ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE. réalisée par la Fédération Belge de la Franchise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE. réalisée par la Fédération Belge de la Franchise"

Transcription

1 ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE réalisée par la Fédération Belge de la Franchise

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 Mot du Président 4 Enquête I. Méthodologie 5 A. Objectifs 5 B. Panel 5 LES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 6 I. Les franchisés 6 A. L âge moyen 6 B. Homme ou femme? 6 C. Le niveau d étude 6 D. L expérience professionnelle 6 E. L ancienneté moyenne du franchisé dans son point de vente 7 F. Les motivations principales 7 G. Pluri et Multi franchisés : 1. Combien de points de vente développe-t-on lorsqu on pratique la franchise? 7 2. Quelles ont été les raisons d entreprendre la création d un second voire d un troisième point de vente? 8 3. La fidélité à une enseigne 8 4. Les raisons de ce choix 8 II. Les franchiseurs 8 A. Qui sont-ils? 8 B. Le métier pratiqué 8 C. L origine géographique de l enseigne : 1. D où viennent les concepts exploités en Belgique? 9 2. Où retrouve-t-on les concepts belges? 9 D. La localisation du point de vente 10 E. Les sources de l investissement de départ 10 III. La franchise, créatrice d emplois 10 A. Chez le franchiseur 10 B. Chez le franchisé 10 IV. Les formations 11 A. L avis du franchiseur 11 B. L avis du franchisé 11 V. La loi LARUELLE 12 VI. Si c était à refaire 14

3 PRÉAMBULE La Fédération Belge de la Franchise (FBF) a fêté en 2012 ses 20 années d existence. Bien sûr, le développement d une enseigne au moyen du système de franchise existe depuis plus longtemps; il remonte à l avant-dernière guerre. Cette méthode a toutefois connu une forte croissance ces 20 dernières années au fur et à mesure où son application par la grande distribution s est élargie à l ensemble des secteurs de l activité économique. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 3

4 LE MOT DU PRÉSIDENT Les résultats de cette enquête 2012 se situent au cœur des préoccupations de toutes les enseignes qui opèrent en Belgique et attendent de mieux en comprendre l évolution pour se positionner sur leur marché respectif. Pour collecter des informations qui collent au plus près des réalités du marché, la Fédération Belge de la Franchise, auteure de ce rapport, a multiplié les démarches, approché les enseignes à plusieurs reprises et par différents moyens de communication sans lesquels il est impossible de se faire une idée précise de l état du marché et de concevoir avec pertinence une politique de défense des intérêts communs que souhaitent partager l ensemble des membres de sa corporation. Cette nécessité est encore davantage accentuée dans le système organisationnel de la franchise car il constitue un terrain de prédilection de la gestion des savoir-faire, ce qui le distingue des autres formes de partenariat commercial. Autant les systèmes de franchise se distinguent les uns des autres par le métier, autant ils se ressemblent par le management des connaissances et des savoirfaire qu ils tentent de mettre en œuvre pour optimiser l organisation de leur système et développer leurs affaires de manière durable. L enquête menée en 2012 par la Fédération Belge de la Franchise s inscrit dans ce cadre et permet de faire une série de constats sur les pratiques, bonnes et moins bonnes. A cet égard, cette enquête contribue à mieux cerner l évolution des systèmes et à déterminer quelques tendances répondant ainsi aux aspirations bien légitimes des franchiseurs et franchisés, et plus particulièrement aux futurs acteurs de la franchise. Didier DEPREAY, Président de la FBF ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 4

5 I. MÉTHODOLOGIE A. OBJECTIFS Après avoir réalisé en 2006 une étude quantitative et, en 2007, une étude qualitative, il nous est apparu plus opportun d évaluer cette fois le secteur en faisant un état de son évolution récente et de sa capacité à générer de l activité économique. Nous avons cherché à établir des profils types de franchisés et de franchiseurs pour mieux comprendre le dialogue que la Fédération entretient avec eux et pour affiner le programme de formations qu elle donne aux personnes qui s interrogent sur les possibilités et particularités des systèmes de franchise présents dans notre pays. Plusieurs thèmes sont traités tout au long de cette enquête : celui de la formation des franchisés, celui de la franchise créatrice d emplois ou encore celui des qualités requises par un franchiseur en vue d agréer le dossier d un candidat à la franchise. B. PANEL Les franchisés : 465 questionnaires ont été envoyés par courrier électronique à des franchisés des réseaux membres de la FBF. 120 réponses ont été validées, soit 25% de l ensemble des questionnaires, ce qui constitue l échantillon représentatif sur base duquel les résultats apparaissent dans ce rapport. Les indépendants sous enseigne ayant répondu à l enquête représentent un total de 818 filiales et 3213 franchisés déclarés et assimilés, une majorité d entre eux étant implantés dans la Région de Bruxelles-Capitale et en Wallonie. Pour ce qui concerne les réseaux du commerce associé, 375 questionnaires ont été envoyés, aux membres ainsi qu aux nonmembres de la Fédération Belge de la Franchise sur base des fichiers de contacts internes et du Who s Who 2012 de «franchise. be» : 94 réponses sont parvenues, soit un taux de retour s élevant également à 25 %. Remarque : le caractère linguistique n a pas été pris en compte. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 5

6 LES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE I. LES FRANCHISÉS A. L ÂGE MOYEN L âge moyen d un franchisé belge s élève à 46 ans et l âge moyen à partir duquel l activité en franchise a débuté est de 38 ans. On peut estimer à 15 ans la première carrière professionnelle de l intéressé, la plupart du temps en tant que salarié, avant qu il ne se dirige vers la franchise. B. HOMME OU FEMME? Ce même franchisé est dans 75 % des cas un homme, si l on ne tient pas compte des grands réseaux «féminins» comme PREMAMAN et YVES ROCHER. La proportion descend à 55 % d hommes en tenant compte des réseaux féminins, comme l enquête 2006 l avait déjà démontré. C. LE NIVEAU D ÉTUDE Exploiter un commerce en franchise n est pas chose facile. Ce n est pas pour autant réservé à une élite! Le critère du diplôme n est pas déterminant pour la sélection d un candidat franchisé pour son accès au réseau. 32% des franchisés ont un diplôme du secondaire supérieur. 23% disposent d un graduat et 19% disposent d un diplôme de type universitaire.. Niveau d étude du franchisé 26% 32% Si l on compare ces résultats avec ceux d une étude de la Fédération Française de la Franchise effectuée en 2011(Institut CSA), on observe qu ils sont du même ordre : 55 % d hommes et 45 % de femmes exercent leur profession sous ce statut d indépendant franchisé. 19% 23% Franchisé ou franchisée? Secondaires supérieures Femme 25% Homme 75% Graduat Universitaire Autres D. L EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE DU FRANCHISÉ Ces franchisés arrivent dans le monde de la franchise avec pour 86,15 % d entre eux, un bagage professionnel acquis lors d une ou de plusieurs expériences professionnelles antérieures. On peut déduire des résultats ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 6

7 qu un grand nombre de salariés souhaitent se reconvertir et devenir indépendants par l entremise de la franchise. 36 % sont d anciens salariés d un secteur tout à fait différent de celui dans lequel ils exercent leur activité en franchise. 33 % sont issus du même secteur d activités. 44 % sont guidés par la possibilité d offrir un emploi à leurs enfants. Enfin, 40 % déclarent que devenir son propre patron est un facteur primordial du passage au statut d indépendant. Nombre de points de vente par franchisé E. L ANCIENNETÉ MOYENNE DU FRANCHISÉ DANS SON POINT DE VENTE L enquête démontre qu en moyenne, le franchisé est présent dans son point de vente depuis près de 12 ans. Les contrats de franchise durant généralement 9 ans, on peut en déduire qu une majorité de franchisés, satisfaits et confiants en leur franchiseur, renouvellent leur contrat de franchise au moins 1 fois. 24% 6% 70% Les raisons qui poussent à devenir franchisé 1 2 à 3 + de 3 G. PLURI ET MULTI FRANCHISÉS 19% Construire son propre patrimoine Améliorer ses revenus Offrir un emploi à ses enfants Devenir son propre patron F. LES MOTIVATIONS PRINCIPALES Quelles sont les raisons qui ont poussé ces anciens salariés à devenir des indépendants franchisés? Quatre raisons essentielles semblent être à la base de la prise de décision: 46 % trouvent primordial de se construire un patrimoine financier propre. 44 % souhaitent améliorer leurs revenus et y parviennent. 32% 23% 46% 44% 44% 40% La multi-franchise et la pluri-franchise consistent, pour un franchisé, à multiplier les chances de succès en ouvrant plusieurs points de franchise. Toutefois, si la multi-franchise concerne l ouverture de plusieurs points de vente sous une seule enseigne, la pluri-franchise consiste en la création de plusieurs points de vente sous différentes enseignes. 1 Combien de points de vente développe-t-on lorsqu on fait de la franchise? Plus de 70 % des franchisés belges se focalisent uniquement sur un seul point de vente mais ils sont près de 24 % à exploiter entre 2 et 3 points de vente sous la même enseigne. Seulement 1 % d entre eux déclarent exploiter plus de 3 points de vente et parmi eux, 2 déclarent exploiter plus de 10 points de vente. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 7

8 2 Quelles ont été les raisons d entreprendre la création d un second voire d un troisième point de vente? 41 % répondent avoir eu une opportunité plus qu intéressante de développer un point de vente supplémentaire tandis que 35 % déclarent que cette expansion est liée à des motivations financières et/ou stratégiques. On observe également une tendance à l expansion dans le but d augmenter la visibilité de l enseigne et sa part de marché dans la même zone de chalandise. 4 Les raisons de ce choix Les raisons majeures du choix d une enseigne sont les suivantes: L attrait du produit, La nature du métier, La notoriété et l image de lenseigne, Les capacités financières requises, Les conditions d adhésion, Les modalités d intégration au réseau. 3 La fidélité à une enseigne 86 % des franchisés exploitant un second ou un troisième point de vente se sont concentrés sur la même enseigne alors que les 14 % restant ont préféré ouvrir un point de vente lié à une autre enseigne et donc à un autre concept. II. LES FRANCHISEURS A. QUI SONT-ILS? 84% des enseignes ayant participé à l enquête pratiquent la franchise ou une formule assimilable et 16% d entre elles se développent par leurs propres moyens. Parmi ces dernières, 70% envisagent de recourir au développement par voie de franchise. B. LE MÉTIER PRATIQUÉ: 15% appartiennent au secteur de l Horeca, 10% relèvent de l équipement de la maison et du service au particulier et 6% proviennent du bricolage. La franchise est donc présente dans les grands secteurs de la distribution classique que constituent l alimentaire, l équipement de la maison et le bricolage. Les grands secteurs de la distribution classique représentent donc un total d un tiers des opérateurs franchiseurs 17 % des franchiseurs et autres formes de partenariat commercial interrogés (assimilés) appartiennent au secteur alimentaire (spécialisé ou non), ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 8

9 Les divers types de franchise: 1) La franchise de production C est le type de collaboration où le franchiseur produit des biens et les écoule par l intermédiaire de son réseau de franchise. Les franchisés ont souvent l interdiction de vendre autre chose car la base du concept marketing est la marque de fabrique. Les secteurs les plus connus sont la fabrication de pralines, le textile, les parfums, la boulangerie. 2) La franchise de distribution Le franchiseur distribue des produits via un réseau de magasins franchisés. Il joue soit le rôle de centrale d achat et offre alors à ses franchisés l avantage d un stock central, soit il se limite à une centrale de référencement en leur proposant des listes de produits et/ou de fournisseurs agréés. Dans les deux cas, le savoirfaire du franchiseur repose sur l accès à des conditions d achat meilleures, à un système d approvisionnement et sur l organisation modélisée du point de vente. C est la franchise que l on rencontre traditionnellement dans les secteurs de la distribution alimentaire, du bricolage, de la librairie et plus récemment aussi dans l équipement de la maison, la télécommunication et l informatique. 3) La franchise de services La franchise consiste, ici, à offrir un certain nombre de services selon les méthodes et les instructions définies par le franchiseur. Ces franchises sont, dans certains cas, assorties de la livraison de produits. C est le cas, par exemple, de la restauration rapide, des chaînes d hôtels, des services de nettoyage et d entretien. D autres ne sont pas accompagnés de livraison de produits comme les réseaux de carwash, les laveries automatiques, les services aux personnes (âgées). Ce type de franchise est celui qui se développe le plus depuis ces dernières années. 4) La franchise industrielle Il s agit d une franchise peu courante, permettant au franchisé d ouvrir sa propre unité de production industrielle selon les techniques, le cahier des charges pour l équipement, les procédures de travail et les schémas d organisation qui ont été définis par le franchiseur. Le franchisé assure la production, la distribution et la commercialisation des produits sur le territoire qui lui a été octroyé. Si 31% des réseaux sont des franchises de distribution, la première place revient à la franchise de services avec 37%. La franchise de production représente 17% du secteur tandis que 5% pratiquent la concession de licence de marque. C. L ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DE L ENSEIGNE a. D où viennent les concepts exploités en Belgique? Un concept de franchise s exporte et s importe. En Belgique, 53 % des concepts exploités sont d origine belge. 23 % sont originaires de France et 13 % sont d origines américaines (Etats Unis). b. Quelles sont les intentions des franchiseurs belges à l exportation? 60% des franchiseurs belges ambitionnent de s exporter vers la France. 43 % vers les Pays-Bas et l Allemagne, 17 % sont attirés par la Grande Bretagne, 13 % par la Tchéquie. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 9

10 D. LA LOCALISATION DU POINT DE VENTE Le franchiseur doit également agréer le choix de l emplacement du point de vente de son candidat franchisé ; il est en effet seul à pouvoir évaluer les qualités commerciales de l emplacement ainsi que son adéquation avec le concept. Tout concept requiert un emplacement qui lui est adapté en fonction de critères prédéfinis par le franchiseur. Ainsi, chaque point de vente d une même enseigne sera implanté dans un environnement-type comme sur l accès d entrée d une ville, à l intérieur ou à proximité d une zone industrielle, en centre ville et / ou dans un centre commercial. L enquête n indique pas qu un emplacement soit meilleur qu un autre, mais révèle que 49 % des emplacements se trouvent en périphérie des grandes villes, tandis que 27 % sont localisés dans le centre-ville-même. 37% de ces emplacements sont localisés directement aux abords de centre commerciaux. E. LES SOURCES DE L INVESTISSEMENT DE DÉPART Le montant des investissements varie en fonction du concept et des exigences du franchiseur. L exploitation d une franchise peut requérir une surface de 60 m² ne nécessitant pas de financement d un stock de marchandises important et d équipements coûteux alors qu un magasin de bricolage requiert une surface beaucoup plus grande et un stock de marchandises important. Ainsi, l investissement de départ peut s élever à euros comme il peut dépasser euros. Quoiqu il en soit, le franchiseur exigera de la part du franchisé un apport personnel équivalant à environ un tiers de l investissement total, les deux autres tiers étant financés par d autres bailleurs de fonds. Mettant ainsi en jeu ses propres deniers, le franchisé donne au franchiseur un témoignage de son implication et de sa confiance. III. LA FRANCHISE, CRÉATRICE D EMPLOIS A. CHEZ LE FRANCHISEUR Le franchiseur décidé de se développer en franchise devient lui-même employeur. Une «centrale de franchise» peut compter quelques fois plusieurs dizaines d emplois, directs et indirects. B. CHEZ LE FRANCHISÉ Le franchiseur ne crée pas seulement de l emploi dans sa centrale, mais génère également de l emploi chez ses franchisés. En tant qu employeur, le franchisé se charge lui-même du recrutement des membres du personnel. Certaines franchises requièrent jusqu à 30 travailleurs pour assurer l opérationnalité du concept. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 10

11 IV. LES FORMATIONS A. L AVIS DU FRANCHISEUR Tout franchiseur soucieux d une bonne exploitation de son concept et de l image de son enseigne accorde la plus grande importance à la formation et à l intégration du candidat franchisé. C est pourquoi, 88% d entre eux assurent eux-mêmes les formations spécifiques au domaine qui leur est propre. Ce sont généralement les matières techniques liées au métier. Les autres (12%) remettent à leur candidat une liste des formations requises à suivre par leurs propres moyens avant de pouvoir entamer toute procédure contractuelle le liant au franchiseur. Les formations internes, tant d un point de vue théorique que pratique, peuvent se limiter à quelques jours mais peuvent également durer plusieurs semaines voire plusieurs mois. (18 mois dans un cas) Des formations spécifiques en rapport avec les techniques de vente des produits sont organisées au profit du personnel en contact avec la clientèle, ainsi que par rapport à la gestion du stock disponible sur le point de vente. Dans le domaine de l alimentaire et de l HORECA, une formation théorique sur les protocoles d hygiène à respecter est considérée comme indispensable afin d éviter tout problème lié à une mauvaise gestion de la qualité et de la propreté, non seulement du point de vente mais aussi des produits proposés. Le franchiseur accorde également beaucoup d importance aux capacités humaines des franchisés à manager les équipes de vente. B. L AVIS DU FRANCHISÉ L enquête révèle que les franchisés attribuent la plus grande importance aux formations ayant trait à la gestion proprement dite du concept. La formation relative à la connaissance du produit vient ensuite. Enfin, la troisième formation la plus citée est celle qui concerne la gestion des process informatiques relatifs à la gestion des stocks et à la gestion des outils de communication, interne et externe. A la question «Êtes-vous satisfaits des formations proposées par votre franchiseur?», 70 % des franchisés sondés déclarent l être, et 30 % déclarent souhaiter plus de formations, notamment des matières qui relèvent du marketing. Malgré cela, le ressenti des franchisés quant aux formations suivies varie : parmi les 30% qui désirent plus de formations, un sentiment général se dégage, celui de formations jugées «trop théoriques». Le franchiseur offre généralement des jours de formation à son franchisé afin de le rendre le plus performant possible : une moyenne de 9 jours de formation «continuée» seraient ainsi offerts annuellement au franchisé. Le franchisé retire de ces formations des avantages certains, tels que la maîtrise de ses coûts d exploitation, des conseils en matière de financement de ses investissements, de l utilisation d internet et plus particulièrement des réseaux sociaux en tant que vecteurs de communication. Dès l ouverture d un point de vente, le franchiseur assure le suivi de son franchisé. Ce suivi peut varier d un franchisé à l autre selon les points forts et faibles de chacun d entre eux. On note que le franchiseur assure une assistance permanente, et plus particulièrement durant les quelques mois qui suivent le démarrage de l activité. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 11

12 V. LA LOI LARUELLE (LOI DU 19 DÉCEMBRE 2005 MONITEUR BELGE DU 18 JANVIER 2006) 12,5% des personnes interrogées (franchisés au sens large) déclarent ignorer la loi. Seulement 79.5% des réseaux ont recours à un DIP (Document d Informations Précontractuelles) et respectent l obligation de l information précontractuelle à dispenser à tout candidat à la franchise au moins 30 jours avant la signature de tout engagement. Le recours au DIP a pour effet principal de mieux structurer la communication des informations contractuelles qui vont lier les deux parties, ce qui entraîne une meilleure lisibilité et une meilleure compréhension des responsabilités et engagements de chacun. Le DIP permet ainsi une véritable discussion entre le franchiseur et le candidat franchisé sur les droits et devoirs de chacun d eux. Même si cela représente une charge de travail administratif supplémentaire pour le franchiseur, le DIP est généralement perçu de manière positive par les deux parties. L INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE A. INTRODUCTION Les accords de partenariat commercial sont soumis en Belgique aux dispositions de la loi du 19 décembre 2005 relative à l information précontractuelle. La loi s applique aux accords de partenariat commercial conclus entre deux personnes, qui agissent chacune en son propre nom et pour son propre compte, par lequel une de ces personnes octroie à l autre le droit, en contrepartie d une rémunération, de quelque nature qu elle soit, directe ou indirecte, d utiliser lors de la vente de produits ou de la fourniture de services, une formule commerciale sous une ou plusieurs des formes suivantes : une enseigne commune, un nom commercial commun, un transfert d un savoir-faire, une assistance commerciale ou technique. B. LA VOLONTÉ DU LÉGISLATEUR La loi prévoit l obligation de communiquer à celui qui reçoit le droit dont il est question ci-dessus, au moins un mois avant la conclusion d un contrat de partenariat commercial, un document d information précontractuelle (le DIP) et un projet de contrat. Le contenu du DIP est précisé dans la loi. Le législateur n a pas voulu, à juste titre, limiter le champ d application de la loi aux contrats de franchise. La définition légale des accords de partenariat commercial permet en effet de cerner une multitude de formes de collaborations commerciales qui se rapportent toutes à une activité de vente de biens ou de fourniture de services. Le non-respect de la loi peut avoir de graves conséquences, allant jusqu à la nullité du contrat. C. QUELS SONT LES CONTRATS VISÉS PAR LA LOI? De nombreux contrats de distribution sont soumis à la loi. Les contrats les plus courants sont les suivants (cette énumération n est pas exhaustive): Le contrat de franchise Il est certain que le contrat de franchise est visé puisque si l on prend le Règlement CE n 2790/1999 de la Commission Européenne du 22 décembre 1999, on y lit que : «Est un contrat de franchise un contrat selon lequel une société, le franchiseur, octroie à la partie adverse, le franchisé, contre une rémunération financière directe ou indirecte, le droit au franchisé d exploiter, de vendre certains biens et/ou d effectuer certaines prestations. Le contrat contient au minimum les obligations suivantes : 1) l emploi d un nom commun ou d une enseigne commune et un objet commun ; 2) la communication du franchiseur au franchisé de son savoir-faire; 3) l obligation du franchiseur d épauler continuellement au point de vue commercial ou technique son franchisé, et ce durant toute la période de la convention.» ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 12

13 Le contrat de licence Le propriétaire ou le détenteur d une marque concède le droit à un tiers d utiliser cette marque. Ce contrat de licence peut être assorti d autres droits et obligations : exclusivité territoriale, exclusivité de produits ou services, respect de normes qualitatives, directives concernant la publicité et le marketing, etc. Ce contrat est visé par la nouvelle loi si cette licence permet au licencié de faire usage, sous la marque concédée, moyennant rémunération, d une enseigne commune ou d un nom commercial commun avec d autres licenciés, agissant en leur nom et pour leur propre compte et si, de cette manière, des commerçants indépendants font usage d une même formule commerciale. La loi définit l expression «formule commerciale» notamment par l usage d une enseigne commune ou d un nom commercial commun entre plusieurs commerçants indépendants. Le contrat de concession de vente La fin de ce contrat est réglementée par la loi belge du 27 juillet Cette loi a pour objet de réglementer les délais de préavis et de fixer les indemnités revenant au concessionnaire dont le contrat exclusif à durée indéterminée prend fin par la volonté du concédant. La nouvelle loi du 19 décembre 2005 ne modifie en rien la loi du 27 juillet Elle s y ajoute dans certains cas : ceux où, par exemple, le concessionnaire reçoit le droit d utiliser une enseigne commune ou reçoit, de la part du concédant, une assistance commerciale, à condition toutefois que le concessionnaire doive payer au concédant les avantages qu il reçoit. LA COMMISSION D ARBITRAGE La loi a prévu la mise en place d une commission appelée «Commission d arbitrage», constituée de représentants de franchiseurs, de franchisés, de fédérations professionnelles et d avocats spécialisés en distribution commerciale. La Fédération Belge de la Franchise est représentée dans cette commission. Un rapport d évaluation de la loi du 19 décembre 2005 relative à l information précontractuelle dans le cadre d accords de partenariat commercial rédigé par la Commission d Arbitrage a été mis en ligne sur le site internet du Service Public Fédéral Economie à l adresse suivante : market/franchise/evaluation_report_fr.pdf Ce rapport contient les conclusions de la Commission suite à dix réunions de travail portant sur une série de questions relatives à l application de la loi et contient certaines recommandations. Ce rapport est destiné à la Chambre des représentants où il a été envoyé. Il devrait inspirer les parlementaires lorsqu une nouvelle discussion aura lieu sur les améliorations à apporter à la loi actuelle. La Commission est saisie des questions posées par toute personne concernée par la loi du 19 décembre Elle poursuit ses travaux par l examen de questions précises. Le contrat d affiliation Ce contrat lie un affilié à une centrale d achat qui s engage à approvisionner l ensemble de ses affiliés à des conditions généralement intéressantes ou à négocier auprès de fournisseurs référencés, des conditions favorables. Si ce contrat accorde, en outre, à l affilié, certains droits, notamment le droit d utiliser une enseigne commune ou une assistance commerciale à l affilié, il sera soumis à la nouvelle loi. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 13

14 VI. SI C ÉTAIT À REFAIRE 84 % des répondants se disent satisfaits de leur statut. Ce ratio élevé exprime la volonté du franchisé de progresser en gérant son risque de manière sécurisée, le franchiseur exerçant un contrôle et apportant un support d aide à la décision. Le franchisé n hésite pas à faire part des avantages liés à son statut. «Patron» de son entreprise, il bénéficie du savoir-faire de son franchiseur, de son expérience et de la notoriété de l enseigne ou de la marque dont l exploitation lui a été confiée et dont il est l ambassadeur. Enfin, le franchisé déclare apprécier également son appartenance à un réseau, donc à une «communauté» d exploitants poursuivant le même but, le développement d un projet d intérêts commun partagé par le plus grand nombre. Il existe bien évidemment quelques contraintes habituelles comme la quantité de travail et l obligation de respecter les normes et le «cahier des charges» du franchiseur, ce qui limite quelque peu le champ d action des franchisés. Tous sont conscients que la mauvaise gestion d exploitation dont se rend responsable un franchisé, peut ternir l image de marque de tout un réseau et, par voie de conséquence, causer un préjudice à l ensemble des franchisés. CONCLUSION Les résultats de cette enquête confirment que la franchise reste une forme de partenariat commercial de nature à satisfaire de nombreuses vocations, à créer une vraie valeur ajoutée économique et sociale, à offrir une reconversion moins risquée que pour beaucoup d autres projets indépendants tant pour les personnes qui en deviennent acteurs que pour les enseignes dont les concepts évoluent avec les besoins du marché. A cet égard, il est évident que des études plus approfondies et plus fréquentes sont nécessaires ; des études annuelles permettraient : d actualiser les données, une fois par an, de recenser tous les réseaux qui opèrent en Belgique, classés par forme de partenariat, d améliorer la lisibilité des résultats et de développer l information, de forcer l équilibre des relations entre les partenaires commerciaux, de développer une information qualitative pointue, de professionnaliser les débats relatifs aux rapports de force entre les parties. C est la raison pour laquelle nous plaidons à la FBF pour la création d un Observatoire de toutes les formes de partenariat commercial rentrant dans le champ d application de la loi LARUELLE du 19 décembre Le rôle de cet Observatoire serait de promouvoir toute forme de réflexion et d action dans le domaine du partenariat commercial : rencontres, information, formation, études, centralisation et traitement de données économiques, sociales et juridiques. Il permettrait de construire une éthique et des outils d analyse aux plans juridique et économique. A l instar de la Commission d arbitrage créée par la loi LARUELLE, l Observatoire en serait le prolongement, voire la continuité, et assurerait une large diffusion des résultats de ses travaux en publiant un rapport d évaluation annuel. Didier Depreay, Président de la FBF ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 14

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps 1INTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante. Elle comptait, fin 2007, plus de 1150 réseaux actifs dans tous les secteurs d activité (commerce de détail aussi bien que services)

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. La franchise, un marché pour la transmission. 2. La reprise en réseau. 3. Financer sa reprise en réseau

SOMMAIRE. 1. La franchise, un marché pour la transmission. 2. La reprise en réseau. 3. Financer sa reprise en réseau Reprise d une affaire en franchise: mode d emploi Direction du Développement Banque Populaire SOMMAIRE 2 1. La franchise, un marché pour la transmission 2. La reprise en réseau Maîtriser son risque Connaître

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au BREVET : Définition: Le brevet est un titre délivré par un organisme public spécialisé, donnant à son titulaire le droit exclusif d exploiter une invention pour une durée de vingt ans à compter de la date

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1. La franchise

Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1. La franchise Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1 Alain GHOZI Professeur à l université Panthéon-Assas La franchise Aspects pratiques Objet de la franchise : Ensemble

Plus en détail

Entreprendre en franchise

Entreprendre en franchise Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums

regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums regards sur les métiers des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums good to know you* Le centre expert des industries pharmaceutiques, cosmétiques & parfums, étudie les tendances de ces deux

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté FILIALES DE GROUPE Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté KPMG Edito KPMG réalise régulièrement des études sur le tissu économique régional, dans le

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

www.sacwich.com Y en a pas de meilleur!

www.sacwich.com Y en a pas de meilleur! MC Y en a pas de meilleur! L entreprise et le concept L idée de l'entreprise a toujours été un de mes rêves, depuis ma plus tendre enfance. Le fait d avoir mon père comme mentor dans l industrie alimentaire

Plus en détail

SÉCURITÉ et ACCESSIBILITÉ État des lieux de l hôtellerie dans le département du Lot

SÉCURITÉ et ACCESSIBILITÉ État des lieux de l hôtellerie dans le département du Lot SÉCURITÉ et ACCESSIBILITÉ État des lieux de l hôtellerie dans le département du Lot Enquête réalisée par la CCI du Lot entre le 12 mars et le 13 mai 2010 Rappels législatifs La sécurité incendie : L arrêté

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et transaction immobilières

Licence professionnelle Gestion et transaction immobilières Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et transaction immobilières Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz REUSSIR EN FRANCHISE Animé par : Christophe MEREL, Expert-comptable, GROUPE SECOB www.secob.fr DEFINITION DE LA FRANCHISE «La franchise se définit comme une méthode de collaboration entre, d une part,

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est un contrat consensuel : aucune forme spécifique n est requise. Un écrit est exigé pour certaines conventions,

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE CAMIF : Coopérative des Adhérents de la Mutualité des Instituteurs de France 1.1-Présentation de CAMIF Habitat La CAMIF Habitat a été créée en

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES

DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES Enquête KGWI 2012 - - Des Attirer salariés et fidéliser engagés les et autonomes meilleurs talents Fidélité ou opportunités? Une décision cruciale pour les salariés Les

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun Salarié de droit commun Agent commercial Concessionnaire Commissionnaire courtier Salarié de droit commun Le salarié est lié par un contrat de travail. Les conflits relèvent du Conseil de Prud hommes.

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Chapitre 2 Préparer et suivre les formations

Chapitre 2 Préparer et suivre les formations Chapitre 2 Préparer et suivre les formations Ce chapitre vous permet d approfondir vos connaissances sur un service (ou direction) spécifique de l entreprise : le service Formation. Il mobilise les compétences

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 Stratégie juridique Vous avez pris la résolution de créer un réseau pour développer votre enseigne Le choix du ou des contrats de distribution est

Plus en détail

Regard sur le coaching

Regard sur le coaching Regard sur le coaching «L impossible est le seul adversaire digne de l Homme.» Andrée Chedid La profession de coach s organise en fonction d un phénomène de surmédiatisation et de l engouement dont elle

Plus en détail

Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales. Le point de vue des candidats

Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales. Le point de vue des candidats 2012 Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales Le point de vue des candidats Fed Finance / Cadremploi Edito Les secteurs bancaire et assurantiel sont au cœur de bouleversements

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle assurances de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Monastir الجمهورية التونسية وزارة التعليم العالي والبحث العلمي جامعة المنستير GUIDE DE CONTRAT

Plus en détail

LA CRÉATION EN FRANCHISE

LA CRÉATION EN FRANCHISE (r) assurez-vous sur LA CRÉATION EN FRANCHISE LIVRE BLANC «ASSURÉ D ENTREPRENDRE» - N 4 2 INTRODUCTION SOMMAIRE INTRO Avec 65 133 franchisés pour 1 719 franchiseurs en 2013 en France, selon les derniers

Plus en détail

Les talents en France Tendances 2014. À quoi pensent les professionnels

Les talents en France Tendances 2014. À quoi pensent les professionnels Les talents en France Tendances 2014 À quoi pensent les professionnels Introduction Pour les professionnels qui souhaitent un changement de carrière, la période que nous traversons en France est intéressante.

Plus en détail

Dossier de presse. Contact presse. www.agencessaintferdinand.com

Dossier de presse. Contact presse. www.agencessaintferdinand.com Dossier de presse Contact presse FORCE MEDIA Patricia Ouaki - 01 44 40 24 01 Mobile : 06 07 59 60 32 patricia.ouaki@forcemedia.fr www.agencessaintferdinand.com Saint Ferdinand Le groupe Saint Ferdinand

Plus en détail

Observation du territoire Parisien

Observation du territoire Parisien Observation du territoire Parisien Les services à la personne Septembre 2007 Le marché des services à la personne à Paris en 2005 A Paris, en 2005, 80,8 % du marché total des services à la personne en

Plus en détail

Réseau et Licence de Marque. Spécialiste de la livraison de repas à Domicile & Généraliste des services d Aide à Domicile

Réseau et Licence de Marque. Spécialiste de la livraison de repas à Domicile & Généraliste des services d Aide à Domicile Réseau et Licence de Marque Spécialiste de la livraison de repas à Domicile & Généraliste des services d Aide à Domicile Réseau et Licence de Marque Spécialiste de la livraison de repas à Domicile & Généraliste

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web www.cometik.com 2010-2011 SOMMAIRE CARTE D IDENTITE COMETIK GROUP COMETIK GROUP EN QUELQUES MOTS p 2 p 3 De deux associés à plus de 120 collaborateurs,

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

Rapport d analyse d enquête «Le recours au conseil RH dans les entreprises de la région Nord Pas de Calais»

Rapport d analyse d enquête «Le recours au conseil RH dans les entreprises de la région Nord Pas de Calais» Rapport d analyse d enquête «Le recours au conseil RH dans les entreprises de la région Nord Pas de Calais» Commanditée par Place Capital Humain www.master-rh.org Sommaire Présentation de Place Capital

Plus en détail

TYPOLOGIE DES FRANCHISES

TYPOLOGIE DES FRANCHISES FRANCHISE DEFINITION C est un contrat innommé C est la réitération d un succès Définition de la jurisprudence : «un contrat synallagmatique à exécution successive, par lequel une entreprise dénommée franchiseur,

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Les accords de libre-échange auxquels participe le Canada et la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (Canada)

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

Enquête auprès de salariés de TPE

Enquête auprès de salariés de TPE Enquête auprès de salariés de TPE Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marion Desreumaux, Chef de groupe au Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 1. Notion générale... 9 2.

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE GILLES THIRIEZ ET JEAN-PIERRE PAMIER GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE Quatrième édition Éditions d Organisation, 1996, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2877-9 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Chapitre

Plus en détail

Chapitre 3 : les principaux accords interentreprises : franchise, sous-traitance, concession, agrément.

Chapitre 3 : les principaux accords interentreprises : franchise, sous-traitance, concession, agrément. Droit - BTS 2 année Chapitre 3 : les principaux accords interentreprises : franchise, sous-traitance, concession, agrément. Durant les deux dernières décennies, la pratique des accords interentreprises

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Rejoignez la franchise Interior

Rejoignez la franchise Interior Rejoignez la franchise Interior Vente - Location vide - Location meublée Une agence immobilière classique avec une spécificité : la location meublée Le réseau «Haut de Gamme» de l immobilier Transmission

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE DES CADRES INGéNIEURS

SITUATION PROFESSIONNELLE DES CADRES INGéNIEURS LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-40 mai 2013 - Profil de formation, caractéristiques du poste et de l entreprise - Comparaison entre diplômés de l Université et diplômés d une école d ingénieurs - Les

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

Palmarès 2012 des formations RH

Palmarès 2012 des formations RH Palmarès 2012 des formations RH Etude Andrh Inergie pour Liaisons Sociales Attentes et pratiques des professionnels de la fonction RH en matière de formation RH initiale et continue Septembre 2012 Contacts

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES DE CONGÉS INDIVIDUELS DE FORMATION ÉTAT DES LIEUX DE LA SATISFACTION ET DES ATTENTES DES BÉNÉFICIAIRES DE CIF Une enquête du Fongecif Rhône-Alpes Pourquoi

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Licence professionnelle Management financier et marketing des services

Licence professionnelle Management financier et marketing des services Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management financier et marketing des services Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus Développement des collaborateurs et évolution des salaires dans le secteur des achats Etude 2014 Prof. Dr. Stephan M. Wagner Chaire de gestion logistique Département Management, technologie et économie

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41 BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE Gestion et relation clientèle U41 SESSION 2012 Durée : 3h30 Coefficient : 4 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

LE PORTAGE SIMPLEMENT

LE PORTAGE SIMPLEMENT LE PORTAGE SIMPLEMENT L équipe de CAREER BOOSTER apporte une démarche personnalisée et éthique à l égard des clients, collaborateurs et des partenaires qui la rejoignent. SUCCESS PORTAGE Résidence Gambetta

Plus en détail