Karine PICOT-COUPEY. Gérard CLIQUET Professeur des Universités en sciences de gestion, IGR-IAE, Université de Rennes 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Karine PICOT-COUPEY. Gérard CLIQUET Professeur des Universités en sciences de gestion, IGR-IAE, Université de Rennes 1"

Transcription

1 INTERNATIONALISATION DES DISTRIBUTEURS DANS LES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS : QUELLES PERSPECTIVES POUR LE CHOIX DE LA FRANCHISE COMME MODE D ENTREE? Karine PICOT-COUPEY Doctorante au CREREG, UMR CNRS 6585, Université de Rennes 1 Professeur Agrégé d économie et gestion commerciale, Université de Rennes 2 Haute Bretagne Gérard CLIQUET Professeur des Universités en sciences de gestion, IGR-IAE, Université de Rennes 1 Directeur du CREREG, UMR CNRS 6585, Université de Rennes 1

2 INTERNATIONALISATION DES DISTRIBUTEURS DANS LES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS : QUELLES PERSPECTIVES POUR LE CHOIX DE LA FRANCHISE COMME MODE D ENTREE? Résumé : Alors que l internationalisation constitue une priorité stratégique pour les distributeurs et que les pays en transition Est-européens offrent de nouvelles perspectives de croissance, il est essentiel de comprendre, dans un contexte où la franchise internationale s affirme comme un mode d entrée de plus en plus choisi, comment le développement d un réseau franchisé peut s envisager sur ces marchés, alors que cette forme d organisation n y existait pas jusqu au début des années A partir d une présentation des motivations théoriques au choix de la franchise comme mode d internationalisation par les distributeurs, et d une synthèse actualisée du secteur de la franchise dans les pays d Europe Centrale et Orientale, et de la Fédération de Russie, une grille d analyse des défis organisationnels et managériaux du développement d un réseau de points de vente franchisés dans le contexte des marchés en transition Est-européens est alors développée. Mots clés : distribution internationale, mode d entrée, franchise, économies en transition Esteuropéennes Plan : INTRODUCTION LA FRANCHISE COMME MODE DE PRESENCE POUR LES DISTRIBUTEURS SUR LES MARCHES ETRANGERS Franchise internationale : définition et formes Fondements théoriques de la franchise internationale : trois perspectives FRANCHISE DANS LES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS : ENTRE EMERGENCE ET DEVELOPPEMENT, DANS UN SECTEUR DU COMMERCE DE DETAIL EN MUTATION Economie planifiée, franchise et distribution : des logiques incompatibles Panorama de la franchise dans les pays en transition Est-européens : un secteur en plein essor ANALYSE DES DEFIS ORGANISATIONNELS ET MANAGERIAUX DU DEVELOPPEMENT EN FRANCHISE DANS LE CONTEXTE DES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS Déficiences à combler et confrontation à un concept de franchise Implications sur le design organisationnel d un réseau de points de vente CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

3 INTRODUCTION L expansion internationale constitue un choix stratégique opéré par un nombre croissant d enseignes de distribution de commerce et de services. Tentées dès la fin du 19 ième siècle, les initiatives internationales se sont multipliées à partir des années 1970 pour se généraliser aujourd hui, à la fois pour des raisons défensives de saturation des marchés domestiques et pour des motivations offensives de conquête de nouvelles sources de croissance (Alexander, 1997). Si les enseignes américaines ont été les premières à se développer sur les marchés étrangers, les distributeurs du continent européen affichent désormais cette ambition (Sternquist, 1998). En particulier, les réseaux français, de grande distribution ou de distribution spécialisée, se distinguent par leur forte dimension internationale (Deloitte & Touche, 2003). Ainsi, tandis que le groupe Carrefour se classe numéro deux mondial de la grande distribution en terme de chiffre d affaires (Retail Intelligence, 2002a), les entreprises Yves Rocher et Lacoste arrivent 1 ère et 2 ième du classement des entreprises européennes les plus internationalisées en termes de nombre de pays, avec des opérations respectivement dans 68 et 62 pays (Retail Intelligence, 2002b). Nombre des initiatives internationales des entreprises de distribution sont aujourd hui accueillies par les pays en transition Est-européens, présentés dans le tableau 1, qui offrent depuis le début des années 1990 de nouvelles sources de croissance. Europe centrale Europe de l Est nordique Pays de l ex-urss Europe de l Est méridionale Hongrie Pologne République Tchèque Slovaquie Slovénie Estonie Lettonie Lituanie Biélorussie Moldavie Russie Ukraine Albanie Bulgarie Bosnie-Herzégovine Croatie Macédoine Roumanie Serbie Monténégro Tableau 1 - Typologies des Pays d Europe Centrale et Orientale selon les spécificités socioculturelles et économiques et les niveaux de développement économique Adapté de Machkova H. (1998), Pratiques et politiques de marketing à l Est, Revue Française de Gestion, Zone géographique représentant un marché potentiel global de 340 millions d habitants, les pays d Europe centrale et orientale, et de la fédération de Russie partagent des évolutions 1

4 communes, tout en suivant des trajectoires nationales post-socialistes diverses. Les perspectives d intégration des pays d Europe centrale et de l Est méridionale dans l Union Européen en mai 2004 renforcent l intérêt des entreprises pour cette zone. Dans le processus d internationalisation du distributeur, le choix d une forme organisationnelle de présence sur le marché étranger constitue une décision stratégique majeure car il détermine la capacité de l entreprise à évoluer (Gielens & al., 2001). L architecture organisationnelle doit permettre à la fois le transfert du concept, l exploitation des points de vente de l enseigne sur le marché étranger et la cohérence du réseau tout au long de son cycle de vie. L analyse des stratégies de développement international fait ressortir que les distributeurs sont de plus en plus nombreux à organiser leur réseau à l étranger en franchise (Quinn, 1998). Or, il s agit d une innovation organisationnelle pour les marchés en transition Est-européens car cette forme d organisation n existait pas en économie planifiée. Alors que l internationalisation constitue une priorité stratégique pour les distributeurs et que les pays en transition Est-européens offrent de nouvelles perspectives de croissance, il est essentiel de comprendre, dans un contexte où la franchise internationale s affirme comme un mode d entrée de plus en plus choisi, comment le développement d un réseau franchisé peut s envisager sur ces marchés, alors que cette forme d organisation n y existait pas jusqu au début des années Pour répondre à cette problématique, une analyse de l intérêt de la franchise comme mode d entrée sur un marché étranger est tout d abord présentée. Puis, une synthèse actualisée du secteur de la franchise dans les pays d Europe Centrale et Orientale, et de la Fédération de Russie permet de contextualiser l adoption de cette forme de présence par un distributeur étranger. Une grille d analyse des défis organisationnels et managériaux du développement d un réseau de points de vente en franchise dans le contexte des marchés en transition Esteuropéens est alors développée. 2

5 1. LA FRANCHISE COMME MODE DE PRESENCE POUR LES DISTRIBUTEURS SUR LES MARCHES ETRANGERS L internationalisation exige des distributeurs, à la différence des producteurs, une présence sur le marché étranger 1, augmentant ainsi le risque de cette stratégie. Licence, franchise, joint-venture et investissement direct constituent les principaux modes de développement possibles entre lesquels un groupe de distribution doit choisir pour étendre son réseau au-delà de son marché national (Sternquist, 1998). La décision se fonde sur différents critères portant sur l environnement du pays étranger cible, les objectifs de l opération et le degré de contrôle qui en est recherché, les type et montant de ressources disponibles dans le réseau ainsi que la perception du risque des dirigeants de l enseigne (Chen & Yu, 2002). 1.1 Franchise internationale : définition et formes La franchise internationale repose sur le principe de la réitération d une formule commerciale d un marché domestique sur un marché étranger, sans investissement financier de l opérateur entrant, le franchiseur, dans les points de vente. Les relations entre franchiseur et structure franchisée du pays d accueil sont organisées contractuellement : en contrepartie d une rémunération directe ou indirecte, le franchiseur étranger assure à son partenaire franchisé local, pour une période de temps et sur une zone géographique données, le droit d usage de signes de ralliement à la clientèle (marque, enseigne, nom commercial, signes et symboles ou encore logos), la transmission d un savoir-faire et l apport d une assistance commerciale (Fladmoe-Lindquist & Jacque, 1995). Ainsi, en franchisant son enseigne à l étranger, un distributeur délègue le développement des points de vente à des partenaires franchisés locaux, entrepreneurs indépendants, sans engager de ressources financières propres dans ces unités. Ce mode de développement international vise à créer des synergies par 1 L exportation de produits sous marque de distributeur peut constituer, dans certains cas particuliers, une première approche du marché étranger (Alexander, 1997). 3

6 l échange de ressources entres les deux parties séparées géographiquement, voire culturellement : le franchiseur propose son concept et un soutien opérationnel ; le franchisé apporte des capitaux financiers et ses connaissances du marché local (Teegen, 2000). Le terme de franchise internationale recouvre trois dispositifs contractuels différents, présentés dans le tableau 2 : la franchise directe, la multi franchise et la master franchise. Celles-ci correspondent à des solutions distinctes d organisation du transfert du package de franchise par le franchiseur entre pays d origine et pays étranger (Burton & Cross, 1997). Modalité de franchise internationale Franchise directe Multi franchise ou accord de développement de zone Master franchise Définition Engagement contractuel du franchiseur avec chaque propriétaire franchisé d un point de vente sur le marché étranger. Engagement contractuel du franchiseur avec un développeur de zone franchisé, qui se voit garantir le droit de développer en propre un réseau de points de vente sur une zone géographique donnée. Engagement contractuel du franchiseur avec un master franchisé, qui se voit garantir le droit de sous franchiser le format auprès de franchisés sur une zone géographique donnée. Tableau 2 Les différentes formes de franchise internationale Exemples Jacadi en Croatie Naf-Naf en Russie Petit Bateau en Pologne La franchise directe, qui implique soutient et contrôle individuel de chacun des franchisés étrangers, demande une gestion opérationnelle exigeante à mesure que le nombre de franchisés augmente. Une solution consiste à confier à un responsable de développement de zone le droit d exploiter plusieurs points de vente. Le franchiseur peut également chercher un relais sur le marché étranger via un master franchisé ou franchisé principal. Ce dernier, qui peut être franchisé lui-même, est habilité à développer le réseau voire à l adapter selon le type de contrat conclu (Ferrier, 2000 ; Nègre, 1998). L accord de master franchise apparaît aujourd hui comme le choix le plus fréquent (Quinn, 1998). Quelle que soit la modalité de la franchise internationale retenue, le distributeur peut appuyer sa démarche d internationalisation sur une filiale ou une joint venture. La filiale détient alors le droit de franchise sur une zone géographique donnée ; l entreprise Yves Rocher se base sur 4

7 sa filiale Yves Rocher Polska pour développer son réseau en Pologne. Le montage d une entreprise conjointe repose sur l association avec un partenaire local connaissant bien le marché qui détient une partie du capital de la société ; en Bulgarie, le groupe M. Bricolage a créé, avec l entreprise Doverie Holding Unit AD, une co-entreprise Dovri-Brico qui est son master franchisé en Bulgarie, Macédoine et Serbie. Outil d implication financière, cette forme juridique peut également constituer, sur certains marchés, une réponse aux limites à l investissement étranger et aux exigences en matière de forme juridique d implantation : Yves Rocher a ainsi créé trois sociétés mixtes avec les mairies de Moscou et Saint- Pétersbourg au début des années 1990 pour s implanter en Russie. La description de la franchise internationale permet d en faire ressortir deux caractéristiques : ce mode de développement international repose sur la réplication d une formule commerciale d un marché domestique sur des marchés étrangers en s appuyant sur des entités franchisées, indépendantes hiérarchiquement du franchiseur, qui assument le risque du développement des unités. Les questions de transfert du concept et de contrôle des entités franchisées constituent alors des défis stratégiques centraux à l opérationnalisation d un système de franchise à l international (Eroglu, 1992), en particulier pour un réseau de distribution (Doherty & Quinn, 1999). D une part, l enseigne doit concilier les exigences de standardisation du concept sur lesquelles se fonde la forme organisationnelle de la franchise et les nécessités marketing d adaptation aux différences d environnement par rapport au marché initial : elle doit réaliser les changements nécessaires à un bon développement sur le marché étranger sans qu elles menacent le cœur du concept (Hopkins, 1996). D autre part, compte tenu de la distance géographique et culturelle séparant franchiseur et structures franchisées du pays d accueil, l entreprise doit résoudre la question du contrôle de l activité des franchisés. Ces questions invitent à comprendre les mécanismes inhérents au fonctionnement de la forme organisationnelle de la franchise internationale, qui permettent de gérer ces défis. 5

8 1.2 Fondements théoriques de la franchise internationale : trois perspectives Se développer à l étranger en franchise a d abord été justifié par une logique de minimisation du risque. Puis, suite à des travaux menés sur la franchise dans un cadre domestique, deux autres principales lectures de la franchise internationale ont été proposées : l une analyse ce mode d entrée comme un dispositif d acquisition de ressources, l autre comme un moyen de contrôle du comportement des acteurs franchisés. Des recherches récentes ont visé à intégrer dans cette approche les spécificités du processus d internationalisation d une entreprise de distribution (Doherty & Quinn, 1999 ; Sanghavi, 2002 ; Quinn & Alexander, 2002). La franchise internationale comme forme de management du risque Les études théoriques sur la franchise internationale se sont d abord appuyées sur les recherches en économie et commerce international, dans lesquelles la décision de choix d un mode d entrée obéit à une logique de réduction du risque financier. La distance d affaire entre marché domestique et marché étranger conduit l entreprise à moduler son degré d engagement financier dans l aventure internationale : une distance d affaire réduite permet d envisager un investissement direct à l étranger. A l inverse, la franchise, qui fait porter le risque financier sur les franchisés, entrepreneurs indépendants, propriétaires des unités, apparaît comme un mode de présence adapté à des environnements réglementaire, économique et financier instables, de nature à brouiller la prévisibilité des performances du projet international (Hacket, 1976) : l internationalisation en franchise peut permettre d exploiter des marchés instables à court terme, mais avec un potentiel à moyen et long terme. Cette analyse associe la propriété du capital au contrôle de l opération. La contrepartie envisagée à cette réduction de l engagement financier de l entreprise sur le marché étranger consiste en une perte du contrôle de l opération (Eroglu, 1992). La distance et l absence de relations hiérarchiques rendent le contrôle difficile et le franchiseur s expose à un risque de 6

9 non respect du contrat par les franchisés. Dans cette optique, se développer en franchise est un choix transitoire, tant que les conditions ne sont pas réunies pour se développer en propre. Une approche par les ressources Une autre lecture de la franchise internationale suggère que la valeur stratégique de la relation de franchise repose sur le transfert de ressources qu elle permet d organiser. Les entreprises s internationalisent en franchisant leur activité pour obtenir des ressources externes nécessaires à leur développement sur le marché étranger, et ne pas dépendre des seuls moyens internes (Huszagh & al., 1992 ; Alon, 1999 ; Teegen, 2000). Si le franchiseur transmet des signes de ralliement à la clientèle, un savoir-faire et une assistance, les franchisés, directement ou via la master franchisé, apportent : - des capitaux financiers : ils sont propriétaires des unités, et versent un droit d entrée et des redevances, assurant ainsi un flux de revenus au franchiseur ; - des compétences managériales : ils possèdent une expertise du marché local et sont en mesure de proposer des adaptations nécessaires aux succès du concept en fonction des spécificités marketing et managériales du pays d accueil ; - une motivation et une implication personnelles : ils engagent leur patrimoine dans les points de vente, ce qui est une forte incitation à la performance ; cet argument rejoint la lecture agentielle de la franchise internationale exposée un peu plus loin. Par ce prisme des ressources, la franchise internationale est vue comme une forme intéressante et pérenne d organisation de l internationalisation car elle permet de structurer un processus cumulatif d acquisition de ressources et de compétences dans l entreprise (Faldmoe-Lindquist, 1996). En fonction du degré de maîtrise de ces ressources et compétences par le groupe franchiseur, et de ses capacités à réaliser des apprentissages des précédentes expériences internationales, une typologie des franchiseurs internationaux a été proposée (Fladmoe-Lindquist, 1996). 7

10 Pour une lecture agentielle de la franchise internationale Un développement international en franchise peut également s analyser dans une optique d efficience administrative, en utilisant principalement la théorie de l agence comme cadre de compréhension du comportement des organisations (Fladmoe-Lindquist & Jacque, 1995 ; Contractor & Kundu, 1998). Une relation d agence désigne une situation où une entité, appelée agent, se voit confier un pouvoir de décision pour la réalisation d actions au nom d un individu, le principal. Ce dernier peut être confronté à des situations où l accès à l information, voire sa compréhension, est délicat, et le comportement de l agent difficilement observable, ce qui pose problème en cas de divergence d intérêt entre les parties. Dans le processus de développement international, les distances géographique et culturelle entre marché domestique et pays d accueil constituent des sources potentielles importantes d asymétries informationnelles. Les spécificités de l environnement commercial et du cadre juridique, économique, social et culturel peuvent compliquer la compréhension de l environnement pour le distributeur. La nature du processus de transfert d information entre marché cible et marché domestique peut être vue comme le facteur déterminant du choix d un mode d entrée d une enseigne de distribution sur un marché étranger. (Quinn, 1998 ; Doherty, 1999 ; Quinn & Alexander, 2002). Le principal va s employer à mettre en place des dispositifs pour s assurer du respect des objectifs par l agent et des efforts qu il a pu déployer. Cette approche s intéresse au système d incitation sous-jacent à la forme organisationnelle de la franchise internationale, et fournit un éclairage intéressant à ce mode d entrée. Si le manager salarié d un point de vente dispose d une rémunération fixe, le franchisé est un créancier résiduel et bénéficie d une rétribution comme apporteur de fonds : son revenu dépend directement de ses efforts dans la bonne gestion de son point de vente. L incitation à une optimisation des résultats de son activité est donc intrinsèquement très forte : le distributeur franchiseur, en dépit d une observabilité limitée des actions et de la difficulté à 8

11 mettre en œuvre des dispositifs de contrôle, dispose d une autre forme de maîtrise des comportements de ses partenaires. La franchise internationale s avère un mode d internationalisation d autant plus intéressant quand les coûts de contrôle des conduites des acteurs étrangers sont élevés, situation rencontrée fréquemment dans les pays à environnement instable, ou distants géographiquement et culturellement. Dans cette optique, la situation actuelle de transition économique, sociale et politique que connaissent les pays d Europe Centrale et Orientale rend a priori d autant plus attractif ce mode d entrée. 2. FRANCHISE DANS LES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS : ENTRE EMERGENCE ET DEVELOPPEMENT, DANS UN SECTEUR DU COMMERCE DE DETAIL EN MUTATION Dans quel contexte s inscrit le projet de franchise internationale d un distributeur étranger sur ces marchés? Structure inexistante en économie planifiée, la franchise est un système dont les pays d Europe Centrale et Orientale et de la fédération de Russie expérimentent la création et le développement. Cette nouvelle forme d organisation accompagne les profondes mutations du secteur de la distribution. 2.1 Economie planifiée, franchise et distribution : des logiques incompatibles Jusqu à la fin des années 80, les pays Est-européens ont fait l expérience commune, à des degrés divers, d un système économique planifié et centralisé, où l Etat pourvoit aux besoins de chacun et où l initiative privée est illicite. Franchise et économie planifiée : des fondements contraires Dans les économies socialistes, «l entreprise» est une structure non autonome (Lowit & Frattelini, 1992), dont les dirigeants sont guidés par le plan publié par les organes bureaucratiques de l Etat. L objectif des managers est d atteindre les normes de production fixées, non de développer une activité sous contrainte d efficience économique (Gordon- Dickson, 2000). En outre, les économies socialistes adoptent une logique industrialiste de 9

12 développement d entreprises internalisant la filière de production et les prestations de services annexes à l activité et au personnel. Les structures les plus grandes possibles sont privilégiées ; ceci ne laisse aucune place pour un tissu de petites et moyennes entreprises industrielles ou de services (OCDE, 1998). Or, les notions de propriété privée et de réseau de petites structures entrepreneuriales constituent les bases mêmes d un système de franchise, puisqu il repose sur la transmission d un concept, élaboré par un franchiseur, à un franchisé entrepreneur indépendant. Les fondements de cette forme d organisation sont, par essence, contraires à la logique d une économie socialiste. Deux éléments viennent mettre en perspective ce propos. D une part, des unités franchisées ont existé, avant la seconde guerre mondiale, dans les pays d Europe Centrale. Les racines historiques du développement du secteur de la franchise sont donc différentes selon les pays, avec un cas extrême pour la Russie qui a une inexpérience totale de l économie de marché (Magnin, 1999). D autre part, dans les années 70, quelques contacts avaient été établis avec des franchiseurs occidentaux, du secteur de l hôtellerie et de la distribution, par des entreprises de Pologne et de République Tchèque, pays qui connaissaient une libéralisation progressive. Néanmoins, jusqu à la fin des années 80, la franchise était une structure de fonctionnement quasiment inconnue dans les pays en transition Est-européens, qui ont été décrits comme des territoires vierges pour les franchiseurs (Swartz, 1997). Cette forme d organisation des réseaux de points de vente se trouve aujourd hui classée, sur ces marchés, dans les nouveaux modes de distribution (Nestorovic, 1995 ; Theulet, 1999 ; Alon & Welsh, 2001). Un secteur de la distribution sous contrôle Ainsi, dans cette logique de planification de l activité économique, les «entreprises» de commerce, monopoles d Etat, ne disposaient d aucune autonomie de décision. La politique de distribution des produits était imposée par les structures étatiques qui, suivant les thèses 10

13 marxistes-léninistes, analysaient la distribution comme une fonction non créatrice de valeur : sources d un gaspillage social, les distributeurs étaient perçus comme des intermédiaires parasites (Dentiste-Mueller & Broderick, 1995). Les produits étaient acheminés en quantités fixées par le plan par un unique canal composé d intermédiaires obligatoires jusqu aux deux structures commerciales officielles, les magasins d Etat et les structures d exportation d Etat (Naor, 1991). Jusqu'à la fin des années 80, les pays socialistes Est-européens ont disposé d un appareil commercial uniforme et réduit (Quelch & al., 1991 ; Werwicki, 1992), officiellement organisé autour de deux formats de vente : d une part, des magasins «universels» proposant un assortiment large et peu profond, de surface moyenne et situés en centre ville ; d autre part, des boutiques à dominante alimentaire, de petite surface et localisées dans les zones à forte densité de population. L assortiment disponible était donc directement défini par les organismes de planification, sans analyse des attentes des consommateurs, et présenté sans qu aucune technique de merchandising ne soit mise en oeuvre. Les consommateurs ont développé une forte aspiration à un autre univers commercial. Ces éléments ont conduit à caractériser les points de vente comme «insuffisants, non attractifs, consommateurs de temps et frustrants» (Quelch & al., 1991). Accéder à une consommation de masse nécessite, en quelque sorte, des canaux de distribution «de masse». La transition vers une économie de marché passe par l organisation d un secteur structuré de la distribution. La réforme de ce secteur a constitué, dès la fin des années 80, une priorité des gouvernements des économies en transition, qui ont fondé leur politique sur deux axes : encourager l implantation de commerçants indépendants et attirer des acteurs étrangers. De profonds bouleversements structurels ont alors modifié le paysage commercial des pays d Europe centrale et de l Est nordique, et dans une moindre mesure, de l Europe de l Est méridionale. Les structures traditionnelles ont très rapidement vieilli sous l effet du développement de multiples points de vente indépendants de très petite surface dès 1989, puis 11

14 de l arrivée à partir de 1993 d enseignes étrangères de grande distribution et de distribution spécialisée (Forte & Trotemann, 2001). La privatisation et la restructuration des structures existantes, ainsi que l explosion du nombre de commerces indépendants ont abouti, au milieu des années 1990, à un système de distribution complètement atomisé et peu professionnel, marqué par une inertie des pratiques anciennes de management de la filière et des points de vente héritées de la période communiste. Les économies en transition Est-européennes sont confrontées à la nécessité de se doter d un système commercial organisé et efficient, s appuyant sur l entrepreneuriat individuel : cette situation ouvre la voie à un développement international en franchise pour les distributeurs étrangers. 2.2 Panorama de la franchise dans les pays en transition Est-européens : un secteur en plein essor La franchise commence aujourd hui à faire partie du paysage commercial des pays en transition Est-européens. La diffusion de cette forme d organisation a été structurée, d une part, par l internationalisation de réseaux européens et américains, qui sont entrés par le biais de la privatisation d entreprises existantes ou, plus fréquemment, par la conclusion de contrats ex nihilo avec des entrepreneurs privés locaux et, d autre part, par le soutien des autorités à la mise en place d un environnement institutionnel adéquat. Des enseignes locales ont ensuite commencé à adopter cette structure. Des expériences nationales contrastées du secteur de la franchise Le recul apporté par la petite décennie d expérience de la franchise invite à faire un premier état des lieux du secteur, travail rendu délicat par une publication d informations parcellaires et peu homogènes. A partir de données collectées auprès des dix-sept missions économiques de la zone, des sites Internet des franchiseurs et des fédérations de franchise, ainsi que des 12

15 publications de la presse spécialisée des différents pays, un panorama synthétique du secteur de la franchise dans les pays en transition Est-européens est présenté dans le tableau 3. Europe centrale Europe de l Est nordique Pays de l ex-urss Pays (date de l information) Hongrie Pologne République Tchèque (2003) Slovaquie (2001) Slovénie (2001) Estonie Lettonie Lituanie Biélorussie Moldavie Fédération de Russie (2001) Ukraine Albanie (2003) Bulgarie (2003) Bosnie Croatie Europe de l Est méridionale Macédoine (2003) Roumanie Serbie Monténégro Marché potentiel millions d habitants PIB/hab. (USD PPA) , n.s n.s. Secteur de la franchise 250 réseaux dont 50 % de réseaux hongrois 4 à 5 % du chiffre d affaires du commerce de détail emplois 122 réseaux dont 56% de réseaux polonais 2,5% du chiffre d affaires du commerce de détail plus de emplois 86 réseaux dont 19% de réseaux tchèques Quelques réseaux étrangers 94 réseaux dont 40% de réseaux slovènes 20 réseaux 27 réseaux dont 10% de réseaux lettons 30 réseaux dont 5% de réseaux lituaniens 5% du chiffre d affaires du commerce de détail Pas d information disponible Forme organisationnelle en émergence (implantation des premiers réseaux étrangers) 200 réseaux 1% du chiffre d affaires du commerce de détail emplois 80 réseaux Forme organisationnelle inexistante 15 réseaux, principalement d origine étrangère Forme organisationnelle inexistante 50 réseaux Forme organisationnelle en émergence (implantation des premiers réseaux étrangers) 40 réseaux Forme organisationnelle inexistante Tableau 3 Panorama du secteur de la franchise dans les pays en transition Est-européens Sources: Données compilées de Allera & Fontayne,

16 Les expériences nationales contrastées mises en évidence dans les pays d Europe Centrale et Orientale et de la Fédération de Russie (Magnin, 1999) se reflètent dans l analyse de la situation actuelle du secteur de la franchise. En Europe centrale, la franchise connaît un réel essor depuis 1995 et se diffuse rapidement, sous le double effet de l implantation de franchiseurs étrangers et du développement d enseignes locales. Ainsi, en 2003, en Pologne, la proportion d enseignes locales a dépassé celle des franchiseurs étrangers, ce qui est un indicateur de l intégration croissante de la franchise dans le système commercial. Des choix politiques lui ont accordé un rôle stratégique dans le processus de privatisation et de création d un tissu de petites et moyennes entreprises (Sanghavi, 1998). De même, les gouvernements des Etats baltes ont fondé des espoirs sur la franchise pour préserver les structures économiques existantes, tout en facilitant l accès à la propriété de petits entrepreneurs (Pavlin, 2000). Des difficultés économiques un peu plus marquées et des potentiels de marché plus limités qu en Europe centrale ont fait que la franchise s y est développée à un rythme moins soutenu, tout en y enregistrant une croissance continue. Dans les pays de l ex-urss et de l Europe de l Est méridionale, les franchiseurs, essentiellement des groupes étrangers, sont beaucoup moins nombreux. Des difficultés structurelles plus profondes et les perspectives plus lointaines de rattrapage du pouvoir d achat des consommateurs freinent les activités des acteurs de la distribution. Néanmoins, les analyses sur l intérêt de cette forme organisationnelle dans le processus de transition sont largement partagées (Beilock & al., 1998 ; Alon & Banai, 2001 ; Viducic & Bricic, 2001) et les autorités publiques s emploient à créer un environnement favorable à son émergence. Des cadres institutionnels en construction La nature du contrat de franchise le rend très sensible aux dispositions légales en vigueur, concernant le droit des contrats, de la concurrence et de la propriété industrielle et 14

17 intellectuelle. Mi-2003, ces environnements juridiques, présentés dans le tableau 4, recouvrent des réalités très différentes selon les pays. Europe centrale Europe de l Est nordique Pays de l ex- URSS Europe de l Est méridionale Hongrie Pologne Pays Cadre juridique encadrant la franchise (2003) Existence d une fédération ou d une association Pas de cadre juridique spécifique ; contrat autorisé par un décret de 1997 d exemption de restriction concurrentielle (décret 246/1997 XII.20) Pas de cadre juridique spécifique ; contrat autorisé par la loi sur la concurrence déloyale Pas de cadre juridique spécifique ; contrat non désigné, régi par le code de commerce Pas de cadre juridique spécifique Fédération hongroise de la franchise Fédération polonaise de la franchise République Tchèque Association tchèque de la franchise Slovaquie Slovénie Pas de cadre juridique spécifique Association slovène de la franchise Estonie Pas de cadre juridique spécifique Lettonie Pas de cadre juridique spécifique ; contrat Association lettone de la autorisé par le règlement n 52 du conseil des franchise ministres ( ) Lituanie Biélorussie Moldavie Fédération Russie Ukraine Albanie Bulgarie Bosnie Croatie Macédoine Roumanie de Pas de cadre juridique spécifique ; contrat défini par le nouveau code civil (1/07/2001) Pas de cadre juridique spécifique Pas de cadre juridique spécifique Cadre juridique spécifique : loi sur la franchise (1996) Pas de cadre juridique spécifique ; organisation progressive du cadre juridique sur la base des textes européens, mais textes non adoptés Dispositions relatives à la franchise introduites dans le code civil (articles 1056 à 1064) Pas de cadre juridique spécifique ; contrat régi par la loi sur la protection de la concurrence (12/03/1998) et la loi sur la protection des droits de propriété intellectuelle (1993) Pas d information disponible Pas de cadre juridique spécifique ; contrat régi par la loi sur le Commerce et la loi sur la protection et la compétitivité des marchés. Pas d information disponible Cadre juridique spécifique : ordonnance gouvernementale (n 52/1997) modifiée par la loi n 79/1998 Pas de cadre juridique spécifique Association russe de la franchise Association de la franchise d Ukraine Association bulgare de la franchise Association croate de la franchise Association roumaine de la franchise Serbie Monténégro Tableau 4 Environnement légal et institutionnel du secteur de la franchise dans les pays en transition Esteuropéens en 2003 Sources: Données compilées : Wollweaver (2001), Les cadre juridiques sont en cours de finalisation dans les Etats d Europe Centrale et Baltes : les perspectives d intégration dans l Union Européenne de ces pays laissent envisager une 15

18 future harmonisation des législations. L environnement légal demeure, en particulier dans les pays de l ex-urss, instable et fluctuant, et exige de s encadrer de conseils juridiques solides. En l absence d un cadre juridique spécifique, solution adoptée par la Roumanie et la Russie, une grande place est laissée à la négociation contractuelle. Plus largement, un environnement institutionnel de soutien à la franchise s organise : différents partenaires manifestent une compréhension et un intérêt croissants pour cette forme de structuration de l activité. Des organisations fédératrices de la franchise existent aujourd hui dans une majorité de pays et œuvrent au succès de la formule par la proposition de services aux différents partenaires. En Pologne et en République Tchèque, des organismes bancaires proposent des procédures spécifiques d obtention de crédit aux candidats franchisés. Des programmes de formation universitaire ont vu le jour dans différents pays, notamment en Hongrie, Pologne, Lettonie, Lituanie et Bulgarie. Ainsi, pour envisager l implantation de leur réseau, les distributeurs étrangers peuvent aujourd hui s appuyer, selon les régions, sur un secteur de la franchise en émergence ou en développement, facteur important dans la performance des projets internationaux (Hoffman & Preble, 2001). 3. ANALYSE DES DEFIS ORGANISATIONNELS ET MANAGERIAUX DU DEVELOPPEMENT EN FRANCHISE DANS LE CONTEXTE DES PAYS EN TRANSITION EST-EUROPEENS Alors que l étude générale du secteur de la franchise dans les pays d Europe Centrale et Orientale et de la Fédération de Russie fait ressortir son dynamisme, laissant présager un intérêt croissant pour cette formule, il est essentiel d aborder la question de l opérationnalisation d un système de franchise dans cet environnement. A partir d une réflexion sur les déficiences caractéristiques des économies de l Europe de l Est (Thomas, 1991), une analyse des défis posés au transfert d un système de franchise internationale dans ce contexte est proposée, conduisant à suggérer des modalités de prises en compte. 16

19 3.1 Déficiences à combler et confrontation à un concept de franchise Le terme de transition suggère une idée de trajectoire entre une situation de départ et un état d arrivée. Au-delà des débats sur l aspect réducteur de ce terme pour désigner un processus mouvant et complexe 2, il met notamment en avant la nécessité de comprendre les conditions initiales des mutations systémiques. Au début des années 1990, un point de départ de l organisation des transformations économiques en Europe de l Est a donc été d identifier les déficiences accumulées au cours de l expérience communiste pour décider des réformes structurelles. Des travaux ont abouti à la construction d un modèle des déficiences à combler (Thomas, 1991), présenté dans l encadré 1. Dans une perspective managériale, ces analyses font ressortir les environnements très spécifiques des économies en transition Est-européennes (Salmi, 2000), dans lesquels les managers vont inscrire leurs stratégies de développement international. En effet, ce modèle des déficiences reflète également la nature des contraintes que vont avoir à gérer les entreprises s implantant sur ces marchés. Mettre en regard de ce modèle des déficiences (Thomas, 1991) les principes de fonctionnement d une franchise internationale permet de faire ressortir des questions stratégiques et managériales auxquelles les réseaux vont devoir apporter une réponse, en fonction de leurs forces et faiblesses propres. Quels peuvent être les impacts de ces déficiences structurelles sur l opérationnalisation d un système de franchise? Comment ces facteurs peuvent ils structurer le transfert d un système de franchise d un franchiseur étranger dans les pays d Europe Centrale et Orientale et de la Fédération de Russie? Le diagnostic des impacts potentiels des écarts structurels des pays en transition Esteuropéens sur les composantes centrales de la compétitivité d un réseau de points de vente en franchise constitue une étape cruciale car ils peuvent représenter, pour le franchiseur étranger, de sérieux challenges au transfert de son concept. 2 Pour des analyses du concept de transition, voir Kornai (1992) et Csaba (1995). 17

20 Encadré 1 Modèle des déficiences des économies Est-européennes (Thomas, 1991) La problématique de la transition a suscité de nombreux travaux et a été analysée à travers différents prismes. Thomas (1991) a adopté une optique marketing pour proposer une grille d analyse des empreintes des systèmes politiques, économiques et sociaux hérités de l expérience socialiste. Dix «gaps» (Thomas, 1991), s entendant comme des écarts ou sources de déficience en transition, ont été identifiés : Gap de technologies Gap d infrastructures Gap de protection de l environnement Gap juridique Gap de pratique du jeu démocratique Gap de management Gap des systèmes de motivation Gap marketing Gap de capitaux financiers Gap de productivité Des équipements technologiques limités au secteur industriel et peu efficients. Des infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires, et de systèmes de télécommunications vieillissants. Une réglementation de la protection de l environnement inexistante et des dégâts considérables causés par des politiques industrielles non respectueuses. Un cadre législatif pensé pour assurer la dominance du parti et organiser la propriété collective du capital productif. Une habitude du parti unique. Des décisions et pratiques managériales sous contrôle des organisations bureaucratiques d Etat. Une absence de modalités d évaluation et de prise en compte de la qualité du travail individuel dans les systèmes de gestion du personnel. Une ignorance des concepts de marché et de consommateur. Des investissements nationaux faiblement rentables et des investissements étrangers quasi-inexistants. Une combinaison des facteurs de production peu efficace. Des validations du modèle ont été apportées par différents travaux, dans des approches comparatives. Si ces sources de déficience sont communes aux différents pays d Europe Centrale et Orientale et de la Fédération de Russie, elles sont d ampleurs différentes selon le point de départ du processus de transition, le modèle de stabilisation - transition mis en œuvre et les trajectoires socio-économiques suivies. Ainsi, si ces gaps sont communs aux différents pays Est-européens, ils sont d ampleur différente selon leur expérience du système socialiste. 18

a pu se développer dans les pays d Europe centrale et orientale, constituant une alternative intéressante à l investissement direct.

a pu se développer dans les pays d Europe centrale et orientale, constituant une alternative intéressante à l investissement direct. L i m p a c t d e s i n v e s t i s s e m e n t s d i r e c t s é t r a n g e r s ( I D E ) La franchise internationale : une voie alternative à celle de l investissement direct à l étranger? La franchise

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir Le Clerc de la Herverie Maxime Master 2 services en réseau et e-business Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir R. Perrigaut Cours de Réseaux de distribution 2007-2008 1 Résumé

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE)

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) 1 1. Un groupe universitaire grenoblois à l origine d un réseau européen Le Groupe de Recherche et d'etude en Gestion (GREG) est une

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au BREVET : Définition: Le brevet est un titre délivré par un organisme public spécialisé, donnant à son titulaire le droit exclusif d exploiter une invention pour une durée de vingt ans à compter de la date

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

L élargissement de l Union européenne: Stratégie pour l implantation de la grande distribution française à Chypre CHAPITRE VI

L élargissement de l Union européenne: Stratégie pour l implantation de la grande distribution française à Chypre CHAPITRE VI 89 CHAPITRE VI 1. STRATÉGIE Ce chapitre réunira d abord les principales stratégies utilisées par les distributeurs dans leur internationalisation. L utilisation de la Grèce comme marché test et la stratégie

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015

PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015 AT(2014)510 Strasbourg, 25 novembre 2014 PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015 Etat d avancement et perspectives

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Les banques commerciales en microfinance

Les banques commerciales en microfinance Les banques commerciales en microfinance BIM n - 25 novembre 2003 Karin BARLET Les banques commerciales classiques ont-elles leur place en microfinance? Sont-elles réellement attirées par ce secteur sur

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat.

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat. 1 Les contrats de franchise Jean Magnan de Bornier Les contrats de franchise ont fait l objet de nombreux travaux théoriques et aussi économétriques, permettant de confronter les différentes théories du

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72 DOSSIER DE PRESSE FOURPOINTS Investment Managers 13-15 rue de La Baume 75008 Paris France Tél. + 33 (0) 1 40 28 16 50 Fax + 33 (0) 1 40 28 00 55 www.fourpointsim.com Relations Presse : Alexandra Origet

Plus en détail

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Résumé Ce document a été rédigé à l attention des entreprises candidates

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Le Futur de la Banque de Détail

Le Futur de la Banque de Détail Forum d'été du Club des Dirigeants de Banques Africaines Le Futur de la Banque de Détail Présentation Roland Berger Ho Chi Minh ville, le 26 juin 2014 Roland Berger est le grand cabinet d'origine européenne

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie Conseil Conseil Stratégique et assistance dans les Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie SIEGE 16, rue Kléber 92442 Issy-les-Moulineaux France www.items.fr

Plus en détail

Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation

Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation MASTER AFFAIRES INDUSTRIELLES INTERNATIONALES PROGRAMME DE LA FORMATION SOMMAIRE Objectifs Contenu de la formation M1 et M2 Organisation de la formation Page 1 sur 6 Objectifs Préparer des cadres de culture

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

École Supérieure Algérienne des Affaires 2ième Rencontres du Consortium ESAA-entreprises Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés ( 3 Juin 2015) La digitalisation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

ANUNŢ IMPORTANT! MASTER «DIDACTIQUE DU FRANÇAIS ET DES LANGUES» 2013-2014

ANUNŢ IMPORTANT! MASTER «DIDACTIQUE DU FRANÇAIS ET DES LANGUES» 2013-2014 ANUNŢ IMPORTANT! Le Bureau Europe centrale et orientale de l'agence universitaire de la Francophonie lance un appel à candidatures pour le Master «Didactique du français et des langues». Le présent appel

Plus en détail

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale L Albanie a rendu le paiement des taxes et impôts plus facile et moins cher pour les entreprises

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE. Jack Short Secrétaire Général Conférence Européenne des Ministres des Transports. Kiev, Ukraine 27-28 septembre 2004

DISCOURS D OUVERTURE. Jack Short Secrétaire Général Conférence Européenne des Ministres des Transports. Kiev, Ukraine 27-28 septembre 2004 CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2, rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX. 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail:

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/ENERGY/WP.3/2009/3 17 novembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE L ÉNERGIE DURABLE Groupe de

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen. DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Communiqué de presse C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Un leadership performant en matière

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

Soutenir le développement de l Economie Sociale en Europe Centrale et Orientale

Soutenir le développement de l Economie Sociale en Europe Centrale et Orientale FR CoopEst Soutenir le développement de l Economie Sociale en Europe Centrale et Orientale Présentation synthétique LA SOCIETE COOPEST La société CoopEst a été fondée en octobre 2005 à Bruxelles sous forme

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE

Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 2 ; www.fede.org NIVEAU BAC+5-300 crédits ECTS (60 crédits

Plus en détail

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Contribution Lundi 3 septembre 2012 Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Groupe de travail n 4 : Des personnels

Plus en détail

Les principales spécificités des «résidences de tourisme»

Les principales spécificités des «résidences de tourisme» Les principales spécificités des «résidences de tourisme» «La résidence de tourisme est un établissement commercial d hébergement classé, faisant l objet d une exploitation permanente ou saisonnière. Elle

Plus en détail

Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale

Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale OTP Bank et Groupama forment un partenariat stratégique en assurance en Europe Centrale et Orientale 11 février 2008 1 Dr Sándor Csányi

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte 1 1. Le contexte international et les investissements à l étranger 2 Les dévelopements récents Plus de

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Profil 3. II. Histoire 4. III. Mission & Valeurs 5. IV. Philosophie de Gestion 6. V. Equipe & Gouvernance 7. VI. Fonds et mandats 8

SOMMAIRE. I. Profil 3. II. Histoire 4. III. Mission & Valeurs 5. IV. Philosophie de Gestion 6. V. Equipe & Gouvernance 7. VI. Fonds et mandats 8 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE I. Profil 3 II. Histoire 4 III. Mission & Valeurs 5 IV. Philosophie de Gestion 6 V. Equipe & Gouvernance 7 VI. Fonds et mandats 8 VII. Distinctions 9 VIII. Contacts 10 2 I.

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

L intégration technique et économique de l énergie éolienne dans les systèmes électriques européens

L intégration technique et économique de l énergie éolienne dans les systèmes électriques européens L intégration technique et économique de l énergie éolienne dans les systèmes électriques européens Céline HIROUX ADIS-GRJM, Université Paris-Sud XI Contexte Les tendances à moyen terme sont sans appel

Plus en détail

Projet de rapprochement amical de Sopra et de Steria pour créer un leader européen de la transformation numérique

Projet de rapprochement amical de Sopra et de Steria pour créer un leader européen de la transformation numérique Projet de rapprochement amical de Sopra et de Steria pour créer un leader européen de la transformation numérique Un chiffre d affaires combiné de 3,1 Mds et un groupe de plus de 35 000 collaborateurs

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse POURQUOI? Favoriser la poursuite d études ou de formations dans le but d assurer l équilibre du sportif en activité

Plus en détail

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps 1INTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante. Elle comptait, fin 2007, plus de 1150 réseaux actifs dans tous les secteurs d activité (commerce de détail aussi bien que services)

Plus en détail

Les formes d organisation en réseaux. Gérard CLIQUET Professeur à l IGR-IAE, Université de Rennes 1 CREM UMR CNRS 6211

Les formes d organisation en réseaux. Gérard CLIQUET Professeur à l IGR-IAE, Université de Rennes 1 CREM UMR CNRS 6211 Les formes d organisation en réseaux Gérard CLIQUET Professeur à l IGR-IAE, Université de Rennes 1 CREM UMR CNRS 6211 L importance des réseaux dans le commerce de détail et les services Réticulation du

Plus en détail

Développer le marché de la publicité pour les PME : l expérience de Katalyst au Bangladesh

Développer le marché de la publicité pour les PME : l expérience de Katalyst au Bangladesh Études de cas Miehlbradt A., Developing the advertising market for SMEs in Northern Bangladesh, The Katalyst Cases, Case Study n o 3, Katalyst Bangladesh, juin 2007. Développer le marché de la publicité

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail