Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010"

Transcription

1 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes Femmes Total Source : Institut national de Statistique, Statistiques démographiques. Population étrangère au , pp ). 1.b. Pourcentages en ligne (contenu d une cellule divisé par le total de la ligne) Hommes 69,6% 15,3% 15,1% 100,0% Femmes 73,2% 14,1% 12,8% 100,0% Total 71,5% 14,7% 13,9% 100,0% % de Belges parmi les hommes : / = 0,696 ou 69,6 % % de la catégorie «autre» parmi les femmes : / = 12,8 % % de Belges dans le total : / = 71,5 % 1.c. % en colonne (contenu d une cellule divisé par le total de la colonne) Hommes 46,4% 49,7% 51,9% 47,7% Femmes 53,6% 50,3% 48,1% 52,3% Total 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% % d hommes parmi les Belges : / = 0,464 ou 46,4 % % de femmes dans la catégorie «autre» : / = 48,1 % % d hommes dans le total : / = 47,7 % 1.d. % par rapport au total (général) (contenu d une cellule divisé par le total (général)) Hommes 33,2% 7,3% 7,2% 47,7% Femmes 38,3% 7,4% 6,7% 52,3% Total 71,5% 14,7% 13,9% 100,0% % d hommes belges dans le total : / = 0,332 ou 33,2 % % de femmes de la catégorie «autre» dans le total : / = 6,7 % Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation Déterminez la population sous observation : la population de Bruxelles âgée de 18 à 65 ans. 2. Déterminez les variables sous observation et leurs modalités : le sexe (homme ou femme) et le statut d occupation (actif occupé (= en emploi) ; actif au chômage (au chômage) et inactif). On pourrait aussi ajouter l âge comme variable supplémentaire. Nous ne le ferons pas vu que, pour faire partie de la population sous observation, il faut être d âge actif, condition sans laquelle la situation de la personne est sans intérêt pour l analyse en cours. 3. S agit-il de variables quantitatives ou qualitatives? Justifiez. Le sexe et le statut d occupation sont des variables qualitatives. En effet, si l on décidait d utiliser des chiffres comme codes pour les modalités, le choix serait absolument libre. Par exemple, «1» pourrait aussi bien désigner le sexe masculin que le sexe féminin pour la variable du sexe ou alors le statut d actif occupé, d actif au chômage et d inactif pour l autre variable. 3. Si variable(s) quantitative(s), discrète(s) ou (implicitement) continue(s)? Justifiez. Sans objet vu la réponse précédente. 4. S agit-il de données groupées ou individuelles? Justifiez. Il s agit de données groupées. Ainsi, le « » indique que individus sont des hommes actifs occupés. Il s agit bien d une information donnée pour un (gros) paquet d individus «d un seul coup». 5. Cf. les tableaux ci-dessous.

2 2 % en ligne Hommes Femmes Total Actif occupé 55,2% 44,8% 100,0% Actif au chômage 53,5% 46,5% 100,0% Inactif 39,2% 60,8% 100,0% Total 49,6% 50,4% 100,0% % en colonne Hommes Femmes Total Actif occupé 61,0% 48,7% 54,8% Actif au chômage 12,4% 10,7% 11,5% Inactif 26,6% 40,7% 33,7% Total 100,0% 100,0% 100,0% % du au total général Hommes Femmes Total Actif occupé 30,3% 24,5% 54,8% Actif au chômage 6,2% 5,4% 11,5% Inactif 13,2% 20,5% 33,7% Total 49,6% 50,4% 100,0% À partir des données du tableau, calculez les indices et répondez aux questions suivantes : 6. Les proportions d actifs occupés parmi les hommes et parmi les femmes. % d actifs occupés parmi les hommes % d actifs occupés parmi les femmes / = 61,0 % / = 48,7 % 7. Les proportions d hommes et de femmes parmi les actifs occupés. % d hommes parmi les actifs occupés % de femmes parmi les actifs occupés / = 55,2 % /406/279 = 44,8 % 9. Les proportions d hommes et de femmes actifs occupés par rapport au total (général). % d hommes actifs occupés par rapport au tot. (géné.) % de femmes actives occupées par rapport au tot. (géné.) / = 30,3 % / = 24,5 % Remarque : dans les 3 premiers calculs, le numérateur est toujours le même pour les hommes ( ) ou les femmes ( ). Les différences viennent des dénominateurs. 9. Calculez le taux de chômage parmi les hommes et les femmes. Taux de chômage parmi les hommes Taux de chômage parmi les femmes /( ) = 16,9 % /( ) = 18,0 % 10. Parmi les chômeurs, quel sexe domine? Justifiez. Les hommes représentent 53,5 % des chômeurs, soit 7 % de plus que les femmes. Et donc, parmi les chômeurs, les hommes dominent. 11. Les réponses aux questions 9 et 10 sont-elles logiques entre elles? Expliquez la situation. Dans un 1 er temps, on pourrait être surpris. En effet, on sait que le chômage est plus fort parmi les femmes, ce que montrent bien les taux de chômage de la question 9 : ce taux est plus élevé parmi les femmes (18,0 %) que parmi les hommes (16,9 %). On s attendrait donc à ce que le sexe féminin domine parmi les chômeurs. L explication vient du dénominateur du taux, qui, pour rappel, se constitue des actifs occupés et des actifs au chômage : il vaut du côté masculin ( ) et seulement du côté féminin ( ). La relative faiblesse du diviseur féminin vient principalement du fait que plus de femmes sont inactives via la catégorie des femmes au foyer. 12. Est-il correct de dire que la proportion d hommes parmi les chômeurs est inférieure à la proportion de chômeuses parmi les femmes? Justifiez. Pour répondre à cette question, il faut prélever des pourcentages dans 2 tableaux différents : la proportion d hommes parmi les chômeurs = 53,5 % (calcul en ligne) ; la proportion de chômeuses parmi les femmes = 10,7 % (calcul en colonne). La proportion d hommes parmi les chômeurs (53,5 %) est donc supérieure (et largement) à la proportion de chômeuses parmi les femmes (10,7 %).

3 Exercice 3. Taux de chômage selon le niveau de formation en 2000 & 2010 La Belgique et ses Régions 1. Bruxelles 2. Wallonie Bas Moyen Haut Bas Moyen Haut Hom ,7% 16,5% 6,1% Hom ,9% 7,1% 3,5% Hom ,0% 16,8% 8,7% Hom ,7% 10,5% 4,8% Fem ,7% 15,9% 5,9% Fem ,9% 14,4% 5,7% Fem ,6% 22,3% 9,4% Fem ,2% 14,3% 6,2% 3. Flandre 4. Belgique Bas Moyen Haut Bas Moyen Haut Hom ,9% 2,9% 1,5% Hom ,1% 5,0% 2,7% Hom ,8% 4,5% 3,1% Hom ,1% 7,2% 4,3% Fem ,2% 5,7% 2,8% Fem ,7% 9,0% 4,0% Fem ,1% 5,8% 2,9% Fem ,0% 9,5% 4,7% 3 1. Que nous apprend ce tableau de la relation entre niveau de formation et taux de chômage? (Dans votre commentaire, citez des nombres permettant d arriver à cette conclusion). D une manière générale, plus le niveau de formation est élevé, plus le taux de chômage est bas (relation dite «inverse»). Par exemple, pour les hommes à Bruxelles en 2000, le taux de chômage passe de 21,7 % à 16,5 et 6,1 % respectivement pour les niveaux bas, moyen et haut de formation. Pour les femmes en Belgique en 2010, les mêmes valeurs sont de 16,0 ; 9,5 et 4,7 %. 2. Entre 2000 et 2010, comment évolue le taux de chômage par niveau de formation? (Idem). D une manière générale, entre 2000 et 2010, le taux de chômage par niveau de formation a augmenté. Ainsi, en Wallonie, parmi les hommes avec un bas (moyen ; haut) niveau de formation, le pourcentage passe de 12,9 à 18,7 % (de 7,1 à 10,5 % ; de 3,5 à 4,8 %). 3. Cette situation est-elle partout d application ou bien y a-t-il des exceptions? (Idem). Non, il y a des exceptions, comme en Flandre parmi les femmes ayant un bas niveau de formation, le taux passe de 10,2 à 9,1 %, avec une diminution de 1,1 %, donc. Cette situation de diminution se retrouve parmi les femmes de Wallonie de niveau moyen de formation (avec, il est vrai, une augmentation très légère : + 0,1 %). Notons que la dominante reste bien une augmentation en 2000 et 2010, notamment en ce qui concerne les données pour l ensemble du pays. Et donc la tendance générale reste bien claire : entre 2000 et 2010, la situation s est détériorée. Dans le cadre de cet exercice, nous n avons pas cherché les causes aux exceptions par rapport à ce mouvement général d augmentation du taux de chômage. 4. Entre 2000 et 2010, l évolution du taux de chômage a-t-elle la même ampleur pour tous les niveaux de formation? (Idem). Non, l ampleur de la diminution varie très fortement selon les régions et les niveaux de formation. Ainsi, pour les hommes de bas niveau de formation en Flandre, le pourcentage double entre 2000 et 2010, passant de 4,9 à 9,8 %, alors que pour les hommes bruxellois de niveau moyen de formation, l augmentation est à peine perceptible, le taux passant de 16,5 à 16,8 % (sans parler des 2 cas où le pourcentage diminue). Ces commentaires, et bien d autres, qui pourraient être déduits des tableaux proposés comme données pour cet exercice, permettent de mieux connaitre l évolution du chômage dans le temps, ce qui donnera, par exemple, des indications précieuses pour orienter une politique visant à lutter contre la hausse du chômage.

4 Exercice 4 Tableau 4. Répartition de la population de 25-<30 ans selon le sexe et le statut matrimonial Pays A Célibataires Non-célibataires Total Pays B Célibataires Non-célibataires Total Hommes Hommes Femmes Femmes Total Total Pays C Célibataires Non-célibataires Total Pays D Célibataires Non-célibataires Total Hommes Hommes Femmes Femmes Total Total Questions : Quelles sont les variables sous observation? Que sont les unités sous observation? o Les individus sous observation sont les individus âgés de 25-<30 ans et habitant dans les 4 pays A, B, C & D. C est bien à ces individus que l on a posé des questions pour constituer le tableau 4. o Ces individus sous observation ont répondu à deux questions 1 : quel est votre sexe? quel est votre statut matrimonial? Il y a donc deux variables sous observation : le sexe et le statut matrimonial. Pour classer un individu dans la bonne case du tableau de son pays, il faut connaitre ces deux caractéristiques : le sexe et le statut matrimonial. C est ce qui justifie l appellation «tableau à double entrée». Dans le pays C, calculez la proportion de célibataires parmi les hommes (résultat en % avec 2 décimales ; ex. : 22,78 %) : o pour ce 1 er calcul, toute la démarche a été détaillée ; pour les autres, ce ne sera plus le cas ; o derrière le mot «parmi», se retrouve le diviseur du rapport demandé, c est-à-dire les hommes, ce qui signifie en fait «l ensemble des hommes du pays C», soit ; o la combinaison de ce qui se trouve avant et après le mot «parmi» indique le numérateur, c est-à-dire les célibataires masculins, soit ; o la proportion de célibataires parmi les hommes = = 0,6849 = 68,49% Dans le pays C, la proportion d hommes parmi les célibataires = = 80,48% Dans le pays C, la proportion d hommes par rapport à la PT = = 61,30% Lequel (Lesquels) des 4 pays respecte(nt) simultanément les trois critères suivants : Il y a plusieurs façons de résoudre cette question. Par exemple, commencer par calculer les 3 tableaux pour chacun des 4 pays, puis analyser la situation. Une autre façon, plus économe en calculs à effectuer, est de procéder par élimination. C est la méthode qui sera suivie ici : o les hommes représentent plus de la moitié du total général (total tous sexes et états matrimoniaux confondus). Pour vérifier ce critère, le plus simple, à notre avis, est de calculer la proportion dont question pour les 4 pays, puis de comparer à 50 %, c est-à-dire une moitié 2. Pour le pays A : 49,91% ; B : 60,99% ; C : 61,10% et D : 53,54%. Le pays A est exclu : 49,91% est inférieur à 50 %. Pour les autres pays, le critère est satisfait. Il est à noter que, si le pourcentage du pays A est donné sans décimale, on pourrait douter. En effet, 49,91 % arrondi au % donne 50, mais ce «50 %» cache en fait une valeur inférieure à 50 %. Pour le pays A, l affaire est déjà entendue : il ne respecte déjà pas le 1 er critère, il ne pourra donc pas respecter les 3 critères simultanément. Plus aucun calcul ne doit être fait pour lui! C est en procédant de la sorte que l on «économise» des calculs. 1 En fait, il a fallu poser une question préliminaire : quel est votre âge? Si la réponse n était pas entre 25 et moins de 30 ans, les deux questions sur le sexe et le statut matrimonial n étaient pas posées. 2 Autre méthode : diviser le total (général) d un pays par 2 (ou le multiplier par 0,5 ou 50 %) et voir si l effectif absolu d hommes dans ce pays est supérieur ou pas au résultat obtenu. Cette méthode aboutira à la même conclusion, mais il nous parait plus «confortable» de passer par les pourcentages. Cette remarque, d application pour les autres critères, ne sera pas répétée.

5 5 o la proportion d'hommes parmi les non-célibataires est (strictement) supérieure à 40,36 %. Pour le pays B, cette proportion vaut 56,95 %% ; pour C, 40,39 % et pour D, 45,28 %%. Les 3 pays encore en lice satisfont ce critère. Aucun nouveau pays n est exclu via le 2 e critère. o la proportion de célibataires parmi les hommes est (strictement) supérieure à 37,70 %. Pour le pays B, cette proportion vaut 37,66 % ; pour C, 68,49 % et pour D, 47,10%. Les pays C et D respectent donc simultanément les 3 critères. Seul le pays B ne respecte pas le 3 e critère avec 37,66 %. Notons que, en cas d arrondi à une décimale, 37,66 devient 37,7, ce qui par rapport au critère de 37,70 ne peut qu entrainer un certain doute. Si un critère est exprimé avec 2 décimales, il faut utiliser des résultats avec 2 décimales, au risque de se tromper. Notons que, dans une situation de ce type, certains étudiant(e)s écrivent parfois que «37,66 est quand même vraiment proche de 37,70» et signalent que le critère est respecté. Non : malgré une certaine proximité, 37,66 % est inférieur 37,70 % sur le plan mathématique. On peut aussi construire sa réponse sous un format plus «compact» en signalant d abord les pays à éliminer et en précisant sur quelle base ils le sont, puis en montrant en quoi le(s) pays restant(s) respecte(nt) bien les 3 critères (ou faire l inverse : montrer en quoi un ou des pays respecte(nt) bien les 3 critères, puis en quoi les autres ne le font pas). Exemple de commentaire en commençant par les pays à éliminer : «Le pays A est à éliminer car les hommes y représentent 49,91 % du total, soit moins que la moitié. Le pays B est à éliminer car la proportion de célibataires parmi les hommes ne vaut que 37,66 % alors que le critère demandait au moins 37,70 %. Les pays C et D satisfont les 3 critères : les hommes comptent pour plus de la moitié avec respectivement 61,30 et 53,54 % pour C et D ; la proportion d hommes parmi les non-célibataires est supérieure à 40,36 % avec respectivement 40,39 et 45,28 % pour C et D ; la proportion de célibataires parmi les hommes est supérieure à 37,70 % avec respectivement 68,49 et 47,10 % pour C et D.» Remarque : il est évidemment possible de «personnaliser» ce type de description. Par ailleurs, en lisant ce commentaire, on comprend les raisons du choix des pays C et D et du rejet de A et B, ce qui est l objectif poursuivi! Si vous en avez le temps, établissez les tableaux avec les pourcentages en ligne, en colonne et par rapport au total pour les 4 pays (cf. tableau 1.8, 1.9 et 1.10 dans le syllabus). A Cél. Non-cél. Total A Cél. Non-cél. Total A Cél. Non-cél. Total Hom. 51,32% 48,68% 100,00% Hom. 66,38% 39,56% 49,91% Hom. 25,62% 24,30% 49,91% Fem. 25,90% 74,10% 100,00% Fem. 33,62% 60,44% 50,09% Fem. 12,97% 37,12% 50,09% Total 38,59% 61,41% 100,00% Total 100,00% 100,00% 100,00% Total 38,59% 61,41% 100,00% B Cél. Non-cél. Total B Cél. Non-cél. Total B Cél. Non-cél. Total Hom. 37,66% 62,34% 100,00% Hom. 69,10% 56,95% 60,99% Hom. 22,97% 38,02% 60,99% Fem. 26,33% 73,67% 100,00% Fem. 30,90% 43,05% 39,01% Fem. 10,27% 28,74% 39,01% Total 33,24% 66,76% 100,00% Total 100,00% 100,00% 100,00% Total 33,24% 66,76% 100,00% C Cél. Non-cél. Total C Cél. Non-cél. Total C Cél. Non-cél. Total Hom. 68,49% 31,51% 100,00% Hom. 80,48% 40,39% 61,30% Hom. 41,99% 19,31% 61,30% Fem. 26,33% 73,67% 100,00% Fem. 19,53% 59,61% 38,70% Fem. 10,19% 28,51% 38,70% Total 52,18% 47,82% 100,00% Total 100,00% 100,00% 100,00% Total 52,18% 47,82% 100,00% D Cél. Non-cél. Total D Cél. Non-cél. Total D Cél. Non-cél. Total Hom. 47,10% 52,90% 100,00% Hom. 67,34% 45,28% 53,54% Hom. 25,22% 28,32% 53,54% Fem. 26,33% 73,67% 100,00% Fem. 32,66% 54,72% 46,46% Fem. 12,23% 34,23% 46,46% Total 37,45% 62,55% 100,00% Total 100,00% 100,00% 100,00% Total 37,45% 62,55% 100,00% Avec ces tableaux, vous pouvez vérifier les réponses qui ont été proposées avant, et notamment la détermination du(es) pays respectant les 3 critères. Si vous décidez d établir, pour les 4 pays, les 3 tableaux avant de répondre à la question, 80 calculs ((6+6+8)*4) vous attendent! La méthode proposée suppose d en faire seulement 10! L avantage est évident. En contrepartie, en cas de doute sur la conclusion, si les 12 tableaux sont disponibles, vous pourrez plus facilement vérifier!

6 Exercice 5 Chômage et niveau de formation Femmes, Belgique, Les données correspondent à un tableau à double entrée. Dès lors, on peut calculer des fréquences de 3 manières différentes : en ligne (tableau 1) ; en colonne (tableau 2) et par rapport au total général (tableau 3). 1. % en ligne En emploi Au chômage Total Bas 84,0% 16,0% 100,0% Moyen 90,5% 9,5% 100,0% Haut 95,3% 4,7% 100,0% Total 91,4% 8,6% 100,0% Rappel des données 2. % en colonne En emploi Au chômage Total En emploi Au chômage Total Bas 17,3% 35,0% 18,8% Moyen 36,5% 40,8% 36,9% Haut 46,2% 24,2% 44,3% Total 100,0% 100,0% 100,0% % du tot. génér. En emploi Au chômage Total Bas 15,8% 3,0% 18,8% Moyen 33,4% 3,5% 36,9% Haut 42,3% 2,1% 44,3% Total 91,4% 8,6% 100,0% Rappel des données 1. Que calculer pour répondre à la question suivante : le fait d avoir un diplôme élevé «protège-t-il» du chômage? Répondez à cette question. Justifiez votre réponse. Cette question revient à se demander si la proportion de chômeuses varie selon le niveau de diplôme. Il faut donc comparer la proportion de chômeuses parmi les femmes ayant un bas niveau de diplôme, un niveau moyen et un haut niveau de diplôme. Autrement dit, il faudra connaitre le pourcentage de chômeuses parmi les femmes ayant un bas niveau de diplôme ; parmi les femmes ayant un moyen niveau de diplôme et parmi les femmes ayant un haut niveau de diplôme. À chaque fois, on trouve derrière le mot «parmi» les femmes ayant une catégorie de diplôme et donc, le total des femmes d une catégorie de diplôme servira toujours de dénominateur. Les données nécessaires ont été calculées dans le tableau 1, où le 100 % se trouve toujours en bout de ligne et correspond donc à un total pour une catégorie de diplôme. Notons que ces % correspondent en fait à un taux de chômage. La conclusion est claire : plus le niveau de diplôme est élevé, plus la proportion de chômeuse est faible. De 16,0%, pour les femmes ayant un bas niveau de diplôme, ce pourcentage passe à 4,7% pour les femmes avec le plus haut niveau de diplôme. Approximativement, les femmes de niveau moyen de diplôme présentent un taux de chômage de moitié moins fort que les femmes avec un bas niveau (9,5% contre 16,0%) et de deux fois plus fort par rapport aux femmes de haut niveau (9,5% contre 4,7%). La relation est bien établie : avoir une bonne formation «protège» du chômage ou, dit autrement, le risque d être au chômage diminue avec le niveau de formation (on dira aussi : relation négative entre le risque d être au chômage et le niveau de formation ; en mathématique, «relation négative» signifie que, quand un diminue, l autre augmente). Soyons bien conscients qu avec cette rapide analyse, nous n avons pas fait le tour complet de la relation qui peut exister entre le niveau de formation et le chômage. Par exemple, certaines personnes subissent les effets néfastes d une surqualification : vu leur niveau de formation, elles éprouvent des difficultés à trouver un emploi car elles coutent trop cher ; ici, une formation élevée devient un handicap pour trouver un travail. Ceci dit, la relation négative entre le niveau de formation et le risque de se trouver au chômage est bien établie (une bonne formation protège jusqu à un certain point du chômage). Il s agit d un élément important à prendre en compte dans l organisation d une politique visant à lutter contre le chômage. Rappelons que le but de cet exercice est bien de montrer en quoi les tableaux à double entrée peuvent aider à une meilleure compréhension de faits de société (ici le chômage et sa relation avec le niveau de la formation) et pas de vous faire devenir des spécialistes accomplis de la question traitée (la relation entre le chômage et le niveau de formation).

7 7 2. Que calculer pour répondre à la question suivante : quelle est la catégorie de diplôme la plus représentée parmi les chômeuses? Répondez à cette question. Justifiez votre réponse. Dans la question, le mot «parmi» est suivi par le mot «chômeuses». Le total des chômeuses doit donc servir de diviseur pour calculer les fréquences utiles. C est le tableau 2 qui nous renseigne ces fréquences. La conclusion est la suivante : c est le niveau moyen de formation qui le plus représenté (40,8%), suivi par le bas niveau (35,2%) et le haut niveau (24,2%). Ce type d information peut être très utile pour les personnes en charge de programmes destinés à aider les chômeurs à trouver un emploi. Par exemple, en termes de formations proposées, selon l importance numérique des différents niveaux de formation des chômeuses, une importance plus ou moins grande devra être accordée à la mise en place de formations visant à l acquisition de savoirs de base, ce qui permettra d allouer les budgets disponibles en conséquence. Notons que l on pourrait se contenter des nombres absolus (les effectifs, les données initiales qui montrent déjà cette situation), mais on préfère souvent les transformer en % qui, pour beaucoup, sont directement plus parlants. Par ailleurs, si l objectif est de procéder des comparaisons entre sexes, entre pays, entre époques, le calcul des % est vraiment recommandé, voire indispensable. 3. On pourrait penser que les réponses aux questions 1 et 2 ne sont pas logiques entre elles. Qu en pensezvous? Dans un premier temps, il est possible de penser qu il y a une contradiction entre les réponses aux questions 1 et 2 : selon la réponse à la 1 re question, le risque de se trouver au chômage est le plus élevé parmi les femmes ayant un bas niveau de formation ; selon la réponse à la 2 e question, le plus fort contingent de chômeuses (effectif absolu de chômeuses dans les données initiales) se retrouve parmi les femmes de niveau moyen de formation. Vu la réponse à la 1 re question, on pourrait s attendre à ce que le plus fort contingent corresponde aux femmes avec un bas niveau de formation puisque c est ce groupe qui présente le plus fort risque d être au chômage. Et pourtant, il n en est rien : ce sont les femmes de niveau moyen qui représentent le plus fort contingent. 4. Quelle explication logique peut-on donner à ce paradoxe qui n en est pas un? En fait l explication est assez simple : le risque d être au chômage est plus élevé parmi les femmes de bas niveau de formation que parmi celles de niveau moyen : 16,0% contre 9,5% ; l effectif de femmes de niveau moyen de formation est bien plus élevé que celui des femmes de bas niveau : contre ; pour le bas niveau de formation, 16,0% de donne ce qui est inférieur à 9,5% de parmi les femmes de niveau moyen qui donne Si le risque est plus fort parmi les femmes de bas niveau de formation (16,0%), ce 1 er fait est plus que compensé par le fait que les femmes de niveau moyen de formation sont bien plus nombreuses. Et donc, il y a plus de chômeuses de niveau moyen de formation que de niveau bas malgré que le risque d être au chômage soit plus élevé parmi ces dernières. Loin d être un paradoxe, il s agit simplement d un effet entre des risques (des proportions) et les effectifs auxquels les risques s appliquent. Il est important de bien identifier la nature de l information fournie par un indice et d en apprécier l exacte portée pour éviter de faire des commentaires déplacés (dans ce cas, dire qu il y a contradiction entre les réponses aux questions 1 et 2 ou dire que le plus fort contingent doit être parmi les femmes de bas niveau de formation vu que c est pour cette catégorie que le pourcentage est le plus élevé). Vu la réponse à la 1 re question, on pourrait s attendre à ce que le plus fort contingent corresponde aux femmes avec un bas niveau de formation puisque c est ce groupe qui présente le plus fort risque d être au chômage. Et pourtant, il n en est rien : ce sont les femmes de niveau moyen qui représentent le plus fort contingent.

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 28 mars 2013 Le marché du travail en Belgique en 2012 Nouveaux chiffres de l enquête sur les forces de travail Combien de personnes ont exercé un travail rémunéré? Combien

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n.

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n. Extrait de cours de maths de 5e Chapitre 1 : Arithmétique Définition 1. Multiples et diviseurs Si, dans une division de D par d, le reste est nul, alors on dit que D est un multiple de d, que d est un

Plus en détail

Utilisation d Excel et du site Internet BiostatGV pour réaliser quelques statistiques de base

Utilisation d Excel et du site Internet BiostatGV pour réaliser quelques statistiques de base Utilisation d Excel et du site Internet BiostatGV pour réaliser quelques statistiques de base Loïc Desquilbet Département des Sciences Biologiques et Pharmaceutiques Ecole nationale vétérinaire d Alfort

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue :

Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue : Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue : Bon courage! Exercice n 1 (.... / 4 points) : Maths et sécurité routière : Analyse

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION. http://www.worldvaluessurvey.org/wvs.jsp. Allouer la mémoire nécessaire pour pouvoir ouvrir la base

Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION. http://www.worldvaluessurvey.org/wvs.jsp. Allouer la mémoire nécessaire pour pouvoir ouvrir la base Marianne Tenand - TD d introduction à STATA Département d économie de l ENS (2015 2016) Séance 1 : Prise en main de STATA CORRECTION Base de données : World Values Survey (WWS) Issue d un projet de recherche

Plus en détail

Cours 9 08/11/2011. Les tableaux croisés et le test d indépendance du Chi-deux

Cours 9 08/11/2011. Les tableaux croisés et le test d indépendance du Chi-deux Cours 9 Les tableaux croisés et le test d indépendance du Chi-deux 1 Retour sur TP1 et Cours 8 Les tableaux croisés et le test du Chi-deux Utilité, postulats d utilisation et logique Exemple de calcul

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 ECGE 14 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 Exercice 1 Un dé parfaitement équilibré est lancé. Soit X la variable aléatoire (v.a.) correspondant au résultat obtenu avec le dé. a) Justifer pourquoi

Plus en détail

Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1

Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1 Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1 Caroline De Paoli Cours de TQF - février 2009 Un des objectifs principaux lorsqu on a une série de données qui varient dans le temps est de comprendre

Plus en détail

T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé)

T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé) T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé) Connaissances préalables : Buts spécifiques : Outils nécessaires : Consignes générales : Distribution de fréquences, proportions. Test d ajustement.

Plus en détail

Approche empirique du test χ 2 d ajustement

Approche empirique du test χ 2 d ajustement Approche empirique du test χ 2 d ajustement Alain Stucki, Lycée cantonal de Porrentruy Introduction En lisant des rapports, on rencontre souvent des raisonnements du style : «le premier groupe est meilleur

Plus en détail

Niveau. Situations étudiées. Type d activité. Durée. Objectifs

Niveau. Situations étudiées. Type d activité. Durée. Objectifs Fourchettes, non réponses, fausses réponses et redressements... : la cuisine mathématique des sondages Niveau Exercice 1 : 3 ème 2 nde. Exercice 2 : 3 ème 2 nde. Exercice 3 : Seconde ou première. Exercice

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

Annales Taux et indices

Annales Taux et indices Annales Taux et indices Terminale 8 STG - 2010/2011 Exercices 4 Exercice 1 Mercatique Pondichéry, avril 2007 On se propose, dans cet exercice, d étudier l évolution de la consommation d eau minérale des

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail

L analyse Factorielle des correspondances. 1/ Préambule descriptif de l AFC

L analyse Factorielle des correspondances. 1/ Préambule descriptif de l AFC L analyse Factorielle des correspondances...2 1/ Préambule descriptif de l AFC...2 Exemples de types de données que l AFC peut aborder:...2 Quelques types de tableaux traités par l AFC...3 2/ Exercice

Plus en détail

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Les problèmes posés par la loi du 30 juillet 2013 peuvent être classés en 4 catégories : - confirmations souhaitées - précisions souhaitées - modifications souhaitées

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

L analyse en composantes principales en pratique

L analyse en composantes principales en pratique L analyse en composantes principales en pratique Après avoir vu sa formalisation mathématique dans le module précédent, on s intéresse ici à l utilisation pratique de l ACP. 1 Objectifs L objectif de l

Plus en détail

Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition

Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition Savoir-faire : Proportion, pourcentage de répartition Considérons les (anciennes) offres d abonnement de The Economist: -Abonnement internet à $59 -Abonnement version papier $120 -Abonnement internet +

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+.

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+. Pourcentages A) Part pourcentage Soit E un ensemble à n éléments et A une partie de E ayant p éléments p Le pourcentage de A dans E est le nombre t tel que : t = n Exercice n 1 : Dans un lycée de 25 élèves,

Plus en détail

Problème 4: Les diagrammes suivants représentent la distribution de 4 variables discrètes X1, X2, X3 et X4 :

Problème 4: Les diagrammes suivants représentent la distribution de 4 variables discrètes X1, X2, X3 et X4 : Cours 5-62-96 : Traitement et analyse des données Test autodiagnostique PARTIE 1 : Problème 1 : Pour chacune des distributions ci-dessous, identifier la population et la variable étudiée en précisant si

Plus en détail

NOM et Prénom Classe de Cinquième Contrat 8 Année 2006 2007

NOM et Prénom Classe de Cinquième Contrat 8 Année 2006 2007 Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (55 ) Compte rendu : Remplissage de tableaux par proportionnalité : ok Comparaisons : On doit regarder les proportions et non les données brutes. Graphique : N oubliez

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014

COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014 COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014 Rapport adressé à la Fondation contre le Cancer GfK Belgium 2014 Comportement des fumeurs en Belgique 20 August 2014 1 Introduction : Contexte et objectifs Méthode

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

Pour un futur bachelier ES,les années lycée sont autant d étapes qui,

Pour un futur bachelier ES,les années lycée sont autant d étapes qui, Réussir ses années lycée Pour un futur bachelier ES,les années lycée sont autant d étapes qui, en matière d orientation, revêtent chacune leur importance. En tant qu année du passage vers l enseignement

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

LES BACTERIES. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

LES BACTERIES. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... LES BACTERIES Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séance et productions d élèves 1... 7 Narration de séance et productions d élèves 2... 10 1 Fiche

Plus en détail

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Version n 2 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Aurélie CAMM-CHAPEL OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour

Plus en détail

COURS 470 Série 11. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 11. Comptabilité Générale COURS 470 Série 11 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Exercices supplémentaires

Exercices supplémentaires Exercices supplémentaires Christophe Lalanne Emmanuel Chemla Exercices Exercice 1 Un grand magasin a n portes d entrée ; r personnes arrivent à des instants divers et choisissent au hasard une entrée indépendamment

Plus en détail

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases.

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases. TD Analyse de données pour l évaluation de l exposition Octobre 2014 1 Contexte et objectif du TD Pour réaliser une évaluation de l exposition d une population à un contaminant chimique, plusieurs sources

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

Le Saux Loïc Tanguy Brewal. Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps

Le Saux Loïc Tanguy Brewal. Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps Le Saux Loïc Tanguy Brewal Enquête d opinion sur la dégradation de la qualité de la télévision française dans le temps Traitement des enquêtes M1 ISC 2007/2008 Sommaire Introduction... 3 I ANALYSE DESCRIPTIVE

Plus en détail

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve...

Sommaire. Les pourcentages. Les suites. Statistiques. Les probabilités. Descriptif de l épreuve... Conseils pour l épreuve... Sommaire Descriptif de l épreuve............................................. Conseils pour l épreuve............................................ Les pourcentages FICHES Pages 1 Pourcentage Proportions....................................7

Plus en détail

Chapitre 6 TESTS STATISTIQUES

Chapitre 6 TESTS STATISTIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 6 TESTS STATISTIQUES Les tests statistiques sont des méthodes de la statistique inférentielle qui, comme

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Combien y a-t-il de "Tanguy" en Belgique?

Combien y a-t-il de Tanguy en Belgique? INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Combien y a-t-il de "Tanguy" en Belgique? par

Plus en détail

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale Annexe au mémoire présenté par BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la Loi sur l équité salariale Mars 2003 AVANT-PROPOS Cette annexe se veut un document complémentaire au

Plus en détail

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e

Semaine nationale des mathématiques 2015. Action académique liaison CM2-6 e Descriptif de l action : Semaine nationale des mathématiques 2015 Action académique liaison CM2-6 e Il s agit de proposer aux élèves d une classe de CM2 et d une classe de sixième associées de résoudre

Plus en détail

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version)

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version) Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Départs en retraite normale,

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Statistiques inférentielles : estimation

Statistiques inférentielles : estimation Statistiques inférentielles : estimation Table des matières I Estimation ponctuelle d un paramètre 2 I.1 Moyenne................................................ 2 I.2 Écart-type...............................................

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

Introduction à Excel

Introduction à Excel Introduction à Excel Commentaires : Cet exercice a pour but de vous apprendre les fonctions rudimentaires du logiciel excel. C est seulement par la pratique que vous connaîtrez parfaitement le logiciel.

Plus en détail

LES NOUVEAUX DÉFIS DE L ANPE

LES NOUVEAUX DÉFIS DE L ANPE C DANS L AIR LES NOUVEAUX DÉFIS DE L ANPE Réalisateur : Martin Frédéric France 5, Maximal Productions, 2005 Durée : 04min 22s Ce reportage, extrait du magazine d information C dans l air, présente l actuelle

Plus en détail

Enquête auprès des responsables de communication en Région Rhône- Alpes

Enquête auprès des responsables de communication en Région Rhône- Alpes LE REGARD DES DIRCOMS SUR LA CREATION PUBLICITAIRE Enquête auprès des responsables de communication en Région Rhône- Alpes Septembre 2006 L enquête a été réalisée à partir des fichiers des responsables

Plus en détail

Observatoire Européen de l infidélité

Observatoire Européen de l infidélité Communiqué de Presse Observatoire Européen de l infidélité Enquête sur les perceptions et les comportements des Européens en matière d aventures extra-conjugales Paris, le 26 février 2014. La France est-elle

Plus en détail

EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION

EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION PREFECTURE DE POLICE DIRECTION DE LA POLICE GENERALE SOUS-DIRECTION DE LA CITOYENNETE ET DES LIBERTES PUBLIQUES EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES USAGERS DU BUREAU

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

pour les professionnels Guide Pinterest Analytics

pour les professionnels Guide Pinterest Analytics Guide Pinterest Analytics Avec Pinterest Analytics, obtenez davantage d informations sur votre audience et sur ce que vous apporte Pinterest. Version 10.2015 Guide Pinterest Analytics 2 Table des matières

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

L étude d une situation pratique en droit des sociétés

L étude d une situation pratique en droit des sociétés Méthodologie Thème 1 1 Les conditions de l épreuve À l examen, l épreuve n 2 du DCG concernant le droit des sociétés et autres groupements dure trois heures (coefficient 1) et porte sur l étude d une ou

Plus en détail

S initier aux probabilités simples «Jets de dé»

S initier aux probabilités simples «Jets de dé» «Jets de dé» 29-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs - S entraîner à être capable de déterminer une probabilité. - S initier aux fractions. Applications En classe : envisager un résultat sous l angle d

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 214 Chaque année à la même période, la Banque nationale de Belgique publie les chiffres de la Centrale des Crédits aux particuliers.

Plus en détail

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel

Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles. Session 2014 exceptionnel Rapport du jury du concours externe et du troisième concours de recrutement de professeurs des écoles Session 2014 exceptionnel Partie mathématiques de la deuxième épreuve d'admissibilité Éléments statistiques

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles DOSSIER DE PRESSE Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles 1 1. Des chiffres effrayants Les chiffres de la BNB montrent que plus de la moitié 1 de la population majeure belge a au moins

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/paniers-requetes-intro

A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/paniers-requetes-intro A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Des paniers? De quoi s agit-il? Non, ce ne sont pas des paniers de shopping, mais l analogie est réelle! Lorsque

Plus en détail

Analyse de données M1 Statistique et économétrie - 2011 C. Herzet, V. Monbet Analyse Factorielle des Correspondances Multiples

Analyse de données M1 Statistique et économétrie - 2011 C. Herzet, V. Monbet Analyse Factorielle des Correspondances Multiples Analyse de données M1 Statistique et économétrie - 2011 C. Herzet, V. Monbet Analyse Factorielle des Correspondances Multiples 1 ACM avec R Plusieurs packages fournissent des outils permettant de réaliser

Plus en détail

Nouveaux Quartiers de la Politique de la Ville

Nouveaux Quartiers de la Politique de la Ville COMMISSARIAT GÉNÉRAL À L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES DIRECTION DES STRATÉGIES TERRITORIALES DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Nouveaux Quartiers de la Politique de la Ville CA Privas Centre Ardèche

Plus en détail

Fiche de révisions - Algorithmique

Fiche de révisions - Algorithmique Fiche de révisions - Algorithmique Rédigé par : Jimmy Paquereau 1. Généralités Algorithme : un algorithme est la description d une procédure à suivre afin de résoudre un problème donné. Il n est pas nécessairement

Plus en détail

Test de sélection du 4 juin 2013

Test de sélection du 4 juin 2013 Test de sélection du 4 juin 2013 Vous étiez 270 candidat-e-s à ce test de sélection, et 62 d entre vous (23%) participeront au stage olympique de Montpellier, du 19 au 29 août 2013, dont 12 filles : la

Plus en détail

Calculer la moyenne, arrondie au dixième, des buts marqués par match par l'équipe lors de cette saison.

Calculer la moyenne, arrondie au dixième, des buts marqués par match par l'équipe lors de cette saison. Énoncés Exercice 1 Le tableau ci-contre indique des grandeurs physiques et démographiques des territoires constituant la Mélanésie. 1. Rédiger une phrase commençant par «Il y a» et contenant le nombre

Plus en détail

Daniel DRAGUET. Depuis lors, les Agences Locales pour l Emploi n ont plus connu de changements importants.

Daniel DRAGUET. Depuis lors, les Agences Locales pour l Emploi n ont plus connu de changements importants. Le 23 mai 2008. Evolution du nombre de chômeurs occupés dans le cadre des Agences Locales pour l Emploi - ALE (Source : Rapport annuel de l Office National de l Emploi ONEM- 2007) Daniel DRAGUET Introduction

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Les chiffres-clés du volontariat en Belgique

Les chiffres-clés du volontariat en Belgique 1 Les chiffres-clés du volontariat en Belgique Source utilisée : La présente note de synthèse constitue un résumé du chapitre 3 de l'étude suivante : Dujardin, A., Loos, M., Gijselinckx, C. et Marée, M.

Plus en détail

SUJETS D ANNALES CORRIGÉS

SUJETS D ANNALES CORRIGÉS CRPE epreuves d'admissibilite_2015.qxp_concours 170x240 mercredi19/08/15 11:10 Page563 DEUXIÈME ÉPREUVE D ADMISSIBILITÉ, GROUPEMENT 3, SESSION 2014 Sujet 5 points au maximum pourront être retirés pour

Plus en détail