L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social"

Transcription

1 L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud dans son contexte d intervention L office est le seul opérateur public ayant son siège dans le département et intervenant sur ce territoire. Sa collectivité de rattachement est le département de la Corse du Sud avec lequel l Office a signé une convention d objectifs le 28 décembre C est un organisme de 1676 logements et 90 logements foyers confronté à des enjeux de développement et de réhabilitation très importants. Sa spécificité réside dans son implantation équilibrée sur l ensemble du département, dans les centres urbains comme dans les petites communes, participant de fait à l aménagement équilibré du territoire départemental. Au total l office est présent dans 17 communes avec 45 résidences de logements familiaux, deux foyers de personnes âgées et un centre d hébergement et de réinsertion sociale. Après une période marquée par la mise en œuvre d un plan de redressement, l office a retrouvé au terme de ce plan une situation financière saine qui lui permet de développer ses missions essentielles de constructeur de logements sociaux et de gestionnaire au profit de la population la plus large et la plus diverse qu il a pour vocation de loger, en conciliant deux principes majeurs, loger les plus défavorisés et assurer la mixité sociale. L engagement à un niveau sans précédent d opérations de réhabilitation, de maintenance et d amélioration ainsi que la relance de l activité de construction actés au Plan Stratégique de Patrimoine, y compris par le développement de partenariats (notamment acquisition en VEFA) avec d autres opérateurs de logements constituent les orientations majeures de politique générale arrêtées par l Office. Le nombre très important d opérations nouvelles en cours de réalisation soit 200 logements supplémentaires mis en service au plus tard fin 2012 représentant 12% du patrimoine actuel de l office ainsi que le nombre de logements (470 logements représentant près de 30 % du parc) concernés par la réhabilitation lourde des résidences les plus importantes témoigne de la volonté de traduire en actes ces orientations

2 Population logée : Le nombre moyen d occupants par logement est de 2,4, au niveau de la moyenne nationale. Le taux de vacance est très faible : 1,5%. -Les revenus des ménages : Une précarité particulièrement marquée puisque 80 % des ménages ont des revenus inférieurs à 60 % des plafonds de revenus pour bénéficier de logements sociaux et 36% des ressources inférieures à 20% de ces plafonds Par ailleurs 74% sont bénéficiaires de l APL, 46% de ces derniers ayant des revenus inférieurs à 400 mensuels. La part des personnes bénéficiaires du minimum vieillesse est très importante, de 20 % dans le parc de l Office. 7 % de ménages sont bénéficiaires du RMI, 11% bénéficient de l Allocation aux adultes handicapés, de l ordre de 1,5% de l allocation de parents isolés La part de personnes ayant un emploi stable est de 33,5%, un emploi précaire 8,5%, les personnes en situation de chômage représentent 9,3%, les personnes inactives (au foyer, retraités, étudiants ) 48,7%. -La répartition par âge des titulaires des contrats de location permet de constater un vieillissement de la population logée : La part des titulaires des contrats de location agés de 65 ans et plus est très élevée dans le parc de l Office (30%) alors que celle-ci est déjà plus élevée en Corse (25,2%) que sur le reste du territoire (23%). Cette situation génère pour un certain nombre un phénomène de sous occupation qu il est difficile de faire disparaître en raison des réticences à accepter une mobilité résidentielle à l intérieur du parc. A contrario la part des titulaires de moins de 40 ans n est que de 14 % à comparer à la moyenne nationale de 29%. Celle des moins 30 ans est de 3,00 % (moyenne nationale : 10,6%). -La composition familiale : Le taux de ménages sans enfant est de 49,3%. Les personnes seules 35,4%, les couples sans enfant 13,9%. Les familles monoparentales représentent 13,5% (19% au plan national) des locataires et les ménages de 3 enfants et plus 12% (10% sur l ensemble du territoire). Au total l occupation du parc de l Office est caractérisée par une population âgée (1/3 des titulaires de bail ont plus de 65 ans) et une forte proportion d inactifs qui se traduit par de faibles revenus, 80% des ménages disposant de moins de 60% des plafonds de ressources contre 66% à l échelle nationale. Elle est également caractérisée par une absence de fluidité.

3 La demande de logements : Le nombre de demandes de logements valides en stock est de 1500 (dont 1400 demandes externes), à mettre en relation avec une centaine de relocations. Ce chiffre cache cependant de très fortes disparités entre les secteurs : ainsi, sur Ajaccio le rapport entre la demande et l offre dépasse 30 tandis qu il est de 2,5 sur Olmeto, 3,2 sur Sarrola ou 5,4 à Sartène. Par ailleurs sur un marché locatif local très tendu où le délai d attente d un logement social est beaucoup plus long que le délai anormalement long retenu le nombre potentiel de dossiers prioritaires, comme les dossiers DALO, est donc très important Les profils des demandeurs : -Profil de la demande par age : Moins de 30 ans : 21% de 30 à 39 ans : 24% de 40 à 49 ans : 20% de 50 à 64 ans : 25% 65 ans et plus : 10% On constate à l exception de celle des plus de 65 ans une répartition assez proche (entre 20 et 25%) des tranches d âge. -Profil de la demande par composition familiale Ménages isolés : 32% Couples sans enfants : 14% Familles d un ou deux enfants : 41% Familles de 3 enfants et plus : 12% Autres (colocataires..) : 1% On constate une représentation majoritaire des familles d un ou deux enfants et un taux important de personnes seules -Profil de la demande par niveau de revenus : Revenus inférieurs à 60% des plafonds HLM : 91% Dont Revenus inférieurs à 60% des plafonds : 38% Revenus situés entre les plafonds et 60% des plafonds : 8% On constate que 91% des ménages ont des ressources inférieures à 60% des plafonds de ressources HLM. Au regard du nombre de demande enregistrés, des taux de rotation et de vacance très faibles il nous apparaît que les besoins en logement ne peuvent être satisfaits que par la production significative de logements locatifs sociaux nouveaux.

4 L offre de logements sociaux L offre existante : Le patrimoine de l OPH est réparti sur trois bassins d habitat Au lieu de FORCIOLO lire ZIGLIARA logements familiaux dont 975 sur l agglomération ajaccienne, 1 résidence sociale de 15 lits sur Ajaccio et 2 logements foyers de personnes âgées de 85 logements dans le Sud du département. Plus précisément le parc se concentre essentiellement sur AJACCIO (939 logements), PORTO- VECCHIO (277 logements et un logement foyer de personnes âgées), SARTENE (91 logements), FIGARI (86 logements), BONIFACIO (63 logements) et pour le reste est réparti sur 10 communes du département. 70% des logements ont été construits après 1975, 45 % après 1980 et 25 % dans les années Sur AJACCIO, l office y est propriétaire de 939 logements répartis sur 18 unités. Trois quartiers classés zones urbaines sensibles (ZUS) accueillent à eux seuls 80 % de ces logements. (-ST JEAN : 316 logements -PIETRALBA : 333 logements-les CANNES : 102 logements Par ailleurs le patrimoine de l OPH2A sur AJACCIO est composé d un certain nombre de petites opérations disséminées dans le centre ville et particulièrement bien intégrées (106 logements sur 10 unités soit une moyenne de 11 logements par opération). L'ensemble du parc composé exclusivement d'immeubles collectifs, est situé dans le périmètre de la ville.. Même s'agissant des opérations les plus importantes, leur taille reste modeste et les cités sont intégrées dans des quartiers plus vastes non exclusivement composés de groupes de logements sociaux. La vacance est quasi nulle. Sur PORTO-VECCHIO l office y est propriétaire, en plus d un logement foyer, de 277 logements, répartis entre la Marine (48 logements) et le quartier de PIFANO (229 logements).

5 La maintenance et la réhabilitation du patrimoine : L Office a une politique d amélioration constante de son parc qui se traduit en particulier par plusieurs réhabilitations en cours (à AJACCIO SAINT JEAN logements pour 5,5M, PIETRALBA2-80 logements pour 4 M, SAINT PAUL/AGECO-102 logements pour 3M, à PORTO-VECCHIO-PIFANO 89 logements pour 4M ) et qui constitue un investissement financier très élevé (16, 5 M ). Une fois achevées ces réhabilitations l Office aura réhabilité, depuis 1996, 1098 logements soit les 2/3 de son parc. En sus de ces campagnes d ensemble, la maintenance génère des besoins d intervention de 2010 à 2014 de plus de 5M. Le développement de l offre : o Les produits logement développés : L office centre essentiellement son action sur la production, tant en maîtrise d ouvrage directe qu en VEFA, de logements locatifs sociaux, PLUS et PLAI, correspondant aux besoins les plus nombreux et à la demande enregistrée ainsi qu au profil de ses locataires. L office ne s interdit pas toutefois de produire du PLS et éventuellement d intervenir si les circonstances l exigent dans tout le champ d activité qu autorise la réglementation, comme cela a pu être le cas récemment dans le domaine de l hébergement d urgence (CHRS FALEP). o Les territoires d intervention -La communauté d agglomération du pays ajaccien (CAPA) qui a mis en place un programme local de l habitat (PLH). C est l agglomération la plus peuplée du département, là où quantitativement les besoins en logement sont les plus importants. Les objectifs de production prévus dans le PLH, à la fois par les opérateurs HLM et les communes directement mais aussi par les opérateurs privés (quota de logements sociaux dans chaque promotion), de logements locatifs sociaux sur le territoire de la CAPA sur la période 2005 à 2014 sont fixés à 980 (dont 100 places d hébergement) dont 630 sur AJACCIO et 350 sur les 9 autres communes. L office continuera son développement du logement locatif - PLAI et PLUS essentiellement - de manière soutenue sur ce territoire. Actuellement 126 logements sont en cours de réalisation, 10 logements et 15 places d hébergement d urgence ont par ailleurs été mis en service récemment et 55 logements ont été inscrits au programme Le secteur rural : L engagement de réaliser sur l ensemble du département en secteur rural 10 logements par an été pris par l office dans le cadre de la convention d objectifs signée avec le département de la Corse du Sud le 28 décembre 2009 et inscrit dans le plan stratégique de patrimoine. -Le bassin de Sartène : ce bassin d habitat est essentiellement constitué de deux agglomérations d environ 3000 habitants chacune, SARTENE et PROPRIANO au sein d un territoire rural. Les besoins en logements restant significatifs, l office continuera à intervenir sur ce territoire en lien étroit avec les communes.

6 -Le grand sud : Quantitativement le grand sud avec l agglomération de Porto-Vecchio et la ville de Bonifacio est après celui de la CAPA le territoire sur lequel les besoins en logement sont les plus importants. La plus grande partie du parc HLM y est la propriété de l office (491 logements). 39 logements sont en cours de réalisation sur Porto-Vecchio et un nouveau programme de 43 logements démarrera en Plusieurs projets à Bonifacio, dont un dans la ville haute sont par ailleurs envisagés. L Office continue donc son développement sur ce territoire. o Les perspectives de développement : Dans le cadre de la convention d utilité sociale qu il va prochainement signer avec l Etat et le Département de la Corse du Sud et comme il l avait déjà fait dans le cadre de la convention d objectifs l office s engage sur un niveau de production de 50 logements par an en secteur urbain et de 10 en secteur rural ainsi que sur la poursuite de l effort déjà engagé en matière de maintenance. Compte tenu des opérations en cours de réalisation ou de montage les perspectives sont les suivantes pour les six années à venir. Tableau CUS L engagement quantitatif de l Office résulte de son analyse financière prévisionnelle, établie notamment en considération des conditions de financement actuelles, une fois les besoins sur le parc existant satisfaits. Le respect de cet engagement est donc conditionné par : Des coûts de construction stabilisés à leur niveau actuel, Un niveau d intervention des partenaires financiers à hauteur au minimum de leur participation actuelle, tant en ce qui concerne les aides à la construction que celles relatives à la charge foncière. Un besoin de fonds propres permettant d atteindre un équilibre d exploitation annuel positif pour chaque opération, de l ordre de en moyenne par logement produit. Ainsi une production régulière de logements locatifs sociaux suppose de porter une attention particulière aux plans de financement des opérations.

7 Les conditions du développement de l offre de logements : o Le foncier L action des collectivités locales et territoriales dans ce domaine est fondamentale pour mettre à disposition des opérateurs un foncier économiquement accessible mais aussi correctement localisé et qui ne soit pas le résultat de simples opportunités. L absence de foncier accessible aux opérateurs et bien localisé constitue en effet un obstacle à la production de logements sociaux. Pour garantir un développement continu du logement social sur les exercices à venir il apparaît indispensable que l action foncière publique et la mobilisation d outils d aménagement soit développée. Plusieurs outils d intervention foncière: l Etablissement public foncier, les droits de préemption DPU/ZAD, l expropriation, les emplacements réservés pour des programmes de logements sociaux, les réserves foncières mais aussi dans les documents d urbanisme le supplément de COS jusqu à 50% pour les programmes comportant des logements sociaux ou l obligation d un pourcentage de logements sociaux dans un programme de construction La maîtrise du foncier mais aussi une aide ciblée sur la charge foncière constituent probablement des outils indispensables à la production de foncier pour le logement social. o Les moyens financiers : les aides à l investissement Comme cela est acté dans le plan stratégique de patrimoine, pour assurer un développement régulier et pérenne sans risque financier de nature à obérer les capacités de l organisme dans les années à venir les opérations futures devront être moins consommatrice de fonds propres ( par logement au maximum compatible avec l autofinancement prévisionnel pouvant être dégagé sur un exercice pour assurer le développement et la maintenance) ce qui implique nécessairement la recherche de financements complémentaires. Dans le même but il semble important compte tenu du prix des opérations qui ne peut qu augmenter du fait de nouvelles exigences techniques de s interroger sur les modalités d un éventuel relèvement des aides lorsque le respect de l équilibre d exploitation aurait pour effet de faire appel à une quotité de fonds propres susceptible de compromettre l engagement de nouveaux programmes ou de remettre en cause les objectifs arrêtés. Le coût des opérations Le coût des dernières opérations se situe autour de au logement soit approximativement à 2100 le m² de surface habitable (et 1900 de surface utile), la charge foncière (la charge foncière étant définie comme la somme du coût du foncier et de l aménagement de ce foncier) de l ordre de 20 %, s établissant alors à 420 le m² de surface habitable Le financement des opérations de logements sociaux : -Les subventions d Etat, PLUS, PLAI, surcharge foncière Une opération comporte généralement actuellement 30% de PLAI et 70% de PLUS. La subvention de l Etat PLUS est actuellement de 9,5 % d une assiette de base de 1212 le m² de surface utile majorée au maximum de 30 % mais qui se situe en moyenne à 15% (variable selon les opérations)

8 soit une assiette de 1400 le m² de surface utile (pour 1900 au minimum le m² de SU dans les opérations actuelles soit un taux de subvention PLUS réel de 7%). La subvention est de 12% de cette assiette pour les acquisitions amélioration. La subvention de l Etat PLAI est de 28% de l assiette de base (soit un taux de subvention réel de 20%.) Ainsi pour une opération comportant 30% de PLAI et 70% de PLUS la subvention de l Etat est de 11%. La subvention d Etat pour surcharge foncière peut théoriquement s élever à 50 % du dépassement de charge foncière dans la limite d un plafond. Elle n est accordée que si les collectivités locales participent au moins à hauteur de 20% du dépassement. En pratique la subvention SF Etat est généralement limitée à 3000 par logement. Il y a surcharge foncière au-delà d un coût de charge foncière de référence supérieur à 150 du m² de surface utile pour les constructions neuves et à 1150 lorsqu il s agit d acquisitions amélioration. -Les subventions des Collectivités Locales Le département de la Corse du Sud, la Communauté d agglomération du pays Ajaccien, la Collectivité Territoriale de Corse participent au financement des opérations : -Dans le cadre de la convention d objectifs le Département de la Corse du Sud, collectivité de rattachement, participe au financement des opérations de l Office à hauteur de 5% du montant TTC des réhabilitations ; de 20%, en vue de favoriser une implantation équilibrée sur le département, aux opérations de développement en secteur rural et 3,86% de développement en secteur urbain -La Communauté d agglomération du Pays Ajaccien attribue des aides à la construction à hauteur de 4000 euros par logement «PLUS», divisée par deux à partir du 41ème logement d une même opération, et 8000 euros par logement «PLAI», divisée par deux à partir du 11ème logement et par quatre à partir du 21ème. Pour une opération de 100 logements comportant 30% de PLAI et 70% de PLUS la subvention est de l ordre de 2,5 % du coût du programme. En matière foncière le fonds d intervention foncière habitat permet à la CAPA d acquérir et de rétrocéder du foncier aux opérateurs. -La Collectivité Territoriale de Corse contribue au financement à hauteur de 5% du coût des réhabilitations, de 4% (à 6% dans les communes de moins de habitants si l opération comporte moins de 12 logements) du coût du programme pour la construction neuve dans la limite de par logement. L aide est portée à 6% toujours dans la même limite si les logements sont destinés à des publics défavorisés. Pour une opération neuve de 100 logements comportant 30% de PLAI et 70% de PLUS la subvention est de l ordre de 2,5 % du coût du programme. Cette subvention est de 3,15% pour les petits programmes dans les communes moins importantes. Pour les acquisition-améliorations l aide est de 10% du coût du programme, plafonnée à Les autres subventions Une subvention du 1% relance peut être accordée à raison de par logement réservé ; D autres subventions sont liées à l amélioration de la performance thermique ou à l utilisation d énergies renouvelables (ADEME, FEDER, CTC). -Les prêts de la Caisse des Dépôts et Consignations, PLUS et PLAI de 40 ans pour la construction, de 50ans pour le financement de la charge foncière

9 La quotité d emprunt maximale que l organisme peut souscrire est conditionnée à l équilibre d exploitation de cette opération. Le loyer pratiqué doit couvrir l ensemble des dépenses liées à l exploitation, annuités des prêts, frais de gestion administrative et l entretien courant non récupérable, les dépenses de maintenance et de réparations, la taxe foncière sur la propriété bâtie, les risques d impayés et de vacance. Le loyer pratiqué doit être au moins égal au loyer d équilibre à appliquer pour que le solde de trésorerie reste positif ou nul année après année sur toute la durée du prêt principal. Ce loyer d équilibre ne peut être supérieur à 5,24 le m² de surface utile (SH + ½ surfaces des annexes) pour les loyers PLUS et 4,65 pour les loyers PLAI, ceux-ci pouvant cependant être majorés en fonction des caractéristiques et de la localisation des opérations mais minorés dans le même temps en fonction du coefficient de structure. Pour une majoration moyenne de 5% le loyer PLUS s établit à 5,50 et le loyer PLAI 4, 90 au m² de surface utile. Ainsi toujours pour une opération comportant 30% de PLAI et 70% de PLUS le loyer moyen est de 5,30 au m² de surface utile. -Les fonds propres de l organisme : Les fonds propres de l organisme à affecter une fois comptabilisées les subventions et les prêts de la CDC au financement d une opération sont actuellement au minimum de 10 % du prix de revient soit de par logement produit, montant qu il est prévu dans le plan stratégique de patrimoine et la convention d utilité sociale de ramener à par logement dans les nouvelles opérations pour tenir compte de la marge annuelle d autofinancement disponible pour la maintenance et le développement. Il y a lieu de noter qu il y a encore quelques années une opération en raison de son coût et de ses modalités de financement pouvait être équilibrée sans apport de fonds propres de la part des organismes. La réduction du volume d activité ne pouvant être envisagée et le lancement d opérations financièrement déséquilibrées susceptibles de faire porter leur déficit sur les résultats futurs de l organisme étant exclu une plus forte contribution dans les plans de financement sous forme d aides paraît nécessaire. Les pistes d amélioration du financement des opérations de logements sociaux : la subvention pour surcharge foncière comme moyen de consolider les plans de financement des opérations Dans ce sens il est suggéré le développement d une aide à l acquisition de foncier au profit des organismes de logement social qui viendrait en complément de l aide de l Etat attribuée à ce titre. Elle pourrait ainsi prendre la forme d une aide à la surcharge foncière, le seuil de déclenchement de celleci étant le même que celui retenu pour les aides de l Etat soit un prix de terrain aménagé et viabilisé de 150 le m² de surface utile (SU). Pour une charge foncière de 380 par M² SU (soit 20% du prix d une opération s établissant à 1900 par m² SU) et pour un logement moyen de 70 m² l assiette de subvention constituée du dépassement au-delà de 150 m² serait de par logement. Avec un taux de 50%, l aide s élèverait à par logement et à 5,50% du cout total de l opération permettant ainsi d améliorer les plans de financement des organismes et par suite de contribuer à la poursuite de leur développement. LE DIRECTEUR GENERAL Claude CENDRÈS

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations

ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations ATELIER N 2 QUELLES SONT LES CONDITIONS A REUNIR POUR DEVELOPPER L OFFRE DE LOGEMENTS? 2 Le financement et la structure des opérations SOMMAIRE Les opérations de promotion privée Les opérations de logements

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE

NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE NOUVEAU REGLEMENT D INTERVENTION DE NIMES METROPOLE EN MATIERE D ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE Approuvé par délibération du 15 juillet 2013 Préambule Le soutien aux opérations d accession sociale à

Plus en détail

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées - avril 2012 Note établie à partir des données du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux, fournies par le Service de l observation

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Les financements aux organismes constructeurs

Les financements aux organismes constructeurs Edition 2008 Les financements aux organismes constructeurs En 2007, 99 000 logements locatifs sociaux (y compris les logements Foncière Logement mais hors ANRU) ont été financés au niveau national (pour

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Financement du logement social

Financement du logement social RENNES METROPOLE Service Habitat Financement du logement social 1 La politique de l habitat, une approche globale 2 Une approche contractualisée Le PLH : projet communautaire mis en œuvre par chaque commune

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale Sommaire Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale _ 3 Aide en faveur de la réhabilitation énergétique des logements sociaux 5 Aide pour l adaptabilité des logements

Plus en détail

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui

DIRECTIVE. 5 février 2015 9 mars 2015 oui DIRECTIVE PERSONNES MORALES REHABILITATION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Réhabilitation de logements locatifs sociaux (hors logements pour étudiants) et structures collectives Personnes morales Réhabilitation

Plus en détail

ATELIER N 1 QUELS LOGEMENTS NOUVEAUX POUR QUELS BESOINS 2 - L offre et les besoins des publics les plus fragiles

ATELIER N 1 QUELS LOGEMENTS NOUVEAUX POUR QUELS BESOINS 2 - L offre et les besoins des publics les plus fragiles ATELIER N 1 QUELS LOGEMENTS NOUVEAUX POUR QUELS BESOINS 2 - L offre et les besoins des publics les plus fragiles SOMMAIRE L hébergement des plus démunis Le logement des saisonniers Le logement lié aux

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR RELATIF AU LOGEMENT AIDE VOLET LOGEMENT LOCATIF SOCIAL LOCATIF Janvier 2011 I- Le logement locatif social public..p.3 I-1. Les logements familiaux

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation.

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation. Direction du Logement et de l Habitat 2011 DLH 222 Réalisation par Paris Habitat OPH d un programme de construction neuve de 32 logements PLUS, 6 logements PLAI, 22 logements PLS 102-104-108, rue Castagnary

Plus en détail

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Lettre N 1 Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Mars 2015 Avant-propos Tout Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) disposant d un Programme Local de l Habitat

Plus en détail

ÉSERVATIONS LOCATIVES

ÉSERVATIONS LOCATIVES AGENCE NATIONALE POUR LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS À L EFFORT DE CONSTRUCTION R ÉSERVATIONS LOCATIVES ET PATRIMOINE DE LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS À L EFFORT DE CONSTRUCTION - Exercice 2011 10 rue

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

L essentiel de l année

L essentiel de l année L essentiel de l année 2013 02 03 03 04 04 05 05 06 07 07 08 08 09 10 11 L essentiel de l année présentation Activité Partenariats 2013 Chiffres clés 2013 COMPTE DE RéSULTAT SIMPLIFIé éléments BILANtIELS

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE

Logement social en France. Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Logement social en France Rencontres du Fonds d épargne 1er juillet 2011, Hervé Boulhol, OCDE Partie 1 Aides àla personne / aides àla pierre dans le secteur privé Spécificités du logement social sur cette

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement PROJET DE LOI relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production

Plus en détail

Financement du logement social HLM

Financement du logement social HLM 1 Financement du logement social HLM Logement locatif social Bénéficiaires : - Offices Publics de l Habitat - Sociétés anonymes d HLM, sociétés coopératives - Sociétés d économie mixte ayant dans leurs

Plus en détail

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Les Avirons, Étang Salé, Saint Louis, Cilaos, Entre Deux, Le Tampon, Saint Pierre, Petite Île, Saint Joseph, Saint

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de l inauguration du chantier ilôt Lucien Faure Lundi 16 juin 2014 Bordeaux M. le Président (M. HIERAMENTE, Domofrance) M le Président (M DHORTE) M le

Plus en détail

La situation financière consolidée des organismes HLM 1Particularités des OLS de la région Nord

La situation financière consolidée des organismes HLM 1Particularités des OLS de la région Nord SOMMAIRE 1. Particularités des OLS de la région Nord 2. Plans de financement des programmes 3. Evolution des capacités d autofinancement 4. Conditions pour maintenir les programmes de construction de logement

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ET DE L AMELIORATION DU PARC IMMOBILIER BATI SOMMAIRE

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ET DE L AMELIORATION DU PARC IMMOBILIER BATI SOMMAIRE REGLEMENT D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DU LOGEMENT SOCIAL ET DE L AMELIORATION DU PARC IMMOBILIER BATI SOMMAIRE PREAMBULE P 2 DEVELOPPEMENT DU LOGEMENT SOCIAL P 3 Construction

Plus en détail

Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien

Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien Interventions du Grand Lyon en faveur de la rénovation énergétique du parc privé Compte-rendu d entretien CONTACT / VÉRONIQUE GUILLAUMIN : 0 44 77 39 55 OU 06 37 55 09 98 24 avril 203 L amélioration du

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009

L accession sociale à la propriété en Gironde. Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action. Réunion du 25 juin 2009 L accession sociale à la propriété en Gironde Le développement d une offre maîtrisée : enjeux et leviers de l action Réunion du 25 juin 2009 Synthèse Synthèse de l étude Codra l étude2008 CODRA / DDE 2008

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX EN ILE-DE-FRANCE MISE À JOUR 2007-2009

LE FINANCEMENT DES LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX EN ILE-DE-FRANCE MISE À JOUR 2007-2009 . LE FINANCEMENT DES LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX EN ILE-DE-FRANCE MISE À JOUR 2007-2009 Le financement des logements locatifs sociaux en Ile-de-France : Mise à jour 2007-2009 Cette étude a été réalisée

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

LE DISPOSITIF DUFLOT

LE DISPOSITIF DUFLOT LE DISPOSITIF DUFLOT La loi de finances pour 2013 créé un nouveau dispositif d investissement locatif dit «Duflot». Applicable à des opérations réalisées entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 2016,

Plus en détail

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social LE LOGEMENT SOCIAL SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU CALAISIS I II Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social Les chiffres clés de la

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

ANNEXES. Dispositif de subventions des collectivités locales

ANNEXES. Dispositif de subventions des collectivités locales 1 N interne : 7984 Conseil du lundi 26 février 2001 à 18 h 00 N définitif : 2001-6306 ANNEXES Dispositif de subventions des collectivités locales I - OBJECTIF DES SUBVENTIONS 1 - AIDES VISANT LE MAINTIEN

Plus en détail

Agenda Hlm 2015-2018

Agenda Hlm 2015-2018 Agenda Hlm 2015-2018 25 septembre 2014 Entre l État, Et L Union sociale pour l habitat (USH) représentée par : Jean-Louis DUMONT, Président Les fédérations représentées par : Christian BAFFY, Président

Plus en détail

SOMMAIRE. Communiqué de presse P. 2. Introduction P. 3. Principes de fonctionnement du pass-foncier P. 4 et 5. Organisation du pass-foncier. P.

SOMMAIRE. Communiqué de presse P. 2. Introduction P. 3. Principes de fonctionnement du pass-foncier P. 4 et 5. Organisation du pass-foncier. P. SOMMAIRE Communiqué de presse P. 2 Introduction P. 3 Principes de fonctionnement du pass-foncier P. 4 et 5 Organisation du pass-foncier. P. 6 Annexes. P. 7 à 19 Accession Sociale Pass -Foncier Page 1 COMMUNIQUE

Plus en détail

petit guide DU LOgEMENT SOCIAL AV I S

petit guide DU LOgEMENT SOCIAL AV I S petit guide DU LOgEMENT SOCIAL 1 SOMMAIRE Le logement social 0 > Définition 0 Les organismes de logements sociaux L OPH Les missions d un OPH Les engagements de l Opac8 > Répondre aux besoins de tous

Plus en détail

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre Barberaz Barby Bassens Challes-les-Eaux Chambéry Cognin Curienne Jacob-Bellecombette La Motte-Servolex La Ravoire La Thuile Les Déserts Montagnole Puygros Saint-Alban-Leysse Saint-Baldoph Saint-Cassin

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

Le logement social. Définition, financement, programmes. Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015

Le logement social. Définition, financement, programmes. Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015 Le logement social Définition, financement, programmes Journée Association commissaires Enquêteurs du 20 mai 2015 Il était une fois le logement social L histoire du logement social : évolution économique,

Plus en détail

INSTRUCTION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX PLUS-PLAI

INSTRUCTION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX PLUS-PLAI Prise de poste IFLS 25 et 26 juin 2013 INSTRUCTION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX PLUS-PLAI Frédérique DAO PANAM chargée d opérations DDT 77 Estelle CANONNE ex-chef d Unité FLS DDT

Plus en détail

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 2013/6098 Direction de l'aménagement Urbain PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 Commission Urbanisme - Développement Durable - Cadre de Vie et Environnement du 4 décembre 2013

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Faible renouvellement du parc locatif social lorrain

Faible renouvellement du parc locatif social lorrain DREAL LORRAINE Service Connaissance, Évaluation et Stratégie du Développement Durable juillet 213 n 48 LE PARC DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX EN LORRAINE AU 1ER JANVIER 212 Faible renouvellement locatif

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le programme comporterait 9 logements (5 PLAI et 4 PLUS), au sein de cet ensemble à usage mixte.

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le programme comporterait 9 logements (5 PLAI et 4 PLUS), au sein de cet ensemble à usage mixte. Direction du Logement et de l Habitat 2014 DLH 1200 Réalisation 38 boulevard de Strasbourg (10e) d un programme de 9 logements sociaux (4 PLUS et 5 PLAI) par Toit et Joie. PROJET DE DELIBERATION EXPOSE

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 TRAME GENERALE : Les fonds structurels européens : Rappel de ce à quoi correspondent

Plus en détail

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué Lundi 7 décembre 2015 Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué COMMUNIQUE Pour la 1 re fois, une OPAH pour l ensemble des 16 communes de

Plus en détail

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E C H A P I T R E S E C O N D L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E E T L E Q U I L I B R E H a b i t a t, s e r v i c e s, é q u i p e m e n t s e t a r c h i t e c t u r e d u t e r r

Plus en détail

L investissement immobilier

L investissement immobilier Ce guide vous est proposé par : L investissement immobilier Des informations et des conseils pratiques pour comprendre, mieux investir et développer votre patrimoine immobilier. Comprendre pour mieux choisir

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Plan Départemental de l Habitat - PDH Observatoire départemental Décembre 2014 N 1 La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Panorama de la demande en logement social dans la Loire O ffrir

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets

SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets Lyon, le 1er septembre 2014 Une politique patrimoniale dynamique Filiale du groupe SNI - Société Nationale Immobilière détenue par la caisse des Dépôtspremier

Plus en détail

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Entre : Nantes Métropole Communauté urbaine, représentée

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013

«Ma première pierre» DE PRESENTATION DOSSIER 8 JANVIER 2013 DOSSIER DE PRESENTATION 8 JANVIER 2013 «Ma première pierre» Reconduction et actualisation en 2013 du dispositif d aide aux primo-accédants modestes, acquéreurs d un logement neuf ou ancien avec travaux,

Plus en détail

Direction des Affaires Sociales France 1/13

Direction des Affaires Sociales France 1/13 LES AIDES AU LOGEMENT Pour lles collllaborateurs de ll hôtelllleriie ACCOR en 2009 1/13 Sommaiire Historique du 1% logement page 3 Le «1%» logement pour les salariés de l hôtellerie en France page 4 1-

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Intermédiation locative Solibail

Intermédiation locative Solibail Intermédiation locative Solibail L intermédiation locative renvoie à deux formes de mobilisation du parc privé : le mandat de gestion et la location / sous-location. Le terme «intermédiation» renvoie

Plus en détail

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés L AAH (Allocation aux adultes handicapés) a été créée par la loi du 30 juin 1975, en remplacement de l AHA (ancienne Allocation aux handicapés adultes).

Plus en détail

Compte-rendu CONTRIBUTION A LA CONCERTATION NATIONALE FEDER 2014/2020

Compte-rendu CONTRIBUTION A LA CONCERTATION NATIONALE FEDER 2014/2020 Compte-rendu CONTRIBUTION A LA CONCERTATION NATIONALE FEDER 2014/2020 Sommaire Présentation de l Association Régionale Auvergne de l Union Sociale pour l Habitat...p 3 Le parc social énergivore en Auvergne...p

Plus en détail

AFG. Mercredi 20 mars 2013

AFG. Mercredi 20 mars 2013 AFG Mercredi 20 mars 2013 1 Un budget d intervention renforcé 2 Le budget d intervention 2013 Une augmentation significative du budget de l Anah qui témoigne de la nouvelle priorité accordée par l Etat

Plus en détail

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat

Les outils pour agir dans le domaine de l habitat 3/3 URBANISME CONSTRUCTIONS PUBLIQUES ET HABITAT CYCLE DE FORMATION 2014/2015 > A DESTINATION DES ELUS ET PERSONNELS TERRITORIAUX Les outils pour agir dans le domaine de l habitat Mai 2015 Jeudi 21 Mai

Plus en détail

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre :

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre : Accord partenarial entre la Communauté Urbaine d ARRAS et l APAGL pour la mise en œuvre du dispositif de Garantie des Risques Locatifs (GRL) et la mobilisation du parc locatif privé Le présent accord est

Plus en détail

Innovation économique

Innovation économique Innovation économique Résidence TERRA ARTE à Bayonne Avec la participation de : 25 Situation du projet Le projet se situe à l est de Bayonne dans l éco-quartier du Séqué. Le quartier comptera à terme 500

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

Avenant n 1 à la convention de délégation de compétence du 9 juin 2008

Avenant n 1 à la convention de délégation de compétence du 9 juin 2008 Avenant n 1 à la convention de délégation de compétence du 9 juin Entre Le Mans Métropole, représentée par Monsieur Jean-Claude BOULARD, Président, et l État, représenté par Monsieur Emmanuel BERTHIER,

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction du Logement et de l Habitat 2013 DLH 366 Réalisation par Paris Habitat OPH d un programme de construction neuve comportant un centre d hébergement de 34 logements PLAI, un EHPAD de 106 logements

Plus en détail

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information HABITAT Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information regionpaca.fr Fiche 1 Soutien régional aux dispositifs programmés de réhabilitation du parc privé Depuis

Plus en détail

cher logement: les enjeux de financement du logement social

cher logement: les enjeux de financement du logement social cher logement: les enjeux de financement du logement social 07 février 2014 par Jean-Philippe GASPAROTTO 60 ans après l appel de l abbé Pierre, ce n est pas un hasard si plus de 80 % des ménages français

Plus en détail

LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015. www.territoires.gouv.fr

LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015. www.territoires.gouv.fr LES AIDES FINANCIÈRES AU LOGEMENT Septembre 2015 www.territoires.gouv.fr 02 SOMMAIRE PRÉSENTATION D ENSEMBLE 4 Les principales aides 4 LOCATIF SOCIAL ET INTERMÉDIAIRE 6 Caractéristiques des prêts PLAI

Plus en détail

Développer l offre de logements abordables. Livret 2 : Les conditions et leviers pour produire à un prix abordable

Développer l offre de logements abordables. Livret 2 : Les conditions et leviers pour produire à un prix abordable Développer l offre de logements abordables Livret 2 : Les conditions et leviers pour produire à un prix abordable édito Nos premiers travaux «Développer l offre de logements abordables dans le Grand Lyon,

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

La Plaine Normande, un bailleur social dynamique et à l écoute. Juin 2014

La Plaine Normande, un bailleur social dynamique et à l écoute. Juin 2014 La Plaine Normande, un bailleur social dynamique et à l écoute Juin 2014 La Plaine Normande Une société née en 1920, à Blainville-sur-Orne (14550), pour loger les ouvriers des chantiers navals. Une Entreprise

Plus en détail

Phase 2. Diagnostic actualisé des besoins et de l offre Orientations en vue de l élaboration du 3 ème PDALHPD ELABORATION DU 3EME PLAN DEPARTEMENTAL

Phase 2. Diagnostic actualisé des besoins et de l offre Orientations en vue de l élaboration du 3 ème PDALHPD ELABORATION DU 3EME PLAN DEPARTEMENTAL ELABORATION DU 3EME PLAN DEPARTEMENTAL D ACTIONS POUR LE LOGEMENT ET L HEBERGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES Phase 2 Diagnostic actualisé des besoins et de l offre Orientations en vue de l élaboration

Plus en détail

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 1/ OBJET Le présent règlement a pour objet de préciser les règles d organisation

Plus en détail

Commune de REDESSAN (30)

Commune de REDESSAN (30) PREFECTURE DE REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du Logement Languedoc Roussillon Montpellier, le Service Aménagement Durable des Territoires et Logement

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT (PREH) Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 La rénovation de l habitat : un triple enjeu Environnement Réduire les consommations d énergie pour

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail