La crise suicidaire chez les 12 ans et moins: état des connaissances et impact pour la pratique infirmière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La crise suicidaire chez les 12 ans et moins: état des connaissances et impact pour la pratique infirmière"

Transcription

1 La crise suicidaire chez les 12 ans et moins: état des connaissances et impact pour la pratique infirmière Nathalie Maltais, étudiante au doctorat à l université de Montréal Sous la direction de : Madame Caroline Larue, professeure agrégée inf. Ph. D et Madame Christine Genest professeure adjointe inf. Ph. D

2 La problématique de la crise suicidaire chez les 12 ans et moins En 2008, 2 ème cause de mortalité chez les Canadiens de 10 à 34 ans (Skinner et McFaull, 2012). Entre 1995 et 2001, 29 enfants entre 8 et 12 ans se sont suicidés au Québec (Gallager & Daigle, 2008). En 2011, 6 enfants sont décédés par suicide (INSPQ, 2014) En Europe, selon l Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) entre 30 et 40 enfants (5-15 ans) se suicident annuellement (Cyrulnick, 2011).

3 La problématique. prévalence des idées et des tentatives suicidaires chez les 12 ans et moins Aux États-Unis 12 % des enfants âgés de 6 à 12 ans présentent des idées suicidaires.(horowitz & al.2012; Horowitz & al, 2001) 8 à 10 % de tous les Américains ont déjà fait une tentative dans leur enfance (Horowitz & al.2012; Horowitz & al, 2001). Pour l ensemble de la population,100 à 200 tentatives pour un suicide complété (Beck-Little et Catton, 2011)

4 La problématique Prédominant chez les enfants présentant un problème de santé mentale (Bourdet-Loubere et Raynaud, 2013) 12 % des 6-12 ans présente des idées ou comportements suicidaires versus 25 à 33 % pour les jeunes fréquentant les cliniques externes en santé mentale (Breton et al., 2012) 72 à 79 % pour les jeunes de 6-12 ans hospitalisés en pédopsychiatrie (Breton et al.2012)

5 La problématique les moyens utilisés Chez les 10-19, les moyens les plus utilisés sont: suffocation ou pendaison, armes à feu ou intoxication (Skinner et Mc Faull, 2012) Pour les 12 ans et moins, entre 53,3% et 59% des enfants ont fait des tentatives de suicide par intoxication médicamenteuse (Delamare et al. 2007; Strodeur, 2014) Les enfants de 12 ans et moins utilisent des moyens moins complexes que les adolescents comme la strangulation ou la pendaison (Strodeur, 2015)

6 La problématique les principales psychopathologies Trouble d adaptation (Delamare et al., 2007; Delamare, 2013) Dépression (Bourdet-Loubère et Raynaud, 2013) Le TDAH est plus présent chez les 12 ans et moins tandis que pour les adolescents, la dépression est plus prévalente (Ben-Yehuda et al. 2012)

7 En résumé Le risque suicidaire chez les enfants existe Une des activités réservées de l infirmière est l évaluation de la condition physique et mentale Qu en est-il du processus de l évaluation du risque suicidaire chez les enfants?

8 Le processus de l évaluation du risque suicidaire chez les enfants À notre connaissances, pas de recherche effectuée à ce sujet Le phénomène a été étudié auprès des infirmières évaluant et soignant des patients adultes

9 Études sur l évaluation du risque suicidaire par les infirmières auprès d une population adulte Auprès des patients adultes suicidaires et des infirmières en psychiatrie (McLaughlin,1999) Au sujet de l évaluation infirmière du risque suicidaire chez des patients adultes (Aflague et Ferszt, 2010)

10 Études sur l évaluation du risque suicidaire par les infirmières auprès d une population adulte Étude de Scheckel et Nelson (2014) auprès d étudiantes infirmières Étude de type sondage Bertz et al.(2013) auprès du personnel de l urgence et de Valente (2010) auprès des infirmières en oncologie

11 Recherche à venir Étude qualitative Entrevue semi structurée Produire une théorie sur le processus de l évaluation du risque suicidaire effectué par les infirmières auprès des 12 ans et moins Échantillon théorique d infirmières provenant de partout au Québec

12 Question 1 : Pourquoi pensez-vous que le sujet est peu étudié? Choix de réponses possibles : 1-Les gens trouvent cela impensable que des enfants puissent se donner la mort 2-Les données statistiques ne reflètent pas l ampleur du phénomène 3-L évaluation du risque suicidaire est complexe et qu on pense que les enfants ne savent pas ce qu est la mort 4-Toutes ses réponses

13 Réponse: 4

14 La complexité de l évaluation de la crise suicidaire chez l enfant Deux hypothèses importantes pour comprendre la problématique de l évaluation du suicide chez les 12 ans et moins: 1. L ambiguïté de la classification des statistiques au sujet du suicide chez les 12 ans et moins (Greydanus, 2010) 2. La complexité de l évaluation du risque suicidaire chez les 12 ans et moins (Horowitz et al., 2012)

15 La complexité de l évaluation du risque suicidaire chez l enfant 8 dimensions à évaluer : Apparence Comportement Discours Humeur/Affect Pensée Perception Cognition Risque suicidaire et homicidaire (Varcarolis, 2011)

16 La complexité de l évaluation du risque suicidaire chez l enfant La présence de psychopathologie, L immaturité cognitive, La très grande dépendance aux systèmes familial et scolaire, La vulnérabilité extrême à la perte d un parent Les situations d abus et de négligence (Renaud & Marquette, 2002)

17 La complexité de l évaluation du risque suicidaire chez l enfant Le concept de mort : 4 notions pour la compréhension du concept de mort (Berthod, 2013 et Mishara, 1996) Irréversibilité Universalité Imprévisibilité Inévitabilité

18 Les facteurs de risques Individuels Familiaux Sociaux Antécédents suicidaires Troubles psychiatriques ou maladies chroniques (troubles de l humeur et TDAH) Retards développementaux Abus physiques et psychologiques Traumatismes et/ou maltraitance Tempérament impulsif/émotif Antécédents de tentatives d un membre de la famille De troubles psychiatriques d un membre de la famille Milieu familial dysfonctionnel Vivre dans des foyers ou maisons d accueil Problèmes de scolarité Problèmes dans les relations avec les pairs (Delamare, 2013; Delamare et al.,2007)

19 Facteurs de protection Appui des membres de la famille, des amis et d autres relations importantes, Croyances religieuses, culturelles et ethniques, Engagement communautaire, une vie sociale satisfaisante, intégration sociale, par exemple, l école dans le cas des enfants, Accès aux traitements et aux services de santé mentale (Rassy, 2012; Renaud & Marquette, 2002)

20 Impact pour la pratique infirmière Le risque suicidaire des enfants est un problème préoccupant (Delamare et al. 2013; Greydanus, 2010) Les données épidémiologiques sur le sujet permettent d identifier les facteurs de risques spécifiques à cette clientèle (Delamare, 2013; Sakar et al. 2010; Greydanus, 2010; Delamare et al. 2007) La prévention du suicide commence par la reconnaissance de la souffrance de l enfant, de l identification du comportement suicidaire et de l évaluation des facteurs de risques par les intervenants (Delamare, 2013)

21 Merci!

22 Références Aflague, J. M., & Ferszt, G. G. (2010). Suicide assessment by psychiatric nurses: a phenomenographic study. Issues Mental Health Nursing, 31(4), DOI: / Beck-Little, R., & Catton, G. (2011). Child and adolescent suicide in the United States: a population at risk. J Emerg Nurs, 37(6), doi: /j.jen Ben-Yehuda, A., Aviram, S., Govezensky, J., Nitzan, U., Levkovitz, Y., & Bloch, Y.(2012). Suicidal behavior in minors-diagnostic differences between children and adolescents. J Dev Behav Pediatr, 33(7), doi: /01.DBP e6 Berthod, C. Les tentatives de suicide de 48 enfants, âgés de 6 à 12 ans, entre 2008 et 2011(Thèse) Bertz, M., Sullivan, A., Manton, A., Espinola, J., Miller, I., Camargo & C., Boudreaux, E.,(2013). Knowledge attitudes, and pratices of emergency department providers in the care of suicidal patients, Depression and Anxiety, 30, Bourdet-Loubere, S, & Raynaud, J-P., (2013),Suicidal Ideation and Attempts during Middle Chilhood : Associations with Subjective Quality of Life and Depression, Open journal of Medical Psychology,2, Breton, J-J., Labelle. R., Huynh, C. Berthiaume, C., St-Georges, M., et Guilé, J-M, (2012),Caractéristiques cliniques des jeunes déprimés, Journal de l académie canadienne de psychiatrie de l enfant et de l adolescent, Fév., vol.1, 16-22

23 Références Cyrulnik, B. (2011). Quand un enfant se donne «la mort» attachement et sociétés (Odile Jacob ed.) Daigle, M., & Gallagher, R. (2008). Le programme Intervention-suicide en milieu scolaire primaire: Évaluation de l implantation en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Frontières, 21(1), Delamare, C. (2013). Les tentatives de suicide chez les enfants de moins de 13 ans. Repéré à: Delamare, C., Martin, C., Blanchon, Y-C. (2007). Tentatives de suicide de l'enfant de moins de 13 ans. Neuropsychaitrie de l'enfance et de l'adolescence, 55, doi: /j.neurenf Greydanus, D. E., & Calles, J., Jr. (2010). Suicide in children. Prim Care, 34(2), doi: /j.pop Horowitz, L. M., Bridge, J. A., Teach, S. J., Ballard, E., Klima, J., Rosenstein, D. L.,... Pao, M. (2012). Ask Suicide-Screening Questions (ASQ): a brief instrument for the pediatric emergency department. Arch Pediatr Adolesc Med, 166(12), doi: /archpediatrics Horowitz, L. M., Wang, P. S., Koocher, G. P., Burr, B. H., Smith, M. F., Klavon, S., & Cleary, P. D. (2001). Detecting suicide risk in a pediatric emergency department: development of a brief screening tool. Pediatrics, 107(5),

24 Références Insititut national de santé publique (INSPQ). (2014). Mortalité par suicide au Québec. Repéré à: Mishara,B.L.(1996).«le suicide et les enfants au primaire.ils savent plus qu on peut le croire», dans Actes de colloque, Montréal, Association québécoise de suicidologie, p Rassy, J. (2012). Les facteurs de protection d adolescents et d adolescentes atteints d un trouble de l humeur et présentant un risque suicidaire. Mémoire, Université de Montréal. Repéré à : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/8318/rassy_jessica_2012_memoire. pdf Renaud,J.& Marquette, C.,(2002) position clinique des pédopsychiatres du Québec sur la prévention, l évaluation etl intervention auprès des enfants et des adolescents présentant des comportements suicidaires, Le médecin du Québec, volume 37, numéro 5, p.p Sakar, M., Byrne, P. Power, L. et al. (2010). Are suicidal phenomena in children different to suicidal phenomena in adolescents? A six-year review. Child and Adolescent Mental Health, 15, Scheckel, M. M., & Nelson, K. A. (2014). An interpretive study of nursing students' experiences of caring for suicidal persons. J Prof Nurs, 30(5), doi: /j.profnurs Skinner, R., & McFaull, S. (2012). Suicide among children and adolescents in Canada: trends and sex differences, CMAJ, 184(9), doi: /cmaj Stordeur, C. (2015) Tentatives de suicide chez les enfants de moins de 12 ans. Archives de pédiatrie, vol. 22, p Strodeur, C.,(2013) Étude rétrospective de la prevalence et des caractéristiques cliniques des tentatives de suicide chez l enfant (Thèse)

25 Références Valente, S. M. (2010). Oncology nurses' knowledge of suicide evaluation and prevention. Cancer Nurs, 33(4), doi: /NCC.0b013e3181cc4f33

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

La réalité du suicide des aînés au Québec : défis pour la prévention

La réalité du suicide des aînés au Québec : défis pour la prévention La réalité du suicide des aînés au Québec : défis pour la prévention Brian L. Mishara, Ph.D. Directeur, Centre de recherche et d intervention sur le suicide et l euthanasie(crise) www.crise.ca Professeur,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

Risque et conduites suicidaires de l enfant et de l adolescent

Risque et conduites suicidaires de l enfant et de l adolescent 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité - Objectif 44 Risque et conduites suicidaires de l enfant et de l adolescent Rédaction : J Malka, P Duverger, JL Goeb,

Plus en détail

Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst

Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst Université de Moncton Campus de Shippagan Site de Bathurst Octobre 2007 LISTE ALPHABÉTIQUE DES PÉRIODIQUES

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

Suicide en lien avec le travail

Suicide en lien avec le travail 1 di 5 24/07/2007 15.01 Suicide en lien avec le travail Depuis la fin de l'année 2006, les suicides sur le lieu du travail ou attribués aux conditions de travail ont fait irruption dans la sphère médiatique.

Plus en détail

Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115. L anxiété chez l enfant

Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115. L anxiété chez l enfant Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115 L anxiété chez l enfant Extraits du travail de session Daniel Lambert Développement de l humain 1 Département de psychologie Collège de Sherbrooke

Plus en détail

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans Grille 8 non-intentionnels 1. Définitions Accident : o selon la Loi sur l Assurance Accident (LAA) : toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire portée au corps humain par une cause extérieure

Plus en détail

Le Service MASC de l Organisme CHOC

Le Service MASC de l Organisme CHOC Le Service MASC de l Organisme CHOC Programmes Complémentaires et Novateurs conçus pour les Hommes Suicidaires 1er Colloque du RPSBEH «Recherches et Pratiques Inspirantes pour la Santé et Bien-Être des

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier

Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier Le registre de déclaration des mesures de contrôle : une contrainte ou un levier Andrée Desmarais Conseillère clinicienne en soins infirmiers 17 e Colloque de l Ordre régional des infirmières et infirmiers

Plus en détail

QUÉBEC : QUE SAVONS-NOUS DE LA SITUATION RÉCENTE?

QUÉBEC : QUE SAVONS-NOUS DE LA SITUATION RÉCENTE? L ÉPIDÉMIOLOGIE DU SUICIDE AU QUÉBEC : QUE SAVONS-NOUS DE LA SITUATION RÉCENTE? DIRECTION PLANIFICATION, RECHERCHE ET INNOVATION UNITÉ CONNAISSANCE-SURVEILLANCE MAI 2004 AUTEURS Danielle St-Laurent Unité

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Les thèmes. La collection «Un entretien avec..» / page 2

Les thèmes. La collection «Un entretien avec..» / page 2 Collection un entretien avec... Les thèmes Adolescence... 5 Adoption et parentalité... 5 Approche systémique... 6 Approches thérapeutiques, pratiques cliniques et psychopharmacologie... 6 Autisme et psychose...

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Ouverture de la conférence Les besoins en psychothérapie et les modalités psychothérapeutiques

Ouverture de la conférence Les besoins en psychothérapie et les modalités psychothérapeutiques Ouverture de la conférence Les besoins en psychothérapie et les modalités psychothérapeutiques Alain Lesage MD, MPhil Centre de recherche Institut universitaire en santé mentale de Montréal Le 29 octobre

Plus en détail

11/29/2011. Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient. Le centre de soins du patient

11/29/2011. Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient. Le centre de soins du patient Conférence Accelerating Primary Care Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient Calvin Gutkin M.D., CCMF, FCMF Directeur général et chef

Plus en détail

Présentée: Guylaine Pié et Martine Billy infirmières ligne-infoonco

Présentée: Guylaine Pié et Martine Billy infirmières ligne-infoonco Présentée: Guylaine Pié et Martine Billy infirmières ligne-infoonco Sonia Joannette, conseillère en soins spécialisés en cancérologie Nathalie Moreau, coordonnatrice CICM Cécile Bergeron, infirmière clinicienne

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente?

L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente? L épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente? Danielle St-Laurent Clermont Bouchard Unité Connaissance-surveillance MISE EN CONTEXTE L objectif de cette étude est de présenter

Plus en détail

SYNTHÈSE. Aider les professionnels de santé et de services sociaux de première ligne à détecter la maltraitance envers les aînés.

SYNTHÈSE. Aider les professionnels de santé et de services sociaux de première ligne à détecter la maltraitance envers les aînés. Aider les professionnels de santé et de services sociaux de première ligne à détecter la maltraitance envers les aînés SYNTHÈSE Mai 2014 Synthèse de l avis scientifique intitulé Recherche de cas de maltraitance

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER!

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! Présentation de: Geneviève Roch, inf. Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières, Université Laval Centre

Plus en détail

MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES

MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES SECTION 1 : RENSEIGNEMENTS DE BASE Titre de l intervention : Fast Track

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

LA PACIFICATION OU L ART D ACCOMPAGNER L AUTRE DANS LA CRISE

LA PACIFICATION OU L ART D ACCOMPAGNER L AUTRE DANS LA CRISE LA PACIFICATION OU L ART D ACCOMPAGNER L AUTRE DANS LA CRISE PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction Historique La pacification et sa méthode Un exemple Votre contexte Conclusion DÉCLARATION Je n ai aucun

Plus en détail

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS :

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : existe-t-il une spécificité oncologique? Sandy Decosterd, Infirmière spécialiste clinique en oncologie Marie-José Roulin, Directrice adjointe des soins LA SÉCURITÉ DES SOINS

Plus en détail

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent.

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. Plan de présentation Le Québec c est État des soins palliatifs au Québec. Éléments de réflexion. Les défis qui nous attendent.

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

Présentation de l outil

Présentation de l outil Présentation de l outil 1 Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue ou mal traitée 15% à 30% des sujets âgés ont des symptômes dépressifs significatifs En

Plus en détail

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Sophie Charland, inf., M.Sc, IPS-PL Lyne Périgny, inf., B.Sc., MSc (c) Lise Racette, inf., B.Sc., M.Ed. Colloque CII 6 mai 2009 1 Plan

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Repérage précoce des consommations à risque et intervention brève chez l'adolescent

Repérage précoce des consommations à risque et intervention brève chez l'adolescent Page 1 sur Repérage précoce des consommations à risque et intervention brève chez l'adolescent Adolescent et produits psychoactifs 160136006 Les médecins qui sont interpellés par des jeunes ou par ses

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012

Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012 Présentation dans le cadre du colloque sur Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012 Université de Montréal Nathalie Cadieux

Plus en détail

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire Département d épidémiologie clinique et d études communautaires Rapport sommaire UTILISATION DES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE ET DE L URGENCE PARMI LES ADULTES DU QUÉBEC : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LA SANTÉ

Plus en détail

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org 2012 Données de cadrage sur l adolescence jeunesse et la santé Les inégalités de santé :

Plus en détail

Analyse de la littérature médicale française et internationale sur la dépression et le suicide des personnes âgées.

Analyse de la littérature médicale française et internationale sur la dépression et le suicide des personnes âgées. Analyse de la littérature médicale française et internationale sur la dépression et le suicide des personnes âgées. Analyse effectuée en appui de l élaboration des recommandations de bonnes pratiques professionnelles

Plus en détail

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014 Présentation du Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent et du Centre de Référence des Troubles du Langage et des Apprentissages du CHU de Clermont-Ferrand Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet seaux é r, t e n r, Inte e n o h p ité en é c l a c Té i f f e quelle : x u a i té? c n a so s a l r n pou o i t n e v é pr Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet Ulrich

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS DOULEUR et SOINS INFIRMIERS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Agir en tant que professionnel ressource dans le domaine de la prise en charge de la personne souffrant de douleur aiguë ou chronique,

Plus en détail

Les technologies de l information et de la

Les technologies de l information et de la TENDANCE ÀVOS CLAVIERS! L informatique en soins infirmiers est en pleine expansion. Et l utilisation des technologies de l information et de la communication devient de plus en plus essentielle àlaformationdes

Plus en détail

L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins

L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins GABRIELLE BOUCHARD, BSc (biologie), MSc(A) Cand. SUSANNA JACOBSEN, BA (littérature), MSc(A) Cand. École

Plus en détail

Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts

Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts Les homicides intrafamiliaux : Les conclusions du rapport du Comité d experts Gilles Tremblay, Ph.D., t.s., Président du comité Émilie Rochette, M.A., Agente de recherche et de planification socioéconomique,

Plus en détail

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos L A P P R E N T I S S A G E E N P R O F O N D E U R Présenté par : Michael Lafontaine, CGA, M. Fisc. Bruce Lagrange, CA, M. Sc. Patricia Michaud, CA, MBA Francis Belzile, CA, M. Fisc. Janie Bérubé, CA,

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence APPEL A PROJETS 2011 Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou Prévention et prise en charge des séquelles à long terme Actions 25.3

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation d un outil Web de prévention

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation d un outil Web de prévention Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation d un outil Web de prévention Conférencière : Nathalie Jauvin, Ph. D., chercheure de l équipe de Recherche sur les interrelations personnelles,

Plus en détail

Séminaire 2011-2012. Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille

Séminaire 2011-2012. Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille Séminaire 2011-2012 Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille Coordination : Catherine Le Du, Pr Thierry Baubet «Accompagner les mineurs

Plus en détail

Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement?

Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement? Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement? Professeur Alain Malafosse CHU et Université de Genève alain.malafosse@hcuge.ch Hyman, Nature, 2008 Caspi et al., Nature Reviews Neuroscience,

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Chaque enfant ou adolescent souffrant

Chaque enfant ou adolescent souffrant Prise en charge de l obésité Synthèse La souffrance psychologique chez l enfant et l adolescent obèses Pascale Isnard Services de Psychopathologie de l enfant et de l adolescent Hôpital Bichat-Claude Bernard,

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Analyse de contenu des échanges en ateliers. «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir»

Analyse de contenu des échanges en ateliers. «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir» Analyse de contenu des échanges en ateliers «Dépression et consommation chez les jeunes (15 à 30 ans) : mieux comprendre pour mieux agir» dans le cadre du Programme de formation croisée en santé mentale

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances

Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances Dix ans après la politique familiale, quelle est la place des CPE dans la société QUÉBÉCOISE? Jeudi le 10 mai 2007, 75

Plus en détail

Le tutorat Formule de stage utilisée dans les programmes en sciences infirmières de l Université du Québec à Chicoutimi

Le tutorat Formule de stage utilisée dans les programmes en sciences infirmières de l Université du Québec à Chicoutimi Le tutorat Formule de stage utilisée dans les programmes en sciences infirmières de l Université du Québec à Chicoutimi Marie-Claude Bouchard, inf., Ph.D. (c) Professeure Sc. Inf. Colloque de l Acfas 9

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

XIII e Colloque des CII

XIII e Colloque des CII XIII e Colloque des CII Les défis de la profession dans un contexte de pénurie Gyslaine Desrosiers, inf., MBA Présidente Le 7 mai 2008 Conciliation travail-famille Rétention Attraction Organisation du

Plus en détail

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Robin Dumais, MSI, coordonnateur des ressources documentaires et informationnelles

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence Accessibilité Gestion de temps efficiente Sans rendez-vous planifié Utilisation optimale des ressources Autosoins Projet préparé par : Clinique

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain.

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain. Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses Benoit Galand Université catholique de Louvain Plan Qu est-ce que le harcèlement à l'école? Quelles sont les

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

Les pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes : une comparaison entre 2005 et 2010

Les pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes : une comparaison entre 2005 et 2010 Les pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes : une comparaison entre 2005 et 2010 Michèle Tremblay, M.D., Institut national de santé publique du Québec Jennifer O Loughlin, Ph.

Plus en détail

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Application N o :. Form RE- 01 Numéro de demande REGISTRATION EXERCISE / EXERCICE D ENREGISTREMENT Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Section 1: Identification *First

Plus en détail

Accompagnement de la Famille ou Comment soutenir la Parentalité

Accompagnement de la Famille ou Comment soutenir la Parentalité Département Formation Continue N d agrément : 42680038668 Accompagnement de la Famille ou Comment soutenir la Parentalité Notre société observe un important accroissement des difficultés éducatives. Or,

Plus en détail

IMPACT D UNE STIMULATION SPORTIVE AU COURS DU. Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris Unité Addictologie Dr Roy CMME, Service du Pr.

IMPACT D UNE STIMULATION SPORTIVE AU COURS DU. Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris Unité Addictologie Dr Roy CMME, Service du Pr. IMPACT D UNE STIMULATION COGNITIVE, SOCIALE ET SPORTIVE AU COURS DU SEVRAGE ALCOOLIQUE Amandine Petit-Emilie Grasset Amandine Petit Emilie Grasset Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris Unité Addictologie

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

FORMATION CERTIFIANTE AU LIFE COACHING MULTIREFERENTIEL

FORMATION CERTIFIANTE AU LIFE COACHING MULTIREFERENTIEL FORMATION CERTIFIANTE AU LIFE COACHING MULTIREFERENTIEL Le coaching est un accompagnement d une personne dans sa démarche de changement. Il s agit d un accompagnement sur mesure qui commence par l expression

Plus en détail

La pédiatrie sociale à Trois-Rivières. Pour l amour des enfants et des jeunes

La pédiatrie sociale à Trois-Rivières. Pour l amour des enfants et des jeunes La pédiatrie sociale à Trois-Rivières Pour l amour des enfants et des jeunes Inspiré par la philosophie du Dr. Gilles Julien de Montréal: «La pédiatrie sociale est de créer autour des enfants un environnement

Plus en détail