Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé"

Transcription

1 International Journal of Management Sciences Vol. 3, No. 9, 2014, Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé Habib Affes 1 Abstract La franchise a été largement considérée comme un moyen efficace pour développer les options entrepreneuriales. Cependant, un système de franchise n'est pas une garantie de succès sur le marché. En fait, un partenariat de franchise prospère doit s'appuyer sur une relation de franchise intime et forte. Dans un accord relationnel les franchiseurs et les franchisés sont généralement motivés à coopérer les uns avec les autres. En outre, un haut niveau de satisfaction des franchisés peut être obtenu par la présence d une meilleure qualité de la relation franchiseur-franchisé pérenne. Au cours des dernières décennies, il y a eu une immense vague d'intérêt sur le thème des relations de franchisage. Cependant, peu de recherches ont été menées pour déterminer les motifs du succès des relations de la franchise à long terme. En conséquence, notre étude porte sur les facteurs importants qui pourraient mener vers la pérennité de la franchise. Plus spécifiquement, cette recherche vise à décrire et expliquer un modèle conceptuel portant sur les déterminants du succès de la relation franchiseur-franchisé et son impact sur la performance de la franchise. Mots clés : Franchise, pérennité, coopération franchiseur-franchisé, performance. 1. Introduction Au cours des dernières années, le franchisage a considérablement acquis une popularité rayonnante partout dans le monde entier. Plusieurs travaux de recherches ont été a l avant-garde du développement des modalités d entreprendre des actions de franchise qui est un domaine transdisciplinaire de recherche en entrepreneuriat. (Dant et al, 2011 ; Mcdonnell et al, 2011 ; Sorenson and Sorensen, 2001 ; Swartz, 1999). Selon une acception purement économique, la franchise n a pas cesse de faire ses preuves et continue d être sollicitée par les hommes d affaires qui sont a la recherche de fructifier leurs richesses au moindre risque. Elle n a pas cesse aussi d attirer l attention des jeunes diplômés qui sont motives par le lancement de nouveaux projets. Les pays les plus connus en matière de cette pratique sont États-Unis (US), le Royaume- Uni (UK), le Canada, l'australie, la France et le Japon (Mendelsohn, 1999). C est une nouvelle option dans le domaine de l entrepreneuriat qui peut prendre différentes facettes stratégiques, industrielles, de service tout en présentant des configurations organisationnelles et contractuelles multiples. (Frazer, 2002). Les formes les plus célèbres en la matière se situent dans le cadre des activités de commerce, de la restauration (McDonald, Pizza Hut, Taco Bell), des divertissements (Marriott Hôtels), de l immobilier (RE / MAX) et des magasins portant des labels commerciaux et bien réputés dans l ère de la globalisation (Lee et Karkovista, 2001). C est dans ce cadre que s inscrit notre problématique que nous pouvons résumer ainsi. En effet, selon ce qu ont affirmé albe et al. (1998), Le franchisage ou le franshising correspond bien a un acte entrepreneurial dans le sens ou il contribue a la création de la valeur, a l exploitation et ou l exploration des opportunités et a l impulsion d une nouvelle organisation. «D une façon générale, il constitue un arrangement contractuel entre deux firmes indépendantes dans lequel le franchisé achète le droit d utiliser et de commercialiser des biens ou des services sous la marque du franchiseur. En effet Business format franchising est la forme la plus couramment étudiée de la franchise» (Nijmeijer et al, 2014). 1 Associate Professor in business administration faculty of business administration Jizan University- kingdom of Saudi Arabia 2014 Research Academy of Social Sciences 695

2 H. Affes Selon cette entente ou coopération, les franchisés peuvent profiter aussi de plusieurs types de soutien a savoir la façon de faire fonctionner le projet, l utilisation des manuels techniques, l apprentissage, la stratégie de coopération et le choix du lieu d implantation. Cependant ces franchisés seront obligés de régler des frais de démarrage des royalties continuelles et constantes et ils doivent respecter les normes de gestion imposées par le franchiseur (Falbe et Welsh 1998; Komoto 2005). Néanmoins, l option de franchise n est pas toujours synonyme de réussite. Elle est toujours astreinte a faire face a la concurrence vécue dans le pays d implantation. Selon White (2010), le taux d'échec de nouvelles initiatives de franchise est très volatil. Donc, l échec stratégique ou opérationnel en la matière est très plausible (Nijmeijer et al, 2014). D après Mcdonnell et al. (2011). En outre, les critères qui ont été souvent mobilisés pour expliquer le fondement conceptuel de la relation au niveau de la franchise sont la satisfaction des franchisés qui sont continuellement contrôlés (Hing, 1995, 1997), la qualité de la relation entre les cocontractants (Frazer, 2002), les malentendus (Frazer et Terry, 2002) et les critères de sélection du franchisé (Clarkin et Swavely, 2006). Cependant le succès de la franchise dépend entre autre de la robustesse des entre les partenaires (Nathan, 2000). La collaboration étroite entre les franchiseurs et les franchisés doit ressembler a celle qu on rencontre au sein d une équipe de travail bien soudée en quête d objectifs communs (Brown et Chekitan, 1997). Selon Mcdonnell et al. (2011), «Comment créer une relation coopérative de la franchise à long terme entre les franchiseurs et les franchisés est devenue une question importante en vue d'accroître l'avantage concurrentiel d un réseau de franchise». C est d ailleurs notre souci dans le présent travail de recherche qui tente entre autre de décrire et d expliquer les déterminants qui sont derrière toutes stratégies de coopération pérenne de franchise entre les franchisés et les franchiseurs afin de garantir sa performance. 2. La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé Dans ce contexte nous passons en revue, en faisant référence aux quelques recherches préalables, les éléments constitutifs de la relation franchiseur-franchisé. En effet, parmi les dimensions caractéristiques de la nature de la relation franchiseur-franchisé, qui ont été constamment citées dans la littérature, sont la confiance, l'engagement, l opportunisme et la qualité de la relation (Morgan et Hunt, 1994; Jarvelin et Lehtinen, 1996; Smith, 1998; Boles, Johnson et Barksdale, 2000 ; Wong et Sohal, 2002, 2006 ; Monroy et Alzola, 2005). Bien qu'il existe de différentes conceptualisations de la nature de la relation, il est souvent convenu que des niveaux élevés de confiance et d'engagement sont les dimensions essentielles de la nature de la relation (Beatson et al, 2008). Dans leur modèle engagement-confiance, Morgan et Hunt (1994) ont tenté de construire un modèle de la relation du comportement d'échange en marketing. Le modèle suggère que l'engagement de la relation et la confiance sont les variables les plus importantes dans le marketing relationnel. Dans ce cadre, plusieurs recherches ont qualifié la contextualisation simultanée de ces deux construits dans la relation de la franchise de la combinaison valide (Chiou et al, 2004; Davies et al, 2009; Harmon et Griffiths, 2008). Par exemple, Doherty et Alexander (2004) proposent la confiance et l'engagement comme les éléments de base de consolidation de la relation franchiseur-franchisé. De plus, Davies et al. (2009) font valoir la confiance comme un attribut intégral vers la réalisation de la conformité des franchisés, la congruence des objectifs et la satisfaction qui en résulte dans la relation de la franchise. En outre, Wright et Grace (2011) confirment dans leurs travaux que la confiance et l'engagement constituent les construits fondamentaux de la relation franchiseur-franchisé grâce à une communication continue et efficace, mais sont précédés par la nature du franchisé, la personnalité du franchiseur et la congruence des objectifs. Morgan et Hunt (1994) définissent l'engagement de la relation comme une relation durable entre les partenaires, jugé assez important pour exercer un maximum d'efforts pour la soutenir. Par ailleurs, la confiance dyadique nécessite des échanges mutuels de confiance et d'intégrité (Harmon et Griffiths, 2008; Davies et al, 2009). Aussi, les résultats théoriques de ces études montrent une corrélation positive entre les variables clés des avantages de la relation franchiseur-franchisé et l'engagement, la communication et la confiance (Morgan et Hunt, 1994; Harmon et Griffiths, 2008). Par conséquent, l'engagement et la confiance au sein des relations, souvent marquées par des incertitudes, sont une facette intégrale dans la promotion de l'efficience, la productivité et l'efficacité. 696

3 International Journal of Management Sciences Après avoir identifié les variables descriptives de la relation franchiseur-franchisé (notamment, l engagement et la confiance), il nous convient par la suite d'étendre le modèle de relations en examinant les antécédents du couple confiance-engagement. 3. Les Antécédents De La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé En se basant sur la littérature antérieure, nous pouvons distinguer essentiellement deux variables antécédentes majeures de la nature de la relation franchiseur-franchisé, à savoir : l assistance du franchiseur et la communication. Dans les activités de construction des relations en Marketing, la communication est considéré comme l'un des éléments clés de l'établissement et le maintien de bonnes relations de réseaux (Falbe et gallois 1998; Duncan et Moriarty, 1997; Anderson et Narus 1990; Mohr et Nevin 1990). Plusieurs articles empiriques dans la gestion de la franchise soulignent également que la communication est la voie de relations solides de la franchise (Kane, 2001; Laurie 2000; Mubleman 1996; Allen, 1994).En effet, la communication est un outil important pour les franchiseurs afin de maintenir des relations réussies avec les franchisés. Tel que défini par Duncan et Moriarty (1998), la communication est une activité humaine qui relie les gens et crée les rapports. Cette activité humaine est très importante pour créer la confiance et l'engagement entre les parties de l'échange. D ailleurs, la relation entre la communication et la confiance est largement souligné dans la littérature passée (Anderson et Narus 1990; Bialaszewski et Giallourakis 1985). Anderson et Narus (1986) ont proposé que la communication véritable entre les entreprises dans un travail en partenariat soit un antécédent nécessaire de la confiance. Duncan et Moriarty (1998) ont également affirmé que la confiance est un produit de la communication. De plus, au niveau d un système de la franchise, les franchiseurs doivent fournir aux franchisés différents types d'assistance, telles que la formation et les directives opérationnelles. En contrepartie, les franchisés doivent évaluer plusieurs indices explicites et implicites d'un franchiseur pour construire progressivement la confiance (Doney et Cannon, 1997). Par conséquent, si les franchisés évaluent les assistances de services rendus par un franchiseur d'une façon favorable, ils auront plus de confiance dans le franchiseur. Finalement, la communication peut non seulement établir la confiance mutuelle mais peut aussi réduire les conflits dans les relations franchiseur-franchisé. Dans la même veine, les services fournis par le franchiseur constituent la base de l'amélioration de la qualité des relations de franchisage (Teixeira, 1994). Par conséquent, les services offerts par le franchiseur et la communication ont, à la fois, un rôle important dans l'établissement de la confiance et de l'engagement global des franchisés. 4. La Performance De La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé Un système de la franchise comporte essentiellement un réseau de relations interdépendantes (Lashley, 2000). Ainsi, le succès d'un tel système est basé sur la force de chaque relation de la franchise (Nathan, 2000; Weaven et al, 2010). Comprendre, donc, la qualité de la relation avec les partenaires de la franchise est une méthode nécessaire pour maintenir et renforcer ces relations à long terme (Chiou et al, 2004). Et pour renforcer cette relation, les franchiseurs et les franchisés doivent travailler ensemble comme une équipe dans la poursuite de leurs objectifs communs (Brown et Chekitan, 1997). La cohésion de l équipe en question doit être pérenne (Monroy et Alzola, 2005; Lvens et Pardo, 2007 ; Baucus et al. 1996). D autre part, McDonnell et al. (2011) présagent que la présence d un environnement coopératif est très pertinente pour la performance de la coopération en question. Cependant, (Davies et al,2011 ; Kramer et Tyler, 1996; Smith et al, 1995) ont mis en exergue l inéluctabilité du facteur confiance pour la perspicacité du travail du franchisé et l engagement du franchiseur dans le système de franchise qui est très complexe dans son appréhension sur le plan théorique et empirique. Enfin, il ne va pas sans dire que la satisfaction mutuelle des deux parties est une condition importante pour le succès de la franchise (Weaven et al, 2010). En effet, Zelihaever (2012) définit la satisfaction comme le contentement globale de l'organisation focale (le franchisé) en fonction de sa relation avec une autre partie (le franchiseur). La satisfaction a été considérée comme un élément important des relations d'échanges par plusieurs chercheurs (Dwyer, 1980; 697

