Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission : Informer et conseiller sur le droit du logement les particuliers les locataires - du parc privé - du parc social les propriétaires - occupants - bailleurs - les occupants à titre gratuit les acteurs de l'habitat les élus les services logements les travailleurs sociaux les associations MIXITE SOCIALE ET URBANISME : DE LA PLANIFICATION A L OPERATIONNEL 2ème partie A L OPERATIONNEL 2-1 INTRODUCTION : DU POS AU PLU La loi SRU a substitué aux POS des PLU destinés à permettre une politique d aménagement plus vaste tout en continuant à réglementer l utilisation des sols. Ce document de planification urbaine destiné à remplacer le plan d occupation des sols (POS) est élaboré par la commune ou groupement de communes compétent en association avec l Etat. Les anciens POS ne disparaissent pas cependant ; ils restent applicables jusqu à leur nouvelle révision à partir de laquelle ils adopteront le régime PLU. L interdiction des révisions partielles de POS à partir de 2010 (art L CU) devrait cependant conduire les collectivités à élaborer des projets de territoires (PADD) et des PLU intégrant la loi SRU modifiée prévoyant notamment des emplacements réservés pour des opérations de mixité sociale (voir infra). Le PLU est un document d urbanisme qui, à l échelle d une commune, établit un projet global d urbanisme et d aménagement et fixe en conséquence les règles générales d utilisation du sol sur le territoire concerné. Il couvre l intégralité du territoire communal. Il s agit donc d un instrument stratégique essentiel dans la mise en œuvre d une politique du logement dans la mesure où il lui appartient de déterminer les zones constructibles du territoire communal et les densités admises. Nos consultations Accession : 8 % - Location : 78 % - Fiscalité : 1,7 % - Copropriété : 7 % - Urbanisme : 1,2 % - Voisinage : 2 % Objectifs en matière de logements et du PLU Le PLU doit traduire les obligations qui découlent de l article L CU d une part, en ouvrant à l urbanisation des surfaces suffisantes ; d autre part, par l adoption de règles techniques adaptées destinées à accroître la production de logements. La définition d un échéancier prévisionnel Afin de rendre le PLU plus opérationnel la loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement a prévu que «le rapport de présentation peut comporter un échéancier prévisionnel de l ouverture à l urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants». Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 1

2 Cette mesure a pour vocation de rendre le PLU plus prospectif et opérationnel ; elle vise à favoriser la réalisation de logements par une relance de l offre foncière. La loi ENL a également prévu qu un débat soit organisé au sein du Conseil Municipal sur les résultats, le cas échéant, de l échéancier prévisionnel de l ouverture à l urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants. Les outils opérationnels Pour mettre en œuvre ces objectifs, les personnes publiques responsables de l élaboration des documents d urbanisme peuvent choisir en fonction de leur besoin entre divers outils que le droit de l urbanisme met à leur disposition. Depuis 1991, le législateur a mis en place des mécanismes incitatifs susceptibles de favoriser la programmation de logements sociaux par le PLU. La loi du 25 mars 2009 réforme le contenu du PLU ceci afin de faciliter le recours par les communes de ces différents outils d intervention, il s agit : - Soit de dérogations apportées au PLU. Assouplissements accordés aux constructeurs leur permettant de construire, plus majoration des règles de construction pour faciliter la construction de logements sociaux ou non. - Soit de servitudes, c'est-à-dire de contraintes imposées au constructeur afin de leur imposer la construction de logements ou de logements sociaux (II Secteurs réservés, emplacements réservés). 2-2 ASSOUPLISSEMENTS ET DEROGATIONS AU PLU : LES MAJORATIONS DE COS ET DES REGLES DE CONSTRUCTION Avant la loi du 25 mars 2009 Afin de favoriser la mixité sociale et lutter contre la ségrégation spatiale spontanée des ménages par le logement, le législateur a institué au cours de ces dernières années une sorte de discrimination positive par le logement. Il a ainsi donné la possibilité aux communes de procurer un surcroît de constructibilité pour la réalisation de logements sociaux. Une loi du 21 janvier 1995 relative à la diversité de l habitat avait ainsi institué la possibilité de dépasser de 20 % la surface hors œuvre nette (SHON) résultant de l application du coefficient d occupation des sols (COS), à condition qu un pourcentage au moins équivalent de SHON corresponde à des logements locatifs sociaux et sous réserve que le coût foncier imputé à ces logements n excède pas certains prix plafonds. Compte tenu de la lourdeur et de la complexité de la procédure, les Conseils Municipaux n ont eu que très rarement recours au dispositif institué par l ancien art L Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 2

3 Ce dispositif étant peu utilisé, la loi portant engagement national pour le logement (ENL) a accordé à titre temporaire à certaines communes la faculté d autoriser un dépassement de 50 % de la SHON maximale fixée par le POS / PLU, à condition que 50 % des logements réalisés soient des logements locatifs sociaux. Disposition applicable aux permis de construire délivrés avant le 1 er janvier La loi MOLLE pérennise ce dispositif tout en étendant son champ d application. En outre, l article 40 I (art L CU) étend la possibilité de dépassement des règles volumétriques à tout programme de logements, ce dépassement étant limité à 20 %. L article 40 de la loi permet donc aux constructeurs de dépasser certaines règles volumétriques du PLU de manière plus ou moins importantes selon qu ils réalisent des logements locatifs sociaux ou d autres types de logements Majoration de 50 % pour la réalisation de programmes comportant des logements sociaux (loi art 40 CU L 127 1) Il résulte de l article L dans sa nouvelle rédaction que : "le Conseil Municipal ou l organe délibérant de l établissement public de coopération intercommunale (EPCI) peut, par délibération motivée, et sous réserve de ne pas porter atteinte au POS ou au projet d aménagement et de développement durable (PADD), délimiter des secteurs à l intérieur desquels la réalisation de programmes de logements comportant des logements locatifs sociaux, bénéficie d une majoration, qui ne peut excéder 50 % du volume constructible tel qu il résulte du COS ou des règles relatives au gabarit, à la hauteur et à l emprise au sol. Pour chaque opération cette majoration ne peut être supérieure au rapport entre le nombre de logements locatifs sociaux et le nombre total des logements de l opération". Procédure Ces nouvelles possibilités de majorer les règles de densité nécessitent une modification du PLU. Le public peut prendre connaissance du projet de modification du PLU et formuler des observations pendant un délai d un mois avant la délibération du Conseil Municipal, mais aucune enquête publique n est requise. Le Conseil Municipal pourra procéder à l introduction de ces nouvelles règles dans le PLU en utilisant une procédure de révision simplifiée : sur simple délibération du Conseil Municipal après mise à disposition au public du projet de modification pendant un mois. Une délibération est donc nécessaire pour décider de la majoration en question, le dispositif est facultatif indépendamment de toute procédure de modification, de révision ou d'enquête publique. Le projet de délibération motivée devra être porté à connaissance du public un mois avant la convocation du Conseil Municipal ou de l organe délibérant de l EPCI. Il peut formuler ses observations pendant ce délai. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 3

4 La délibération instaurant la possibilité de dépasser les règles de densité constructible du POS ou du PLU ne doit pas porter atteinte à «l économie générale» du POS ou à l économie générale du projet d aménagement durable (PADD) du PLU. Champ d application Le champ d application de la mesure est étendu à toutes les communes. Sont visés les programmes de logements comportant des logements locatifs sociaux au sens de l article l du Code de la construction et de l habitation : - Logements locatifs HLM, - Logements conventionnés, - Logements foyers et résidences sociales, - Logements de certaines SEM et établissements publics. Dépassement autorisé (notion de volume constructible) Jusqu'à présent les dépassements autorisés pour favoriser le logement social s appréciaient exclusivement par rapport au COS. Le coefficient d occupation du sol (COS) est le rapport exprimant le nombre de m² de plancher hors œuvre nette susceptible d être construit par mètre carré de sol. Le COS permet par conséquent de déterminer la densité maximum des constructions qui peut être admise. La notion de volume constructible a été retenue de préférence à la simple mention du COS afin de tenir compte du fait d une part, que la constructibilité d un terrain ne résulte pas seulement du COS mais aussi des règles relatives au «gabarit», à la hauteur et à l emprise au sol et d autre part, que les PLU ne définissent pas nécessairement de COS pour toutes les zones urbaines ou à urbaniser. Il peut donc être dérogé non seulement au COS mais aussi au volume constructible tel qu il résulte du «gabarit», des règles d implantation et de hauteur. Règles exprimées de manière métrique : surface habitable La majoration est soumise à une double limite : - elle ne peut excéder 50 % du volume constructible dans chacun des secteurs ainsi délimité, - elle ne peut être supérieure au rapport entre le nombre de logements locatifs sociaux et le nombre total de logements réalisés pour chaque opération Majoration des règles de construction de 20 % pour la construction ou l agrandissement de bâtiments d habitation (Loi art 40 I CU L ) L article L CU nouveau permet au Conseil Municipal ou à l organe délibérant d un EPCI de déterminer des secteurs situés dans les zones urbaines délimitées par un PLU ou un document d urbanisme en tenant lieu à l intérieur desquels un dépassement des règles relatives au gabarit à la hauteur à l emprise au sol et au COS est autorisé pour permettre l agrandissement ou la construction de bâtiment à usage d habitation. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 4

5 Procédure : simple délibération Une commune soucieuse d accroître la constructibilité peut engager une procédure de modification ou révision de son PLU. Cependant, le législateur a voulu rendre de telles modifications très faciles en créant une procédure de révision hyper simplifiée : simple décision de l organe délibérant assortie d une obligation de porter le projet de modification du PLU et son exposé des motifs à la connaissance du public afin que celui-ci puisse formuler ses observations dans le délai d un mois. Cette procédure demeure facultative mais l Etat souhaite la promouvoir : tous les trois ans le Conseil Municipal devra délibérer sur l opportunité de recourir à de telles mesures de dépassement. Remarque : à la différence du dépassement de 50 % pour le logement social, l institution du dépassement habitat de 20 % de l article L n est pas subordonnée à la condition de ne pas porter atteinte à l économie générale du PADD. Champ d application - Zones : les secteurs réservés en application de l article L ne peuvent être institués que «dans les zones urbaines ou par un document d urbanisme en tenant lieu»: PSMV ou PAZ encore en vigueur. - Ces dispositions ne sont pas applicables dans les zones délimitées par les plans de prévisions de risques naturels prévisibles ni dans les plans d exposition au bruit. - L application de ces dispositions est exclusive de celles des articles L et L CU. - Opérations visées : construction ou agrandissement de bâtiments à usage d habitation: il peut s agir de maisons individuelles ou d immeubles collectifs. Dépassement maximum autorisé Le dépassement ne doit pas dépasser une double limite : - la création de la surface habitable ne doit pas dépasser 20 % de la surface existante, - elle ne doit pas excéder 20 % pour chacune des règles concernées. Nb : la notion de SHON est abandonnée au profit de celle de surface habitable. En l absence de COS l application du dépassement ne doit pas conduire à créer une surface habitable de plus de 20 % de la surface habitable existante. Remarque : s agissant des opérations d agrandissement dans les zones dépourvues de COS, la nouvelle mesure conduit à appliquer un plafonnement là où il n y en avait pas auparavant. Intérêt / limite de l outil L objectif visé consiste à répondre au problème de la disponibilité du foncier en augmentant la constructibilité des terrains déjà bâtis et en maîtrisant l étalement urbain. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 5

6 La technique juridique utilisée consiste à assouplir les règles de construction afin de favoriser la densité urbaine. L idée est de permettre pour les maisons individuelles d ajouter une pièce supplémentaire et pour les immeubles collectifs de créer un étage supplémentaire. - Les Conseils Municipaux qui souhaiteront faire application de ce type de disposition devront faire preuve de la plus grande précaution. Au plan quantitatif le nombre de logements créés risque de s avérer en deçà des besoins. Ce type de dérogations au PLU soulève des interrogations de procédure et de fond. Sont ainsi à craindre : - des risques d atteinte irréversibles à la forme urbaine telle qu elle est définie par le dossier PLU, - Des effets d aubaine : plus value considérable apportée aux propriétaires d immeubles par la construction de mètres carrés supplémentaires dans les quartiers les plus chers. La plus value ainsi apportée n étant pas imposable, la question de la rupture du principe d égalité des citoyens est posée. - Absence de garantie des droits du public : faute d enquête publique et de désignation d un commissaire enquêteur qui permettraient aux administrés de faire valoir leurs observations. En tout état de cause, il convient de souligner que le législateur a voulu créer une possibilité essentiellement dérogatoire et temporaire. - Les Conseils Municipaux qui ne souhaitent pas s engager dans cette voie (par crainte de porter atteinte a des perspectives autour de monument historique par exemple) pourront s abstenir de prendre une telle délibération à la condition de motiver leur refus d appliquer cette faculté à l occasion du débat triennal Cumul des dépassements La multiplication des hypothèses de dépassement a conduit le législateur à prévoir les hypothèses de cumul ou de leur application combinée. L article L CU créé par une loi du 13 juillet 2005 entend favoriser les constructions à haute performance énergétique et le recours dans l habitat à des équipements utilisant les sources d énergie renouvelable. Un nouvel article L est introduit dans le code de l urbanisme afin d autoriser l application combinée des articles l ET L sous réserve que celle-ci n entraîne pas de majoration de COS de plus de 50 %. En revanche, l article L dernier alinéa prévoit que l application de l article L (majoration habitat social) est exclusive de celle des articles L (habitat) et L (performance énergétique). Il n est donc pas possible de cumuler le dépassement des règles volumétriques pour la construction ou l agrandissement de bâtiment à usage d habitation avec les règles volumétriques pour réalisation de logement locatifs sociaux ni avec le dépassement pour les bâtiments remplissant les critères de performance énergétique. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 6

7 2-3. LES SERVITUDES ET LIMITATIONS AU DROIT DE PROPRIETE TAILLE MINIMALE DES LOGEMENTS, SECTEURS RESERVES DANS LES PLU, EMPLACEMENTS RESERVES Respect de la taille minimale des logements L article 31 de la loi insère un nouvel alinéa dans l article L CU selon lequel le PLU peut désormais «délimiter, dans les zones urbaines ou à urbaniser, des secteurs dans lesquels les programmes de logements doivent comporter une proportion de logements d une taille minimale qu ils fixent». L objectif est de lutter contre la multiplication des petits logements favorisés par le plafonnement des aides fiscales à l investissement locatifs mais qui ne répondent pas aux besoins et ne permettent pas de loger des familles. Depuis la réforme des autorisations d urbanisme, les services instructeurs n exercent plus de contrôle systématique de la taille des logements. La mise en œuvre concrète de ce dispositif supposera toutefois d effectuer un récolement des travaux Pourcentage de logements sociaux prescrits dans certains secteurs réservés (loi art 32 CU L 123.1) Aux emplacements réservés de l article L b, la loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement (ENL) a ajouté une nouvelle possibilité permettant aux POS ou au PLU de délimiter des secteurs dans lesquels en cas de réalisation de programme de logement, un pourcentage de ce programme doit être affecté à des catégories de logements locatifs dans une perspective de mixité sociale (art L 123 2d ancien). Suppression du droit de délaissement La contrainte (servitude d urbanisme) ainsi imposée aux propriétaires était assortie d un droit de délaissement de leur immeuble qui permet aux copropriétaires concernés de demander à la commune d acquérir leur bien à défaut de quoi la servitude ne s applique plus. Un bilan de l utilisation de l article L d ayant toutefois montré que cette faculté a été peu utilisée par les communes notamment du fait de l existence de ce droit de délaissement. L article de la loi vise à supprimer la servitude en question et le droit de délaissement allant de pair tout en conservant la possibilité pour les communes de délimiter dans le cadre du PLU des secteurs dans lesquels, en cas de réalisation d un programme de logements, un pourcentage de ce programme doit être affecté à des catégories de logements qu il définit dans le respect des objectifs de mixité sociale. L article 32 de la loi procède à un «couper coller» de ces dispositions de l article L d qui énumère les servitudes d utilité publique assorties en tant que telles d un droit de délaissement vers l article L CU qui énumère les règles de fond des PLU ; elles sont désormais insérées au 16 de cet article. Cette nouvelle codification a pour conséquence la suppression du droit de délaissement dont bénéficiaient les propriétaires de terrains frappés d une telle servitude. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 7

8 Il en résulte que cette obligation restera opposable aux propriétaires et sera sanctionnée à l occasion de la délivrance des permis de construire sans contrepartie. Dans sa nouvelle rédaction, l article L dispose que les PLU peuvent délimiter dans les zones urbaines ou à urbaniser des secteurs dans lesquels en cas de réalisation d un programme de logements un pourcentage de ce programme doit être affecté à des catégories de logements qu il définit dans le respect des objectifs de «mixité sociale». Logements visés L article 32 de la loi MOLLE a supprimé l adverbe «locatif» qui, dans l ancienne version de l article L était accolé à «catégories de logements». Sont désormais visés, non seulement les logements locatifs sociaux, mais également les logements en accession sociale. Il pourra s agir de logements sociaux ou intermédiaires. Intérêt de l outil Il ne s agit pas de réserver un emplacement déterminé, mais d identifier un secteur au sein du territoire communal sur lequel un programme de construction de logements est envisagé et pour lequel une partie du programme doit respecter les contraintes du PLU à savoir : être affecté aux catégories de logements définis par le PLU. Contrairement aux emplacements réservés, la commune n a pas à définir un programme précis mais seulement un pourcentage. Cette servitude est opposable aux terrains compris dans les secteurs ainsi délimités lorsqu ils font l objet d un projet de construction de logement. Les logements locatifs ainsi définis ne verront le jour qu au gré des projets de construction de logement. En application de l article L d, les communes peuvent imposer la réalisation d un pourcentage de logements locatifs sociaux ou intermédiaires. Une commune qui souhaite combler son déficit en logement social peut adopter dans son PLU un article contraignant des promoteurs qui réalisent des immeubles dans de vastes secteurs préalablement délimités d une SHON supérieure à un montant déterminé, d affecter un pourcentage de la superficie à du logement social Les emplacements réservés pour le logement (art L b CU) Comme les anciens POS, les PLU peuvent prévoir la possibilité de réserver des terrains. L article L du Code de l urbanisme relatif au plan local d urbanisme prévoit que les plans locaux d urbanisme peuvent «fixer les emplacements réservés aux voies et ouvrages publics, aux installations d intérêt général, ainsi qu aux espaces verts». A ces emplacements traditionnellement réservés pour des voies, espaces verts, ouvrages publics et autres installations d intérêt général, la loi SRU permet au PLU de localiser des emplacements réservés destinés à la réalisation de programmes de logements dans le respect des objectifs de mixité sociale. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 8

9 Selon l article L issu de la loi SRU du 13 décembre 2000, le plan local d urbanisme peut instituer dans les zones urbaines des servitudes consistant : - soit à interdire dans un périmètre délimité pour une durée au plus de 5 ans les constructions ou installations d une superficie supérieure à un seuil, en vue de permettre la réalisation d un projet d aménagement global par la collectivité (L a). - soit à réserver des emplacements «en vue de la réalisation, dans le respect des objectifs de mixité sociale, de programmes de logements qu il définit» (L 123 2b). La servitude de l article L a C.U permet d imposer à court ou moyen terme une affectation déterminée pré-opérationnelle ou de geler des terrains en vue de leurs acquisitions pour constituer des réserves foncières. La servitude de l article b C.U. permet aux communes de frapper des parcelles d emplacements réservés en vue de la réalisation de programmes de logements dans le respect des objectifs de mixité sociale afin de développer une offre de logements sociaux dans des quartiers qui en sont déficitaires, ou à l inverse, en vue de promouvoir du logement intermédiaire dans des quartiers majoritairement occupés par des logements sociaux par exemple : - insérer des immeubles sociaux sur de petites unités foncières voire à l échelle d un immeuble pour réaliser des opérations mixtes, - réaliser des logements adaptés à des publics spécifiques : étudiants, personnes âgées, démunis. L objectif n est pas de réserver des zones entières en vue d opération d aménagement, mais au contraire, d intervenir dans le tissu urbain à l échelle de la parcelle pratiquement «au mètre prés» : Droit de délaissement Le propriétaire du terrain peut mettre en œuvre son droit de délaissement et exiger qu il soit procédé à son acquisition. Le bénéficiaire de la réserve (commune, EPCI) dispose d un délai d un an (renouvelable une année) pour faire connaître sa proposition. A défaut d accord sur le prix, le juge de l expropriation saisi, soit par le propriétaire soit par la collectivité, fixe le prix du terrain. L analyse des résultats de l application du PLU La loi ENL a prévu que trois ans au plus après son approbation ou sa révision et en l absence de révision tous les trois ans, un débat est organisé au sein du Conseil Municipal sur les résultats de l application du PLU au regard de la satisfaction des besoins en logement, de l échéancier prévisionnel, de l ouverture à l urbanisation et sur l opportunité d une révision ou révision simplifiée (L CU). L article L CU est complété afin de prévoir également à cette occasion un débat sur l opportunité de recourir aux dispositions de l article L CU permettant au Conseil Municipal de déterminer des secteurs dans lesquels un dépassement des règles relatives au gabarit, à la hauteur, à l emprise au sol et au COS est autorisé pour permettre l agrandissement de bâtiments à usage d habitation. Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 9

10 Contact : M Pierre SICOT, juriste en charge de la rubrique "l'adil communique" Pour toutes informations complémentaires écrire à : Pour contacter l'a.d.i.l.: Siège social Toulon Antenne Draguignan Espace Galaxie Maison de l'habitat 504 Ave de Lattre de Tassigny 90, Avenue Jean Boyer Tél : (0,15 /minute) Tél : Fax : Fax : Internet : Internet : Information donnée sous réserve de l'appréciation souveraine des tribunaux 10

A.D.I.L. DU VAR LE VOLET COPROPRIETE DE LA LOI ENGAGEMENT NATIONAL POUR LE LOGEMENT. Notre Mission : Informer et conseiller sur le droit du logement

A.D.I.L. DU VAR LE VOLET COPROPRIETE DE LA LOI ENGAGEMENT NATIONAL POUR LE LOGEMENT. Notre Mission : Informer et conseiller sur le droit du logement N 1 Février 2006 Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 9 - Janvier 2007 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

La prospection foncière pour les nuls

La prospection foncière pour les nuls La prospection foncière pour les nuls Cette étape est cruciale et peut prendre beaucoup de temps. Même si parfois, les collectivités mettent à disposition un terrain pour ce genre de projet, cela reste

Plus en détail

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT 1 >> LA «TERRITORIALISATION» DES OBJECTIFS ARRÊTÉS DANS LE SCOT Jean-Pierre Henry, Professeur émérite de l université, avocat spécialiste en droit public, droit de l urbanisme et droit de l environnement

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain PLU Grenelle : Fiches pratiques 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain Novembre 2014 1 Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain Modération

Plus en détail

La FISCALITE de l Urbanisme Au 1er Janvier 2015. Commission urbanisme OGE PARIS Mai 2014 Reproduction et diffusion interdites sans autorisation

La FISCALITE de l Urbanisme Au 1er Janvier 2015. Commission urbanisme OGE PARIS Mai 2014 Reproduction et diffusion interdites sans autorisation La FISCALITE de l Urbanisme Au 1er Janvier 2015 Commission urbanisme OGE PARIS Mai 2014 Reproduction et diffusion interdites sans autorisation 2 La fiscalité de l Urbanisme 1) Les outils de financement

Plus en détail

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS DROIT PUBLIC IMMOBILIER Construire le futur en préservant le passé est, depuis le 19 ème siècle, un enjeu majeur des

Plus en détail

Lois Grenelle Consommation d'espace

Lois Grenelle Consommation d'espace CRAIG Atelier observatoire du foncier Lois Grenelle Consommation d'espace DDT du Puy-de-Dôme Service Aménagement Prospective Risques Mireille FAUCON 16 octobre 2012 Le droit de l'urbanisme intègre de nouveaux

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement

Réforme de la fiscalité de l aménagement Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation aux maires de l Isère (à Colombe) Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL www.developpement-durable.gouv.fr Introduction Réforme de la fiscalité de l

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE Approuvé par délibération du 15 juillet 2013 Préambule Le soutien aux opérations d accession sociale à

Plus en détail

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Lettre N 1 Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Mars 2015 Avant-propos Tout Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) disposant d un Programme Local de l Habitat

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

La nouvelle fiscalité de l aménagement Mai 2012

La nouvelle fiscalité de l aménagement Mai 2012 0 La nouvelle fiscalité de l aménagement SOMMAIRE 1 2/3 Introduction LA TAXE D AMENAGEMENT 4 Schéma de synthèse 5/6 La Taxe d Aménagement 7/8 La base d imposition 9 Taux 10 Mode de calcul 11/12 Exonérations

Plus en détail

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français 3. ANNEXE : fiches outils Juillet 2015 Réalisé avec le support de : Modaal DPC AHA CMN Partners du document

Plus en détail

Le PLU/PLUi et Consommation de l espace. Intervenant : Isabelle Gervet Service : DDT - SUT Date : 15 septembre 2015

Le PLU/PLUi et Consommation de l espace. Intervenant : Isabelle Gervet Service : DDT - SUT Date : 15 septembre 2015 Le PLU/PLUi et Consommation de l espace Intervenant : Isabelle Gervet Service : DDT - SUT Date : 15 septembre 2015 Le cadre réglementaire - La loi SRU du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au

Plus en détail

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud dans son contexte d intervention L office est le seul opérateur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

CDCEA 91 Loi ALUR et CDCEA

CDCEA 91 Loi ALUR et CDCEA CDCEA 91 Loi ALUR et CDCEA Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE DDT 91 / SEA / C. Grolleau / 22 Mai 2014 Direction départementale des territoires Ministère de l'écologie, du Développement durable et de

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

B/ Pièces administratives. Projet de 3 ème Modification du PLU. - Pièces complémentaires

B/ Pièces administratives. Projet de 3 ème Modification du PLU. - Pièces complémentaires Approuvé par DCC le 1 er mars 2006 2 ème modification simplifiée approuvée par DCC le 19 décembre 2013 Projet de 3 ème Modification du PLU B/ Pièces administratives - Pièces complémentaires NOTE DE PRESENTATION

Plus en détail

Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie

Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie Différentes possibilités pour redresser ou élargir une voie L utilité publique d une opération La satisfaction de l intérêt général en matière de liberté de déplacement des citoyens, dispose de différents

Plus en détail

les procedures d évolution du PLU (i)

les procedures d évolution du PLU (i) les procedures d évolution du PLU (i) Fiche 01-2015 Sommaire La mise à jour du PLU 1 Les procédures de modification 2 La modification simplifiée La modification Les procédures de révision 6 La révision

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme.

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme. La biodiversité dans les plans locaux d urbanisme et dans les schémas de cohérence territoriale La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue»

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 2 AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 4 Belle vue : le site Pérenchies Rue de la Prévôté Le site représente pour la commune

Plus en détail

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité Coefficient d occupation des sols (loi ALUR n 2014-366 du 24 mars 2014) Le coefficient d occupation des sols (COS) est supprimé dans les communes disposant

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 4. Performances environnementales. Fiche :Performances environnementales renforcées Fiche alimentée par le travail réalisé dans le cadre d une démarche engagée avec Saint-Etienne-

Plus en détail

PLAN LOCAL d'urbanisme

PLAN LOCAL d'urbanisme PLAN LOCAL d'urbanisme Approuvé HOLTZWIHR 3. Orientations d Aménagement et de Programmation Le REVISION Approuvée par Délibération du Conseil Municipal du Le Maire SOMMAIRE Préambule... 2 1. La mise en

Plus en détail

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION

RAPPORT DE PRESENTATION COMMUNE DE SAINT PIERRE DU PERRAY PLAN LOCAL D URBANISME Approuvé le 14 décembre 2006 RAPPORT DE PRESENTATION PROJET DE MODIFICATION SIMPLIFIEE N 2 PLU prescrit le PADD débattu le Projet de PLU arrêté

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour accélérer les projets de construction.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour accélérer les projets de construction. PROJET DE LOI adopté le 29 mai 2013 N 162 SÉNAT SESS IO N OR D IN A IRE DE 2 0 1 2-2 0 13 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale Sommaire Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale _ 3 Aide en faveur de la réhabilitation énergétique des logements sociaux 5 Aide pour l adaptabilité des logements

Plus en détail

Après examen du dossier, je souhaite vous faire part d'un certain nombre d'observations dans le cadre de la rédaction de l avis de l Etat.

Après examen du dossier, je souhaite vous faire part d'un certain nombre d'observations dans le cadre de la rédaction de l avis de l Etat. PREFET DE LA SARTHE PREFECTURE SECRETARIAT GENERAL Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l Utilité Publique Affaire suivie par Gérald Morice Tél / 02.43.39.71.55 Fax : 02.43.39.70.35

Plus en détail

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Préavis municipal concernant l aménagement du terrain communal situé en zone village au lieu-dit «Les Condémines» Validation de l avant-projet et élaboration

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Plan Local d Urbanisme Mode d emploi Ville de Mâcon Direction du Développement et de l Urbanisme Le PLU : mode d emploi Le dossier du P.L.U. est composé de 5 pièces. Il est disponible et consultable à

Plus en détail

CHAPITRE IV - ZONE UC

CHAPITRE IV - ZONE UC ZONE UC CHAPITRE IV - ZONE UC Caractère de la zone UC : Il s'agit d'un espace urbain péricentral de densité moyenne principalement destiné à l'habitat et aux services, où les bâtiments sont construits

Plus en détail

la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement

la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement Ministère des Transports, de l Equipement, du Tourisme, et de la Mer la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

LE POINT SUR. La maison à 100 000

LE POINT SUR. La maison à 100 000 LE POINT SUR La maison à 100 000 Mars 2007 I - Le contexte La maison à 100.000 s inscrit dans la politique d encouragement à l accession sociale à la propriété, qui est un des objectifs du plan de Cohésion

Plus en détail

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information HABITAT Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information regionpaca.fr Fiche 1 Soutien régional aux dispositifs programmés de réhabilitation du parc privé Depuis

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

Réunion d information AMI 18/20 13 novembre 2014 à CHAMP-SUR-DRAC 20 Novembre 2014 à ST-ETIENNE-DE-ST-GEOIRS

Réunion d information AMI 18/20 13 novembre 2014 à CHAMP-SUR-DRAC 20 Novembre 2014 à ST-ETIENNE-DE-ST-GEOIRS Réunion d information AMI 18/20 13 novembre 2014 à CHAMP-SUR-DRAC 20 Novembre 2014 à ST-ETIENNE-DE-ST-GEOIRS et Loi ALUR ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE 13 et 20 novembre 2014 INTRODUCTION Le droit de

Plus en détail

Primes à la construction

Primes à la construction Primes à la construction INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété La prime à la construction est une aide financière, qui peut être obtenue auprès de la Région wallonne,

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE FICHE TECHNIQUE - MISE À JOUR MARS ARS 2010 Avant-propos Cette fiche ne traite pas des dispositifs dépendant des concessions municipales d affichage ou apposés sur des éléments de mobilier urbain. Depuis

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2734 Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 46bis, alinéa 5, du Code des droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe, tel qu

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

DROME AMENAGEMENT HABITAT. Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et parcellaire

DROME AMENAGEMENT HABITAT. Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et parcellaire PREFECTURE DE LA DROME VALENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF GRENOBLE DROME AMENAGEMENT HABITAT Réalisation d un programme d ensemble de logements locatifs sociaux et en accession à la propriété sur le territoire

Plus en détail

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours)

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'emprunt des collectivités locales... 4 La réglementation

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

Loi de modernisation de l économie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008

Loi de modernisation de l économie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 Septembre 2008 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

REGLEMENT DU LOTISSEMENT CHAPITRE I DEFINITION DU LOTISSEMENT

REGLEMENT DU LOTISSEMENT CHAPITRE I DEFINITION DU LOTISSEMENT REGLEMENT DU LOTISSEMENT CHAPITRE I DEFINITION DU LOTISSEMENT ARTICLE I/1 : Désignation Le lotissement de 12 parcelles, sis sur le territoire de la Commune de FLEURY SUR ORNE, Calvados, au cadastre de

Plus en détail

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui DIRECTIVE PERSONNES MORALES REHABILITATION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Réhabilitation de logements locatifs sociaux (hors logements pour étudiants) et structures collectives Personnes morales Réhabilitation

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011

La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011 La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011 Sommaire Article 31 de la loi n 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010 Modification de la redevance bureaux

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole

Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole DIRECTION GÉNÉRALE DES SERVICES URBAINS DIRECTION DE L ASSAINISSEMENT Règlement du service public d assainissement

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE TECHNIQUE - FÉVRIER 2009 ÉVRIER 2009 Depuis le 1 er janvier, cette taxe (1) (la TLPE) remplace la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches, réclames et enseignes), la TSE (taxe sur les emplacements

Plus en détail

Déclaration préalable

Déclaration préalable Déclaration préalable Constructions, travaux, installations et aménagements non soumis à permis comprenant ou non des démolitions N 13404*01 1/7 * Informations nécessaires à l instruction de la déclaration

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS NOTE D'INFORMATION RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS Les permissions de voirie (PdV) répondent à des règles bien précises en matière d occupation

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Schéma départemental d accueil des gens du voyage 2013-2019. Etat des lieux et perspectives en Eure-et-Loir

DOSSIER de PRESSE. Schéma départemental d accueil des gens du voyage 2013-2019. Etat des lieux et perspectives en Eure-et-Loir DOSSIER de PRESSE Schéma départemental d accueil des gens du voyage 2013-2019 Etat des lieux et perspectives en Eure-et-Loir Décembre 2013 1 Sommaire I. Rappels réglementaires 3 1/ Pour les communes de

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 PRETS ACCESSION ARTICLES R. 313-19-1 II ET R. 313-20-1 II DU CCH ----------------------- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

D URBANISME. Modification : Secteur du Gargalon zones 1AUa8 et 1AUb1 P.L.U. Enquête Publique NOTE DE PRESENTATION.

D URBANISME. Modification : Secteur du Gargalon zones 1AUa8 et 1AUb1 P.L.U. Enquête Publique NOTE DE PRESENTATION. PLAN LOCAL Enquête Publique D URBANISME Modification : Secteur du Gargalon zones 1AUa8 et 1AUb1 Département du VAR Commune de FREJUS NOTE DE PRESENTATION P.L.U. P.O.S. approuvé par A.P. du 5 février 1980

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER Smaf PROGRAMME FONCIER 13 2009-20 -2013 QUINQUENN UENNAL SOMMAIRE 1. L Etablissement 2. Documents de planification 3. Outils fonciers 4. Bilan du programme 2004-2008 5. Programmation

Plus en détail

Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux»

Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux» Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux» 1 600 000 habitants - Capitale de la Catalogne La ville de Barcelone a démontré la capacité à mettre en œuvre des stratégies de rénovation

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE FRANCE 2014

UNIVERSITES DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE FRANCE 2014 UNIVERSITES DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE FRANCE 2014 ACTUALITÉ de L URBANISME La loi ALUR AD du Calvados Vendredi 20 juin 2014 La loi ALUR partie urbanisme Loi promulguée le 24 mars 2014 et publiée

Plus en détail

COMMUNE DE SANGUINET

COMMUNE DE SANGUINET COMMUNE DE SANGUINET PLAN LOCAL D'URBANISME Pièce n 4 : Orientations particulières d'aménagement Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du Le Maire, Bureau d'études : CREHAM

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU POS

REVISION SIMPLIFIEE DU POS Commune de Bobigny Département de la Seine-Saint-Denis REVISION SIMPLIFIEE DU POS PARC DE LA BERGERE 3.2. Règlement révisé 10 décembre 2009 Nota Bene : pour faciliter la prise de connaissance des modifications

Plus en détail

CHAPITRE 8 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE UX

CHAPITRE 8 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE UX CHAPITRE 8 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE UX Cette zone est concernée par des aléas mouvements de terrain et chutes de masses rocheuses. Les occupations et utilisations du sol peuvent être soumises à interdiction,

Plus en détail

Accueil. Actualisation de l inventaire des SAR contenu global du site internet

Accueil. Actualisation de l inventaire des SAR contenu global du site internet Accueil L utilisation parcimonieuse du sol et des espaces, ainsi que la qualité visuelle de notre environnement de vie sont des éléments essentiels contribuant à l épanouissement de chacun. La Wallonie

Plus en détail

NOUVEAUX RÈGLEMENTS. Adoptés en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (L.R.Q., c. P-41.1)

NOUVEAUX RÈGLEMENTS. Adoptés en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (L.R.Q., c. P-41.1) Commission de protection du territoire agricole du Québec NOUVEAUX RÈGLEMENTS Adoptés en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (L.R.Q., c. P-41.1) Juin 1998 AVANT-PROPOS

Plus en détail

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Commune de Bretonnières Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

Dispositions diverses

Dispositions diverses Loi n 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l exclusion Dispositions diverses 1- HEBERGEMENT L article 69 a pour objet : Plan départemental d accueil, d hébergement

Plus en détail

Intermédiation locative Solibail

Intermédiation locative Solibail Intermédiation locative Solibail L intermédiation locative renvoie à deux formes de mobilisation du parc privé : le mandat de gestion et la location / sous-location. Le terme «intermédiation» renvoie

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

Accompagner et encadrer le développement des exploitations agricoles dans le PLU

Accompagner et encadrer le développement des exploitations agricoles dans le PLU Octobre 2013 1 Accompagner et encadrer le développement des exploitations agricoles dans le PLU Rappel de la réglementation Fiche PLU 1.1 - La constructibilité en zone agricole A du PLU L art. R 123-7

Plus en détail

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES CHAPITRE 1 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE Nh CARACTERISTIQUES GENERALES La zone Nh est une zone rurale comportant des constructions. Toute nouvelle

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS)

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS) BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST DE GEWESTELIJKE ONTWIKKELINGSCOMMISSIE Doc 15075-1935AD REGION DE BRUXELLES-CAPITALE LA COMMISSION REGIONALE DE DEVELOPPEMENT - VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier ATELIER N 3 Production et recyclage foncier SOMMAIRE Des gisements fonciers à mobiliser Le développement d actions réglementaires Le lancement d action foncière Le développement d action de régulation

Plus en détail

LOI PORTANT ENGAGEMENT NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT,

LOI PORTANT ENGAGEMENT NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT, Juillet ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE LOI PORTANT ENGAGEMENT NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT, dite «GRENELLE 2» (loi du 12.7.10 : JO du 13.7.10) Loi portant engagement national pour l environnement, dite «Grenelle

Plus en détail

LES DISPOSITIONS POUR LA PUBLICITE, LES ENSEIGNES,

LES DISPOSITIONS POUR LA PUBLICITE, LES ENSEIGNES, Page 1 sur 5 Rappel La loi portant Engagement National pour l Environnement du 12 Juillet 2010 (loi ENE), dite loi Grenelle 2 a réformé, entre autres, la réglementation nationale sur la publicité extérieure.

Plus en détail

LE DISPOSITIF DUFLOT

LE DISPOSITIF DUFLOT LE DISPOSITIF DUFLOT La loi de finances pour 2013 créé un nouveau dispositif d investissement locatif dit «Duflot». Applicable à des opérations réalisées entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 2016,

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juillet 2011 Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion Constats et bonnes pratiques Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Commune de VAYRES REGLEMENT DU LOTISSEMENT

DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Commune de VAYRES REGLEMENT DU LOTISSEMENT DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Commune de VAYRES REGLEMENT DU LOTISSEMENT DISPOSITIONS GENERALES Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de fixer les règles et servitudes d intérêt général imposées

Plus en détail