Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur. Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur. Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire"

Transcription

1 Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire pour la santé et la sécurité au travail COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale de l emploi, des affaires sociales et de l égalité des chances Dialogue social, droits sociaux, conditions de travail, adaptation au changement Santé, sécurité et hygiène au travail

2 I INTRODUCTION 1 Le Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT), en coopération avec les représentants des inspections nationales du travail de l'islande, du Liechtenstein et de la Norvège, réunis à l occasion de la 53 e séance plénière du CHRIT à Lisbonne, Portugal: - constate que la santé et la sécurité au travail sont un domaine très important et développé de la politique sociale européenne et que la directive-cadre (89/391/CEE), les 19 directives particulières et les prescriptions essentielles de santé et sécurité figurant dans les directives relatives au marché intérieur en constituent le cadre juridique principal; - constate que la législation sur la sécurité et la santé au travail poursuit un double objectif: premièrement, créer un niveau de protection minimum pour les travailleurs et, deuxièmement, garantir une concurrence libre et loyale dans le marché intérieur; - constate que la Commission, dans sa communication sur une stratégie communautaire pour la santé et la sécurité au travail (COM(2007)62), souligne qu une application effective du droit communautaire est une condition nécessaire pour augmenter l emploi et la productivité grâce à une plus grande compétitivité et pour améliorer la qualité de l environnement de travail; - constate que la Commission affirme qu elle favorisera, en étroite coopération avec les autorités nationales, une mise en œuvre correcte et cohérente des directives communautaires, le Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) établi par décision de la Commission du 12 juillet 1995 jouant un rôle fondamental à cet égard; - constate que le Conseil, dans une résolution du 25 juin 2007 relative à une nouvelle stratégie communautaire pour la santé et la sécurité au travail ( ), accueille favorablement la communication de la Commission et, notamment, invite les États membres à veiller à une meilleure application, plus effective, de la réglementation; - observe avec satisfaction que la Commission, dans le cadre des pouvoirs conférés par le traité, s est fixé comme objectif premier de la stratégie communautaire pour cette période de réduire de 25 % le taux d incidence total, pour travailleurs, des accidents du travail au niveau de l UE-27.

3 3 2 Prend acte notamment de l importance de poursuivre les buts spécifiques dans la stratégie pour: garantir la bonne mise en œuvre de la législation communautaire; soutenir les PME dans la mise en œuvre de la législation en vigueur; adapter le cadre juridique à l évolution du monde du travail et le simplifier, en ayant notamment à l esprit les PME; favoriser le développement et la mise en œuvre des stratégies nationales; encourager les changements de comportement chez les travailleurs, ainsi que les approches favorables à la santé chez leurs employeurs; mettre au point des méthodes pour l identification et l évaluation des nouveaux risques potentiels; améliorer le suivi des progrès réalisés; promouvoir la santé et la sécurité au niveau international. 3 Se déclare disposé à jouer le rôle fondamental préconisé par la Commission et le Conseil et relève à ce sujet que la Commission l a invité à examiner les raisons à l origine des différences entre les taux d incidence des accidents de travail dans les États membres et à échanger leurs expériences concernant des solutions novatrices qui ont fait preuve de leur efficacité; examiner le rôle des inspections du travail en matière de mise en œuvre du règlement REACH et développer des synergies en coopération avec d autres corps d inspection responsables de la surveillance du marché et de la politique environnementale; développer davantage les mécanismes d échange d informations concernant les problèmes d application et permettant de les aborder d une façon conjointe; renforcer sa coopération avec le CCSS, notamment dans le cadre des travaux préparatoires des initiatives législatives et d évaluation de la mise en œuvre des directives. 4 Estime que l évolution des approches des inspections du travail pour faire face aux défis nouveaux et émergents liés à la santé et à la sécurité confirme l importance de leur fonction et de leur rôle préventif en matière de santé et sécurité au travail dans une large perspective. Les défis modernes sur un meilleur ciblage non seulement des problèmes de santé spécifiques liés au travail mais aussi des groupes particuliers de travailleurs vulnérables ou exposés (notamment les jeunes, les migrants, les personnes âgées, les sous-traitants ou les travailleurs indépendants) occupent une place de choix.

4 4 5 Réaffirme que les inspections du travail diffèrent d un pays à l autre, de même que leurs domaines de compétence, et que chaque État membre a le droit souverain d appliquer la réglementation conformément à sa législation et à ses traditions. II PROGRÈS DEPUIS LA RÉSOLUTION SUR LE RÔLE DU CHRIT DANS LA STRATÉGIE COMMUNAUTAIRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL (BILLUND, NOVEMBRE 2002) 6 Le CHRIT a progressé sur des thèmes abordés dans la résolution de Billund comme suit: Principes communs d inspection 7 Il a, en 2004, créé, proposé et adopté une série de principes communs révisés en matière d inspection du travail applicables dans toute l Union européenne inspirés des enseignements tirés des évaluations entreprises dans les pays candidats et dans les États membres. Ces principes communs sont depuis lors appliqués dans les évaluations des dispositifs d inspection du travail dans les (27) États membres. Objectifs communs des inspections 8 Il a mis en évidence, et admis, l intérêt de mener une campagne conjointe dans le secteur du bâtiment et de la construction en 2004/2005. Suite à ces travaux, et en s appuyant sur l expérience accumulée, le CHRIT a ensuite élaboré de nouveaux objectifs communs en matière d inspection et a organisé d autres campagnes européennes sur l amiante (2006) et les troubles musculo-squelettiques (2007). Évaluation 9 Il a procédé à l évaluation de tous les États membres pour améliorer la transparence et la qualité de l inspection de la réglementation sur la santé et la sécurité de chacun d eux. Ces évaluations ont permis aux États membres de faire le point sur leur législation, leur méthodologie et leurs procédures en matière d inspection du travail et, le cas échéant, de les réformer et rénover et d établir par ailleurs des liens spécifiques vers une stratégie communautaire plus vaste. Coopération entre les inspections du travail/ Informations/ Base de connaissances 10 Il a constitué des réseaux pour l échange d informations sur les problèmes rencontrés dans le cadre du contrôle et du suivi de l application de la législation

5 5 (communautaire) relative à la protection des travailleurs et au marché intérieur, par exemple le groupe de travail «Application de la réglementation» ou encore MACHEX. Coopération avec d autres partenaires 11 Il a collaboré avec l Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail afin de promouvoir des méthodes de travail plus sûres pour lutter contre les risques liés à l amiante et à la manutention manuelle de charges. Les enseignements tirés de la mise en œuvre de la résolution de Billund ont été transcrits dans les objectifs exposés ci-dessous. Ressources 12 Le comité prend note de l'intention exprimée par la Commission de continuer à promouvoir les travaux du comité. Celui-ci utilisera au mieux ses ressources, y compris celles fournies par la Commission, pour apporter sa contribution à la stratégie. III CONTRIBUTION DU CHRIT À LA STRATÉGIE SST À la lumière des objectifs fixés dans la stratégie SST et afin de maintenir son engagement et son influence dans ce domaine important et très développé de la politique communautaire relative à l emploi et aux affaires sociales, le CHRIT poursuivra et complétera les progrès réalisés au titre de la résolution de Billund en s intéressant aux thèmes suivants au cours de la période à venir. 14 Promotion de la SST sur le lieu de travail/intégration Le CHRIT entend: continuer à chercher des moyens efficaces d intégrer les arguments de SST dans un débat de santé publique plus vaste, en mettant à profit les contributions d organisations telles que l OMS, s il y a lieu; travailler à amorcer et améliorer une plus grande compréhension des concepts de risque dans l'éducation; faire connaître et diffuser auprès du public les réussites en matière de SST en promouvant l idée de «santé et sécurité du travail»; mettre en avant les arguments sociaux et économiques de la SST;

6 6 examiner l intérêt de mieux coopérer avec l'observatoire des risques pour anticiper les nouveaux défis en matière de SST ou les opportunités d approches nouvelles. 15 Une meilleure réglementation Le CHRIT entend: renforcer sa coopération avec le CCSS, notamment en matière d initiatives législatives et d évaluation de la mise en œuvre des directives; renforcer l importance de la protection des travailleurs comme composante essentielle d une meilleure réglementation; tirer parti de ses réseaux d échange d informations existants pour garantir une bonne coopération et compréhension entre les États membres; exploiter les aptitudes et les connaissances de ses réseaux d échange d informations pour informer et pour guider les campagnes intercommunautaires à venir; s assurer que la nouvelle législation est effectivement intégrée dans les États membres au travers d une gestion active et de la surveillance des activités, par exemple via CHEMEX, pour contribuer à la mise en conformité, et développer des synergies en coopération avec d autres organismes d inspection, le cas échéant; établir des liens vers les résultats des évaluations des principes communs pour réfléchir aux défis spécifiques qui se manifestent dans les États membres. 16 Ciblage des interventions Le CHRIT entend: faire connaître des exemples de cas pour lesquels les complexités du ciblage ont été surmontées comme meilleur moyen de mettre en évidence le travail des inspecteurs; établir des liens entre les approches de ciblage efficaces et les interventions adaptées pour que les retombées en matière de protection des travailleurs soient plus importantes; partager les connaissances et le savoir sur l intérêt de différentes approches en matière de ciblage du danger ou de ciblage sectoriel et en matière de gestion des risques; fixer des priorités fondées sur une base factuelle (nationale) solide;

7 7 coordonner et analyser les résultats des actuels groupes de travail du CHRIT pour une plus grande performance dans ce domaine. 17 Objectifs quantitatifs pour obtenir des résultats Le CHRIT entend: chercher des moyens d encourager et de renforcer l approche d intervention axée sur les objectifs dans les États membres, comme un d élément essentiel de l objectif de réduction des accidents de 25 % prévu par la Commission; partager les connaissances et les expériences concernant les efforts ciblés axés sur les résultats dans chaque État membre. 18 Base factuelle Le CHRIT entend: continuer à coopérer avec d autres partenaires en matière de collecte et d utilisation de preuves statistiques améliorées concernant le mauvais état de santé et les blessures; tirer parti de ses expériences cumulées et des connaissances qui procèdent de l évaluation des systèmes d inspection du travail des États membres. IV CONCLUSIONS 19 Le comité se félicite de l'occasion qui lui est offerte de contribuer à la stratégie de la Commission. Cette contribution sera apportée dans le cadre de son (ses) programme(s) de travail triennal/aux (voir annexe 1) et fera l'objet de rapports à la Commission. Comité des hauts responsables de l inspection du travail Lisbonne Portugal Octobre 2007

8 Annexe 1 à la résolution COMITE DES HAUTS RESPONSABLES DE L INSPECTION DU TRAVAIL (CHRIT) Programme de travail Activité Calendrier Groupe(s) responsable(s) Évaluation des inspections nationales du travail (INT) selon les principes communs Irlande Pays-Bas Danemark Suède Malte Estonie Chypre RECENTRAGE CHRIT MANUTENTION MANUELLE Thème(s) stratégique(s) Intégration, ciblage Intégration, ciblage Ciblage, base factuelle Résultat(s) 1) Publication d'un manuel d évaluation; 2) Programme d évaluation convenu: 2.1) ordre de succession des évaluations des INT; 2.2) ordre de succession des chefs d'équipe; 3) Questions posées sur la stratégie SST de la Commission 1) Réalisation des évaluations nationales planifiées conformément au calendrier; 2) Résultats des évaluations: 2.1) Résumé d'évaluation pour les membres du CHRIT; 2.2) rapport d'évaluation pour les INT 3) Mise en œuvre d'une journée thématique «enseignements tirés»; 1) Réalisation d'une campagne européenne sur la manutention manuelle de charges dans les secteurs du transport et de la santé; 2) Publication du rapport de la campagne 8

9 Annexe 1 à la résolution Campagnes d information et d inspection MANUTENTION MANUELLE Ciblage, base factuelle 1) Réalisation d'une campagne européenne sur la manutention manuelle de charges dans les secteurs de la construction et du commerce de détail: 1.1) campagne de communication sur la manutention manuelle de charges, sur internet et dans les médias; 1.2) formation pour inspecteurs du travail dispensée au niveau national selon une méthodologie d'appui et à l'aide d'outils pédagogiques européens communs; 1.3) publications pour les secteurs de la construction et du commerce de détail; 1.4) campagne d'inspection mise en œuvre sur la base de lignes directrices communes concernant la stratégie de prévention des risques d'accident au cours de la manutention manuelle de charges; 1.5) séminaire de synthèse des campagnes menées en 2007 et 2008 APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION (évaluation des risques) AMIANTE Ciblage, intégration Ciblage Base factuelle 1) Examen de la faisabilité d'une campagne sur l'évaluation des risques; 2) Préparation de propositions à discuter et à adopter lors de la réunion plénière du CHRIT en mars ) Publication du rapport de campagne 9

10 Annexe 1 à la résolution Activité Calendrier Groupe(s) responsable(s) «Résolution» et programme de travail du CHRIT Échange d informations et partage des connaissances Allemagne Portugal Slovénie France République tchèque Suède STRATÉGIE Thème(s) stratégique(s) Résultat(s) 1) Publication de la résolution et du programme de travail triennal sur le site internet du CHRIT; 2) Examen à mis parcours de la mise en œuvre de la «résolution» par les membres du CHRIT CHRIT Ciblage 1) Mise en œuvre de journées thématiques pour soutenir l'application de la stratégie SST et informer sur les orientations et les approches futures dans les domaines de l évaluation des risques, des travailleurs vulnérables, etc. APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Une meilleure réglementation 1) Amélioration de la conception d un site de partage rapide des informations; 2) Publication du programme de formation et du manuel à l intention des coordinateurs nationaux (23 langues); 3) 1) examen des raisons des différences existant entre les taux d'incidence des accidents du travail dans les États membres; 2) relevé des solutions innovantes qui se sont avérées efficaces; 4) Évaluation du programme d échange bilatéral d inspecteurs et des recommandations formulées. VIOLENCE Publication du guide de bonnes pratiques intitulé «La gestion de la violence à l encontre des inspecteurs». FAIT 10

11 Annexe 1 à la résolution CHEMEX MACHEX Une meilleure réglementation Une meilleure réglementation 1) Point de la situation des INT en ce qui concerne la l'application de REACH et publication du rapport fin 2007: FAIT; 2) Cadre de haut niveau établissant les éléments essentiels d'une méthode efficace des INT concernant l'application de REACH "en aval" et mise au point d'un plan de mise en œuvre par les INT pour la fin juin 2008; 3) Achèvement de l'évaluation des tensions et synergies entre REACH et la directive SST "produits chimiques" et publication d'ici la fin de 2008 de recommandations d'action devant aider les INT à s'acquitter plus efficacement des activités REACH; 4) Mise en place d'ici 2009 d'un réseau d'échange rapide d'informations, d'expériences et de bonnes pratiques entre États membres (et pays de l'aele) concernant l'application de la réglementation (surveillance du marché). 1) Mise en place d un réseau d informations avec Ies autorités de surveillance du marché; 2) Publication de lignes directrices européennes pour le maniement des grues au-delà des frontières. 3) Résultats de l'enquête sur les opérateurs d'installations (chariots élévateurs) Coordination avec les partenaires STRATÉGIE Une meilleure réglementation, intégration 1) Renforcement de la coopération avec le CCSS, surtout en ce qui concerne les stratégies nationales et le tableau de bord; 2) Détermination des possibilités de coopération avec l'observatoire des risques afin d'anticiper les nouveaux défis en matière de SST ou les possibilités de nouvelles approches.. 11

12 Annexe 1 à la résolution CHRIT (BUREAU) Base factuelle, intégration 1) Assurer un échange d'informations avec les partenaires* pour soutenir les activités du CHRIT et ses groupes de travail, en particulier dans les domaines suivants: 1.1) statistiques sur les accidents et les problèmes de santé; 1.2) promotion de campagnes et apport d'informations étayant les bienfaits économiques de la santé et la sécurité au travail; 1.3) commande de recherches, d'enquêtes et autres services pour permettre au CHRIT de prendre des décisions et aboutir à des résultats; * par ex. Commission européenne, Eurostat, Agence européenne de Bilbao, Fondation européenne de Dublin, OIT, OMS. 2) Préparation du rapport annuel sur les activités su CHRIT 12

13 Annexe 1 à la résolution COMITE DES HAUTS RESPONSABLES DE L INSPECTION DU TRAVAIL (CHRIT) Comités et groupes de travail (2008) Comité des hauts responsables de l inspection du travail Président Commission Secrétaire Commission Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE Groupe de travail «Recentrage des évaluations nationales» Président Royaume-Uni Secrétaire Commission Belgique, Danemark, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, Espagne, Suède Groupe de travail «Stratégie» Président Royaume-Uni Secrétaire Royaume-Uni Autriche, Allemagne, Italie, Pologne, Portugal, Suède Groupe de travail «Application de la réglementation» Président Danemark Secrétaire Danemark Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE Groupe de travail «CHEMEX» Président Royaume-Uni Secrétaire Commission République tchèque, Allemagne, Grèce, Irlande, Pays-Bas, Slovaquie, Suède, Royaume-Uni Groupe de travail «MACHEX» Président Suède 13

14 Annexe 1 à la résolution Secrétaire Suède Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE Groupe de travail «Manutention manuelle 2007» Président Pays-Bas Secrétaire Pays-Bas Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE Groupe de travail «Manutention manuelle 2008» Président Secrétaire Pologne Pologne Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE Groupe de travail "Campagne amiante 2006" 1 Président Allemagne Secrétaire Commission Tous les États membres de l UE et les pays de l AELE 1 À dissoudre après réception du rapport de la campagne 14

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pourquoi une Convention contre le dopage sous l égide du Conseil de l Europe? Pour le Conseil de l Europe, le sport est une force d intégration

Plus en détail

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Le programme Erasmus + à Sciences Po La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Qu est ce que le programme Erasmus +? Erasmus + est un programme de la Commission Européenne destiné à encourager

Plus en détail

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS INTRO POUR LES ENSEIGNANTS Cette ligne du temps illustre l histoire de l Union européenne. Vous pouvez l imprimer par section et l afficher

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

Les Documents de séjour des Etrangers

Les Documents de séjour des Etrangers Les Documents de séjour des Etrangers Pas toujours facile de s'y retrouver! Par G GEERTS (CJD) En effet, la plupart des cartes électroniques pour étrangers ont une validité de 5 ans, mais le séjour est

Plus en détail

Enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents Résumé

Enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents Résumé Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail Enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents Résumé L enquête paneuropéenne réalisée par l a pour objectif d aider

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

Accords bilatéraux sur la libre circulation des personnes

Accords bilatéraux sur la libre circulation des personnes Accords bilatéraux sur la libre circulation des personnes 25 octobre 2006 1 CAISSE DE PENSIONS DE LA REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA 1. Introduction/rappel système de retraite en Suisse (3 piliers) 2. Rappel

Plus en détail

Mémoire Pour l obtention du Diplôme De Médecine Agricole

Mémoire Pour l obtention du Diplôme De Médecine Agricole Institut National De Médecine Agricole Mémoire Pour l obtention du Diplôme De Médecine Agricole Organisation de la Médecine du Travail en Europe et de la Santé et Sécurité au Travail Avec revue de détail

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC)

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC) Les actions internationales pour l'enseignement supérieur Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Vito Borrelli (DG EAC) 1 Qu'est-ce qu'? Programme de l'ue pour soutenir l'éducation, la formation

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

Analyse des facteurs déterminants de la gestion de la sécurité et de la santé au travail dans certains États membres de l UE

Analyse des facteurs déterminants de la gestion de la sécurité et de la santé au travail dans certains États membres de l UE FR Lieux de travail sains. Un acquis pour vous. Un atout pour l entreprise. Analyse des facteurs déterminants de la gestion de la sécurité et de la santé au travail dans certains États membres de l UE

Plus en détail

Loi fédérale sur la libre circulation des avocats

Loi fédérale sur la libre circulation des avocats Loi fédérale sur la libre circulation des avocats (Loi sur les avocats, LLCA) 935.61 du 23 juin 2000 (Etat le 1 er janvier 2011) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 95 de la Constitution

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe Cote du document: EB 2007/92/R.55 Point de l ordre du jour: 22 c) Date: 23 octobre 2007 Distribution: Publique Original: Anglais F Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l

Plus en détail

Groupe de travail FSESP/ISP

Groupe de travail FSESP/ISP Groupe de travail FSESP/ISP 4-5 mai 2006, Bruxelles Une nouvelle Fédération Notre voix en Europe La Fédération européenne a besoin d une constitution qui reflète nos objectifs et nous donne la structure,

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Concejalía de Salud, Familia y Servicios Sociales. Concejalía de Salud, Familia y Servicios Servicios Sociales Sociales

Concejalía de Salud, Familia y Servicios Sociales. Concejalía de Salud, Familia y Servicios Servicios Sociales Sociales BREF GUIIDE SUR LA RESIIDENCE EN ESPAGNE POUR LES PERSONNES D ORIIGIINE ETRANGERE. Si vous vous trouvez sur le territoire espagnol et n êtes pas citoyen espagnol, vous avez le DROIT ET LE DEVOIR de conserver

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

des Côtes d Armor AAH

des Côtes d Armor AAH des Côtes d Armor AAH Demande d Allocation aux Adultes Handicapés de Complément de Ressources et d Affiliation à l assurance vieillesse d une tierce personne 1 Pièces à joindre Pour permettre le traitement

Plus en détail

Les prestations complémentaires AVS/AI pour les ressortissants étrangers domiciliés à Genève. SPC - Edition décembre 2013

Les prestations complémentaires AVS/AI pour les ressortissants étrangers domiciliés à Genève. SPC - Edition décembre 2013 Les prestations complémentaires AVS/AI pour les ressortissants étrangers domiciliés à Genève SPC - Edition décembre 2013 Page 2/9 Service des prestations complémentaires (SPC) Route de Chêne 54 1211 Genève

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.42/2009/4 28 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.5.2014 COM(2014) 277 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil.

Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Des mineurs non accompagnés suivent des cours de grec dans un centre d'accueil. Albanie Allemagne Andorre Autriche Belgique Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande France Grèce Irlande Islande Italie

Plus en détail

Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement

Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement Main-d'œuvre étrangère : Rappels utiles et mesures d'accompagnement Michèle Ducret OCIRT / MOE Théophane Savioz OCPM 29 septembre et 1 er octobre 2015 Main-d'œuvre étrangère / Secteur emploi Entrée en

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Mise à jour : mai 2014 Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Vous êtes agent RATP,

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne L 129. Législation. Actes législatifs. 57 e année. Édition de langue française. 30 avril 2014.

Journal officiel de l'union européenne L 129. Législation. Actes législatifs. 57 e année. Édition de langue française. 30 avril 2014. Journal officiel de l'union européenne L 129 Édition de langue française Législation 57 e année 30 avril 2014 Sommaire I Actes législatifs RÈGLEMENTS Règlement (UE) n o 421/2014 du Parlement européen et

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

LES CLAUSES SOCIALES DANS

LES CLAUSES SOCIALES DANS 39 Fiche LES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS La politique des marchés publics est l une des composantes de la politique du marché intérieur. Les directives en la matière visent à garantir la

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Etre disposé à accepter un emploi en Suisse Paiement de l indemnité de chômage Se munir du formulaire E303 Rechercher un emploi à l étranger

Etre disposé à accepter un emploi en Suisse Paiement de l indemnité de chômage Se munir du formulaire E303 Rechercher un emploi à l étranger REMARQUES Le présent Info-Service est un complément à l Info-Service «Etre au chômage» (N 716.200). Il donne aux Suisses, Islandais, Liechtensteinois, Norvégiens, et ressortissants des Etats membres de

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

LES COMITÉS D ENTREPRISE

LES COMITÉS D ENTREPRISE 26 Fiche LES COMITÉS D ENTREPRISE EUROPÉENS (CEE) La création de «comités d entreprise européens» a été décidée dans le cadre d une directive adoptée le 22 septembre 1994. L idée de départ tient au fait

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

Allemagne Autriche Belgique Bulgarie pas de limite mais recommandation à

Allemagne Autriche Belgique Bulgarie pas de limite mais recommandation à Allemagne Autriche Belgique Bulgarie pas de limite mais recommandation à 130 km/h 120 km/h 130 km/h 130 km/h recommandé mais obligatoire pour des véhicules obligatoire obligatoire obligatoire professionnels

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Simona NEACȘU, inspectrice du travail Daniela Mircea, inspectrice du travail Tél. : 004021 302 70 54, E-mail : simona.neacsu@inspectiamuncii.ro

Plus en détail

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément

des Côtes d Armor Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément des Côtes d Armor AEEH Demande d Allocation d Éducation de l Enfant Handicapé et son complément 1 Pièces à joindre Pour permettre le traitement de votre demande, pensez à joindre à ce formulaire, daté

Plus en détail

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie Le programme européen d échanges pour entrepreneurs Guide de l'utilisateur Commission européenne Entreprises et industrie Sommaire 1.0 Introduction... 5 2.0 Objectifs... 6 3.0 Structure... 7 3.1 Éléments

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.9.2014 C(2014) 6536 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale?

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? L Europe des salariés. Compétitivité et mobilité des travailleurs Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? Marion DEL SOL (IODE UMR CNRS 6262/Université

Plus en détail

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France Partir avec Erasmus Mode d emploi Erasmus en quelques chiffres : Depuis la création du programme en 1987, plus de 2.2 millions d Européens, dont près de 380 000 étudiants français, ont bougé dans toute

Plus en détail

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 23 février 2005 Taxud E1 MH/

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Directive n 2006/123 du parlement européen et du conseil relative aux services dans le marché intérieur

Directive n 2006/123 du parlement européen et du conseil relative aux services dans le marché intérieur Directive n 2006/123 du parlement européen et du conseil relative aux services dans le marché intérieur Le projet de directive sur les services dans le marché intérieur a été initialement proposé par la

Plus en détail

Réseaux : Tous Niveaux et services : Enseignement supérieur artistique Période : Année académique 2004-2005

Réseaux : Tous Niveaux et services : Enseignement supérieur artistique Période : Année académique 2004-2005 Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Direction générale de l Enseignement non obligatoire (*) et de la Recherche scientifique Service général des Hautes Ecoles et de

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne

L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne L emploi sportif, la liberté d établissement et la libre prestation de services dans le domaine sportif au sein de l Union européenne Introduction Dans l Europe à 25, on compte environ 130 millions de

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013

J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013 J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013 Page 2/7 Service des prestations complémentaires (SPC), Route de Chêne 54 1211 Genève 6 Tél +41 22 546 16 00 Fax +41 22 546 17 00 www.geneve.ch/spc_ocpa

Plus en détail

Présentation du domaine de la Police des étrangers

Présentation du domaine de la Police des étrangers Présentation du domaine de la Police des étrangers Guy Burnens Juin 2015 Organigramme du SPOP Statistiques Canton de Vaud 2011 2012 2013 2014 Total de la population suisse et étrangères 721 643 729 971

Plus en détail

Les autorités fédérales lancent le SEPA

Les autorités fédérales lancent le SEPA Communiqué de presse du Conseil des ministres du 27 juin 2008 Les autorités fédérales lancent le SEPA Le 1er janvier 2009 les services publics fédéraux utiliseront les nouveaux formulaires de virement

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ

GUIDE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ GUIDE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ Un outil pour les entreprises européennes de toute taille du secteur de la construction European Construction Industry

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail