Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé"

Transcription

1 International Journal of Management Sciences Vol. 3, No. 9, 2014, Les Déterminants Du Succès De La Relation Franchise Ur-Franchisé Habib Affes 1 Abstract La franchise a été largement considérée comme un moyen efficace pour développer les options entrepreneuriales. Cependant, un système de franchise n'est pas une garantie de succès sur le marché. En fait, un partenariat de franchise prospère doit s'appuyer sur une relation de franchise intime et forte. Dans un accord relationnel les franchiseurs et les franchisés sont généralement motivés à coopérer les uns avec les autres. En outre, un haut niveau de satisfaction des franchisés peut être obtenu par la présence d une meilleure qualité de la relation franchiseur-franchisé pérenne. Au cours des dernières décennies, il y a eu une immense vague d'intérêt sur le thème des relations de franchisage. Cependant, peu de recherches ont été menées pour déterminer les motifs du succès des relations de la franchise à long terme. En conséquence, notre étude porte sur les facteurs importants qui pourraient mener vers la pérennité de la franchise. Plus spécifiquement, cette recherche vise à décrire et expliquer un modèle conceptuel portant sur les déterminants du succès de la relation franchiseur-franchisé et son impact sur la performance de la franchise. Mots clés : Franchise, pérennité, coopération franchiseur-franchisé, performance. 1. Introduction Au cours des dernières années, le franchisage a considérablement acquis une popularité rayonnante partout dans le monde entier. Plusieurs travaux de recherches ont été a l avant-garde du développement des modalités d entreprendre des actions de franchise qui est un domaine transdisciplinaire de recherche en entrepreneuriat. (Dant et al, 2011 ; Mcdonnell et al, 2011 ; Sorenson and Sorensen, 2001 ; Swartz, 1999). Selon une acception purement économique, la franchise n a pas cesse de faire ses preuves et continue d être sollicitée par les hommes d affaires qui sont a la recherche de fructifier leurs richesses au moindre risque. Elle n a pas cesse aussi d attirer l attention des jeunes diplômés qui sont motives par le lancement de nouveaux projets. Les pays les plus connus en matière de cette pratique sont États-Unis (US), le Royaume- Uni (UK), le Canada, l'australie, la France et le Japon (Mendelsohn, 1999). C est une nouvelle option dans le domaine de l entrepreneuriat qui peut prendre différentes facettes stratégiques, industrielles, de service tout en présentant des configurations organisationnelles et contractuelles multiples. (Frazer, 2002). Les formes les plus célèbres en la matière se situent dans le cadre des activités de commerce, de la restauration (McDonald, Pizza Hut, Taco Bell), des divertissements (Marriott Hôtels), de l immobilier (RE / MAX) et des magasins portant des labels commerciaux et bien réputés dans l ère de la globalisation (Lee et Karkovista, 2001). C est dans ce cadre que s inscrit notre problématique que nous pouvons résumer ainsi. En effet, selon ce qu ont affirmé albe et al. (1998), Le franchisage ou le franshising correspond bien a un acte entrepreneurial dans le sens ou il contribue a la création de la valeur, a l exploitation et ou l exploration des opportunités et a l impulsion d une nouvelle organisation. «D une façon générale, il constitue un arrangement contractuel entre deux firmes indépendantes dans lequel le franchisé achète le droit d utiliser et de commercialiser des biens ou des services sous la marque du franchiseur. En effet Business format franchising est la forme la plus couramment étudiée de la franchise» (Nijmeijer et al, 2014). 1 Associate Professor in business administration faculty of business administration Jizan University- kingdom of Saudi Arabia 2014 Research Academy of Social Sciences 695

2 H. Affes Selon cette entente ou coopération, les franchisés peuvent profiter aussi de plusieurs types de soutien a savoir la façon de faire fonctionner le projet, l utilisation des manuels techniques, l apprentissage, la stratégie de coopération et le choix du lieu d implantation. Cependant ces franchisés seront obligés de régler des frais de démarrage des royalties continuelles et constantes et ils doivent respecter les normes de gestion imposées par le franchiseur (Falbe et Welsh 1998; Komoto 2005). Néanmoins, l option de franchise n est pas toujours synonyme de réussite. Elle est toujours astreinte a faire face a la concurrence vécue dans le pays d implantation. Selon White (2010), le taux d'échec de nouvelles initiatives de franchise est très volatil. Donc, l échec stratégique ou opérationnel en la matière est très plausible (Nijmeijer et al, 2014). D après Mcdonnell et al. (2011). En outre, les critères qui ont été souvent mobilisés pour expliquer le fondement conceptuel de la relation au niveau de la franchise sont la satisfaction des franchisés qui sont continuellement contrôlés (Hing, 1995, 1997), la qualité de la relation entre les cocontractants (Frazer, 2002), les malentendus (Frazer et Terry, 2002) et les critères de sélection du franchisé (Clarkin et Swavely, 2006). Cependant le succès de la franchise dépend entre autre de la robustesse des entre les partenaires (Nathan, 2000). La collaboration étroite entre les franchiseurs et les franchisés doit ressembler a celle qu on rencontre au sein d une équipe de travail bien soudée en quête d objectifs communs (Brown et Chekitan, 1997). Selon Mcdonnell et al. (2011), «Comment créer une relation coopérative de la franchise à long terme entre les franchiseurs et les franchisés est devenue une question importante en vue d'accroître l'avantage concurrentiel d un réseau de franchise». C est d ailleurs notre souci dans le présent travail de recherche qui tente entre autre de décrire et d expliquer les déterminants qui sont derrière toutes stratégies de coopération pérenne de franchise entre les franchisés et les franchiseurs afin de garantir sa performance. 2. La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé Dans ce contexte nous passons en revue, en faisant référence aux quelques recherches préalables, les éléments constitutifs de la relation franchiseur-franchisé. En effet, parmi les dimensions caractéristiques de la nature de la relation franchiseur-franchisé, qui ont été constamment citées dans la littérature, sont la confiance, l'engagement, l opportunisme et la qualité de la relation (Morgan et Hunt, 1994; Jarvelin et Lehtinen, 1996; Smith, 1998; Boles, Johnson et Barksdale, 2000 ; Wong et Sohal, 2002, 2006 ; Monroy et Alzola, 2005). Bien qu'il existe de différentes conceptualisations de la nature de la relation, il est souvent convenu que des niveaux élevés de confiance et d'engagement sont les dimensions essentielles de la nature de la relation (Beatson et al, 2008). Dans leur modèle engagement-confiance, Morgan et Hunt (1994) ont tenté de construire un modèle de la relation du comportement d'échange en marketing. Le modèle suggère que l'engagement de la relation et la confiance sont les variables les plus importantes dans le marketing relationnel. Dans ce cadre, plusieurs recherches ont qualifié la contextualisation simultanée de ces deux construits dans la relation de la franchise de la combinaison valide (Chiou et al, 2004; Davies et al, 2009; Harmon et Griffiths, 2008). Par exemple, Doherty et Alexander (2004) proposent la confiance et l'engagement comme les éléments de base de consolidation de la relation franchiseur-franchisé. De plus, Davies et al. (2009) font valoir la confiance comme un attribut intégral vers la réalisation de la conformité des franchisés, la congruence des objectifs et la satisfaction qui en résulte dans la relation de la franchise. En outre, Wright et Grace (2011) confirment dans leurs travaux que la confiance et l'engagement constituent les construits fondamentaux de la relation franchiseur-franchisé grâce à une communication continue et efficace, mais sont précédés par la nature du franchisé, la personnalité du franchiseur et la congruence des objectifs. Morgan et Hunt (1994) définissent l'engagement de la relation comme une relation durable entre les partenaires, jugé assez important pour exercer un maximum d'efforts pour la soutenir. Par ailleurs, la confiance dyadique nécessite des échanges mutuels de confiance et d'intégrité (Harmon et Griffiths, 2008; Davies et al, 2009). Aussi, les résultats théoriques de ces études montrent une corrélation positive entre les variables clés des avantages de la relation franchiseur-franchisé et l'engagement, la communication et la confiance (Morgan et Hunt, 1994; Harmon et Griffiths, 2008). Par conséquent, l'engagement et la confiance au sein des relations, souvent marquées par des incertitudes, sont une facette intégrale dans la promotion de l'efficience, la productivité et l'efficacité. 696

3 International Journal of Management Sciences Après avoir identifié les variables descriptives de la relation franchiseur-franchisé (notamment, l engagement et la confiance), il nous convient par la suite d'étendre le modèle de relations en examinant les antécédents du couple confiance-engagement. 3. Les Antécédents De La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé En se basant sur la littérature antérieure, nous pouvons distinguer essentiellement deux variables antécédentes majeures de la nature de la relation franchiseur-franchisé, à savoir : l assistance du franchiseur et la communication. Dans les activités de construction des relations en Marketing, la communication est considéré comme l'un des éléments clés de l'établissement et le maintien de bonnes relations de réseaux (Falbe et gallois 1998; Duncan et Moriarty, 1997; Anderson et Narus 1990; Mohr et Nevin 1990). Plusieurs articles empiriques dans la gestion de la franchise soulignent également que la communication est la voie de relations solides de la franchise (Kane, 2001; Laurie 2000; Mubleman 1996; Allen, 1994).En effet, la communication est un outil important pour les franchiseurs afin de maintenir des relations réussies avec les franchisés. Tel que défini par Duncan et Moriarty (1998), la communication est une activité humaine qui relie les gens et crée les rapports. Cette activité humaine est très importante pour créer la confiance et l'engagement entre les parties de l'échange. D ailleurs, la relation entre la communication et la confiance est largement souligné dans la littérature passée (Anderson et Narus 1990; Bialaszewski et Giallourakis 1985). Anderson et Narus (1986) ont proposé que la communication véritable entre les entreprises dans un travail en partenariat soit un antécédent nécessaire de la confiance. Duncan et Moriarty (1998) ont également affirmé que la confiance est un produit de la communication. De plus, au niveau d un système de la franchise, les franchiseurs doivent fournir aux franchisés différents types d'assistance, telles que la formation et les directives opérationnelles. En contrepartie, les franchisés doivent évaluer plusieurs indices explicites et implicites d'un franchiseur pour construire progressivement la confiance (Doney et Cannon, 1997). Par conséquent, si les franchisés évaluent les assistances de services rendus par un franchiseur d'une façon favorable, ils auront plus de confiance dans le franchiseur. Finalement, la communication peut non seulement établir la confiance mutuelle mais peut aussi réduire les conflits dans les relations franchiseur-franchisé. Dans la même veine, les services fournis par le franchiseur constituent la base de l'amélioration de la qualité des relations de franchisage (Teixeira, 1994). Par conséquent, les services offerts par le franchiseur et la communication ont, à la fois, un rôle important dans l'établissement de la confiance et de l'engagement global des franchisés. 4. La Performance De La Nature De La Relation Franchiseur-Franchisé Un système de la franchise comporte essentiellement un réseau de relations interdépendantes (Lashley, 2000). Ainsi, le succès d'un tel système est basé sur la force de chaque relation de la franchise (Nathan, 2000; Weaven et al, 2010). Comprendre, donc, la qualité de la relation avec les partenaires de la franchise est une méthode nécessaire pour maintenir et renforcer ces relations à long terme (Chiou et al, 2004). Et pour renforcer cette relation, les franchiseurs et les franchisés doivent travailler ensemble comme une équipe dans la poursuite de leurs objectifs communs (Brown et Chekitan, 1997). La cohésion de l équipe en question doit être pérenne (Monroy et Alzola, 2005; Lvens et Pardo, 2007 ; Baucus et al. 1996). D autre part, McDonnell et al. (2011) présagent que la présence d un environnement coopératif est très pertinente pour la performance de la coopération en question. Cependant, (Davies et al,2011 ; Kramer et Tyler, 1996; Smith et al, 1995) ont mis en exergue l inéluctabilité du facteur confiance pour la perspicacité du travail du franchisé et l engagement du franchiseur dans le système de franchise qui est très complexe dans son appréhension sur le plan théorique et empirique. Enfin, il ne va pas sans dire que la satisfaction mutuelle des deux parties est une condition importante pour le succès de la franchise (Weaven et al, 2010). En effet, Zelihaever (2012) définit la satisfaction comme le contentement globale de l'organisation focale (le franchisé) en fonction de sa relation avec une autre partie (le franchiseur). La satisfaction a été considérée comme un élément important des relations d'échanges par plusieurs chercheurs (Dwyer, 1980; 697

4 H. Affes Roh et Yoon, 2009). De plus, la satisfaction souligne l'importance d'un accord mutuel entre le franchiseur et le franchisé en termes d'obligations contractuelles, la compatibilité des objectifs, et la perception de l'équité qui sont essentielles à la préservation de la relation (Zelihaeser, 2012). Comme le déclarent Hunt et Nevin (1974), les implications positives de la satisfaction sont : un bon moral, une plus grande coopération, moins de cessation de relations, moins de poursuites judiciaires, et une plus faible probabilité de chercher une législation de protection. En outre, Lusch (1976) soutient que la satisfaction contribue à réduire les conflits intra-système et favorise une plus grande efficacité du réseau. Chiou et al. (2004) ajoutent également que les franchisés satisfaits seront fidèles au franchiseur, conduisant à un réseau de franchise solide et à la réduction des conflits entre le franchiseur et le franchisé. Ces résultats ont, donc, un impact positif sur la nature de la relation à long terme. Cela suggère que, lorsque les franchisés soient satisfaits de leur franchiseur leur niveau de fidélité augmente. 5. La Coopération Entre Franchiseur Et Franchisé Conformément à Lashley (2000), un système de franchise représente essentiellement une relation d'interdépendance. Cette relation interdépendante est largement considéré comme une relation durable (Frazer, 2003; Monroy et Alzola, 2005). Généralement, le franchiseur et le franchisé signent ensemble le contrat pour remplir des obligations mutuelles sur des longues périodes (Frazer, 2003; Clarkin et Swavely, 2006). Ce qui rend impératif la présence d un climat de coopération entre les franchiseurs et les franchisés pour l assurance d une relation fructueuse à long terme (McDonnell et al, 2011). Comme il est indiqué par Doucette et Wiederholt (1997), la coopération peut être considérée comme le processus par lequel les entreprises poursuivent leurs propres objectifs et gardent leur autonomie tout en orientant leurs actions vers des résultats communs. La coopération, selon Zelihaeser (2012), permet aux entreprises de trouver des moyens de: - Coordonner la planification, la communication et la prise de décision, - l'organisation de la structure de gain de sorte que chaque entreprise peut justifier des objectifs communs en utilisant leurs propres critères. Une coopération étroite entre le franchiseur et le franchisé est essentielle pour établir une relation réussie de la franchise à long terme. Les relations de franchisage sont des relations typiques de coopération qui sont à long terme (McDonnell et al, 2011). Enfin, comme le prouve Morgan et Hunt (1994), l'avantage de la coopération dans un réseau est le succès de la relation. Par conséquent, Les relations de grande qualité doivent reposer sur une coopération judicieusement renforcée entre le franchiseur et le franchisé. Pour synthétiser, Il est proposé que le succès de la relation franchiseur-franchisé repose sur la robustesse de la relation de la franchise. Cette étude se concentre essentiellement sur trois construits qui sont proposés comme des facteurs critiques dans le maintien d'une relation franchiseur-franchisé réussie à long terme a savoir: la nature de la relation (engagement-confiance), la performance de la relation (coopération des contractants et la satisfaction du franchisé) et les antécédents de la nature de la relation (support du franchiseur et communication). Le Couple Confiance-Engagement Comme Déterminant Du Succès De La Relation Franchiseur- Franchisé Dans le Domaine de la franchise la nature de la relation peut être considérée comme un indicateur important pour déterminer le succès d'une relation de coopération durable (McDonnell, 2011). La Confiance L'intérêt pour la confiance dans les organisations doit s'accroître sans cesse car aujourd'hui les hommes d affaires vivent dans une ère où les organisations sont en quête de nouvelles et différentes façons pour promouvoir la coopération avec les personnes, les groupes et les organisations pour améliorer la valeur comptable et financière des projets a créer (Zelihaeser, 2012). La variable relationnelle matérialisée par la 698

5 International Journal of Management Sciences confiance, semble être un mécanisme permettant de faciliter la coopération et susciter un engagement inconditionnel dans la relation de franchise. (Wright et Grace, 2011). En fait, Parck et Hulbert (1995) ont déduit a l issu de leurs travaux, que ceux qui accordent la confiance aux autres eu égard a la qualité des services qu ils offrent, éprouvent une propension importante a la coopération au fil du temps. Ces deux auteurs ont indiqué que les niveaux les plus élevés de confiance conduisent à une coopération inconditionnelle dans les situations de franchise. Anderson et Narus (1990) ont proposé que la confiance d'un distributeur (le franchisé) envers un fabricant (le franchiseur) augmente la coopération et réduit les conflits entre eux. Dans le même ordre d idées, Altinay et al, (2014) sont arrives à prouver que la confiance est déterminante pour la satisfaction généralisée des franchisés au sein du réseau de franchise tout entier. En outre, derlund et Julander (2003) ont prouve qu il existe une relation positive entre la confiance et la satisfaction. Cependant ceci ne peut pas compenser les effets négatifs d'une mauvaise qualité des services aux yeux des clients Chiou et al (2004). Par conséquent, il est évident que la confiance du franchisé et du franchiseur dans le projet de coopération a une incidence positive sur sa satisfaction générale envers le système de la franchise. C est ainsi que ce dernier devient pour les partenaires déjà cites comme une opportunité a explorer et a exploiter. 6. Engagement Une autre dimension capturée de la nature de la relation est l'engagement. Cette variable se veut comme un concept central de l'échange relationnel entre l'organisation et ses partenaires (Morgan et Hunt, 1994). Plusieurs études ont noté que l'engagement est une variable essentielle pour la réussite des relations de cooperation (Dwyer et al, 1987; Ganesan, 1994; Mohr et Spelman, 1994; Morgan et Hunt, 1994; Werner, 1997). Dans leur étude, Rosson et Ford (1982) ont déclaré que les relations fructueuses ont été caractérisées par l'engagement ainsi que par des niveaux faibles de tensions et de désaccords inter sociétés. L'engagement de la relation joue un rôle essentiel dans le maintien d'une relation de franchisage à long terme. Un haut niveau d'engagement des franchisés peut stabiliser les relations de la franchise. En outre, l'engagement peut avoir un impact direct sur la coopération et la rentabilité (Andaleeb, 1996; Anderson, Fornell et Rust, 1997). Plusieurs chercheurs ont décrit de nombreuses définitions de l'engagement. En fait, cette variable est considérée comme le désir du franchisé à poursuivre les relations avec leur franchiseur en raison d'une convenance ou d'une attitude positive, accompagnée par la volonté du franchisé de faire des efforts au maintien de la relation de la franchise. D après la littérature, il est supporté donc que l'engagement a un impact direct sur la coopération et la rentabilité (Andaleeb, 1996; Anderson, Fornell et Rust, 1997). Les chercheurs reconnaissent largement l'engagement comme un déterminant clé des relations de haute qualité (Wulf et al, 2001). Il est non seulement un élément important pour le maintien d'une relation de franchise réussie, mais aussi c'est l'expression de la volonté du franchisé de s'engager dans une relation avec leur franchiseur (Frazer, 2003). Dans l'ensemble, l'engagement aboutit souvent à la coopération et améliore la rentabilité (Andaleeb, 1996; Petison et Johri, 2008). A ce niveau nous pouvons émettre les deux hypothèses de base a valider a savoir : H1 : Les antécédents de la nature de la relation franchiseur-franchisé a un impact positif sur la nature de la relation franchiseur-franchisé H2 : La nature de la relation franchiseur-franchisé a un impact positif sur la performance de la relation franchiseur-franchisé 699

6 H. Affes Figure 1 : Le Modèle Conceptuel De La Recherche Les antécédents de la nature de la relation franchiseurfranchisé -Assistance offerte par le franchiseur -Communication H1 La nature de la relation franchiseurfranchisé -Confiance -Engagement H La performance de la relation franchiseurfranchisé -Satisfaction du franchisé -Coopération des partenaires Dans le Domaine de la franchise la nature de la relation peut être considérée comme un indicateur important pour déterminer le succès d'une relation de coopération durable (McDonnell, 2011). Mais encore faut-il vérifier le bien fonde des hypothèses correspondantes. C est ce qui fera l objet d un travail empirique se basant sur une méthodologie hypothéticodéductive dans le contexte économique, entrepreneurial, concurrentiel et culturel tunisien. 7. Conclusion Les développements théoriques formulés dans cet article apportent un éclairage des éléments susceptibles d aboutir au succès de la relation franchiseur-franchisé. Dans notre cadre de recherche, deux points méritent, spécifiquement, d être soulignés, - Notre recherche considère les variables engagement et confiance en tant que dimensions clés de la nature de la relation franchiseur-franchisé. Les analyses théoriques supportent des corrélations positives entre la nature de la relation franchiseur-franchisé et la coopération dans la relation et la satisfaction des franchisés. Autrement dit, une bonne qualité de la relation franchiseur-franchisé, conceptualisée par des niveaux élevés de confiance et d engagement, aboutissent au renforcement du comportement de coopération entre les contractants et suscite de même un sentiment de contentement des franchisés avec le partenariat de la franchise. Ces deux manifestations présentent, selon nous, des leviers fondamentaux de la force de la qualité de la relation franchiseur-franchisé. De ce fait, il convient de parler du couple engagement-management en tant que déterminant essentiel du succès de la relation franchiseur-franchisé. - Notre recherche a circonscrit des variables antécédentes à la nature de la relation franchiseurfranchisé. En fait, la littérature passée montre deux facteurs clés, qui sont constamment considérés comme des précurseurs du couple confiance-engagement : L assistance offerte par le franchiseur et la communication. Par conséquent, dans un climat d échange relationnel favorisant l ouverture et la flexibilité de la communication entre les parties, la confiance et l engagement dans la relation se prévalent tout en assurant une forte qualité de transactions à long terme. De même, tout service de support et de soutien, fourni par le franchiseur et apprécié comme valorisant par un franchisé, est capable de renforcer des bons rapports entre les parties qui se traduisent par des niveaux supérieurs de confiance mutuelle et de satisfaction des franchisés. 700

7 References International Journal of Management Sciences Allen, N. J. & Meyer, J. P. (1990).The Measurement and Antecedent of Affective, Continuance and Normative Commitment to the Organization. Journal of Occupational Psychology, 63, Anderson, J. C. & Narus, J. A. (1990).A model of distributor firm and manufacturer firm working relationships. Journal of Marketing, 54(1), Andaleeb, S. S. (1996). An experimental investigation of satisfaction and commitment in marketing channels: the role of trust and dependence. Journal of Retailing, 72(1), Boles, J. S., Johnson, J. T. &Barksdale, H. C. (2000).How salespersons build quality relationship: a replication and extension. Journal of Business Research, 48(1), Baucus, D. A. & Baucus, M. S. (1997). Variations in base fees and royalties in franchising contracts. Franchising Research: An international Journal, 2(1), Brown, J. B. &Chekitan, S. D. (1997).The franchisor-franchisee relationship. Cornell Advancing Service Quality: A Global Perspective. Leth bridge: Warwick Printing Company Clarkin, J. E. & Swavely, S. M. (2006).The importance of personal characteristics in franchisee selection. Journal of Retailing and Consumer Services, 13, Chiou, J., Hsieh, C., & Yang, C. (2004).The effect of franchisors' communication, service assistance, and competitive advantage on franchisees' intentions to remain the franchise system. Journal of Small Business Management, 42(1), Davies, P., Lassar, W., Manolis, C., Prince, M., & Winsor, D. (2011).A model of trust and compliance in franchise relationships Journal of Business Venturing, 26(3), Dant, R.P, Grünhagen, M and Windsperger, J. (2011), Franchising research frontiers for the twenty-first century, Journal of Retailing, Vol. 87 No.3, pp Doney, P. M. & Cannon, J. P. (1997).An examination of the nature of trust in buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 61(2), Dwyer, F. R., Schurr, P. H., & Oh, S. (1987).Developing buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 51(2), Davies, M.A.P., Lassar, W., Manolis, C., Prince, M. and Winsor, R.D. (2009), A model of trust and compliance in franchise relationships, Journal of Business Venturing, pp Doherty, A. and Alexander, N. (2004), Relationship development in international retail franchising, European Journal of Marketing, Vol. 38 No. 9, pp Frazer, L. &Weaven, S. (2002). Franchising Australia 2002, Griffith University: Brisbane. Frazer, L. (2003), Franchising. In McColl-Kennedy, J. R. (ed.), Services marketing: amanagerial approach (pp ). Milton: John Wiley & Sons. Frazer, L. & Terry, A. (2002). Factors affecting franchise agreement terminations: lessons for the franchising sector. Journal of small business strategy, 13(1), Ganesan,S. (1994).Determinants of long-term orientation in buyer-seller relationships. Journal of Marketing, 58(2), Hing, N. (1995). Franchisee Satisfaction: Contributions and Consequences. Journal of Small Business Management, 33(2), Harmon, R., & Griffiths, A. (2008). Franchisee perceived relationship value. Journal of Business & Industrial Marketing, 23(4), Jarvelin, A &Lehtinen, U. (1996).Relationship quality in business-to-business servicecontext. In Edvardsson, B., Brown, S.W., Johnston, R.&Scheuing, E.E. (Eds),QUIS 5Hoteland Restaurant Administration 701

8 Quarterly, 38(6), , H. Affes Markus Blut, Christof Backhaus, Tobias Heussler, David M. Woisetschläger,HeinerEvanschitzky, Dieter Ahlert (2011), What to Expect After the Honeymoon: Testing a Lifecycle Theory of Franchise Relationships. Journal of Retailing 87 (3), John McDonnell, Amanda Beatson and Chih-Hsuan Huang (2011), Investigating relationships between relationship quality, customer loyalty and cooperation : An empirical study of convenience stores franchise chain systems. Journal of Marketing and Logistics Vol. 23 No. 3, pp John Velentzas, Georgia Broni (2013), The Business Franchise Contract As A Distribution Marketing System: Free Competition And Consumer s Protection. Procedia Economics and Finance 5, Karlijn J. Nijmeijer, Isabelle N. Fabbricotti1 and RobbertHuijsman (2014), Making FranchisingWork: A Framework Based on a Systematic Review. International Journal of Management Reviews, Vol. 16, Kane, J. R. (2001). Communication: The Road to Solid Franchisee Relations. FranchisingWorld, 33, LeventAltinay, Maureen Brookes,MelihMadanoglu,GurhanAktas (2014), Franchisees' trust in and satisfaction with franchise partnerships.journal of Business Research 67 (2014) Lvens, B. S. &Pardo, C. (2007). Are key account relationships different? Empirical results on supplier strategies and customer relations. International Marketing Management, 36, Lee, J &Karkoviata, L. (2001).Fast track to growth. Asian Business, 37(12), Lusch, R. (1976). Sources of power: their impact on intrachannel conflict. Journal ofmarketing Research, 13, Laurie, C. (2000). Partners for the Millennium.Franchising World, 32, Mubleman, J. (1996). The FranchiseRelationship Channel.Franchising World, 28, Monroy, M. F. &Alzpla, L. M. (2005).An analysis of quality management in franchisesystems. European Journal of Marketing, 39(5/6), Mohr, J. & Spelman, R. (1994). Characteristics of partnership success: partnership attributes, Communicationbehaviour, and conflict resolution techniques. Strategic Management Journal,15(2), Mendelsohn, M. (1999). The guide to franchising, (6th ed.). London: Cassell. Morgan, R. and Hunt, S. (1994), The commitment-trust theory of relationship marketing, Journal of Marketing, Vol. 58 No. 3, pp Nathan, G. (2000). Profitable Partnerships. Brisbane: Nathans Corporate Psychology. Owen Wright and Anthony Grace (2011), Trust and commitment within franchise systems: an Australian and New Zealand perspective. Asia Pacific Journal of Marketing and Logistics Vol. 23 No. 4, pp Rosson, P. J. & Ford, I.D. (1982). Manufacturer-overseas distributor relations and exportperformance. Journal of International Business Studies, 13, SarantinoudiIoanna, Karamanoli Maria (2013), Information transfer through training in franchising enterprises. Procedia- Socialand Behavioral Sciences Sorenson, O., &Sørensen, J. (2001).Finding the right mix: Franchising, organizational learning, and chain performance. Strategic Management Journal, 22(6/7), Smith, B. (1998). Buyer-Seller relationships: bonds, relationship management, and sex-type. Canadienne Journal of Administration Sciences, 15(1), Withane, S. (1991).Franchising and franchisee behavioran examination of opinions, characteristics, and 702

9 International Journal of Management Sciences motives of Canadian franchisee entrepreneurs. Journal of Small Business Management, 29 (1), Wong, A. &Sohal, A. S. (2002).An examination of the relationship between trust,commitment and relationship quality. International Journal of Retail & DistributionManagement, 30(1), impact on customers. The Service Industries Journal, 28(2), Weaven, S., Frazer, L. and Giddings, J. (2010), New perspectives on the causes of franchising conflict in Australia, Asia Pacific Journal of Marketing and Logistics, Vol. 22 No. 2, pp Werner, S. (1997). Relational purchasing behavior : Forms and determinants. Wiesbaden:GablerVerlag. ZelihaEser (2012), Inter-organizational trust in franchise relationships and the performance outcomes The case of fast-food restaurants in Turkey. International Journal of Contemporary Hospitality Management Vol. 24 No. 5, 2012 pp

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 Professeur: Harold Boeck, Ph.D. Courriel : Boeck.Harold@uqam.ca Cours: jeudi 9h30 à 12h30 Salle de

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur

SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur SATISFACTION DU FRANCHISÉ : l impact de la relation entre le franchisé et son franchiseur Nathalie DUBOST, I.A.E Orléans Claire GAUZENTE, Université d Angers Véronique GUILLOUX, I.A.E Poitiers Michel KALIKA,

Plus en détail

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Relation client & Innovations méthodologiques Line Ricard Hélène Sicotte Marc- Antoine Vachon Hélène Vidot Delerue

Plus en détail

La Satisfaction des Franchisés Une Revue des Approches Théoriques Possibles

La Satisfaction des Franchisés Une Revue des Approches Théoriques Possibles 1 Claire GAUZENTE LARGO Faculté de Droit, Sciences Economiques et Sciences Sociales de l Université d Angers Email : cg.lj@free.fr ou claire.gauzente@univ-angers.fr La Satisfaction des Franchisés Une Revue

Plus en détail

halshs-00145132, version 1-8 Jul 2010

halshs-00145132, version 1-8 Jul 2010 Manuscrit auteur, publié dans "Conférence de l'asac, Toronto : Canada (2005)" ASAC 2007 Ottawa, Ontario Carole DONADA ESSEC-France Gwenaëlle NOGATCHEWKY Université Paris Dauphine ANTECEDENTS ET CONSEQUENCES

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 Management Entrepreneurial et Orientation Entrepreneuriale : Deux concepts aussi différents? Kathleen Randerson Alain Fayolle Unité Mixte de Recherche CNRS / Université

Plus en détail

La bonne gouvernance et le leadership du conseil d administration Favoriser et maintenir la confiance. ACCAU 2015 Montréal Sheila A. Brown, Ph. D.

La bonne gouvernance et le leadership du conseil d administration Favoriser et maintenir la confiance. ACCAU 2015 Montréal Sheila A. Brown, Ph. D. La bonne gouvernance et le leadership du conseil d administration Favoriser et maintenir la confiance ACCAU 2015 Montréal Sheila A. Brown, Ph. D. Plan de la présentation 1. La définition de la confiance

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse Résumé thèse Le développement de nouvelles formes «hybrides» de l échange vertical, combinant des aspects transactionnels et relationnels, analysées du point de vue du Grand Compte global En marketing,

Plus en détail

Les stratégies collectives à l épreuve des faits

Les stratégies collectives à l épreuve des faits DOSSIER Les stratégies collectives à l épreuve des faits sous la direction de Saïd Yami INTRODUCTION PAR SAÏD YAMI Les stratégies collectives à l épreuve des faits Consortiums R&D, labels, groupement

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain Albert B.R. LWANGO, PhD. Finance, Innovation and Entrepreneurship Groupe ESC Troyes Contact address : 217 avenue Pierre Brossolette BP 710 10002 Troyes cedex - France Phone : +33(0)3 25 71 22 79 Mail :

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

Raphaël DORNIER Professor

Raphaël DORNIER Professor Raphaël DORNIER Professor Teaching Area/s: Marketing, Strategy, Theory of Organizations, Tourism Strategy Year hired at ISC Paris: 2009 Full-Time Participating Grande Ecole Education: Degree Institution

Plus en détail

Publications (RAC et ouvrages) des membres fondateurs depuis 2003

Publications (RAC et ouvrages) des membres fondateurs depuis 2003 Publications (RAC et ouvrages) des membres fondateurs depuis 2003 Les membres fondateurs du Groupe de recherche sur la rétention et la fidélisation des ressources humaines dans l industrie des services

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel

L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-259 L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Lubica Hikkerova Jean-Michel

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs

Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-229 Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs Larisse OLIVEIRA

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Biographie. Activités

Biographie. Activités Philippe AURIER Courriel : philippe.aurier@umontpellier.fr Fonction : Professeur des Universités Biographie Philippe AURIER est Professeur à l'iae, Université Montpellier, depuis 1991. Il enseigne le marketing

Plus en détail

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr Professeur Permanent Ecole Supérieure de Commerce Clermont-Ferrand

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Résumé. Abstract. Mots clefs : Qualité de la relation, services bancaires, TIC, confiance, engagement.

Résumé. Abstract. Mots clefs : Qualité de la relation, services bancaires, TIC, confiance, engagement. Résumé L atteinte d un avantage compétitif dans les services bancaires passe par l amélioration de la qualité de la relation. Or, la majorité des modèles relationnels pêchent par leur caractère statique

Plus en détail

Marketing and Sales Manager, Rubicon, Jewels creator and precious gems, Thailand (2000)

Marketing and Sales Manager, Rubicon, Jewels creator and precious gems, Thailand (2000) Fanny-Juliet Poujol INSEEC Paris fpoujol@inseec.com 0033 6 7182 8859 EDUCATION PhD Montpellier University MBA Birmingham University ACADEMIC POSITIONS AND INDUSTRY EMPLOYMENT Assistant Professor (since

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca

Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca ACFAS 2007 Trois-Rivières Maud Dampérat Professeure adjointe Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca DE L USAGE DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE MARKETING : IMPLICATIONS ET PERSPECTIVES DE CRÉATION

Plus en détail

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management?

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? APPEL À CONTRIBUTIONS REVUE INTERNATIONALE PME La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? Rédacteurs invités Karim Messeghem, Professeur, Université Montpellier 1 Didier Chabaud,

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Retour d expérience Le rôle du Business Analyst chez Orange Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Plus de 161 000 salariés à votre service mobile entreprises internet et fixe Plus de 161 000

Plus en détail

École de comptabilité Faculté des sciences de l'administration Pavillon Palasis-Prince, office 3612 Université Laval Québec (Québec) G1K 7P4 CANADA

École de comptabilité Faculté des sciences de l'administration Pavillon Palasis-Prince, office 3612 Université Laval Québec (Québec) G1K 7P4 CANADA C URRICULUM V ITAE M A R C J O U R N E A U L T, C M A, M B A École de comptabilité Faculté des sciences de l'administration Pavillon Palasis-Prince, office 3612 Université Laval Québec (Québec) G1K 7P4

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Qu est-ce qu une solution d affaires intégrée (ERP)? Automne 2004 Séance 1 Pierre-Majorique Léger (pierre-majorique.leger@hec.ca) 3-715-00 Automne 2004 Séance 1, page 1 1- Qu est-ce qu une solution d affaires

Plus en détail

FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU

FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU FRANCHISE, COOPÉRATION ET ORGANISATION EN RÉSEAU 1. LE RÉSEAU COMME FORME D ORGANISATION L objet de cet articles est de comprendre, à l aide de concepts théoriques simples, pourquoi la forme organisationnelle

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Étude Scientifique sur le Franchisage International

Étude Scientifique sur le Franchisage International Vienne, le 16 Mars 2015 Faculté de commerce, de l'économie et de la statistique Département de Gestion Oskar Morgenstern Platz 1, 1090 Vienne, Autriche Prof. Josef Windsperger: josef.windsperger@univie.ac.at

Plus en détail

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada.

Maid2Clean est intéressé à parler aux personnes intéressées de licence Master au Canada. Licences Maid2Clean Master Franchise au Canada Qu'est-ce qu'un Master Franchise? Un Master franchise est où une des franchises qui a un système éprouvé dans un pays (EG Maid2Clean au Royaume-Uni) propose

Plus en détail

La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses

La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses On retrouve sur le site du MELS une bibliographie annotée visant à faire la promotion du projet d implantation

Plus en détail

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour GUGGENHEIM & ASSOCIÉS SA 15, rue du Jeu-de-l Arc, Case Postale 6397, CH-1211 Genève 6 Suisse T +41 (0)22 707 91 91 F +41 (0)22 707 91 99 GUGGENHEIM & ASSOCIATES DMCC Jumeirah Lake Towers, Cluster I, Platinum

Plus en détail

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Ce document constitue la version officielle du programme à compter de juin 2015. Les étudiants sont soumis aux règlements

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

Enseignement. Date : 29 octobre 2014 Page : 1. Fiche Enseignement UE/ECTS

Enseignement. Date : 29 octobre 2014 Page : 1. Fiche Enseignement UE/ECTS Page : 1 Mention Intitulé de l'enseignement : Enseignement Semestre : 2 IDENTIFICATION Mots-clés (facultatif) : digital, business model, Internet, Internet des objets, Web 2.0, Web squared, NBIC Objectif

Plus en détail

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur Appel à communication 8 e congrès de l Académie de l Entrepreneuriat À la Haute école de gestion (HEG) de Fribourg Du 22 au 25 octobre 2013 22 octobre : consortium doctoral et journée de la recherche 23

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management l education de management 2010-1-PL1-LEO01-11462 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2010 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Transfert des expérimentales et innovantes

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE À titre d entrepreneur, cherchez-vous à faire croître votre entreprise et votre part de marché local? À titre de fournisseur de solutions TI, cherchez-vous une

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES Les stratégies des entreprises face au changement climatique : le cas du CO2 A Managerial Perspective on the Porter Hypothesis: The Case of CO 2

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise John W. Henke, Jr., Ph. D. Professeur de marketing School of Business Administration Université d Oakland Rochester, Michigan,

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET

ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET Session d hiver 2013 Professeur : Brian Hobbs hobbs.brian@uqam.ca LA RECHERCHE EN GESTION DE PROJET : La gestion de projet est un champs multidisciplinaire

Plus en détail

Le cadre théorique. La réputation corporative et ses éléments de renforcement

Le cadre théorique. La réputation corporative et ses éléments de renforcement ASAC 2008 Halifax, Nouvelle-Écosse Nha Nguyen Gaston LeBlanc André Leclerc Faculté d administration Université de Moncton LES EFFETS DE LA COMPÉTENCE ET DE LA BIENVEILLANCE DU PERSONNEL DE CONTACT SUR

Plus en détail

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode WOCCQ (WOCCQ) Le WOCCQ (WOrking Conditions and Control Questionnaire) est une méthode de diagnostic collectif du stress et des facteurs de stress professionnels, mise au point à l université de Liège à

Plus en détail

PROGRAMME MBA pour cadres en exercice. Description des activités pédagogiques

PROGRAMME MBA pour cadres en exercice. Description des activités pédagogiques PROGRAMME MBA pour cadres en exercice Description des activités pédagogiques Direction du programme, Avril 2007 DESCRIPTION DES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES VOLET 1 EBA 701 Structures et système organisationnels

Plus en détail

Gouvernance des Technologies de l Information

Gouvernance des Technologies de l Information Walid BOUZOUITA Auditeur Interne secteur des télécommunications CISA, ITIL walid.bouzouita@ooredoo.tn Gouvernance des Technologies de l Information 08 Mai 2014, Maison de l Exportateur Implémenter la

Plus en détail

De l OC des vendeurs à la fidélité à l entreprise : Le rôle modérateur de la propension relationnelle du client.

De l OC des vendeurs à la fidélité à l entreprise : Le rôle modérateur de la propension relationnelle du client. De l OC des vendeurs à la fidélité à l entreprise : Le rôle modérateur de la propension relationnelle du client. Fanny Poujol Maître de Conférences - ISEM Université Montpellier I CR2M - Centre de Recherche

Plus en détail

Les innovations technologiques dans les banques : quelle opportunité pour les pays en développement?

Les innovations technologiques dans les banques : quelle opportunité pour les pays en développement? 18 juin 2013 à Nice NOM : CHEIKHO PRÉNOM : AVIN E-MAIL: avin_abd@yahoo.com Résumé de la thèse en présentant en gras la problématique. Les innovations technologiques dans les banques : quelle opportunité

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie APPRENTISSAGE Une insertion professionnelle réussie L APPRENTISSAGE À NEOMA BUSINESS SCHOOL Pascal Choquet Responsable Apprentissage NEOMA Business School «L apprentissage est reconnu comme le meilleur

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Expérimentation d une mesure d alliance thérapeutique entre éducateurs et adolescents de foyers de groupe au Centre jeunesse de Québec-Institut universitaire Karyne Giguère, chef de service, foyer Du Parc

Plus en détail

Compétences clés et réactivité du franchiseur en période de crise : Le point de vue des franchisés

Compétences clés et réactivité du franchiseur en période de crise : Le point de vue des franchisés Compétences clés et réactivité du franchiseur en période de crise : Le point de vue des franchisés CHANUT Odile (auteur correspondant) Professeur des Universités en Sciences de Gestion Aix-Marseille Université

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON

JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON 1 ERE JOURNEE DE RECHERCHE RELATIONS ENTRE INDUSTRIE ET GRANDE DISTRIBUTION ALIMENTAIRE JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON GESTION DU CONFLIT ET MANAGEMENT INTERCULTUREL DANS LE CANAL DE DISTRIBUTION : UNE ANALYSE

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

www.sacwich.com Y en a pas de meilleur!

www.sacwich.com Y en a pas de meilleur! MC Y en a pas de meilleur! L entreprise et le concept L idée de l'entreprise a toujours été un de mes rêves, depuis ma plus tendre enfance. Le fait d avoir mon père comme mentor dans l industrie alimentaire

Plus en détail

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Ce programme a été conçu par les professeurs de la Weatherhead School of Management de la Case Western Reserve

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam

Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam Communication pour le congrès E. Thil Roubaix, 22-23 septembre 2011 Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam DANG Van My* Gérard CLIQUET CREM UMR CNRS

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

PRISE DE POSITION DE L IIA SUR LES

PRISE DE POSITION DE L IIA SUR LES PRISE DE POSITION DE L IIA SUR LES RESSOURCES DE L AUDIT INTERNE (Eléments à prendre en compte pour évaluer les options de sous-traitance) Page d accueil de l IIA : http://www.theiia.org/ 12/23/2008 Page

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation.

Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Ne vous demandez pas ce que l AE peut faire pour vous. Mais ce que vous pouvez faire pour transformer votre organisation. Présentation Isabelle Pascot, MBA Vice-présidente Capital intellectuel Sinapse

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail