ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE. réalisée par la Fédération Belge de la Franchise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE. réalisée par la Fédération Belge de la Franchise"

Transcription

1 ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE réalisée par la Fédération Belge de la Franchise

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 Mot du Président 4 Enquête I. Méthodologie 5 A. Objectifs 5 B. Panel 5 LES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 6 I. Les franchisés 6 A. L âge moyen 6 B. Homme ou femme? 6 C. Le niveau d étude 6 D. L expérience professionnelle 6 E. L ancienneté moyenne du franchisé dans son point de vente 7 F. Les motivations principales 7 G. Pluri et Multi franchisés : 1. Combien de points de vente développe-t-on lorsqu on pratique la franchise? 7 2. Quelles ont été les raisons d entreprendre la création d un second voire d un troisième point de vente? 8 3. La fidélité à une enseigne 8 4. Les raisons de ce choix 8 II. Les franchiseurs 8 A. Qui sont-ils? 8 B. Le métier pratiqué 8 C. L origine géographique de l enseigne : 1. D où viennent les concepts exploités en Belgique? 9 2. Où retrouve-t-on les concepts belges? 9 D. La localisation du point de vente 10 E. Les sources de l investissement de départ 10 III. La franchise, créatrice d emplois 10 A. Chez le franchiseur 10 B. Chez le franchisé 10 IV. Les formations 11 A. L avis du franchiseur 11 B. L avis du franchisé 11 V. La loi LARUELLE 12 VI. Si c était à refaire 14

3 PRÉAMBULE La Fédération Belge de la Franchise (FBF) a fêté en 2012 ses 20 années d existence. Bien sûr, le développement d une enseigne au moyen du système de franchise existe depuis plus longtemps; il remonte à l avant-dernière guerre. Cette méthode a toutefois connu une forte croissance ces 20 dernières années au fur et à mesure où son application par la grande distribution s est élargie à l ensemble des secteurs de l activité économique. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 3

4 LE MOT DU PRÉSIDENT Les résultats de cette enquête 2012 se situent au cœur des préoccupations de toutes les enseignes qui opèrent en Belgique et attendent de mieux en comprendre l évolution pour se positionner sur leur marché respectif. Pour collecter des informations qui collent au plus près des réalités du marché, la Fédération Belge de la Franchise, auteure de ce rapport, a multiplié les démarches, approché les enseignes à plusieurs reprises et par différents moyens de communication sans lesquels il est impossible de se faire une idée précise de l état du marché et de concevoir avec pertinence une politique de défense des intérêts communs que souhaitent partager l ensemble des membres de sa corporation. Cette nécessité est encore davantage accentuée dans le système organisationnel de la franchise car il constitue un terrain de prédilection de la gestion des savoir-faire, ce qui le distingue des autres formes de partenariat commercial. Autant les systèmes de franchise se distinguent les uns des autres par le métier, autant ils se ressemblent par le management des connaissances et des savoirfaire qu ils tentent de mettre en œuvre pour optimiser l organisation de leur système et développer leurs affaires de manière durable. L enquête menée en 2012 par la Fédération Belge de la Franchise s inscrit dans ce cadre et permet de faire une série de constats sur les pratiques, bonnes et moins bonnes. A cet égard, cette enquête contribue à mieux cerner l évolution des systèmes et à déterminer quelques tendances répondant ainsi aux aspirations bien légitimes des franchiseurs et franchisés, et plus particulièrement aux futurs acteurs de la franchise. Didier DEPREAY, Président de la FBF ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 4

5 I. MÉTHODOLOGIE A. OBJECTIFS Après avoir réalisé en 2006 une étude quantitative et, en 2007, une étude qualitative, il nous est apparu plus opportun d évaluer cette fois le secteur en faisant un état de son évolution récente et de sa capacité à générer de l activité économique. Nous avons cherché à établir des profils types de franchisés et de franchiseurs pour mieux comprendre le dialogue que la Fédération entretient avec eux et pour affiner le programme de formations qu elle donne aux personnes qui s interrogent sur les possibilités et particularités des systèmes de franchise présents dans notre pays. Plusieurs thèmes sont traités tout au long de cette enquête : celui de la formation des franchisés, celui de la franchise créatrice d emplois ou encore celui des qualités requises par un franchiseur en vue d agréer le dossier d un candidat à la franchise. B. PANEL Les franchisés : 465 questionnaires ont été envoyés par courrier électronique à des franchisés des réseaux membres de la FBF. 120 réponses ont été validées, soit 25% de l ensemble des questionnaires, ce qui constitue l échantillon représentatif sur base duquel les résultats apparaissent dans ce rapport. Les indépendants sous enseigne ayant répondu à l enquête représentent un total de 818 filiales et 3213 franchisés déclarés et assimilés, une majorité d entre eux étant implantés dans la Région de Bruxelles-Capitale et en Wallonie. Pour ce qui concerne les réseaux du commerce associé, 375 questionnaires ont été envoyés, aux membres ainsi qu aux nonmembres de la Fédération Belge de la Franchise sur base des fichiers de contacts internes et du Who s Who 2012 de «franchise. be» : 94 réponses sont parvenues, soit un taux de retour s élevant également à 25 %. Remarque : le caractère linguistique n a pas été pris en compte. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 5

6 LES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE I. LES FRANCHISÉS A. L ÂGE MOYEN L âge moyen d un franchisé belge s élève à 46 ans et l âge moyen à partir duquel l activité en franchise a débuté est de 38 ans. On peut estimer à 15 ans la première carrière professionnelle de l intéressé, la plupart du temps en tant que salarié, avant qu il ne se dirige vers la franchise. B. HOMME OU FEMME? Ce même franchisé est dans 75 % des cas un homme, si l on ne tient pas compte des grands réseaux «féminins» comme PREMAMAN et YVES ROCHER. La proportion descend à 55 % d hommes en tenant compte des réseaux féminins, comme l enquête 2006 l avait déjà démontré. C. LE NIVEAU D ÉTUDE Exploiter un commerce en franchise n est pas chose facile. Ce n est pas pour autant réservé à une élite! Le critère du diplôme n est pas déterminant pour la sélection d un candidat franchisé pour son accès au réseau. 32% des franchisés ont un diplôme du secondaire supérieur. 23% disposent d un graduat et 19% disposent d un diplôme de type universitaire.. Niveau d étude du franchisé 26% 32% Si l on compare ces résultats avec ceux d une étude de la Fédération Française de la Franchise effectuée en 2011(Institut CSA), on observe qu ils sont du même ordre : 55 % d hommes et 45 % de femmes exercent leur profession sous ce statut d indépendant franchisé. 19% 23% Franchisé ou franchisée? Secondaires supérieures Femme 25% Homme 75% Graduat Universitaire Autres D. L EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE DU FRANCHISÉ Ces franchisés arrivent dans le monde de la franchise avec pour 86,15 % d entre eux, un bagage professionnel acquis lors d une ou de plusieurs expériences professionnelles antérieures. On peut déduire des résultats ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 6

7 qu un grand nombre de salariés souhaitent se reconvertir et devenir indépendants par l entremise de la franchise. 36 % sont d anciens salariés d un secteur tout à fait différent de celui dans lequel ils exercent leur activité en franchise. 33 % sont issus du même secteur d activités. 44 % sont guidés par la possibilité d offrir un emploi à leurs enfants. Enfin, 40 % déclarent que devenir son propre patron est un facteur primordial du passage au statut d indépendant. Nombre de points de vente par franchisé E. L ANCIENNETÉ MOYENNE DU FRANCHISÉ DANS SON POINT DE VENTE L enquête démontre qu en moyenne, le franchisé est présent dans son point de vente depuis près de 12 ans. Les contrats de franchise durant généralement 9 ans, on peut en déduire qu une majorité de franchisés, satisfaits et confiants en leur franchiseur, renouvellent leur contrat de franchise au moins 1 fois. 24% 6% 70% Les raisons qui poussent à devenir franchisé 1 2 à 3 + de 3 G. PLURI ET MULTI FRANCHISÉS 19% Construire son propre patrimoine Améliorer ses revenus Offrir un emploi à ses enfants Devenir son propre patron F. LES MOTIVATIONS PRINCIPALES Quelles sont les raisons qui ont poussé ces anciens salariés à devenir des indépendants franchisés? Quatre raisons essentielles semblent être à la base de la prise de décision: 46 % trouvent primordial de se construire un patrimoine financier propre. 44 % souhaitent améliorer leurs revenus et y parviennent. 32% 23% 46% 44% 44% 40% La multi-franchise et la pluri-franchise consistent, pour un franchisé, à multiplier les chances de succès en ouvrant plusieurs points de franchise. Toutefois, si la multi-franchise concerne l ouverture de plusieurs points de vente sous une seule enseigne, la pluri-franchise consiste en la création de plusieurs points de vente sous différentes enseignes. 1 Combien de points de vente développe-t-on lorsqu on fait de la franchise? Plus de 70 % des franchisés belges se focalisent uniquement sur un seul point de vente mais ils sont près de 24 % à exploiter entre 2 et 3 points de vente sous la même enseigne. Seulement 1 % d entre eux déclarent exploiter plus de 3 points de vente et parmi eux, 2 déclarent exploiter plus de 10 points de vente. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 7

8 2 Quelles ont été les raisons d entreprendre la création d un second voire d un troisième point de vente? 41 % répondent avoir eu une opportunité plus qu intéressante de développer un point de vente supplémentaire tandis que 35 % déclarent que cette expansion est liée à des motivations financières et/ou stratégiques. On observe également une tendance à l expansion dans le but d augmenter la visibilité de l enseigne et sa part de marché dans la même zone de chalandise. 4 Les raisons de ce choix Les raisons majeures du choix d une enseigne sont les suivantes: L attrait du produit, La nature du métier, La notoriété et l image de lenseigne, Les capacités financières requises, Les conditions d adhésion, Les modalités d intégration au réseau. 3 La fidélité à une enseigne 86 % des franchisés exploitant un second ou un troisième point de vente se sont concentrés sur la même enseigne alors que les 14 % restant ont préféré ouvrir un point de vente lié à une autre enseigne et donc à un autre concept. II. LES FRANCHISEURS A. QUI SONT-ILS? 84% des enseignes ayant participé à l enquête pratiquent la franchise ou une formule assimilable et 16% d entre elles se développent par leurs propres moyens. Parmi ces dernières, 70% envisagent de recourir au développement par voie de franchise. B. LE MÉTIER PRATIQUÉ: 15% appartiennent au secteur de l Horeca, 10% relèvent de l équipement de la maison et du service au particulier et 6% proviennent du bricolage. La franchise est donc présente dans les grands secteurs de la distribution classique que constituent l alimentaire, l équipement de la maison et le bricolage. Les grands secteurs de la distribution classique représentent donc un total d un tiers des opérateurs franchiseurs 17 % des franchiseurs et autres formes de partenariat commercial interrogés (assimilés) appartiennent au secteur alimentaire (spécialisé ou non), ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 8

9 Les divers types de franchise: 1) La franchise de production C est le type de collaboration où le franchiseur produit des biens et les écoule par l intermédiaire de son réseau de franchise. Les franchisés ont souvent l interdiction de vendre autre chose car la base du concept marketing est la marque de fabrique. Les secteurs les plus connus sont la fabrication de pralines, le textile, les parfums, la boulangerie. 2) La franchise de distribution Le franchiseur distribue des produits via un réseau de magasins franchisés. Il joue soit le rôle de centrale d achat et offre alors à ses franchisés l avantage d un stock central, soit il se limite à une centrale de référencement en leur proposant des listes de produits et/ou de fournisseurs agréés. Dans les deux cas, le savoirfaire du franchiseur repose sur l accès à des conditions d achat meilleures, à un système d approvisionnement et sur l organisation modélisée du point de vente. C est la franchise que l on rencontre traditionnellement dans les secteurs de la distribution alimentaire, du bricolage, de la librairie et plus récemment aussi dans l équipement de la maison, la télécommunication et l informatique. 3) La franchise de services La franchise consiste, ici, à offrir un certain nombre de services selon les méthodes et les instructions définies par le franchiseur. Ces franchises sont, dans certains cas, assorties de la livraison de produits. C est le cas, par exemple, de la restauration rapide, des chaînes d hôtels, des services de nettoyage et d entretien. D autres ne sont pas accompagnés de livraison de produits comme les réseaux de carwash, les laveries automatiques, les services aux personnes (âgées). Ce type de franchise est celui qui se développe le plus depuis ces dernières années. 4) La franchise industrielle Il s agit d une franchise peu courante, permettant au franchisé d ouvrir sa propre unité de production industrielle selon les techniques, le cahier des charges pour l équipement, les procédures de travail et les schémas d organisation qui ont été définis par le franchiseur. Le franchisé assure la production, la distribution et la commercialisation des produits sur le territoire qui lui a été octroyé. Si 31% des réseaux sont des franchises de distribution, la première place revient à la franchise de services avec 37%. La franchise de production représente 17% du secteur tandis que 5% pratiquent la concession de licence de marque. C. L ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DE L ENSEIGNE a. D où viennent les concepts exploités en Belgique? Un concept de franchise s exporte et s importe. En Belgique, 53 % des concepts exploités sont d origine belge. 23 % sont originaires de France et 13 % sont d origines américaines (Etats Unis). b. Quelles sont les intentions des franchiseurs belges à l exportation? 60% des franchiseurs belges ambitionnent de s exporter vers la France. 43 % vers les Pays-Bas et l Allemagne, 17 % sont attirés par la Grande Bretagne, 13 % par la Tchéquie. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 9

10 D. LA LOCALISATION DU POINT DE VENTE Le franchiseur doit également agréer le choix de l emplacement du point de vente de son candidat franchisé ; il est en effet seul à pouvoir évaluer les qualités commerciales de l emplacement ainsi que son adéquation avec le concept. Tout concept requiert un emplacement qui lui est adapté en fonction de critères prédéfinis par le franchiseur. Ainsi, chaque point de vente d une même enseigne sera implanté dans un environnement-type comme sur l accès d entrée d une ville, à l intérieur ou à proximité d une zone industrielle, en centre ville et / ou dans un centre commercial. L enquête n indique pas qu un emplacement soit meilleur qu un autre, mais révèle que 49 % des emplacements se trouvent en périphérie des grandes villes, tandis que 27 % sont localisés dans le centre-ville-même. 37% de ces emplacements sont localisés directement aux abords de centre commerciaux. E. LES SOURCES DE L INVESTISSEMENT DE DÉPART Le montant des investissements varie en fonction du concept et des exigences du franchiseur. L exploitation d une franchise peut requérir une surface de 60 m² ne nécessitant pas de financement d un stock de marchandises important et d équipements coûteux alors qu un magasin de bricolage requiert une surface beaucoup plus grande et un stock de marchandises important. Ainsi, l investissement de départ peut s élever à euros comme il peut dépasser euros. Quoiqu il en soit, le franchiseur exigera de la part du franchisé un apport personnel équivalant à environ un tiers de l investissement total, les deux autres tiers étant financés par d autres bailleurs de fonds. Mettant ainsi en jeu ses propres deniers, le franchisé donne au franchiseur un témoignage de son implication et de sa confiance. III. LA FRANCHISE, CRÉATRICE D EMPLOIS A. CHEZ LE FRANCHISEUR Le franchiseur décidé de se développer en franchise devient lui-même employeur. Une «centrale de franchise» peut compter quelques fois plusieurs dizaines d emplois, directs et indirects. B. CHEZ LE FRANCHISÉ Le franchiseur ne crée pas seulement de l emploi dans sa centrale, mais génère également de l emploi chez ses franchisés. En tant qu employeur, le franchisé se charge lui-même du recrutement des membres du personnel. Certaines franchises requièrent jusqu à 30 travailleurs pour assurer l opérationnalité du concept. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 10

11 IV. LES FORMATIONS A. L AVIS DU FRANCHISEUR Tout franchiseur soucieux d une bonne exploitation de son concept et de l image de son enseigne accorde la plus grande importance à la formation et à l intégration du candidat franchisé. C est pourquoi, 88% d entre eux assurent eux-mêmes les formations spécifiques au domaine qui leur est propre. Ce sont généralement les matières techniques liées au métier. Les autres (12%) remettent à leur candidat une liste des formations requises à suivre par leurs propres moyens avant de pouvoir entamer toute procédure contractuelle le liant au franchiseur. Les formations internes, tant d un point de vue théorique que pratique, peuvent se limiter à quelques jours mais peuvent également durer plusieurs semaines voire plusieurs mois. (18 mois dans un cas) Des formations spécifiques en rapport avec les techniques de vente des produits sont organisées au profit du personnel en contact avec la clientèle, ainsi que par rapport à la gestion du stock disponible sur le point de vente. Dans le domaine de l alimentaire et de l HORECA, une formation théorique sur les protocoles d hygiène à respecter est considérée comme indispensable afin d éviter tout problème lié à une mauvaise gestion de la qualité et de la propreté, non seulement du point de vente mais aussi des produits proposés. Le franchiseur accorde également beaucoup d importance aux capacités humaines des franchisés à manager les équipes de vente. B. L AVIS DU FRANCHISÉ L enquête révèle que les franchisés attribuent la plus grande importance aux formations ayant trait à la gestion proprement dite du concept. La formation relative à la connaissance du produit vient ensuite. Enfin, la troisième formation la plus citée est celle qui concerne la gestion des process informatiques relatifs à la gestion des stocks et à la gestion des outils de communication, interne et externe. A la question «Êtes-vous satisfaits des formations proposées par votre franchiseur?», 70 % des franchisés sondés déclarent l être, et 30 % déclarent souhaiter plus de formations, notamment des matières qui relèvent du marketing. Malgré cela, le ressenti des franchisés quant aux formations suivies varie : parmi les 30% qui désirent plus de formations, un sentiment général se dégage, celui de formations jugées «trop théoriques». Le franchiseur offre généralement des jours de formation à son franchisé afin de le rendre le plus performant possible : une moyenne de 9 jours de formation «continuée» seraient ainsi offerts annuellement au franchisé. Le franchisé retire de ces formations des avantages certains, tels que la maîtrise de ses coûts d exploitation, des conseils en matière de financement de ses investissements, de l utilisation d internet et plus particulièrement des réseaux sociaux en tant que vecteurs de communication. Dès l ouverture d un point de vente, le franchiseur assure le suivi de son franchisé. Ce suivi peut varier d un franchisé à l autre selon les points forts et faibles de chacun d entre eux. On note que le franchiseur assure une assistance permanente, et plus particulièrement durant les quelques mois qui suivent le démarrage de l activité. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 11

12 V. LA LOI LARUELLE (LOI DU 19 DÉCEMBRE 2005 MONITEUR BELGE DU 18 JANVIER 2006) 12,5% des personnes interrogées (franchisés au sens large) déclarent ignorer la loi. Seulement 79.5% des réseaux ont recours à un DIP (Document d Informations Précontractuelles) et respectent l obligation de l information précontractuelle à dispenser à tout candidat à la franchise au moins 30 jours avant la signature de tout engagement. Le recours au DIP a pour effet principal de mieux structurer la communication des informations contractuelles qui vont lier les deux parties, ce qui entraîne une meilleure lisibilité et une meilleure compréhension des responsabilités et engagements de chacun. Le DIP permet ainsi une véritable discussion entre le franchiseur et le candidat franchisé sur les droits et devoirs de chacun d eux. Même si cela représente une charge de travail administratif supplémentaire pour le franchiseur, le DIP est généralement perçu de manière positive par les deux parties. L INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE A. INTRODUCTION Les accords de partenariat commercial sont soumis en Belgique aux dispositions de la loi du 19 décembre 2005 relative à l information précontractuelle. La loi s applique aux accords de partenariat commercial conclus entre deux personnes, qui agissent chacune en son propre nom et pour son propre compte, par lequel une de ces personnes octroie à l autre le droit, en contrepartie d une rémunération, de quelque nature qu elle soit, directe ou indirecte, d utiliser lors de la vente de produits ou de la fourniture de services, une formule commerciale sous une ou plusieurs des formes suivantes : une enseigne commune, un nom commercial commun, un transfert d un savoir-faire, une assistance commerciale ou technique. B. LA VOLONTÉ DU LÉGISLATEUR La loi prévoit l obligation de communiquer à celui qui reçoit le droit dont il est question ci-dessus, au moins un mois avant la conclusion d un contrat de partenariat commercial, un document d information précontractuelle (le DIP) et un projet de contrat. Le contenu du DIP est précisé dans la loi. Le législateur n a pas voulu, à juste titre, limiter le champ d application de la loi aux contrats de franchise. La définition légale des accords de partenariat commercial permet en effet de cerner une multitude de formes de collaborations commerciales qui se rapportent toutes à une activité de vente de biens ou de fourniture de services. Le non-respect de la loi peut avoir de graves conséquences, allant jusqu à la nullité du contrat. C. QUELS SONT LES CONTRATS VISÉS PAR LA LOI? De nombreux contrats de distribution sont soumis à la loi. Les contrats les plus courants sont les suivants (cette énumération n est pas exhaustive): Le contrat de franchise Il est certain que le contrat de franchise est visé puisque si l on prend le Règlement CE n 2790/1999 de la Commission Européenne du 22 décembre 1999, on y lit que : «Est un contrat de franchise un contrat selon lequel une société, le franchiseur, octroie à la partie adverse, le franchisé, contre une rémunération financière directe ou indirecte, le droit au franchisé d exploiter, de vendre certains biens et/ou d effectuer certaines prestations. Le contrat contient au minimum les obligations suivantes : 1) l emploi d un nom commun ou d une enseigne commune et un objet commun ; 2) la communication du franchiseur au franchisé de son savoir-faire; 3) l obligation du franchiseur d épauler continuellement au point de vue commercial ou technique son franchisé, et ce durant toute la période de la convention.» ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 12

13 Le contrat de licence Le propriétaire ou le détenteur d une marque concède le droit à un tiers d utiliser cette marque. Ce contrat de licence peut être assorti d autres droits et obligations : exclusivité territoriale, exclusivité de produits ou services, respect de normes qualitatives, directives concernant la publicité et le marketing, etc. Ce contrat est visé par la nouvelle loi si cette licence permet au licencié de faire usage, sous la marque concédée, moyennant rémunération, d une enseigne commune ou d un nom commercial commun avec d autres licenciés, agissant en leur nom et pour leur propre compte et si, de cette manière, des commerçants indépendants font usage d une même formule commerciale. La loi définit l expression «formule commerciale» notamment par l usage d une enseigne commune ou d un nom commercial commun entre plusieurs commerçants indépendants. Le contrat de concession de vente La fin de ce contrat est réglementée par la loi belge du 27 juillet Cette loi a pour objet de réglementer les délais de préavis et de fixer les indemnités revenant au concessionnaire dont le contrat exclusif à durée indéterminée prend fin par la volonté du concédant. La nouvelle loi du 19 décembre 2005 ne modifie en rien la loi du 27 juillet Elle s y ajoute dans certains cas : ceux où, par exemple, le concessionnaire reçoit le droit d utiliser une enseigne commune ou reçoit, de la part du concédant, une assistance commerciale, à condition toutefois que le concessionnaire doive payer au concédant les avantages qu il reçoit. LA COMMISSION D ARBITRAGE La loi a prévu la mise en place d une commission appelée «Commission d arbitrage», constituée de représentants de franchiseurs, de franchisés, de fédérations professionnelles et d avocats spécialisés en distribution commerciale. La Fédération Belge de la Franchise est représentée dans cette commission. Un rapport d évaluation de la loi du 19 décembre 2005 relative à l information précontractuelle dans le cadre d accords de partenariat commercial rédigé par la Commission d Arbitrage a été mis en ligne sur le site internet du Service Public Fédéral Economie à l adresse suivante : market/franchise/evaluation_report_fr.pdf Ce rapport contient les conclusions de la Commission suite à dix réunions de travail portant sur une série de questions relatives à l application de la loi et contient certaines recommandations. Ce rapport est destiné à la Chambre des représentants où il a été envoyé. Il devrait inspirer les parlementaires lorsqu une nouvelle discussion aura lieu sur les améliorations à apporter à la loi actuelle. La Commission est saisie des questions posées par toute personne concernée par la loi du 19 décembre Elle poursuit ses travaux par l examen de questions précises. Le contrat d affiliation Ce contrat lie un affilié à une centrale d achat qui s engage à approvisionner l ensemble de ses affiliés à des conditions généralement intéressantes ou à négocier auprès de fournisseurs référencés, des conditions favorables. Si ce contrat accorde, en outre, à l affilié, certains droits, notamment le droit d utiliser une enseigne commune ou une assistance commerciale à l affilié, il sera soumis à la nouvelle loi. ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 13

14 VI. SI C ÉTAIT À REFAIRE 84 % des répondants se disent satisfaits de leur statut. Ce ratio élevé exprime la volonté du franchisé de progresser en gérant son risque de manière sécurisée, le franchiseur exerçant un contrôle et apportant un support d aide à la décision. Le franchisé n hésite pas à faire part des avantages liés à son statut. «Patron» de son entreprise, il bénéficie du savoir-faire de son franchiseur, de son expérience et de la notoriété de l enseigne ou de la marque dont l exploitation lui a été confiée et dont il est l ambassadeur. Enfin, le franchisé déclare apprécier également son appartenance à un réseau, donc à une «communauté» d exploitants poursuivant le même but, le développement d un projet d intérêts commun partagé par le plus grand nombre. Il existe bien évidemment quelques contraintes habituelles comme la quantité de travail et l obligation de respecter les normes et le «cahier des charges» du franchiseur, ce qui limite quelque peu le champ d action des franchisés. Tous sont conscients que la mauvaise gestion d exploitation dont se rend responsable un franchisé, peut ternir l image de marque de tout un réseau et, par voie de conséquence, causer un préjudice à l ensemble des franchisés. CONCLUSION Les résultats de cette enquête confirment que la franchise reste une forme de partenariat commercial de nature à satisfaire de nombreuses vocations, à créer une vraie valeur ajoutée économique et sociale, à offrir une reconversion moins risquée que pour beaucoup d autres projets indépendants tant pour les personnes qui en deviennent acteurs que pour les enseignes dont les concepts évoluent avec les besoins du marché. A cet égard, il est évident que des études plus approfondies et plus fréquentes sont nécessaires ; des études annuelles permettraient : d actualiser les données, une fois par an, de recenser tous les réseaux qui opèrent en Belgique, classés par forme de partenariat, d améliorer la lisibilité des résultats et de développer l information, de forcer l équilibre des relations entre les partenaires commerciaux, de développer une information qualitative pointue, de professionnaliser les débats relatifs aux rapports de force entre les parties. C est la raison pour laquelle nous plaidons à la FBF pour la création d un Observatoire de toutes les formes de partenariat commercial rentrant dans le champ d application de la loi LARUELLE du 19 décembre Le rôle de cet Observatoire serait de promouvoir toute forme de réflexion et d action dans le domaine du partenariat commercial : rencontres, information, formation, études, centralisation et traitement de données économiques, sociales et juridiques. Il permettrait de construire une éthique et des outils d analyse aux plans juridique et économique. A l instar de la Commission d arbitrage créée par la loi LARUELLE, l Observatoire en serait le prolongement, voire la continuité, et assurerait une large diffusion des résultats de ses travaux en publiant un rapport d évaluation annuel. Didier Depreay, Président de la FBF ENQUÊTE SUR LE SECTEUR DE LA FRANCHISE EN BELGIQUE 14

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

LA CRÉATION EN FRANCHISE

LA CRÉATION EN FRANCHISE (r) assurez-vous sur LA CRÉATION EN FRANCHISE LIVRE BLANC «ASSURÉ D ENTREPRENDRE» - N 4 2 INTRODUCTION SOMMAIRE INTRO Avec 65 133 franchisés pour 1 719 franchiseurs en 2013 en France, selon les derniers

Plus en détail

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Le 24 juillet 2015 Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Article 1er L article 5 du chapitre II, titre Ier, relatif à la

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 63

guide du créateur d entreprise 63 06 Choisir une forme juridique guide du créateur d entreprise 63 1. Entreprise individuelle ou société? Prendre la décision d exercer vos activités en tant qu indépendant en personne physique ou de constituer

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise

Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise Le franchisage et la Banque Scotia Consciente de l importante contribution des entreprises franchisées à la vie économique, la Banque Scotia a élaboré

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun

Les statuts des vendeurs. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun. Les statuts des vendeurs Salarié de droit commun Salarié de droit commun Agent commercial Concessionnaire Commissionnaire courtier Salarié de droit commun Le salarié est lié par un contrat de travail. Les conflits relèvent du Conseil de Prud hommes.

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

AVENANT DU 28 AVRIL 2014

AVENANT DU 28 AVRIL 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET ASSIMILÉES AVENANT DU 28 AVRIL

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE -2014

DOSSIER DE PRESSE -2014 RESEAU DE CONSEILLERS EN IMMOBILIER INDEPENDANTS Compétences des conseillers - Sécurité absolue des transactions DOSSIER DE PRESSE -2014 Pour en savoir plus : www.optimhome.com Contact presse Agence Shan

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

ADhÉRer au RÉseaU AdomiS... le choix de la performance sociale comme moteur de la performance économique

ADhÉRer au RÉseaU AdomiS... le choix de la performance sociale comme moteur de la performance économique ADhÉRer au RÉseaU AdomiS... le choix de la performance sociale comme moteur de la performance économique ADOMIS ET LE SERVICE À LA PERSONNE À l origine, un engagement humain fort...3 Un concept éprouvé

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT Titre enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles de niveau II délivré par Université Catholique de l Ouest IPLV (J.O du

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

LE PORTAGE SIMPLEMENT

LE PORTAGE SIMPLEMENT LE PORTAGE SIMPLEMENT L équipe de CAREER BOOSTER apporte une démarche personnalisée et éthique à l égard des clients, collaborateurs et des partenaires qui la rejoignent. SUCCESS PORTAGE Résidence Gambetta

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web www.cometik.com 2010-2011 SOMMAIRE CARTE D IDENTITE COMETIK GROUP COMETIK GROUP EN QUELQUES MOTS p 2 p 3 De deux associés à plus de 120 collaborateurs,

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Bruxelles Invest & Export

Bruxelles Invest & Export Bruxelles Invest & Export Réserve d Attachés économiques et commerciaux (h/f) Règlement de sélection 2012 CODE FONCTION 1259 I. CONTEXTE DE LA FONCTION Né de la fusion d Invest in Brussels et de Bruxelles

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Centre commercial, Centre-ville Même combat? Assises de Centre-Ville en Mouvement Reims 12 juin 2013

Centre commercial, Centre-ville Même combat? Assises de Centre-Ville en Mouvement Reims 12 juin 2013 Centre commercial, Centre-ville Même combat? Assises de Centre-Ville en Mouvement Reims 12 juin 2013 Un combat avec quelles armes? Faire et tenir ses promesses Stratégie urbaine Stratégie de fonctionnement

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

Document de présentation. HRcareers. 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social. www.hrcareers.fr

Document de présentation. HRcareers. 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social. www.hrcareers.fr Document de présentation HRcareers 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social www.hrcareers.fr SOMMAIRE 1. Qui sommes nous? 2. Le 1 er site emploi/formation des professionnels RH et

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Master Droit international, européen et comparé

Master Droit international, européen et comparé Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit international, européen et comparé Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Contrairement à une formation classique, le dispositif

Contrairement à une formation classique, le dispositif Repères HORS SERIE EMPLOI FORMATION n 21 - Juillet 2014 Les parcours VAE en Haute-Normandie Contrairement à une formation classique, le dispositif de la Validation des Acquis de l Expérience offre des

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion patrimoniale et immobilière

Licence professionnelle Gestion patrimoniale et immobilière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion patrimoniale et immobilière Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

CONTRAT DE CONCESSION n C\...

CONTRAT DE CONCESSION n C\... CONTRAT DE CONCESSION n C\......\.. Entre les soussignés La Société Régionale du Port de Bruxelles, personne morale de droit public créée par l ordonnance du trois décembre mil neuf cent nonante-deux,

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire 1- Quels sont les préalables à compléter au secondaire afin d être admissible au cégep? L important, c est d obtenir un diplôme d études collégiales

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires 2011 ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires Note de Synthèse Présentation de l étude Réalisé par 1 SOMMAIRE Partie 1 : PRESENTATION DE L ENQUETE p. 3 Partie 2 : ENQUETE DES SALAIRE TIC : RESTITUTION DES

Plus en détail

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable!

LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Volume 2, numéro 3 Mai 2012 LE TITRE FAIT LA DIFFÉRENCE L Ordre et le MICC : un partenariat profitable! Par Caroline Soulas, chef marketing, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Le ministère

Plus en détail

PRO. Faculté de droit et science politique. Métiers de l assurance

PRO. Faculté de droit et science politique. Métiers de l assurance Licence PRO Faculté de droit et science politique Métiers de l assurance Carte d identité de la formation Diplôme Licence professionnelle Mention Métiers de l assurance En formation continue Professionnels

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle Dossier de présentation Créez votre activité Proximité Nouvelle Service à la personne Les services à la personne (dits SAP) au sens du plan Borloo regroupent les services effectués exclusivement au domicile

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail