Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014"

Transcription

1 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

2 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs, une composante clinique de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées. Leur fréquence et leurs répercussions négatives sur la prise en charge de l aidé en font une préoccupation majeure pour l ainé, ses proches et les aidants. Leur survenue est souvent imprévisible, ils sont variables dans le temps, et sont fréquemment associés entre eux. Leur repérage est encore soumis à la subjectivité du patient mais aussi de l aidant. 90% des patients atteints de la maladie d Alzheimer présentent au moins un symptôme de SPCD, mais une grande variabilité interindividuelle est notée.

3 Quelques définitions pour parler le même langage - Les Symptômes comportementaux - Les Symptômes psychologiques

4 Les symptômes comportementaux - L opposition correspond au refus, refus de soins, de respecter les règles sociales, de coopérer Parfois interprétée à tort pour de l agressivité ou un désir de nuire. - L agitation est une activité verbale, vocale ou motrice inappropriée, ne résultant pas, selon un observateur extérieur, d un besoin ou d un état de confusion. - L agressivité, physique ou verbale, est un comportement qui est perçu par l entourage du patient comme violent envers les personnes ou les objets. Elle est souvent assimilée à une menace ou un danger pour l environnement ou le patient lui-même

5 - Les comportements de déambulation avec errance : déambulation ou locomotion répétitive et aléatoire, sans but apparent ou rationnel pour l observateur, à distinguer du déplacement volontaire qui comporte habituellement un but, une visée ou une intention (ex : fugue) ou d un état de préoccupation, d attente ou d impatience (marcher de long en large ou faire les cents pas) - Les cris ou les comportements vocaux inadaptés : verbalisations compréhensibles ou non, ils sont souvent l expression d une détresse psychologique, d un inconfort, de demande d attention.

6 - La désinhibition correspond à un comportement impulsif et inapproprié, par rapport aux normes sociales et familiales, au moment où ce comportement est observé. - Réaction de catastrophe : état de détresse manifesté par les personnes en situation de difficulté ou d échec (anxiété-agressivité-refus) - Le syndrome crépusculaire : apparition ou exacerbation des SPCD à l heure du coucher du soleil

7 Les symptômes psychologiques Les idées délirantes : perceptions, convictions et jugements erronés de la réalité par le sujet (vol, préjudice, non-identification, sensation d abandon (en institution), ) Les hallucinations : perception sensorielle sans objet. Les illusions : perception inexacte ou interprétation erronée d un stimuli extérieur réel avec une conviction délirante.

8 La dépression : la symptomatologie de la dépression au cours des démences, fait l objet de controverses : changements de comportements aigus inexpliqués, humeur dépressive envahissante, autodépréciation L apathie : manque d intérêt dans les activités de la vie quotidienne, les soins personnels, les interactions sociales. L anxiété : isolée ou associée aux signes de SCPD, polymorphe : manifestations neurovégétatives, troubles comportementaux (agitation), réactions de catastrophe, syndrome de Godot (questionnement incessant), peur d être laissé seul

9 ENQUETE ETIOLOGIQUE

10 Éliminer une confusion - Désorganisation aigue de l ensemble des fonctions cognitives et comportementales mais n étant pas due à des lésions structurelles du cerveau Syndrome déficitaire : désorientation temporospatiale, troubles de mémoire et de l attention, troubles de la vigilance, «comportement anormal». Syndrome productif : hallucinations, délires.

11 Confusion aigue chez la personne âgée

12

13 Causes somatiques : - Douleur - rétention d urine - fécalome - infections - troubles métaboliques - Iatrogénie (anticholinergiques) - Intoxication - sevrages Causes psychiatriques : - Décompensation d une maladie psychiatrique préexistante, expression polymorphe pouvant reproduire un SPCD - Révélation d une pathologie psychiatrique méconnue

14 Facteurs précipitants Décompensation d un «état fragile» lié au stress induit par un événement en apparence anodin Le patient se sent contraint à une situation qu il n a pas choisie ou préparée

15 Facteurs prédisposants - Facteurs cognitifs : Un lien est démontré entre sévérité de la démence et émergence des SPCD. Rechercher les troubles ayant le plus de conséquences sur l adaptation du patient à la vie quotidienne : orientation temporo-spatiale, reconnaissance, expression, compréhension verbale -Facteurs somatiques - Pathologies chroniques génératrices de stress, de handicap et de contraintes - La douleur

16 Facteurs d autonomie Déficits sensoriels, difficultés d adaptation, handicaps perturbant les AVQ générateurs d anxiété, de dépendance à autrui Facteurs d environnement Les modifications de lieu de vie et de l environnement nécessitant une adaptation de la personne sont des facteurs de vulnérabilité et d aggravation des SCPD. Les interactions parents aidants Les capacités d adaptation aux modifications du lieu et du style de vie

17 Facteurs de personnalité Personnalité antérieure, style de vie, réaction au stress, capacité à faire face Facteurs relationnels Attitude des aidants face aux troubles (capacité d empathie, d anticipation, d adaptation). Degré d information et de formation.

18 PREVALENCE

19 La survenue des SCPD est très importante (90% des maladies d Alzheimer présentent au moins un symptôme), Cette fréquence tend à augmenter avec la sévérité du déficit cognitif (1/3 ont des symptômes d intensité sévère) Dans les formes légères à modérées, les symptômes les plus fréquents sont l apathie (jusqu à 50%), les symptômes dépressifs (40 à 50%), l agitation et l agressivité. Les symptômes affectifs ou les signes psychotiques sont souvent épisodiques mais récurrents dans 2/3 des cas. Les symptômes comportementaux augmentent parallèlement au déclin cognitif. Les SCPD peuvent varier selon le type de démence : les hallucinations sont fréquentes dans les démences à corps de Lewy (80%) de même que les symptômes psychotiques, les comportements impulsifs et la désinhibition sont plus fréquents dans les démences fronto-temporales.

20 Agitation, agressivité, déambulation, opposition, troubles psychotiques ont un retentissement fonctionnel important sur le patient, ce sont les symptômes les plus envahissants, les plus difficiles à gérer pour les aidants et les plus difficiles à supporter pour l entourage Par conséquence : ils influencent le plus le fardeau, la qualité de vie et la santé de l aidant et alourdissent la charge économique Ils influencent la qualité de la prise en charge qui peut être altérée (négligence-maltraitance) Ils favorisent le passage en institution

21 CONDUITES PRATIQUES Principes de base «A FAIRE ET NE PAS FAIRE» SAVOIR-ETRE ET SAVOIR-FAIRE

22 Principes de base Respect de la dignité Le tutoiement n est jamais ni adapté ni justifié Appeler la personne par son nom de famille et la vouvoyer (des exceptions peuvent être faites pour certaines personnes pour autant que cela soit validé par les aidants, l ainé ou son représentant) Approche centrée sur la personne Se concentrer sur la personne plutôt que sur sa maladie, sur ses forces et ses capacités plutôt que ses faiblesses Éviter l infantilisation Ceci serait un manque de respect. De plus elle peut provoquer une résistance aux soins.

23 Comportement Proscrire (sauf urgence) toute invasion rapide de l espace personnel S annoncer avant d arriver ce qui permet d attirer son attention (= capture attentionnelle) Éviter de dominer l ainé, se mettre à sa hauteur autant que possible Éviter de se déplacer rapidement et les grands gestes

24 Contact Établir un contact visuel avant de commencer à parler ou d entreprendre un soin et le maintenir autant que possible ; mais attention le regard ne doit pas être perçu comme une provocation S assurer d une bonne luminosité, du port des lunettes et appareillages auditifs Diminuer les stimulis environnementaux qui peuvent nuire à l attention et à la concentration Compatibilité du discours verbal et du comportement non verbal

25 Discours Adopter un débit plutôt lent, des phrases courtes, un vocabulaire simple Une indication ou une consigne à la fois Favoriser les demandes positives, les demandes directives sont préférables aux demandes où l ainé doit faire un choix, mais ne jamais donner d ordre Ne pas crier. Si mal entendant, abaisser la tonalité de la voix et parler distinctement, face à lui. Ne jamais mentir sauf en dernier recours, le mensonge nuit à la relation de confiance et va à l encontre du respect de la personne

26 Ne jamais oublier que le silence et la simple présence auprès de l ainé valent souvent de l OR

27

28

29 «SAVOIR FAIRE SAVOIR ÊTRE»

30 Bibliographie HAS service des bonnes pratiques professionnelles Maladie d Alzheimer et maladies apparentées:prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Confusion aigue chez la personne âgée : prise en charge initiale de l agitation. Les symptômes psychologiques et comportementaux de la démence description et prise en charge,p Brocker et coll, la revue de gériatrie Tome 30 N 4 avril 2005 Reconnaître et traiter les symptômes comportementaux de la démence.peter N.McCracken et coll., La revue canadienne de la maladie d Alzheimer et autres démences, Février 2009 Gestion optimale des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence chez les ainés vivant en institution de longue durée.centre de santé et de services sociaux de Portneuf. Février Ces troubles qui nous troublent. Les troubles du comportement dans la maladie d Alzheimer et les autres syndromes démentiels. Edition ERES Dépression ou démence? Comment aborder l évaluation du patient. Lilian Thorpe. La revue canadienne de la maladie d Alzheimer et autres démences, Septembre La fragilité. D Balas et coll. Corpus de gériatrie tome 2.

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN 1 Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences Dr Eric KILEDJIAN 2 Particularités Non spécifiques de la maladie d Alzheimer, > autres démences, > pathologie psychiatrique, > syndrome

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER

LA MALADIE D ALZHEIMER LA MALADIE D ALZHEIMER Définition Maladie du cerveau Affection neurodégénérative Entraîne une détérioration progressive et définitive des cellules nerveuses Retentissement sur la vie quotidienne des malades

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Alzheimer et potentialités affectives Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Un fil directeur clinique: la recherche du moindre mal Eviter les rapports de force et pour cela:

Plus en détail

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud Généralités L agitation : une des portes d entrée en psychogériatrie extrêmement fréquente

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan Les syndromes démentiels chez le sujet âgé Dr Ch. Arbus CHU Purpan Modifications neuro-psychologiques liées au vieillissement (1)! Modifications macroscopiques " Atrophie corticale! Modifications histologiques

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Mai 2009 Description des symptômes Démarche diagnostique Démarche d évaluation des troubles Sources

Plus en détail

FORMATION DES AIDANTS FAMILIAUX

FORMATION DES AIDANTS FAMILIAUX FORMATION DES AIDANTS FAMILIAUX ILE-DE-FRANCE 2016 Autisme : Se former pour mieux comprendre Contact : Pascaline RETIF - Tél. : 0783513968 - e-mail : formationaidant@craif.org Qu est-ce que l autisme?

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Ben Romdhane Imen, Homri Wided, Bram Nesrine, Labbane Raja Service de Psychiatrie C, CHU Razi RÉSUMÉ Les symptômes psycho-comportementaux de

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei Le polyhandicap Les Essentiels de l Unapei Les positions politiques de l Unapei : «La personne polyhandicapée est actrice de son parcours de vie et investie du pouvoir d agir sur son propre destin. Qu

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

L AUDITION AVEC L ÂGE :

L AUDITION AVEC L ÂGE : L AUDITION AVEC L ÂGE : BRISER LE SILENCE Gérard Larouche, MA, audiologiste CRDP-CA Le 9 avril 2014 BRISER LE SILENCE, POURQUOI? Prévalence importante dans la population Augmentation de la longévité Sujet

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la maladie.

Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la maladie. FACTEURS PSYCHOSOCIAUX DE LA DOULEUR CHRONIQUE I. FENNIRA CTD LA DOULEUR COMME PHENOMENE MULTIDIMENSIONNEL INTRODUCTION Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la

Plus en détail

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Les névroses... 3 1.1. Eléments essentiels de définition...3 1.2. Classification

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Pré-Requis : Nosologie des troubles névrotiques et des psychoses. Résumé : Comprendre la notion de personnalité pathologique. Savoir reconnaître

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

PSYCHOLOGIE MEDICALE

PSYCHOLOGIE MEDICALE PSYCHOLOGIE MEDICALE La pratique médicale s appuie sur : La technique : connaissance, expérience, formation initiale et continue. La relation : médecin/patient, médecin/famille, médecin/équipe soignante.

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Les mots des professionnels pour vous aider à y voir plus clair CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Sommaire Pourquoi ce guide...

Plus en détail

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net Les infirmiers à l accueil des urgences Dr Mounir Gazzah, Pr Slah Ghannouchi e formation en médecine d urgence Plan : 1. L accueil : définition, qualité 2. Les urgences : définition, types 3. L infirmier(e)

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

Evaluation douleur personne

Evaluation douleur personne Evaluation douleur personne âgée avec troubles cognitifs Dr N. SAFFON Equipe Résonance Douleur, soins palliatifs, soins de support CHU Toulouse Fondamentaux de l évaluation Rôle propre du soignant A adapter

Plus en détail

Chantal De Mesmaeker Change Development Management

Chantal De Mesmaeker Change Development Management Eviter la maltraitance des personnes âgées Offrir des soins de qualité Chantal De Mesmaeker Change Development Management Définition de la maltraitance envers les personnes âgées abus ou négligence au

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels.

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels. \ Démarches dia2llostigues des syndromes Démentiels. Introduction: Les démences constituent un problème de santé publique préoccupant du fait du retentissement majeur des maladies sur la santé des individus

Plus en détail

Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité

Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité Image tirée de Google 1 Trois paramètres Inattention : L enfant GIROUETTE. Impulsivité :

Plus en détail

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE Mazoyer A. Formation continue des équipes - EHPAD Boucard Mai 2011-79 340 Ménigoute I EN INTRODUCTION

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Géraldine Gambart Geneviève Abada Jeanne Vassel-Hitier Pauline Notteghem HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE DU Réhabilitation Neuropsychologique

Plus en détail

Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées «Persistance de la mémoire» Désintégration de la persistance de la mémoire» S. Dali (1931) Dali (1951) Pierre Krolak-Salmon Centre

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

w w w. r e s a n t e v o u s. f r

w w w. r e s a n t e v o u s. f r www.resantevous.fr Édito Sommaire Henri Estienne (Humaniste Français) disait : «Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait». Cette citation riche de sens évoque la méconnaissance du plus jeune à l égard

Plus en détail

Prévention du stress posttraumatique. Comment réagir après un évènement traumatisant

Prévention du stress posttraumatique. Comment réagir après un évènement traumatisant Prévention du stress posttraumatique Comment réagir après un évènement traumatisant Lindsy Werrebrouck Psychologue Conseiller en prévention psychosociale Mensura Programme Traumatisme Incident critique

Plus en détail

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme?

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Saïd Acef, Directeur du réseau de santé AURA 77 Chargé de mission, MNASM Journée régionale CRAIF / AURA 77 Autisme et Soins somatiques [Paris

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET 2015-2018 et Promotion VAN GOGH 2015-2016CG - Douleur - Promotion 2013-2016 Votre expérience en

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

JEU & RESILIENCE DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

JEU & RESILIENCE DANS LA MALADIE D ALZHEIMER JEU & RESILIENCE DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Le jeu comme approche thérapeutique non médicamenteuse www.ludopole.com association loi 1901 Tous les jeux, tous les jours, pour les tous les joueurs www.ludopole.com

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale

Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale Formations de l Hêtre Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale Le syndrome de stress post-traumatique Conférence préparée et animée par Evelyne Donnini, psychologue

Plus en détail

Processus psychologiques d adaptation au handicap

Processus psychologiques d adaptation au handicap DIU «TRAUMATISMES CRANIENS» Processus psychologiques d adaptation au handicap Michèle Koleck Le TBI Traumatisme physique et psychosocial Répercussions sur la vie du patient et de ses proches Nécessité

Plus en détail

Douleur et Troubles somatoformes

Douleur et Troubles somatoformes Douleur et Troubles somatoformes Françoise Radat Bordeaux Eric Serra Amiens Caen le 15 octobre 2013 Plan La douleur en médecine La somatisation Les diagnostics psychiatriques Pas de conflit d intérêt Les

Plus en détail

Répertoire des formations. Handicap destinées aux SAD

Répertoire des formations. Handicap destinées aux SAD Répertoire des formations Handicap destinées aux SAD 01/01/2014 Sommaire : Préambule P 3 Handéo P 4 ACE P 5 Anaphores P 6 APF P 7 Auxilia P 9 Concept Formation Conseil P 10 CQFD P 11 DOFAS P 13 Elia P

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR STÉPHANE LEMIRE, MD, FRCPC MSC INTERNATIONAL HEALTH MANAGEMENT INTERNISTE-GÉRIATRE HTTP://WWW.LINKEDIN.COM/IN/STEPHANELEMIRE Objectifs

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire La gestion des situations de crise suicidaire CHAPITRE 4 La crise suicidaire est une crise psychique déclenchée par un facteur précipitant et marquée par des idées suicidaires de plus en plus envahissantes

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels.

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Avec le concours des associations intervenant dans le domaine du handicap 1) Le handicap moteur : En France, on estime

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

La formation des Assistants de Soins en Gérontologie

La formation des Assistants de Soins en Gérontologie La formation des Assistants de Soins en Gérontologie PIANO Julie Réseau EHPAD 18 Novembre 2010 Qu est-ce qu un ASG? La formation d assistant de soins en gérontologie (ASG) a été mise en place dans le cadre

Plus en détail

Qu est ce que le handicap psychique?

Qu est ce que le handicap psychique? Qu est ce que le handicap psychique? Mont de Marsan le 18 novembre 2014 ARRIETA Christophe Directeur SESSAD LSO «Devenir AVS» Objectif un éclairage sur les difficultés scolaires des enfants présentant

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

La prise en charge au fauteuil ou sous sédations? 12/03/2013. 1 Continuité thérapeutique. 2 Soins interrompus. 3 Soins impossibles

La prise en charge au fauteuil ou sous sédations? 12/03/2013. 1 Continuité thérapeutique. 2 Soins interrompus. 3 Soins impossibles Moulis Estelle MCU-PH Odontologie Pédiatrique Université Montpellier I 1 Un enfant très jeune (0 à 5 ans) Un enfant présentant des polycaries Caries Précoces du jeune Enfant Un enfant qui a peur : anxieux,

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Les troubles du comportement des personnes âgées

Les troubles du comportement des personnes âgées stratégie soignante Les troubles du comportement des personnes âgées PHILIPPE THOMAS CYRIL HAZIF-THOMAS RICHARD-OLIVIER PEIX Les troubles du comportement, en particulier ceux associés à la démence, comportent

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 2 ans à 3 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 2 ans à 3 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 2 ans à 3 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 3 OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 2 ANS A 3 ANS 5 1. DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement ARGUMENTAIRE Mai 2009 1 Les recommandations et la synthèse des recommandations

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux PLAN 1. STRESS ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2. LA PLAINTE DE «SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL»

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

Les formes de communication

Les formes de communication 12. Les formes de communication On distingue deux grandes formes de communication : la communication verbale et la communication non verbale. La communication verbale Elle est constituée des signaux linguistiques

Plus en détail

Adapter votre pratique pour des soins à domicile adaptés aux ainés atteints de démence

Adapter votre pratique pour des soins à domicile adaptés aux ainés atteints de démence Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Adapter votre pratique pour des soins à domicile adaptés aux ainés atteints de démence Philippe Voyer Professeur titulaire, Responsable de la formation

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Habiletés de communication

Habiletés de communication Habiletés de communication Les habiletés de communication ont été clairement identifiées comme l une des dimensions essentielles en termes d habiletés pour la pratique compétente de la médecine familiale.

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail