 cm en dedans de l épine iliaque antéro supérieure, sur la ligne tendue entre celle-ci et le tubercule pubien.

45 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

46 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

47 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

48 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction de l artère iliaque.

49 PLEXUS SYMPATHIQUE INTER ILIAQUE

50 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Anatomie Le plexus interiliaque correspond au nerf présacral. Il est situé en position antéro-latérale à hauteur de L5-S1, sous la bifurcation aortique entre les artères iliaques communes. Il descend dans le bassin et se divise en deux courants qui vont s intégrer dans les éléments formant le plexus hypogastrique. Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

51 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Coccydynies. Hypoesthésie des organes pelviens. Modifications vasomotrices chez la femme (règles). Troubles de l éjaculation chez l homme. Facteurs favorisants / déclenchants : Envahissement tumoral des cancers colo-rectaux ou gynécologiques. Rectites radiques. Algies chroniques liées à une endométriose.

52 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur l étage L5-S1. Choix de la cible : En avant de L5 (parfois L4 en fonction des crêtes iliaques). En arrière des vaisseaux iliaques. Voie droite ou gauche en fonction de l environnement.

53 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

54 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

55 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration et neurolyse proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Neurolyse (Alcoolisation) : Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes. Injection lente et fractionnée de 5 ml d alcool absolu. Contrôle de la diffusion. Une neurolyse efficace nécessite parfois plusieurs séances à 3 semaines. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure.

56 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction Artérielle ou Veineuse.

57 GANGLION IMPAIR

58 Anatomie Ganglion Impair Le ganglion impair ou ganglion de Walter correspond à l anastomose de l extrémité caudale des chaînes latéro-vertébrales. Il est situé médialement cantre la face antérieure du coccyx. Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

59 Symptomatologie et diagnostic positif Ganglion Impair Coccydynies. Hypoesthésie des organes pelviens. Modifications vasomotrices chez la femme (règles). Troubles de l éjaculation chez l homme. Facteurs favorisants / déclenchants : Envahissement tumoral des cancers colo-rectaux ou gynécologiques. Rectites radiques. Algies chroniques liées à une endométriose.

60 Ganglion Impair Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus latéral ou en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur la pointe coccygienne. Choix de la cible : Médialement contre la face antérieure du coccyx.

61 Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Ganglion Impair Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

62 Sommaire Anatomie Clinique Infiltration Complications Ganglion Impair Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

63 Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Ganglion Impair Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Neurolyse (Alcoolisation) : Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes. Injection lente et fractionnée de 5 ml d alcool absolu. Contrôle de la diffusion. Une neurolyse efficace nécessite parfois plusieurs séances à 3 semaines. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure.

64 Complications Ganglion Impair Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

65 MASSE PELVIENNE

66 Masse Pelvienne Anatomie Toutes masses pelviennes quelque soit sa position anatomique peut être infiltrées. Le plus souvent nous avons traités des masses dont l origine étaient secondaire. Elles étaient situées dans les masses musculaires ou osseuses du pelvis. Nous adaptons les volumes injectés en fonction de la clinique décrite par le patient et des rapports anatomiques de la masse.

67 Masse Pelvienne Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs de type tumorale, insomniantes, permanentes, à recrudescences nocturnes.

68 Masse Pelvienne Technique d infiltration (1) : repérage Installation fonction de la localisation. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur la masse. Choix de la cible : Masse, si celle-ci est volumineuse, infiltrer en plusieurs sites.

69 Masse Pelvienne Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

70 Masse Pelvienne Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

71 Masse Pelvienne Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : On complète l anesthésie par la lidocaïne, jusqu à un volume de 15 ml Infiltration par injection lente de 1 ou 2 ampoules d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure. Rq. Le traitement de ces masses est le plus souvent symptomatique. Les doses utilisées sont fonctions du volume de la masse et des rapports anatomiques de la masse.

72 Masse Pelvienne Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes)

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) JJ Labat. Centre fédératif de pelvi périnéologie CHU Nantes T Riant, R Robert, M Guérineau, J Rigaud Et le

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Dr Eric J. VOIGLIO PAM Urgences - UMR T 9405

Dr Eric J. VOIGLIO PAM Urgences - UMR T 9405 Anatomie PACES 2010-2011 Faculté de Médecine Lyon-Est Pelvis osseux Dr Eric J. VOIGLIO PAM Urgences - UMR T 9405 Service de Chirurgie d Urgence Centre Hospitalier Lyon-Sud F69495 Pierre-Bénite Crânial

Plus en détail

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco Névralgie Pudendale Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Bruxelles, le 4 octobre 2008, Société royale belge

Plus en détail

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux.

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux. Les nerfs du bassin Dans le bassin, contre les parois musculaires, transitent d une part des nerfs mixtes du système cérébrospinal venant de trois plexus du membre inférieur, et d autre part des nerfs

Plus en détail

Anatomie du périnée féminin

Anatomie du périnée féminin Anatomie du périnée féminin Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/12/11 Table des matières SPECIFIQUES :... 4 I Définition...5 II Plan cutané et organes génitaux externes...6

Plus en détail

LES MUSCLES DE LA CUISSE

LES MUSCLES DE LA CUISSE LES MUSCLES DE LA CUISSE 1. GENERALITES correpondent aux muscles qui occupent le segment fémoral du membre pelvien. ils sont répartis en trois groupes musculaires : ventral, médial et dorsal. Ces trois

Plus en détail

DR Hamzaoui Laboratoire d anatomie faculté de médecine de Blida

DR Hamzaoui Laboratoire d anatomie faculté de médecine de Blida DR Hamzaoui Laboratoire d anatomie faculté de médecine de Blida L innervation du membre inferieur est assurée par deux plexus : lombaire et sacré. Le plexus lombaire est constitué par les rameaux antérieurs

Plus en détail

FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer?

FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer? COMITE MEDICO-SCIENTIFIQUE FICHE PATIENT KINESITHERAPIE N 2 Les différentes douleurs pelvi-périnéales Comment les classer? Les fiches thématiques élaborées sous l égide du comité médico scientifique ont

Plus en détail

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques AFU 2008 CUROPF Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques Jean Jacques LABAT et Jérôme RIGAUD Clinique Urologique CHU de Nantes 3 Analyser les différents types de

Plus en détail

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012

SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 SYGMAPREPA Correction QCM d UE 5 n 2 15/02/2012 Question 1 A. Pour chaque membre on peut décrire cinq parties, depuis la racine jusqu à l extrémité distale. B. La ceinture scapulaire est formée de deux

Plus en détail

Anatomie du plexus lombosacré. Amelie Lasserre Sartre, PHAR SAR 3 CFXM Cours TUSAR 2016

Anatomie du plexus lombosacré. Amelie Lasserre Sartre, PHAR SAR 3 CFXM Cours TUSAR 2016 Anatomie du plexus lombosacré Amelie Lasserre Sartre, PHAR SAR 3 CFXM Cours TUSAR 2016 Plexus lombaire Origine : L1 à L4 +/- T12 et L5 Innervation : Paroi abdominale Organes génitaux externes Membres

Plus en détail

Plexus lombaire et plexus sacral

Plexus lombaire et plexus sacral Plexus lombaire et plexus sacral L innervation du membre inférieur est dépendante à la fois du plexus lombaire et du plexus sacral (fig 1 à 5). 1 Plexus lombaire 1.1 Définition - situation Le plexus lombaire

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval

Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Item 231: Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Signes cliniques du syndrome de la queue de cheval... 1 1.

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Douleurs neuropathiques pelvi périnéales

Douleurs neuropathiques pelvi périnéales Douleurs neuropathiques pelvi périnéales JJ Labat, M Guérineau Centre fédératif de pelvi périnéologie CHU Nantes Format Kiné 2012 Douleurs neurologiques du périnée: 2 sources d innervation origine sacrée

Plus en détail

Anatomie fonctionnelle Le tronc

Anatomie fonctionnelle Le tronc Anatomie fonctionnelle Le tronc Les principaux mouvements du tronc Face antérieure : les abdominaux Rôles Grand droit Petit oblique Grand oblique Transverse Précautions à prendre Face postérieure : la

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

RVUAGM Bases anatomiques et lésions des voies excrétrices urinaires. Bases anatomiques et lésions des voies excrétrices urinaires

RVUAGM Bases anatomiques et lésions des voies excrétrices urinaires. Bases anatomiques et lésions des voies excrétrices urinaires 05/02/2015 LIOTTA-FERRO Julie D1 CR : INGHILTERRA Jérôme Reins et voies urinaires appareil génital masculin Pr PIRRO 18 pages Bases anatomiques et lésions des voies excrétrices urinaires Plan A. Schéma

Plus en détail

LA NEVRALGIE PUDENDALE

LA NEVRALGIE PUDENDALE UNIVERSITE DE NANTES UFR DE MEDECINE ECOLE DE SAGES-FEMMES Diplôme d Etat de Sage-femme LA NEVRALGIE PUDENDALE Elodie BOUCHE Née le 26 septembre 1983 Directeur de mémoire : Docteur Jean-Jacques LABAT Promotion

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

Les Neuropathies Compressives De la cheville et du Pied (Hors MORTON)

Les Neuropathies Compressives De la cheville et du Pied (Hors MORTON) Les Neuropathies Compressives De la cheville et du Pied (Hors MORTON) Philippe MEYER Xavier DEMONDION (Lille) Thierry FABRE (Bordeaux) Thierry TAVERNIER (Lyon) Cafcim 17 janvier 2015 Généralités Pathologie

Plus en détail

thérapeutiques classiques

thérapeutiques classiques Neurolyse par radiofréquence sous guidage TDM dans les neuropathies inguino-fémorales rebelles aux thérapeutiques classiques A. Kastler, A. Hashemizadeh-Kastler, J. Jehl, A. Parsai, S. Aubry Clermont-Ferrand

Plus en détail

TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1. Schémas d anatomie. Le rachis. Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun

TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1. Schémas d anatomie. Le rachis. Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun TUTORAT DE MEDECINE RANGUEIL ANNEE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PCEM1 Schémas d anatomie Le rachis Schémas : Marie Bourgouin Réalisation : Salim Kanoun 1 Droits déposés chez créasafe En aucun cas les informations

Plus en détail

Les Nerfs Cluniaux Inférieurs

Les Nerfs Cluniaux Inférieurs UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MASTER I SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES UNITE D ENSEIGNEMENT OPTIONNEL MEMOIRE REALISE dans le cadre du CERTIFICAT d ANATOMIE, d IMAGERIE et de MORPHOGENESE

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Anatomie du plexus lombosacré

Anatomie du plexus lombosacré Anatomie du plexus lombosacré Cours DESAR, module Douleur ALR, 2015 Isabelle Etchebarne, PH, SAR 3, CFXM Généralités Plexus lombaire Généralités Origine : L1 à L4 +/ T12 et L5 Innervation : Paroi abdominale

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale :

COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : COLONNE VERTEBRALE 1- Indiquer les propositions exactes concernant la colonne vertébrale : A ; D A- la colonne vertébrale mobile est constituée par la superposition de 24 vertèbres ; B- la colonne vertébrale

Plus en détail

NERFS SPINAUX : PLEXUS LOMBAL. Constitué des branches antérieures des 4 premières paires lombaires L1L2L3L4. Les branches ant de L1L2L3 n. obturateur.

NERFS SPINAUX : PLEXUS LOMBAL. Constitué des branches antérieures des 4 premières paires lombaires L1L2L3L4. Les branches ant de L1L2L3 n. obturateur. NERFS SPINAUX : PLEXUS LOMBAL Constitution Constitué des branches antérieures des 4 premières paires lombaires L1L2L3L4 Les branches ant de L1L2L3 n. obturateur. Les branches post de L1L2L3L4 n. fémoral.

Plus en détail

ALR PAR VOIE SPINALE RACHIANESTHESIE

ALR PAR VOIE SPINALE RACHIANESTHESIE ALR PAR VOIE SPINALE PERIDURALE RACHIANESTHESIE 1 RAPPELS ANATOMIQUES Le Rachis comprend 4 parties Cervical Thoracique Lombaire Sacro-Coccyx Quelques repères osseux: C7 relief cervical T7 pointe de l omoplate

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la rétraction des ischio-jambiers et des tendons profonds de

Plus en détail

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif Tableau récapitulatif Définition spécifique Injection intra dermique Injection sous cutanée Injection intra musculaire Injection intra veineuse Introduction d une solution concentrée Introduction d une

Plus en détail

VASCULARISATION DU MEMBRE

VASCULARISATION DU MEMBRE VASCULARISATION DU MEMBRE INFÉRIEUR DR Hamzaoui Laboratoire d anatomie faculté de médecine de Blida ARTÈRES ARTÈRE HYPOGASTRIQUE Artères de la racine du membre inférieur: artère hypogastrique, les quatre

Plus en détail

Douleurs radiculaires

Douleurs radiculaires Douleurs radiculaires Thierry Schaeverbeke On distingue, selon l étage létage : Cervical : Névralgies cervicobrachiales Lombaire : Cruralgie Sciatique La compression nerveuse peut être : Intrarachidienne

Plus en détail

Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon. THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés)

Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon. THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés) Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés) 1 Plan : 1 ère PARTIE : Membres Cliché 4 (suite) : rappels anatomiques Cliché

Plus en détail

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES)

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) Dr AJ BARAZA Priam 07/06/07 Rappels Les infiltrations de glucocorticoïdes

Plus en détail

ANATOMIE DE LA REGION AXILLAIRE

ANATOMIE DE LA REGION AXILLAIRE ANATOMIE DE LA REGION AXILLAIRE Marc Revol, Jean-Marie Servant Le creux de l aisselle, ou fosse axillaire, est situé en avant de l omoplate (ou scapula), entre la paroi thoracique et le bras. C est une

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

Chapitre 14 : Appareil musculaire du membre inférieur. Docteur Olivier PALOMBI

Chapitre 14 : Appareil musculaire du membre inférieur. Docteur Olivier PALOMBI Chapitre 14 : Appareil musculaire du membre inférieur Docteur Olivier PALOMBI UE5 - Anatomie du membre inférieur Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

ANATOMIE SERIEE DU RACHIS & DE LA MOELLE. Corrélations avec l Imagerie

ANATOMIE SERIEE DU RACHIS & DE LA MOELLE. Corrélations avec l Imagerie ANATOMIE SERIEE DU RACHIS & DE LA MOELLE Corrélations avec l Imagerie Frédéric MARSON Claude MANELFE Service de Neuroradiologie, Hôpital Purpan, Toulouse RACHIS OSSEUX 7 vertèbres cervicales 12 vertèbres

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos KINĒ SITHĒ RAPIE DU SPORT Fiche Pratique publiée le 01.10.08 Quelques exercices pour prévenir le mal de dos Par le Docteur Frédéric Maton, médecin du sport. La première étape d une bonne prévention, passe

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MASTER I SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES UNITE D ENSEIGNEMENT OPTIONNEL

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MASTER I SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES UNITE D ENSEIGNEMENT OPTIONNEL UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE MASTER I SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALES UNITE D ENSEIGNEMENT OPTIONNEL MEMOIRE REALISE dans le cadre du CERTIFICAT d ANATOMIE, d IMAGERIE et de MORPHOGENESE

Plus en détail

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003 1 LES INFILTRATIONS Dr Patrick FERRAND Mai 2003 DEFINITION Sens strict = injections intra articulaires d un corticoïde. Définition élargie : «infiltrations» = toutes les injections locales d un dérivé

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

PROTECTION DU PLANCHER

PROTECTION DU PLANCHER «MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR» PROTECTION DU PLANCHER PELVIEN ET DU DOS PREVENTION DES INCONTINENCES URINAIRES CHEZ LES JEUNES FEMMES ET DES HERNIES INGUINALES CHEZ LES GARCONS. L analyse des statistiques

Plus en détail

Organisation de la cavité pelvienne féminine (II)

Organisation de la cavité pelvienne féminine (II) Léon Doriane et Saudreau Blandine 01/12/10 Anatomie, Organes génitaux féminins, Dr Millon Organisation de la cavité pelvienne féminine (II) Introduction L ovaire, gonade féminine, est situé dans le petit

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE INTRODUCTION Hernie discale : débord disque Membre inférieur: Sciatique Cruralgie Membre supérieur Névralgie cervico-brachiale (NCB) RAPPELS ANATOMIQUES L5 Racine S1 S1 PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

(Tenseur du fascia lata)

(Tenseur du fascia lata) ABDUCTION DE LA HANCHE À PAR TIR D'UNE POSITION DE FLEXION (Tenseur du fascia lata) L4 Nerf glutéal supérieur Vers : Tenseur du fascia lata L4-S1 L5 S1 Tenseur du fascia lata Scia FIGURE 6-44 Tenseur du

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos...

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos... Table des matières Avant-propos... V Partie 1 Théorie 1 Définition... 2 2 Classification des points gâchettes... 3 Points gâchettes actifs et latents... 3 Symptômes... 3 Facteurs favorisants... 4 3 Physiopathologie

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

ANATOMIE D1. PAROI ABDOMINALE : points faibles D. BREMOND-GIGNAC

ANATOMIE D1. PAROI ABDOMINALE : points faibles D. BREMOND-GIGNAC ANATOMIE D1 PAROI ABDOMINALE : points faibles D. BREMOND-GIGNAC REPERES OSSEUX CAGE THORACIQUE BASSIN COLONNE LOMBAIRE : - L2 : limite inférieure de grill costal - L4 : ombilic, crête iliaque PAROIS DU

Plus en détail

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud Douleurs lombo-pelvi-périnéales périnéales chroniques Depuis plus de 6 mois, peut être depuis plusieurs années, vous souffrez de douleurs au niveau de la zone intime : Chez les femmes : au niveau de la

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

LE RACHIS LOMBAIRE Docteur GJ van Miltenburg Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Paris www.vanmiltenburg.fr LA LOMBALGIE GENERALITES Tout le monde souffrira au moins 1 fois dans sa vie du Rachis Lombaire

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée I. Fauquet, F.Bonodeau, L. Deschildre, L. Ceugnart, G. Hurtevent-Labrot JFR 2006 Lille, France Intérêt de connaître l anatomie 1

Plus en détail

Anatomie du membre pelvien

Anatomie du membre pelvien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Cours dirigé par : Pr. Slah-Eddine GHANNOUCHI Pr. Jalel-Eddine DAHMENE Anatomie du

Plus en détail

Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques

Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques Recommandation de bonnes pratiques Les lombalgies chroniques SSMG Atelier dirigé par les Dr Yves GUEUNING et Dr Jacques MAGOTTEAUX Avertissement : le texte ci dessous reprend la synthèse des recommandations

Plus en détail

Radiologie urinaire et génitale

Radiologie urinaire et génitale Radiologie urinaire et génitale télécharger ces fiches au format.pdf - abdomen sans préparation ( voir D1) - UIV standard (U2) - UIV avec étude mictionnelle (U3) - UIV de contrôle simple (U4) - Urétrocystographie

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante,

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante, Spasticité Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris Spasticité et SEP La spasticité, un symptôme fréquent dans la SEP La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit

Plus en détail

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES Soirée du 10/05/2010 AFMC Lagny sur Marne Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI LOMBO SCIATALGIES Soirée du 10/05/2010

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

KYSTES MUCOIDES. CHU de Dijon

KYSTES MUCOIDES. CHU de Dijon KYSTES MUCOIDES CHU de Dijon CAS CLINIQUE N 1 OBSERVATION Homme de 39 ans Consulte pour douleur de l é l épaule apparue progressivement depuis 2 ans Gène à l abduction abduction rotation externe A A l

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio clinique Appareil locomoteur Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

Blocs du périnée. JL Feugeas Hôpital Conception Marseille

Blocs du périnée. JL Feugeas Hôpital Conception Marseille Blocs du périnée JL Feugeas Hôpital Conception Marseille Blocs du périnée Blocs péniens Bloc pudendal ANATOMIE Nerfs du plexus honteux Nerf hémorroïdal ou nerf anal ou rectal inférieur (au milieu du canal

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

Geste de rhumatologie interventionnelle

Geste de rhumatologie interventionnelle Infiltration d une racine nerveuse au niveau de la colonne lombaire (infiltrations péridurales, périradiculaires, par le trou sacré, par le hiatus sacro-coccygien) Geste de rhumatologie interventionnelle

Plus en détail

La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal

La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal La Radioanatomie et pathologie du canal inguinal S. Semlali, M. Eddarai, A. Darbi, T. Amil, S. Chaouir, S. Akjouj Service d Imagerie médicale Hôpital Militaire d instruction Mohamed V Rabat - Maroc Introduction

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite.

Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Escarre sacrée chez un patient paraplégique. Syndrome septique sévère. Recherche d'ostéite. Perte de substance en regard de l'ischion droit Pas de lyse ni de sclérose sur l'ischion Florence Chauveau IHN

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

LES SYNDROMES CANALAIRES PELVIENS

LES SYNDROMES CANALAIRES PELVIENS LES SYNDROMES CANALAIRES PELVIENS J.B. COURROY Médecine physique et rééducation. Traumatologie du sport. Arthroscopie Institut Nollet 23 rue Brochant 75017 Paris jbcourroy@aol.com En présence de douleurs

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail