TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE"

Transcription

1 Journées française de radiologie 2005 TRAITEMENT DE LA DOULEUR PELVIENNE : INDICATIONS ET TECHNIQUES DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE SCANOGUIDEE E Rodière, Z Boulahdour, D Michalakis, R Kovacs, E Delabrousse, P Sarliève, B Fergane, B Kastler Service de radiologie et centre de la douleur Hôpital J. Mingoz, CHU Besançon

2 Objectifs Objectifs Cet enseignement a pour objectifs de : Rappeler les bases anatomiques et les symptômes cliniques des différentes douleurs pelviennes. Décrire notre procédure interventionnelle scanoguidée. Enumérons les complications envisageables et leur prise en charge.

3 Précédente Suivante Sous chapitres Liens actifs Aide Chapitre dans lequel vous vous trouvez

4 RAPPELS ANATOMIQUES INDICATIONS Sommaire TECHNIQUES Infiltration du nerf Pudendal Infiltration du nerf Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Infiltration du Nerf Génito Fémoral Infiltration du Nerf Cutané Latéral de la cuisse Neurolyse du Plexus Sympathique Inter Iliaque Infiltration et/ou Neurolyse du Ganglion Impair Infiltration d une Masse Pelvienne douloureuse

5 RAPPELS ANATOMIQUES

6 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Anatomie SC : 12 ème nerf subcostal 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 2II : Nerf ilio-inguinal 4GF : Nerf génito-fémoral 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse F : Nerf fémoral CPC : Nerf cutané postérieur de la cuisse IS : Nerf ischiatique Spe : Nerf fibulaire Spi : Nerf tibial O : Nerf obturateur P : Nerf pudendal Schéma anatomique du plexus lombal. (Dessin de J.L. Vannson).

7 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Rapports musculaires Anatomie 1. M carré des lombes 2. N. subcostal 3. r. lat. du n. subcostal 4. r. ant. du n. subcostal 5. M. oblique externe 6. M. oblique interne 7. M. transverse 8. N. ilio-hypogastrique 9. N. ilio-inguinal 10. Anneau inguinal profond 11. Scrotum 12. N. cut. lat. de la cuisse 13. N. fémoral 14. N. psoas 15. N. génito-fémoral 16. N. obturateur 17. N. ischiatique 18. N. honteux

8 Anatomie générale des nerfs inguino-fémoraux Territoires sensitifs Anatomie 1. N. ilio-hypogastrique 2. N. ilio-inguinal 3. N. génito-fémoral 4. r. ant. du nerf subcostal En jaune : territoire sensitif du N. cut. latéral de la cuisse

9 Anatomie Sommaire Anatomie du plexus interiliaque et du ganglion impair Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

10 INDICATIONS

11 Indications Toutes douleurs de la sphère pelvienne sont un motif fréquent de consultation dans les centres de la douleur. Ces douleurs invalidantes pour les patients restent de diagnostic difficile et souvent retardé. Une bonne connaissance de la sémiologie et une étroite collaborations entre les médecins et les radiologues permet une prise en charge adaptée. Nos indications les plus fréquentes sont les névralgies pudendales, ilio-fémorales et ilio-hypogastriques. Cependants toutes les névralgies de la sphère pelviennes peuvent être traitées par infiltrations.

12 NERF PUDENDAL

13 Anatomie (1) : vue antérieure Nerf Pudendal Union d une partie des branches antérieures des 2e, 3e et 4e nerfs spinaux sacrés qui fusionnent en arrière de l épine ischiatique. Sortie du petit bassin par le canal intrapiriforme, contournant l épine ischiatique sous le ligament sacro-épineux. Descend dans le tunnel aponévrotique formé par l aponévrose du muscle obturateur interne et du ligament sacrotubéral, appelé canal d alcock. Le nerf pudendal se divise juste en dessous de la petite incisure ischiatique en deux branches terminales : le nerf périnéal et le nerf dorsal de la verge ou du clitoris, donnant l innervation sensitive et motrice de la région périnéale Schéma anatomique du plexus lombal. (Dessin de J.L. Vannson).

14 Anatomie (2) : vue postérieure Nerf Pudendal Plexus pudendal droit Ligament sacro - épineux Nerf pudendal Ligament sacro tubéral Schéma anatomique du canal d Alcock. (Dessin de J.L. Vannson).

15 Symptomatologie et diagnostic positif (1) Nerf Pudendal Femme : ratio 7/10 Douleurs pelviennes spontanées permanentes, à la position assise, diminution en position debout et à la marche Fond douloureux chronique à type de brûlures, d intensité modérée Accès paroxystiques intenses Hypo ou hyperesthésies cutanées, paresthésies ou sensation d engourdissement Localisation : suivant le trajet du nerf ou irradition à tout le bassin, aux organes génitaux externes et à la région anorectale. Facteurs favorisants / déclenchants : Pratique du cyclisme, équitation Travail assis Déplacements automobiles répétés Traumatisme de la région ischiatique Intervention chirurgicale : proctologique, urologique, gynécologique, orthopédique

16 Symptomatologie et diagnostic positif (2) Nerf Pudendal Examens complémentaires :. Explorations électrophysiologiques périnéales : confirme l étiologie neurogène, précise le niveau central ou périphérique. Un tracé de détection de type neurogène périphérique associé à une augmentation de la latence distale du nerf pudendal permet d évoquer un syndrome du canal d alcock.. Examens d imagerie : IRM, TDM, échographie permettent d éliminer une lésion organique

17 Technique d infiltration (1) : repérage Nerf Pudendal Installation en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le trou obturateur. Choix des cibles : Epine ischiatique : entre le ligament sacro-tubéral (1) et le ligament sacro-épineux (2). Canal d Alcock : entre l aponévrose du muscle obturateur interne (4) et le ligament sacro-tubéral (1). (1) (2) (1) (4)

18 Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Nerf Pudendal Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

19 Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles Nerf Pudendal Epine ischiatique Canal d Alcock

20 Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Nerf Pudendal Maintient de la seringue en aspiration 5 secondes puis injection de 3 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) à chaque site. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

21 Complications Nerf Pudendal Anesthésie du nerf sciatique : par diffusion au contact du tronc sciatique, entraînant un dérobement temporaire du membre inférieur, imposant le repos jusqu à dissipation des troubles. Incontinence urinaire transitoire : à la phase initiale de l anesthésie, lors de la verticalisation. Il est préférable de faire vider la vessie avant le geste. Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

22 NERFS ILIO HYPOGASTRIQUE et ILIO INGUINAL

23 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Anatomie (1) Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

24 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Anatomie (2) Les nerfs ilio hypogastrique et ilio inguinal proviennent de la racine L1, descendent derrière le péritoine pariétal sur le muscle carré des lombes et perforent le muscle transverse de l abdomen, voyagent entre transverse et petit oblique. Le nerf ilio hypogastrique chemine en dedans de l épine iliaque antéro supérieure, pour se diviser en rameau abdominal qui s insinue entre les deux muscles obliques jusqu à l insertion pubienne du muscle droit et pyramidal de l abdomen, et en rameau génital qui accompagne la branche génitale du nerf ilio inguinal. Les deux branches génitales parcourent le canal inguinal pour devenir sous-cutanées au niveau de l orifice superficiel et se distribuer à la région inguinale, au pubis, à la face antérieure du scrotum et à la partie médiane de l extrémité supérieure de la cuisse. Le rameau cutané latéral né juste avant la traversée du muscle transverse, ne devient superficielle qu en proximité de la crête soit par un orifice purement aponévrotique, soit en creusant la crête iliaque. Ce rameau se terminant à quelque centimètres sous la crête iliaque innervant un territoire sensitif.

25 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs de la région glutéale antérosupérieure voire latérosupérieure de la cuisse innervée par la branche cutanée latérale. Douleurs de la région pubienne, inguinale et scrotum innervée par la branche génitale. Déclenchées par l orthostatisme, la mise en tension du tronc ou l effort de toux. A l examen : on retrouve parfois une faiblesse des muscles de la paroi abdominale Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés, métastases iliaques Origine iatrogène : cure chirurgicale de hernie inguinale Obésité Grossesse Atteintes du rachis lombaire

26 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le ligament inguinal. Choix des cibles : En avant de l épine iliaque antéro supérieure : entre le muscle transverse de l abdomen (1) et le muscle petit oblique (2). Dans le canal inguinal (3). (3) (2) (1)

27 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

28 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

29 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis injection de : 5 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) au niveau de l épine iliaque antéro supérieure et 3 ml au niveau du canal inguinal. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice au niveau inguinal : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

30 Nerfs Ilio hypogastrique et Ilio inguinal Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

31 NERF GENITO FEMORAL

32 Nerf Génito Fémoral Sommaire Anatomie (1) 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

33 Nerf Génito Fémoral Anatomie (2) Provient de la racine L2, traverse le muscle psoas, dont il émerge à hauteur du disque L3 L4. Se divise en 2 branches : Branche fémorale : suit l artère iliaque externe jusqu à la partie externe de l anneau fémoral pour déboucher dans le triangle de scarpa en étant placé en avant de l artère fémorale. Après un trajet de 3 cm, elle perfore le fascia cribiformis pour innerver la région antérieure et supérieure de la cuisse. Branche génitale (nerf honteux externe) : pénètre peu après son origine l anneau inguinal profond et parcourt le canal inguinal en dedans et en arrière du cordon. Dans le canal inguinal elle émet un rameau moteur des filets terminaux destinés à la peau du scrotum et des grandes lèvres.

34 Nerf Génito Fémoral Symptomatologie et diagnostic positif Douleur de la région antérieure et supérieure de la cuisse pour la branche fémorale et de la région inguinale et scrotale pour la branche génitale. A l examen : perte du réflexe crémastérien Il difficile de différencier l atteinte du nerf génitofémoral des nerfs ilio inguinal et ilio hypogastrique. Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés Pratique du vélo Origine iatrogène : cicatrice d appendicectomie, Atteintes du rachis lombaire

35 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur le ligament inguinal. Choix des cibles : En avant de l artère fémorale. Dans le canal inguinal.

36 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de ½ ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

37 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

38 Nerf Génito Fémoral Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis injection de : 5 ml d un mélange Xylocaïne Naropéïne (dilution 1/3 2/ 3) au niveau fémoral et 3 ml au niveau du canal inguinal. Contrôle de la diffusion. Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol à chaque site. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

39 Nerf Génito Fémoral Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction de l artère iliaque.

40 NERF CUTANE LATERAL DE LA CUISSE

41 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Anatomie (1) 1IH : Nerf ilio-hypogastrique 1CL : Rameau cutané latéral 1G : Branche génitale 2II : Nerf ilio-inguinal 2G : Branche génitale 3CL : Nerf cutané latéral de la cuisse 3F : Rameau fessier A & P : Branches terminales Antérieure et Postérieure Schéma anatomique du trajet profond des nerfs inguino fémoraux. 4GF : Nerf génito-fémoral 4F : Branche fémorale 4G : Branche génitale 5 : Orifice superficielle du canal inguinal 6 : Muscle Psoas 7 : Muscle carré des lombes 8 : Muscle iliaque 9 : Muscle transverse (profond) et oblique externe 10 : Muscle tenseur du fascia lata 11 : Muscle sartorius

42 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Anatomie (2) Provient des racines L2 et L3 des nerfs lombaires. Apparaît au bord latéral du muscle psoas et croise obliquement le muscle iliaque pour atteindre l épine iliaque antérosupérieure et passer sous ou au travers du ligament inguinal. Peut donner un rameau fessier avant la traversée aponévrotique. Il se divise en regard du muscle sartorius en deux branches : Branche antérieure qui innerve la peau de la région antéro latérale de la cuisse jusqu au genou. Branche postérieure qui donne des filets nerveux pour la région latérale du grand trochanter.

43 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs à type de paresthésies, dysesthésies et brûlures de la face latérale de la cuisse. Augmentées par la position debout. Retrouvées à la pression du nerf à son passage au niveau du ligament inguinal. Facteurs favorisants / déclenchants : Phénomènes de compression : port de vêtements trop serrés Obésité, grossesse. Origine iatrogène : cure chirurgicale de hernie inguinale, hystérectomie,

44 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur l épine iliaque antéro supérieure. Choix de la cible : 1, 5 cm en dedans de l épine iliaque antéro supérieure, sur la ligne tendue entre celle-ci et le tubercule pubien.

45 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

46 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

47 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule de cortivasol. Contrôle de la diffusion. Rq. : si le patient présente une cicatrice : infiltrer la cicatrice : Xylocaïne +/- corticoïde retard. Retrait des aiguilles. Surveillance du patient pendant 1 heure.

48 Nerf Cutané latéral de la cuisse Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction de l artère iliaque.

49 PLEXUS SYMPATHIQUE INTER ILIAQUE

50 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Anatomie Le plexus interiliaque correspond au nerf présacral. Il est situé en position antéro-latérale à hauteur de L5-S1, sous la bifurcation aortique entre les artères iliaques communes. Il descend dans le bassin et se divise en deux courants qui vont s intégrer dans les éléments formant le plexus hypogastrique. Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

51 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Symptomatologie et diagnostic positif Coccydynies. Hypoesthésie des organes pelviens. Modifications vasomotrices chez la femme (règles). Troubles de l éjaculation chez l homme. Facteurs favorisants / déclenchants : Envahissement tumoral des cancers colo-rectaux ou gynécologiques. Rectites radiques. Algies chroniques liées à une endométriose.

52 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (1) : repérage Installation en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur l étage L5-S1. Choix de la cible : En avant de L5 (parfois L4 en fonction des crêtes iliaques). En arrière des vaisseaux iliaques. Voie droite ou gauche en fonction de l environnement.

53 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

54 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

55 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Technique d infiltration (4) : infiltration et neurolyse proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Neurolyse (Alcoolisation) : Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes. Injection lente et fractionnée de 5 ml d alcool absolu. Contrôle de la diffusion. Une neurolyse efficace nécessite parfois plusieurs séances à 3 semaines. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure.

56 Plexus Sympathique Inter iliaque Sommaire Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès. Ponction Artérielle ou Veineuse.

57 GANGLION IMPAIR

58 Anatomie Ganglion Impair Le ganglion impair ou ganglion de Walter correspond à l anastomose de l extrémité caudale des chaînes latéro-vertébrales. Il est situé médialement cantre la face antérieure du coccyx. Schéma anatomique du plexus interiliaque et du ganglion impair. (Dessin de J.L. Vannson).

59 Symptomatologie et diagnostic positif Ganglion Impair Coccydynies. Hypoesthésie des organes pelviens. Modifications vasomotrices chez la femme (règles). Troubles de l éjaculation chez l homme. Facteurs favorisants / déclenchants : Envahissement tumoral des cancers colo-rectaux ou gynécologiques. Rectites radiques. Algies chroniques liées à une endométriose.

60 Ganglion Impair Technique d infiltration (1) : repérage Installation en décubitus latéral ou en procubitus. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur la pointe coccygienne. Choix de la cible : Médialement contre la face antérieure du coccyx.

61 Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Ganglion Impair Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

62 Sommaire Anatomie Clinique Infiltration Complications Ganglion Impair Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

63 Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Ganglion Impair Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : Infiltration par injection lente de 1 ampoule d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Neurolyse (Alcoolisation) : Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes. Injection lente et fractionnée de 5 ml d alcool absolu. Contrôle de la diffusion. Une neurolyse efficace nécessite parfois plusieurs séances à 3 semaines. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure.

64 Complications Ganglion Impair Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

65 MASSE PELVIENNE

66 Masse Pelvienne Anatomie Toutes masses pelviennes quelque soit sa position anatomique peut être infiltrées. Le plus souvent nous avons traités des masses dont l origine étaient secondaire. Elles étaient situées dans les masses musculaires ou osseuses du pelvis. Nous adaptons les volumes injectés en fonction de la clinique décrite par le patient et des rapports anatomiques de la masse.

67 Masse Pelvienne Symptomatologie et diagnostic positif Douleurs de type tumorale, insomniantes, permanentes, à recrudescences nocturnes.

68 Masse Pelvienne Technique d infiltration (1) : repérage Installation fonction de la localisation. Topogramme. Repérage par des coupes TDM de 5 mm centrées sur la masse. Choix de la cible : Masse, si celle-ci est volumineuse, infiltrer en plusieurs sites.

69 Masse Pelvienne Technique d infiltration (2) : mise en place des aiguilles Matérialisation du trajet de l aiguille. Désinfection cutanée et anesthésie locale des plans cutanés et musculaires. Mise en place de l aiguille (spinale 22G) pas à pas sous contrôle TDM. Maintient de la seringue en aspiration pendant 5 secondes puis injection de 5 ml de Lidocaïne Produit de contraste (dilution 3/1). Contrôle TDM de l espace de diffusion.

70 Masse Pelvienne Technique d infiltration (3) : mise en place des aiguilles

71 Masse Pelvienne Technique d infiltration (4) : infiltration proprement dite Maintient de la seringue en aspiration 10 secondes puis : On complète l anesthésie par la lidocaïne, jusqu à un volume de 15 ml Infiltration par injection lente de 1 ou 2 ampoules d un corticoïde. Contrôle de la diffusion. Retrait de l aiguille. Surveillance du patient pendant 1 heure. Rq. Le traitement de ces masses est le plus souvent symptomatique. Les doses utilisées sont fonctions du volume de la masse et des rapports anatomiques de la masse.

72 Masse Pelvienne Complications Gastralgies, rétention hydro-sodée, bouffées vasomotrices du visage : suite à l utilisation d un corticoïde retard. Atrophie du nerf avec dégénérescence graisseuse : lors d injection péritronculaires itératives de corticoïdes retards. Espacer les injections de 6 à 8 semaines et en limiter leur nombre : 2 à 4. Allergie aux produits injectés : allant de la simple rougeur cutanée jusqu au choc anaphylactique et décès.

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

La méralgie paresthésique. Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis

La méralgie paresthésique. Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis La méralgie paresthésique Nerf cutané fémoral latéral N. cutaneus femoris lateralis 224 HANCHE ET CUISSE Généralités Rappel anatomique et physiopathologique Le nerf cutané fémoral latéral ou nerf cutané

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos...

Table des matières. Partie 1 Théorie. Avant-propos... Table des matières Avant-propos... V Partie 1 Théorie 1 Définition... 2 2 Classification des points gâchettes... 3 Points gâchettes actifs et latents... 3 Symptômes... 3 Facteurs favorisants... 4 3 Physiopathologie

Plus en détail

(Tenseur du fascia lata)

(Tenseur du fascia lata) ABDUCTION DE LA HANCHE À PAR TIR D'UNE POSITION DE FLEXION (Tenseur du fascia lata) L4 Nerf glutéal supérieur Vers : Tenseur du fascia lata L4-S1 L5 S1 Tenseur du fascia lata Scia FIGURE 6-44 Tenseur du

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Muscles et fascias du petit bassin

Muscles et fascias du petit bassin Muscles et fascias du petit bassin Le petit bassin est ouvert au dessus et communique largement avec l'abdomen, dont il est séparé par la limite virtuelle de la ligne terminale, appelée en obstétrique

Plus en détail

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements Les étirements se font en fin de journée, lentement, sans à coup, c est une période de retour au calme. Le principe général est de partir d une position de

Plus en détail

CRYPTORCHIDIE. Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004

CRYPTORCHIDIE. Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004 CRYPTORCHIDIE Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004 Plan 1.Migration testiculaire physiologique 2.Rappels anatomiques 3.Cryptorchidie: définition 4.Epidémiologie 5.Etiologie 6.Diagnostic:

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE

Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE Chapitre 6. LES MUSCLES DU PÉDALAGE «Une description anatomique doit être complète, précise, simple, mais en même temps suggestive.» Henry ROUVIÈRE, Préface à l Anatomie humaine, descriptive et topographique,

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

TUTORAT UE5 spé PB 2010-2011 Anatomie Séance n 1 CORRECTION.

TUTORAT UE5 spé PB 2010-2011 Anatomie Séance n 1 CORRECTION. FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE5 spé PB 2010-2011 Anatomie Séance n 1 CORRECTION. ANATOMIE BASSIN OSSEUX ET ARTICULATIONS Séance préparée par Anne G. et Nicolas T. QCM n 1 :C. Après la naissance... Au

Plus en détail

La névralgie d Arnold existe-t-elle? Les symptômes particuliers du rachis cervical F.MEYER AHP - 05 / 12 / 2009 Introduction Grande variété de symptômes : Céphalées Hémicrânies Douleur sus, retro-orbitaire

Plus en détail

La kinésithérapie dans le traitement des douleurs pelvi-périnéales : Supervision et partage d expériences

La kinésithérapie dans le traitement des douleurs pelvi-périnéales : Supervision et partage d expériences La kinésithérapie dans le traitement des douleurs pelvi-périnéales : Supervision et partage d expériences Intervenant : Michel GUERINEAU, kinésithérapeute référent, Nantes RAPPEL DES OBJECTIFS : - Proposer

Plus en détail

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Nerf rachidien Branche antérieure Plexus Lombaire Nerf rachidien N P&G abdogen N genito-crural DERMATOME L1 (branche antérieure)

Plus en détail

Survenue aigüe Peut évoluer par étapes Douleur latérale ou fessière Reproduite par le mouvement nocif Testing des rotateurs

Survenue aigüe Peut évoluer par étapes Douleur latérale ou fessière Reproduite par le mouvement nocif Testing des rotateurs Lésions musculaires des Membres inférieurs, fréquentes Rôle du sport 46 ème Congrès de Médecine Manuelle-Ostéopathie Ploërmel, 15 Octobre 2011. Dr Th. CHARLAND M inférieurs : Quadriceps, Droit fémoral,

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Biomécanique de l Articulationl Coxo-fémorale

Biomécanique de l Articulationl Coxo-fémorale Biomécanique de l Articulationl Coxo-fémorale PR GILBERT VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA BEGIN 94160 SAINT-MANDE L iconographie est notamment issue des ouvrages de Mr Netter et Kapandji.

Plus en détail

ANALGESIE EN ODONTOLOGIE

ANALGESIE EN ODONTOLOGIE ANALGESIE EN ODONTOLOGIE GENERALITES SUR L ANESTHESIE L anesthésie est le premier temps de toute intervention odontologique. Elle permet de supprimer la sensibilité. L anesthésie permet une amélioration

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE ET DU BASSIN

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE ET DU BASSIN EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE ET DU BASSIN La ceinture Pelvienne se compose de trois articulations : la hanche (articulation coxo-fémorale) l'articulation sacro-iliaque. La symphyse pubienne. Toutes les

Plus en détail

Lambeaux et microchirurgie

Lambeaux et microchirurgie Lambeaux et microchirurgie S. Pannier, Ch. Glorion Hôpital Necker Enfants Malades Université Paris Descartes Couverture d une perte de substance Défi pour les chirurgiens 6 ème siècle avant JC : SUSHRUTA

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

TRAITEMENT PRÉVENTIF POUR DIMINUER LA FRÉQUENCE DES PUBALGIES

TRAITEMENT PRÉVENTIF POUR DIMINUER LA FRÉQUENCE DES PUBALGIES Fig. 1. Examen : localisation des points douloureux. Fig. 2. Certaines pubalgies sont d origine traumatique. TRAITEMENT PRÉVENTIF POUR DIMINUER LA FRÉQUENCE DES PUBALGIES ANALYSE DE LA MÉTHODE DES CHAÎNES

Plus en détail

Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine

Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine Dr Olivier SISTERON Service de Radiologie - Polyclinique Saint-Jean Cagnes sur Mer Alpes-Maritimes - France Problèmes à essayer de résoudre en imagerie Quand

Plus en détail

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Table des matières Introduction 1 Généralités Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Brefs rappels sur la nouvelle approche manipulative........................ 3 Ni structurel, ni fonctionnel (3). Notre

Plus en détail

Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été.

Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été. Voici un programme combinant entraînements cardio-vasculaire et musculaire pendant huit semaines pour se mettre en forme avant l été. Ce programme consiste à faire au moins deux séances d entraînement

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

Les douleurs pelviennes, pièges en urgence.

Les douleurs pelviennes, pièges en urgence. 1 Les douleurs pelviennes, pièges en urgence. Dr Frédéric Thys Service des Urgences Cliniques Universitaires Saint-Luc Université de Louvain Bruxelles I) Introduction Les douleurs pelviennes sont des plaintes

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

Traitement des articulations et ligaments du membre inférieur dans les atteintes climatiques. Les Bi

Traitement des articulations et ligaments du membre inférieur dans les atteintes climatiques. Les Bi Etude des trois articulations principales du membre inférieur. - Cheville - Genou - Hanche. Traitement des articulations et ligaments du membre inférieur dans les atteintes climatiques. Les Bi A) Atteinte

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE Centre Hospitalier Guy de Chauliac Unité Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Chirurgie Maxillo-Faciale RECONSTRUCTION MAMMAIRE De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Fiche d information sur la HERNIE INGUINALE en CHIRURGIE AMBULATOIRE

Fiche d information sur la HERNIE INGUINALE en CHIRURGIE AMBULATOIRE Fiche d information sur la HERNIE INGUINALE en CHIRURGIE AMBULATOIRE 1 ) Qu est-ce que la hernie inguinale? : De chaque côté du nombril, il existe 4 muscles venant s insérer sur le bassin. Au niveau de

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras ANNEE UNIVERSITAIRE 2010-2011 LICENCE 1 2 ème SESSION 2 ème SEMESTRE Juin 2011 UNITE 7 ANATOMIE DUREE : 30 mn COEFFICIENT : 3 Sujet proposé par V. ARSAC : 1) La scapula : A) Est un os plat et triangulaire

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur

Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur Conséquences des entorses de la cheville et du pied Éditions De Laere Pathologies et traitements des structures nerveuses

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

LES SYNDROMES CANALAIRES DES NERFS PERIPHERIQUES

LES SYNDROMES CANALAIRES DES NERFS PERIPHERIQUES LES SYNDROMES CANALAIRES DES NERFS PERIPHERIQUES Les syndromes de compression nerveuse, appelés «syndromes canalaires» ( entrapment neuropathy des anglo-saxons) occupent une place de plus en plus importante

Plus en détail

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Docteur François Prigent L'anatomie 1 - Le conflit ilio-psoas / prothèse de hanche,. 2 - La bursopathie ilio-pectinée, Le ressaut antérieur. Constitué de deux

Plus en détail

INJECTION INTRAMUSCULAIRE

INJECTION INTRAMUSCULAIRE Prestations de services / Dienstleistungen INJECTION INTRAMUSCULAIRE Fig. 1 1. GENERALITES 1.1. Définition L'injection intramusculaire consiste à introduire une substance médicamenteuse dans le tissu musculaire.

Plus en détail

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Dr. Marino Delmi Clinique des Grangettes / Genève Suisse Médecin associé consultant Clinique Universitaire d Orthop d Orthopédie

Plus en détail

Prévenir... le mal de dos

Prévenir... le mal de dos Prévenir... le mal de dos 5 Mal de dos mal du siècle Qui n a pas un jour souffert du mal de dos? 8 personnes sur 10 souffrent ou souffriront du dos Plus d un français sur trois déclare avoir souffert du

Plus en détail

La statique pelvienne, le corps, le mouvement, la statique globale

La statique pelvienne, le corps, le mouvement, la statique globale Les sujets du mois # 3 La statique pelvienne, le corps, le mouvement, la statique globale PLACE DE LA SAGE-FEMME AU COURS DE LA RÉÉDUCATION PÉRINÉALE En tant que sages-femmes, nous parlons communément

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon Introduction : Le TVT ou le TOT (Tension Free Vaginal Tape) sont des techniques récentes dans le traitement de l incontinence urinaire

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg Anatomie et physiologie sexuelle de l homme I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg 1. L érection est faite de sang et d esprits. «Ce qu il faut avouer ici, c est que l imagination étant frappée par le ressentiment

Plus en détail

CLINIQUE DU SYNDROME DU CANAL D ALCOCK

CLINIQUE DU SYNDROME DU CANAL D ALCOCK PRISE EN CHARGE DES NEVRALGIES PERINEALES PAR ATTEINTE DU NERF PUDENDAL (SYNDROME DU CANAL D ALCOCK) G. Amarenco, B. Bayle, S. Sheik Ismaël Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Effets de quelques Asanas

Effets de quelques Asanas Effets de quelques Asanas Loïc Le Toumelin Sources: B.K.S Iyengar et Leslie Kaminoff Les effets des Asana Les effets des asanas sont d ordre anatomique (souplesse, musculation), d ordre psychologique (nervosité,

Plus en détail

Hôpital René Huguenin Saint-Cloud. Blocs thoraciques pour la chirurgie du sein. Bertrand Fabre. Marseille 15/10/15

Hôpital René Huguenin Saint-Cloud. Blocs thoraciques pour la chirurgie du sein. Bertrand Fabre. Marseille 15/10/15 Blocs thoraciques pour la chirurgie du sein Bertrand Fabre Marseille 15/10/15 Aucun conflit d intérêt Blocs possibles Péridurale Bloc para vertébral PECS 1 & 2, Bloc thoracique antérieur ou bloc sous-pectoral

Plus en détail

IMPORTANCE DES ETIREMENTS

IMPORTANCE DES ETIREMENTS IMPORTANCE DES ETIREMENTS L'augmentation de la souplesse est l un des meilleurs moyens de prévention des blessures musculo-tendineuses. L entraînement de la souplesse, par la pratique d étirements avant

Plus en détail

Lésions du muscle iliopsoas en traumatologie sportive

Lésions du muscle iliopsoas en traumatologie sportive Lésions du muscle iliopsoas en traumatologie sportive Docteur Josselin LAFFOND DESC Médecine du Sport 2 ème année Centre de Biologie et de Médecine du Sport de Pau 1. Introduction et rappels anatomiques

Plus en détail

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un 1 Centre Hospitalier du Grand Hornu-Frameries La hernie discale Un peu d'anatomie pour comprendre. Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un anneau fibreux, contenant

Plus en détail

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Objectif Les apprenants soulèvent et portent des charges correctement. Public-cible - Des apprenants

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL

LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL LE SYNDROME DU MUSCLE PIRIFORME B.VESSELLE A.K.SEIGNERT N. MOREL REIMS 01-04-2005 Positivité de certains test cliniques et négativité d autres examens Reste un diagnostic d exclusion malgré l apport de

Plus en détail

Le rouleau Pilates. Utilité/avantages du rouleau. Utilisation du rouleau

Le rouleau Pilates. Utilité/avantages du rouleau. Utilisation du rouleau Le rouleau Pilates Le rouleau Pilates existe en différents matériaux, p. ex. en mousse synthétique ou en caoutchouc, il est disponible en plusieurs longueurs et couleurs. Approprié tant pour les débutants

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Fiche d une pathologie de genou Bilan, proposition de traitement et tests

Fiche d une pathologie de genou Bilan, proposition de traitement et tests Fiche d une pathologie de genou Bilan, proposition de traitement et tests Robillard Nicolas 19/01 2010 Monsieur Y, 38 ans, a consulté pour une douleur à la face postéro-médiale de son genou droit. La douleur

Plus en détail

Le système vasculaire

Le système vasculaire 1 I LES VAISSEAUX DU COEUR ARTERES CORONAIRES : elles sillonnent dans le sillon coronaire, elles donnent naissance à des branches qui pénètrent dans le cœur et chacune des artères irrigue un territoire

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE Dr Muracciole Paul ETIO-PATHOGENIE FACTEURS DE RISQUES INTRINSEQUES : INDIVIDU EXTRINSEQUES : ENTRAINEMENT STRUCTURES TOUCHEES OS ARTICULATION

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

DOSSIER CONCERNANT LE CANAL CARPIEN

DOSSIER CONCERNANT LE CANAL CARPIEN DOSSIER CONCERNANT LE CANAL CARPIEN 1 QU EST-CE QUE LE SYNDROME DU CANAL CARPIEN : Le canal carpien est un espace limité par les os du poignet, et un ligament rigide qui relie des os les uns aux autres

Plus en détail

mécanismes étiopathogénique

mécanismes étiopathogénique syndrome de vessie douloureuse mécanismes étiopathogénique JJ Labat, J Rigaud, T Riant Centre fédératif de pelvipérinéologie CHU Nantes Le contexte Cystalgie à urine claire Cystite interstitielle Une douleur,

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

! topographie : précision + + + montrer avec doigts. " uni ou bilatéral " autres douleurs plus à distance

! topographie : précision + + + montrer avec doigts.  uni ou bilatéral  autres douleurs plus à distance Multiples étiologies des fessalgies ou pygalgies Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Douleurs fessières chroniques d effort. Données cliniques étiologiques Jehan Lecocq Origine topographique de la

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE?

Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CURE DE HERNIE INGUINALE EN AMBULATOIRE

Plus en détail

KAUX Jean-François WANG François

KAUX Jean-François WANG François Atteintes neurologiques périphériques du pied KAUX Jean-François WANG François Généralités Etiologies Traumatique fracture entorse ( ± hématome secondaire) luxation plaie par balle ou arme blanche Iatrogène

Plus en détail

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Dossier Médical - Présentation et caractéristiques du patient Nom : Mr V. Age : 78 ans Profession : enseignant retraité Situation familiale : marié,

Plus en détail

Mal de dos : où en êtes-vous?

Mal de dos : où en êtes-vous? Mal de dos : où en êtes-vous? Le saviez-vous? Quand on souffre d un mal de dos, il s agit le plus souvent d une lombalgie. Le terme de lombalgie désigne en effet toute douleur siégeant dans la partie basse

Plus en détail