Evaluation de la qualité des eaux de ruissellement dans la mine abandonnée de Kettara (Maroc)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de la qualité des eaux de ruissellement dans la mine abandonnée de Kettara (Maroc)"

Transcription

1 Evaluation de la qualité des eaux de ruissellement dans la mine abandonnée de Kettara (Maroc) HAKKOU Rachid 1, BENZAAZOUA Mostafa 2 et BUSSIÈRE Bruno 2 1- Equipe de Chimie des Matériaux et de l Environnement & Centre de Recherche sur l'eau en Milieu Aride et Semi-Aride (CREMAS) - Faculté des Sciences et Techniques Marrakech. B. P. 549 / Marrakech Université du Québec en Abitibi Témiscaminque, Chaire industrielle en Environnement et Gestion des Résidus Miniers, 445 Boul. de l Université, Rouyn-Noranda, Québec, Canada J9X 5E4. Résumé Au sein du site minier abandonné de Kettara, de grandes masses de rejets riches en sulfures, qui libèrent en s oxydant des eaux acides fortement chargées en métaux, ont été laissées en surface. Des expériences de lessivage, au laboratoire, de ces rejets étant réalisées auparavant, le but de cette étude est de comparer les résultats de la chimie des eaux de percolation obtenus par rapport à ceux obtenus in situ. Pour ce faire, des prélèvements d eaux de ruissellement, après une période pluvieuse, ont été réalisés. Ces eaux ont été caractérisées d un point de vue physico-chimique. Les résultats obtenus ont montré que les eaux de ruissellement de Kettara sont acides (ph<3) et contaminées par des substances polluantes. Il s agit notamment des sulfates (8000 à mg/l), d aluminium (730 à 4170 mg/l), de magnésium (940 à 5700 mg/l) et des métaux lourds dont les concentrations peuvent atteindre 205 mg/l pour le cuivre, 82 mg/l pour le zinc et 24 mg/l pour le cobalt. Ces concentrations sont identiques et parfois supérieures à celles obtenues pour les eaux de rinçage en cellules humides. Par ailleurs, les études effectuées ont mis en évidence deux origines principales de la pollution : le drainage minier acide et la dissolution, lors d un événement pluvial, des phases minérales secondaires. Cette pollution est importante et elle a tendance à s accentuer avec le temps. Mots-clès: Qualité de l eau, drainage minier acide, Kettara, Maroc I. INTRODUCTION Au Maroc, il existe de nombreux sites miniers qui ont été abandonnés au fil des ans et qui devront être restaurés. En effet, ces sites génèrent des quantités importantes de contaminants et pourraient avoir des impacts négatifs sur l'environnement : pollution des sols, de l'eau, destruction ou perturbation d'habitats naturels, impact visuel sur le paysage, effets sur le niveau des nappes phréatiques, etc. La mine de Kettara, située à 30 Km au Nord Ouest de Marrakech, en est un exemple. Il a été estimé que durant la période de l activité minière d extraction de pyrrhotine ( ), la mine de Kettara avait produit environ 3Mt de résidus miniers et de stériles riches en sulfures, déposés sur une superficie d environ 16 ha (Hakkou et al., 2005). Ces différents produits stockés initialement à l état humide reçoivent aussi des apports en pluies. Les phénomènes de formation du drainage minier acide (DMA) s enclenchent alors par suintement ou ruissellement sur le lieu de stockage (cf. Fig. 1). Ce DMA pourrait être une source de pollution des eaux souterraines et de surface. Il pourrait avoir aussi un impact environnemental sur le village riverain (cf. Fig.2), la faune et la flore. Le DMA a causé une nuisance paysagère qui se reflète par les dépôts de couleur rouille. Fig.1. Eaux de ruissellement à la mine de Kettara 1

2 Fig. 2. Mine de Kettara : plan d ensemble Au laboratoire, les essais cinétiques pendant plus de 378 jours, en cellules humides qui simulent les conditions de terrain, ont montré que les eaux de percolation présentent au cours du temps un ph acide qui varie entre 2,9 à 4,2. La quantité de sulfates et de fer libérés, par le résidu et le stérile, est très importante (resp. 90 à 9406 mg/l et 1 à 1440 mg/l) témoignant d une forte réactivité des sulfures de fer et de l absence de minéraux neutralisants (principalement la pyrrhotite et la pyrite). Parmi les métaux lourds, se sont le cuivre et le zinc qui sont en concentration la plus élevée (Hakkou et al., 2005). Afin de comparer les caractéristiques physico-chimiques des effluents du drainage minier, obtenues à l échelle du laboratoire, des prélèvements d eaux de ruissellement ont été réalisés après une période pluvieuse (le ). Ces eaux ont été caractérisées d un point de vue physico-chimique. II. METHODOLOGIE Trois prélèvements (Fig. 3) ont été effectués dans différentes fosses recueillant une part importante des eaux de drainage. ER1 correspond aux eaux de ruissellement issues du parc à résidu. ER2 et ER3 sont issus des eaux de ruissellement à travers les stériles. Sur chaque prélèvement ont été effectuées, après filtration à l aide d un filtre 0,45 µm d acétate de cellulose, les analyses suivantes selon les méthodes classiques d analyse des eaux usées : conductivité (CND), ph, potentiel redox (Eh), SO 4, Na, K, Ca, Mg, Al, Mn, Fe, Si, Cu, Zn, Co, Ni, Cd et Cr. Fig. 3 : Situation des points de prélèvement des eaux de ruissellement 2

3 III. RESULTATS Les résultats des analyses physico-chimiques des eaux de ruissellement de la mine de Kettara sont rassemblés dans le tableau 1. L examen du tableau montre que les réactions d'oxydation des sulfures sont à l'origine de l acidification des eaux de ruissellement. Comme dans le cas des eaux de percolation en cellules humides, les eaux de ruissellement ont un ph acide (<3). Cette acidité favorise l attaque des minéraux, contenus dans les rejets, avec mise en solution des contaminants. Le Eh présente des valeurs variant entre 640 et 730 mv/enh témoignant d'un milieu oxydant favorable à l'oxydation des sulfures. D une manière générale, les eaux de ruissellement à Kettara sont fortement sulfatées et ont une salinité très élevée se traduisant par une conductivité très élevée. La production de DMA, en plus de la baisse du ph, entraîne inévitablement la lixiviation de divers métaux et des concentrations élevées en sulfates. Tableau 1. Qualité physico-chimique des eaux de ruissellement dans la mine de Kettara Paramètre ER1 ER2 ER3 ph 2,39 2,70 2,56 Eh, mv/enh Conductivité, µs/cm SO 2-, 4 mg/l Fe, mg/l Na +, mg/l 1,4 4,2 4,2 K +, mg/l 0,5 0,5 0,5 Ca 2+, mg/l Mg 2+, mg/l Al 3 +, mg/l Mn, mg/l Si, mg/l 6, Cu, mg/l Zn, mg/l Co, mg/l 3,2 24 7,8 Ni, mg/l 0,5 2,2 0,9 Cd, mg/l 0 0,1 0,1 Cr, mg/l 0,2 0,3 0,2 La composition chimique des eaux de ruissellement du parc à résidus (ER1) est quasi identique à celle obtenue lors des essais cinétiques au laboratoire. Les fortes concentrations de SO4, d Al et de Mg observées dans le cas des eaux de ruissellement, à proximité des stériles (ER2 et ER3), s expliqueraient par la dissolution des minéraux contenus initialement dans les rejets miniers et des phases minérales secondaires solubles formées suite au DMA. Dans le cas de ER2, la concentration en sulfates, qui proviendraient essentiellement de l oxydation des sulfures et de la dissolution des précipités secondaires, peut atteindre 45 g/l. Durant les périodes sèches, un précipité blanc se forme dans cette fosse. Il s agit de l halotrichite (FeAl 2 (SO 4 ) 4.22H 2 O), la starkeyite (MgSO 4.4H 2 O). Dans ce précipité, la concentration en cuivre peut atteindre 1,3%, celle du zinc 0,08 % et 3

4 celle du cobalt 750 ppm (Hakkou et al., 2006). Quant au Ca, il proviendrait de la dissolution du gypse (CaSO 4.2H 2 O) qui présente des concentrations plus ou moins élevées (0,57 à 7%) dans les stériles de Kettara. Ce minéral pourrait être à la fois primaire et secondaire. Les précipités secondaires constituent des réserves temporaires de métaux et d acidité (Alpers et al., 1994). Ils peuvent se dissoudre en période pluvieuse. Les polluants métalliques et les sulfates sont alors libérés et l acidité de l eau augmente. Le stockage et la production de l acidité par ces mécanismes peuvent être à l origine de la continuité du drainage acide même après l arrêt de l oxydation des sulfures. La présence de silice, dans les eaux de ruissellement, ainsi que des cations comme Na, K à des teneurs plus ou moins faibles renseignent sur une dissolution faible des silicates solubles. L étude minéralogique (Hakkou et al., 2005) des résidus et des stériles de Kettara, a montré que l Al est lié à la chlorite-serpentine ((Mg, Al) 6 (Si, Al) 4 O 10 (OH) 8 ), à la muscovite (KAl (Si 3 Al) O 10 ((OH) 1.72 O 0.28 ) et à l albite (NaAlSi 3 O 8 ) ; le Si lié la chlorite, à la muscovite, à l albite et au talc (Mg 3 Si 4 O 10 (OH) 2 ) ; le Na est lié à l albite et le K est lié à la muscovite. D après kwong, J (1993) qui donne la réactivité relative des groupes des minéraux à ph5, la solubilité des principaux minéraux contenus dans le résidu de Kettara peut être classée dans l ordre décroissant suivant: talc, chlorite (moyennement soluble) < albite (peu soluble) < muscovite (très peu soluble). Ceci justifie les faibles teneurs observées dans la solution pour le Na et le K car ils sont associés à des minéraux peu ou très peu solubles (respectivement l albite et la muscovite). Parmi les métaux lourds, se sont le cuivre, le zinc et le cobalt qui sont en concentrations élevées. Les concentrations en cuivre qui proviendrait de la dissolution de la chalcopyrite et en zinc qui se trouve sous forme de sphalérite peuvent atteindre respectivement 205 mg/l et 82 mg/l. Quant au cobalt, qui pourrait provenir de la pyrrhotite qui serait cobaltifère, sa concentration dans les eaux de ruissellement peut atteindre 24 mg/l. IV. CONCLUSION Les résultats obtenus ont montré que les eaux de ruissellement, de l ancienne mine de pyrrhotine de Kettara, sont acides (ph<3) et contaminées par des substances polluantes. Il s agit notamment des sulfates (8000 à mg/l), aluminium (730 à 4170 mg/l), magnésium (940 à 5700 mg/l), et les métaux lourds dont les concentrations peuvent atteindre 205 mg/l pour le cuivre, 82 mg/l pour le zinc et 24 mg/l pour le cobalt. Ces concentrations sont soit identiques ou bien supérieures à celles obtenues pour les eaux de rinçage en cellules humides. Les origines de la pollution des eaux sont le drainage minier acide et la dissolution, lors d un événement pluvial, des phases minérales secondaires. Afin de réduire l'extension et la gravité des impacts du DMA sur les eaux de surface et souterraines, des efforts importants doivent être consentis afin de développer des méthodes de restauration efficaces et économiques. En tenant compte du climat semi-aride de la région, l utilisation de barrières sèches constitue une technique envisageable. Une autre solution, en cours d étude, est la stabilisation des rejets miniers de Kettara par les stériles riches en calcaire issus de l extraction des phosphates. Il s agit de valoriser un rejet industriel pour en réhabiliter un autre. REFERENCES Alpers, C. N., Blowes, D. W., Nordstrom, D. K., Jambor, J. L Secondary minerals and acid-mine water chemistry. In Short Course Handbook on Environmental Geochemistry of Sulfide Mine Wastes, Waterloo, Ontario, May Mineralogical Association of Canada. p

5 Kwong, Y.T.J., 1993, Prediction and prevention of acid rock drainage from a geological and mineralogical perspective, MEND Report CANMET, Ottawa, 47 p. Hakkou R., Benzaazoua M. and Bussière B., 2005, Environmental characterization of the abandoned Kettara mines wastes (Morocco). Post Mining Symposia, Nancy (France), GISOS, November 2005 Hakkou R., Benzaazoua M. et Bussière B., 2006, Minéralogie secondaire associée au drainage minier acide du site abandonné de Kettara. 1 er Congrès International Mines : Exploration, Exploitation et impact Environnemental (M3E) Avril 2006, Bouznika (Maroc) Remerciements Les auteurs tiennent à remercier la société REMINEX-Centre de Recherche (Managem-groupe ONA), pour la réalisation des analyses ICP-AES. 5

Mise en évidence du phénomène d auto-ignition dans les remblais cimentés

Mise en évidence du phénomène d auto-ignition dans les remblais cimentés Mise en évidence du phénomène d auto-ignition dans les remblais cimentés Subvention FUQAT -1 Responsable du projet : Professeur Mostafa Benzaazoua Rapport présenté à la : Fondation de l Université du Québec

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad

Capacité épuratoire des. toitures végétalisées. Julie Schwager. Marie Christine Gromaire M. Seidl, K. Lamprea, C. Mirande, M. Saad JOURNEE TECHNIQUE Quelle place pour les toitures végétalisées Paris, Capacité épuratoire des toitures végétalisées Julie Schwager Amandine Irles, Jérémy Thiriat CETE de l Est LRPC de Nancy Directeurs de

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation

Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Chapitre V : Qualité des eaux d'irrigation Les eaux d irrigation par leur composition peuvent avoir une influence sur le sol (Coutinet, 1965). Comme, les eaux de la nappe du Mio-plio-quaternaire de la

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

Restauration des sites miniers. Le 22 septembre 2011

Restauration des sites miniers. Le 22 septembre 2011 Restauration des sites miniers Le 22 septembre 2011 Direction de la restauration des sites miniers La Loi sur les mines (modifications 1995) Sites miniers actifs Sites miniers inactifs en 1995 Projet de

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité 12 octobre 2012 Centre de stockage de déchets d ultimes non dangereux ou dangereux Les obligations réglementairesr en matière de conception et de traçabilit abilité Présentation de l inspection des installations

Plus en détail

ACV de la gestion des résidus miniers et adaptation au contexte canadien de modèles de caractérisation pour l utilisation des terres

ACV de la gestion des résidus miniers et adaptation au contexte canadien de modèles de caractérisation pour l utilisation des terres ACV de la gestion des résidus miniers et adaptation au contexte canadien de modèles de caractérisation pour l utilisation des terres Par Catherine Reid, étudiante M. Sc. A. Sous la direction de L. Deschênes

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Analyse d un système de traitement passif pour le site de la mine Eustis. par. Monique Melanson

Analyse d un système de traitement passif pour le site de la mine Eustis. par. Monique Melanson Analyse d un système de traitement passif pour le site de la mine Eustis par Monique Melanson Essai présenté au Centre Universitaire de Formation en Environnement en vue de l obtention du grade de M. en

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

A l'origine, une source unique

A l'origine, une source unique A l'origine, une source unique PeKacid 0-60-20 est une nouvelle source innovante de P205 pour les sols calcaires et les eaux dures Acide phosphorique solide en sacs Produit cristallisé acidifiant PH 2.2

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Projets relevant des articles R 211-25 à R 211-47 du code de l'environnement

Projets relevant des articles R 211-25 à R 211-47 du code de l'environnement Préfecture de la Haute-Saône ««««««««««««MISSION INTERSERVICES DE L'EAU ««««««D 3.1- Doctrine relative aux épandages agricoles de boues sur des sols à teneur riche en nickel Projets relevant des articles

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Contrôle en Cours de Formation Diplôme préparé CAP. Séquence 2 - Semestre 1. Session.

Contrôle en Cours de Formation Diplôme préparé CAP. Séquence 2 - Semestre 1. Session. Contrôle en Cours de Formation Diplôme préparé CAP Séquence 2 Semestre 1 LP Nelson Mandela 8 rue Julien Pranville BP 168 9115 ETAMPES Cedex Session. Nom :.. Prénom :.. Note : /10 Durée : 0 min Barème :

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail

Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007

Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007 Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007 WMS-1a Matériau de référence certifié : sulfure massif contenant de l or et des éléments du groupe platine Tableau 1 -

Plus en détail

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2 NOM : Date : TP 1 : IDENTIFICATION DES IONS La législation impose que la composition des eaux en bouteilles soit affichée sur leur étiquette. Plusieurs ions sont généralement mentionnés, dans des quantités

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante

Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Présenté par Roger Lacasse, ing., M.Sc.A. Marc a Poulin St-Hyacinthe, le 10 avril 2008 CRE Montérégie

Plus en détail

À propos de la qualité minérale de l eau utilisée en érablière

À propos de la qualité minérale de l eau utilisée en érablière Siège social 3600, boul Casavant Ouest Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 8E3 Bureau de Québec 1140, rue Taillon Québec, Qc, G1N 3T9 Tel : (450) 773-1105 Tel : (418) 643-8903 Fax : (450) 773-8461 Fax : (418) 643-8350

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3

Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3 Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3 CAPHEINE : CAractérisation des PHEnomènes de transfert en zone INsaturée des Eléments traces Mars 2012 1 Ce guide a été rédigé dans le cadre

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Rôle de la préparation de surface

Rôle de la préparation de surface Rôle de la préparation de surface Le but de la préparation de surface de l acier est de la rendre compatible avec l opération d émaillage Elimination des résidus contaminants présents à la surface de la

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

Généralités sur les relations nappes rivières

Généralités sur les relations nappes rivières Généralités sur les relations nappes rivières Eaux souterraines et eaux de surface sont deux états de la ressource en eau, deux phases du cycle de l'eau. Elles présentent des relations et une interdépendance

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Contexte Arsenic (métalloïde) : polluant majeur du sous-sol au Nord Burkina Faso, (Smedley et al., 2007), au Mali (Garcia, 2011) au Ghana (Smedley, 1996; Buamah,

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu

Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu à Lubumbashi Ngoy Shutcha M1, Kamengwa Kissi C1, Mpundu Mubemba M1, Colinet G2, Faucon MP3, Mahy G4, Visser M5,

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS Action I-A-01 - Amélioration des méthodes de prélèvements pour les paramètres physicochimiques Lionard E.,

Plus en détail

Poste 3: L environnement et le gaz naturel

Poste 3: L environnement et le gaz naturel instructions élèves Poste 3: L environnement et le gaz naturel Objectif: Tu connais les différentes formes de pollution de l environnement causés par des sources d énergies diverses et tu connais les avantages

Plus en détail

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée»

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée» Bonifacio Iglesias Maire Prof. i. R. Dr. Peter Krauss Chimie bio-inorganique Université de Tuebingen 1 er adjoint au Maire d Anduze Mairie, Plan de Brie 30140 Anduze accueil : 04 66 61 80 08 mobile : 06

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Manganèse École Secondaire But: Déterminer la concentration de manganèse dans l'eau potable provenant de 4 sources différentes, plus d'un échantillon ayant la valeur limite recommandée par le

Plus en détail

7 avril 2014 RES EAU SOL

7 avril 2014 RES EAU SOL 7 avril 2014 RES EAU SOL Jacques THOMAS Scop SAGNE LE SOL, ELEMENT FONDAMENTAL DE LA BIODIVERSITE Synthèse de la formation du 7 avril 2014 Saint Paul Cap de Joux LE SOL : UNE INTERFACE est une science

Plus en détail

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ Bienvenue Congrès 2007 AAPQ LE PHYTOTRAITEMENT Le Roseau Épurateur et les systèmes MRP Une solution pour La gestion des eaux sanitaires et pluviales Présenté par Jean Pichette ing. et Robert Lapalme M.

Plus en détail

Activités complémentaires à la visite de l intervenant du CSMO Mines. Mine, vie et conquête du métal rouge!

Activités complémentaires à la visite de l intervenant du CSMO Mines. Mine, vie et conquête du métal rouge! Merci d accueillir Explorelesmines.com dans votre classe! Le Comité sectoriel de main-d œuvre de l industrie des mines (CSMO Mines) est un organisme à but non lucratif qui aide au recrutement, à la formation

Plus en détail

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS Direction Générale des Services Techniques Direction de l Eau et de l Assainissement FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1. - Administratifs Raison sociale :.. N Rue

Plus en détail

COMITÉ 2 : La gestion des sols faiblement contaminés excavés

COMITÉ 2 : La gestion des sols faiblement contaminés excavés COMITÉ 2 : La gestion des sols faiblement contaminés excavés La situation actuelle La grille de gestion des sols contaminés excavés intérimaire Les critères validés pour la protection des écosystèmes Les

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013

Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013 Comparatif de la Loi sur les mines de 1889 avec l adoption du PL70 en décembre 2013 Loi sur les Préambule de la loi Ajouts Perspectives de développement durable et les ressources sont un «un bien collectif»

Plus en détail

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation.

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Article 1 er.- En application des dispositions de l article 1 er du décret exécutif n 92-65

Plus en détail

natureplus e.v. Directive d attribution 0502 TUILES ET PIERRES DE TOIT EN BETON Mai 2012 pour l attribution du label de qualité

natureplus e.v. Directive d attribution 0502 TUILES ET PIERRES DE TOIT EN BETON Mai 2012 pour l attribution du label de qualité natureplus e.v. Directive d attribution 0502 EN BETON Mai 2012 pour l attribution du label de qualité État : mai 2012 Page 2 de 7 1. Champ d application Les critères d attribution suivants contiennent

Plus en détail

Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures

Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures Mémoire sur La désinfection à la Station d épuration des eaux usées de Montréal Présenté par Comité

Plus en détail

ENTREPRISE REGIONALE LANDES-PAYS-BASQUE-BEARN. Agence Pays-Basque. - Réseaux et Installations d Assainissement -

ENTREPRISE REGIONALE LANDES-PAYS-BASQUE-BEARN. Agence Pays-Basque. - Réseaux et Installations d Assainissement - ENTREPRISE REGIONALE LANDES-PAYS-BASQUE-BEARN Agence Pays-Basque Etude de la production de Sulfure d Hydrogène H 2 S - Réseaux et Installations d Assainissement - 1 La formation du sulfure d hydrogène

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION

ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION ASSAINISSEMENT DÉFINITIF DE LA DÉCHARGE INDUSTRIELLE DE BONFOL SUIVI ENVIRONNEMENTAL DE RÉALISATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE 16-2015 Domaine : Eaux Sujet : Monitoring de la STEP pour le mois d avril 2015

Plus en détail

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates)

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates) UNIVERSITE DE DSCHANG FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE CHIMIE UNIVERSITY OF DSCHANG FACULTY OF SCIENCES DEPARTMENT OF CHEMISTRY COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU (Equilibres

Plus en détail

Acides & Bases. Travail Pratique de 1ère année, Université de Genève, Science II, Laboratoire H. 8 octobre 2010

Acides & Bases. Travail Pratique de 1ère année, Université de Genève, Science II, Laboratoire H. 8 octobre 2010 Acides & Bases Travail Pratique de 1ère année, Université de Genève, Science II, Laboratoire H. 8 octobre 2010 Romain Laverrière & Stéphane Dierickx romainl0@etu.unige.ch dierick0@etu.unige.ch Groupe 15

Plus en détail

Sommaire du rapport final du projet de recherche biodiesel

Sommaire du rapport final du projet de recherche biodiesel Sommaire du rapport final du projet de recherche biodiesel Financé par L'Impériale, l'institut canadien des produits pétroliers et Ressources naturelles Canada en vertu de l'initiative de démonstration

Plus en détail

Conséquences environnementales et gestion des mines abandonnées et dispersées dans les Alpes françaises. M. Rossi, D. Gasquet

Conséquences environnementales et gestion des mines abandonnées et dispersées dans les Alpes françaises. M. Rossi, D. Gasquet Conséquences environnementales et gestion des mines abandonnées et dispersées dans les Alpes françaises M. Rossi, D. Gasquet Entretiens Jacques Cartier QuébecMines 17-18 Novembre 2014 1 1. Panorama des

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

Détermination de la conductivité : méthode électrométrique

Détermination de la conductivité : méthode électrométrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 115 Cond. 1.1 Détermination de la conductivité : méthode électrométrique 2015-05-08 (révision 1) Comment fonctionne la codification? MA. 203

Plus en détail

Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode électrométrique

Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode électrométrique Centre d expertise en analyse environnementale du Québec MA. 115 Cond. 1.0 Édition : 1999-03-02 Révision : 2002-05-06 (2) Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode

Plus en détail

Exploitation minière et la pollution de l eau

Exploitation minière et la pollution de l eau Exploitation minière et la pollution de l eau L eau est essentielle à la vie sur notre planète. Un préalable de développement durable doit s assurer que les cours d eaux ne soient pas contaminés. C est

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

Caractéristiques chimiques

Caractéristiques chimiques Caractéristiques chimiques L exploitation géothermique de la ressource en eau nécessite de connaître la stabilité chimique des eaux afin d évaluer leur impact éventuel sur les systèmes de pompes à chaleur.

Plus en détail

Les altérations de la pierre,

Les altérations de la pierre, Les altérations de la pierre, principaux facteurs Philippe Bromblet philippe.bromblet@cicrp.fr Centre Interrégional de Conservation et de Restauration du Patrimoine, Marseille www.cicrp.fr les principaux

Plus en détail

CONTAMINATION PAR LES MICROPOLUANTS METALLIQUES DES EAUX SOUTERRAINES DE LA REGION D AZZABA, NORD EST ALGERIEN

CONTAMINATION PAR LES MICROPOLUANTS METALLIQUES DES EAUX SOUTERRAINES DE LA REGION D AZZABA, NORD EST ALGERIEN Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 21, Mars 2015, pp. 159-167 2015 Tous droits réservés CONTAMINATION PAR LES MICROPOLUANTS METALLIQUES DES EAUX SOUTERRAINES DE LA REGION D AZZABA, NORD EST ALGERIEN BENHAMZA

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Oxydant, Réducteur, oxydation et réduction Expérience : plaque en fer Fe solution de sulfate de cuivre (, SO 4 2 ) Observations et conclusions : dépôt de cuivre sur la plaque

Plus en détail

LES MOLÉCULES. Module 3 : la formule moléculaire. Date :

LES MOLÉCULES. Module 3 : la formule moléculaire. Date : Module 3 : la formule moléculaire Date : Rappel: La molécule est la plus petite partie possible de toute matière, et qui garde toutes les propriétés de cette matière donc sans en changer la composition

Plus en détail

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager jp.bas@spawater.com 0032 (0) 87794254 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements

Plus en détail

A n n e x e I. Traitement des déchets dangereux. Évaporation des solutions aqueuses. Traitement chimique. Remarque

A n n e x e I. Traitement des déchets dangereux. Évaporation des solutions aqueuses. Traitement chimique. Remarque A n n e x e I Traitement des déchets dangereux Remarque Le traitement de déchets dangereux doit être effectué uniquement par du personnel qui possède les connaissances appropriées en chimie et qui a l

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE ET ENVIRONNEMENT Coordinateur du Mastère : JAMEL CHAHED ENIT, Département Génie Civil, Laboratoire LMHE BP 37, Le Belvédère, 1002-Tunis jamel.chahed@enit.rnu.tn 1. Le

Plus en détail

Station SEPTODIFFUSEUR

Station SEPTODIFFUSEUR Station SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement sur filtre à sable drainé compact Une solution compacte en assainissement non collectif sur le principe des filières traditionnelles AGRÉMENT MINISTÉRIEL

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Présenté à l Association des riverains du lac Tee Par : Daniel Blanchette Eric Rosa Vincent Cloutier

Plus en détail

«Chercheurs d eau» Ou le traitement des eaux usées et des boues d épuration Printemps des sciences, ULB du 31 mars au 6 avril 2003 Institut S t Joseph d Etterbeek Rue Félix Hap, 14 B1040 Etterbeek Tél.:

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

WRc - NSF DRYDEN AQUA LT D. Tests de lessivage en laboratoire sur l AFM. DW référence 56.4.382. WRc - NSF Réf. : SOS / LAB 152A.

WRc - NSF DRYDEN AQUA LT D. Tests de lessivage en laboratoire sur l AFM. DW référence 56.4.382. WRc - NSF Réf. : SOS / LAB 152A. WRc - NSF DRYDEN AQUA LT D Tests de lessivage en laboratoire sur l AFM DW référence 56.4.382 WRc - NSF Réf. : SOS / LAB 152A Octobre 2005 WRc-NSF Ltd, 30 Fern Close, Pen-y-Fan Industrial Estate, Oakdale,

Plus en détail

Eau de pluie et Contrat de rivière Ton-Messancy. C. Marchal F. Rosillon ULG - CRTon

Eau de pluie et Contrat de rivière Ton-Messancy. C. Marchal F. Rosillon ULG - CRTon Eau de pluie et Contrat de rivière Ton-Messancy C. Marchal F. Rosillon ULG - CRTon HARNONCOURT Commune de ROUVROY, 10 avril 2008 Vers une utilisation durable des ressources en eau pour une utilisation

Plus en détail

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Mars 2012 Révision : 0 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Les études environnementales sont des études qui évoluent avec le

Plus en détail

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing.

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing. AESEQ Carrefour de l eau express 2015 Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs Par : Christian VÉZINA, ing. Objectifs de la conférence À la fin de cette conférence le participant

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS VINICOLES

GESTION DES EFFLUENTS VINICOLES GESTION DES EFFLUENTS VINICOLES Joël ROCHARD ITV France - Station Régionale Champagne Pôle durable 17, rue Jean Chandon Moët, B.P.20046 51202 Epernay cedex Pole national durable(epernay) +Gestion des effluents

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE

TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE Les eaux destinées à la consommation humaine TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE Société Française de Radioprotection (SFRP) Eau, Radioactivité et Environnement 3 et

Plus en détail