4 H. Affes Roh et Yoon, 2009). De plus, la satisfaction souligne l'importance d'un accord mutuel entre le franchiseur et le franchisé en termes d'obligations contractuelles, la compatibilité des objectifs, et la perception de l'équité qui sont essentielles à la préservation de la relation (Zelihaeser, 2012). Comme le déclarent Hunt et Nevin (1974), les implications positives de la satisfaction sont : un bon moral, une plus grande coopération, moins de cessation de relations, moins de poursuites judiciaires, et une plus faible probabilité de chercher une législation de protection. En outre, Lusch (1976) soutient que la satisfaction contribue à réduire les conflits intra-système et favorise une plus grande efficacité du réseau. Chiou et al. (2004) ajoutent également que les franchisés satisfaits seront fidèles au franchiseur, conduisant à un réseau de franchise solide et à la réduction des conflits entre le franchiseur et le franchisé. Ces résultats ont, donc, un impact positif sur la nature de la relation à long terme. Cela suggère que, lorsque les franchisés soient satisfaits de leur franchiseur leur niveau de fidélité augmente. 5. La Coopération Entre Franchiseur Et Franchisé Conformément à Lashley (2000), un système de franchise représente essentiellement une relation d'interdépendance. Cette relation interdépendante est largement considéré comme une relation durable (Frazer, 2003; Monroy et Alzola, 2005). Généralement, le franchiseur et le franchisé signent ensemble le contrat pour remplir des obligations mutuelles sur des longues périodes (Frazer, 2003; Clarkin et Swavely, 2006). Ce qui rend impératif la présence d un climat de coopération entre les franchiseurs et les franchisés pour l assurance d une relation fructueuse à long terme (McDonnell et al, 2011). Comme il est indiqué par Doucette et Wiederholt (1997), la coopération peut être considérée comme le processus par lequel les entreprises poursuivent leurs propres objectifs et gardent leur autonomie tout en orientant leurs actions vers des résultats communs. La coopération, selon Zelihaeser (2012), permet aux entreprises de trouver des moyens de: - Coordonner la planification, la communication et la prise de décision, - l'organisation de la structure de gain de sorte que chaque entreprise peut justifier des objectifs communs en utilisant leurs propres critères. Une coopération étroite entre le franchiseur et le franchisé est essentielle pour établir une relation réussie de la franchise à long terme. Les relations de franchisage sont des relations typiques de coopération qui sont à long terme (McDonnell et al, 2011). Enfin, comme le prouve Morgan et Hunt (1994), l'avantage de la coopération dans un réseau est le succès de la relation. Par conséquent, Les relations de grande qualité doivent reposer sur une coopération judicieusement renforcée entre le franchiseur et le franchisé. Pour synthétiser, Il est proposé que le succès de la relation franchiseur-franchisé repose sur la robustesse de la relation de la franchise. Cette étude se concentre essentiellement sur trois construits qui sont proposés comme des facteurs critiques dans le maintien d'une relation franchiseur-franchisé réussie à long terme a savoir: la nature de la relation (engagement-confiance), la performance de la relation (coopération des contractants et la satisfaction du franchisé) et les antécédents de la nature de la relation (support du franchiseur et communication). Le Couple Confiance-Engagement Comme Déterminant Du Succès De La Relation Franchiseur- Franchisé Dans le Domaine de la franchise la nature de la relation peut être considérée comme un indicateur important pour déterminer le succès d'une relation de coopération durable (McDonnell, 2011). La Confiance L'intérêt pour la confiance dans les organisations doit s'accroître sans cesse car aujourd'hui les hommes d affaires vivent dans une ère où les organisations sont en quête de nouvelles et différentes façons pour promouvoir la coopération avec les personnes, les groupes et les organisations pour améliorer la valeur comptable et financière des projets a créer (Zelihaeser, 2012). La variable relationnelle matérialisée par la 698

5 International Journal of Management Sciences confiance, semble être un mécanisme permettant de faciliter la coopération et susciter un engagement inconditionnel dans la relation de franchise. (Wright et Grace, 2011). En fait, Parck et Hulbert (1995) ont déduit a l issu de leurs travaux, que ceux qui accordent la confiance aux autres eu égard a la qualité des services qu ils offrent, éprouvent une propension importante a la coopération au fil du temps. Ces deux auteurs ont indiqué que les niveaux les plus élevés de confiance conduisent à une coopération inconditionnelle dans les situations de franchise. Anderson et Narus (1990) ont proposé que la confiance d'un distributeur (le franchisé) envers un fabricant (le franchiseur) augmente la coopération et réduit les conflits entre eux. Dans le même ordre d idées, Altinay et al, (2014) sont arrives à prouver que la confiance est déterminante pour la satisfaction généralisée des franchisés au sein du réseau de franchise tout entier. En outre, derlund et Julander (2003) ont prouve qu il existe une relation positive entre la confiance et la satisfaction. Cependant ceci ne peut pas compenser les effets négatifs d'une mauvaise qualité des services aux yeux des clients Chiou et al (2004). Par conséquent, il est évident que la confiance du franchisé et du franchiseur dans le projet de coopération a une incidence positive sur sa satisfaction générale envers le système de la franchise. C est ainsi que ce dernier devient pour les partenaires déjà cites comme une opportunité a explorer et a exploiter. 6. Engagement Une autre dimension capturée de la nature de la relation est l'engagement. Cette variable se veut comme un concept central de l'échange relationnel entre l'organisation et ses partenaires (Morgan et Hunt, 1994). Plusieurs études ont noté que l'engagement est une variable essentielle pour la réussite des relations de cooperation (Dwyer et al, 1987; Ganesan, 1994; Mohr et Spelman, 1994; Morgan et Hunt, 1994; Werner, 1997). Dans leur étude, Rosson et Ford (1982) ont déclaré que les relations fructueuses ont été caractérisées par l'engagement ainsi que par des niveaux faibles de tensions et de désaccords inter sociétés. L'engagement de la relation joue un rôle essentiel dans le maintien d'une relation de franchisage à long terme. Un haut niveau d'engagement des franchisés peut stabiliser les relations de la franchise. En outre, l'engagement peut avoir un impact direct sur la coopération et la rentabilité (Andaleeb, 1996; Anderson, Fornell et Rust, 1997). Plusieurs chercheurs ont décrit de nombreuses définitions de l'engagement. En fait, cette variable est considérée comme le désir du franchisé à poursuivre les relations avec leur franchiseur en raison d'une convenance ou d'une attitude positive, accompagnée par la volonté du franchisé de faire des efforts au maintien de la relation de la franchise. D après la littérature, il est supporté donc que l'engagement a un impact direct sur la coopération et la rentabilité (Andaleeb, 1996; Anderson, Fornell et Rust, 1997). Les chercheurs reconnaissent largement l'engagement comme un déterminant clé des relations de haute qualité (Wulf et al, 2001). Il est non seulement un élément important pour le maintien d'une relation de franchise réussie, mais aussi c'est l'expression de la volonté du franchisé de s'engager dans une relation avec leur franchiseur (Frazer, 2003). Dans l'ensemble, l'engagement aboutit souvent à la coopération et améliore la rentabilité (Andaleeb, 1996; Petison et Johri, 2008). A ce niveau nous pouvons émettre les deux hypothèses de base a valider a savoir : H1 : Les antécédents de la nature de la relation franchiseur-franchisé a un impact positif sur la nature de la relation franchiseur-franchisé H2 : La nature de la relation franchiseur-franchisé a un impact positif sur la performance de la relation franchiseur-franchisé 699

6 H. Affes Figure 1 : Le Modèle Conceptuel De La Recherche Les antécédents de la nature de la relation franchiseurfranchisé -Assistance offerte par le franchiseur -Communication H1 La nature de la relation franchiseurfranchisé -Confiance -Engagement H La performance de la relation franchiseurfranchisé -Satisfaction du franchisé -Coopération des partenaires Dans le Domaine de la franchise la nature de la relation peut être considérée comme un indicateur important pour déterminer le succès d'une relation de coopération durable (McDonnell, 2011). Mais encore faut-il vérifier le bien fonde des hypothèses correspondantes. C est ce qui fera l objet d un travail empirique se basant sur une méthodologie hypothéticodéductive dans le contexte économique, entrepreneurial, concurrentiel et culturel tunisien. 7. Conclusion Les développements théoriques formulés dans cet article apportent un éclairage des éléments susceptibles d aboutir au succès de la relation franchiseur-franchisé. Dans notre cadre de recherche, deux points méritent, spécifiquement, d être soulignés, - Notre recherche considère les variables engagement et confiance en tant que dimensions clés de la nature de la relation franchiseur-franchisé. Les analyses théoriques supportent des corrélations positives entre la nature de la relation franchiseur-franchisé et la coopération dans la relation et la satisfaction des franchisés. Autrement dit, une bonne qualité de la relation franchiseur-franchisé, conceptualisée par des niveaux élevés de confiance et d engagement, aboutissent au renforcement du comportement de coopération entre les contractants et suscite de même un sentiment de contentement des franchisés avec le partenariat de la franchise. Ces deux manifestations présentent, selon nous, des leviers fondamentaux de la force de la qualité de la relation franchiseur-franchisé. De ce fait, il convient de parler du couple engagement-management en tant que déterminant essentiel du succès de la relation franchiseur-franchisé. - Notre recherche a circonscrit des variables antécédentes à la nature de la relation franchiseurfranchisé. En fait, la littérature passée montre deux facteurs clés, qui sont constamment considérés comme des précurseurs du couple confiance-engagement : L assistance offerte par le franchiseur et la communication. Par conséquent, dans un climat d échange relationnel favorisant l ouverture et la flexibilité de la communication entre les parties, la confiance et l engagement dans la relation se prévalent tout en assurant une forte qualité de transactions à long terme. De même, tout service de support et de soutien, fourni par le franchiseur et apprécié comme valorisant par un franchisé, est capable de renforcer des bons rapports entre les parties qui se traduisent par des niveaux supérieurs de confiance mutuelle et de satisfaction des franchisés. 700

7 References International Journal of Management Sciences Allen, N. J. & Meyer, J. P. (1990).The Measurement and Antecedent of Affective, Continuance and Normative Commitment to the Organization. Journal of Occupational Psychology, 63, Anderson, J. C. & Narus, J. A. (1990).A model of distributor firm and manufacturer firm working relationships. Journal of Marketing, 54(1), Andaleeb, S. S. (1996). An experimental investigation of satisfaction and commitment in marketing channels: the role of trust and dependence. Journal of Retailing, 72(1), Boles, J. S., Johnson, J. T. &Barksdale, H. C. (2000).How salespersons build quality relationship: a replication and extension. Journal of Business Research, 48(1), Baucus, D. A. & Baucus, M. S. (1997). Variations in base fees and royalties in franchising contracts. Franchising Research: An international Journal, 2(1), Brown, J. B. &Chekitan, S. D. (1997).The franchisor-franchisee relationship. Cornell Advancing Service Quality: A Global Perspective. Leth bridge: Warwick Printing Company Clarkin, J. E. & Swavely, S. M. (2006).The importance of personal characteristics in franchisee selection. Journal of Retailing and Consumer Services, 13, Chiou, J., Hsieh, C., & Yang, C. (2004).The effect of franchisors' communication, service assistance, and competitive advantage on franchisees' intentions to remain the franchise system. Journal of Small Business Management, 42(1), Davies, P., Lassar, W., Manolis, C., Prince, M., & Winsor, D. (2011).A model of trust and compliance in franchise relationships Journal of Business Venturing, 26(3), Dant, R.P, Grünhagen, M and Windsperger, J. (2011), Franchising research frontiers for the twenty-first century, Journal of Retailing, Vol. 87 No.3, pp Doney, P. M. & Cannon, J. P. (1997).An examination of the nature of trust in buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 61(2), Dwyer, F. R., Schurr, P. H., & Oh, S. (1987).Developing buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 51(2), Davies, M.A.P., Lassar, W., Manolis, C., Prince, M. and Winsor, R.D. (2009), A model of trust and compliance in franchise relationships, Journal of Business Venturing, pp Doherty, A. and Alexander, N. (2004), Relationship development in international retail franchising, European Journal of Marketing, Vol. 38 No. 9, pp Frazer, L. &Weaven, S. (2002). Franchising Australia 2002, Griffith University: Brisbane. Frazer, L. (2003), Franchising. In McColl-Kennedy, J. R. (ed.), Services marketing: amanagerial approach (pp ). Milton: John Wiley & Sons. Frazer, L. & Terry, A. (2002). Factors affecting franchise agreement terminations: lessons for the franchising sector. Journal of small business strategy, 13(1), Ganesan,S. (1994).Determinants of long-term orientation in buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 58(2), Hing, N. (1995). Franchisee Satisfaction: Contributions and Consequences. Journal of Small Business Management, 33(2), Harmon, R., & Griffiths, A. (2008). Franchisee perceived relationship value. Journal of Business & Industrial Marketing, 23(4), Jarvelin, A &Lehtinen, U. (1996).Relationship quality in business-to-business servicecontext. In Edvardsson, B., Brown, S.W., Johnston, R.&Scheuing, E.E. (Eds),QUIS 5Hoteland Restaurant Administration 701

8 Quarterly, 38(6), , H. Affes Markus Blut, Christof Backhaus, Tobias Heussler, David M. Woisetschläger,HeinerEvanschitzky, Dieter Ahlert (2011), What to Expect After the Honeymoon: Testing a Lifecycle Theory of Franchise Relationships. Journal of Retailing 87 (3), John McDonnell, Amanda Beatson and Chih-Hsuan Huang (2011), Investigating relationships between relationship quality, customer loyalty and cooperation : An empirical study of convenience stores franchise chain systems. Journal of Marketing and Logistics Vol. 23 No. 3, pp John Velentzas, Georgia Broni (2013), The Business Franchise Contract As A Distribution Marketing System: Free Competition And Consumer s Protection. Procedia Economics and Finance 5, Karlijn J. Nijmeijer, Isabelle N. Fabbricotti1 and RobbertHuijsman (2014), Making FranchisingWork: A Framework Based on a Systematic Review. International Journal of Management Reviews, Vol. 16, Kane, J. R. (2001). Communication: The Road to Solid Franchisee Relations. FranchisingWorld, 33, LeventAltinay, Maureen Brookes,MelihMadanoglu,GurhanAktas (2014), Franchisees' trust in and satisfaction with franchise partnerships.journal of Business Research 67 (2014) Lvens, B. S. &Pardo, C. (2007). Are key account relationships different? Empirical results on supplier strategies and customer relations. International Marketing Management, 36, Lee, J &Karkoviata, L. (2001).Fast track to growth. Asian Business, 37(12), Lusch, R. (1976). Sources of power: their impact on intrachannel conflict. Journal ofmarketing Research, 13, Laurie, C. (2000). Partners for the Millennium.Franchising World, 32, Mubleman, J. (1996). The FranchiseRelationship Channel.Franchising World, 28, Monroy, M. F. &Alzpla, L. M. (2005).An analysis of quality management in franchisesystems. European Journal of Marketing, 39(5/6), Mohr, J. & Spelman, R. (1994). Characteristics of partnership success: partnership attributes, Communicationbehaviour, and conflict resolution techniques. Strategic Management Journal,15(2), Mendelsohn, M. (1999). The guide to franchising, (6th ed.). London: Cassell. Morgan, R. and Hunt, S. (1994), The commitment-trust theory of relationship marketing, Journal of Marketing, Vol. 58 No. 3, pp Nathan, G. (2000). Profitable Partnerships. Brisbane: Nathans Corporate Psychology. Owen Wright and Anthony Grace (2011), Trust and commitment within franchise systems: an Australian and New Zealand perspective. Asia Pacific Journal of Marketing and Logistics Vol. 23 No. 4, pp Rosson, P. J. & Ford, I.D. (1982). Manufacturer-overseas distributor relations and exportperformance. Journal of International Business Studies, 13, SarantinoudiIoanna, Karamanoli Maria (2013), Information transfer through training in franchising enterprises. Procedia- Socialand Behavioral Sciences Sorenson, O., &Sørensen, J. (2001).Finding the right mix: Franchising, organizational learning, and chain performance. Strategic Management Journal, 22(6/7), Smith, B. (1998). Buyer-Seller relationships: bonds, relationship management, and sex-type. Canadienne Journal of Administration Sciences, 15(1), Withane, S. (1991).Franchising and franchisee behavioran examination of opinions, characteristics, and 702

9 International Journal of Management Sciences motives of Canadian franchisee entrepreneurs. Journal of Small Business Management, 29 (1), Wong, A. &Sohal, A. S. (2002).An examination of the relationship between trust,commitment and relationship quality. International Journal of Retail & DistributionManagement, 30(1), impact on customers. The Service Industries Journal, 28(2), Weaven, S., Frazer, L. and Giddings, J. (2010), New perspectives on the causes of franchising conflict in Australia, Asia Pacific Journal of Marketing and Logistics, Vol. 22 No. 2, pp Werner, S. (1997). Relational purchasing behavior : Forms and determinants. Wiesbaden:GablerVerlag. ZelihaEser (2012), Inter-organizational trust in franchise relationships and the performance outcomes The case of fast-food restaurants in Turkey. International Journal of Contemporary Hospitality Management Vol. 24 No. 5, 2012 pp

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

La confiance, facteur de protection et développement

La confiance, facteur de protection et développement Association canadienne pour la santé mentale Division du Québec 911, rue Jean-Talon Est, bureau 326, Montréal (Qc) H2R 1V5 Tél. 514-849-3291 Téléc. 514-849-8372 Courriel : info@acsm.qc.ca Site : www.acsm.qc.ca

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Howard H. Stevenson Sarofim-Rock Professor Harvard University Le 5 octobre 2007 Harvard Business School 2007 1 Une longue histoire Premières recherches

Plus en détail

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Manuscrit auteur, publié dans "27ÈME CONGRES DE L'AFC, Tunisie (2006)" Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Kaïs LASSOUED

Plus en détail

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 Professeur: Harold Boeck, Ph.D. Courriel : Boeck.Harold@uqam.ca Cours: jeudi 9h30 à 12h30 Salle de

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie APPRENTISSAGE Une insertion professionnelle réussie L APPRENTISSAGE À NEOMA BUSINESS SCHOOL Pascal Choquet Responsable Apprentissage NEOMA Business School «L apprentissage est reconnu comme le meilleur

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat Département d administration de la santé Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat 2015 Programme de mentorat s adressant aux diplômés en administration de la santé de l Université

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

Étude Scientifique sur le Franchisage International

Étude Scientifique sur le Franchisage International Vienne, le 16 Mars 2015 Faculté de commerce, de l'économie et de la statistique Département de Gestion Oskar Morgenstern Platz 1, 1090 Vienne, Autriche Prof. Josef Windsperger: josef.windsperger@univie.ac.at

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 3 (1), 2014 Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Rapport

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Gouvernance des Technologies de l Information

Gouvernance des Technologies de l Information Walid BOUZOUITA Auditeur Interne secteur des télécommunications CISA, ITIL walid.bouzouita@ooredoo.tn Gouvernance des Technologies de l Information 08 Mai 2014, Maison de l Exportateur Implémenter la

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL Trimestre : Hiver Responsable du cours : Michel Zins 1. INTRODUCTION MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 Ce cours est obligatoire pour les étudiants

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE convictions et engagements GRADIAN A ÉTÉ CRÉÉE EN 1978, EN FRANCE ET EN SUISSE, PAR UNE ÉQUIPE D INGÉNIEURS AYANT ACQUIS UNE SOLIDE EXPÉRIENCE, PARTAGEANT UNE FORTE

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

Contextes et modèles des soins de santé primaires et leurs effets sur les relations interprofessionnelles

Contextes et modèles des soins de santé primaires et leurs effets sur les relations interprofessionnelles Contextes et modèles des soins de santé primaires et leurs effets sur les relations interprofessionnelles Avril 2012 Cathie Scott, Ph.D. Laura Lagendyk, M.Sc. au nom de l équipe CoMPaIR Canadian Health

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Sciences et Technologies du Management et de la Gestion 1 À la rentrée, la série STMG remplace STG La place de la série STG / STMG Le sens de cette rénovation Les contenus d enseignement 2 La place de

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16 Table des matières PRÉFACE... 5 Patrice Roussel AVANT-PROPOS ET REMERCIEMENTS... 11 Sylvie Saint-Onge et Victor Y. Haines III CHAPITRE 1 LA GESTION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS ET DES PERSONNES..

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL

DOCUMENT CONFIDENTIEL DOCUMENT CONFIDENTIEL Comment devenir franchisé du leader des cocktails bar en Europe. SOMMAIRE Présentation du concept JAMAICA HAPPY PUB Les 11 points forts du concept JAMAICA HAPPY PUB Profil candidat

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur

SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur Nathalie DUBOST, I.A.E Orléans Claire GAUZENTE, Université d Angers Véronique GUILLOUX, I.A.E Poitiers Michel KALIKA,

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Indorama Ventures Public Company Limited

Indorama Ventures Public Company Limited Indorama Ventures Public Company Limited Politique d administration d'entreprise (Approuvé par le Conseil d'administration du No.1/2009 en date du 29 septembre 2009) MESSAGE DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard Les stratégies marketing de rétention r de clientèle: le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d marketing Par Martin

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Version État Date de publication

Version État Date de publication Titre Propriétés Type de ressource Niveau Matière Description Proposition de progression en 1 ère année de STS management des entreprises Progression STS 1 ère année Public Professeur Description Thème

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Spécialiste d achat/ approvisionnement

Spécialiste d achat/ approvisionnement Cours de préparation à l examen professionnel Spécialiste d achat/ approvisionnement avec brevet fédéral Scannez ce code avec votre smartphone pour plus d informations ou consultez notre site www.procure.ch

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail